-->
Forumactif

Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 

Le deal à ne pas rater :
Les Loups-Garous de Thiercelieux (Edition 2021) – Jeu de société
7.75 €
Voir le deal

Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Regards sur France Culture » LES FORUMS » France Culture » Les sujets obsessionnels de France Culture (et ses icônes)

Aller à la page : Précédent  1 ... 16 ... 28, 29, 30, 31  Suivant

Accueil / France Culture

Les sujets obsessionnels de France Culture (et ses icônes)    Page 29 sur 31

Bas de page ↓   

Philaunet 


Admin

281
Répondre en citant  
L'apocalypse : des déflagrations et explosions sonnantes et trébuchantes - Ven 22 Jan 2021, 09:49

Frédéric Worms, avant d'être le modérateur-intervenant de plusieurs émissions de France Culture aux sujets plus moins identiques, était un invité récurrent des émissions de Raphaël Enthoven. Dans cette station, on ne devient pas employé pour des capacités professionnelles radiophoniques, mais par cooptation. Résultat : on ne voit pas d'art de l'entretien servi par des compétences spécialisées dans le but d'éclairer des auditeurs curieux, mais des conversations improvisées entre personnes de mêmes croyances venant exposer des opinions, arguments de vente de leurs livres. Chacun a pu en effet le remarquer, France Culture est le relais publicitaire des éditeurs (de certains éditeurs de certains auteurs).

Patron des titres à la FC : "Ce que truc fait à machin". Exemple ce 22 janvier : "Ce que les réseaux font aux cerveaux".

Première phrase qu'on peut retrouver tous les jours en changeant quelques mots mais en gardant ceux de la fin : "patiemment construites par l’humanité sont en train d’imploser".
Dans son dernier livre, Apocalypse cognitive, _Gérald Bronner_, sociologue, met en relation les techniques les plus modernes de l’information, et les mécanismes les plus archaïques de nos cerveaux, en soutenant que toutes les médiations patiemment construites par l’humanité sont en train d’imploser.
"Apocalypse" : un mot vendeur ;  "cognitive", ça vous pose l'intellectuel ; l’association des deux permet d'ajouter un cran à la fin du monde : même le survivaliste dans son bunker ne s'en sortira pas, son cerveau est en train d'imploser Smile.

La logique liant la seconde phrase à la première est plutôt lâche, mais chargée en interprétation franceculturienne :
C’est ce qui expliquerait les déflagrations en ligne, mais aussi dans le réel, quand les tenants des fake news descendent dans la rue.
Le débat aura lieu entre un intervenant qui sert des "déflagrations en ligne" et un autre qui emploie les mots "explosions 'épileptiques'" avec un Worms qui soutiendra les thèses de ses deux invités, sinon ils ne vendront rien.

Et pour terminer, attention à l'avalanche de belles questions, quoique usées jusqu'à la corde puisque posées quotidiennement sur tout sujet avec cette syntaxe de bébé  :
si de toute façon le mal est si dangereux, quelles réponses, quelles règles, quelles médiations, quelle vérité, quelle société ?
"Quelle vérité ?" France Culture est vraiment une radio d'une profondeur inouïe !
"Quelle société ?" La réponse est dans la yourte ou la cabane.

Philaunet 

Philaunet
Admin

282
Répondre en citant  
Re-Rosa - Mer 27 Jan 2021, 21:54

Curly(https://regardfc.1fr1.net/t150p10-bandes-annonces-et-autopromotion#36626) a écrit:Génial, France Tuture remet ça !
Ça, c’est la nuit des idées.
(...)
Le parrain de la journée de la nuit : un sociologue.
Il se verra offrir un magnifique entretien avec la déesse de la filo contemporaine : Didine.
Enfin une nouvelle voix de la pensée socio-popo sur cette antenne, du sang neuf, de la régénérescence. Hartmut Rosa, je ne sais pas si vous vous rendez compte, mais nous ne l’avions plus entendu sur cette antenne magique depuis le 24 janvier 2020 dans la mamate à Guillaume-5-6-7-drrrrrrrrring-debout-les-nazes-Erner où il fut l’invité de marque. (...)
Et vous ne nous mîtes aucun lien vers ce bel exemple de radio France Treinerienne ?

Voici donc la Rencontre avec Monsieur Rosa . Franchement, un indispensable car "Il questionne notre modernité, notre rapport au temps et interroge la marche d'un monde qui s'accélère.". Et dans un élan de générosité "il propose le concept de résonance pour se reconnecter au monde"

Là, pause lexique. Que dit la récurrence du préfixe "re" à France Culture ?

Re/connecter
Re/fonder
Re/bâtir
Re/construire
Ré/inventer
Re/composer
Re/penser
Re/dessiner
Ré/parer
(Empr. au lat.reparare (proprement « préparer à nouveau »))
Etc.

Monsieur Rosa "s’intéresse à la façon dont la modernité tend à vouloir tout contrôler"
Qu'est-ce que la "modernité" ?
Une période peut-elle "vouloir" ?
Qu'est-ce que "tout" ?

On est bien sur le France Culture des généralités accrochées les unes aux autres pour enfumer l'auditeur.

Autres exemples : l'autre, le différent dans " La question fondamentale de la politique est comment nous nous comportons avec l'autre, avec celui qui est différent."

On dirait la charte de la direction de la station écrite par quelques-unes des employées dans un atelier d'écriture en interne.

Le meilleur pour la fin : "Je crois que le projet de la modernité ne peut plus être maintenu aujourd'hui."

Du vide tel que France Culture aime le présenter. Aussi ne faut-il pas s'étonner de le retrouver face à Géraldine Mosna-Savoye, l'incarnation de la vacuité fière d'elle-même sur FC.

Curly 

Curly

283
Répondre en citant  
Bernard Donjon, le penseur en quinconce - Dim 31 Jan 2021, 12:00

Découvrez en exclusivité mondiale le dernier opuscule petit mais costaud de Bernard Donjon. Bernard Donjon repense le monde à l’aune du nouveau millénaire qui verra le vivant repartir par la porte d’entrée miraculeusement transformée en porte de sortie.
Bernard Donjon publie un conte philosophique édifiant aux Éditions des Penseurs en Quinconce, « C’est par où la sortie ? ». Pour l’achat de dix exemplaires de « C’est par où la sortie ? », les Éditions des Penseurs en Quinconce vous offrent une carte Michelin de la forêt de Rambouillet à l’échelle 20 000/1 pour apprécier pleinement chaque brindille de vivant.
Dans « C’est par où la sortie ? », Bernard Donjon s’interroge une fois de plus, mais cette fois-ci il va plus loin, il donne la réponse. Cette réponse est donnée en cadeau pour l’achat de vingt exemplaires de « C’est par où la sortie ? ». Il est impossible ici de la donner, faute d’un budget suffisant.
Mais la pensée philosophique de Bernard Donjon vous est offerte pour l’achat de seulement deux exemplaires de « C’est par où la sortie ? ». Les éditions des Penseurs en Quinconce ont eu l’Excellente idée de sortir « C’est par où la sortie ? » en deux versions, chacune ne proposant qu’une ligne sur deux du texte de Bernard Donjon, mais pas la même, si vous voyez ce que je veux dire. Vous devez jongler d’un exemplaire à l’autre quand vous arrivez à la fin de chaque ligne de « C’est par où la sortie ? ».
Une manière unique de revitaliser nos pratiques de lecture qui commençaient à s’enliser depuis quelques siècles. Bernard Donjon réinvente nos rituels, met à plat notre routine pour mieux la culbuter.


Extraits :
« Nous devons repenser le vivant avant qu’il ne soit mort. Si nous attendons notre mort pour nous repenser, nous serons mort. D’où l’intérêt de trouver au plus vite la sortie. L’époque actuelle nous invite à réfléchir à ce qu’est notre corps dans lequel nous vivons confinés. Il faut donc en sortir au plus vite, en déchirant notre enveloppe corporelle afin de placer nos organes internes à l’extérieur. »

« Enfermés chacun chez nous grâce à cette situation merveilleusement tragique, le problème que j’ai soulevé est que nous n’avons pas tous le même chez nous et qu’il est difficile en ce cas de se faire des papouilles quand on n’a pas la même maison. »

« La crise nous a coulé les pieds dans le béton pour mieux nous jeter dans le grand bain de la piscine municipale de Trévou-Tréguignec. Nous remonterons à la surface grâce au maître-nageur et à un bon marteau-piqueur, mais ne nous leurrons pas, les crises se multiplient comme des lapins, et bientôt, il y aura sur notre planète plus de crises que d’êtres vivants. »

« Sur une carte Michelin, il y a des petits traits de toutes les couleurs et de toutes tailles, mais il faut que l’humain sache que ce n’est pas avec ces œuvres d’art abstrait que l’on comprend le vivant. Le virus qui nous poursuit comme Pac-Man poursuit des pac-gommes dans un vulgaire jeu Atari des années 80, lui, il n’est pas sur la carte Michelin, ni sur l’IGN, ni même sur Google Map. J’ai donc dessiné une nouvelle carte avec des traits partout qui nous relient nous les humains entre nous et avec le reste du vivant.
Par exemple, si je souhaite me teindre les cheveux ou me faire poser une nouvelle moumoute, je ne peux pas fabriquer moi-même la teinture et tresser mes nouveaux cheveux moi-même. Je suis bien content qu’il y ait de vrais professionnels pour le faire. Donc vous voyez bien que le chemin qui nous mènera à la sortie de la crise passe par une entraide mutuelle de tout le vivant ne faisant qu’un seul corps dont on prendra bien soin du bout des pieds à la pointe de la moumoute afin d’en assurer le bon fonctionnement.
»

« Nous devons continuer de couper des arbres pour sortir des livres qui tirent à la ligne et qui surfent sur les sujets d’actu pour mieux se vendre sans être lus car ce sont des purges, et pour ce faire, il est impératif de ne pas lire, même plusieurs fois, « C’est par où la sortie ? », œuvre philosophique qui a pris l’essence des arbres pour la métamorphoser en itinéraire bis menant l’autoroute de l’Humanité vers des vacances à la plage éternelles où les concours de tee-shirt mouillés fleuriront, les soirées dansantes jailliront, et les baignades au soleil foisonneront. »

« Nous vivons sur notre planète, et si nous nous enfermons chacun dans notre maison, nous allons mourir faute d’avoir passé le double des clés à nos amis les vivants qu’on a oubliés. Vous savez, nous connaissons mieux notre planète, peut-être parce qu’on y vit dessus, que notre univers, peut-être parce qu’on y vit moins, et il y a plus de chance de trouver un serrurier ouvert sur Terre que sur Vénus. »

« Mon corps libéré de son derme et affranchi de son épiderme peut enfin dialoguer avec le vivant oublié. Enfin je peux accéder à la Vérité, nous ne sommes plus seuls sur notre planète, et il est temps de mettre au centre tout ce qui ne l’était pas afin d’agrandir ce centre qui va à nouveau nous enfermer, et duquel il faudra nous libérer à nouveau. Mais quand cela finira-t-il ? C’est par où la sortie ? »

Rappel de vos prochains achats :
« C’est par où la sortie ? » de Bernard Donjon, Les Éditions des Penseurs en Quinconce, 2021

Have fun !
                                                                        

Philaunet 

Philaunet
Admin

284
Répondre en citant  
Féminisme, identarisme, narcissisme, France Culture sous Sandrine Treiner - Mer 03 Fév 2021, 09:20

Tous le jours, mais vraiment tous les jours, les mêmes ressassements narcissiques féminins : "Les questions d'identité fracturée et de recherche de soi sont récurrentes dans l'œuvre intense d'Alexandra Badea" & "l'occasion de se plonger dans les obsessions de celle (...)" & "Sa conscientisation des questions autour de la construction de soi, du devenir" & "une quête effrénée de l'identité" : Alexandra Badea : devenir femme .

*********************

Autre radio : The River

Les sujets obsessionnels de France Culture (et ses icônes) - Page 29 Scre1645

Philaunet 

Philaunet
Admin

285
Répondre en citant  
France Culture Détective, donne-nous chaque jour notre tueur de fillettes - Ven 05 Fév 2021, 12:32

"C'est pas nous, c'est elle" ou lui, ou eux, en tous les cas France Culture peut toujours répondre des obsessions qu'on lui reproche en arguant qu'elle reflète l'actualité culturelle (éditoriale). Ce à quoi, il est possible et même pertinent de lui répondre que la station sélectionne systématiquement, parmi les centaines de livres, de spectacles, de films, etc, ce qui illustre les obsessions constantes de la direction : le viol, le meurtre, l'exploitation des êtres, l'apocalypse climatique, etc. Tout autre sujet n'intéresse pas les faiseurs et faiseuses de la station.

Le 04/02/2021 : "Dans son dernier roman L’ami, la romancière Tiffany Tavernier dresse le portrait de Thierry, personnage casanier et taciturne, qui assiste sidéré à l'arrestation de son voisin et unique ami, Guy Delrie, accusé d'être le tueur de fillettes qui sévit depuis des années dans la région." "L’ami", qui paraît chez .

Mots-clés ( à retrouver tous les jours à l'antenne) :

violence
solitude
bouleversante quête
l'incarnation du mal
âmes tourmentées
renaître à soi et au monde.
effroi
stupeur
sidération
peur panique
prise de risque
brutalité
réduit en cendres
laminé
monstre
monstruosité
trahison
débris
décombres


************
Autre radio : An Invitation to Indian Cooking by Madhur Jaffrey [04/02/2021], scénarisation audio de la vie de l'auteur d'un célèbre livre de recettes (on y entend beaucoup rire et se réjouir).

Les sujets obsessionnels de France Culture (et ses icônes) - Page 29 Scre1647

Drama about the first cookery book by groundbreaking Indian actress, Madhur Jaffrey. Starring Archie Panjabi. Dramatised by Anjum Malik.

Philaunet 

Philaunet
Admin

286
Répondre en citant  
Féminisme le jour, féminisme la nuit, sinon rien. - Sam 06 Fév 2021, 14:04

Les Nuits  de France Culture plus belles que ses jours ? Sandrine Treiner, la directrice de France Culture, féministe auto-déclarée, est un peu comme le réchauffement climatique : elle fait fondre le socle d'émissions de qualité en commandant, non seulement des émissions de jour axées sur la plainte et la revendication féministes, en installant des comités restreints féminins pour promouvoir des personnes pourvu que ce soient des femmes, et ce, quel que soit l'intérêt du sujet (exemple à lsd ou ici, quatre femmes pour parler d'une romancière féministe), mais cherche également à éclipser les rediffusions d'émissions éclectiques du passé par une sélection orientée sur son obsession. Quel triste état auquel se trouve réduit notre radio culturelle !

Les sujets obsessionnels de France Culture (et ses icônes) - Page 29 Scre1651
Les sujets obsessionnels de France Culture (et ses icônes) - Page 29 Scre1654
Les sujets obsessionnels de France Culture (et ses icônes) - Page 29 Scre1655
Les sujets obsessionnels de France Culture (et ses icônes) - Page 29 Scre1656
Les sujets obsessionnels de France Culture (et ses icônes) - Page 29 Scre1658
Les sujets obsessionnels de France Culture (et ses icônes) - Page 29 Scre1659

Philaunet 

Philaunet
Admin

287
Répondre en citant  
Encore elle ! - Dim 07 Fév 2021, 20:19

"Elle" n'est pas unique, il y a quelques "elle" qui ont leur lit de camp à France Culture pour pouvoir passer d'une émission du soir à celle du lendemain matin.

Voici Corine Pelluchon pour qui 2021 promet sur France Culture si la lancée de 2020 se poursuit : Signes des temps 07-02-2021, pour un nouveau volume de papier..

2020 :
Les sujets obsessionnels de France Culture (et ses icônes) - Page 29 Scre1664
Les sujets obsessionnels de France Culture (et ses icônes) - Page 29 Scre1665
Les sujets obsessionnels de France Culture (et ses icônes) - Page 29 Scre1661
Les sujets obsessionnels de France Culture (et ses icônes) - Page 29 Scre1662
Les sujets obsessionnels de France Culture (et ses icônes) - Page 29 Scre1663

Au fait, la radio s'appelle France Culture et l'on y parle des Lumières. La culture musicale de l'émission (de Mme P. ?), c'est Ane Brun - To Let Myself Go & Bernard Lavilliers: Est-ce Ainsi que les Hommes Vivent? & Madeleine Peyroux, Bird On The Wire .

Il y avait pourtant ceci : La musique dans l’Encyclopédie de Diderot et D’Alembert 8 avril 2020 ("L'Encyclopédie" illustre la page de l'émission) qui aurait pu déboucher sur quelques mesures de Michel Corrette (1707-1795) :




Dernière édition par Philaunet le Dim 07 Fév 2021, 20:58, édité 2 fois

Curly 

Curly

288
Répondre en citant  
Pelluchon Blues - Dim 07 Fév 2021, 20:52

Philaunet dans ce message écrivit :

"Elle" n'est pas unique, il y a quelques "elle" qui ont leur lit de camp à France Culture pour pouvoir passer d'une émission du soir à celle du lendemain matin.

Voici Corine Pelluchon pour qui 2021 promet sur France Culture si la lancée de 2020 se poursuit : Signes des temps 07-02-2021, pour un nouveau volume de papier.
[...]

Dans mes brouillons trainait ce qui suit, prévu pour le fil La vie des idées. Non publié car faisant doublon, triplette, voire plus, avec d'autres billets du même fil. Ce relevé date du 5 mars 2020.


« Les Chemins de la philosophie
LE 02/03/2020
Visage Visage (1/4) : Levinas, quand un visage nous désarme
L'invitée du jour :
Corine Pelluchon, philosophe, professeure à l'université Gustave Eiffel, spécialiste de philosophie politique et d'éthique normative et appliquée (environnementale, animale, médicale)

NUIT DES IDÉES : ETRE VIVANT
Épisode 3 : Pour une éthique du vivant
MATIÈRES À PENSER
LE 29/01/2020
Nous retrouvons ce soir Corine Pelluchon, philosophe et professeure à l’université Paris-Est Marne-la-Vallée, pour une discussion autour de son ouvrage...

L’ANIMAL EST L’AVENIR DE L’HOMME
Épisode 2 : Répondre à l’appel des animaux
MATIÈRES À PENSER
LE 05/02/2019
Ce soir, avec Corine Pelluchon, philosophe et professeure à l’Université de Marne-la-Vallée.

Rediffusé,
L’ANIMAL EST L’AVENIR DE L’HOMME
Épisode 2 : Répondre à l’appel des animaux
MATIÈRES À PENSER
LE 06/08/2019
Ce soir, avec Corine Pelluchon, philosophe et professeure à l’Université de Marne-la-Vallée.

FACE AUX CATASTROPHES
Épisode 4 : Collapsologie : penser l’effondrement
CULTURES MONDE
LE 18/10/2018
INTERVENANTS
(…) Corine Pelluchon
philosophe, professeure à l'université Gustave Eiffel, spécialiste de philosophie politique et d'éthique normative et appliquée (environnementale, animale, médicale)

Bioéthique et transformation de soi
MATIÈRES À PENSER AVEC RENÉ FRYDMAN
LE 20/03/2018
Y a-t-il des limites à imposer à tous pour le maintien ou l’accession à une vie commune ? C’est ce que nous verrons avec Corine Pelluchon, auteur d' "Ethique de la considération" (Seuil, 2018).

Le principe de considération de Corine Pelluchon
LA GRANDE TABLE (2ÈME PARTIE)
LE 08/02/2018
Corine Pelluchon, philosophe, est l'auteure de l’ouvrage "Éthique de la considération" (Seuil, janvier 2018)

L'animal est-il un homme comme les autres ?
LES CHEMINS DE LA PHILOSOPHIE
LE 19/01/2018
Cette première rencontre de Forum Sorbonne fut l'occasion de confronter les points de vue politiques (Corine Pelluchon), scientifiques (Alain Prochiantz) et culturels (Joy Sorman), sur les rapports entre l'homme et l'animal aujourd'hui.

Corine Pelluchon : "Rilke n'est pas un animaliste mais dans "Der Panther" on sent qu'il a de la compassion"
L'IDÉE CULTURE
LE 13/01/2018

Devons-nous traiter les animaux en égaux ?
L'INVITÉ DES MATINS (2ÈME PARTIE)
LE 22/12/2017
Pour en discuter aujourd’hui dans Les Matins de France Culture, Guillaume Erner reçoit Corine Pelluchon

Philosophie politique et cause animale
LA CONVERSATION SCIENTIFIQUE
LE 22/04/2017
Etienne Klein invite la philosophe Corine Pelluchon, auteur d'un "Manifeste animaliste" chez Alma.

Journée spéciale "Pour le livre" : A quoi sert un livre ?
DU GRAIN À MOUDRE
LE 29/06/2017
La littérature est-elle un outil de développement personnel ? - Avec Maryam Madjidi et Corine Pelluchon

Faut-il politiser la cause animale ?
RÉPLIQUES
LE 04/02/2017
A mes deux invités la philosophe Corine Pelluchon et l'anthropologue Jean-Pierre Digard  

"Manifeste animaliste" de Corine Pelluchon
LES CHEMINS DE LA PHILOSOPHIE
LE 13/01/2017

Corine Pelluchon : "Les violences infligées aux animaux sont le miroir d’une humanité qui a perdu son âme"
PASO DOBLE, LE GRAND ENTRETIEN DE L'ACTUALITÉ CULTURELLE
LE 05/01/2017

Faut-il confier la cause animale aux politiques ?
DU GRAIN À MOUDRE
LE 19/10/2016
INTERVENANTS
Corine Pelluchon
philosophe, professeure à l'université Gustave Eiffel, spécialiste de philosophie politique et d'éthique normative et appliquée (environnementale, animale, médicale)
...

Philaunet 

Philaunet
Admin

289
Répondre en citant  
La typographie politique prend racine à France Culture - Sam 20 Fév 2021, 09:49

Observons la forme :

  • "la fondatrice de l’Exemplaire, une maison d’édition en circuit court qui remet l'auteur.e au centre de sa production."
  • "une meilleure répartition des droits d’auteur.e.s."

En passant, le propos retranscrit est celui d'une femme : "Je me suis engouffré dans la vague des blogs BD."

Observons le fond :

  • En 2015, elle co-fonde avec Julie Maroh le Collectif des créatrices de bande dessinée contre le sexisme
  • Son engagement pour la cause LGBT imprègne ses ouvrages
  • L'autrice s'est également intéressée aux rapports que les enfants entretiennent avec les présidentielles, ou encore sur le quotidien des migrants de la Jungle de Calais.

Sur l'invitée :

  • "Sans le savoir, j'ai fait de la sociologie, complètement instinctivement et sans avoir aucune base."
  • "Lisa Mandel a récemment signé « Une année exemplaire », sorte de performance issue d’une prise de conscience à l’égard de ses addictions en juin 2019.

Affaires culturelles 16-02-2021.

Philaunet 

Philaunet
Admin

290
Répondre en citant  
Le poil, obsession des employées de France Culture - Mar 23 Fév 2021, 12:43

Les grands sujets culturels de la station : "Entre discrimination islamophobe et injonction sociale, deux histoires de pilosité dérangeante avec une barbe et des poils d'aisselles." Les pieds [04/04/2018 & 23/02/2021].

La barbe musulmane et l'aisselle féminine comme horizons culturels de la station.

Et pendant ce temps-là, des passeurs de savoirs et de savoir-faire, des personnalités inspirantes, sont indésirables à l'antenne.

Philaunet 

Philaunet
Admin

291
Répondre en citant  
Name-dropping avec Latour et simplisme - Mer 24 Mar 2021, 10:04

Marc Ballanfat :"Si vous prenez ce que dit le philosophe Bruno Latour aujourd'hui (...) nous sommes dans l'ultime guerre, hein, la guerre pour la Terre elle-même, ah ah ah, pour la planète Terre".

Marc Ballanfat : "C'est en ce sens-là que la gita est un texte actuel (...) à quoi sommes-nous prêts à renoncer pour sortir de la pandémie, à quoi sommes-nous prêts pour sortir de la confusion, je dirais, de la biodiversité qui est probablement à son origine"

On sent que M. Ballanfat, loin de se cantonner à son domaine de spécialité a appris les éléments de langage de MM. Worms, Bourmeau et le petit nouveau Baschet. Jésus Latour allant de soi...

[son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/18755-22.03.2021-ITEMA_22611065-2021C12410S0081.mp3" debut="29:35" fin="30:43"]

La Bhagavadgītā (1) Philochemins, A v R & Marc Ballanfat, le 22/03/2021.

*******************

Récapitulatif hebdomadaire : 26 contributions du lundi 15 au dimanche 21 mars 2021 (semaine 12)

Contenu sponsorisé 


292
Répondre en citant  
Re: Les sujets obsessionnels de France Culture (et ses icônes) -

Les sujets obsessionnels de France Culture (et ses icônes)     Page 29 sur 31

Haut de page ↑   

Aller à la page : Précédent  1 ... 16 ... 28, 29, 30, 31  Suivant

Accueil / France Culture

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum