-->
Forumactif

Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 

-71%
Le deal à ne pas rater :
-71% Ecouteurs intra-auriculaires sans fil PHILIPS TAE4205BK à ...
9.99 € 34.99 €
Voir le deal

Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Regards sur France Culture » LES FORUMS » France Culture » France Culture communique

Aller à la page : Précédent  1 ... 8 ... 12, 13, 14  Suivant

Accueil / France Culture

France Culture communique    Page 13 sur 14

Bas de page ↓   

Philaunet 


Admin

121
Répondre en citant  
Re: France Culture communique - Dim 22 Mar 2020, 09:43

Éducation et Culture, Émission spéciale ce dimanche 22 mars, 18h-20h : "grâce à l’éducation, l’acquisition de nouvelles connaissances, grâce à la culture - des livres, des films, des spectacles en ligne, des séries -, grâce à la radio aussi, grâce à la musique, nous allons pouvoir mettre ce temps suspendu à profit. " et bla, et bla et blablabla !

Parce que, d'habitude, nous aurions par hasard autre chose que "l’éducation" et  "l’acquisition de nouvelles connaissances" ? Peut-être la diffusion quotidienne de collapsophiles, d'apocalpypsolâtres, de findumondistes chics ? Tous actuellement en train d'utiliser les moyens techniques mis au point par les prouesses d'ingénierie des GAFAM et des scientifiques de l'aérospatiale qui contrôlent les satellites ? Tous  en train de repenser le monde grâce à l'énergie nucléaire, en buvant thé, café, tisanes, dont l'eau est rendue quotidiennement potable par les techniques les plus sophistiquées ?  

Tiens, où sont passés les anti-capitalistes primaires snobs de France Culture, les aoc & co ? Ils écrivent un journal dans lequel ils repensent le monde ? C'est leur "métier", soit. Mais les mettre au micro toute l'année, est-ce la mission de la radio publique culturelle ?

Philaunet 

Philaunet
Admin

122
Répondre en citant  
''Knock'' pas sur la liste de lectures de France Culture - Lun 23 Mar 2020, 08:33

Une médaille à Frédéric Martel ? Laquelle ?

"Pdt que le monde se referme, étrangement la culture s’ouvre. On le sait (nous ne l’oublions pas) : la culture est hélas parfois réservée à certains publics. Mais depuis 1 semaine, elle s’ouvre. En grand ! Tout est ouvert. Tout est accessible, en ligne notamment. " Émission spéciale ce dimanche 22 mars

Il n' y a pas Knock dans la liste de lectures recommandées ou dans les programmes de radio à écouter.

Ce forum avait commenté en trois posts une pièce radiophonique créée à partir de cette œuvre :
Reggiani en Knock, ou comment la manipulation mène à la dictature- le Mar 10 Déc 2019
Knock Knock - le Mar 10 Déc 2019
Qui frappe à la porte ? - le Mar 10 Déc 2019

*******************
Récapitulatif hebdomadaire : 44 contributions du lundi 16 au dimanche 22 mars 2020 (semaine 12)

Philaunet 

Philaunet
Admin

123
Répondre en citant  
Les connexions utiles - Jeu 07 Mai 2020, 21:27

Élégance et intelligence du message, finesse du dessin, on sent ici tout l'esprit français que le monde entier nous envie

France Culture communique - Page 13 Scre1035

Philaunet 

Philaunet
Admin

124
Répondre en citant  
La directrice de France Culture - Mer 20 Mai 2020, 22:19

Est-ce dans les attributions de la directrice de France Culture de véhiculer cette perception des choses ?

France Culture communique - Page 13 Scre1085

Passons sur le fait qu'Onfray déraille depuis pas mal d'années et qu'il a eu un conflit avec Mme Treiner lors de l'arrêt de la diffusion de son UP de Caen (d'où sans doute la mesquine revanche de cette dernière). Est-il sain, juste, éthique que la responsable d'une radio publique exprime  son opinion politique (sous couvert d'un relais d'info) sur les réseaux sociaux ?

Certains internautes n'ont pas aimé la démarche ...

Curly 

Curly

125
Répondre en citant  
L’audimamate à tout prix et garanti sans idée - Sam 17 Oct 2020, 10:31

France Ctrture, la chaîne de toute l’actu.
Une idée originale, les podcasts originaux.
La Direction agitée par la soif d’audimamate qui empêche la pulpe de rester en bas, a découvert lors d’un stage marketing que quand on pond plus de deux machins de bafouilles radiophoniques, on peut appeler ça « une collection » : le contenu est indigent, mais l’emballage en fout plein la vue, à défaut des oreilles.

Après la journée de débats sur les débats, qui déborde largement de la journée spéciale puisque c’est dans l’ADN de la Ligne Générale, voici une nouvelle « collection de podcasts originaux » .
« Originaux » est un bien grand mot. Si au moins il avait été rétréci d’une lettre, on aurait pu avoir des « podcasts orignaux », ce qui aurait donné à la collec’ un léger élan d’orignalité, ne serait-ce qu’au titre.

Durant un brainstorming de folie, il a été décidé de débrider l’imagination de tout le monde qui passait par ici et qui repassait par là, de faire une orgie imaginative qui allait donner le résultat que voici, soit un énième récap’ d’affaires qui ont buzzé dans l’actu, le tout à la gloire de Médiapart à qui on a laissé carte blanche pour une séance d’auto bronzage in excelsis deo.
La collec’ va donc nous rejouer pour la on-ne-sait-plus-combientième-de-fois, les affaires Cahuzac, Fillon, Benalla, Lux Leaks, etc...
Le etc laisse entrevoir un ensemble de possibles proprement inouïs.

C’est « une plongée dans les coulisses des grandes enquêtes » journalistiques « contemporaines », un plouf comme nous ne l’avions jamais entendu, et la barre est placée très haut, car pour chaque affaire les journalistes responsables des enquêtes avaient déjà écumé les plateaux télé, les studios radio, pour raconter tous les détails de tous les gestes accomplis pour arriver au résultat admirez le boulot de pro mesdames et messieurs.

Nous avons tous hâte de ne pas entendre ces créations orignales, nous allons tous ne pas nous jeter sur le remix de l’affaire Cahuzac racontée par et à la gloire du journaliste de Médiapart, qui va en profiter pour se passer encore une fois la brosse à reluire durant cette heure découpée en 4 quarts d’heure pour donner l’impression que c’est plus long, et sous-titrée « Première saison » pour faire comme les séries tévés alors qu’en fait c’est la misère, ce sont juste des pastilles d’actu.
Preuve que la direction secouée n’a pas fait que cueillir des fraises durant son stage marketing.
A lire la présentation, Médiapart, c’est l’équivalent de Jean Valjean + Edmond Dantès.

Nous avons vraiment hâte de ne pas écouter ce que l’on peut apprendre ailleurs. Quel journal, quel hebdo, quel média de manière générale n’a pas pondu au moins un dossier sur ces affaires ?
Maintenant, en voici une nouvelle mouture, « Mécaniques du journalisme », qui fait suite aux « Mécaniques du complotisme » à l’orignalité déjà débordante.

Pour finir, en cadeau, une collection d’orignaux :

France Culture communique - Page 13 1138
France Culture communique - Page 13 295
France Culture communique - Page 13 386

Curly 

Curly

126
Répondre en citant  
Défense du théââââtre et de la fiction. - Dim 25 Oct 2020, 11:09

France Curture communique pour défendre le théââââtre et la fiction.

France Culture communique - Page 13 1142

Déjà, chapeau bas pour avoir débauché Jean-Claude Biette, qui fut critique aux Cahiers du cinéma, mais aussi un peu cinéaste, avant de décéder en 2003. Le faire revenir d’entre les morts, juste pour écrire un machin promotionnel de quelques lignes pour France Cultureuh, c’est déjà un exploit. Sera-t-il homologué comme miracle officiel par le Vatican ?

Laissons en suspens cette question pleine d’interrogations pour passer au communiqué promo.
« la chaîne ne cesse de renforcer son engagement pour le  spectacle vivant »
Reste à préciser que c’est plutôt sur les débats d’actu que l’engagement est le plus profondément renforcé, et que pour le théâtre, le renforcement consiste surtout en des intervious promo. Mais « engagement pour le spectacle vivant », ça sonne mieux, ça cache mieux la misère.

Les invités promo de cette semaine spéciâââle sont toujours les mêmes - je passe les noms - ils nous diront que les temps sont durs, que nous vivons une époque difficultueuse.
En dehors de ''ça'', un débat d’actu : « Existe-t-il encore un théâtre populaire ? »
Ça sent le moulinage de vents. La question sous-entend lourdement que non, pas trop. Invité : Olivier Py, qui est au théâtre populaire ce qu’une girafe est à un soutien-gorge.

Pour réflexionner, des directriceteurs de théâtre, et en guise de création radio, une redif’ de 2007 d’un feuilleton sur le Festiv’ d’Av’, mais pas en entier c’est trop long, faut laisser de la place aux débats d’actu.
Et le tout donne un communiqué fracassant. A partir de deux/trois émissions sur le sujet, la direction AJT vend une semaine spéciale de quatre jours.
Oui parce que j’ai terminé d’en faire le tour.

Mais il y a après un rappel de tout le bien que fait la station au théâââtre.
Un bilan. Donc des chiffres.
Et avant, ceci : « France Culture poursuit sa politique de soutien à la création sous toutes ses formes et  contribue à la transmission de la culture patrimoniale à travers des cycles dédiés à de grands auteurs classiques ou contemporains. »

Si l’on prend les programmes de toute l’année 2020 (on peut remonter un peu dans le temps aussi, c'est pareil), et nous en arrivons presque au bout quand même, de cette belle année, ce n’est pas exactement ce qui frappe dans la programmation.
« sous toutes ses formes » = essentiellement des lectures de textes, en mode fin du monde.
Exemple, sur la page d’accueil, mais en bas parce que c’est la fiction et pas du débat d’actu, la fiction est représentée essentiellement par des redif’ :
- Tchernobyl
- Alejandra Pizarnik : « Ecrire c’est donner un sens à la souffrance... »
- un hommage à Michael Lonsdale avec un panaché d’extraits d’œuvres radio que la station service n’a pas le temps de diffuser en entier, débats d’actu obligent.
- « 7 minutes-comité d’usine » : « Dix femmes attendent la porte-parole qui négocie leur avenir avec les repreneurs de l’usine. Elles devront voter au nom des 200 ouvrières qu’elles représentent.... »

Alors l’expression « sous toutes ses formes », on peut légèrement la modérer. Il est étrange que là, nous n’ayons pas quelques précisions sur les différentes formes.
Et les grands auteurs classiques, c’est de la diffusion au compte-goutte, pour pas faire d'ombrage aux grands classiques des débats d'actu.

La seule dramatique radio vraiment originale a été outrageusement planquée sous le tapis, même pas présente sur la page d’accueil : « Les palmes » de François Pérache.

Comme le bilan est très maigre, il convient, afin de faire croire que quand même c’est une station culturelle, de gonfler le bilan aux hormones.
Les chiffres :
« En 2019, France Culture a fait 63 acquisitions d’œuvres dramatiques inédites. »
Si l’on sait qu’une année comprend 365 jours, voire un de plus, ça fait en fait pas bezef.
De plus, quelles sont ces œuvres ? Gageons que les trois quarts seront à la gloire d’une refonte de ce monde pourri de merde qui nous entoure, et que ces fictions offriront un panorama sous toutes ses formes d’un paysage mental se préparant à une fin du monde prochaine.

« Le confinement et Un Rêve d’Avignon ont été l’occasion de rediffusions exceptionnelles d’environ trente œuvres théâtrales représentant quelque soixante heures sur l’antenne de France Culture. »
Si l’on met à part leur diversité de formes qui tend vers l’unicité, c’est mathématiquement la misère, surtout comparé aux débats d’actu et autres émissions promo, qui se chiffrent en milliers d’heures.

Pour un bon relai dans la presse de cette annonce posthume de J-C Biette, un bon partenariat est de mise avec un hebdo branchouille du type les Inrocks, qui se feront un plaisir de relayer la Voix Officielle de la Ligne Générale.


Dans la foulée, un autre communiqué annonce une création radiophonique à tomber : un feuilleton de 5 épisodes, « Les bijoux de la Castafiore ». Une aventure de Tintin par les comédiens tristes de la Comédie Française.

Les précédentes aventures, Les Cigares du Pharaon (2016), Le Lotus bleu (2016), Les 7 Boules de cristal (2017) et Le Temple du Soleil (2019), étaient soigneusement réalisées, mais vraiment ternes. La fidélité aux albums, que quasiment tout le monde connaît par cœur, posait problème. Quel était alors l’intérêt de l’adaptation, à part la quête d’audimamate ?
Mais la station service culture a un argument de poids : le nombre de réécoutes.

Un seul petit paragraphe promeut la qualité radiophonique de la chose : « Avec cette nouvelle version de Tintin, France Culture a le plaisir de renouveler la forme traditionnelle du feuilleton radiophonique, en l’amenant, par son scénario, du côté du cinéma, en le modernisant tout en s’appuyant sur ce magnifique alliage des acteurs, de la musique et du bruitage pour servir des héros ancrés dans notre patrimoine culturel. »
Une magnifique manière de réinventer le fil à couper le beurre. Une dramatique radio = acteurs + musique  + bruitage. Extraordinaire ! C’est ainsi depuis belle lurette, mais là, cela devient « un magnifique alliage » !
Quel renouvellement.
Le service pub a fait fort : c’est un gros pâté de contradictions. Moderne & patrimonial, chapeau !
Par contre, on se demande comment on peut renouveler la forme en piquant du côté du cinéma. La contradiction, là, n’est pas résolue dans l’harmonie et la joie.

Il existe, disponible sur le site de l’INA, une autre version des « Bijoux de la Castafiore » de 1963 avec des acteurs déchaînés mais pas de la Comédie Française, des bruitages et de la musique, un truc complètement dingue !
L’INA a compilé les 34 épisodes de 10 mn en une grande dramatique de 4h.
Une comparaison entre les précédentes aventures de Tintin avec la Comédie Française et celles adaptées par Nicole Strauss et Jacques Langeais à la fin des années 50/début des années 60 donne un gros avantage à ces derniers, qui ont adapté dans la même veine toutes les aventures de Tintin écrites alors.

Mais pour faire oublier qu’il existe mieux, et à défaut de faire autre chose de plus créatif & original, aucune dramatique radio « patrimoniale » n’a été (re)diffusée dans les Nuits depuis septembre.
Les nouveaux auditeurs doivent impérativement croire que ce que propose le plan quinquennal de la direction est extraordinairement révolutionnaire, que l’histoire de la radio commence en 2015, et qu’avant c’était de la bouillie inaudible pour intellos.

Philaunet 

Philaunet
Admin

127
Répondre en citant  
La parité au ''sommet'' de FC, ce n'est pas gagné... - Sam 31 Oct 2020, 11:06

France Culture communique - Page 13 Scre1537

Caroline Broué à la direction des programmes de France Culture ("jusqu'à la fin de l'année"... renouvelable ?) : l'on sent comme une fraîcheur culturelle, n'est-ce pas ?  Le féminisme constant, l'anti-capitalisme permanent, la promotion d'un cercle d'acteurs culturels amis ne vont bien sûr pas continuer d'irriguer le programme du matin au soir...

Exit Vincent, voici Caroline remplacée par Chloé.  À France Culture, la sororité, tant vantée par la direction et certaines de ses employées, est en action. La parité, notamment dans les équipes, souvent aux trois quarts, sinon à 100% féminines, elle, est légèrement à la peine.

Yann Sancatorze 

Yann Sancatorze

128
Répondre en citant  
Re: France Culture communique - Sam 31 Oct 2020, 16:17

Philaunet(https://regardfc.1fr1.net/t282p120-france-culture-communique?thank=36277#36277) a écrit:
France Culture communique - Page 13 Scre1537

Caroline Broué à la direction des programmes de France Culture ("jusqu'à la fin de l'année"... renouvelable ?) : l'on sent comme une fraîcheur culturelle, n'est-ce pas ?  Le féminisme constant, l'anti-capitalisme permanent, la promotion d'un cercle d'acteurs culturels amis ne vont bien sûr pas continuer d'irriguer le programme du matin au soir...

Exit Vincent, voici Caroline remplacée par Chloé.  À France Culture, la sororité, tant vantée par la direction et certaines de ses employées, est en action. La parité, notamment dans les équipes, souvent aux trois quarts, sinon à 100% féminines, elle, est légèrement à la peine.


Le moins que l'on puisse dire, c'est que la direction de la station menée par Sandrine Treiner ne surprend jamais. Après être passée par la Grande Table, Caroline Broué animait une matinale qui n'était jamais culturelle, à un créneau (samedi matin) où les auditeurs, saturés d'actualité, pouvaient peut-être espérer un format original, hors des impératifs politiques imposés d'une main de fer par la direction, libre, original, créatif, ouvert etc. Mais non, la matinale de Caroline Broué ne faisait que recenser scrupuleusement les sujets obligatoires (inégalités, féminisme, climat, anti-capitalisme), dans un esprit très "corporate", comme l'on dit (utilisation de temps d'antenne publique pour offrir de la pub gratuite aux partenaires qui vont bien). La "revue de presse des idées" n'était elle aussi qu'un vague recensement de ce qu'il fallait penser cette semaine.

Et la culture, reléguée à "l'idée culture" (une formulation qui rappelle les têtes de gondole des rayons de presse dans les supermarchés) ne faisait que mettre en scène la sempiternelle artiste du moment venue parler de son rapport à son goût personnel d'elle-même de son je du plus profond d'elle-même. On retient aussi l'élocution très particulière de Caroline Broué. Personnellement, je n'ai jamais entendu quelqu'un parler comme cela à la radio. Il est probable que Caroline Broué s'exprime normalement dans sa vie de tous les jours. Mais quelle idée a-t-elle des auditeurs pour PARLEEEER AINSIIIII euuuuuh et aLOOOORS est-ce qu'on peut DIIIIIIIRE qu'on va RE-GRET-TER les MAtins du SAmedi ? Bien sûr que non. Un producteur renvoie indirectement aux auditeurs l'image qu'il a d'eux. Surarticuler, reformuler des choses simples pour que les "auditeurs comprennent", s'assurer qu'ils ont bien été éduqués à la lumière du sujet du jour, tout cela donne l'image d'une condescendance très bienveillante, certes, mais qui sera toujours ressentie comme un rapport d'autorité assez méprisant.

Avec Caroline Broué à la direction des programmes, on peut déjà supposer une surenchère des combats treineriens. Ce sera un véritable "groupthink" sans ouverture. Ce sera aussi le règne de la sous-traitance dissimulée : AOC, Médiapart, maisons d'édition  amies. Bref, France Culture s'enfonce encore un peu plus dans cet esprit de fermeture qui fait passer l'action de Laure Adler à la même direction pour un genre d'amateurisme assez inoffensif. Si on avait déjà l'impression que France Culture était déjà devenue une radio soporifique, à mi-chemin entre un colloque de Science-Po de première année, une réunion d'institutionnels de la culture et une radio amateur de campus, il semblerait qu'on n'ait encore rien vu. Il est urgent que le ministère de la Culture lance un chantier de réforme et de refondation de la station, qu'elle retrouve le chemin d'un service public culturel pour tous.

Philaunet 

Philaunet
Admin

129
Répondre en citant  
''La démocratie féministe. Réinventer le pouvoir'' What else ? Vous êtes sur France Culture ! - Dim 01 Nov 2020, 22:41

Yann Sancatorze(https://regardfc.1fr1.net/t282p120-france-culture-communique#36280) a écrit:
Le moins que l'on puisse dire, c'est que la direction de la station menée par Sandrine Treiner ne surprend jamais. Après être passée par la Grande Table, Caroline Broué animait une matinale qui n'était jamais culturelle, à un créneau (samedi matin) où les auditeurs, saturés d'actualité, pouvaient peut-être espérer un format original, hors des impératifs politiques imposés d'une main de fer par la direction, libre, original, créatif, ouvert etc. Mais non, la matinale de Caroline Broué ne faisait que recenser scrupuleusement les sujets obligatoires (inégalités, féminisme, climat, anti-capitalisme), dans un esprit très "corporate", comme l'on dit (utilisation de temps d'antenne publique pour offrir de la pub gratuite aux partenaires qui vont bien). (...)
Que faut-il penser d'hier par exemple ? Comme l'écrit Curly, ce n’est pas la peine de consulter le programme, on le connaît d'avance, c'est le même chaque jour (sans fin)  : "L'Invité(e) actu,  Marie-Cécile Naves, ‘La démocratie féministe réinvente le pouvoir’ 31-10-2020".

Marie-Cécile Naves, directrice de l'Observatoire "Genre et géopolitique" à l'Institut de relations internationales et stratégique (Iris), qui fait paraître "La démocratie féministe. Réinventer le pouvoir" (Calmann-Lévy).

Les questions que ne se posent pas la directrice, ni maintenant la directrice des programmes pour deux mois (on parie sur une prolongation ou une intégration dans l’administration de FC ?), parce que toutes les deux répondent par oui et connaissent les solutions, comme les autres employées de la stations choisies pour leur conformité au paradigme : "Et si les féministes avaient une autre façon de regarder le monde et d’appréhender la gouvernance ? Comment réinventer le pouvoir ?"

Extraits de la présentation :
"le fantasme selon lequel, si on interdit aux femmes d'avorter, la population blanche pourra continuer à être la plus nombreuse, pour conjurer le multiculturalisme."
"Il y a clairement une internationale anti-féministe qui se renforce. Cette internationale féministe est un retour de bâton, une gifle au mouvement "Me too". La réponse est violente et ce n'est sans toute [sic] que le début."
"Trump ou Bolsonaro, la gestion de la crise est désastreuse, car ils sont dans le rejet de ce qui relève de la maladie, de la vulnérabilité, de tout ce qui relève du ''care'' "

La radio culturelle publique kidnappée par la direction pour en faire un instrument de "combats" privés.

À suivre pour le "choix musical" de l'invitée...

Curly 

Curly

130
Répondre en citant  
Journée spéciale Click and collect - Sam 14 Nov 2020, 12:30

Et allez donc, encore une journée spéciale normale ce lundi 16, ça n’arrête pas en ce moment, cela devient impossible de suivre les dingueries qui sortent du cerveau débordant d'imagination débridée de la direction agitée en raison d’une pulpe que si tu arrêtes de secouer elle stagne en bas et du coup y’a plus de saveur parfumée qui se diffuse et quand tu bois c’est de la flotte.

Journée spéciale livres !
Ou plutôt, journée spéciale Click & Collect !
Car c’est génial, on peut, malgré le confinement, encore acheter des livres, alors figurez-vous que par conséquent il est possible d’en vendre, donc France Culturure peut encore bourrer sa grille d’émissions promo, soit des entretiens où l’on invite uneun autriceteur à présenter son livre pendant que lela productriceteur déroule le tapis rouge.
Une journée spéciale pour faire tourner le business des éditeurs. La radio ? Un passe-plat.
Quand je vous disais que l’imagination de la direction a été débridée ce n’était pas une figure de style à la gomme, c’était vraiment pour de vrai.

France Culture communique - Page 13 Opera695

L’image représente bien un livre, nous sommes bien d’accord là-dessus. Alors pourquoi avoir mis le pluriel dans la légende ? Quelle question stupide !
C’est bien simple. Si vous louchez sur l’image, vous allez voir que le -s n’était pas une faute, d’accord ?

Le jargon jargonnant tient du délire :

France Culture communique - Page 13 Opera696

Traduction : Nous allons vous inciter doublement à acheter les livres qui viennent de sortir, surtout ceux des auteurs qui sont dans la Ligne Générale, donc qui ont déjà été promus il y a pas si longtemps. Le lien, il est entre les pages, et surtout dans votre porte-monnaie.

Ensuite, la Direction Agitée - voir plus haut pour l’histoire de la pulpe parce que je commence à en avoir marre de rappeler toujours les bases - nous donne des éléments de langage dignes de nos meilleurs politiciens et qu’il convient de traduire.


Grand 1
« Sitôt l’autorisation donnée à chacun de ressortir de chez lui le 11 mai, les librairies se sont remplies de toutes celles et ceux que le confinement et donc l’impossibilité d’aller choisir et acheter de nouveaux livres, avaient laissé comme interdits et un peu orphelins. »
Fermez les yeux et imaginez la scène. L'émotion vous envahit, les larmes commencent à couler. Vite, ouvrez les yeux !
La traduction : ACHETEZ !

Grand 2
Voici maintenant la définition par la Sainte Direction d’une émission promotionnelle :
Le livre est « au cœur de la vitalité de France Culture » et une « Source d’inspiration des émissions ».
« Source d’inspiration », ça a plus de gueule que « Émission promo » ou « Service après-vente des éditeurs ».
Il aurait été possible de nuancer toutefois en précisant qu’un livre, ça permet de comprendre le monde de dedans lequel on vit aujourd'hui.

Grand 3
«  France Culture reçoit sur son antenne plus de trente auteur.e.s par semaine, travaille avec de nombreux autres pour produire des textes originaux pour les fictions »
Il faut bien sûr comprendre ici que la station-service-culture fait la promo d’une trentaine de livres différents par semaine, et que pour remplir ce %¨#§~$£! de cahier des charges, elle doit encore passer commande de quelques textes originaux, mais pas trente par semaine, faut pas nous prendre pour des buses.

Dans la mesure où déjà d’habitude la station nous refourgue des livres par paquets de trente, livres qu’il faut absolument acheter, à quoi sert la journée du livre ?
Mais à promouvoir le clicketage et le collectage, tout simplement. Vous commencez à être relouds avec vos questions qui ne sont pas les vôtres.
Les théâtres sont fermus, les cinés sont closed, alors il faut mettre la gomme sur ce qu’il est encore possible de vendre : les livres. D’où la journée du.

Grand 8
« chaque séquence de l’antenne rendra hommage aux livres ». Merci de le préciser, nous n’avions pas compris, c'était pas du tout clair dans le titre. C'est bien de l'objet livre qu'il s'agit et non du contenu, nous avions bien compris aussi.

Grand N'importe Quoi
Seront mis ensuite en avant les cinq romans sélectionnés pour le Prix du roman des étudiants France Cullltutre-Téléram’. Les autriceteurs ont droit à une ultime couche de promo, puisqu’ilelle ont tourné parfois plusieurs fois sur toute la grille.
Eh oui, quand je vous disais que l’imagination est no limit, c’est vraiment no limit. C’est complètement dingue, et arrivé à ce point je vous vois devant l’écran la bouche grande ouverte, la langue pendante sur le clavier en train de vous dire que c’est pas possible un délire pareil.
Si, c’est possible, bien qu’incroyable.


Grand Marnier
Nous avons droit à un détail des exploits qui seront accomplis en ce lundi divin.

Si l’on excepte la série du « Cours de l’Histoire » sur l’histoire du livre, dont on sent tout de suite la pertinence en cette journée, malgré le fait que le sujet ait déjà été abordé dans la même émission le 15/09 de cette même année - ce qui n’est pas grave au regard du reste de la journée - il reste le reste.

Le reste =
- Une promo dans les p’tits mamates
- Une nouvelle série sur Simone de Beauv' dans les sentiers de la philo. Une journée spéciale livre permet de promouvoir tous les auteurs, même si ce sont toujours les mêmes.
- Le DG d’Amazon France dans le journal de 12h30.
- La ministre de la Culture dans Le Téléphone sonne Le temps du débat.

Vous aurez compris que le but de l’opération est avant tout industriel, commercial, et non culturel.

Mais le meilleur, c’est encore et toujours le même :
Le thème de la mamate à Guillaume-il-est-sept-heures-quatorze-pour-encore-soixante-secondes-après-il-sera-quinze-Erner transfigure la journée du livre. Guillaume-qui-donne-l’heure-uniquement-entre-sept-et-neuf-après-allez-vous-faire-cuire-un-neuf élargit le sujet avec « Culture et confinement », parce que le livre, c’est bien, mais la crise sanitaire, c’est mieux. Et en ceci il a parfaitement compris le sens de l’opération spéciale normale, il a même dépassé la Ligne Générale. Ce n’est pas pour rien qu’il a été sacré Popo 1er, l’Empereur des Socios-Popos.

Grand Canyon
« Vivre d’amour, de livres et d’eau fraîche »
Faites gaffe au slogan publicitaire : si vous achetez tous les livres promus à grands coups de cirage durant cette journée spéciale, c’est que vous ne vivez pas uniquement d’amour et d’eau fraîche.

Philaunet 

Philaunet
Admin

131
Répondre en citant  
Le langage directorial - Sam 21 Nov 2020, 14:28

France Culture communique - Page 13 Scre1567


Imagine-t-on l'ancien directeur David Kessler, hélas décédé, "s'exprimer" ainsi sur les réseaux sociaux ? Ou encore certains de ses prédécesseurs, comme J-M Borzeix ou P. Gélinet ? Pourquoi cet infantilisme ? Quel signe au public !

Contenu sponsorisé 


132
Répondre en citant  
Re: France Culture communique -

France Culture communique     Page 13 sur 14

Haut de page ↑   

Aller à la page : Précédent  1 ... 8 ... 12, 13, 14  Suivant

Accueil / France Culture

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum