-->
Forumactif

Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 

-50%
Le deal à ne pas rater :
-50% Nike Jordan Air 200E
67.47 € 134.99 €
Voir le deal

Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Regards sur France Culture » LES FORUMS » France Culture » La culture des idées

Aller à la page : Précédent  1, 2

Accueil / France Culture

La culture des idées    Page 2 sur 2

Bas de page ↓   

Philaunet 


Admin

11
Répondre en citant  
Saul Bellow cité par Alain Finkielkraut - Dim 29 Oct 2017, 18:04

Charles Siegel (de la Radio suisse romande) : "Vous citez une phrase de Saul Bellow qui est tout à fait extraordinaire, vous aimez bien les citations aussi : ''Une grande quantité d'intelligence peut être investie dans l'ignorance lorsque le besoin d'illusion est profond''".

Alain Finkielkraut : "Voilà, le politiquement correct, c'est précisément la tentative d'enfermer le monde dans sa vision du monde".

À  retrouver à 1h44'08 de l'entretien cité dans le post du fil RTS, Alain Finkielkraut.

En ouvrant ce fil, le 27 août 2014
Nessie(https://regardfc.1fr1.net/t674-la-culture-des-idees#19256) a écrit:Comme la culture tout court, la culture des idées se porte mal sur cette radio.

Pourtant, depuis 15 ans que France Culture abandonne progressivement la culture au sens usuel du terme, à défaut, la chaîne resterait très bien placée pour offrir à ses auditeurs une fenêtre sur la vie des idées. Or on voit tout le contraire. 

Ainsi paradoxalement, la baisse du budget de France Culture pourrait être une chance pour l'auditeur exigeant. Elle pourrait entraîner un renouvellement dans l'équation fondamentale du programme. La période 1999-2014 avait vu le triomphe d'une ligne officieuse qu'on peut ainsi résumer : de moins en moins de culture, de plus en plus d'actu. (...)

Curly 

Curly

12
Répondre en citant  
La journée de la nuit des zidées - Jeu 30 Jan 2020, 18:58

Helloooooo…
C’est aujourd’hui une journée spéciale sur France Machincule.
Une journée spéciale « Nuit des idées ». Non ne riez pas bande de sapajous. C’est super sérieux de chez Sérieux.
« La question Quelles idées neuves pour 2020 ?  traversera l’ensemble des émissions (dès 6h45) et sera traitée en direct et en public (dès 18h20) »
Que peut-on ajouter ? Qu’y a-t-il à commenter ?
Je me remercie de me poser cette double question qui n’en fait qu’une. Je n’y aurais jamais pensé tout seul.
Deux points peuvent être éclaircis. Une fois posée la lampe à arc, nous pouvons  admirer que :
- les idées « traverseront l’ensemble des émissions »
- et que les idées sont neuves. On a jeté celles de l’année dernière à la poubelle pas recyclable parce qu’il faut vraiment tout changer.

Soooooooooo…
rendez-vous pris à 6h45, je fais tout ce qui a marqué comme il faut.
6h45 : Les Enjeux internationaux
Pas d'émission ce jour


6h57 : L'Humeur du matin par Guillaume Erner
Pas d'émission ce jour

7h-9h Les matins
Pas d’émission ce jour


9h : Le Cours de l’Histoire. Une idée traversante toute neuve de 2020 :   75ème anniversaire de la libération des camps : Ce que le monde doit à l'hiver 1944-1945.
C’est indiscutablement Excellent. L’année prochaine ce sera le 76ème, l’année dernière c’était le 74ème, si mes calculs sont bons (si je me trompe, rectifiez-moi, nul n’est parfait), donc 2020 est bien l’année idéale pour parler du 75ème anniversaire.
Pour l’instant, la perfection est au rendez-vous, à deux-trois détails près, mais comme dit dans la parenthèse, nul n’est parfait.

Le Journal de l'histoire
Antique Brexit : un premier Brexit sous l’Antiquité

Parfait encore : l’ancien dans le nouveau et vice-versa. Admirable. Une journée spéciale qui commence sur des chapeaux, posés sur des roues.
Comme c’est trop,

10h : Les chemins de la philo
Pas d’émission ce jour

Le journal de la philooooooo
Pas d’émission ce jour

Damned. Ma Didine, tu me manques.

11h : Cultures Monde
Intelligence artificielle : vers un nouvel ordre international ?
Le Tour du monde des idées
Viktor Orban : un défi lancé à l'identité de la droite européenne

2020 s’annonce magique. Dieu merci, déjà bientôt février, plus que 11 mois (dites-moi si c’est toujours bon mes calculs).

12h : La Grande table culture
John Muir, prophète d’une nature à protéger

Parce que je sais pas si vous savez, mais la fin du monde approche. Une idée neuve de 2020.

Suite de la tablinette :
La Grande table idées
La nation démocratique, une idée neuve pour 2020 ?

Voilà la nuit des zidées qui traverse la journée.
Et une putain d’idée neuve. Vite un défibrillateur, c’est trop.
« Réhabiliter la nation, une idée neuve pour 2020 ? A l'occasion de cette journée spéciale en partenariat avec la Nuit des idées, rendez-vous avec notre invité, David Djaïz, qui publie "Slow Démocratie" (Allary, octobre 2019). En présence de Martin Legros, rédacteur en chef de "Philosophie Magazine",  notre partenaire minceur.
Je rappelle que le thème de cette année est radicalement différent de celui de l’année dernière :
2019 = Face au présent
2020 = Quelles idées neuves pour 2020.

Génial. Quel renouvellement.
Reviendons à la tablinette et au popo du jour, David Djaïz. Du neuf, du made in 2020.
Puisqu’il faut remonter à fin 2019 pour retrouver
Les matins du samedi du 28/12/19 :
« ...après le journal de 8h, il sera question de crise de la démocratie avec le haut fonctionnaire et enseignant David Djaïz qui a fait paraître en octobre 2019 un essai intitulé "Slow democratie" (éditions Allary). Le rapport entre le capitalisme et la démocratie - son histoire et ses limites - ainsi que la place de la nation dans la mondialisation seront abordés au cours de l'émission. »

13h30 : Les Pieds sur terre
Les jeux de l'argent et du hasard

En voilà une bonne idée pour la nuit.

14 h : Entendez-vous l'éco ?
Transition écologique : un bon marché ?

Bravissimo. Personne n’avait abordé, surtout sur cette antenne, un tel sujet. 2020, c’est l’année des zidées neuves.

15 h : La Compagnie des œuvres
Haussmann, un premier Grand Paris (4/4) : Repenser Haussmann aujourd'hui

On repense, et en plus aujourd’hui. Optime.

16h : La Méthode scientifique
Repousser les limites du vivant

« ...nous profitons aujourd’hui du fait que la Nuit des Idées se déroule ce soir autour de la thématique « être vivant » pour nous interroger autour des limites de ce vivant en compagnie – et nous sommes très fiers et heureux de la recevoir à ce micro, de Nicole Le Douarin »
Petit souvenir :
«  MATIÈRES À PENSER par Frédéric Worms du 23/01/2019
Quelles nouvelles du vivant ? 
Après le génome, la vie continue
… avec Nicole Le Douarin, biologiste. »


17 h : LSD, La série documentaire
La Pologne et le féminisme : Les lieux du possible

Vous la sentez bien la traversée des idées neuves ?

18 h : Le Temps du débat
La Nuit des Idées au Collège de France - Être vivant

Ils sont comme le commandant à France Popo, ils se couchent tôt.
Les sujets des débats approfondis de 20 mn sont des sujets d’actualité fondus dans la popo culture.
Les zidées neuves de 2020 :
Quelles lois pour le vivant ?
Retraites : la prévision est-elle une illusion ?
L’effondrement est-il attirant ? Avec l'immarcescible  Cynthia Fleury

Immigration :  débat impossible ? 
Preuve que non. En voici un énième, et qui plus est un débat sur le débat.
Les artistes sont-ils au-dessus des lois ?
Oui. La preuve : Hitler était peintre.

Maintenant, l’eau précieuse de la soirée
21 h : Par les temps qui courent
Pas d'émission ce jour

C’est objectivement l’une des plus belles idées pour 2020, au delà si affinités. Et il y en a déjà beaucoup.

22h : Matières à penser
Nuit des idées : Être vivant (4/5) : Vies minuscules, majesté du vivant.

« Majesté du vivant », un sacré programme pour ce long monologue de Patrick Boucheron (avec Pierre Michon dans le rôle du faire-valoir)

Si vous êtes à court d’idées pour 2020, n’hésitez pas à écouter le cocktail de cette journée spéciale : 1/3 grève, 1/3 normal avec débats d'actu, 1/3 débats d’actu déguisés en « nuit des zidées ». Le mélange est tellement détonnant que vous en oublierez d’allumer la radio.
Sooooo looooong, folks !

Philaunet 

Philaunet
Admin

13
Répondre en citant  
Re: La culture des idées - Ven 31 Jan 2020, 08:17

Curly(https://regardfc.1fr1.net/t674p10-la-culture-des-idees#34787) a écrit:Helloooooo…
C’est aujourd’hui une journée spéciale sur France Machincule.
Une journée spéciale « Nuit des idées ». Non ne riez pas bande de sapajous. C’est super sérieux de chez Sérieux.
« La question Quelles idées neuves pour 2020 ?  traversera l’ensemble des émissions (dès 6h45) et sera traitée en direct et en public (dès 18h20) »
(...)
Maintenant, l’eau précieuse de la soirée
21 h : Par les temps qui courent
Pas d'émission ce jour

C’est objectivement l’une des plus belles idées pour 2020, au delà si affinités. Et il y en a déjà beaucoup.
Mesure pour prévenir le décervellement de la jeunesse naïve :

La culture des idées - Page 2 Scree722

Au programme de ce soir, l'exploitation d'un peuple autochtone du Nord-Ouest canadien vue en BD. De l'indignation avant de se coucher, ça ne peut pas faire de mal. Un gréviste sauvera-t-il la jeunesse des cauchemars et des insomnies ?

Philaunet 

Philaunet
Admin

14
Répondre en citant  
Beaucoup en ce moment (merci pour icelui) de textes - Ven 21 Fév 2020, 19:49

Le degré zéro de l'écriture et de la pensée, chaque jour sur la station parisienne France C.

Peut-être devancé-je (depuis 1990 "devancè-je" est proposé par l'Académie française pour coller à la prononciation, ceci ajouté pour l'arrogante donneuse de leçons qui se pose en "stylisticienne" sur une vidéo des illettrés de la station), donc, devancé-je le contenu d'un billet du fil la Vie des idées avec ceci tiré de l'Excellent, cela va sans dire, podcast de la revue aoc :
Il faut entendre la voix de ces chercheurs qui publient beaucoup en ce moment de textes, les lire sur le site de Sauvons l'université  et sur divers sites de médias car ces chercheurs se mobilisent collectivement en produisant beaucoup de textes.

Curly 

Curly

15
Répondre en citant  
La vie des Non-Idées - Sam 03 Juil 2021, 11:55

La vie des Non-Idées
Qu’elle est dure cette vie ! Qu’elle est dure !
A quoi reconnaît-on un penseur de Non-Idées ? A ce qu’il affirme avec constance en avoir plein, et que pour pallier ses défaillances il tourne en boucle sur toujours pareil, sans jamais avancer d’un poil, remettant mille fois son ouvrage dans la tronche des auditeurs dont on espère qu’ils écoutent d’une oreille distraite. Les oreilles distraites, c’est tout bon pour les penseurs de Non-Idées.
Et aussi ce petit tour de magie qui marche souvent : dire aux auditeurs ce qu’ils pensent déjà en leur donnant l’impression qu’ils sont en pleine Opération Nation Apprenante. Entendre ce que l’on pense déjà, c’est merveilleux, l’auditeur se dit que mais oui c’est vrai, c’est bien vrai, sans se demander une seule seconde qu’en fait il n’y a rien de neuf qui vient de lui débouler dans la calebasse, trompé qu’il a été par le ton sentencieusement bégayant de la Non-Idée.

Deux pages pleines de Non-Idées attirent aujourd’hui notre peu d’attention.

Les rencontres de Pétrarque.
Cette année France Culture se tourne vers l’Afrique. Bien, à part que si vous avez lu ce qui précède vous devez sentir la suite venir.
Pour la faire courte : toujours les mêmes thèmes, qui sont martelés à longueur d’année à longueur d’antenne, sont à nouveau martelés.
Et pourtant, la direction AJT de non-idées a tenté le coup quand même, pour nous enfumer un brin :
« Cette ouverture tant attendue des espaces publics nous a donné l’envie de dépasser les frontières, toutes les frontières, de mettre un peu de côté les sujets qui nous agitent depuis le début de la pandémie » Je vous passe l’ultra usée « réinvention » du continent africain.
Alors oui les sujets qui AJ’tent la grille de France Culture depuis le début de la coronaparty sont mis de côté. Oui. Enfin, non, parce qu’au programme des réflexions, nous retrouvons l’Afrique et les crises sanitaires, surtout la dernière.
Pour le reste, inutile de dénombrer la quantité d’émissions qui ont déjà usé les mêmes problématiques (très scolairement formulées, plus rébarbatif vous pouvez pas), le plus souvent avec les mêmes intervenants que dans la grille habituelle :
- esclavage et colonisation
- pandémie donc.
- impact de la pandémie sur l’économie, donc encore pandémie avec une couche de « start-up nation ».
- spoliation des œuvres d’art
- crise climatique
Si vous avez déjà suivi cette année les émissions d’actu de France Culture, qui sont fort nombreuses, vous aurez juste l’impression d’une redif’ sous forme de best of.
Les idées, elles auront les doigts de pieds en éventail dans la piscine de la Villa Mon Rêve, elles siroteront un Bloody Mary en écoutant les cigales chanter dans la pinède, et non les Rencontres de Pétrarque. C’est pas pour rien que ce sont des idées. Pas connes, les idées.

Résister aujourd’hui pour inventer demain.
Une bien belle opération dont France Culture se fait évidemment partenaire, parce qu’elle se soucie du moral de ses auditrisséteurs.
Si vous aimez bien rire, restez, ne partez pas, lisez « Résister gnagnagna pour gnagnagna demain ».
Cette invite à résister pose problème : si on passe tout notre présent à résister, nous n’inventerons jamais demain, car quand demain sera aujourd’hui qu’est-ce qu’on fera, hein ? Je vous le demande ? Qu’est-ce qu’on fera ?
Eh bien si on suit le mode d’emploi, nous serons demain encore en train de résister, demain étant devenu fatalement à un moment donné aujourd’hui, alors que pendant ce temps aujourd’hui sera devenu hier. Et hier, qu’est-ce qu’on fait hier ? On résiste ! N’oubliez pas que hier a été aujourd’hui, et qu’aujourd’hui qu’est-ce qu’on fait ? On résiste !

68 jeunes ont planché sur le sujet, et à défaut de plancher, ont creusé aussi. Le jury qui a distingué les trois heureux lauréats fut présidé par le rigolo Étienne Klein, qui est le robot multi-fonctions de France Culture, le Thermomix de la station.
Les trois réflexions méritent de figurer dans le panthéon des Non-Idées.
1- Le texte passe « en revue la vie d’un homme ».
« On commence en 2021, "Mr R". est au soir de sa vie, puis on remonte le temps, un deuxième texte rédigé après les attentats du 11 septembre 2001, puis en 1969 après une année assez chargée sur le plan politique, géopolitique, intellectuel et culturel. Enfin, en 1943, il écrit une lettre à sa mère, alors qu'il est résistant. »
Le héros de l’histoire « essaie d'avancer des idées avec humilité et une forme de résistance. Tout en gardant une capacité à inventer, parce que c'est ce qui permet d'agir et de transformer, de créer et de construire l'avenir. »
En voilà une non-idée qu’elle est bonne !
Tous les clichés du temps présent ont couru avec brio, il était logique que ce travail de titan fût récompensé.

2- La lauréate n’ayant pas eu d’idée – logique - « elle s'est inspirée de la résistante Germaine Tillion qui avait écrit en 1943 une opérette pendant sa détention au camp de Ravensbrück ».
C’est donc une opérette, on ne peut rien vous cacher, qui met en parallèle la crise climatique et la crise du coronabidule.
« les réactions à cette crise m'ont fait beaucoup réfléchir à une potentielle crise climatique dans les années à venir. »
Une crise, quelle qu’elle soit, reste une crise, et il est important de faire une étude comparative des crises, toutes les crises. Comme cela est fait à longueur d’antenne depuis un an et demi.

3- Un journal intime. Chouette, encore !
Mais attention, « Un journal intime transposé dans une période plus lointaine puisqu'il commence le 17 novembre 2049 et prend fin le 17 mars 2050. »
Mais attention à nouveau, en 2049/50, c’est en gros la même tartine que trente ans avant. « J'ai souhaité imaginer la prochaine grande crise qui pourrait nous frapper : une cyber-pandémie qui viendrait paralyser nos sociétés et nos économies. »
Les clichés et mots clés en vogue ont tous navigué avec succès, signe d’une avalanche de non-idées.
« Son angle d'attaque ? La résilience de nos sociétés, avec le souhait de questionner notre recours aux technologies pour résoudre tous les problèmes et les limites que cette vision pose. »
L’argumentation se déroule en deux temps : la technologie sans cerveau derrière, non !
La technologie avec un cerveau derrière, oui !
Car la techno avec cerveau permet de caser tous les autres mots clés qui restent : « lutte contre les inégalités », « réchauffement climatique » « inégalités sociales et professionnelles ».

Et avec toutes ces non-idées, que va-t-il arriver ? Mais le monde est sauvé, tout simplement, et notre futur pourra se passer en toute quiétude, dans le meilleur des mondes.
Comme c’est mignon.
Les Non-Idées vous donnent rendez-vous très prochainement pour de nouvelles opérations « Des idées pour demain ». Si vous voulez participer, n’oubliez pas de ne pas en avoir et de les faire évoluer dans une pensée naïve et simpliste, parce que c’est plus émouvant.
Cette salade a déjà envahi la grille de France Culture depuis quelques années, cette station de culture étant devenue la station des Non-Idées, celles qui vont changer le futur à coups de fil à couper le beurre.
Pas culturel du tout, mais ça fait pleurer dans les chaumières, et ça fait vaguement monter l’audimat en rameutant les déçus des stations généralistes.

Curly 

Curly

16
Répondre en citant  
Trouvez vous-même les priorités pour transformer le monde, un jeu France Cucure/Cercle des économistes/Ikéa/Bricorama/Flanby, avec la participation exceptionnelle des nouilles Lustucru - Dim 02 Jan 2022, 12:18

Les zidées sont de retour. Mais étaient-elle vraiment parties ?

A venir,

La culture des idées - Page 2 Oper1137

Les zidées de nuit tardent à venir. Elles se pomponnent, elles se font attendre. De vraies stars.

Et aussi, génial, le come back du partenariat avec Le Cercle des économistes.

La culture des idées - Page 2 Oper1138

Ça faisait longtemps que l’on navet pas refait le monde. Depuis le Festival des Zidées de 2 mains, une éternité, sans compter les nombreux programmes qui bourrent le mou sur le sujet des I.D.
Pas difficile de deviner l’issue du méga super concours. Non, les priorités, ce ne seront pas d’accentuer les inégalités, provoquer d’autres guerres, nucléaires si possible, prendre six douches et dix bains par jour, acheter trente 4X4, faire du ski à Dubaï, chasser à coups de fusil mitrailleur les espèces en voie de disparition…
Non, étonnamment, ce sera pile l’inverse, et nunuche à souhait, bien sûr.
De quoi se donner bonne conscience avant de rererererefaire le monde tout le reste de l’année.

Curly 

Curly

17
Répondre en citant  
Des idées pour vos nuits - Sam 29 Jan 2022, 11:44

La direction a décidé de nous verser dans les oreilles et par conséquent dans notre cerveau les MEILLEURS moments de la journée du festival des idées qui tourbillonnent telles des bananes broyées dans un mixer. N’est-ce point à la ligne une idée de la plus haute hauteur ?
La réponse est oui sans hésiter. Ceux qui ont hésité n’existent plus, leur hésitation, et leur corps avec, s’est engouffrée dans le trou noir de l’oubli, résultat : 150 % de oui à cette question. Des rumeurs chuchoteraient 200 %, mais faute de vérification, tenons-nous en au pourcentage le plus fiable : 150 % de oui sans hésiter.

Ces MEILLEURS moments qui remplissent, à coups de marteau pour que tout rentre, notre nuit, ils sont déjà à l’écoute depuis fin novembre, mais qu’à cela ne tienne, il faut survivre avec son temps et reproposer en flux en podcast en réécoute en suppo en gélule en purge ces moments de radio magiques avant de les rerererereproposer jusqu’à la deuxième édition du festival des idées que nous devons retenir pour créer un monde meilleur, celui avec les petits oiseaux qui cuicuitent, les humains qui s’embrassent tous dans une ronde universelle de bonheur sans respecter les gestes barrières pour fêter la fin des inégalités dans le monde et la fin de la fin du monde.
Même, la Terre sera enfin plate, épurée de toutes ses inégalités géologiques.

J’ai écouté pour vous le début de cette nuit. Je me suis arrêté au bout d’une dizaine de minutes, c’est-à-dire pile au moment où la lumière s’est faite en mon âme et mon corps, où j’ai enfin assimilé dans mon âme et mon corps toutes les tâches à accomplir pour rendre notre monde mondialement meilleur.
Pourquoi s’arrêter aussi vite ? Mais tout simplement pour me mettre plus vite à la tâche, retrousser les manches de mon pyjama (je rappelle que c’est la nuit) et changer tout de suite le monde en commençant par couper la radio pour aller me coucher.

La minute de présentation, par la direction.
Après une fanfare de cuivres flamboyante, la voix prophétique de la direction nous annonce solennellement que la journée des zidées, celles qui « pensent et agissent pour l’avenir », fut un tel succès qu’elle méritait de basculer la nuit pour faire enfin le tour du cadran. Annonce grandiose faite avec en fond sonore l’ouverture de la huitième de Mahler, les cloches de Notre-Dame, l’alarme incendie de la Maison de la Radio & de la Muzik et le bruit d’un volcan en éruption. J’en pleure encore.


Climat, économie, société : par où commencer ? Une « masterclass d’idées ».
Tout à coup, a.k.a. soudainement, la voix de la direction n’est plus celle de la nuit des idées, mais celle de la journée des idées rediffusée la nuit. Un saut temporel d’une telle audace que j’en pleure toujours.
« Par où commencer ? »
Quand on sait qu’il faut tout changer, que tout va de traviole, il faut commencer avec méthode, et donc savoir par quoi on commence. Pas par la fin, mais par le commencement. Encore faut-il le trouver, dans ce foutoir monstre.
Est-ce que vous déroulez une pelote de laine en commençant par le milieu vous ? Non. Pour éviter la fin du monde, c’est du kif, faut trouver le bout, et le bon bout.

La direction de la radio à tuture et la direction éditoriale de la tévé à tuture se sont associées pour nous présenter quatre spécialistes qui en réfléchissant ensemble vont trouver en moins d’une heure le bout sur lequel on va tirer pour sortir toutes les solutions des problèmes du monde pour vivre enfin dans le bonheur d’un Eden retrouvé.
La direction de la radio tuture commence dans le vif du sujet. L'oignon est tranché dès la première seconde, j’en arrête toujours pas de pleurer.
Le vif, celui du sujet, consiste en la présentation détaillée de tous les invités, et même en un rappel de, outre leurs titres de gloire, leurs invitations dans d’autres émissions à radio tuture.
Comment naissent les idées, comment, une fois nacquites, doit-on les élever ? En batterie, sous la mère ? Les deux en même temps ?
Vaste question, qui n’empêche pas de continuer à dérouler en plus en cadeau les différentes œuvres des quatre invités des idées, toutes couronnées de gloire dans une apothéose de prix. J’en pleure encore et toujours.
La direction à radio passe la main et la voix à la direction à tévé, a.k.a. Boris, pour reformuler la question qui forme le socle de ce monument à idées et qui s’était noyée dans ces deux minutes de cv bien remplis.
Or, Boris se la joue en solo, et refuse de faire ce qu’on lui a demandé. Il préfère reprendre à nouveau tout à zéro et causer du famous questionnaire à idées. Je lui laisse la parole deux secondes, le temps de chercher un mouchoir. J’en peux plus.
« ...euhm alors peut-être un un un petit détour par euh le le questionnaire puisque vous le savez ce festival a la particularité euh sa sa sa euuuuuh sa  programmation repose en partie sur un questionnaireuh soumis soumis à toute la potula population et en particulier aux plus jeunes aux dix-huit trente-cinq ans et et et et pour donner un peu le les les souhaits du temps euh lu lu lu l’humeur de la jeunesse c’est vrai les les les euh y’a quelques éléments assez euh... »
Je reprends, et je vous résume lalalalalala suite. Les jeunes, ils sont prêts à affronter le pire. Alors le monde d’après, le monde d’avant… est-ce que y’a le monde d’après ou pas, that is the question qui n’est pas celle de « par où qu’on commence » mais c’est pas grave tant que y a des idées on prend.
La première réponse qui vient est éclairante. Figurez-vous que rien que d’y repenser, j’en pleure.
La première réponse de la première spécialiste consiste à corriger une erreur dans la présentation de son cv tout à l’heure. La direction à radio elle coupe direct, car l’erreur vient d’elle, mais en fait, a.k.a. en vrai, l’erreur vient d’internet, l’endroit où l’on lit le plus de conneries. La preuve, sur le site de France Trutrucre, on peut en lire un paquet, dixit la direction elle-même. Et en plus, ce qu'on lit correspond souvent à ce qu'on entend.
En vrai de vrai, a.k.a. en vrai au cube, l’assistant qui lui a pondu le texte de présentation, il va passer un sale quart d’heure. En tout cas c’est mon idée pour le monde d’après l’émission.
La réponse : 67 % des jeunes s’attendent au pire pour le monde d’après, qui par conséquent n’existera pas.
Boris, a.k.a. Boris, coupe à son tour : non, c’est pas 67 mais 76 %.
Le pourcentage est répété plusieurs fois pour bien qu’on s’en imprègne.
Alors pourquoi ces 76-et-non-ces-67 % ?
La spécialiste apporte une réponse qui, je vous la donne en mille, a eu pour conséquence de me faire pleurer. Les jeunes s’attendent au pire parce que snif snif ils sont ANXIEUX.
Et cette anxiété, a.k.a. eco-anxiété, elle mérite un développement fourni, qui impacte lourdement tous les synonymes d’anxiété, parce que Covid sans fin qui rappelle toutes les épidémies de l'avant qui disent quelque chose de l'épidémie de l'aujourd'hui.
La solution de la spécialiste : psychologiquement y’a des choses à faire. Elle a bien préparé sa réponse et cite un discours de Camus en 1957 qui parle tellement d’aujourd’hui, a.k.a. résonne très fort encore aujourd’hui. Conclusion : « ...c’est ça qu’j’voulais dire. »
Second spécialiste : nous sommes dans une crise car nous sommes en train de sortir de notre stabilité millénaire. Ce qui explique la crise. L’instabilité entraîne une fragilité, écologique et sociale. Entre deux pleurs, j'irais même plus loin en affirmant qu'inversement, la fragilité provoque de facto une instabilité.
Il faut donc faire quelque chose, il faut faire face, s’adapter, trouver la solution en se retroussant les manches, du pyjama par exemple.

Au bout de dix minutes, l’idée est là qui, comme mes larmes, jaillit d’un coup : il faut faire QUELQUE CHOSE.

Curly 

Curly

18
Répondre en citant  
L'idée, c'est de prononcer le plus de fois le mot ''idée'' - Ven 06 Mai 2022, 20:02

La radio des idées c'est donc quoi qu'est-ce ? En quoi que ça consiste ?
Simple ! Simplissime ! L'idée, c'est de caser le plus de fois le mot "idée" en l'enrobant le plus possible de la formule "l'idée, c'est de..." comme je viens de le faire présentement.
Prenons la table. Si possible une grande. Appelons-la "La grande table idées". Une grande tablinette qui n'est grande que par son nom pisqu'elle n'accueille le plus souvent qu'un invité à la fois. Une grande table deux places. C'est chaleureux, ça bouillonne, l'idée c'est de dire que c'est grand, et que y'a des idées. Plein.

La grande table idée du 4.
L'invitée est une docteure en philosophie qui a trouvé le bon filon en publiant des manuels de développement personnel.
"L'auteure insiste sur la nécessité de mieux les (= les émotions) comprendre pour ne pas se laisser dominer par celles que l’on refoule. »

L’idée, c’est de dire que tout ce qui nous émotionne nous émotionne moins si on cherche à comprendre ce qui nous émotionne. L’idée est éblouissante de fraîcheur. C’est en tout cas une idée.

Le concept est neuf : « l'émotion doit avoir quelque chose de très immédiat, de très spontané. Quand on y réfléchit, c'est déjà un sentiment ».
Acheter, et qui plus est lire ce manuel de développement personnel, est une idée plus coûteuse que de chercher dans le dico les définitions de « émotion » et « sentiment », mais c’est une idée quand même, et faut jamais cracher sur les idées, surtout celles de la radio à idées.
Un manuel à saveur autobiographique, car rien de plus intéressant que de raconter sa life sous couvert de faire de la philo de développement personnel : « Une réflexion qui se base notamment sur son expérience personnelle et ses souvenirs d'enfance ».

L’ensemble de l’idée est condensé dans un clip touitteur résumé ainsi :
« Faut-il se fier ou se méfier de nos émotions ? Pour la philosophe Ilaria Gaspari, l’idée n'est pas de les craindre mais plutôt de les comprendre et de les déchiffrer. »
Vous comprenez l’idée ? Une idée qui marche avec tout, et que partout on appellerait « un lieu commun », sauf sur la radio des idées où l’on appelle ça une « idée ».
L’auditeur qui n’écoute qu’avec un quart d’oreille cette idée a juste le temps de se dire que « Fichtre, mais c’est pas con, ça, en voilà une idée qu’elle est bonne. » Normal, c’est l’idée du concept de la radio à idées.

Best of de la compil’ à idées :
« L’idée de passion (…) le terme a un lien très fort avec l’idée de passivité.
L’idée ce serait que alors qu’il nous arrive de ressentir quelque chose (…) c’est le corps qui ressent alors que notre âme est passive. Donc…
c’est l’idée d’une immobilité, d’une passivité de l’âme à l’égard de ce que l’on ressent et donc…
l’idée que l’on apprend rien.
Et Spinoza a été anticonformiste à ce sujet, révolutionnaire. Il a pris le mot « affectus », il l’a pris du latin parce qu’il écrivait surtout en latin, et là…
c’est l’idée de quelque chose du monde qui nous affecte, donc qui nous frappe.
Mais…
ce n’est pas l’idée de la passivité…
c’est l’idée qu’on peut apprendre quelque chose

Le mot émotion s’est installé au XIXème siècle dans deux niveaux : dans la poésie et dans la théorie de l’évolution. Donc c’est très bizarre (après la philosophe répète ce qu’elle vient d’affirmer dans la première partie de sa phrase, soit : ) c’est très bizarre parce qu’il y a le niveau naturel de l’évolution et après le niveau culturel.
On est une seule et même chose… (l’idée développée dans la suite je vous la résume : nous sommes une seule et même chose) »

L’idée, c’est de penser que nous sommes tous un, âme et corps.  
La radio des zidées, la radio qui dit le plus de fois possible le mot « idée » sans en avoir une seule.

Curly 

Curly

19
Répondre en citant  
Fiat lux sed lux - Ven 29 Juil 2022, 15:15

Les programmes d'été sont d'une richesse inouïe, et redonnent tout son sens à l'expression "jeter l'argent par la...par les..." merde j'ai oublié la fin. Mais diable, faisons fi de cet oubli malencontreux, proposons un nouvel exemple, car Daisy a plus d'un tour dans son sac pour réinventer l'expression "jeter l'argent par la serrure" – non c'est pas ça zut ça va me revenir.
Donc ce nouvel exemple, c'est la... c'est la... ah oui j'ai oublié une précision, je vous vois d'ici vous demander qui est cette Daisy susmentionnée. Vous ne la connaissez pas ? Si, vous la connaissez, c'est la nouvelle mascotte de France Cu, d'ailleurs la radio porte désormais son nom : la radio Daisy Day (ils ont rajouté son nom de famille, mais je précise tout de suite, rien à voir avec Doris).

Donc, la radio à Daisy a cassé sa tirelire pour nous offrir une nouvelle série scientifique, mais estivale. Il faut applaudir cette initiative. Bravo Daisy.
Cette nouvelle série est exceptionnelle à plus d'un titre. Par manque de place nous nous contenterons que d'un seul, celui de reproposer la plupart du temps en tout neuf des thèmes déjà abordés récemment sur la radio Daisy Day – rien à voir avec Doris, j'insiste – mais avec cette différence que cette fois-ci c'est avec les mêmes invités.

Forcément quand on a trop d'idées - merci Daisy (ne confondez pas avec Doris) – il est fatal que l'on tourne en rond. Logique.
Exemple parlant – j'ai dû lui mettre un scotch sur le museau pour qu'il la ferme cinq minutes, sans ça je ne peux plus écrire,
"Et la lumière fut", émission du 25 juillet de l'an 2022 après J.C (rien avoir avec Doris, ni Daisy, c'est encore une autre famille).
La problématique, donc la farandole de questions pointues turlututu chapeau pointu : "Quelles sont les origines de la lumière ? Comment se diffuse-t-elle ? Quelle est la vitesse de la lumière, et comment la mesurer ? Comment peut-on définir la lumière ? Y a-t-il de la matière qui n'interagit pas avec la lumière ? »
Les invités ? Bonne question puisque c'est la mienne, les voici : « David Elbaz (Astrophysicien au Commissariat à l’Énergie Atomique et aux énergies associées (CEA Saclay), laboratoire « Cosmologie et évolution des galaxies ».), Serge Haroche (Physicien, professeur honoraire au Collège de France, prix Nobel de physique 2012.). »

Retour vers le passé, en voiture Daisy !
1- Un article ,
SCIENCES PHYSIQUES
Les théories de la lumière
Publié le jeudi 28 avril 2022 à 17h18

Article qui nous renvoie notamment, car il faut se limiter, le temps tourne aussi vite que la lumière, à

2- Savons-nous ce qu'est la lumière ?, La conversation scientifique, 100/10/2020, avec qui ?
« Serge Haroche (Physicien, professeur honoraire au Collège de France, prix Nobel de physique 2012.). »

3-  Serge Laroche : et la lumière fut ! (le titre me rappelle quelque chose mais j'ai des soucis de mémoire en ce moment), La méthode scientifique, 15/10/2020
avec un invité surprise,
« Serge Haroche (Physicien, professeur honoraire au Collège de France, prix Nobel de physique 2012.). »

4- Comment la compréhension de la lumière ont révolutionné notre vision du monde ?, Les cours du Collège de France, 19/12/16, avec… avec…
« Serge Haroche (Physicien, professeur honoraire au Collège de France, prix Nobel de physique 2012.) »

On ajoutera :
Lumière, ondule ton corpuscule ou
Quelle est la nature de la lumière ?, La méthode scientifique, 24/10/19
une émission avec lumière mais sans « Serge Haroche (Physicien, professeur honoraire au Collège de France, prix Nobel de physique 2012.) »

L’émission du 25 juillet de l’an de grâce 2022 accueillait un second invité, « David Elbaz (Astrophysicien au Commissariat à l’Énergie Atomique et aux énergies associées (CEA Saclay), laboratoire « Cosmologie et évolution des galaxies ».) »
Retour vers le passé, allez Daisy, on accroche la ceinture !
1- Infiniment lumineux, 10/07/22, « Qu’est-ce que la lumière ? Comment la mesure-t-on ? Comment est-elle produite ? Quels sont les astres les plus brillants de l'univers ? »
avec « David Elbaz (Astrophysicien au Commissariat à l’Énergie Atomique et aux énergies associées (CEA Saclay), laboratoire « Cosmologie et évolution des galaxies ».) »

2- Est-ce la lumière qui sculpte l’univers ?, Science en questions, 09/07/22, redif’ du 20/11/21
avec « David Elbaz (Astrophysicien au Commissariat à l’Énergie Atomique et aux énergies associées (CEA Saclay), laboratoire « Cosmologie et évolution des galaxies ».) »

3- Piliers de la création, la nostalgie de la lumière, la Méthode scientifique, 02/11/21,
avec « David Elbaz (Astrophysicien au Commissariat à l’Énergie Atomique et aux énergies associées (CEA Saclay), laboratoire « Cosmologie et évolution des galaxies ».) »

Et quand je pense que ce n'est même pas exhaustif... mais que voulez-vous, c'est ainsi que Daisy pousse l'argent dans les orties.
Où va le monde, je vous le demande...
Comme le chante si bien je ne sais plus qui, « que sera, sera, gniagnia gnia gniagnia gniagnia » (désolé j'ai oublié la suite).

Contenu sponsorisé 


20
Répondre en citant  
Re: La culture des idées -

La culture des idées     Page 2 sur 2

Haut de page ↑   

Aller à la page : Précédent  1, 2

Accueil / France Culture

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum