-->
Forumactif

Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 

Le deal à ne pas rater :
Soldes chez LACOSTE : jusqu’à 50% de réduction
Voir le deal

Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Regards sur France Culture » LES FORUMS » France Culture » La musique à France Culture

Aller à la page : Précédent  1 ... 8 ... 12, 13, 14, 15, 16, 17  Suivant

Accueil / France Culture

La musique à France Culture    Page 13 sur 17

Bas de page ↓   

Philaunet En ligne


Admin

121
Répondre en citant  
Re: La musique à France Culture - Dim 22 Sep 2019, 10:25

Au courrier de Radio France, un sujet qui concerne France Culture, vu les choix musicaux pop/rock anglo-saxons pour quasiment toutes les émissions :

Les « pauses musicales » dans les émissions de Radio-France ( sauf France-musique ) .
19/09/2019 8:13 France Culture
Madame ,
Sur France-inter comme sur France-culture , les émissions d'une certaine longueur sont coupées par des pauses musicales qui sont TOUJOURS des extraits d'albums de chanteurs de "variétés" ou de "groupes" contemporains .
Jamais de musique "classique" (au sens large) , même quand elle serait plus en harmonie avec le thème de l'émission .
Question de goûts , me dira-t-on ? Peut-être , mais pourquoi IMPOSER aux auditeurs ceux du programmateur ?
En vous remerciant , bien sincèrement.

Curly 

Curly

122
Répondre en citant  
Torture auditive pour oreilles défoncées, op 14 n°1 en si bémol atomique - Lun 23 Sep 2019, 19:00

« Son œuvre est un jalon essentiel dans l’histoire de la composition pour piano. Frédéric Chopin né en 1819 près de Varsovie et mort à Paris en 1849, a su inventer une musique toute intérieure, qui ne submerge pas l’auditeur par ses effets ou sa grandeur mais s’incorpore doucement en lui jusqu’à ce qu’il devienne lui-même comme sujet de cette musique. C’est ce mystère limpide (…) que nous allons tenter d’approcher ici... »

Figurez-vous que le texte ci-dessus est lu avec fond de tatapoum poum poum. Le producteur déborde de l’enthousiasme du gars qui préférerait aborder une analyse comparée de l’œuvre de Rihanna et Beyoncé.
Au menu, biographie avec gros zoom sur des événements aussi essentiels que, je cite avec précision (8’47’’ pour les masos), et c’est super passionnant :
- Alors « Frédéric François Chopin », vous vous dites plutôt « Friedrich »...euhh...c’est comme ça qu’on doit prononcer…
- Oui dans la première partie euh enfin jusqu’à son exileuh en fait je l’appelleuh Friedrich de son nom de son nom polonais. Il devient il devient Frédéric euh il va devenir Frédéric finalement...presque à son corps défendant…
- Né donc le premier mars euh 1810 alors vous avez dit à Varsovie euh en fait c’est euh …
- Oui.
- ...dans une maison dans un château euh pas loin de de Varsovie, le château de Żelazowa Wola (le gonze déroule la fiche wiki sans complexe, tranquilou, ça fait passer le temps) où son père était euh précepteur euh il donnait des des leçons de français et c’est juste après la naissance du p’tit garçon qu’ils vont partir euh à Varsovie euh et  là euh le père a un autre euh métier qui consiste à euuuuuh avoir une sorte de de de maison où il accueille euh c’est ça des eh étudiants ?
- Alors en fait euuuuh sa première fonction euh à la suite de cet exil avec le comte, euh ce comte polonais qui avait un domaine euh à Marainville en Lorraine c’est euh sa première fonction d’intendant c’est la première c’est la première profession (j’ai sauté quelques bafouilles, à l’écoute c’est de la bouillie)
- C’est là qu’il rencontre sa femme aussi donc la mère de Chopin (merci de ne pas rire, ce gars est rémunéré par vos impôts alors réfléchissez à deux fois avant de vous foutre de sa gueule)
- La Comtesse Skarbek dans ce domaine dont je ne reprononcerais pas le nom – rire –
- Żelazowa Wola – rire, il est fier le gonze, un rien l'amuse  -
- Voilà, exactement… Il rencontre il rencontre donc la mère de Chopin (il la rencontre combien de fois nom de Dieu de nom de Dieu ?) qui est une parente de la comtesse Skarbek qui est d’un milieu aristocratique (avec un titre pareil, c’est étonnant) euh appauvri peut-être d’origine euh juive mais qui a qui a une éducation très très raffinée une éducation d’aristocrate en particulier elle chante euh et joue du piano et Frédéric va finalement passer sa toute petite enfance sous le piano de sa mère (une aristocrate qui joue du piano ? Au XIXème siècle ? c’est extraordinaire, c’est unique, c’est époustouflant, c’est … ah les mots me manquent)
- mm mm
- Voilà. Euh et donc il va passer, le père de Chopin, de cet état d’intendant de la comtesse Skarbek, à l’état de précepteur de son fils aîné euh notamment qui va devenir un grand soutien un grand soutien de de de la famille Chopin et même de la première gloire dès l’enfance du petit Chopin qui…
NOOOOON !!!!!!!!!!! ÇA SUFFIIIIIT !!!!!!!!!!!!!!!

La suite : ses premiers émois…

ATTENTION ! Diffusion du Rondo op 1 pendant une minute, shuntée par un magnifique « Alors ça c’est l’opus numéro 1, le rondo en ut mineur euh que Chopin publie euh alors qu’il a 15 ans et qu’il est au lycée euh… vous écrivez à un moment…
LA FERME !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Remusique, une variation sur Don Giovanni : durée 2mn, et à nouveau et re-shuntée par un grandiose « ...et c’est Schumann qui va écrire un fameux article euuuuuh en considérant qu’il a découvert, lui et d’autres, un grand génie… bla bla bla bla bla bla…. »
Lecture d’une lettre de Chopin à un pote à lui racontant ses premières impressions de la civilisation (=Paris).
Lecture d’un autre texte, de George Sand avec fond de musique ploum ploum tagada (35ème mn environ pour les amateurs de ploum ploum tagada)
Ensuite, c’est Chopin le révolutionnaire, il joue dans les salons, mais avec son piano, il balance des bombes dans l’aristocratie. Le producteur s’emballe, il commence à prendre son pied, mais l’invité suit pas…
- Y a un certain martellement dans la musique de Chopin… (le zigoto confond avec Beyoncé)
- J’irais pas jusqu’à dire ça, répond l’invitée en bafouillant tristement.

Evènement musical à la 43ème mn : la Ballade n°1 par Martha Argerich. Nouveau shuntage à 44’46’’, ce qui fait exactement 1’46mn de la ballade. Shuntage pour nous rappeler que nous écoutons France Cchturure et que c’est la Compagnie des Zœuvres.
Analyse de l’œuvre :
-...dans cette ballade on entend l’invention formelle
- Oui alors bin notamment de la de la forme ballade puisque c’est euh qui est euh une invention de Chopin et qui est tellement caractéristique de son de son rapport à à la musique et de manière extrêmement et même je dirais de son rapport à la vie...
STOP ! NOOOON ! ASSEZ !
Dernière partie : Chopin pianiste politique.
Lecture d’une lettre de Chopin avec musique d’ascenseur coincé au dernier étage en bruit de fond.
AU SECOURS ! SORTEZ-MOI DE CE MERDIER !

Philaunet En ligne

Philaunet
Admin

123
Répondre en citant  
''La quiétude, la paix, la douceur'' - Jeu 26 Sep 2019, 10:46

Pour sortir Curly du "merdier" radiophonique évoqué dans le post précédent, je propose ceci et le commentaire qui suivait de Bruno Favel * :  [son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/10492-22.09.2019-ITEMA_22155722-0.mp3" debut="10:57" fin="13:59"]

Sauver le patrimoine, avec Bruno Favel.

Bruno Favel.  Haut-fonctionnaire, il est directeur du département des affaires européennes et internationales au sein de la Direction générale des patrimoines du Ministère de la Culture.

Spécialiste de géopolitique culturelle, Bruno Favel a été président du Comité directeur de la culture, du patrimoine et du paysage du Conseil de l’Europe (CDCPP), et contribue depuis plusieurs années au renforcement de la place des patrimoines dans les différentes politiques communautaires.

Philaunet En ligne

Philaunet
Admin

124
Répondre en citant  
Hayom harat ‘olam et ''Je Veux Un Enfant'' - Lun 30 Sep 2019, 12:34

Voici un arrêt sur image suggestif qui devrait plaire en haut lieu à France Culture :

La musique à France Culture - Page 13 Scree196

Pour la musique, c'est par là (un peu de pub pour Ouaknin qui appréciera *) Roch Hachana et le désir d'enfant , mais si vous n'avez que 4 minutes de disponibles pour écouter de la musique, préférez vraiment, oui, vraiment, le choix (pardon "la transition", M. Ouaknin a appris sa leçon) de "Regard sur France Culture" (Regard sans /s/ car avec /s/ c'est un pirate qui déclenche une alerte de sécurité des anti-virus) dans Encore un Excellent Avis Critique cette semaine, boostage garanti !

* La belle langue du descriptif…

les jours de fête commence
entre autre
des années dites me’oubarot, des années « enceintes » (…), année de 13 mois
il prêtez sa voix


Vous êtes bien sur France Culture version Treiner, les mots emphatiques pleuvent (penser et repenser nombre de ces questions, le monde, le temps et la vie, rien moins !) :

"Penser le commencement de l’année comme début d’une grossesse et non comme accouchement et une naissance est révolutionnaire dans la mesure où cela nous invite à penser à la fois le monde, le temps et la vie de façon différente. Cela nous invite comme le montre aussi la liturgie de ce nouvel an à repenser la question des engendrements, des filiations, de la maternité et de la paternité, des naissances, du désir d’enfant, des filiations et des héritages.
Ce qui n’est pas anodin par les temps qui courent où nos institutions politiques se confrontent aussi à nombre de ces questions
"

Philaunet En ligne

Philaunet
Admin

125
Répondre en citant  
Marie-Claire Alain vs. Izia - Mar 22 Oct 2019, 11:32

Halte à la misère  ! Et pour ce qui concerne ce forum, halte à la misère musicale sur France Culture !

Curieux de ce que pouvait être le "choix musical" d'Avis critique du 19/10/2019 auquel Curly opposait le sien ici :  "Marie-Claire Alain - Trois Danses, JA 120 A et 120 bis: II. Deuils ", je suis allé donner un de mes clics à franceculture.fr, et là je n'ai pas été "déçu" ! Choix musical : Izia "Trop vite" .

Si (et apparemment c'est le cas, comme avec le Mauduit de 9h) les producteurs (h/f) de FC baignent dans ce son et ont ce goût, il ne faut pas s'étonner du niveau de la station mis en lumière quotidiennement par Curly dans ses relevés de descriptifs, fil La vie des idées.

Quel contraste avec Marie-Claire Alain jouant en public une œuvre de son frère à l'orgue (sans clip aguicheur) !

Comme je l'ai écrit ailleurs, c'est sur ce forum que l'on fait les plus stimulantes découvertes musicales.

Philaunet En ligne

Philaunet
Admin

126
Répondre en citant  
Les choix musicaux, ''image mesurable du degré de pourrissement idéologique de la maison'' - Mer 11 Déc 2019, 21:42

Toujours aussi pertinent,
Nessie(https://regardfc.1fr1.net/t337p170-la-grande-table-tirons-la-nappe#23408) a écrit:Une fois ouverte une sacrée foutue bonne quantité de courrier d'auditeurs mécontents, à la direction du programme il fut subitement réalisé que la liquidation des émissions de musique, une idée lumineuse de Poivre d'A, était en fait une idée idiote. De là un sérieux labourage de méninges pour tenter de ré-équilibrer le programme. Et voila pourquoi depuis la rentrée, la Grande table s'achève par un "choix musical" c'est à dire une suggestion qu'on aura pris soin de demander à l'invité du jour. Résultat : une minute de musique + une minute de justification. Et comme la seconde me semble tout sauf exempte de l'habituelle imprégnation idéologique qui caractérise la chaîne et ses invités, quelque chose me dit que le corpus de ces interventions quotidiennes pourrait bien nous donner une image mesurable du degré de pourrissement idéologique de la maison, là où le billet tout aussi quotidien d'Erner ne pourra servir d'indice que de son engagement et de sa vanité personnels. En tous cas, chaque jour cette rustine musicale sonne comme un cataplasme culturel collé sur un casque de motard, et surtout c'est chaque jour un hors-sujet de  2 minutes prises à la discussion-débat. Remarquez, vu la qualité dudit débat, ça n'est pas une bien grande perte. (...)
Qu'ont en commun Caroline Broué et Raphaël Bourgois, hormis le fait de travailler tous les deux pour la revue de fc, aoc ? Réponse dans L'Invité actu et Avis critique. Le même choix a été fait ces dernières semaines dans d'autres émissions.

Philaunet En ligne

Philaunet
Admin

127
Répondre en citant  
Du love partout... - Dim 22 Déc 2019, 11:08

Les "choix musicaux" du podcast d'aoc, Avis critique, sont plus ou moins chaque semaine les mêmes, atterrants par le goût, le message et l'esthétique qu'ils véhiculent. Cette semaine un titre parfait pour Nicolas Martin qui souhaite "beaucoup de love" à ses followers :  "En love" . Niaiserie et mauvais goût sur toute la ligne, modèle proposé aux néo-auditeurs attirés par la réclame de FC.

Philaunet En ligne

Philaunet
Admin

128
Répondre en citant  
Juke-Box, Polynésie : du mythe au paradis perdu - Mer 15 Jan 2020, 14:59

Un documentaire à considérer avec attention : Polynésie : du mythe au paradis perdu "Juke-Box" par Amaury Chardeau le 11/01/2020.

Page descriptive : les références sont complètes et précises, les personnes remerciées en fin d'émission (à la documentation et à la bibliothèque) ont fait leur travail (celui que des radios européennes, notamment francophones, ou les privées ne font pas).  Bibliographie.

Le projet : "Dans cette émission, nous reviendrons sur le peuplement de ces îles, leur découverte par les Européens, et le long processus d'acculturation dont elles avaient fait l'objet.
Nous explorerons également leur patrimoine musical traditionnel et les efforts entrepris dès les années 1940 par quelques uns, qu'ils soient locaux (Gaston Guilbert) ou exilés (Yves Roche, Eddie Lund) pour le sauvegarder de l'oubli.
"

La réalisation : du travail impeccable dans la tradition de Radio France.

Amaury Chardeau : sobre, bon rythme, voix chaleureuse. Son intonation montante en fin de phrase, si trop fréquente, peut fatiguer (sauf si l'on n'écoute que d'une oreille).

La construction : chronologique, histoire, archives d'actualité, musiques non coupées. Le commentaire : orientation anti-colonialiste obligatoire, mais ça passe, car ce n'est pas insistant (référence à l'actualité : "Gauguin vit en pédophile sous les Tropiques" ?) ; sur les essais nucléaires, assez factuel, on est dans une émission musicale.

Au final, un documentaire qui relève le niveau général de la station et qui  peut entrer sans honte au patrimoine radiophonique.

Curly 

Curly

129
Répondre en citant  
Beethov' ? Connais pas. - Lun 27 Jan 2020, 18:12

Au détour d’un article promo Téléramesque , ceci : « Quand Ludwig van Beethoven (1770-1827) fête son 250e anniversaire virtuel (sic), les célébrations ne passent pas inaperçues (le raisonnement laisse pantois). Radio France mobilise ses antennes depuis les fêtes de fin d’année. »
Sauf France Crucrutre.
Pour qui la musique est un bouche trou.
La musique, la vraie, c’est « l’éléctro-pop » parce qu’il faut attirer du djeune d’aujourd’hui qui vit dans l’ici et le maintenant. La musique de vieux, oust.
Or, comme le disait Duke Ellington, il existe seulement deux types de musique, la bonne et la mauvaise. La mauvaise, elle est simple à définir : elle est construite sur des clichés éculés et des accords (enfin quand il y en a...) racoleurs, putassiers, qui vont vite séduire une oreille qui n'a jamais rien entendu d'autre.

Après, pour revenir à France Popo, au vu de la qualité de ses programmes, une moulinade sur Beethoven n’est-elle pas plus à craindre qu’à souhaiter ?Je le crains.
En plus, il est chiant Beethov', il aurait pu écrire des symphonies et des sonates de 2mn, il aurait dû être plus visionnaire et penser aux playlists de Radio France.
Bon cela ne reste que de la musique, rien à voir avec les socios-popos de France Popo qui eux ont la modeste ambition de repenser le monde, le déconstruire afin d'en reconstruire un tout neuf tout pimpant à coups d'ouvrages pensés dans le bon sens, à acheter au plus vite dans la librairie la plus proche, tout beaux pas chers.  Alors Beethov', coucouche panier.

Philaunet En ligne

Philaunet
Admin

130
Répondre en citant  
Beethov' - Ven 31 Jan 2020, 07:35

Curly(https://regardfc.1fr1.net/t261p120-la-musique-a-france-culture#34770) a écrit:Au détour d’un article promo Téléramesque , ceci : « Quand Ludwig van Beethoven (1770-1827) fête son 250e anniversaire virtuel (sic), les célébrations ne passent pas inaperçues (le raisonnement laisse pantois). Radio France mobilise ses antennes depuis les fêtes de fin d’année. »
Sauf France Crucrutre.
Pour qui la musique est un bouche trou.
La musique, la vraie, c’est « l’éléctro-pop » parce qu’il faut attirer du djeune d’aujourd’hui qui vit dans l’ici et le maintenant.(...)
Il suffit d'écouter la "playlist de grève" pour s'en convaincre.  
Après, pour revenir à France Popo, au vu de la qualité de ses programmes, une moulinade sur Beethoven n’est-elle pas plus à craindre qu’à souhaiter ?Je le crains.
Moi aussi, n'allez pas leur donner de mauvaises idées ! Imaginons une Gesbert, une Broué ou encore un Bourgois, faire une spéciale Beethoven à la sauce sciences sociales : exploitation, inégalités, discrimination, lutte des classes, abus sexuels, etc.

Non, il vaut mieux qu'ils cultivent leurs obsessions entre amis. De toute façon, l'amateur est comblé par les authentiques radios culturelles. J'ai mentionné BR Klassik, Beethoven Freiheit über alles, l'occasion sera donnée de dire quelques mots sur ce qui s'annonce comme l'événement de BBC 3  Beethoven Unleashed: Making a Man (1770-1792) qui préfigure une année d'émissions sur le compositeur que pilotera Donald Macleod et surtout la rediffusion par France Musique de l'exceptionnelle série de 26 numéros d'une heure de la chère Mildred Clary "Beethoven, l'âme singulière" (1995).

Philaunet En ligne

Philaunet
Admin

131
Répondre en citant  
''La peur du vide et ses abysses'' devant le programme de France Culture - Dim 02 Fév 2020, 12:22

Curly(https://regardfc.1fr1.net/t223p40-telerama#34806) a écrit:Un vaste entretien-article-promo plus grand que nature dans Téléram’, le mag’ de la promo approfondie, avec rédacteurtrices à la culture gé au ras des profondeurs maritimes.
Un article entièrement consacré aux Nuits de France Culture avec portrait de type poster de chambre d’ado en amorce. A part que la cible marketée par la diva vise donald, ou pluto, les vingtrentenairesquadra de la hype qui n’en ont pas encore fini avec l’infinitude adolescente. Un ado de 16 ans, ça va, mais un ado de trente, zarma la honte.

La nuit est entièrement laissée à l’abandon, comme toutes les nuits de samedi à dimanche, à des invités triés sur le volet.
Cette semaine, l’invitée méritait qu’on lui fasse l’article dans Téléram’ car c’est une artiss’ label Téléram’, donc France Aculture.
On se le fait cet article ? Allez, zou.
Le titre, « Barbara Carlotti réveille la nuit sur France Culture »
Oxymore à trois balles pour commencer. Après, pour la réveiller, la nuit, vous allez voir, vous allez pas être déçus.
La cantatrice est une chanteuse électro-pop-new-tout-ce-que-vous-voulez qui représente dignement toute la tuture musicale de France Noculture. (...)
Le clip qui conclut l'article, je vous en épargnerai la vision.
Faute, j'ai cliqué sur youtube. Après 1'07 (sur 3'16), je suis revenu ici.
Toutefois, le texte de la chanson, le voili. Un texte nullement ampoulé, plein de simplicité, de poésie, et de modesteté. Lirez-vous jusqu'au bout ou serez-vous enveloppé dans les brumes du sommeil avant le début ? (...)
J'ai lu. L'artisse sera sans doute reçue prochainement à 21h et son clip choisi chez Bourgois un samedi à 18h. Le clip diffusé dans le dernier numéro de l'Avis duraille ne vaut pas le déplacement, sauf si l'on veut se souvenir de l'esthétique musicale de la station. Pour ma part, j'ai tenu 18 secondes.

Contenu sponsorisé 


132
Répondre en citant  
Re: La musique à France Culture -

La musique à France Culture     Page 13 sur 17

Haut de page ↑   

Aller à la page : Précédent  1 ... 8 ... 12, 13, 14, 15, 16, 17  Suivant

Accueil / France Culture

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum