-->
Forumactif

Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 

Le Deal du moment : -43%
Fire TV Stick 2021 avec télécommande ...
Voir le deal
22.99 €

Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Regards sur France Culture » LES FORUMS » France Culture » Répliques, Alain Finkielkraut

Aller à la page : Précédent  1 ... 33 ... 63, 64, 65  Suivant

Accueil / France Culture

Répliques, Alain Finkielkraut    Page 64 sur 65

Bas de page ↓   

Philaunet 


Admin

631
Répondre en citant  
Kisèki - Sam 27 Avr 2019, 09:59

On lit ce titre La langue française et les femmes le 27/04/2019 et ce sous-titre "Le jumelage systématique du genre grammatical avec le sexe est-il une victoire pour les femmes et pour la langue ?" et tout de suite un nom vient à l'esprit pour un des invités... Cerquig*... eh oui ! C'est lui ! Y a-t-il jamais eu une émission sur la langue sans cette personne depuis 30 ans ? Son mantra est connu, c'est celui du féminisme radical. N'existe-t-il qu'un seul linguiste en France qui sache parler à un micro ?

De l'autre côté du ring (Répliques = combat entre pour et contre, bien et mal) Bérénice Levet, indécrottable militante réactionnaire : il ne faut rien changer à la langue. Ses fréquentes tribunes dans la presse dite de droite sont des caricatures.

Bref, un débat comme on les aime à France Culture, approuvé par la directrice qui adore un producteur qui a tout compris de la manière de faire de la radio : il faut po-la-ri-ser et outrer les propos.

Suis toutefois preneur de passages instructifs s'il y en a et s'ils sont signalés ici.

* Intervenants
   Bernard Cerquiglini
   linguiste, professeur de linguistique à Paris VII, membre de l’Oulipo
   Bérénice Levet
   Philosophe et essayiste

Philaunet 

Philaunet
Admin

632
Répondre en citant  
Promotion - Sam 25 Mai 2019, 09:58

D'Une vie d'artiste le 4 mai 2019 à Répliques * le 25 mai :  Arthur Lochmann.

J'avais renoncé à recenser la première émission, on ne peut rendre compte de tout...  Le dialogue entre Aurélie Charon et Arthur Lochmann**, à partir de la 38e minute (+ d'autres courtes interventions) [son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/18723-04.05.2019-ITEMA_22052876-3.mp3" debut="38:27" fin="52:18"]

Le descriptif de Répliques confond Simone Weil avec Simone Veil...


* Descriptif : Répliques explore le parcours de deux jeunes hommes, diplômés, devenus travailleurs manuels et écrivains. Comment passe-t-on, de nos jours, des bancs de l'élite au travail à la chaîne ?


** Le descriptif d'Une vie d'artiste avec la rhétorique habituelle de FrCult ("Un nouveau corps à habiter, qui transforme alors l’époque et fait naitre un nouvel espace") :

Arthur Lochmann lui, a trouvé certaines réponses. Pour m’orienter notre époque frénétique –dit-il – lui, étudiant en droit et philo, s’est inscrit en CAP de charpentier. Il apprend à penser avec ses mains. Il a devant les yeux : la naissance de l’espace. Il retrouve l’attention à chaque mouvement, les siens et ceux des autres. Son livre s’appelle La vie solide – la vie devient moins fragile, il observe des solidarités nouvelles. Parce qu’on apprend les gestes par contact, pas forcément par le langage. Les corps s’organisent pour un geste qui va traverser les époques. Des choses durables qui seront restaurées par d’autres mains. Un passage de relais. Des histoires et des mondes à bâtir. Un nouveau corps à habiter, qui transforme alors l’époque et fait naitre un nouvel espace.

Philaunet 

Philaunet
Admin

633
Répondre en citant  
Deux jeunots s'affrontent, pas de KO, mais un vainqueur aux points - Mer 19 Juin 2019, 15:08

À la première écoute de ce jonglage à deux avec des abstractions, on se trouve très intelligent. Après l'écoute, on n'a aucune idée du contenu. Un peu comme autrefois avec Raphaël Enthoven.

J'ai pris du temps pour une seconde écoute de Quel monde voulons-nous ? , le numéro de Répliques du 15/06/2019, et me sont apparues toutes les ficelles de la conversation qui tourne à vide. Un moulinage des idées vaines encore plus intense que chez Gesbert.

Sur le ring, David Amiel*, mobile et imaginatif, et Paul-François Schira**, garde basse, ne trouvant aucune ouverture pour toucher son adversaire. De temps en temps l'arbitre parle à chacun des athlètes du concept pour leur redonner vigueur. C'est du bon travail.

Pourquoi une heure d'antenne pour ce qui aurait pu s'énoncer en un quart d'heure ?

"David Amiel est tout jeune" dit Alain Finkielkraut et ça s'entend : on croirait entendre un lycéen défendre une thèse devant un professeur. Pour le ton, pour les formules toutes faites (lues, on entend tourner les papiers de la préparation) et les accents systématiques sur la première syllabe des mots. Ça va 5 minutes, mais pas une heure... Sa thèse : il faut un État fort, régulateur et protecteur pour permettre à l'individu de s'épanouir (= "maximiser ses possibles").

Paul-François Schira est aussi très jeune. L'arbitre ayant annoncé la ceinture macroniste d'Amiel, il signale le sponsoring de FX Bellamy pour le Conseiller d'État (à moins de 30 ans, la valeur n'attend pas le nombre des années...). La thèse de ce dernier : l'individu doit servir une cause plus grande que lui et ne pas être soumis aux valeurs uniformisatrices de l'État.

Le non-dit du débat : pour l'un Dieu est mort, pour l'autre l'homme doit se soumettre à la puissance de Dieu. Amiel = État laïque bon pour le citoyen qui agit selon la raison dans un monde d'incertitudes ; Schira  = le citoyen est d'abord une créature de Dieu à qui il faut remettre son destin ; s'enraciner = bon ; citoyen du monde = pas bon (un Tillinac junior ?).

En prime, duel de citations de grands noms de la littérature et de la philosophie.

On passe une heure agréable à écouter une joute oratoire un peu factice, on n'en retire rien, mais le but n'était pas d'apprendre quelque chose ou d'aider à penser par soi-même . Beau match, mais la télé éteinte, c'est le grand vide.

* David Amiel est tout jeune, mais il a déjà eu le temps d'avoir été conseiller de l'actuel président de la République pendant les deux premières années de son mandat et vient d'écrire avec Ismaël Emelien, qui était le conseiller spécial d'Emmanuel Macron, un livre manifeste " Le progrès ne tombe pas du ciel".

** Paul-François Schira, lui-même jeune conseiller d'Etat et enseignant de droit public à l'Ecole Normale Supérieure et et à l'université Paris 1 Sorbonne, publie son premier essai : "La demeure des hommes: pour une politique de l'enracinement".

Philaunet 

Philaunet
Admin

634
Répondre en citant  
Re: Répliques, Alain Finkielkraut - Dim 29 Sep 2019, 22:03

Aurait peut-être mérité une place dans le fil La vie des idées *.  Du pur France Cu (je, moi et mon nombril, mais tous ensembleuuuh vers le changement du monde)  :  « Je crois que nous avons aujourd’hui besoin d’insérer l’amour que nous avons des nous-mêmes, l’amour que chacun a de soi, dans une sorte de solidarité, de fraternité. J’allais même dire de transcendance, qui est celle d’une cause, d’un but qui nous soit commun. Il y a peu de commun chez Stendhal. » Régis Debray.

[Debray qui a eu sa petite heure de gloire sur FC durant le premier trimestre 2016-2017 nous disant toutes les beautés de la chose militaire].

Répliques du 21 09 2019.

* une autre citation de cette émission avait été choisie dans un des posts, mais laquelle ?

Philaunet 

Philaunet
Admin

635
Répondre en citant  
''Le climat se dégrade'' : paradigmatique France Culture - Sam 02 Nov 2019, 09:53

Alain Finkielkraut chevauche tous les thèmes chéris par la directrice, une garantie de poursuivre son émission.

Ce matin, c'est scène de révolution avec ces titre et sous-titre :

Répliques, Alain Finkielkraut - Page 64 Scree295
...  les branches professionnelles qui ne sont pas en tension. Alain Finkielkraut s'interroge avec Denis Olivennes et Pierre Vermeren.

Descriptif (citations à venir des intervenants ?) :

Comme le rappelle Denis Olivennes dans son dernier livre  "Le délicieux malheur français" , la France figure au rang des pays les mieux lotis de la planète : niveau de vie par habitant, limitation des inégalités entre les plus riches et les plus pauvres ,  croissance continue du pouvoir d'achat, y compris des plus modestes, faible nombre de ménages pauvres etc....... nous nous tenons sur les toutes premières marches du bien être . Nos dépenses sociales sont parmi les plus élevées ainsi que celles pour les équipements et activités publics : école, hôpital, police. Nous taxons les riches, imposons le capital, fiscalisons les entreprises.

Et pourtant, malgré ces bons chiffres, rien ne va plus. Les enfants gâtés se déchirent , la tension est palpable. Il y a plusieurs Frances en France et au grand étonnement du reste du monde, les manifestations, de plus en plus nombreuses sont aussi de plus en plus violentes; il est des lieux où le métier de professeur devient un sport de combat, les pompiers et les policiers sont à bout de souffle, et les anathèmes tendent à remplacer les échanges.

Bref le climat se dégrade.

Alors que se passe t-il  ?


* Légende la reproduction : "Lamartine devant l’Hôtel de Ville de Paris le 25 février 1848 refuse le drapeau rouge • Crédits : – Peinture de Félix Philippoteaux"

Philaunet 

Philaunet
Admin

636
Répondre en citant  
''Un mal, des mots'' - Sam 14 Déc 2019, 21:14

Les descriptifs de Répliques, l'émission animée par le membre de l'Académie française, Alain Finkielkraut, c’est du sérieux...

"Il n'y a jamais eu et il n'y aura jamais dans la vie des hommes d'améliorations qui ne soient payées de détérioration et de mots, écrivait naguère Leszek Kołakowski".  
La maladie d'Alzheimer est-elle un leurre ? 14/12/2019.

À comparer avec :

"Un conservateur croit fermement 1) Que, dans la vie des hommes, il n’y a jamais eu et il n’y aura jamais d’améliorations qui ne soient payées de détériorations et de maux".
Leszek Kolakowski (1927-2009) Commentaire 2009/3 (Numéro 127), pages 759 à 763 (article de 1978, "Leszek KOLAKOWSKI, Comment être « conservateur-libéral-socialiste ». Credo").

On ne peut exclure le sabotage d'un employé (h/f) à la rédaction, vu l'estime en laquelle on tient le penseur à France Culture. Ou bien, c’est tout à fait normal, ce qui est le plus probable.

Reste que "l'espoir et l'effroi" sont bien du pur Finkielkraut et que la phrâââse ci-après n'est pas faite pour rassurer sur la clarté du style de qui l'a écrite ou/et prononcée : "Cette démystification fracassante [la maladie d'Alzheimer, comme  construction sociale pour décrire la vieillesse] n'est pas vraiment rassurante puisqu'elle identifie, sans autre forme de procès, la vieillesse et le presque rien d'un état d'hébétude, sans appétences et sans jouissance. "

Chaque producteur (h/f) a ses obsessions qu'il met au jour dans ses émissions. Alain Finkielkraut se préoccupe depuis plusieurs années de son vieillissement et de la sénilité (expérience de l'Académie ?), d'où cette émission. Pourquoi pas.

Philaunet 

Philaunet
Admin

637
Répondre en citant  
''Je me fous de Jean-Claude Juncker'' (A.F) - Lun 16 Déc 2019, 22:12

Suite du post ci-dessus Un mal, des mots (dont évidemment les fautes n'ont pas été corrigées, faut pas rêver...).

Comme prévu Alain Finkielkraut parle de lui, d'ailleurs en cela on se demande s'il n'a pas finalement été le modèle des Bellanger, Gardette, Mosna-Savoye et consorts qui font de leurs interventions à la radio la chronique de leur vie et de leurs interrogations (dont chacun se fiche).

Bref, nous avons droit à un diagnostic en direct dans La maladie d'Alzheimer est-elle un leurre ? 14/12/2019 : [son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/13397-14.12.2019-ITEMA_22229763-0.mp3" debut="11:42" fin="12:33"]

Autre jolie séquence d'effroi... : [son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/13397-14.12.2019-ITEMA_22229763-0.mp3" debut="13:15" fin="14:21"]

L'émission dure 50 minutes. Ailleurs, dans l'émission scientifique de SWR 2 Impuls, en quatre à six minutes le tour de la question médicale serait fait avec clarté. Mais en France, on est accro à la dramatisation et à la personnalisation qu'incarne si bien Finkielkraut (d'où en partie sa durée à l'antenne en dépit de la haine qu'il suscite en interne), et heureux d'entendre des mots ronflants qui en jettent. C'est un genre qui marche, alors pourquoi changer et surtout pourquoi faire écouter des formats et des concepts différents ? Il ne faut surtout pas changer les habitudes (le dialogue ou la table ronde de 45 minutes à une heure comme format de quasiment toutes les émissions).  L'ouverture, quoi.

.../...

****************

Philaunet 

Philaunet
Admin

638
Répondre en citant  
''Est-ce que vous m'aidez à passer l'arme à gauche ?'' (Alain Finkielkraut) - Jeu 19 Déc 2019, 16:31

.../...

Soudain Alain Finkielkraut détourne le sujet ( La maladie d'Alzheimer est-elle un leurre ? 14/12/2019) vers le suicide assisté : [son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/13397-14.12.2019-ITEMA_22229763-0.mp3" debut="28:03" fin="30:19"]

Plus personnel :  [son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/13397-14.12.2019-ITEMA_22229763-0.mp3" debut="30:18" fin="34:27"]

A.F. insiste : [son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/13397-14.12.2019-ITEMA_22229763-0.mp3" debut="47:49" fin="49:14"]

Une émission qui n’est pas sans qualités grâce aux deux intervenants. Mais, faute de préparation, elle a plusieurs fois patiné, semblant ne pas savoir où aller, d'où les répétitions. Un format de 30 minutes aurait amplement suffi.  

On écoutera avec bien davantage de profit la série ''We Need to Talk About Death''.

Philaunet 

Philaunet
Admin

639
Répondre en citant  
Itinéraire François Boespflug (4) - Mar 07 Jan 2020, 09:12

Un numéro de Répliques qui vaut le déplacement, celui du 1er juin 2013 intitulé Le christianisme dans la société d’aujourd’hui .

Riche discussion avec des théologiens dont François Boespflug. Ses interventions sont empreintes d'un savoir et d'une réflexion approfondis qu'on a pu apprécier dans les émissions signalées dans  "Itinéraire FB" 1, 2 et 3.

On goûtera plutôt deux fois qu'une ce propos de lui sur l'emploi de la langue. "Ce n'est pas élitiste ce que je dis" : [son mp3="https://cdn.radiofrance.fr/s3/cruiser-production/static/culture/sons/2013/05/s22/RF_E98C148E-A5D8-49E9-BFF4-99A3BE096082_GENE_0.MP3" debut="38:00" fin="39:08"]

Le livre cité qu'Alain Finkielkraut rêverait de se procurer : Les Péchés de la langue : discipline et éthique de la parole dans la culture médiévale *

Une occasion de chercher le sien parmi la liste suivante ?
"blasphemia, murmur, mendacium, periurium, falsa testimonium, contentio, maledictum, contumelia, convicium, detractio, adulatio, jactantia, ironia, derisio, turpiloquium, scurrilitas, stultiloquium, multiloquium, verbum otiosum, vaniloquium, taciturniîas"

Pour un compte-rendu de ce livre, on consultera Vincent-Cassy Mireille Carla Casagrande et Silvana Vecchio. — Les péchés de la langue. Discipline et éthique de la parole dans la culture médiévale [préface de Jacques Le Goff, trad. de l'italien par Ph. Baillet], 1991 (" Histoire "). In: Cahiers de civilisation médiévale, 36e année (n°141), Janvier-mars 1993. pp. 76-78.

* Résumé : Retrace l'histoire du péché de la langue en tant que système, depuis les premières codifications établies par les frères prêcheurs jusqu'aux systèmes raffinés à l'extrême des théologiens et présente une typologie des péchés avec leur histoire spécifique. Crédit Electre 2019

Répliques, Alain Finkielkraut - Page 64 Scree605

*************

Le descriptif de l'émission se réduit à ceci :
Intervenants
• François Boespflug
historien et théologien, est dominicain depuis 1965. Il est professeur d'histoire des religions à l'université de Strasbourg et spécialiste international des représentations de Dieu dans l'art.
• Jean-Claude Barreau
Vibrant polémiste, ordonné prêtre sous Jean XXIII et a quitté le clergé pour se marier

Philaunet 

Philaunet
Admin

640
Répondre en citant  
''La planète'', sinon rien. - Dim 31 Mai 2020, 17:18

"Une pandémie a figé la planète entière", Ce qui nous arrive (et ce que ça dit de nous dans notre rapport à la singularité de notre questionnement contemporain...), "Répliques" par Alain Finkielkraut, le 30/05/2020.

Finalement, et ce n'est pas nouveau, Alain Finkielkraut s'est moulé dans le paradigme maison.

Un invité pour un frais dialogue : Jacques Julliard, journaliste, essayiste. France Culture, l'ouverture... La semaine prochaine, Laurent Joffrin ?

"figé", le mot n'est-il pas outré ?

Dans la famille des "Il faut" : "Il faut, maintenant, essayer de le comprendre". "le" = l'"événement aussi extra-ordinaire qu'inédit"

Toute la station se donne déjà pour but, sous l'impulsion de sa directrice décrypto/logue/lâtre/maniaque, de "comprendre" l'actualité, le contraire de la culture.

Philaunet 

Philaunet
Admin

641
Répondre en citant  
Finkielkraut se range à la Ligne Générale - Dim 29 Nov 2020, 10:19

Voilà qu'Alain Finkielkraut nous fait du Richeux... L'amour toujours "L'émission du jour évoque sur [sic] les métamorphoses du sentiment amoureux et questionne la notion de désir. Aujourd'hui quel amour relie et délie les êtres ? "

"Patrick Lapeyre qui publie Paula ou personne relate la liaison amoureuse et érotique entre Jean Cosmo et Paula Couturier. Belinda Cannone analyse le désir qui engage la totalité du corps et de l'esprit."

Pour une fois, les employées de FC ont dû écouter l'émission du vieux mâle blanc hétéro réac...

À mettre en photos et vidéos pour les Instagrameuses de la station.

Contenu sponsorisé 


642
Répondre en citant  
Re: Répliques, Alain Finkielkraut -

Répliques, Alain Finkielkraut     Page 64 sur 65

Haut de page ↑   

Aller à la page : Précédent  1 ... 33 ... 63, 64, 65  Suivant

Accueil / France Culture

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum