-->
Forumactif

Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 

-40%
Le deal à ne pas rater :
-40% Nike Crater Impact SE
68.97 € 114.99 €
Voir le deal

Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Regards sur France Culture » LES FORUMS » France Musique » Les émissions estivales de France Musique

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9

Accueil / France Musique

Les émissions estivales de France Musique    Page 9 sur 9

Bas de page ↓   

munstead 


81
Répondre en citant  
Eté classique - Ven 12 Aoû 2022, 07:47

J'ai découvert hier Julian Hanck, producteur de l'émission d'après-midi Été classique. Tout est beau , super beau, fantastique, inouï, le meilleur, le plus extraordinaire, jamais entendu jusque là, dans l'univers hanckien.
Pas le moindre recul, tout est chef-d'œuvre que l'on est sommé d'admirer, d'applaudir derechef.
Il a découvert que les baroqueux avaient apporté une nouvelle pratique de la musique... baroque et post baroque, que Beethoven était violent (répété ad nauseam) parce que le pauvre n'avait pas une vie facile, faut comprendre.
Comme Hanck n'a que 28 ans, ses souvenirs sont limités, mais il les étale généreusement. Il avait adoré un quatuor qu'il est allé immédiatement interroger. Ils lui ont expliqué que l'on ne pouvait plus jouer Beethoven de la manière policée, apaisée que pratiquaient les grands orchestres et chambristes. Là, on ne sait plus de quelle année parle le producteur, car on entend ce discours depuis plus de 40 ans maintenant.
Extraits fort ennuyeux d'un concerto de Beethoven censé appuyer la démonstration de la violence beethovénienne qu'aurait illustré Gardiner en … 1990. On savait. Pour le mélomane ce n'est pas une découverte.
Hanck nous dresse le panégyrique d'un CD juste sorti de David Kadouch (encore une découverte de Hanck, Kadouch qui "interprète trois nocturnes de Chopin, comme on ne les a jamais entendus auparavant"). A la place d'un nocturne , nous avons cependant droit à une petite chose romantique de salon, charmante, et sur la dernière note de l'œuvre, pas après, mais sur cette note, bim, boum, le producteur nous balance Parra, une chanteuse chilienne qu'il semble "adorer".  Contraste saisissant de bêtise musicale. Nous avons droit à un autre morceau de Parra, "que le monde entier a chanté "(ah bon?) et qui montre bien qu'à partir d'un certain âge les chanteuses qui n'ont plus de voix devraient s'arrêter.
Un quatuor classique est nommé sans autre détail, mais pour Parra nous avons droit aux noms de tous les nombreux membres de sa formation… Merci, merci.
Bref, entre superlatifs, enthousiasme adolescent, diction à la mode, précipitation, ce producteur est bien dans l'esprit de France Musique pour les nuls.

Lire la fiche wiki de Hanck. Remplie à ras bord. On se demande quand il a le temps de préparer son émission sur FM. Réponse: il ne l'a pas et ça s'entend.



Dernière édition par munstead le Dim 28 Aoû 2022, 07:07, édité 1 fois

Philaunet En ligne

Philaunet
Admin

82
Répondre en citant  
Julius Conus (1869-1942) Concerto pour violon en mi mineur - Sam 20 Aoû 2022, 11:35

Dans le numéro de Concert Express du jeudi 11 août 2022  Grands concertos pour violon : Episode 4/5 la violoniste Alexandra Soumm, accompagnée de l'Orchestre national de Lyon dirigé par Dima Slobodeniouk, interprète le concerto pour violon en mi mineur [1898] de Jules Conus. Concert capté à l'Opéra Berlioz, Le Corum, Festival de Radio France Montpellier, le 13 juillet 2013. Présentation par F-X Szymczak à 17'20 et pièce de 19'10 à 40'00

Jules Conus (1869-1942)

La référence donnée par Szymczak, Conus Violin Concerto - Jascha Heifetz (1952)



Aussi : Julius Conus: Violin Concerto in E minor, Boris Goldstein (violin), Gennady Rozhdestvensky (cond.) et Rudolf Koelman - Jules Conus - Violin Concerto in E minor

Philaunet En ligne

Philaunet
Admin

83
Répondre en citant  
Concerto pour violon n°2 en mi mineur, op. 64 de Felix Mendelssohn - Dim 21 Aoû 2022, 11:15

Avant que la série "Concert express" ne disparaisse du site de France Musique (apparemment, un seul mois de mise en ligne), le Concerto pour violon n°2 en mi mineur, op. 64 de Felix Mendelssohn interprété par Julian Rachlin et l'Orchestre national de France, dirigé par Vassily Sinaisky : Grands concertos pour violon : Episode 5/5 (Théâtre des Champs-Elysées, 21 février 2013) du vendredi 12 août 2022 [Présentation François-Xavier Szymczak]

Et le bis de Julian Rachlin : JS Bach, Partita n°2 en ré mineur BWV 1004 (Sarabande).

Les émissions estivales de France Musique - Page 9 Screen98

Philaunet En ligne

Philaunet
Admin

84
Répondre en citant  
Rita STROHL Grande Sonate dramatique ''Titus et Bérénice'' par Gary Hoffman et David Selig - Lun 22 Aoû 2022, 10:11

Un numéro de Concert express qui mérite le détour : Sonate en duo (3.5) du mercredi 17 août 2022 : Rita Strohl, Grande sonate dramatique pour violoncelle et piano ‘Titus et Bérénice’: Gary Hoffman et David Selig (Théâtre des Bouffes du Nord, Festival Palazzetto Bru Zane à Paris, 7 juin 2016).

Belle introduction de Jérémie Rousseau et interprétation convaincante. Pour en savoir une petit peu plus sur la compositrice, voir le numéro de Musicopolis 1898, Rita Strohl publie sa Sonate dramatique pour violoncelle et piano « Titus et Bérénice » le vendredi 8 mars 2019.

Sur l’œuvre (site bruzanemediabase.com) : Sonate dramatique « Titus et Bérénice » pour violoncelle et piano, STROHL, Rita (1865-1941).

Edgar Moreau & David Kadouch Great Dramatic Sonata, "Titus et Bérénice": I. Allegro moderato.



Philaunet En ligne

Philaunet
Admin

85
Répondre en citant  
Richard Strauss, Sonate en mi bémol majeur op.18, par Akiko Suwanai et Nicholas Angelich - Mer 24 Aoû 2022, 11:57

Ce que dit Jérémie Rousseau de la Sonate en mi bémol majeur op.18 de Richard Strauss (Concert express Akiko Suwanai et Nicholas Angelich, Sonate en duo (4/5) 18 08 2022) : [son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/23220-18.08.2022-ITEMA_23108479-2022M48439S0230-25.m4a" debut="00:24" fin="01:13"] (validité de la pastille limitée en raison de la durée de mise en ligne du concert).

Splendide interprétation par :

Les émissions estivales de France Musique - Page 9 Scree108

Voir aussi l'interprétation dans l'émission « Génération jeunes interprètes » 16 décembre 2017 de Shuichi Okada et Alexandre Kantorow :
Richard Strauss
Sonate pour violon et piano en mi bémol majeur op. 18 (extraits)
II. Improvisation : Andante cantabile
III. Finale : Andante – Allegro




Et ce qu'en dit Alexandre Kantorow : [son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/14386-16.12.2017-ITEMA_21526457-0.mp3" debut="66:03" fin="67:16"]

Philaunet En ligne

Philaunet
Admin

86
Répondre en citant  
''Sonate en duo (5/5) : et trio !'', Claude Debussy et Maurice Ravel - Jeu 25 Aoû 2022, 09:38

Un programme classique et une interprétation de qualité (toucher très sensible de Cassard dans le Ravel) pour ce concert de l'Opéra de Dijon, le 18 juin 2020 : Sonate en duo (5/5) : et trio ! David Grimal et Nelson Goerner, Victor Julien-Laferrière et Philippe Cassard  Concert express le vendredi 19 août 2022. Durée en ligne limitée (1 mois).

Les émissions estivales de France Musique - Page 9 Scree111

Claude Debussy
Sonate pour violon et piano en sol mineur
David Grimal, violon
Victor Julien-Laferrière, violoncelle
Nelson Goerner, piano

Maurice Ravel
Trio pour violon, violoncelle et piano en la mineur
David Grimal, violon
Victor Julien-Laferrière, violoncelle
Philippe Cassard, piano

Philaunet En ligne

Philaunet
Admin

87
Répondre en citant  
Des concerts de Nicholas Angelich profanés - Jeu 25 Aoû 2022, 20:51

On ne veut pas donner ici le nom de celle qui présente comme une lycéenne sans expérience, mais fière d'elle-même, une semaine de concerts en été, le premier étant consacré au regretté Nicholas Angelich Une heure, un pianiste (1/5) lundi 11 juillet 2022. Un massacre dans chacune des interventions du début à la fin. Parlant sur les dernières notes, coupant un morceau, s'adressant aux auditeurs comme à des demeurés, avec un ton et une prose à faire pleurer, E.F. lance son intro : [son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/19298-11.07.2022-ITEMA_23084439-2022M32069E0022-25.m4a" debut="00:31" fin="01:21"] et conclut l'heure après avoir ponctué la moindre des pièces de "immense pianiste" ou de quelque commentaire du même acabit : [son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/19298-11.07.2022-ITEMA_23084439-2022M32069E0022-25.m4a" debut="55:35" fin="56:09"]

************

Liszt - Sonata in B Minor - Nicholas Angelich - Live - 2009

et


Philaunet En ligne

Philaunet
Admin

88
Répondre en citant  
Maurice Ravel par Martha Argerich et l'ONF (2017) - Mar 30 Aoû 2022, 11:50

En souvenir de notre ami et contributeur à la fine plume Fred de Rouen, décédé il y a 4 ans, à l'âge de 49 ans, fervent ravelien, possédant huit versions au CD de ce concerto :

Les émissions estivales de France Musique - Page 9 Scree117

dans Solistes OPRF et ONF (1/5) : Martha Argerich Lundi 22 août 2022, présentation François-Xavier Szymczak.

Le concerto est donné dans son intégralité sur la page. Le mouvement adagio assai commence à 9'31.

Les émissions estivales de France Musique - Page 9 Scree118

Également sur la page, la référence bienvenue à une émission de Marc Dumont : Horizons chimériques, Autour de Martha Argerich – 1 Lundi 21 octobre 2013.

Le second volet est aussi disponible : Autour de Martha Argerich – 2 Mardi 22 octobre 2013.

Philaunet En ligne

Philaunet
Admin

89
Répondre en citant  
Rostropovitch joue Robert Schumann ; Paul Meyer joue Wolfgang Amadeus Mozart - Jeu 01 Sep 2022, 09:10

On ne manquera pas

Robert Schumann
Concerto pour violoncelle et orchestre en la mineur op 129 [de 08'05 à 33'45]
Mstislav Rostropovitch, violoncelle
Orchestre National de France
Leonard Bernstein, direction
Concert donné en novembre 1976 au Théâtre des Champs Elysées à Paris


dans Une heure un concert "Solistes OPRF et ONF (5/5)" : Mstislav Rostropovitch Vendredi 26 août 2022.
La France fut une terre d’accueil pour le violoncelliste et chef d’orchestre Mstislav Rostropovitch, ainsi que pour son épouse, la soprano Galina Vichnievskaïa. Le musicien russe donna de nombreux concerts avec l’Orchestre National de France, dirigeant cette formation dans des partitions de Prokofiev, mais surtout en donnant en concert les grandes pages du répertoire concertant de violoncelle.

On ne manquera pas davantage

Wolfgang Amadeus Mozart
Concerto pour clarinette en la majeur K. 622
Paul Meyer, clarinette
Orchestre National de France
Kenneth Montgomery, direction
Concert donné le 9 janvier 1991 au Théâtre des Champs Elysées, Paris


diffusé dans Une heure un concert "Solistes OPRF et ONF (4/5)" : Paul Meyer Jeudi 25 août 2022.
Une heure, un concert est consacré cette semaine à quelques invités de marque de l'Orchestre Philharmonique de Radio France et de l'Orchestre National de France. Grâce à ces archives nous sommes aujourd'hui avec le clarinettiste français Paul Meyer

Une version que l'on pourra comparer à celle diffusée dans Une heure un concert Générations Lodéon : Paul Meyer et Jérôme Pernoo du mercredi 17 août 2022.

Wolfgang Amadeus Mozart,

Concerto pour clarinette en la Majeur, K 622 :
1er mouvement. Allegro
2ème mvt. Adagio
3ème mvt. Rondo. Allegro

Paul Meyer  : Clarinette
Orchestre Philharmonique de Radio France
Asher Fisch  : Direction musicale
Concert enregistré le 20 mars 2001 à la salle Olivier Messiaen de la Maison de la Radio et de la Musique, à Paris.

Collègues et amis de Frédéric Lodéon, Paul Meyer joue le Concerto pour clarinette de Mozart avec le Philharmonique de Radio France dirigé par Asher Fisch et Jérôme Pernoo joue la 3ème Sonate pour violoncelle et piano de Beethoven avec Jérôme Ducros.

Philaunet En ligne

Philaunet
Admin

90
Répondre en citant  
''Proust et la musique'' juillet 2022 - Ven 02 Sep 2022, 08:03

Une mémorable série documentaire en quatre volets dirigée par Philippe Venturini en juillet 2022 : Chauffe Marcel ! Proust et la musique.
Cette série propose de se glisser dans l'oreille de Proust pour écouter son époque, d'interroger sa culture musicale pour définir le rôle que tient la musique dans son processus de création et dans son œuvre.
Mélomane assidu, Marcel Proust fréquentait aussi bien les salons que les cafés-concerts et l'opéra. Il écoutait Fauré, Wagner et Mayol.
Ecrivain, il fait apparaître Vinteuil, compositeur d'une sonate pour violon et piano qui accompagnera les amours de Charles Swann et d'Odette de Crécy.
Le premier a-t-il influencé le second ? Comment la réalité musicale de son temps a-t-elle trouvé écho dans sa fiction littéraire ?
L'originalité de la série est constituée par une succession d'entretiens ponctués de lectures et de pièces musicales volontairement non précisées mais dont les compositeurs sont annoncés dans chacun des développements. Il est fait confiance à l'intelligence de l'auditeur au point qu'on se demande si celle-ci n'est pas non plus sollicitée par la rediffusion d'extraits d'entretien d'un numéro à l'autre. Difficile d'accuser une défaillance de réalisation, vu qu'elle est signée Laurent Lefrançois. Serait-ce une manière de susciter le souvenir dans une émission sur la mémoire ?

L'émission s'appuie sur plusieurs ouvrages récents indiqués sur le site. On retrouve comme intervenants Jérôme Bastianelli, lequel a souvent eu les honneurs du micro et est donc peut-être pour cette raison moins sollicité que Philippe Blay, véritable puits de science et principal moteur de la série, Cécile Leblanc, co-auteur de "Musiques de Proust",  et enfin le claveciniste Olivier Baumont sur qui repose l'essentiel de la dernière émission consacrée à la composition de son CD et aux notes du livret.

Pour l'écoute, passer par la page de la série, les pages d'émission semblant souffrir d'un dysfonctionnement, quel que soit le navigateur.

Proust et la musique (1/4) : Dans l’oreille de Proust Samedi 9 juillet 2022
Résumé
"La présence de la musique dans l’œuvre de Proust reflète-t-elle une véritable connaissance ? Que Proust savait-il vraiment ? Quelles étaient sa formation et sa culture musicales ? Y avait-il une tradition musicale familiale ? Quels étaient ses goûts ? "
Proust et la musique (2/4) : Avec Reynaldo ...
"La rencontre de Marcel Proust et Reynaldo Hahn en 1894, a eu une énorme influence sur la culture et l'évolution du goût musical de l'écrivain, même si les deux hommes ne partageaient pas la même conception de la musique."

Proust et la musique (3/4) : La musique entre les lignes
"La musique dans "À la recherche du temps perdu" et dans l’œuvre de Marcel Proust. Quels sont les compositeurs auxquels l'écrivain se réfère et pourquoi ? De qui se nourrit le personnage fictif de Vinteuil, auteur d'une sonate pour violon et piano et d'un septuor ?"

Proust et la musique (4/4) : compositeur et baroqueux
"Le claveciniste Olivier Baumont a traqué les Bach, Rameau, Scarlatti, Haendel dans les pages de Proust dont il propose une lecture qui fera l'objet d'un disque. Un des tours de force de ce roman est de parvenir à faire entendre une musique qui n'existe pas, celle de Vinteuil."

Signalons que France Culture a commencé l'année Proust avec La Série musicale Proust musicien le 02 01 2022. Faut-il, ne faut-il pas ? Quelques coups de sonde peuvent renseigner.

Parmi les nombreuses émissions sur le thème, on trouve "Proust et la musique", une série en trois volets de 45' de la Radio Suisse Romande de février 1972 diffusée dans les Nuits de France Culture en 2011 (n'existe plus en ligne). De rares extraits musicaux (fin du 2e volet et 3e ***), une grande part de l'émission étant donnée à des morceaux choisis interprétés avec un art consommé de la lecture par Jean Claudio. À 50 ans de distance, on constate que la recherche académique a fait de grands progrès, ce qui n'empêche pas de goûter cet entretien entre Yvette Z'Graggen et Georges Piroué, traducteur de Pirandello, auteur de "Proust et la musique du devenir" publié en 1960 et réédité en 1981.

À signaler aussi en rediffusion du 9 décembre 2019 L’oreille de Proust, comment l’entendez-vous, avec Maurice Schumann [1988], la série documentaire "Musiques de Proust" dans Euphonia de Martine Cadieu sur France Culture en 1997 (5 x 1h et vive la mini-cassette !) et celle de Rémi Stricker "Proust et la musique" dans "La musique et les hommes", de 1981 (3 X 1h).  

*** Lecture finale (et magistrale de Jean Claudio) de morceaux tirés de différents volumes.
"Je regardais les trois arbres, je les voyais bien, mais mon esprit sentait qu’ils recouvraient quelque chose sur quoi il n’avait pas prise, comme sur ces objets placés trop loin dont nos doigts allongés au bout de notre bras tendu, effleurent seulement par instant l’enveloppe sans arriver à rien saisir. Alors on se repose un moment pour jeter le bras en avant d’un élan plus fort et tâcher d’atteindre plus loin. Mais pour que mon esprit pût ainsi se rassembler, prendre son élan, il m’eût fallu être seul. Que j’aurais voulu pouvoir m’écarter comme je faisais dans les promenades du côté de Guermantes quand je m’isolais de mes parents. Il me semblait même que j’aurais dû le faire. Je reconnaissais ce genre de plaisir qui requiert, il est vrai, un certain travail de la pensée sur elle-même, mais à côté duquel les agréments de la nonchalance qui vous fait renoncer à lui, semblent bien médiocres. Ce plaisir, dont l’objet n’était que pressenti, que j’avais à créer moi-même, je ne l’éprouvais que de rares fois, mais à chacune d’elles il me semblait que les choses qui s’étaient passées dans l’intervalle n’avaient guère d’importance et qu’en m’attachant à la seule réalité je pourrais commencer enfin une vraie vie. Je mis un instant ma main devant mes yeux pour pouvoir les fermer sans que Mme de Villeparisis s’en aperçût. Je restai sans penser à rien, puis de ma pensée ramassée, ressaisie avec plus de force, je bondis plus avant dans la direction des arbres, ou plutôt dans cette direction intérieure au bout de laquelle je les voyais en moi-même. Je sentis de nouveau derrière eux le même objet connu mais vague et que je pus ramener à moi. Cependant tous trois au fur et à mesure que la voiture avançait, je les voyais s’approcher. Où les avais-je déjà regardés ? (...) Cependant ils venaient vers moi ; peut-être apparition mythique, ronde de sorcières ou de nornes qui me proposait ses oracles. Je crus plutôt que c'étaient des fantômes du passé, de chers compagnons de mon enfance, des amis disparus qui invoquaient nos communs souvenirs. Comme des ombres ils semblaient me demander de les emmener avec moi, de les rendre à la vie. Dans leur gesticulation naïve et passionnée je reconnaissais le regret impuissant d'un être aimé qui a perdu l'usage de la parole, sent qu'il ne pourra nous dire ce qu'il veut et que nous ne savons pas deviner. Bientôt à un croisement de routes, la voiture les abandonna. Elle m'entraînait loin de ce que je croyais seul vrai, de ce qui m'eût rendu vraiment heureux, elle ressemblait à ma vie. (...) Je vis les arbres s'éloigner en agitant leurs bras désespérés, semblant me dire : ce que tu n'apprends pas de nous aujourd'hui tu ne le sauras jamais. Si tu nous laisses retomber au fond de ce chemin d'où nous cherchions à nous hisser jusqu'à toi, toute une partie de toi-même que nous t'apportions tombera pour jamais au néant. (...) Cette patrie perdue, les musiciens ne se la rappellent pas, mais chacun d'eux reste toujours inconsciemment accordé en un certain unisson avec elle ; il délire de joie quand il chante selon sa patrie, la trahit parfois par amour de la gloire, mais alors en cherchant la gloire il la fuit, et ce n'est qu'en la dédaignant qu'il la trouve, et quand le musicien, quel que soit le sujet qu'il traite entonne ce chant singulier dont la monotonie – car quel que soit le sujet traité il reste identique à soi-même – prouve chez le musicien la fixité des éléments composants de son âme. Mais alors, n'est-ce pas que ces éléments, tout ce résidu réel que nous sommes obligés de garder pour nous-mêmes, que la causerie ne peut transmettre même de l'ami à l'ami, du maître au disciple, de l'amant à la maîtresse, cet ineffable qui différencie qualitativement ce que chacun a senti et qu'il est obligé de laisser au seuil des phrases où il ne peut communiquer avec autrui qu'en se limitant à des points extérieurs communs à tous et sans intérêt, l'art, l'art d'un Vinteuil comme celui d'un Elstir, le fait apparaître, extériorisant dans les couleurs du spectre la composition intime de ces mondes que nous appelons les individus, et que sans l'art nous ne connaîtrions jamais ? (...) Et de même que certains êtres sont les derniers témoins d'une forme de vie que la nature a abandonnée, je me demandais si la musique n'était pas l'exemple unique de ce qu'aurait pu être – s'il n'y avait pas eu l'invention du langage, la formation des mots, l'analyse des idées – la communication des âmes".

Philaunet En ligne

Philaunet
Admin

91
Répondre en citant  
''Une heure, un concert - Générations Lodéon'' par Laurent Lefrançois - Sam 03 Sep 2022, 09:46

Une semaine de "Une heure, un concert" présentée par Laurent Lefrançois, cela change des voix habituelles. Rappelons quand même que le nom de l'émission est trompeur : il n'y a pas UN concert, mais des mouvements d’œuvres divers qui encadrent (ou pas) la diffusion d'une pièce dans son intégralité, donc, deux, trois ou plus extraits de concerts.  

Cette semaine intitulée "Générations Lodéon" était particulièrement savoureuse, par les choix et par les "cartes postales" de l'ancien producteur évoquant ses rencontres avec les divers musiciens au programme.

Le numéro du mercredi 17 août 2022 comporte exceptionnellement deux œuvres intégrales : Paul Meyer et Jérôme Pernoo. De ce programme, il a déjà été mentionné icile Concerto pour clarinette de Mozart par Paul Meyer. Il faut aussi mentionner l'interprétation par Jérôme Pernoo de la seconde œuvre intégrale au programme (à partir de 29'07) :

Les émissions estivales de France Musique - Page 9 Scree131

Les émissions estivales de France Musique - Page 9 Scree132
Il mentionne que le musicien et professeur est indispensable à ses élèves. Allusion à l'affaire du CNSMDP dans laquelle la vie professionnelle et la réputation du violoncelliste ont été gravement affectées.

Contenu sponsorisé 


92
Répondre en citant  
Re: Les émissions estivales de France Musique -

Les émissions estivales de France Musique     Page 9 sur 9

Haut de page ↑   

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9

Accueil / France Musique

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum