Forumactif

Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 

Le Deal du moment : -43%
Logitech MX Keys Plus – Clavier sans fil ...
Voir le deal
79.99 €

Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Regards sur France Culture » LES FORUMS » France Culture » Partenariats et publicité à France Culture

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9

Accueil / France Culture

Partenariats et publicité à France Culture    Page 9 sur 9

Bas de page ↓   

Curly 


81
Répondre en citant  
France Culture, la chaîne qui innove en copiant France Info - Dim 23 Jan 2022, 11:08

France Trcu innove encore ! Elle réussit à piquer le concept des vidéos YouTube, à pondre des mini-pastilles dont le seul but est de nous renvoyer vers une chaîne de vulgarisation sur YouTube. Un partenariat « innovant ».
De l’approfondissement allégé, de la création radio avec juste une voix qui débite des définitions piquées dans une encyclopédie en ajoutant deux/trois traits d’esprit ras des pâquerettes – c’est l’aspect vulgarisation – parce que si le trait d’esprit est trop élaboré il devient élitiste. J’oubliais l’aspect follement créatif : avec la voix, une douce musique d’ascenseur pour créer une dynamique à la gélule de culture.

                                                                                        Partenariats et publicité à France Culture - Page 9 Oper1172

Il est difficile de savoir si le logo avec les points d’interrogation est à comprendre au premier, au second, ou au troisième degré. Les questions que tout le monde se pose sans se les poser parce qu’on ose pas on est tout timide on a honte, c’est la nouvelle marotte de la Ligne Générale de la station à tuture, véritable machine de guerre à infantiliser. Au lieu d’approfondissement, brandi comme la spécificité de la chaîne, nous avons de la culture G, soit la superficialité à son degré le plus premier.
La youtubeuse, elle saisit l’opportunité pour faire sa pub en s’investissant un minimum.
Elle va répondre aux cinq questions ras du plancher qui suivent :

Pourquoi y a-t-il toujours les mêmes objets dans les musées archéologiques ?
Pourquoi faut-il creuser pour trouver des vestiges ?
Pourquoi les bâtiments romains sont-ils si solides ?
Pourquoi les amphores ont-elles une forme de poire ?
Pourquoi certaines écritures ne sont-elles toujours pas déchiffrées ?


A chaque fois en quatre mn. Pourquoi ? Pourquoi  bon Dieu ? Pourquoi ? Parce que l’approfondissement nécessiterait plus de mn, et que le public ciblé – pan ! - est celui qui n’a pas le temps d’aller vérifier les réponses dans le Wikipédia le plus proche. Ce qui est dommage, parce que lire la réponse à ces questions nécessite moins de quatre mn.
Curieusement, la chaîne de la youtubeuse propose un contenu plus développé que celui des gélules d'approfondissement de France Cucure.

Ce que France Cu fait semblant d'oublier, c'est qu'avec ces histoires de Pourquoi ? elle refait à l'identique une pastille qui a existé pendant de nombreuses années sur France Info.

                                                             Partenariats et publicité à France Culture - Page 9 Oper1173

Curly 

Curly

82
Répondre en citant  
Gatsby le kéké, la suite ! - Mer 09 Fév 2022, 11:02

Il convient de faire brièvement suite aux billets, celui de munstead, suivi de près par celui de Philaunet, signalant la promotion du spectacle (?) Gatsby le magnifique promu dans les Matins.

Quelques précisions.
Le rappeur dans le rôle principal : rameuter du djeune, pas plus, pas moins. Au théâtre du Châtelet, pas sûr que ça marche mais bon passons.

Ce spectacle France Culture est, si l'on se fie au programme du Châtelet une nouvelle représentation, à l'identique, de la mixture présentée à Avignon en 2019. Les spectateurs verront donc un spectacle d'une heure, sorte de lecture publique mal jouée, avec musique d'ascenseur jouée en live.
Ça, c'est la création France Culture.

Nous pouvons la réécouter, enfin un bout parce qu'en entier c'est humainement impossible, sur le site de France Cuculre.

Un billet datant du 10 juin 2019 lui fut consacré. Le titre en était Gatsby le kéké à fond les manettes.
Je vous en propose la recréation. c'est une production Regard sur France Culture/Curly :

Dimanche 9 juin, théââââtre (et scie) : Gatsby le mâââgnifique d'après Francis Scott Fitzgerald
Réalisation : Alexandre Plank, et reste du générique sur la page du site.
Un seul mot s'impose après l'écoute de ce qui suit  [son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/11498-09.06.2019-ITEMA_22083637-0.mp3" debut="03:12" fin="07:10"] : excellllllllent. 

Les mots me manquent pour en dire plus. Quelle puissance dans le jeu des acteurs, quelle belle musique... C'est tellement excellent qu'on danse par dessus. Sur le programme du jour, on vous le propose trois fois à la suite au cas où vous auriez pas compris. Avis critique a du mouron à se faire.

Partenariats et publicité à France Culture - Page 9 Opera_29

La dramatique est discrètement suivie d'une rediffusion d'une lecture de "La fêlure" par Laurent Terzieff. Aucune mention de Patrice Galbeau, de l'émission "Bonnes nouvelles, grands comédiens", ni de date (pour info, 21-07-1986). C'est un vieux machin, alors on fait croire que c'est tout beau tout neuf. Pourtant, pas de podcast, pour la réécoute il faut descendre au milieu de la page.
De même pour la petite dramatique "Entre trois et quatre" réalisée par Jean-Matthieu Zahnd. Générique bien présent, mais pas de date. En fait, extrait d'un feuilleton de 2013, intitulé "Nouvelles du XXème siècle".
Pourtant ces deux petites choses coincées après Gatsby le kéké, pas besoin de mettre un extrait, ça s'écoute en entier, et sans avoir à draguer de la meuf sur le dance floor en même temps.

Deux choses de sûres : ce sera tout aussi excellent au Châtelet, y'a pas d'raison, et aussi Téléramoche va a-do-rer.
La preuve,
                                                Partenariats et publicité à France Culture - Page 9 Oper1188

Quant à la tactique directionnelle de France Crucru, nous la résumerons ainsi : faire un maximum de bruit avec (presque) rien.
Une fiction enregistrée en public peut se transformer, sans qu'on touche à quoi que ce soit, c'est trop beau, en un spectâââââcle du Châââââtelet.
Ça fait parler de la station à peu de frais, ça fait parler du rappeur à qui Guillaume l'homme-sandouiche-des-Mamates  va s'offrir corps et âââââme comme attaché de presse, et ça va certainement rapporter des pépettes car le bidule d'une heure au Châtelet est rigoureusement payant : places de 18 à 35 euros.
L'arnaque intégrale. Une volonté de montrer que eux à France Cucurle, ils se bougent à mort, mais sans bouger, pour faire vivre le môôôônde de la culture sur le dos des auditeurs, qui eux sont atterrés par la qualité du pestacle.

Curly 

Curly

83
Répondre en citant  
Hymne à la consommation - Lun 14 Fév 2022, 11:25

De manière décomplexée, la radio tuture bourre ses programmes, tous en gros identiques avec les mêmes zartis’ en promo. Du martellement publicitaire sur le dos de la « culture ».
Comme le concept quasi unique des émissions à tuture est un entretien en direct entre producteur et invité en promo qui présente sa came qu’il faut absolument consommer sous peine d’une nouvelle invitation la semaine suivant dans une autre émission de la même radio tuture, nous avons du beau et bon martellement, avec les mêmes propos répétés pour qu’on consomme vite vite, mais attention : pas le même producteur qui pose la même question ! Ouah c’est trop génial, completly dingo !

Lundi 14, Par les temps qui clopinent

                                                                                     Partenariats et publicité à France Culture - Page 9 Oper1190

«Rencontre avec la réalisatrice Alice Diop à l’occasion de la sortie de son film "Nous", en salles le 16 février »
N’y aurait pas l’occasion, n'y’aurait plus d’invités à France Trutru ! D’ailleurs, pendant le gros confinement de 2020, n’y avait plus d’émissions, d’abord et avant tout parce que n'y’avait plus d’artiss’ en promo.
Dès la réouverture des librairies, le circus avait repris du poil de la bête. Les invités avait enfin à nouveau l’occasion d’venir, ou d’ s’entretenir en distanciel, parce que mazette, quand y’a promo, on trouve tout de suite une solution pour débloquer la situation.

Alors, la réalisatrice, elle est venue faire kif pareil le vendredi 11, soit trois jours avant. Le concept était le même : présentation-promo, mais l’heure non. Avec les réécoutes et les podcasts, on se demande à quoi que servent autant de doublons…
Pour le flux, no problemo : bourrage de mou à toute heure pour ceux qu’ont pas compris que fallait y’aller, consommer le film, et fissa. Il sort le 16 ! Réservez vos places quoi !

                                                                            Partenariats et publicité à France Culture - Page 9 2172

Un champion dans le genre, le zig de La Suite dans les Ron Zzzz Ron Zzzzzzidées.
Samedi 13

                                                                            Partenariats et publicité à France Culture - Page 9 3151

La lecture de la présentation est tellement excitante que vous n’avez pas fait attention au fait qu’un des invités n’était appelé que par son prénom, que l'émission roule en seconde, et que le -s à rejoint est parti en vacances au ski. C'est la saison, bête de passer à côté.

Nous retrouverons Arnaud et son nom de famille dans les Matins deux jours avant, soit le jeudi 10. A croire que les Mamates à Guillaume le Coq Sportif des Matins (7-9 only) sert de vivier pour toute la chaîne, et qu’une fois passé chez lui vous pouvez inonder le reste de la grille.

                                                                                            Partenariats et publicité à France Culture - Page 9 4127

Vous remarquez que chez Guillaume-debout-bande-de il y a un troisième invité. Vous savez maintenant qui va tourner sur la grille les prochaines semaines. Encore que cet invité en particulier, il ne s’arrête jamais de tourner, nous ne savons plus combien de tours de roue il a fait.

Du martellement promotionnel à n’en plus finir. Qui peut dire qu'il n'y a pas de pub sur France Truc Truc alors que les pubs, ce sont les programmes ?

Toujours le 14, donc aujourd'hui, une grande tablinette à idées 100% mille fois déjà vues entendues ailleurs ! France Ctrutrure se veut un média généraliste, qui surtout ne se distingue pas des autres, oubliant sa petite particularité. Un peu comme si France Musique ne passait plus de musique par exemple.

                                                                        Partenariats et publicité à France Culture - Page 9 Oper1191

Déjà, flagrant délit de sexisme avec les femmes politiques honteusement mises entre parenthèses. Mais que fait la Fondation des Femmes ? Honteux.
Les invités viennent « à l’occasion de ». Comme d'habitude.
D'abord Chloé Morin, qui a donné des entretiens la semaine dernière dans toute la presse. Invitée sur TMC le 10 pour dire ce qu'elle va dire à la tablinette, mais aussi sur France Inter le 8 dans la matinale. Ensuite et enfin, Nicolas Domenach, que je me demande s'il est utile de dénombrer les invitations.
L'objectif est d'attirer les auditeurs avec la même chose qu'à côté, afin que France Tructruc soit une bonne fois pour toutes un média généraliste. De la promo, et puis aussi du développement personnel, des injonctions militantes (le bonus France Cu), des chroniques de mag' de mode, du savoir et de la connaissance dilués par des producteurs à qui l'on demande de faire la star du micro, et en direct s'il vous plaît !  La classe top niveau.

J'ai fini, envoyez la pub.

                                                                    Partenariats et publicité à France Culture - Page 9 5104
                                                                    Partenariats et publicité à France Culture - Page 9 6111
                                                                    Partenariats et publicité à France Culture - Page 9 796
                                                                    Partenariats et publicité à France Culture - Page 9 893
                                                                    Partenariats et publicité à France Culture - Page 9 972

Curly 

Curly

84
Répondre en citant  
Le Surréalisme en débat ou les nouvelles Nuits spéciales de France Cu - Dim 17 Avr 2022, 12:03

Les nouvelles Nuits spéciales.
La dernière, « Le Surréalisme après le Surréalisme » par Albane Penaranda.
« A l’occasion de », bien sûr, mais c’était déjà devenu une tendance ces dernières années. Les Nuits spéciales, comme le programme de jour, accompagnent l’actu, politique si possible, ou une sortie de livre tout neuf, ou une nouvelle expo à voir d’urgence.
C’est ce que les directions de Radio France de ces dernières années appellent joliment des « prescriptions », pour éviter d’avoir à parler de publicité.
Mais que les programmes accompagnent l’actualité, culturelle ici - ce qui n’est finalement pas si mal - est une chose, que ce soit juste une opération promo, ce qui est souvent le cas dans les programmes de jour, en est une autre.
« Le Surréalisme après le Surréalisme », « à l’occasion de ».
A l’occasion d’une exposition Toyen au Musée d’Art Moderne de Paris. Mais avec une photo d'André Breton en frontispice.
Le sujet est vaste, trop même. Il pourrait donner lieu à une programmation, riche, variée, comme le fut cette radio pendant en gros les trente premières années de son existence, et comme le fut avant elle le Programme National, France III Nationale etc.
La commissaire de l’exposition, Annie Le Brun, une habituée des studios de France Cu, pointe aux abonnés absents pour cette Nuit. Pas d’entretien avec un ou plusieurs invités comme c’était le cas jusqu’à il y a peu de temps. Juste un lancement de quatre minutes en début de nuit, qui vaut vach’ment l’coup.
Ce que l’on y comprend, c’est que cette nuit aurait dû être consacrée à Toyen, pour promouvoir l’expo dont les références sont vite rappelées, et que dans la boîte à INA, y’avait rien. Juste une chroniquette d’Adèle Van d’une minute noyée dans une matinale de l’année dernière, qui n'est même pas mentionnée dans la présentation. Imaginez une Nuit spéciale Toyen avec une minute d'Adèle Van. Une nuit de jour polaire.

C’est là que l’on sent que la promo prend le pas sur la culture, parce que s’il y avait rien sur Toyen dans la caisse à INA, sa mise en avant dans cette nuit paraît, non pas tirée par les cheveux, mais écrasée sous le poids du non-sens.
Pour s’en sortir, une nuit sur le Surréalisme après le Surréalisme, avec un lien insistant vers l’expo. Une nuit fourre-tout, tant sont nombreux les artistes en tout genre qui se sont revendiqués de, ou alors ont des liens avec ce courant esthétique qui a tournoyé dans le grand fleuve de l’histoire des zarts du XXème siècle, et je m’arrête là pour cette phrase avant de déraper complètement.
La visite de l’exposition sera donc « indirecte ». La suite de la présentation de la night s’enferre dans les généralités, cite carrément la présentation de la rétrospective, bref passons.

Le programme maintenant, et c’est là que ça fait très mal. Pas de poésie, pas d’art, mais des débats sur l’art, ce qui n'est pas la même chose. Des débats, des débats et des débats, mais aussi des discussions, des discussions et aussi, j’oubliais, des discussions. Aucune émission de création, de lecture, de fiction, non, que des débats. Et des discussions. « Le Surréalisme en débat » serait un titre plus adéquat pour cette nuit.
Pour le programme détaillé, il faut aller dans le programme mensuel publié par la chaîne, et non ailleurs, car sinon vous vous retrouvez avec des citations définitives d’un invité en guise de titre, ce qui n’indique en rien la teneur de ce qui est proposé.
Exemple, dans le programme de jour vous avez :
« Ferdinand Alquié : "Il y a des rencontres entre la pensée de Breton et celle de Descartes" »
Ce qui décodé signifie : « Thèmes et controverses - "Philosophie du surréalisme" avec Ferdinand Alquié (1ère diffusion : 09/03/1956 Chaîne Nationale) par Pierre Sipriot »

Le programme mérite d’être reproduit, car il vous invite à chercher autre chose que des débats et/ou des discussions dans le genre « à l’occasion de », si vous voyez c’que j’veux dire. Et je vous annonce tout de suite le résultat de vos recherches : vous ne trouverez rien. Parce qu'eux à France Cu, ils ne connaissent plus rien d'autre.

00:00 - 00:04 Le Surréalisme après le Surréalisme - Présentation (1ère diffusion : 17/04/2022)
   • Par Albane Penaranda - Réalisation Virginie Mourthé
   • 00:06 - 01:05 Qu'as-tu fait de ta jeunesse ? Le surréalisme (1ère diffusion : 25/09/1960 France III Nationale)
   • Par Gilbert Ganne - Avec André Breton, Philippe Soupault, Magritte, Man Ray, Raymond Queneau, Michel Carrouges et André Thirion - Réalisation Bernard Gandrey-Réty
   • 01:05 - 01:35 Les chemins de la connaissance - Le surréalisme aujourd'hui, 1ère partie : avec Annie Le Brun et Radovan Ivsic (1ère diffusion : 11/11/1985)
   • Par Colette Fellous - Avec Annie Le Brun et Radovan Ivsic
   • 01:35 - 02:09 Thèmes et controverses - "Philosophie du surréalisme" avec Ferdinand Alquié (1ère diffusion : 09/03/1956 Chaîne Nationale)
   • Par Pierre Sipriot - Avec Ferdinand Alquié, Robert Amadou, Michel Carrouges, Julien Gracq et Aimé Patri - Avec en archive, la voix d'André Breton
   • 02:09 - 03:12 Extrait : Les après-midi de France Culture - Ne quittez pas l'écoute avec Gaëtan Picon 1/2 : Le Surréalisme hier, aujourd'hui et demain (1ère diffusion : 02/08/1976)
   • Par Pierre Descargues - Avec Gaëtan Picon - Lectures Marie-Hélène Baconnet
   • 03:12 - 04:14 Nuits magnétiques - Le surréalisme après André Breton 1/4 : L'Archibras et autres lieux du surréalisme (1ère diffusion : 22/09/1987)
   • Par Pierre Drachline - Avec Jean Schuster - Réalisation Annie Flavell
   • 04:14 - 04:35 Extrait : Toit ouvrant, le magazine qui décoiffe : "Le surréalisme et l’amour" avec Alain Jouffroy et Annie Le Brun (1ère diffusion : 07/04/1997)
   • Par Didier Pinaud - Avec Alain Jouffroy et Annie Le Brun - Réalisation Bernard Treton
   • 04:35 - 05:31 Répliques - Le surréalisme, lumières et ombres (1ère diffusion : 19/07/2003)
   • Par Alain Finkielkraut - Avec Jean Clair et Jacqueline Chénieux-Gendron - Réalisation Brigitte Bouvier
   • 05:31 - 05:59 Le cabinet de curiosités - Les grands manifestes littéraires, philosophiques et politiques, 4ème partie : Les manifestes du surréalisme, avec Annie Le Brun (1ère diffusion : 26/11/1998)
   • Par Christine Goémé - Avec Annie Le Brun - Réalisation Danielle Fontanarosa
   • 05:59 - 06:56 Peinture fraîche - Le Marquis de Sade et l'imaginaire érotique du surréalisme (1ère diffusion : 09/01/2002)
   • Par Jean Daive - Avec Jean-Jacques Lebel et Tobia Bezzola - Avec en archive, la voix de Pierre Klossowski - Réalisation Clotilde Pivin
   • 06:56 - 06:58 Le Surréalisme après le Surréalisme - Désannonce (1ère diffusion : 17/04/2022)
   • Par Albane Penaranda - Réalisation Virginie Mourthé

En haut sur la page de présentation, nous avons :
« Dans cette Nuit, nous retrouvons Annie Le Brun qui est la commissaire de cette exposition »
Oui, mais il faut ajouter qu’on la retrouve dans les archives, et non dans le studio avec la productrice des nights.

Pourquoi faire une nuit « à l’occasion d’» une expo sur une artiste dont il n’existe aucune émission dans les cartons à INA, à quoi bon de telles contorsions programmatiques si ce n’est pour rentrer dans la Ligne Tout Promo de la direction actuelle ? Enfin, je me corrige, pas Tout Promo, mais « Tout Prescription ».

Philaunet 

Philaunet
Admin

85
Répondre en citant  
Quand une ''dictée'' ne sert qu'à promouvoir le livre de la personne qui la lit - Dim 19 Juin 2022, 13:34

Devinette : où se trouve le placement de produit (maladroit, mais l'essentiel est de le placer) dans ce descriptif de La Dictée géante du samedi 18 juin 2022.

"Cette semaine, la dictée est un extrait du Horla, une nouvelle fantastique de Guy de Maupassant, parue en 1886. Dans un journal intime, le narrateur rapporte ses angoisses et ses troubles. Il sent progressivement, autour de lui, la présence d'un être invisible, sombre peu à peu dans une forme de folie, en cherchant à se délivrer de cet être surnaturel qui le hante, il évoque la folie, et également la campagne qu’on retrouve dans La fille de la grêle."

Qui en a quoi que ce soit à cirer de Maupassant à France Culture ? C'est un pur faire-valoir pour mettre le portrait d'une écrivaine-auteure-autrice-soeur sur la page de l'émission et faire acheter un livre.

Partenariats et publicité à France Culture - Page 9 Scre2177

Curly 

Curly

86
Répondre en citant  
La mécanik médiatik de France Culture, un billet à lire en direct ou en podcast - Mer 06 Juil 2022, 10:46

La bonne critique radio à la sauce France Culture.
Vous prenez une série muzikale pleine de découvertes (Bruce Springsteen), riche en contenus (passage de disques avec un p'tit texte de liaison vite fait comme sur une généraliste for exampeule).

Tout de suite, un quotidien d'actu de pointe réagit. Normal. Relayé par le producteur de l'émission. Of course. Fierté, gloire, et prestige.

                                                            Partenariats et publicité à France Culture - Page 9 1354


Le Parisien vient promouvoir la série. Parce que la série est excellllllentissime, et qu'elle mérite un bêêêêl article. Parce que tout journaliste qui se respecte doit signaler aux yeux du monde ce qui mérite d'être signalé.
Sauf que – comme d'hab' - :

                                                           Partenariats et publicité à France Culture - Page 9 Oper1372

Je sens que la question vous brûle les lèvres : est-ce que le mag' Rolling Stone a aimé ?
Mazette, what a fucking suspense !

                                                           Partenariats et publicité à France Culture - Page 9 Oper1373

La seule différence entre les deux articles, c'est que l'on sait gré à Rolling Stone d'avoir l'honnêteté de signaler ouvertement la réalité de la partenarialité des choses.

Le producteur remercie Rolling & Le Parisien de leur soutien, de leur accompagnement.
Les termes sont volontairement ambigus. Non, ce ne sont pas des soutiens liés à la first qualitad de la série muzikal, mais comme il est écrit partout sur France Cu, ce sont des partenariats.

Définition de partenariat, cf CNRTL :
Personne, groupe, collectivité avec qui on est associé, allié dans une affaire, une entreprise

Jean Passe 


87
Répondre en citant  
Re: Partenariats et publicité à France Culture - Jeu 07 Juil 2022, 09:26

Curly(https://regardfc.1fr1.net/t738p80-partenariats-et-publicite-a-france-culture#38013) a écrit:La bonne critique radio à la sauce France Culture.
Vous prenez une série muzikale pleine de découvertes (Bruce Springsteen), riche en contenus (passage de disques avec un p'tit texte de liaison vite fait comme sur une généraliste for exampeule).

C'est bien, comme ça on pourra comparer...

Partenariats et publicité à France Culture - Page 9 400x400_bruce-springsteen

https://www.radiofrance.fr/franceculture/podcasts/grande-traversee-bruce-springsteen-l-experience-americaine

Philaunet 

Philaunet
Admin

88
Répondre en citant  
Autopromotion des indignés via France Culture - Mer 23 Nov 2022, 19:33

Le partenariat, c'est celui-ci : "France Culture et les Editions Gallimard s'associent autour d'une nouvelle série de podcasts consacrée à la vie des idées : Tracts, le podcast."

On admire la prose bien ronflante :
Alliant la liberté de penser à la volonté de comprendre, le plaisir d'écouter à celui de lire, Tracts le podcast dessine un panorama vivant des questions contemporaines, riche de la singularité d'expression et de réflexion des femmes et hommes de lettres décidés à intervenir dans le débat public, se ralliant toutes et tous à l'idée de Jean Giono selon laquelle "nous vivons les mots quand ils sont justes".
Une production France Culture, en partenariat avec les Editions Gallimard.
Des fautes dans le descriptif ? Bien sûr.  Il y en a partout sur le site de France Culture, pourquoi cette page ferait-elle exception ?
  • "Conçue dans la continuité de 'Tracts Gallimard', collection de collection de brefs essais d'actualité (...), 'Tracts le podcast' donne pleinement la parole (...)". Qu'est-ce qui est "conçue" ?
  • "[les] auteurs de la collection 'Tracts Gallimard' nous racontent ce qui les a décidé à prendre la plume".

Le dernier numéro ? Apocalyptique. Selon Alain Borer, nous assistons, ni plus ni moins, à un grand remplacement de la langue française par l'anglais, faisant passer la première à  "une sorte de dialecte de l’empire anglo-saxon".  Borer nous fait ici du sous-sous-Etiemble. Tous les poncifs y passent. On ne court plus, on "run", paraît-il. Ce serait drôle si le discours derrière n'était pas gênant et parfaitement ridicule : nous assisterions à une "substitution civilisationnelle",  l'anglo-saxon étant l'ennemi.

Bref, une caricature, et de quelqu'un qui a en plus à la prétention d'avoir trouvé un phénomène que les linguiste ignoraient, à savoir la non-prononciation d'éléments signifiants à l'écrit. Comment peut-on être aussi prétentieux et catégorique ! On le peut pour vendre sa camelote à un public qui n'y connaît rien.

Voilà où l'on en est à France Culture de la réflexion sur la langue. Aucune base scientifique, mais des affirmations polémiques entonnées sur fond de tocsin.

Quasiment chaque page du site de France Culture contient des fautes de base d'orthographe, de grammaire, de syntaxe et de logique, la langue y est d'une grande pauvreté lexicale et syntaxique, et le seul intervenant qui soit donné à entendre est un polémiste qui clame que "l'enjeu (...) c'est la substitution d'une civilisation à l'autre" ? Que "la langue française est exposée au risque de s’effondrer en français pourri", celui de sa contamination par l'anglo-saxon ?

Le "français pourri" ne serait-il pas plutôt celui issu de la non-maîtrise des règles de base du français ?

Contenu sponsorisé 


89
Répondre en citant  
Re: Partenariats et publicité à France Culture -

Partenariats et publicité à France Culture     Page 9 sur 9

Haut de page ↑   

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9

Accueil / France Culture

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum