-->
Forumactif

Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 

Le Deal du moment : -50%
-50% Short Nike Sportswear Club pour Homme
Voir le deal
14.97 €

Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Regards sur France Culture » LES FORUMS » France Culture » Les Matins de France Culture

Aller à la page : Précédent  1 ... 16 ... 28, 29, 30 ... 69 ... 109  Suivant

Accueil / France Culture

Les Matins de France Culture    Page 29 sur 109

Bas de page ↓   

Yann Sancatorze 


281
Répondre en citant  
Re: Les Matins de France Culture - Lun 21 Sep 2015, 12:36

Illustrant ce que vous dites, Munstead, on est surpris à l'écoute du ton de l'envoyée spéciale de la rédaction, Annabelle Grelier. Au contraire d'un Quentin Dickinson à Bruxelles (envoyé permanent, certes, mais l'envoyée permanente en Grêce, Angélique Kourounis, a perdu toute légitimité journalistique sur ce pays), le ton de ses interventions n'était pas celui d'une journaliste, mais plutôt d'une commentatrice de la vie locale, à coup de jugements, de ressenti, de psychologie sans justification ("Alexis Tsipras est quelqu'un d'honnête, de droit etc."). On l'entend chercher ses mots pour décrire ce qu'elle ressent. Un journaliste prépare son intervention, relaie les propos d'acteurs locaux qu'il a pu interroger, recense des faits marquants etc. La rédaction de France Culture semble pouvoir se passer de ces principes de base du journalisme. A bas la travail et la recherche, vive le ressenti et la sélection cognitive de l'info. Personne ne semble réellement diriger la station, et voilà ce que cela donne quand une rédaction sans intégrité est livrée à elle-même.

munstead 


282
Répondre en citant  
Re: Les Matins de France Culture - Lun 21 Sep 2015, 14:40

Yann, vous m'enlevez les mots du clavier.
Au journal de la mi-journée. Parce qu'aujourd'hui est la journée du dessin de presse, nous avons droit à la "lecture" par Antoine Mercier de plusieurs dessins d'un caricaturiste que je ne connais pas (et n'ai pas une envie brûlante de connaître après cette émission). Et Caroline Broué annonce que toute la journée FC présentera ainsi des dessins à l'antenne. Quelle idée sotte! Si un dessin humoristique pouvait se résumer à son texte, le genre aurait disparu depuis longtemps. Une bonne partie de sa force tient à celle du dessin, au style du dessinateur, au dessin quoi! Et ce n'est pas une pesante description qui peut en faire apprécier tout l'humour (mais dans ce cas précis, l'humour n'était pas vraiment au rendez-vous). Ainsi Mercier a-t-il encombré l'antenne à cinq ou six reprises, repris du temps de parole, déjà mesuré, à ses invités, pour décrire un dessin pas très drôle et remercier sans cesse le dessinateur promu grand commentateur politique de la journée. Pitoyable. La publication de ces dessins sur le web n'excuse rien : assez peu pratique de les regarder en conduisant par exemple… Souvent d'ailleurs, lors des journaux d'actualité ou dans diverses émissions, FC nous impose de longs dialogues tirés de films, ce qui est une hérésie cinématographique, de même que certaines émissions sur la musique de film, généralement d'un ennui pesant lorsque jouée en dehors de son contexte.

Philaunet 

Philaunet
Admin

283
Répondre en citant  
Re: Les Matins de France Culture - Lun 21 Sep 2015, 16:21

Dans le post 284
munstead a écrit: (...) Autre question : pourquoi n'y a-t-il jamais rien sur l'actualité culturelle, ne serait-ce qu'une vignette, dans ces journaux du matin?

Parce que la vie culturelle selon France Culture se résume au combat d'Anish Kapoor qui se sent « comme une fille qui s'est fait violer et à qui l'on ordonne d'aller se rhabiller dans un coin » quand il lui est demandé de remettre sa sculpture dans son état initial.

Et plus généralement, parce que la Rédaction Culture/Musique (soyons audacieux - et cela dit sans ironie - fusionnons entièrement les deux chaînes) veut concurrencer les autres médias sur les mêmes sujets. Pas le temps donc de se distinguer en abordant des informations qui ne sont pas prétextes à affrontements politiques et idéologiques. Faut qu'ça saigne...

Sur une autre radio culturelle, entre 12h et 13h, sont abordées l'actualité et la vie culturelle à travers des critiques non complaisantes de spectacles de théâtre, de danse, des recensions d'expositions, et des reportages par exemple celui de 4'50" sur le retour d'un livre d'heures français au musée de Stuttgart après sa disparition en 1945. Ici le sujet en vidéo en 1'20" pour les non-germanophones afin de regarder l'ouvrage : Staatsgalerie Stuttgart im Glück. Du bon travail.

Pendant ce temps-là, Caroline Broué et Antoine Mercier font leur show.

munstead 


284
Répondre en citant  
Re: Les Matins de France Culture - Lun 21 Sep 2015, 17:04

Philaunet a écrit:Pendant ce temps-là, Caroline Broué et Antoine Mercier font leur show.

Je viens de regarder/lire le sujet sur le livre d'heures français de retour à Stuttgart. Inimaginable sur FC! Vous avez totalement raison, cette chaîne culturelle (comme le petit Poivre le voulait et s'en targuait) veut prendre de l'audience à France Inter, Europe I et RTL, plutôt que de se "contenter" de faire son travail, qui devrait consister à parler aussi de l'actualité culturelle. Elle prétend à une spécificité qui serait une lecture de l'actualité par des universitaires ce qui pourrait être un angle intéressant si cette actualité n'était pas seulement politique mais intellectuelle et artistique et si ces élus n'étaient pas essentiellement des sociologues et autres chercheurs de l'EHESS à la mode, assistants à SciencesPo, avec un petit soupçon de CNRS, quelques représentants de think tanks (Think Tank étant une garantie de qualité intellectuelle aux yeux des Mercier et autres), tous choisis pour leurs affinités idéologiques ou, au contraire, leur défense un peu ou quasiment caricaturale du libéralisme (l'horreur morale). À l'heure de grande écoute,seuls les événements culturels dont parlent tous les médias,  sont couverts, comme Avignon (dont FC a dit le plus grand bien alors que les critiques ont assassiné les petits délires de Py), le prix Goncourt, le festival de Cannes, etc.

munstead 


285
Répondre en citant  
Re: Les Matins de France Culture - Ven 25 Sep 2015, 08:37

Stephane Robert, ce matin. Le digne successeur d'Hubert Huertas (qui ne s'est pas imposé à Mediapart, pour l'ancien directeur du service politique de FC, c'est un peu gênant, mais juste en son cas) s'en prend aujourd'hui (comme tous le jours) à François Hollande. La conférence sur le climat prévue en décembre à Paris est une chose sérieuse. Pas pour Robert qui en profite pour se moquer de celui qui va faire "bouger les planètes" . Suit une série de lourds jeux de mots autour de l'astronomie, des comètes, des étoiles. Contenu politique : zéro. Des mots qui se veulent drôles, du "bashing" pur et dur, de la bêtise satisfaite. On sentait Erner gêné de ce "billet politique" de l'ancien de Chérie FM et de Nostalgie. Et bien sûr, la conclusion porte sur les élections régionale car pour un Robert, il faut toujours tout ramener aux échéances électorales. La planète peut être menacée (il annonce 4° d'augmentation de la température d'ici la fin du siècle, chiffre le plus pessimiste), l'important c'est ce qui se passe à Lille.
Question d'Erner à Védrine "Istanbul, qu'est-ce que cela vous dit?"

Langevin 


286
Répondre en citant  
Re: Les Matins de France Culture - Sam 26 Sep 2015, 21:35

Bonjour à tous,

Je reviens après une longue absence sur ce forum que j'ai quitté, notamment, par manque de temps et pour ne point m'abandonner, faute justement d'un temps qui me manquait, à l'adresse éristique à une réponse d'un des habitués de ces lieux (j'ai d'ailleurs cru comprendre que pendant ladite absence, les portes avaient claqué, les noms d'oiseaux sonné, les bols de vitriol volé à travers la pièce, et qu'on s'était quitté fâché et, ce qui est pis, en se tutoyant.)

Les Matins, donc.

Je passerai sur les sempiternelles déplorations scrogneugneu qui présentent dans les billets de ce forum la miraculeuse vertu de l'ubiquité pour m'en tenir à quelques commentaires "en biais".

Erner : pas une déception -c'eût été difficile quand on s'attend au pire, mais une confirmation des craintes qu'on pouvait nourrir dès l'exposé du manifeste Ernérien qui devait présider à l'organisation des Matins ("comprendre pour agir", "décrypter pour militer", ou une billevesée de ce métal-là). Cette fois ca y est, la culture a déserté les Matins au profit du verbiage plus ou moins militant de l'actualité, le strapontin en skai abandonné par la fesse prudhommesque dudit Erner à la culture à compter de 8 heures 40 ne comptant même pas, entre les affligeantes communications de Nicolas Martin -le plus mauvais joker estival de ces dernières années soit dit en passant) et la grande parade des burgraves éditorialisants de 8 heures 55. De fait, d'ailleurs, et nonobstant le fait que la Voinche ait établi son ténébreux empire sur cette antenne, les transistors familiaux migrent souvent sur France Musique (et parfois, pour cause d'apprentissage de la langue de Jeremy Corbyn par la progéniture et par la grâce d'Internet, sur Radio 4).

Mon gars Jacques Munier, soleil quotidien de mon radio-réveil, a sauvé son temps de parole mais point, hélas, Thierry Garcin, dont les Enjeux Internationaux ont perdu toute profondeur, toute qualité d'analyse depuis qu'ils ont été amputés pour servir la navrante Amélie Périer. Péché contre l'esprit, péché contre la première partie des Matins.

Joie dans le ciel quand même après 7 heures : la quinte flush des z'autorisés du "Monde selon" est toujours aussi médiocre, exception faite de Védrine, mais on n'a plus à subir les prêches abrutissants du Révérend Père Plenel, aventurier du Bien contre tous guerriers du Mal.

Joie doublée par la relégation de Bribrice avant le journal de 8 heures. Bribrice, en dépit de la haine féroce que je porte à cet hédoniste sécuritaire...

(note pour Nessie : "hédoniste sécuritaire" au sens conceptuel qu'a donné Gaël Brustier à cette expression politique particulière d'un courant politique propre aux baby-boomers et à la génération immédiatement suivante : d'anciens gendegauche devenus libéraux en économie, ce qui se conçoit, mais non point libéraux en matière politique, sociale et culturelle où leur libéralisme est tempéré, mais non aboli, par un mélange de pulsion identitaire déclenchée, notamment, par l'islamophobie (que je distingue de l'islamisto-phobie, que j'estime non seulement légitime, mais même de salut public ) , de pseudo-dénonciation des élites défaillantes et de crainte de la remise en cause de ses privilèges propres (ma retraite, mon confort d'insider, ma liaison ferroviaire à partir de Chartres...). Pas de véritable illustration électorale en France mais le PVV néerlandais, le FP danois, dans une certaine mesure les Conservateurs britanniques, nonobstant leur tropisme communautariste, sont d'assez bons exemples. Une dernière chose : ne dites pas qu'il résiste à la doxa dominante de FC. Dites plutôt qu'il y résiste ET qu'il flatte votre vision des choses. Ce sera tout aussi vrai et d'une franche honnêteté.)

...est un bon, et même un très bon chroniqueur, aux sources variées, capable de poser une pensée en cinq minutes et d'ouvrir la réflexion de manière acérée, mais pas braillarde. C'est en débatteur qu'il se gâte : partial-plus même que feu Huertas, et ce n'est pas peu dire, imprécis, veule, hargneux, et pis que tout malpoli. Il trouve ici une place qui lui convient mieux et, dans ses (rares) bons jours, il se rapproche, d'assez loin mais quand même, des anciens billets du bon A-G. Slama.

Après, le reste, c'est l'écume des jours d'une France crépusculaire, en pleine tectonique des plaques mentales, le ballet des libérales subventionnées (défendre Agnès Verdier-Moliné qui explique benoîtement qu'elle est favorable à la concentration des médias parce que ses bailleurs de fonds lui laissent plus de place pour s'exprimer dans les journaux qu'ils ont acheté, c'est assez farce...), du camp du Bien en pleine avarie, des rancuniers et rancuneux de tout poil, des gueulards, des tricoteuses de Causeursactuelles, des demi-solde des sciences humaines, des qui-font-le Jeu-du-FN (19,99 euros chez Hasbro), et du Bataillon Sacré des mélanchonistes. On est fatigué, des fois, en écoutant les Matins, fatigué de France Culture, de la France, de soi...

A l'année prochaine.

Nessie 

Nessie

287
Répondre en citant  
Re: Les Matins de France Culture - Dim 27 Sep 2015, 11:58

Dans notre fil consacré aux chroniques de France CUlture, Cancoillotte a écrit:L'année dernière, une des chroniques de Jacques Munier m'a décidé à enfin lire Pessoa. C'est pour moi une découverte immense et je lui en suis très reconnaissant.
Ce matin, on a eu droit à une oraison ennuyeuse et convenue sur la disparition des Guignols de l'info. Je n'aurais même pas relevé si c'était fait par Plenel ou Goumarre, mais c'est consternant et stupéfiant d'entendre Jacques Munier saborder sa propre chronique cette année.

Mon hypothèse, connaissant l'intérêt fondamental de Munier pour l'édition en SHS (sciences humaines et sociales) : cette mutation catastrophique est à mettre au compte du plan Erner. Je ne jugerais d'ailleurs pas Erner sur cette bourde colossale, car elle ne l'est pas plus que ses autres défauts : on le voit progressivement récupérer les gags minables de Voinchet, qu'il ajoute aux tics empruntés à Demorand, Fichtre ! Quelle inspiration et quelle galerie de modèles pour un homme de radio : deux bavards qui n'ont jamais eu une seule idée personnelle, jamais produit un seul commentaire original, et qui se sont toujours attachés à jouer indéfiniment le même rôle médiocre certes façonné par eux mais sans imagination ni goût.

Décidément la matinale nouvelle est mal partie. Elle pourrait se réveiller, si seulement Guillaume Erner en tant que débutant aux commandes d'un tel appareil, prenait conscience de l'intérêt de l'exercice, et prenne modèle par exemple sur Lebrun je veux dire non pas sur ses manies de gugusse radiophonique mais sur les principes de l'interview (il n'en est pas si loin) et sur l'esprit général qu'il avait su insuffler à son équipe. Qu'Erner ouvre les yeux et crée enfin quelque chose à lui, au lieu de se contenter d'un billet de 90 secondes livré juste avant le journal de 7h30. Certes la prise de conscience n'est pas inscrite dans les gènes de cette rentrée : le producteur de la matinale est d'une part conditionné par une direction qui reconduit les désastreuses consignes du prédécesseur Poivre, et d'autre part ce même producteur reste enserré dans les tentacules d'un monstre journalistique qu'est la rédaction de FC, presque toute entière au service de Mediapart et du FdG.

Pour se maintenir idéologiquement décollé de cette pieuvre journalistique, il ne reste donc que Brice Couturier, lui-même hélas encore trop chevillé à gauche pour que sa pensée détonne vraiment dans la maison ; d'autant moins d'ailleurs que par sa fibre Européiste il reste viscéralement coupé du courant Chevénementiste, le seul leader de gauche qui reste capable de fournir des principes solides et donc un contrepoids idéologique au moralisme populiste et racoleur que nous avons maintenant aux commandes du pays et de cette radio, la seconde étant depuis 15 ans un des outils mis au service du parti qui tient les rênes mais plus pour longtemps même si ça parait bien long.


_________________
A l'intention de ceux qui prennent mon pseudonyme pour un bouclier : mon identité n'est ni affichée ni dissimulée.
Pour la trouver il suffit de suivre le fil de mon profil.

masterkey 

masterkey
Admin

288
Répondre en citant  
Re: Les Matins de France Culture - Mar 29 Sep 2015, 11:30

Philaunet a écrit:Par hasard, j'ai écouté la tranche de 8h52 à 9h. Ce serait risible si ce n'était pas aussi pathétique.

Vous auriez dû écouter la première partie des matins : c'était le numéro culturel de la semaine (du mois ?), contrairement à ce que peut en laisser penser l'affreux titre ("Enjeux climatiques : la science peut-elle encore sensibiliser les consciences ?").

L'invité était Eric Karsenti, chercheur en biologie moléculaire, et venu parler, pour l'essentiel, et du rôle des micro-tubules dans la morphogénèse et l'évolution de la vie. Personnellement, si les matins étaient composés de ce genre de sujet ne serait-ce qu'à 50 ou même 30%, j'en serai déjà comblé.

Bien sûr, dans la seconde partie, l'émission est passé de la biologie marine aux problèmes climatiques - avec un Brice Couturier aux inflexions aujourd'hui moins libérales que conservatrices, le second tropisme semblant s'attaquer au premier -, et s'est terminée par l'habituel saucisson tranché des chroniques insipides.

Mais le chien affamé que nous sommes ne peut dédaigner cette croquette de culture qu'on nous lance peut-être avec bienveillance. Et puis, il faut penser "renforcement positif" : c'est bien, les matins, faites-en, du culturel, la partie la plus ancienne de vos 1,8 point d'audience vous en sait gré.

http://www.regardfc.com

munstead 


289
Répondre en citant  
Créationnisme - Mar 29 Sep 2015, 11:49

Dans l'entretien avec Karsenti, Guillaume Erner a mis en regard Darwin et les thèses créationnistes (l'organisme humain est tellement compliqué que seul Dieu a pu le concevoir) comme si cette galéjade était une question que l'on devait tout naturellement poser aux scientifiques de passage devant le micro. La pertinence de ce rapprochement n'était pas évidente sauf si, par réflexe pavlovien, Darwin ne peut s'accompagner que de la mention du créationnisme, ce qui s'expliquent en 1860, mais n'a plus lieu d'être aujourd'hui. Les délires de l'extrême droite sudiste américaine (et turque…) font-ils maintenant partie du débat scientifique vu par FC?

masterkey 

masterkey
Admin

290
Répondre en citant  
Re: Les Matins de France Culture - Mar 29 Sep 2015, 12:12

Bof, j'ai l'impression que ça fait partie du décorum dès qu'on parle de biologie (et par association d'idée, d'évolution) dans une émission à visée généraliste : il faut caser un petit stock de controverses obligées qui, même si elles datent d'un siècle, sont connues du grand public qui peut - pense-t-on aujourd'hui à France Culture - se raccrocher à ces quelques branches. C'est dans le même ordre d'idée que les histoires de chaînon manquant. Erner ne s'en tire pas si mal, même avec des questions très superficielles, ou d'ordre très général, il ne tombe pas dans la bêtise crasse qu'on a connu il y a peu, puis il laisse parler l'invité, c'est en grande partie ce qu'on lui demande.

http://www.regardfc.com

Jean-Luuc 


291
Répondre en citant  
Ahh, les coulisses (deux retours sur émissions) - Mar 29 Sep 2015, 13:15

Le jeudi 17 septembre 2015, post 282 de ce fil,
Nessie a écrit:
(...) Hier c'était Danièle Lochak qui souffrait, aujourd'hui c'est Agnès Verdier-Molinié qui est submergée par les deux journalistes militants absolument pas gênés d'interrompre, de prendre d'autorité la parole à deux contre une qui se trouve bloquée en pleine phrase alors qu'elle n'a pas encore exposé son argument tandis qu'eux-mêmes ont eu le temps de délayer les leurs, d'arguments. C'est comme à la télé des années 60 une partie de catch à 3 (2 contre une) où l'on voit un arbitre jouant l'ahuri, qui se montre aveugle aux coups bas donnés sous son nez mais qui se réveille pour rétablir l'arbitrage en faveur de ceux qui cassent le débat : il répète à plusieurs reprises "On va laisser parler Julia Cagé". Julia Cagé qui a décidé de ne pas laisser parler Agnès Verdier-Molinié et donc l'interrompt systématiquement. Signalons que c'est bien la même Julia Cagé qui a portes ouvertes à FC : à la Suite dans les Idées, au Grain à moudre, à la Grande table. Après 20 minutes de ce bordel ponctué de quelques vacheries et ricanements de Daniel Schneidermann, Erner qui a systématiquement donné la priorité aux mêmes finit par lancer sur un ton rigolard et plus Demorandesque que jamais "on va conclure" et il lance le rap choisi par Benjamin Hue pour clôturer ce numéro d'intoxication.

(...)

Dans son billet matinal, D. Schneidermann (d'Arrêt sur images) revient sur sa récente invitation à la matinale de F.C., où l'on apprend qu'un invité peut décider en partie de la tête de ses débatteurs :

Ai-je eu raison d'aller débattre à la Matinale de France Culture, l'autre semaine, avec Agnès Verdier-Molinié ? Nos amis d'Acrimed s'interrogent (gentiment). Ai-je eu raison d'accepter, en compagnie de l'économiste Julia Cagé, une invitation à débattre du cas Bolloré avec la directrice du think tank de droite libérale IFRAP ?

Pour répondre, il faut entrer dans les coulisses de la préparation de cette émission. L'équipe de Guillaume Erner, animateur des Matinales, a eu quelque mal à constituer son plateau. Son premier choix, pour apporter la contradiction au duo Cagé-ma pomme, se portait sur...Elisabeth Lévy. Avec le motif suivant (si je l'ai bien compris) : " elle va dire que si Bolloré était de gauche, ses agissements susciteraient moins de réprobation". J'ai répondu que dans ce cas, ce serait sans moi. Non pas en raison de ce présupposé de l'équipe de France Culture, même si je l'estime absurde : se scandaliser de voir un actionnaire censurer des journalistes et des humoristes n'a rien à voir avec le fait qu'il soit de gauche ou de droite. A supposer (cas hautement improbable) qu'un oligarque de gauche, ou de la gauche de la gauche, prenne le contrôle de TF1, et censure Jean-Pierre Pernaut, je veux croire que la mobilisation pour la liberté d'expression serait la même. Comment ? Vous riez ? Vous peinez à imaginer l'hypothèse ? Moi aussi. Mais supposons. En vérité, si j'ai refusé de débattre avec Elisabeth Lévy, c'est en raison d'une inaptitude physique : l'incapacité dans laquelle je me sens de la contredire autrement qu'en hurlant plus fort qu'elle. La nature ne m'ayant doté que de cordes vocales standard, je dois faire avec.

Je me suis alors permis de suggérer à France Culture d'inviter plutôt des barons ou des sous-barons de l'empire Bolloré -à défaut de Bolloré lui-même. A la vérité, j'étais sceptique sur leurs chances de succès. Dans les jours précédents, on avait tenté nous-même, en vain. Pour l'instant, le Bolloristan supérieur se terre. Un jour, à n'en pas douter, il sortira de ses terriers. Mais ce jour n'est pas venu. Bref, ayant fait en vain le tour des terrés, France Culture propose finalement Verdier-Molinié, en avocate du droit universel de l'actionnaire à faire ce qu'il veut dans ses propriétés, changer les moquettes, les présentateurs, et les marionnettes. Après tout, pourquoi pas ? Elle refusera certainement d'évoquer l'indéfendable cas Bolloré, me disais-je. Ce qui fut le cas, et le plus frappant dans l'émission, est de la voir refuser avec insistance de me répondre sur la censure de l'enquête sur le Crédit Mutuel. (...)


Dans le Charlie Hebdo de la semaine (n°1209), P. Lançon revient également sur le Répliques intitulé "Raconter la France", dont il était l'invité avec F. Aubenas (p.11). Numéro d'un vide abyssal dont Rowan et Philaunet (posts 463,464) ont discuté dans le fil approprié. Qu'apprend-on dans ce papier ? Que Répliques est "une vieille amie", que P. Lançon "n'a pas besoin d'être en accord avec son animateur (sic) pour l'apprécier", que le débat "fut courtois, détendu et, quoi qu'on pense des uns [P. Laçon et F. Aubenas] et de l'autre [A. Finkielkraut], d'un désaccord chaleureux", qu'A. Finkielkraut est "un homme gentil, sincère, et emporté".

F.C. en parfaite harmonie avec ses invités.

Contenu sponsorisé 


292
Répondre en citant  
Re: Les Matins de France Culture -

Les Matins de France Culture     Page 29 sur 109

Haut de page ↑   

Aller à la page : Précédent  1 ... 16 ... 28, 29, 30 ... 69 ... 109  Suivant

Accueil / France Culture

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum