-->
Forumactif

Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 

-41%
Le deal à ne pas rater :
-181€ sur le volant de course LOGITECH G29 Driving Force – ...
259 € 441 €
Voir le deal

Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Regards sur France Culture » LES FORUMS » France Culture » Hors-champs par Laure Adler

Aller à la page : Précédent  1 ... 8 ... 12, 13, 14 ... 17 ... 21  Suivant

Accueil / France Culture

Hors-champs par Laure Adler    Page 13 sur 21

Bas de page ↓   

Philaunet 


Admin

121
Répondre en citant  
Avec Amos Gitaï - Dim 12 Jan 2014, 23:30

Le Jeu 19 Déc 2013
@Philaunet a écrit:(...) Quand je la [Laure Adler] compare à d'autres intervieweurs français, anglais ou allemands, je crois qu'elle est loin de faire partie des meilleurs professionnels.

Je serais très heureux d'être détrompé à l'occasion et tout exemple d'émission intéressante ou des extraits de qualité que vous pourrez signaler sont d'ores et déjà les bienvenus.

Bon, eh bien personne ne s'étant dévoué, il a fallu que je me détrompe moi-même à l'occasion de ce très beau numéro avec  Amos Gitaï .

Je l'ai écouté suite à cette recommandation dans le présent fil le Jeu 19 Déc 2013 :

@Nessie a écrit:(...) Et puis hier soir, ô surprise on n'osait plus l'espérer mais il est arrivé dans nos boîtes : l'entretien avec Amos Gitaï, qui avait été annoncé le 23 mai dernier et déprogrammé au dernier moment pour rediffuser un Hors-Champs avec Djeorges Moustaki disparu dans la journée. Depuis ce jour et comme il est d'usage dans le tableau des podcasts, on a vu s'afficher une bonne douzaine de fois "Amos Gitaï"  alors que c'étaient d'autres invités qui étaient au rendez-vous. Il y a une paille dans l'envoi des titres de FC à votre I-Tunes, envoi apparemment dissocié de l'envoi des MP3. Ceux qui attendent Amos Gitaï depuis Juin et qui sont excédés de l'avoir vu tant de fois annoncé à tort depuis, vont pouvoir combler leur frustration.

Je n'avais jamais écouté ce cinéaste, ne connaissant que son nom. Je n'étais donc pas de ceux qui attendaient cet entretien avec impatience. Mais maintenant je comprends les propos ci-dessus en raison de l'intelligence et du ton de l'invité, qualités qu'il faut, contre toute attente, attribuer ici à Laure Adler qui fait un quasi sans faute. D'ailleurs on reconnaît à peine sa voix, tant elle semble reposée et maître de l'entretien.

L'émission est très bien réalisée, extraits de film bien placés, questions pertinentes (que je juge telles comme profane). Laure Adler connaît bien le cinéma et son invité (c'est dans ses domaines d'intérêt qu'elle est à son meilleur, voir l'entretien avec Louis Mermaz) et est visiblement émue à la fin de l'entretien.

La réponse d'Amos Gitaï à la première question laisse immédiatement augurer le meilleur. On ne décroche plus ensuite.

Philaunet 

Philaunet
Admin

122
Répondre en citant  
Éducation - Lun 03 Mar 2014, 18:44

À méditer comme attitude que France Culture pourrait (de nouveau) adopter vis-à-vis de ses auditeurs ?

[son mp3="http://franceculture.fr/sites/default/files/sons/2014/02/s08/RF_35AFA24E-5D67-4E3E-93C5-ED82244D6AA5_GENE.MP3" debut="10:45" fin="12:25"]
Hors-Champs avec Heinz Wismann

Philaunet 

Philaunet
Admin

123
Répondre en citant  
Un ton professionnel - Mer 12 Mar 2014, 10:49

Laure Adler, comme Alain Finkielkraut, provoque des réactions ambivalentes. Quand elle n'est pas en forme  ou qu'elle est contrariée, on croit entendre un garde-chiourme ; quand elle est reposée et qu'elle s'intéresse personnellement au sujet traité par son invité/e (histoire politique, cinéma et, ici, danse), elle pratique un art de l'entretien tout à fait écoutable.

C'est le cas ici avec Olivier Dubois danseur et chorégraphe, qui connaît un succès important avec ses créations. Le chorégraphe est enthousiaste et a visiblement envie de faire partager sa passion. Il a parfois des propos convenus (qui n'en a pas ?), mais comme disait en substance Carolyn Carlson quand on lui demandait ce qu'elle voulait dire par sa danse, « si je pouvais le dire, je ne danserais pas ».

Philaunet 

Philaunet
Admin

124
Répondre en citant  
L'autre versant de Laure Adler - Lun 24 Mar 2014, 22:37

On l'entend dans le début de l'entretien de ce lundi soir avec Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot . C'est gra-ti-né. Le pire, c'est que le manque de tact, la blague vaseuse et le sous-entendu blessant sont, pour ainsi dire, involontaires de la part de Laure Adler. Les paroles ne s'envolant plus (ce que ne comprennent pas beaucoup des producteurs de France Culture quand ils s'expriment au micro comme s'ils étaient au café avec des copains), on en donnera un exemple le moment venu. Mais quel contraste entre la musiquette entraînante et la lourdeur de l'attaque initiale ! Et quelle gêne pour l'auditeur d'entendre l'embarras de ce couple de chercheurs.



Dernière édition par Philaunet le Mar 25 Mar 2014, 19:49, édité 1 fois

Philaunet 

Philaunet
Admin

125
Répondre en citant  
Laure Adler « chambre » Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot - Mar 25 Mar 2014, 19:42

Un début d'entretien... gênant :

[son mp3="http://franceculture.fr/sites/default/files/sons/2014/03/s13/RF_74CF30FF-1BA2-4013-8D96-713FDE6EDDD4_GENE.MP3" debut="01:50" fin="03:40"]

Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot

Philaunet 

Philaunet
Admin

126
Répondre en citant  
L'invitée n'en placera pas une - Jeu 01 Mai 2014, 08:44

Dans sa contribution nocturne de ce 1er mai intitulée, comme il se doit, Insomnie et qui mérite lecture et relecture,
@Nessie a écrit: (...) J'en étais là de mes désolations quand préférant interrompre ce massacre, en tablant sur le bienveillant hasard je suis passé à autre émission de la même réserve pour constater que Laure Adler nous offre une énigme exactement identique. Car même sur des sujets qui l'obsèdent par exemple la psychanalyse, elle pose des questions sans queue ni tête, privées de sens, de pertinence, d'intérêt, enfin privées de tout. Et la même question se pose : voila une femme qui est titulaire d'un doctorat d'histoire, qui fait de la radio depuis 35 ans dont une bonne partie pour financer des années de lacanisme, une femme qui a produit pendant 6 ans une émission culturelle à la télé, émission qu'elle avait certes repris à d'autres (pour la saboter mais c'est un autre problème), enfin il faut signaler qu'elle avait été conseillère personnelle d'un homme d'Etat doté d'une grande culture. Et sur un sujet qui l'obsède littéralement, la psychanalyse, elle ne trouve à sortir que des clichés, des âneries, et des questions ineptes. Encore une fois la question se pose : comment en est-on arrivé là ?

Et aussi : apparemment tout le monde s'en fout. (...)

Non, un petit village résiste, celui de Regards sur France Culture ...

Et puis Nessie, question : parlez-vous aux producteurs durant vos nuits d'insomnie en les sommant, par exemple, de fermer leur gueule et de laisser parler l'invité ?

Moi oui, à l'adresse de cette brute de Laure Adler, par exemple, durant l'émission donnant prétendument la parole à Thérèse Clerc , 82 ans, fondatrice de la maison des Babayagas, une sorte de mémoire du siècle qui aurait eu tant de choses à dire, mais
[son mp3="http://franceculture.fr/sites/default/files/sons/2014/04/s16/RF_17A1450B-4229-422B-962A-4E3F4CBDE9C1_GENE.MP3" debut="09:40" fin="12:10"]

Je ne sais quels mots employer, consternation, stupéfaction, colère, mais les 15 premières minutes de cet entretien sont une honte radiophonique.

Dans le même post, vous cherchiez une explication aux interviews calamiteuses de Caroline Broué et de Laure Adler :

@Nessie a écrit:Comment a-t-on pu en arriver là ? Trop de boulot ? Ou peut-être, mal organisé : trop de livres différents à présenter et pas le temps ou pas la moelle de tout lire (n'est pas Brice Couturier qui veut). Ou bien pas assez d'assistants-stagiaires pour les lire à votre place et vous en livrer un digest bien fait ? Ce qui serait un mode de préparation pas plus mauvais qu'un autre.

Oui, comment a-t-on pu en arriver là ? Je ne sais. Mais le constat est lui sans ambiguïté : c'est désolant, indigne et cela témoigne d'un mépris complet envers l'invité et l'auditeur.

Philaunet 

Philaunet
Admin

127
Répondre en citant  
Tchin-tchin - Ven 06 Juin 2014, 10:09

Dans un billet de la rubrique Pas la peine de crier ce 06 juin 2014
@Nessie a écrit: (...)  Les choses étant bien faites, chacun d'entre nous a choisi dans la grille ses plaisirs d'écoute et sa mission maudite : moi je me farcis tous les numéros de Hors-champs, et environ une matinale sur 2. Eh oui nous souffrons, tous autant que nous sommes. Et le pire est qu'on croise encore parfois des imbéciles pour nous le reprocher sur le ton  "Mais pourquoiii que vous écoutez des trucs qui vous plaisent paaaas ? Et gniagniagnia.... ". (...)

Vous donnez beaucoup de votre temps à la cause radiophonique de qualité, Nessie, aussi j'ai décidé de vous soulager pour un numéro de Hors-Champs, celui consacré à Louis Langrée , hier le 05 juin 2014.

J'aurais bien aimé écouter Louis Langrée dont la parole et la voix annoncent de la profondeur, mais voilà, comment faire pour l'écouter sans entendre Laure Adler ? Parce qu'enfin, ce n'est pas qu'on écoute des trucs qui ne nous plaisent pas à France Culture, on tente d'écouter des intervenants qui nous plaisent entre des interventions médiocres, ridicules et sottes de producteurs. On a le droit, non ?  Et on a aussi le droit de s'énerver d'un gâchis, à savoir quand les producteurs et les productrices laminent la parole de leurs invités et transforment un entretien dont on on sent qu'il pourrait faire date en numéro de clown.

C'est le cas avec ce numéro dont le premier quart d'heure nous dit une chose : Louis Langrée est une perle pour le cochon qui l'interviewe.  Question bête sur question bête, interruption sur interruption, le style Adler, quoi, avec en prime :
[son mp3="http://franceculture.fr/sites/default/files/sons/2014/06/s23/RF_1644C724-A6FF-4DB5-8240-C04010A6EA95_GENE.MP3" debut="01:10" fin="03:23"]

« tchin-tchin atti » Soupir... Cincinnati

Ce qui n'est pas sans rappeler les propos de notre fidèle no nukes contributeur du  18 septembre 2013 dans le fil La grande table - Tirons la nappe !! :

@Fontaine a écrit:Entendu ce midi dans la first partie de la GT sur Djorges Braque
"une pièce de Satie interprétée par Aldo "tchitchiolini" "minute 21 seconde 31 en reécoute

Aldo Ciccolini prononcé à la manière de la Cicciolina cette reine du porno qui s'est présentée aux municipales de Roma vous laisse un bémol sur le clavier et un dièse à la baise cinématographique.

Prudence Caro , quand les auditeurs de FC s'ennuient  ils foncent sur France Miousik
(...)

Remarquez que plus tard, une fois que Louis Langrée aura dit correctement (à 8'45") "Cincinnati Symphony Orchestra", l'intervieweuse rectifiera le tir (mais je ne peux garantir la suite).

Pour conclure provisoirement, je préfère reproduire cet extrait de billet qui traite de la manière d'interviewer un musicien à France Culture. Où l'on voit que ce n'est pas, vraiment pas, brillant et que ça ne s'arrange malheureusement pas :

Dans La grande table - Tirons la nappe !! - le Mer 10 Juil 2013, 13:23
@Nessie a écrit: (...)
C'est donc plutôt dans le second volet de la Grande table que la culture est au rendez-vous. Enfin, si on veut. A condition de pas se montrer trop sévères. De fait, certains jours c'est très réussi, surtout quand les invités sont tellement bavards qu'ils ne laissent pas Broué placer trop de conneries. (...) Aujourd'hui elle reçoit une concertiste, en grand entretien. Hélas toujours avec Caroline aux commandes de l'interview, à chaque virage le fossé guette, je veux dire la question con. Et ça n'a pas raté . (...) Moi du courage j'en manque total donc je n'attends pas de réécouter l'extrait et je me prive du bonheur (en l'occurrence coûteux pour les nerfs) de reproduire la question avec exactitude dans toute sa phénoménale stupidité, mais enfin en substance (!) ça donne ceci : "Quand vous étiez petite (sic -je jure qu'elle emploie ce genre de formule) vous écoutiez les zimpromptus de Schubert joués par Alfred Brendel. Est-ce que vous êtes fière de jouer ces impromptus que vous écoutiez quand vous étiez petite ?".

Loin très loin de là,  l'autre bout des ondes, l'auditeur derrière son poste, se dit qu'il n'en a légitimement rien à taper des sentiments infantiles que la gourdasse en chef prête à la concertiste.  Mais une incertitude pointe lentement le bout de son nez : entre Broué, Marie Richeux, Louis Tourret, on se dit qu'elle va se jouer serrée la succession de Laure Adler au concours de la Nunuche d'or.

Philaunet 

Philaunet
Admin

128
Répondre en citant  
On aime ou on n'aime pas le ton... - Jeu 12 Juin 2014, 23:21

F. a réclamé un vrai regard critique sur la danse ? Voici une interview coups de fouet (les questions) avec  Carolyn Carlson :

[son mp3="http://franceculture.fr/sites/default/files/sons/2014/06/s24/RF_D6A4553C-17F4-4C6E-9D78-E32EF283FCB2_GENE.MP3" debut="01:55" fin="03:04"]

Après cinq minutes, on coupe sans smiley avec hache. Du gâchis à tous les étages de cette radio.

129
Répondre en citant  
Rêvassons un peu. - Ven 13 Juin 2014, 01:41

On ne vous remercie pas pour cet extrait, car c'est triste à entendre. Sur ce, après les adlériennes lourdeurs architecturales
(et les étonnements amusés de Carolyn Carlson), on se surprend à rêvasser d'une radio qui parlerait de danse comme
elle a su le faire pour l'architecture avec François Chaslin. "On" ne fantasme pas non plus sur un producteur ou une
productrice providentiel(le) : l'actuel fourmillement théorique autour de la danse devrait pouvoir fournir à cette station
un pacson de propos radiogéniques. Mais la fainéantise et le manque d'imagination sont actuellement aux manettes : au mieux
on débauche des cadors de la presse écrite, au pire on gesticule. Et si j'ai bien lu mon Antoine Arnoux, le gesticule est
un petit geste maladroit, vain et ridicule. Un peu le traitement réservé à la danse sur FC quoi.

Philaunet 

Philaunet
Admin

130
Répondre en citant  
Sans merci - Ven 13 Juin 2014, 18:34

F. a écrit:On ne vous remercie pas pour cet extrait, car c'est triste à entendre. Sur ce, après les adlériennes lourdeurs architecturales
(et les étonnements amusés de Carolyn Carlson), on se surprend à rêvasser d'une radio qui parlerait de danse comme
elle a su le faire pour l'architecture avec François Chaslin. (...)

« Les étonnements amusés » est une litote pour dire que Carolyn Carlson trouve les questions d'Adler carrément stupides et à côté de la plaque. On en a une nouvelle fois la preuve ci-dessous.

Attention à ne pas manquer les rires (impolis, à mon sens) de Laure Adler après la réponse de Carlson, qui ne prête pourtant pas à se poiler.

[son mp3="http://franceculture.fr/sites/default/files/sons/2014/06/s24/RF_D6A4553C-17F4-4C6E-9D78-E32EF283FCB2_GENE.MP3" debut="12:45" fin="13:43"]

"I just love your questions" et "They are very interesting", antiphrases typiques de locuteurs anglophones qui ne veulent pas vexer leur interlocuteur en leur disant réellement ce qu'ils pensent.  Carolyn Carlson  a dû donner des centaines d'interviews et est de bonne composition,  aussi dit-elle "I just love your questions" que nous comprenons, nous autres, comme "des questions aussi stupides, j'en ai rarement entendu" :

[son mp3="http://franceculture.fr/sites/default/files/sons/2014/06/s24/RF_D6A4553C-17F4-4C6E-9D78-E32EF283FCB2_GENE.MP3" debut="13:43" fin="15:30"]

PS De plus en plus d'entretiens sont réalisés en recourant à un interprète. C'est lourd à très lourd (et souvent imprécis ou déformant, pour ce que je peux en dire de l'anglais). Si vous avez envie d'entendre ce que ça donne avec un cinéaste japonais, voir le 2 avril dernier avec Kyoshi Kurosawa.

Nessie 

Nessie

131
Répondre en citant  
The babbitt and the bromide - Mar 07 Oct 2014, 18:20

Avec Gilles Lapouge, je ne m'attendais pas à grand-chose de bien passionnant. C'est un ancien élève de Pivot, c'est donc un journaliste bas de gamme, plus préoccupé des effets que du contenu, et qui ne lésine pas quand l'envie lui vient de lâcher quelques versets de son auto-hagiographie. Je n'ai jamais apprécié ni son ton, ni son style ni son humour ni sa culture, ni ce qu'il fait du tout au service de sa vanité en se foutant comme d'une guigne du sujet, de la vérité, et de la pertinence. Cela dit, malgré ce qu'il prétend il est moins journaliste qu'écrivain. Médiocre certes, mais enfin c'est un petit créatif, disons un conteur. Il ne faut donc pas lui en vouloir s'il brode pendant les trois-quart de son temps de parole plutôt que de chercher à dire le vrai ou le juste ou le sensé ou l'utile de toutes façons non seulement il s'en fout mais il ne saura rien y reconnaitre. L'important pour lui c'est l'effet, vous dis-je.

Aussi ai-je attendu d'avoir une tâche manuelle à effectuer pour écluser mon retard en Hors-Champs, en attaquant précisément par ce dialogue du 19 septembre. Et je dois dire que j'ai été bien inspiré. Les bruits de perceuse qui ont caviardé cet entretien ne m'ont pas privé de grand-chose dans la pensée lumineuse de Gilles Lapouge, je dirais presque "Hélas" car entre son étalage d'auto-satisfaction et les remarques bêtes d'une Laure Adler énamourée se roulant à ses pieds comme une belette en chaleur, ce prétendu "grand-monsieur de la radio" m'a surtout semblé un incorrigible radoteur de sornettes éculées.

Et pourtant... il y avait une perle en plein milieu de cet entretien : un extrait savoureux que j'ai retenu avec bonheur. Je vous le livre sans commentaire préalable, pour vous laisser savourer la surprise. On pourra toujours en discuter après-coup : [son mp3="http://franceculture.fr/sites/default/files/sons/2014/09/s38/RF_CD65E9C5-5FE5-461E-AD25-410D75E9CF4F_GENE.MP3" debut="28:56" fin="31:00"]


(c'est pas très long : à peine plus de 2 minutes)



Dernière édition par Nessie le Ven 17 Oct 2014, 12:37, édité 1 fois

Contenu sponsorisé 


132
Répondre en citant  
Re: Hors-champs par Laure Adler -

Hors-champs par Laure Adler     Page 13 sur 21

Haut de page ↑   

Aller à la page : Précédent  1 ... 8 ... 12, 13, 14 ... 17 ... 21  Suivant

Accueil / France Culture

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum