-->
Forumactif

Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 

Le Deal du moment : -8%
100€ sur PC Portable Gamer – LENOVO Legion ...
Voir le deal
1099 €
Le Deal du moment : -62%
XIAOMI Mi TV Stick – Google Assistant et ...
Voir le deal
23.07 €

Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Regards sur France Culture » LES FORUMS » France Culture » ''Pas d'erreur, c'est Mauvais genres !'' François Angelier

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5

Accueil / France Culture

''Pas d'erreur, c'est Mauvais genres !'' François Angelier    Page 5 sur 5

Bas de page ↓   

Invité 


Invité

41
Répondre en citant  
Re: ''Pas d'erreur, c'est Mauvais genres !'' François Angelier - Lun 10 Oct 2016, 21:30

Double-merci Philaunet, pour la pelle, et l'auteur ci-dessus.
Je ne connais pas Robert Walser, mais votre brève description sent déjà le Bouvier ou le Segalen.
En savoir plus ? Un ou des liens ? Merci d'avance !

Philaunet 

Philaunet
Admin

42
Répondre en citant  
Robert Walser, maître du récit court - Lun 10 Oct 2016, 22:13

Anselme(https://regardfc.1fr1.net/t208p30-pas-d-erreur-c-est-mauvais-genres-francois-angelier#27166) a écrit:(...) Je ne connais pas Robert Walser, mais votre brève description sent déjà le Bouvier ou le Segalen.
En savoir plus ? Un ou des liens ? Merci d'avance !
Commençons par ce forum-ci, par exemple avec Une vie une oeuvre - Robert Walser du Ven 20 Avr 2012, aussi dans le 7e § de Répliques, dernier refuge ?  le Jeu 27 Déc 2012 et encore, pour une référence à une série unique de France Culture avec Veinstein comme maître d’œuvre, dans Longue haleine contre halètement le Mer 29 Juil 2015.

Et dans les Nuits de France Culture, Philippe Garbit a redonné un numéro des Jeudis littéraires sous la direction de Pascale Casanova Les jeudis littéraires - Les microgrammes de Robert Walser

Dans la presse ? Restons en Suisse avec Le Temps qui en 2013 présentait l'état de la réception et de la traduction de l'écrivain dans le monde (intéressant passage sur la réception en Chine) : Robert Walser, un écrivain pour écrivains

Et puis... Ouf, le lien est toujours valide, une belle introduction à l'écrivain  publiée en 2002 sous le titre Robert Walser, le vagabond immobile… par Olivier Fressard dit Olangst. Et puis il y a Pierre Assouline qui avait fait un bon papier, voyons... Ah, le lien de La république des livres du 20 août 2006 n'est plus valide ! Rendez-vous alors dans le fil  Le coin des bouquineurs...

Nessie 

Nessie

43
Répondre en citant  
La rentrée 2016 pour Mauvais genre - Dim 20 Nov 2016, 19:12

Une idée de la mi-novembre : reprendre le collier de Mauvais genre, avec en cette 20e saison une bonne surprise : la disparition du générique malsain qui donnait envie de fuir ou bien de prendre l'écoute avec systématiquement quelques minutes de retard.

Autant commencer par la première, celle du 3 septembre,  où l'on apprend sans autre forme de procès que Mauvais genre quitte le format de 120 minutes upgradé en septembre 2011 et retrouve sa durée initiale de 60'. De cette réduction de moitié, le producteur ne précise pas les raisons. On n'ose imaginer une quelconque lassitude, mais peut-être une décision unilatérale de la direction, ou bien il fallait dégager à François Angelier de son temps et de son inspiration pour sa chronique de 6h25, ) moins encore que ce créneau matinal ait été donné en compensation ? On n'en sait rien. Mais au moins il y a quelque chose qui ne change pas, c'est l'amateurisme de la maison : 2 mois et demi et 11 numéros après ce petit événement, la page de l'émission sur le site de France Culture continue imperturbablement à annoncer une durée de 120 minutes.

En tous cas d'entrée de jeu François Angelier prend soin de signaler que rien ne change, soucieux peut-être de ne pas laisser l'inquiétude s'installer chez ceux de ses fidèles qui ne se sont pas encore relevés de la sortie fracassante de Jean-Baptiste Thoret en novembre 2014. On apprend donc que les collaborateurs habituels seront toujours là, que les rubriques sont conservées : l'encyclopédie pratique des mauvais genres et la chronique finale de Christophe Bier. Mais comme il ne cite pas Sixtine Audebert qui était une sorte de Marie Richeux du samedi-midi-minuit, on peut espérer être libéré de cette voix sucrée qui détonnait tellement dans cette antre de l'humour noir, du noir tout court certes tempéré par un art du second degré. Espoir déçu : si sa rubrique régulière n'est pas reconduite, on retrouvera tout de même Audebert intégrée à l'équipe des collaborateurs réguliers : Philippe Rouyer, Antoine Guillot, et les autres.

Tout de même, trois sujets annoncés pour ce numéro de rentrée ? On se dit qu'en réduisant la voilure, il faudra aussi revoir les ambitions à la baisse : ayant passé une demi-heure sur Charles Manson, retirons les deux chroniques et faisons les comptes : il reste à peine plus de dix minutes pour les deux autres sujets. C'est dommage car l'un des deux aurait mérité le meilleur fauteuil, celui de la place principale : le cahier rose de l'Abbé Boullan. C'est là un sujet tout à fait digne de la galerie de 'gens singuliers' qui sont parmi les sujets préférés de François Angelier. En l'occurrence, l'abbé Boulan a été exhumé sinon de l'enfer de la bibliothèque Vaticane, du moins de ses recoins, pour être traité sous forme romancée par Philippe Vasset. Vasset, invité régulier de France Culture, n'est pas présent ce soir, puisque le livre est présenté par Philippe Rouyer. Vasset lui-même n'est pas un personnage singulier : il écrit plutôt mal et sans rigueur, mais il ne manque pas d'idées et pas non plus d'énergie. Géographe défroqué avant d'avoir obtenu les sacrements (comprendre : un diplôme) il avait conservé de ce cursus avorté un intérêt pour les zones mystérieuses qui apparaissent en blanc sur les cartes urbaines. De là un "Livre blanc" publié sans beaucoup d'imagination par Fayard, mais que lui-même était venu présenter au cours d'une discussion réjouissante au micro de François Chaslin, c'était dans 'Métropolitains' le 24 octobre 2007. Une fois liquidé le sujet sous sa forme spatiale, Vasset a conservé un intérêt pour les marges en général. Avec pour résultat cette exploration de la théologie délirante et criminelle de l'Abbé Boulan : un personnage qui inspira à Huysmans une figure dans Là-bas, et dont on peut craindre qu'il nous arrive quelque peu déformé par le prisme d'une fiction rétrospective, même si le commentaire de Philippe Rouyer nous rassure sur l'intérêt documentaire de l'ouvrage. Reste qu'on aurait peut-être appris davantage et du non moins savoureux avec une émission complète sur le sujet, plutôt qu'avec ce roman qui nous est ici vivement recommandé par un conseil de lecture un peu bref.

Enfin avant la chronique de Bier consacrée à José Bénazéraf (de ce côté-là au moins, il n'y a pas de changement), le dernier sujet lui aussi ultra-bref : annonce de la 22e édition de l'Etrange festival. Là encore, c'est une manifestation sur laquelle il y a peu Angelier pouvait s'attarder pendant une bonne demi-heure . La réduction du format laisse donc 'mauvais genres' quelque peu à l'étroit.


_________________
A l'intention de ceux qui prennent mon pseudonyme pour un bouclier : mon identité n'est ni affichée ni dissimulée.
Pour la trouver il suffit de suivre le fil de mon profil.

Philaunet 

Philaunet
Admin

44
Répondre en citant  
Cogito ergot de seigle - Jeu 03 Jan 2019, 18:16



Albrecht Dürer (copie d’après), Le Joueur de cornemuse, gravure sur cuivre Strasbourg, Cabinet des Estampes et des Dessins • Crédits : Musées de Strasbourg, Mathieu Bertola
.

Illustration se trouvant sur la page de l'émission Mauvais genres (par François Angelier) au numéro du 15/12/2018 intitulé Italia arrabiata (7) : Bertolucci, Monicelli .

Le rapport avec le titre ? Aucun. Mais avec la chronique (de huit minutes, quand même) en début d'émission, oui, il y en a un, car... "Céline du Chéné  reçoit dans l'Encyclopédie pratique des mauvais genres, Cécile Dupeux, conservatrice du musée de l'Œuvre Notre-Dame à Strasbourg pour l'exposition ''1518, la fièvre de la danse'' qui raconte l'épidémie de danse qu'il [sic] se déclara à Strasbourg il y a 500 ans. A voir jusqu'au 24 février 2019."

Voici la chronique (prochain paragraphe). Céline du Chéné  est contente. Après l'entretien avec Cécile Dupeux qui dit, en s'appuyant sur des "historiens et des sociologues", que cette "épidémie de" danse est "une dissidence du lien social" (en quoi certains historiens adorent transporter l'actualité, qui au XVIIIe siècle, qui au XVIe siècle...), un des intervenants indique que des études (de notoriété publique) montrent que ces symptômes étaient ceux de la maladie due à l'ergot de seigle. Ces propos correspondant peu à l'air du temps sociologique de la station, il est immédiatement rabroué par madame du Chéné (a-t-elle choisi le fond fond sonore bruyant qui plombe l'entretien ?) qui invite à réfléchir aux interprétations mouvantes du phénomène...

Passons. Le sujet est intéressant et Strasbourg est une des villes de France, au même titre que Lyon, Paris, Bordeaux Lille ou Nantes, etc, qui propose d'excellentes manifestations artistiques. C'est jusqu'au 24 fév. 2019. Remarque en passant, cette "chronique" est plutôt un véritable reportage et à ce titre mériterait un podcast séparé. [son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/10070-15.12.2018-ITEMA_21921698-0.mp3" debut="03:20" fin="11:20"]



Affiche de l'exposition "1518 la fièvre de la danse", du 20 oct. 2018 au 24 fév. 2019 au Musée de l'Œuvre Notre-Dame (Strasbourg)

PS. La Tribune de l'art avait publié un entretien avec Cécile Dupeux le lundi 23 juin 2008 pour l’exposition : Strasbourg 1400

Philaunet 

Philaunet
Admin

45
Répondre en citant  
Louis de Funès - Mer 07 Oct 2020, 11:23

On oublie à tort François Angelier quand il est question des rares animateurs de qualité de la station (Vincent Charpentier, Amaury Chardeau) et pourtant il propose chaque semaine depuis 2005 une émission originale .

Le dernier numéro, De Funès à la folie ! est la captation d'une visite guidée de l'exposition Louis de Funès en compagnie d'Alain Kruger et Thibaut Bruttin. Le premier, comme commissaire de l'exposition, est particulièrement disert et son propos est nettement plus intéressant que ce qu'il donnait dans "On ne parle pas la bouche pleine" le dimanche midi.

En passant, ce forum possède un fil intitulé "France culture ou la réhabilitation de Louis de Funès" qui contient un post éclairant de Nessie, lequel signale également dans le post 2 un numéro d'"Une Vie une Oeuvre" consacré à l'acteur (2012, encore en ligne ).

Contenu sponsorisé 


46
Répondre en citant  
Re: ''Pas d'erreur, c'est Mauvais genres !'' François Angelier -

''Pas d'erreur, c'est Mauvais genres !'' François Angelier     Page 5 sur 5

Haut de page ↑   

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5

Accueil / France Culture

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum