Forumactif

Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 

Le deal à ne pas rater :
Cartes Pokémon EB12.5 : commander le coffret ETB Zénith Suprême
Voir le deal

Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Regards sur France Culture » LES FORUMS » France Culture » Les programmes d'été sur France Culture

Aller à la page : Précédent  1 ... 19 ... 34, 35, 36, 37  Suivant

Accueil / France Culture

Les programmes d'été sur France Culture    Page 35 sur 37

Bas de page ↓   

Curly 


341
Répondre en citant  
Signééééé Cornéliuuuuus !!!! Aaaahh ! Aaaah ! Aaaaah ! Aaaaaaah ! - Mer 31 Juil 2019, 14:58

Caldas a écrit dans le message précédent


« Il est indispensable d’écouter 1 épisode du feuilleton « Le mystérieux docteur Cornélius »

Certes, mais je ne me permettrais pas d’affirmer de manière péremptoire qu’une émission est « indispensable ». Chacun est libre de ses actions, dans la mesure où elles ne gonflent pas les voisins. On peut écouter tous les épisodes aussi, ou un sur deux, ou les passer à l'envers, c'est amusant.

« Une réponse paraît s’imposer »
Guillaume Erner, on t’a reconnu ! Pour plus de précisions, il y a trente cinq épisodes, c’est marqué sur le site.

« Les dialogues sont ineptes, l’intrigue n’a aucun intérêt. » Des exemples  ?


«Les chiens font « ouah-ouah », les portes « clac », les armes à feu « pan-pan. »
C’est vrai, c'est vraiment nul. Une suggestion,
pour les portes « pouet pouet »
pour les armes « scronch »
pour les chiens « meuh meuh »

«... quelques comédiens prestigieux qu’il fallait probablement aider entre deux vrais engagements »
Un extrait montrant la faiblesse et le manque de conviction de Jean Topart ou Michel Bouquet est fermement attendu. Ces deux acteurs, avec tant d'autres (Michael Lonsdale par exemple) ont joué pour la radio durant des décennies. Michel Bouquet a même refusé de continuer de jouer au cinéma dans la seconde moitié des années 70, regrettant qu'on lui propose toujours les mêmes rôles. A la radio, il a pourtant continué jusqu'aux années 90. Pourtant, le cinéma, ça paye mieux que Radio France, non ?


« Le mystérieux docteur Cornélius  est paraît-il le chef-d’œuvre de Gustave Le Rouge, qui est au roman policier ce que Guillaume Musso ou Marc Lévy sont au roman sentimental. »
D'abord, Gustave Le Rouge, c’est du roman-feuilleton.  
C’est quoi, un roman « sentimental » ? Un roman à l’eau de rose. Du coup, Musso et Lévy, c’est le top du roman sentimental.
En quoi Le docteur Cornélius est-il un roman policier ? Je ne cache pas que la réponse à cette question me passionne au plus haut point (0,00mm).


« Il faut rappeler qu’à la même époque, Europe1 (re)diffusait « Signé Furax » (réalisé par l’inoubliable Pierre-Arnaud de Chassy-Poulay), parodie du genre, savoureux, plein d’humour, et la télévision produisait « Les Shadocks » formidable création poétique. Et Jacques Chancel était à France Inter. »
En 77-78, Signé Furax avait 20 ans. Et le point de départ en est un hommage, fortement teinté d’humour absurde, à ces romans aux intrigues abracadabrantes : Furax est au départ un hommage à Fantômas, l’absurde en plus. Fantômas ? Baaah, pouah ! Du roman populo ! Beurk !
Pierre Arnaud de Chassy Poulet c'est son nom de scène qui est inoubliable. Pour le reste, j'attends une défense plus argumentée de ce réalisateur, car il fait faire ouah ouah aux chiens et clac aux portes.
« Les Shadoks  »
C'est de la télé. Il est question de radio ici. Pour la manie des comparaisons, voir plus loin.
Jacques Chancel : quel rapport ? Que vient-il faire dans cette bouillabaisse ? Et Dieu dans tout ça ?


« Boileau et Narcejac qui à eux seuls sont, pour le roman policier, l’équivalent de la collection « Harlequin » 
De quoi la collection Harlequin est-elle l’équivalent ? (cf plus haut Levy & Musso)
Encore cette tentative ennuyeuse et soporifique (comme une bonne radioscopie ?) de chercher des équivalents à tout, et de tout comparer. Non, Boileau-Narcejac ce n’est pas du Gracq (qu’est-ce que j’en viens à écrire comme platitude…) et the cat is not a dog.
Boileau-Narcejac, dont deux romans policiers miteux ont été adaptés au cinéma : Vertigo (Sueurs froides), et Les diaboliques. Ce sont des adaptations certes, mais les intrigues à la base ne présentaient of course aucun intérêt. D’ailleurs Hitchcock l’avait dit : « Aoh, Boileuau-Nârssieudjac, it is Harlequeen novels, but my movie too aussi, it is water of rouauze, so everything is all right.»

« Gracq tout juste mentionné sans commentaires »
Julien Gracq ? Quel rapport encore avec Le Rouge ? Vous pensiez que Boileau-Narcieudjac allaient livrer une fine analyse du Rivage des Syrtes ?

« France Culture aujourd’hui, c’est pas si mal. »
Une démonstration argumentée et enthousiaste est attendue de pieds fermes. Oui, j’ai mis les deux pieds pour montrer que les attentes sont grandes.



Dernière édition par Curly le Mer 12 Aoû 2020, 21:11, édité 1 fois

Caldas 


342
Répondre en citant  
Proust essayiste - Sam 03 Aoû 2019, 17:35

Durant nos après-midi d'été, France Culture nous propose d'écouter Antoine Compagnon disserter sur "Proust essayiste". Une émission de Culture d'Erudition Culturante.
Le thème est donc un aspect de l'œuvre de Proust rarement évoqué : l'essai, sous ses diverses formes, autonome ou intégré à la Recherche. Ces "essais" sont l'occasion des plus belles pages de La Recherche, mais généralement reléguées à l'arrière-plan de sa dimension romanesque dans les commentaires. A recommander donc en particulier à tous ceux que la dimension romanesque de la Recherche indiffère, ils trouveront dans cet éclairage que nous propose A. Compagnon une raison nouvelle de relire la Recherche et se replonger dans cette prose poétique.
A. Compagnon expose une étude complète sur ce thème, très détaillée et illustrée, sous forme de conférences parfaitement structurées. Elocution impeccable, mais presque monotone. Le sujet et le conférencier méritent une attention soutenue, malheureusement pas toujours disponible pendant 1h l'après-midi : il faut donc télécharger et écouter lorsque au moins 30 mn d'attention sont disponibles, cela en vaut la peine.
Cerise sur le gâteau : A. Compagnon est suffisamment sûr de lui (comme qui dirait "une pointure"  Smile ), pour prononcer incipit comme "inSSipit" et non pas comme le pédantesque "iNNKipit". Un brave homme, c'est clair.

Philaunet 

Philaunet
Admin

343
Répondre en citant  
Bouche-trou - Sam 03 Aoû 2019, 18:40

C'est fou ce que le "nouveau" contributeur Caldas a de points communs avec les pseudos Samva, Lustucru et NotI. Le hasard est grand ! Les mêmes phrases au mot près (cf. ''Sur la lecture''... le Jeu 01 Aoû 2019) et maintenant une promotion du Collège de France, dans les mêmes termes que ceux employés, entre autres, dans
https://regardfc.1fr1.net/t163p740-au-fil-de-l-ecoute#32320
https://regardfc.1fr1.net/t337p360-la-grande-table-tirons-la-nappe#32207
https://regardfc.1fr1.net/t209p250-quelle-est-la-vocation-de-france-culture#31755
https://regardfc.1fr1.net/t852p40-le-programme-de-nuit-ilot-de-culture-ii#31745
https://regardfc.1fr1.net/t94p760-les-journaux-et-la-redaction-de-fc#31521
https://regardfc.1fr1.net/t735p150-les-sujets-obsessionnels-de-france-culture-et-ses-icones#31484

Bref. On croyait avoir assez ri, mais non.

Concernant AC du Collège de France, je voulais justement en dire deux mots, déjà formulés en substance par Yann Sancatorze, notamment : sachant que ces conférences sont téléchargeables en audio et en vidéo sur le site de l'établissement, on ne voit pas trop l'intérêt (on ne le voit même pas du tout) de diffuser, brut de décoffrage, deux fois une heure les samedi et dimanche, avec une seconde diffusion le soir et ce, durant deux mois. Ce n'est pas faire de la radio, ça, c'est être une plateforme de distribution. Aucune radio étrangère que je connaisse ne s'abaisse à diffuser en flux des conférences données par des organismes. Mais à France Culture, on ose tout (pour ne faire rien).

Curly 

Curly

344
Répondre en citant  
Été 2020 : une programmation invraisemblablement incroyable - Jeu 18 Juin 2020, 15:06

Extraits de cette bonne tranche de bonheur :
à titre personnel je suis impatient d'écouter avec toutes mes oreilles (deux) le débat
FAUT-IL RELOCALISER LA MONDIALISATION ?
mais là je m'emballe, soyons objectif.

« Je n’irai pas par quatre chemins. (…) L’été est chaque année l’occasion d’un rendez-vous essentiel (…) nous sommes là, bien présents, pour huit semaines de programmes magnifiques, réjouissants, nourrissants.
(…) Un été d’exception (…) Un été d’évasions hors du temps mais aussi d’invitations à sentir et penser le monde.
(…) Un été qui pénètre les mystères (…)
L’été sera politique aussi. (…) je vous laisse en découvrir dans les pages qui suivent l’invraisemblable richesse.
(…) Ce que nous avons réalisé (...) est le fruit d’un travail très collectif…
Sandrine Treiner, Directrice de France Culture »

...je vous laisse en découvrir dans les pages qui suivent l’invraisemblable richesse.

KARL MARX, L’INCONNU
MARGARET THATCHER
ANNA AKHMATOVA L’INCONNUE DE LENINGRAD Production Geneviève Brisac 
BRIGITTE BARDOT, À NU Production Simonetta Greggio 
FRANTZ FANON, L’INDOCILE

LA QUARANTAINE d’Aurélien Bellanger

DANS QUEL MONDE VIVONS-NOUS ? Un dialogue d’exception entre Régis Debray et Philippe Descola

LES OCCIDENTAUX ONT-ILS VÉCU DANS UN MONDE À PART ? Nous pensions être préservés des conflits, de la pauvreté, des épidémies. Mais le terrorisme, le réchauffement climatique, l’arrivée des réfugiés et le coronavirus nous ont fait comprendre que nous étions, nous aussi, vulnérables. L’occasion de repenser la place de l’Occident dans le monde ? Avec Achille M’Bembe, Laetitia Strauch-Bonart et Romain Bertrand 


FAUT-IL RELOCALISER LA MONDIALISATION ? 

À QUI CONFIER LE GOUVERNEMENT DU MONDE ?

L’HOMME EST-IL À SA PLACE DANS LA NATURE ? ...Avec Vinciane Despret, Gilles Bœuf et Alain Prochiantz

LES MÉCANIQUES DU COMPLOTISME

LES MATINS D’ÉTÉ PRODUCTION GUILLAUME ERNER (29 JUIN AU 3 JUILLET) ET CHLOÉ CAMBRELING (DU 6 JUILLET AU 21 AOÛT)
L’été, pas de répit pour l’actualité !...

LA GRANDE TABLE D’ÉTÉ

LE TEMPS DU DÉBAT
Le Temps du débat se positionne au cœur du débat public (…) Qu’est-ce qui se passe (vraiment) ? (…) un débat d’idées quotidien qui, tournant le dos aux artefacts du bruit ambiant, se propose de donner à comprendre et à penser ce qui arrive...

LE MAGAZINE DU WEEK-END
Le Magazine du week-end de France Culture prend le temps de procéder à un décryptage patient et exigeant des temps forts de l’actualité française comme internationale à travers des entretiens et des débats

                                                                               
... nous sommes là, bien présents...
Sandrine Treiner, Directrice de France Culture »

Philaunet 

Philaunet
Admin

345
Répondre en citant  
Rien - Jeu 30 Juil 2020, 23:10

Il y a déjà quelque temps, le contributeur Nessie suggérait de fermer France Culture pour une année le temps de faire un audit, de former des personnes au métier radiophonique et  de remettre la station sur les rails de la qualité.

On pourrait commencer par fermer la station l'été, car quand on regarde le programme estival, par exemple ce jeudi 30 juillet 2020 (rediffusions récentes de programmes militants ou sans intérêt, moulinage de l'actualité, tubes de l'été, une série politique, Marx et maintenant Thatcher), on est atterré par la médiocrité, pour ne pas dire la nullité de la proposition radiophonique.

Au contraire, France Musique est plus que jamais inventive et dynamique, notamment le week-end.

Comment France Culture en est-elle arrivée là ? C'est un échec majeur de l'actuelle direction et un gaspillage des ressources publiques.

Les critiques d'auditeurs ? Virulentes, mais éparpillées sur Twitter et dissoutes dans la masse des messages. Les critiques de la presse ? Auto-censurées pour cause de bonnes relations commerciales avec FrCul (partenariats, publicité, co-organisation d'événements, etc.). Le contrôle ? N'existe pas, car le CSA est ami de Radio France et invité sur FrCul.

Curly 

Curly

346
Répondre en citant  
L'invraisemblable richesse des programmes estivaux - Dim 09 Aoû 2020, 13:05

Les programmes d’été sont-ils plus invraisemblablement riches que ceux de l’année dernière ?

Commençons par le week-end : de la découverte, de l’inédit, de l’ouverture. Prenons les 08 & 09 août.
C’est bien simple, un magnifique bouquet de redif’ de moulinades socios-popos habituelles hyper récentes.
Et sur des thèmes et dans des formats riches et variés : de l’actu, et si possible autour de tables rondes avec discussions de salon.

Mais ne vous y trompez pas, nous nageons dans une invraisemblable richesse, avec des programmes tout frais :
- les journaux, parce que pour des raisons qui m’échappent il est impossible de rediffuser ceux de l’année écoulée. C’est dommage.

- samedi : Le monde des espions, une série documentaire, qu’il faut rentabiliser tout de suite en la rediffusant dès le lendemain. Les podcasts, on connaît plus dès qu’il faut remplir la grille et qu’on a plein de trous.
La « masterclass », entretien de haute précision assuré par l’auteure du déjà classique « journal de la philo » (à quand une édition dans La Pléiade ?) avec Elisabeth de Fontenay, multi invitée de la chaîne de la diversité, et qui achève son tour complet de la grille. En attendant la redif’ tant attendue de cette même « masterclass » dès le lendemain.
Puis, enfin, déjà, un mag’ d’actu avec moulinade éco-socio-popo sur le Liban & les aides à domicile (et crise sanitaire).

Concernant le Liban, on nous ordonne de lire une tribune de Wajdi Mouawad, «Il faut lire ce texte de Wajdi Mouawad », comme si son omniprésence sur France Tructure n’était pas suffisante (quelle invraisemblable richesse...). Et pourquoi « il faut » ? Et si je ne le lis pas, je suis un gros méchant ? Un méchant vilain ? Et si les auteurs de ces injonctions arrêtaient de nous prendre pour des neuneus ? Pour des gosses de 5 ans à qui l’on injoncte : « Il faut que tu finisses ta soupe. »

- Dimanche : la messe. Finalement, heureusement que Dieu est là pour remplir la grille. Merci mon Dieu.
Le mag’ d’actu, idem que celui de la veille, avec cette fois-ci les dettes publiques & les dangers du nucléaire, « A-t-on oublié trop vite Hiroshima ? ». « On » = qui ? La productrice de ce mag’ ? Toute la société ? Après l’injonction à lire une tribune, on m’accuse d’avoir oublié Hiroshima ?
Et voilà, je viens de faire le tour de toute l’invraisemblable richesse qui nous est offerte ce week-end par la chaîne culturelle.
Une production tellement peu onéreuse qu'elle permettra à la station de s’offrir une campagne d’affichage de grande envergure avec des portes fermées pour symboliser l’ouverture (fun non ?).
Hein ? Quoi ? C’est déjà fait ?

En semaine, nous avons quand même bien plus de portions d'incroyablement riche.
Lundi 10 août
- matinales avec marronniers sur marronniers, et ce lundi c’est la sécheresse, parce que nous sommes en plein été.
- une grande série docu de 10h sur Brigitte Bardot : 70 ans d’actu people passées au crible. Et comme c’est signé Simonetta Greggio, ça va être du people au cube par rapport à la déjà très très gnangnante série sur Virginia Woolf. Pour couronner le tout, pas moins de deux psychanalystes sont annoncés dans la première partie. Que vont-ils pouvoir nous dire ?
Cette fois-ci, il était impossible de titrer « Brigitte Bardot, cette inconnue », c’était trop long. Alors on a tout abrégé, ce qui donne ce titre tout aussi original de « BB à nue ».
- Avoir raison avec… John Dewey, de la socio popo moulinée par Sylvain Bourmeau, qui permet d’aborder sur l’antenne absolument tous les domaines : la sociologie, l’économie ET la popolitique.
- L’éternelle tablinette méridienne 50 % promo 50 % heu.
- Une série musicale garantie 50 % pompage de France Inter, 50 % pompage de Radio Nova.
- Moulinade d’actu à l’heure de l’apéro.
C’est tout. Invraisemblable ne trouvez-vous pas ?

Alors il reste les deux fictions :
Millénium 3, dont il a déjà été question ailleurs. Pourquoi pas maintenant « Game of Throne » ou « La servante écarlate » en feuilleton radio ? Comme ce serait incroyablement original…

« Imagine 2020 »
Une série au titre sacrément gonflé. L’utilisation du terme « imagine » est avant-gardiste puisque les fictions n’imaginent rien,
ex. « Par peur du virus, un homme, âgé et qui vit seul, refuse de sortir et de fêter Noël en famille. »
« Un couple séparé durant deux mois se retrouve : à travers les mots qu’ils échangent, faussement détachés, maladroits et délicats, ils renouent un dialogue interrompu… »
« Alors que le virus se propage et que chacun est sommé de rester chez soi, la narratrice réinterroge son rapport aux autres et au monde avec poésie et humour. »
« Au cours des mois de confinement instaurés durant la pandémie de Covid-19, une jeune femme attirée par la magie va peu à peu adhérer aux théories du complot qui circulent alors. »

ou spéculent sur les sujets obsessionnels moulinés déjà dans tous les débats socio-popo de toute la grille :
ex. « Quelle attitude adopter face au nouveau pacte sur le vivant qui interdit de tuer les animaux, insectes compris ? »
« Un pool de scénaristes travaille sur les scénarios possibles du monde d’après ! »
« Une oreille qui se met à grossir et à percevoir des sons et des bruits jusque-là inaudibles : c’est l’étrange syndrome qu’une femme se met à développer au début du confinement et qui va peu à peu gagner une partie de la société. »
« En 2038, lors d’un déjeuner, une famille bourgeoise se déchire autour de la loi Fernier qui permet aux personnes âgées de choisir une mort anticipée… »
Dans celle-ci on « interroge le genre » :
« Un homme vient signaler une anomalie : une nouvelle clef XX a remplacé la sienne, YX. Comment prouver, en dépit de son immatriculation, qu’il est un homme ? »
Et dans celle-là on réinterroge pour la 56 millionième fois intelligence artificielle et libertés individuelles avec beaucoup d’originalité,
« Talk show radiophonique entre un animateur de podcast, Karl, et son invité, Spot, un chien-robot équipé d'un logiciel d'intelligence artificielle. »
Des dramatiques truffées de non-idées, aux non-rebondissements multiples [son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/21439-20.07.2020-ITEMA_22386878-2020C40369E0001-1779455909.mp3" debut="05:17" fin="07:53"]

Vivement qu’on imagine l’année prochaine !

Disalvo 

Disalvo

347
Répondre en citant  
Michel Le Bris (1944-2021), « Les années jungle » (août 2009) - Mar 02 Fév 2021, 21:52

Bonsoir à tous,

J'apprends le décès de Michel Le Bris. N'écoutant plus France Culture j'ignore si il y a eu ou non une sorte d'hommage sous la forme de rediffusions. Pour ma part "Les années jungle" font partie de mes bons souvenirs de cette maudite chaîne. Avec une paire de conférences du Collège de France (sur Stevenson et Jack London). Sa voix avait un je ne sais quoi de doux et d'apaisant. J'ignore si avec le recul j'apprécierais encore aujourd'hui ces émissions mais quoi que je pense du personnage et de ses idées je reconnais qu'il avait une voix de radio, un don de conteur, quelque chose qui fait qu'il me manquera à la radio.

J'imagine qu'on peut classer ceci dans la rubrique suggestion d'écoute.

Une bonne semaine à vous

Curly 

Curly

348
Répondre en citant  
La folle grille de l'été 2021 : ça va être chaud chaud chaud ! - Dim 20 Juin 2021, 17:00

Dans la grille de l’été 2021.
2 propositions d'écoute avec gros bazar entre les deux.

- Proposition d’écoute n°1 : Nouvelle diffusion de Bouvard et Pécuchet, adapté par Michel Manoll et réalisé par Georges Godebert. Avec Jacques Duby et Michel Galabru. Pas de précision dans le programme.
La station de culture rediffuse beaucoup, et rediffuse des programmes encore disponibles en podcast ou sur le site.
La radio du XXIème siècle, ouverte sur les nouvelles technologies, mais sans les moyens qui vont avec, ni les idées.
Ce Bouvard et Pécuchet, vous l'avez à disposition depuis 2015 (début ici). Mais quand il faut faire des économies et remplir une grille, la direction considère que l'auditeur est scotché à son poste à galène et qu'il n'a pas de connexion internet, et donc pas d'ordinateur.

Une petite blague en passant, voici la page Bouvard et Pécuchet mitonnée par France Culture :

                                            Les programmes d'été sur France Culture  - Page 35 Opera866

La grille estivale ne mérite pas trop d’être détaillée. On repense le monde, on le change même, comme pendant l’année. Le seul problème, c’est que le monde change alors que la grille de France Culture, elle, reste immuable dans ses ambitions.
Les seules idées de la grille, été comme hiver, sont de faire des portraits de personnalités, des débats d’actu, et des entretiens superficiels en mode « promo-tapis rouge ».

Les Grandes Traversées, qui ont offert l’an dernier quelques fleurons de nanars radiophoniques, se voient réduites de moitié (4h au lieu de 8 ). Des économies sur le dos du Covid, mais c’est pas grave, vu les sommaires (toujours des portraits de personnalités qui ont changé le monde) la réduction laissera plus de place à l'immarcescible Régis Debray qui a eu une idée « originale » (dixit la direction), celle de faire le portrait de penseurs qui ont changé le monde.
Autre machin fun : Les mécaniques du journalisme, saison 7, pour faire comme les séries tévé alors que c’est juste une émission d’une heure découpée en 4 tranches pour que ça fasse des épisodes.
France Culture va là où le succès se trouve, sans aller au devant des envies des auditeurs en proposant de l’inattendu. Donc elle surfe sur les succès du moment, et voici en vedette le retour de Xavier Dupont de Ligonès. Rien de neuf, c’est un récap’. Cool.

- Proposition n°2 : jamais rediffusé depuis 1983, un feuilleton en 32 épisodes, à écouter du 2 au 28 août (???)
La radio se prête plus que bien aux adaptations de romans populaires. Il suffit juste d’y mettre les moyens.
Au cinéma, les adaptations de certains romans populaires, pour beaucoup tombés dans l’oubli, ont donné de véritables chefs-d’œuvre.
A la radio aussi, à cette différence près que l’art radiophonique est tenu en piètre estime.
Cet été, France Culture continue l’exploration de son riche catalogue de feuilletons, après Le Comte de Monte Cristo en 2018, Le mystérieux docteur Cornélius en 2019, et Le mystère le chambre jaune/Le crime d’Orcival en 2020.
Cette année, c’est au tour de L’hôtel Saint Pol de Michel Zévaco.
L’adaptation est encore signée du duo Serge Martel / Pierre Dupriez.
Pour le reste, la fiche de l’Inathèque montre déjà qu’il s’agit d’une véritable création radiophonique, et non un bout à bout de lecture d’extraits comme ce que propose de plus en plus souvent France Culture aujourd’hui en guise de feuilleton.
Générique du premier épisode :

                                                                            Les programmes d'été sur France Culture  - Page 35 Opera865

Comme de par hasard, la belle brochure des programmes ne donne aucune indication sur ce feuilleton.

Curly 

Curly

349
Répondre en citant  
Dolto 2021 Summer Remix - Lun 05 Juil 2021, 17:32

Star de France Culture, en ce qu’elle revient comme sujet d’émission de manière moultement régulière (esprit d’ouverture, qu’est-ce tu fous ?), re-re-re-re-re-voici Françoise Dolto, remix version Summer 2021.
« Avoir raison avec... »
Être du côté de ceux qui ont raison pour faire bisquer ceux qui ont tort. Encore un magnifique exemple du monde tristement binaire de France Culture.

La série retrace la vie de ceux qu’on a raison avec. La vie et l’œuvre, en mode hagiographique parce qu’ils ont raison et qu’on est avec.

Première émission. Durée : 28 mn.
Combien de temps peut-on tenir ? Est-ce même raisonnable de commencer ? A-t-on raison d'être si peu raisonnable ?
Sur ces 28mn, un premier exploit : 4mn de présentation. Énorme. Nerveusement c’est dur, c’est un sommaire sans fin (avec pub Gallimard intégrée), alors que fatchediou on sait ce qu’on entend, avec un peu de chance on a lu le sommaire sur le programme. Alors on commence quand ?
Quatre minutes !

Les quatre suivantes parlent des archives Dolto.
Comme je ne vous ai pas mis en gélule les quatre premières minutes par pure gentillesse, je vous propose l'écoute des quatre suivantes par pur sadisme. Le début du commencement démarre par une remarque en guise de lancement (eh oui, encore un !) d’Aurélie Charon : il y a beaucoup de choses dans les archives Dolto. Remarque fort pertinente, car s’il n’y avait eu que trois bouts de papiers à classer, c’eût été plus simple, et il n’y aurait pointu de quoi remplir un livre chez Gallim’.

Durant ces quatre minutes, personne n’a considéré qu’il fallait couper dans le lard dans ces propos qui redondent, et redondent, et redondent…
Peut-être ne serait-il rien resté.  

Encore un bon gros nanar radiophonique. J’ai relevé une magnifique perle, mais vous pouvez si vous avez le temps (moi non) en relever d’autres :
« Quand on remonte dans l’enfance de Françoise Marette, donc Françoise Dolto qui à l’époque s’appelle encore Marette,
(c'est pas fini y'en a encore un bout)
on se rend compte que la déclaration de guerre de 14 arrive quand elle a cinq ans et demi, que c’est très tôt, que c’est une fille précoce qui va se poser beaucoup de questions. »
Quand on va sur le site des Archives Françoise Dolto, on en apprend plus en lisant les deux premiers paragraphes qu'en écoutant ces bégaiements et ces borborygmes.
La plus-value de France Culture ? Éprouver vos nerfs et démontrer la supériorité de la lecture sur l'écoute de la radio, puisque quand vous écoutez France Culture vous avez vite envie de couper pour lire un livre, si possible pas celui dont ça causait.

[son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/17362-05.07.2021-ITEMA_22719609-2021C35448S0186.mp3 " debut="04:01" fin="08:19"]

Passé ces quatre plus quatre minutes, il est clair que les vingt restantes vont être inoubliables, et elles le sont.

                                                                                                            [son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/17362-05.07.2021-ITEMA_22719609-2021C35448S0186.mp3 " debut="24:51" fin="27:03"]

De la radio éclairante, créative, et pleine d’énergie !
Vite mon calmant ! J’en peux plus !



Dernière édition par Curly le Lun 05 Juil 2021, 23:28, édité 1 fois

munstead 


350
Répondre en citant  
Re: Les programmes d'été sur France Culture - Lun 05 Juil 2021, 17:56

Curly(https://regardfc.1fr1.net/t644p340-les-programmes-d-ete-sur-france-culture#37145) a écrit: (...) De la radio éclairante, créative, et pleine d’énergie !
Vite mon calmant ! J’en peux plus !
La première pastille sonore est instantanément oubliée, parce qu'instantanément oubliable, la seconde, comment dire… est un brillant exercice sur le thème de : "comment ne rien dire en 2'30" tout en disant n'importe quoi."

Quant à Françoise Dolto encensée, une millième fois de plus sur FC, elle est de plus en plus considérée comme a joke, une plaisanterie pas  drôle du tout, qui a culpabilisé pendant des années des parents traumatisés par l'autisme de leur enfant. Elle n'est plus prise au sérieux par qui que ce soit aujourd'hui, sauf sur FC apparemment. Elle relève du même type d'escroquerie intellectuelle jouant sur les attentes des patients que Freud (dans une partie de ses travaux et surtout dans sa pratique) ou Lacan. Cette époque est heureusement dépassée, sauf à Paris, allez savoir pourquoi.

Curly 

Curly

351
Répondre en citant  
Les vrais programmes d'été de France Culture - Mar 06 Juil 2021, 12:53

Une belle journée estivale sur France Turcrutre, l’esprit d’ouvercrutre.

7h, Guillaume-le plagiste promotionne en un premier temps un nouveau tome des, je cite, « Œuvres compètes de Tocqueville ». Une coquille dans le potage, ça arrive à tout le monde, mais certains en ont plus que d’autres.
Et promotionne en un nouveau temps un ouvrage qui démonte des clichés racistes.
Par manque de temps, voici la synthèse des Matins :
- promo éditions Gallimard
- promo éditions du Seuil (pour équilibrer)

9h, une énième couche de Mitterrand, avec montage d’archives et analyse compète de 14 ans de règne. Un excellent « Avis critique », maquillé en grande traversée, signé Dieu, que seuls les mécréants appellent encore Raphaël Bourgois.

10h, podcast nattes & tifs de l’année fourgué en bouche-trou pour l’été. Pas cher et bien racoleur. Au progr’, l’affaire Benalla. One more time.

On continue avec les scies habituelles,
11h, Sartre + Debray
Après une intro interminable de 10mn (10 mn !), on entre dans le vif du sujet avec Annie Cohen-Solal (autre multi-invitée de la station qui tourne en rond) :
« Oui euh je voudrais d’abord dire et saluer cette initiative euh de parler d’Sartre sur France Culture aujourd’hui en 2021. Je je voudrais dire mais solennellement à quel point je suis touchée que le nom de Sartre... » Là j’ai coupé, mais si vous voulez la suite, c’est que vraiment vous êtes masos. (10’50’’ pour ceux qui se sentent concernés.)
Annie Cohen-Solal a oublié que Sartre fut consacré fort régulièrement sur cette chaîne y compris ces dernières années.
Et que Annie Cohen-Solal, c'est-à-dire elle-même, a été invitée de La Cie des Zoeuvres en 2020 (4 X 1h sur Jean-Paul Devinez-qui)

12h, Dolto 2021 Summer Remix, avec une autre scie de la station, Caroline Eliacheff. De l’hagiographie sans aucun recul critique.

12h45, la grande tablinette, promo promo, comme d’hab’, avec promo-film aujourd’hui.

13h30, Les Patasses dans la Mouise, rediff’.

14h, Feuilleton. Rediffusions.
Bouvard & Pécuchet, 1971. Voir remarque de 15h.

14h30, la purge : la dictée, avec un texte de Sartre, ce grand méconnu.

15h, archives avec Philippe Garbit, qui avec ses feuilletons de 14h et ses Nuits sont les seules bouées auxquelles s’accrocher dans les programmes. Que l’on n'ait à s’accrocher qu’aux archives, qu’est-ce que cela peut bien dire de l’aujourd’hui de la station ? La question n’est pas que posée, elle est aussi répondue dans ce billet, reste à trouver où.

16h, sciences, avec une série hyper originale sur « les grandes inventions et découvertes de l’Humanité ». Tout simplement. Combien y’a-t-il eu de brainstormings pour en arriver là ?
Le résultat, de euh quoi euh piquer euh des auditeureuhs aux généralisteuhs, avec les euh en plus euh.  [son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/22362-05.07.2021-ITEMA_22719676-2021C43776S0186.mp3" debut="02:00" fin="04:39"]

17h, docu au LSD, rediff’.
Avec à la fin Le monde vivant, chronique. Même pas un an d’existence et déjà rediffusée. Encore disponible en podcast, encore disponible à l’écoute sur le site, et rediffusée quand même. C’est ce qu’on appelle du remplissage d’antenne.

18h15, les Rencontres de Pétrarque.

Après, ce ne sont que des rediffusions, jusqu’à 7h le lendemain matin, avec en soirée, 20h30/minuit, la rediff des programmes du matin. Extra.
A signaler à 19h la diffusion de Transmission : une histoire de la génétique de Michel Alberganti, dont la station se garde bien de signaler qu'il s'agit d'une émission de 2004. Mais qu'on se calme, la semaine prochaine, retour à cette heure de Business Culturel du Grrrrand Mamamouchi.

Les programmes d’été sont intensément riches. Y’a vraiment pas menterie sur la marchandise.

Contenu sponsorisé 


352
Répondre en citant  
Re: Les programmes d'été sur France Culture -

Les programmes d'été sur France Culture     Page 35 sur 37

Haut de page ↑   

Aller à la page : Précédent  1 ... 19 ... 34, 35, 36, 37  Suivant

Accueil / France Culture

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum