Forumactif

Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 

Le Deal du moment :
Nike : 25% de remise sur tout le site via ...
Voir le deal

Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Regards sur France Culture » LES FORUMS » France Culture » La Direction de France Culture et son projet culturel

Aller à la page : Précédent  1 ... 22 ... 41, 42, 43, 44, 45, 46  Suivant

Accueil / France Culture

La Direction de France Culture et son projet culturel    Page 42 sur 46

Bas de page ↓   

Curly 


411
Répondre en citant  
Culture in bondage - Jeu 11 Fév 2021, 17:19

Bonjour petit salopiaud, ou plutôt non, salejour à toi. Si tu es là, c’est que tu aimes la souffrance.
Hein ? Coquinou va ! Je te connais, tu aimes quand ça fait mal, quand ça fouette fort.
Je te connais. Tu aimes avoir mal. Le mal-être est ton panard quotidien.
Aujourd’hui je te propose un supplice dont tu te souviendras pendant longtemps, longtemps.
Tu vas souffrir.

D’abord tu vas casser ta tirelire - oh oui c’est bon ! - et tu vas acheter dans ta boucherie préférée un livre qui t’achèvera mon cochon/ma cochonne, tu vas pleurer tellement que tu en redemanderas un autre.
Ce livre est un océan de douleur, une marée qui fouettera ton corps de part en part, qui anéantira toute ta volonté, qui provoquera en toi de la sueur et des larmes.
Plus la peine d’aller te flageller en matant des tutos sur domina.com, va sur franceculture.fr. L’enfer t’attend.
Le livre en question – tu aimes la question, hein cochonou ? - tu vas l’acheter et te frapper tout le corps avec 4 heures par jour pendant 3 mois, le temps pour lui de n’être plus que lambeaux de papelards sur ton corps décharné.
Tu veux les références ? Oh je sais que tu les veux, mais je fais durer l’attente le plus longtemps possible pour mettre à mal ta patience. Tu aimes le mal !
Les références sont sur franceculture.fr, le site qui à lui tout seul a mis en faillite domina.com, fouettecocher.fr et bondage.com. Tu vas déguster.
Les références : « Ma Transition Ecologique - Hervé Gardette »
Le grand huit de la douleur.
Et c’est quoi ? C’est dixit francecultureohouiplusfort.fr, « le nouveau livre d'Hervé Gardette. »
Oui, le « nouveau livre », alors que c’est le premier. Mais le rien publié précédemment compte pour trois fois la Comédie Humaine. Ce rien, tu ne l’as pas lu faute de publication, mais t'aurais pu le prendre dans la gueule. Cet état de frustration t'aura mis dans un état proche de l’explosion de nerfs en compotes. Oh ! Oui ! Encore !
Le contenu, je te le donne, je te le frappe dans ta tête, comme ça il n’y a plus de suspense, c’est encore plus abominable.
Le contenu est un panaché de chroniques déjà servies à l’antenne de France Cullture, la chaîne qui t’enchaîne au présent à bras le corps.
Les chroniques sont disponibles en intégralité à la lecture sur franceculturevazyencore.fr. La publication en format livre n’a qu’un objectif. Achever l’humanité. Tu commences à jouir, mais attends encore un peu.
Le livre est en papier, et le papier, ce sont des arbres qu’on abat, et quand le nouveau livre d’Hervé Gardette aura participé à la déforestation de notre planète, tu connais la suite. Imagine ! L’apocalypse de plaisirs !
Quoiquinya dans les chroniques ? Des blagues vieillies en fût qui ont tourné depuis plusieurs siècles, de l’autofiction pour dépressifs, et surtout, oui, surtout, du recopiage de livres et d’articles picorés à droite à gauche pour tirer à la ligne. Tu aimes ça, tirer à la ligne, hein ? Oh oui ça tire, ça tire c’est bon !
Cest ce que je suis en train de faire moi aussi, et si tu me lis encore, c’est que tu aimes les coups tordus et les souffrances raffinées.
Si tu es exigeant et qu’il te reste encore des forces, c’est que tu ne connais pas toute l’étendue des atrocités qu’imagine pour toi franceculturinbondage.fr.

L’accessoire ultime du jour  : « Avoir 20 ans en 21  : programmation spéciale »
L’accessoire qui va vous faire du mal a été fabriqué dans les usines SciencesPopo. Du matos de qualité.
Sur franceculturrebrûlemoilecorpsàlacire.fr, tu mates la photo, c’est tout de suite cent coups de fouet qui t’arrivent sur tout le corps.

                                        La Direction de France Culture et son projet culturel - Page 42 Opera773

Les stars du jour, pas des jeunes, oh non, ce serait trop facile !
Des journalistes, des socios, des popos, des sociopopos, tous de cuir vêtus, et un entretien exclusif de 20mn avec Maître Morin, un centenaire qu’on nous présente comme un jeunot, et qui va nous donner des leçons tellement plates qu’elles vont ricocher sur ton corps déjà endolori.
T’en veux une ? Tiens, prends ça : «aujourd'hui (...) les jeunes ont besoin de manger. »
Plus le corps est vieux, plus l’esprit rajeunit ! C’est écrit dans le dico des baffes reçues.
Et puis, surtout, la base de cette opération coup de fouet : de la promo ! Tapis cloutés de dossiers de presse en combinaison de cuir servis à coups de paddle clouté.

Avec ce matos de qualité, un monde de souffrance s’ouvre à toi.
Un mur de lamentations dont tu ne pourras plus te passer. Ce mur, tu le trouveras sur franceculturepinçatétons.fr.
Et si tu es encore là à me lire, c'est que tu es prêt pour le prochain supplice qui t'enverra au septième sous-sol de la douleur :
la publication des Carnets à filo à Didine. Chaque page sera cloutée. Tu pourras t'en foutre plein les yeux.

Curly 

Curly

412
Répondre en citant  
Les aventures sans rebondissements de Emmanuel Levinas, Netflix, & des communards - Lun 15 Mar 2021, 20:05

Ce lundi, l’Excellence est à son comble.
Pas la peine de passer la revue des troupes, c’est toujours pareil.
L’émission parfaitement représentative de la grille : Les chemins de la filo.
Pourquoi ? Why ? Warum ? কেন ?
Le sujet : Emmanuel Levinas.
Levinas chez Adèle van & Didine, c’est THE marronnier. Un marronnier qu’on sort quand on a plus d’idée, donc souvent, en roulement avec Simone de Beauv’ notamment.
Là où c’est encore plus grand, c’est que : à la one, l’invité, Frédéric Worms, est un producteur de la même chaîne, comme ça l’esprit d’ouverture reste bien enfermé, et à la two, le meilleur pour la fin, c’est une rediff’ de 2019.

Levinas dans les chemins d’Adèle van de la filo, en plus de la série de 4 émissions diffusées 2 fois en deux ans :
- Levinas, quand un visage nous désarme, 2 mars 2020
- Sommes-nous prisonniers de la totalité ?, 6 février 2019
- Emmanuel Levinas, l’absolument autre, 6 février 2012
- Les nuits blanches de Levinas, 21 décembre 2017
- Rediff’ : Les nuits blanches de Levinas, 5 juillet 2018,
- Bac Philo 2015, 2ème session (2/4) : Explication : Emmanuel Levinas, "Ethique et infini", 26 mai 2015
- Tel Aviv-Ramallah, quelle place pour la philosophie ? (4/4) : La réception d’Emmanuel Levinas en Israël, 05 juin 2015
Pas sûr que ce soit exhaustif, mais c’est déjà pas mal.

Mais ignorons les transitions, et sautons une journée en arrière, pour revenir à dimanche, où, parmi les multiples émissions d’analyse de cirages de pompes, nous trouvons, au rayon de l’inutile, « Soft Power », qui, chose exceptionnelle dans la grille,  bénéficie d’1h30 pour s’étaler sur les nouvelles des médias qui cartonnent dans les médias. Pour étaler du chiffre, le temps ne compte plus.
En guise d’analyse, vous avez un beau tapis rouge déroulé avec soin devant l’invité, afin qu’il puisse dévider tous ses éléments de langage de pro des médias, le producteur se contentant de bien tenir le tapis pour pas qu’il rebique.

Ce qui donne des émissions que l’on peut trouver complaisantes envers les invités, mais surtout totalement inutiles sur une chaîne qui se prétend culturelle.
Attirer un max d’auditeurs en se plaçant dans le sillage de ce qui marche sur le plan business, c’est quand même bien dans la Ligne Générale de la chaîne fermée à mort sur l’ouverture.

Le fil touitteur du cireur de pompes se contente de servir la promo à des invités qui sortent leur plan com’, et qui surtout, regardez bien, aident à attirer de nouveaux zauditrisséteurs cultureux. Vu le nombre de like et de retouitte, c'est pas encore gagné.
Il y eut un temps, on appelait ça des hommes-sandwichs.

                                                                                        La Direction de France Culture et son projet culturel - Page 42 Opera828
                                                                                        La Direction de France Culture et son projet culturel - Page 42 Opera829
                                                                                        La Direction de France Culture et son projet culturel - Page 42 Opera830
                                                                                        La Direction de France Culture et son projet culturel - Page 42 Opera831
                                                                                        La Direction de France Culture et son projet culturel - Page 42 Opera832

Il paraît qu'on peut même aller plus loin sur le sujet :

                                                                                        La Direction de France Culture et son projet culturel - Page 42 Opera833

Pour la « lecture de L’aiguille creuse », les zozos de Soft Po-oueur sont allés tellement plus loin qu’ils n’ont pas fait gaffe au fait que c’étaient des adaptations en (bonnes) fictions radio, et non des lectures.

L’excitant sommaire :

                                                                    La Direction de France Culture et son projet culturel - Page 42 Opera834

Ouais ! Chic ! Encore !

Attendez, partez pas, n'oubliez pas la partie musicale toute pourrite :

                                                                     La Direction de France Culture et son projet culturel - Page 42 Opera835

D'accord, c'est moche, mais ça se vend !

Puisque nous nageons dans la folle originalité, évoquons brièvement le programme spécial sur la Commune.
La semaine dernière, une série du Cours de l’Histoire, cette semaine, La Série Documentaire.
Problème : à même sujet, mêmes invités. Hors concours, Ludivine Bantigny, qui intervient déjà à qui mieux mieux sur toute la grille et sur tous les sujets. Ouvertuuuuuure, es-tu lààààààààààà ?

Invités de LSD :

                                                        La Direction de France Culture et son projet culturel - Page 42 Lsd10

Invités du Cours de l’Histoire :

                                                                 La Direction de France Culture et son projet culturel - Page 42 Lch_110

                                                                 La Direction de France Culture et son projet culturel - Page 42 Lch_211

                                                               La Direction de France Culture et son projet culturel - Page 42 Lch_311

Philaunet 

Philaunet
Admin

413
Répondre en citant  
Trop de temps d'antenne dédié à France Culture - Mar 16 Mar 2021, 11:54

Curly(https://regardfc.1fr1.net/t194p410-la-direction-de-france-culture-et-son-projet-culturel#36817) a écrit:Ce lundi, l’Excellence est à son comble.
Pas la peine de passer la revue des troupes, c’est toujours pareil.
L’émission parfaitement représentative de la grille : Les chemins de la filo.
Pourquoi ? Why ? Warum ? কেন ?
Le sujet : Emmanuel Levinas.
Levinas chez Adèle van & Didine, c’est THE marronnier. Un marronnier qu’on sort quand on a plus d’idée, donc souvent, en roulement avec Simone de Beauv’ notamment.
Là où c’est encore plus grand, c’est que : à la one, l’invité, Frédéric Worms, est un producteur de la même chaîne, comme ça l’esprit d’ouverture reste bien enfermé, et à la two, le meilleur pour la fin, c’est une rediff’ de 2019.
Levinas dans les chemins d’Adèle van de la filo, en plus de la série de 4 émissions diffusées 2 fois en deux ans :
- Levinas, quand un visage nous désarme, 2 mars 2020
- Sommes-nous prisonniers de la totalité ?, 6 février 2019
- Emmanuel Levinas, l’absolument autre, 6 février 2012
- Les nuits blanches de Levinas, 21 décembre 2017
- Rediff’ : Les nuits blanches de Levinas, 5 juillet 2018,
- Bac Philo 2015, 2ème session (2/4) : Explication : Emmanuel Levinas, "Ethique et infini", 26 mai 2015
- Tel Aviv-Ramallah, quelle place pour la philosophie ? (4/4) : La réception d’Emmanuel Levinas en Israël, 05 juin 2015
Pas sûr que ce soit exhaustif, mais c’est déjà pas mal. (...)
Sans Levinas (Emmanuel), ni Foucault (& Beauvoir), France Culture au treinerocène n'existerait pas.

La station gère l'antenne comme au temps où les émissions n'étaient pas accessibles en podcast. C'est quand même très étrange ! La rediffusion est en ligne. On en arrive même à placer deux fois les mêmes émissions en journée et au cours de la fin de nuit alors que celles-ci sont accessibles en ligne. À la programmation quelqu'un a oublié que l'on est en 2021...

Ces rediffusions de programmes déjà accessibles posent la question du temps d'antenne à France Culture. La station dispose non seulement de trop d'argent et de ressources, mais également de trop de temps. On voit qu'elle ne sait pas quoi en faire, ce qui aboutit à du remplissage.

Une fusion intelligente des deux radios culturelles nationales, France Culture et France Musique, serait raisonnable, tout en réaffectant les ressources dégagées aux radios régionales du réseau France Bleu pour qu'elles produisent des émissions culturelles originales. Car ce qui manque dans le paysage radiophonique français,  c'est le regard original, la nouvelle perspective, l'apport de passionnés du son.

Le Royaume-Uni et l'Allemagne ont des structures permettant de produire des émissions culturelles de qualité au Pays-de-Galles, en Écosse, en Bavière, en Hesse, etc. En France ? N'existe que Paris XVIe particulièrement énamouré du 9-3.

Philaunet 

Philaunet
Admin

414
Répondre en citant  
Créer un réseau de bienveillance critique et commerciale - Mer 17 Mar 2021, 10:10

Curly(https://regardfc.1fr1.net/t194p410-la-direction-de-france-culture-et-son-projet-culturel#36817) a écrit: (...) Mais ignorons les transitions, et sautons une journée en arrière, pour revenir à dimanche, où, parmi les multiples émissions d’analyse de cirages de pompes, nous trouvons, au rayon de l’inutile, « Soft Power », qui, chose exceptionnelle dans la grille,  bénéficie d’1h30 pour s’étaler sur les nouvelles des médias qui cartonnent dans les médias. Pour étaler du chiffre, le temps ne compte plus.
En guise d’analyse, vous avez un beau tapis rouge déroulé avec soin devant l’invité, afin qu’il puisse dévider tous ses éléments de langage de pro des médias, le producteur se contentant de bien tenir le tapis pour pas qu’il rebique.
Cette émission n'est pas faite pour les auditeurs (elle est d'ailleurs rarement promue sur le site ou sur Twitter), elle est un salon "business class" qui accueille des personnalités susceptibles de constituer un réseau de relais complaisants.  Un échange de notoriété en quelque sorte : je vous fais de la publicité durant une heure trente et vous mettez le logo France Culture sur vos affiches, par exemple. Bientôt "France Culture partenaire de Netflix" ?
Ce qui donne des émissions que l’on peut trouver complaisantes envers les invités, mais surtout totalement inutiles sur une chaîne qui se prétend culturelle.
Les émissions ne sont pas inutiles (sauf pour les auditeurs), elles achètent de la bienveillance ou au minimum de la neutralité. C'est pourquoi aucun média ne fait un diagnostic éclairé de France Culture : quand on se voit proposé d'être mis en valeur, de faire des partenariats avec l'antenne, comment porter un regard critique sur celle-ci ? Cette émission et d'autres opérations ont pour but de verrouiller toute critique. Et, il ne faut pas le dire, de préparer une éventuelle collaboration ou une reconversion d'employés de FC dans lesdits médias ou leurs filiales. Ce qui s'appelle "préparer le terrain".
Attirer un max d’auditeurs en se plaçant dans le sillage de ce qui marche sur le plan business, c’est quand même bien dans la Ligne Générale de la chaîne fermée à mort sur l’ouverture.
F. Martel a un doctorat de sociologie (what else?) et enseigne à l'EHESS (where else?). Il est "professeur en économies créatives", il a donc le profil pour le plan business de la direction qui est d'élargir ses parts de marché au moindre coût. Par exemple en sous-traitant, sans contrepartie, la création de podcasts éducatifs à des professeurs. Un partenariat public-privé où le privé ne reçoit rien. Une façon, en quelque sorte, d'exploiter l'entreprise individuelle, premier échelon du capitalisme honni...

*******************

Récapitulatif hebdomadaire : 14 contributions du lundi 08 au dimanche 14 mars 2021 (semaine 11)

Curly 

Curly

415
Répondre en citant  
Quand l'ordinaire devient exceptionnel - Sam 20 Mar 2021, 11:28

Exceptionnel, définition : Qui fait exception, qui est hors de l'ordinaire (Larousse)

Alors on saute sur

                                                            La Direction de France Culture et son projet culturel - Page 42 1187


Le programme : « Après 30 ans d'engagement au cœur de sa Fondation, il revient sur ses actions et développe son projet global pour l'avenir de la planète. »
Une émission riche de savoirs et de connaissances jamais entendus nulle part. Sachons apprécier le caractère hautement culturel de France Cu & Lture, la création radiophonique déborde c’est trop.
Cet entretien ? Quelle différence avec les « grands » entretiens des matinales radios ? (Les guillemets à « grands » parce que c’est légèrement survendu, si je puis me permettre d’euphémiser un brin.) C’est plus long, c’est tout. Donc on va entendre tout pareil, mais en plus long, en plus développé, car le tapis rouge est plus grand en soirée qu’en mâtine (et là pas de guillemets).

Donc.
Nicolas Hulot est un invité exceptionnel dans le mag’ de l’environnement. Il était déjà passé de manière exceptionnelle dans la même émission il y a trèèèèèèès longtemps, le 08 septembre 2020 et encore le 17 juin 2018,
et puis avant en août 2013 dans 6 émissions qu’on peut même encore écouter aujourd’hui pour se préparer à l’Exception du mardi 23.

                                                                                                La Direction de France Culture et son projet culturel - Page 42 692

Il est possible, à la rigueur, de se demander quel est le plus ici quand on reçoit de manière exceptionnelle un invité qui passe déjà un peu amplement partout ailleurs quand ça lui chante, si ce n’est pour donner de la visibilité au programme en envoyant l’ascenseur vers une fondation qu’il s’agit de promouvoir parce qu’il est vrai qu’elle ne l’est pas assez. Un ascenseur monte et descend, il faut donc se le renvoyer et engranger des auditeurs attirés par la culture à la radio, car il s’agit de culture, tout est culture. Et si tout est culture, toutes les radios et tévés sont culturelles, donc France Cu & Lture n’est en rien différente de ses camarades, donc elle ne sert à rien.
Les programmes spéciaux culture de derrière les fagots :

                                                                        La Direction de France Culture et son projet culturel - Page 42 2126

La Une de ce matin à 10h30 :

                                                                La Direction de France Culture et son projet culturel - Page 42 3114
La Direction de France Culture et son projet culturel - Page 42 497


Le savoir est une arme popolitique contre l’oppression, moi je crois que c’est bien le message qui passe ici, à un bémol près : le savoir se cherche sans se trouver dans cette Une désarmée.

La culture est quand même là, elle est en promo, sans plus, et si possible en compagnie du meilleur de tout ce qui se vend, si possible beaucoup, afin de se donner le maximum de chances de cumuler de l’audimat.

Le point musique du vendredi 19 :

                                                                                La Direction de France Culture et son projet culturel - Page 42 582

Une discussion pointue que certaines mauvaises langues pourraient qualifier de bavardages de salons totalement creux, sur de la variétoche pop & rock avec de larges extraits musicaux. Il faut engranger de l’écoute par le choix du sujet, pas par le contenu.
Comme nous apprenons dans la présentation que Lana Del Rey n’est pas une chanteuse mais une « chansonnière star », rions avec ce « commentaire expert et subjectif de l’actualité culturelle ».
« elle fout les poils d'une manière magnifique »,
« j'adore »
et enfin
« Lana Del Rey me passionne car elle est multiple »

Le contraire de France Cu & Lture ?

Philaunet 

Philaunet
Admin

416
Répondre en citant  
''Pour que le peuple [qui fait l'audimat] comprenne'' - Sam 10 Avr 2021, 13:31

Chostakovitch (accusé de formalisme par les autorités soviétiques) déclare, forcé : "je vais faire une musique plus simple pour que le peuple comprenne" ***
Curly(https://regardfc.1fr1.net/t194p410-la-direction-de-france-culture-et-son-projet-culturel#36836) a écrit: (...) La culture est quand même là, elle est en promo, sans plus, et si possible en compagnie du meilleur de tout ce qui se vend, si possible beaucoup, afin de se donner le maximum de chances de cumuler de l’audimat.

Le point musique du vendredi 19 :

                                                                                La Direction de France Culture et son projet culturel - Page 42 582

Une discussion pointue que certaines mauvaises langues pourraient qualifier de bavardages de salons totalement creux, sur de la variétoche pop & rock avec de larges extraits musicaux. Il faut engranger de l’écoute par le choix du sujet, pas par le contenu.
Comme nous apprenons dans la présentation que Lana Del Rey n’est pas une chanteuse mais une « chansonnière star », rions avec ce « commentaire expert et subjectif de l’actualité culturelle ».
« elle fout les poils d'une manière magnifique »,
« j'adore »
et enfin
« Lana Del Rey me passionne car elle est multiple »

Le contraire de France Cu & Lture ?
*** à 27'30'' de Chostakovitch (1906-1975) - Celui qui a des oreilles entendra Une vie, une œuvre le 21/10/2017.

Philaunet 

Philaunet
Admin

417
Répondre en citant  
L'anecdote au détriment de l'explication - Ven 23 Avr 2021, 07:51

Curly(https://regardfc.1fr1.net/t19p1010-les-matins-de-france-culture#36948) a écrit:La mamate du 22/04, une mamate de tous les dangers.
Guillaume-l’horloge-hurlante-Erner a laissé place à l’homme au transit écolo difficile. La continuité est assurée en douceur, avec au programme une quadruplette magistrale : justice + climat + inégalités + USA.
Bien joué, c’est le sujet qui ramasse le plus de billes dans l’actu la plus actuelle. (...) Donc...passons à la suite.

La question du jour : Une seule question, y’en aura pas d’autres (avant la prochaine juste après qui est : « Justice, climat, inégalités… Les États-Unis sont-ils à nouveau fréquentables ? »).
La question is : Que va faire Thomas Pesquet dans l’espace ?
Bin oui c’est vrai ça, mais qu’est-ce qu'il va y faire ? Un pique-nique ? Un ni da ni niet avec les russes ? Cette question doit logiquement amener à parler des différentes expériences scientifiques.
Mais c’est sans compter le granule au transit compliqué, qui revient surtout sur la logistique, et sur Elon Musk, et même sur le possible espionnage russe ah ah qu'est-ce qu'on rigole.
Pour la réponse à la question, si vous la voulez, mais attention, ça va très vite, vous prenez la gélule de la rubrique qui fait en tout dix minutes et trente secondes et vous partez directement à 2’45 pour vous arrêter à 3’50. Les expériences concrètes que Thomas Pesquet va mener, vous pensez bien qu’en une minute, pas le temps de rentrer dans les détails. Trop chiant. Alors l’invité part sur Mars, sur le fait que ce voyage mine de rien a dans sa musette l’objectif de préparer les voyages suivants, plus loin, plus forts, plus beaux. Mais sans rentrer toujours dans les détails, vous n’aurez que les généralités d’usage, celles que vous pourrez avoir sur n’importe quelle chaîne info ou généraliste, mais SANS LA PUB bon Dieu de bon Dieu ! (...)
C'est un exemple parmi d'autres de l'absence de contenu concret de France Culture au profit des anecdotes sur la forme dans la plupart des émissions. Le présentateur a-t-il discuté de la vie privée de Th. Pesquet ? De comment allaient vivre les membres de sa famille en son absence ? A-t-il emporté une photo de son chat ? Quelqu'un lui a-t-il souhaité "bon courage" ?

Les émissions "Toute une vie" ou "La Compagnie des auteurs"  se focalisent sur les diverses facettes des personnalités d'écrivains et autres artistes, mais pour une entrée dans l’œuvre, extraits lus et critique littéraire digne de ce nom, il faut repasser. Quant à l'émission dite littéraire, mais en réalité purement promotionnelle, "La salle des machines", voici son descriptif : "Deux invité(e)s partagent leur actualité, pour nous permettre d’en explorer les secrets et en entendre jouer les ressorts." Une machine à débiter des généralités louangeuses sur des livres à acheter.

Curly 

Curly

418
Répondre en citant  
Vous écoutez France Tutute tagadagada l'esprit d'ouverture diguidiguidi - Jeu 06 Mai 2021, 18:56

Jeudi 6 mai, vous écoutez France Tutute tagadagada l'esprit d'ouverture diguidiguidi.

Seules trois émissions ne sont pas en direct (ou éventuellement enregistrées dans les condition du) :
- Les Pieds sur terre, avec « ces citoyens qui changent le monde ». Aujourd’hui : combat contre les pesticides. Un « combat contre » : toute la journée sur cette chaîne, on « combat contre », c’en est épuisant. Nous souhaitons nous aussi nous y mettre, combattre un truc, un machin, mais par quoi commencer ? Nous sommes perdus, il y a trop de combats.
- LSD : Guerre d’Algérie. Nous parlions de combat il y a peu, mais sachez que par le passé aussi il y en eut. Donc, Guerre d’Algérie.
- Fiction : Candide de Voltaire.
Pour tout le reste, absolument tout le reste, ce ne sont que des entretiens, des discussions, des débats. Rien d’autre. Et surtout, soit actu, soit promo, soit les deux.

Marre de commencer par le début, donc on se le fait à l’envers.

-Soirée : pub pour un alboum musical + le géographe François-Michel Le Tourneau vient nous vendre ses deux derniers livres. Le sujet de l’émission est pile le même que celui de ses livres, donc, le hasard fait toujours merveilleusement les choses, il est possible d’y renvoyer sans trop se casser la tête. Le vrai sujet, ce n’est pas le sujet de ses livres, mais les livres eux-mêmes.

- Entretien avec un artiss qui revient sur sa carrière (A voix nue).

- Business culturel : un artiss vient présenter son actu (comprendre par ici qu’il est en promo), et livrer au Grand Mamamouchi ses secrets de fabrication. Mais il est surtout en promo, sans ça il ne serait pas venu juste pour dérouler ses supposés secrets de fab’.

- Temps du débat : débat d’actu, comme son nom l’indique. Pareil que les Matins, mais à l’heure de l’apéro du soir.

- Sciences, avec un scientifique qui vient présenter son dernier ouvrage. Même remarque que pour le géographe.

- Littérature & cinéma avec Alain Robbe-Grillet. Discussion de salon, avec pour se donner une petite idée de la chose, un extrait tout de suite, ça donne envie de tout écouter plusieurs fois :
« autant il travaille la matière textuelle dans le Nouveau Roman, autant il travaille la matière cinématographique avec le cinéma » Signé le Wikipédieur en chef, producteur de La Scie des Zoeuvres.

- Eco : « La méritocratie républicaine est aujourd’hui en panne, et les élites et leur entre-soi sont accusées d’être d’être déconnectées de leur base sociale. »
Discussion d’actu.

- La Grande et double Tablinette méridienne : promo livre avec psy, et promo livre avec chanteuse.

- Tour du monde du djihadisme, un débat d’actu.

- Chemins de la filo, Adèle Van reçoit Marie-Hélène Lafon, qui vient comme d’habitude présenter ses livres. Aujourd’hui c’est Flaubert, alors elle vient présenter son livre sur Flaubert. Elle l’avait déjà fait l’année dernière chez Finkie. Mais chuuut, ne dites pas à Adèle Van qu’elle doublonne, de toute façon elle s’en tape, les auditeurs aussi, car ce n’est pas pour l’invitée ni pour Flaubert que nous nous prosternons devant notre poste, mais pour Adèle Van.

- Histoire avec Napoléon, ce qui coïncide avec l’actu, quelle chance !
Invité : Jean Tulard qui fait toute la semaine le tour des popotes dans tous les médias, et Thierry Lentz, itou.

- Matins : Roberto Saviano fait sa promo pour son livre chez Tiloulilouli-Les-Matins-Guillaume-Erner-Taliloulila

- Le réveil (?) culturel (??), promo alboum.

Là, j’avais prévu d’écrire une conclusion bien sentie avec un bon mot, une phrase un peu spirituelle pour nous foutre une fois de plus de la gueule d’un programme qui en a (de la gueule), mais cette fois-ci, nous allons faire dans l’interactivité : vous l’écrirez vous-même.

Curly 

Curly

419
Répondre en citant  
Délire consumériste anti-capitaliste - Ven 28 Mai 2021, 19:09

Au fil du temps, à force d'inviter du people et des artistes en promo, et à force de cacher un max qu’ils sont en promo  tout en disant quand même qu’ils sont en promo, de plus en plus d’émissions finissent par se ressembler.
La base : un entretien d’une heure, ou moins, mais coupé par des archives, des chansons (d’un goût souvent douteux, mais bon, ils les programment bien sur Radio Nostalge, y’a pas d’raison qu’on les ait pas sur France Culture) avec un artiste en promo ou en quête de visibilité médiatique, ce qui est en gros et en détail la même chose. Le principe des émissions ? Le même mais c’est difficile pour la direction AJT de l’avouer comme ça de but en blanc sur le papier, alors il faut broder. Oh pas beaucoup, faut pas se fouler.
Voici donc Les Masterclasses, titre non pas ambitieux mais prétentieux, puisque ce sont des entretiens où l’artiste melonant revient sur sa life, sa carrière, ses projets, ses secrets de fabrication afin qu’on en prenne de la graine.
Voici donc Les chemins de la filo, dont la partie du vendredi s’intitule Cours particulier. Qu’est-ce donc, foutredieu ? Pareil que Les Masterclasses. L’artiss’  on se demande comment qu’il écrit et comment qu’il arrive à tisser des machins avec des trucs pour que ce soit super balaise à admirer pour nous les morpions.
Vous trouvez que je débloque, que j’exagérationne ?
Vendredi 28, Florent Zeller : «Comment écrit-il ? Comment voyage-t-il à travers toutes ces formes d'écriture ? »
Alors, je déblocationne ?
Et la chanson de fin, une scie de Christophe « Parle-lui de moi », c’est pas du Radio Nostalge ?
Vous écoutiez France Culture, les Chemins de la filo.
Et le même jour, dans le Cours de l’Histoire, qui qui n’y a ?
Un historien ? Non, un footballeur qui vient parler de son assoc’ contre le racisme. Entre généralités et life perso, l’invité nous convainc d’être anti-raciste, alors que bon l’auditeur moyen de France Culture l’est déjà. Nous avons donc un enfonçage de portes ouvertes dans les règles de l’art.
Le footeux a déjà été invité dans plusieurs médias pour parler du sujet, la plus-value des chemins à filo est tellement infime qu’elle est inaudible à l’oreille nue. Je ne suis pas de mauvaise foi. Non, je ne suis pas raciste envers les footballeurs. Uniquement envers les ballons ronds, tous sans exception. Quand j’en vois un, je ne shoote pas dedans, uniquement pour ne pas salir mes godasses et ne pas abîmer mes pieds. La seule fois que j’ai shooté dedans, ça s’est terminé par une fracture d’un doigt de pied, je ne me rappelle plus lequel, et depuis ce trauma je hais les ballons, ronds surtout.

Là oui, je débloque. Retournons dans les rails.
Donc dans la même journée, nous avons, outre ces deux émissions, une poignée d’autres, plus ou moins longues, où les invités discutent de leurs secrets de beauté pour que nous achetions leur dernière œuvre au plus vite :
Le réveil (?) culturel (??)
Entendez-vous l’éco ? Oui on entend que « Outre-mer : les isolés de la République » c’est le thème de l’ouvrage qui vient de sortir de l’invité qui va dévoiler quelques secrets de fabrication de son ouvrage, mais pas tous. Faut acheter pour de plus amples informations.
La Compagnie des je-te-fais-poètes-poètes : c’est une redif’, mais les deux poètes-poètes dévoilent les mystères de fabrication de leurs œuvrinettes que nous allons de ce pas acheter. Bref, ils nous font poètes-poètes et puis ça y est.
Business culturel, où « dans un entretien au long cours au micro du Grand Mamamouchi, l’artiss’ en promo revient sur les étapes marquantes de son parcours personnel ainsi que sur les influences qui composent son imaginaire créatif. » Poils aux tifs.
A présent, l’émission high tech de Frédéric Worms où deux chercheurs viennent nous livrer leurs secrets de fabrication de deux livres de recherches que vous allez chercher dans vos librairies pour en savoir plus.
Par les temps qui courent, un artiss’ de cinéma déploie sa pensée, tisse des liens entre l’auditeur et le film qu’il va aller voir bientôt en lui livrant dans une grande liberté de parole son rapport à la création afin de nous en livrer en express les méandres mystérieux. Cette phrase pourrie pèse trois tonnes ? Normal, des éléments prosodiques de Mariricheux s’y sont immiscés.

L'inventaire est incomplet, mais vous avez compris le principe, on a beau changer de créneau horaire et de producteurs, c’est la même rengaine consumériste agressive.

Dieu merci, pour nous reposer, il nous reste les débats sociologisants, et surtout, surtout, les divines chroniques à Didine & son carnet précieux à filo.
Ah, Didine...

Curly 

Curly

420
Répondre en citant  
Et maintenant ? Que vais-je faire ? (Oui elle était facile celle-là, mais vous savez aujourd'hui je suis encore plus fatigué que d'habitude. J'ai eu néanmoins l'idée révolutionnaire de faire un titre un peu long pour rattraper le contenu du billet.) - Jeu 01 Juil 2021, 16:46

Ceci n’est pas une blague, et pourtant, c'est à s'y méprendre :

La Direction de France Culture et son projet culturel - Page 42 1199

« S’inscrivant pleinement dans leurs missions de médias publics culturels et leurs politiques éditoriales guidées par l’exigence et l’ouverture, France Culture et ARTE sont deux médias dont les audiences progressent et qui touchent de plus en plus de jeunes par le numérique et qui inscrivent la culture, les idées et la connaissance au cœur de leurs programmes. »

Non, la mission elle n’y est pas, en tout cas pas pour France Culture : entre les émissions promo et les débats oiseux sur un futur incertain, on cherche un peu les émissions de savoirs et de création. L'emballage est trompeur...
Futur incertain, futur incertain... vous avez déjà vu un futur certain, vous ?

Il n’est pas demandé aux chaînes culturelles de résoudre tous les problèmes de le (de + le = du) monde et de servir de think tank d’assaut (ou Dassault ?) pour raser un monde tout pourri pour en faire un tout mimi avec plein de petites fleurs de toutes les couleurs et tout le monde qui se fait des bisous et tout le monde qui s’aime.

La hausse des audiences comme seul argument…
En ce cas, que dire de TF1 ? Exploserait-elle sa programmation en savoirs et en connaissances ?

Comme idée de programmation spéciale, la direction actuelle n'a que cette idée : imaginer demain. Elle tourne en boucle depuis des années.
2017 : Imagine la France, dès demain
2020 : Imagine le monde de demain...etc mais j'ai pas le temps, je vous répète que je suis fa-ti-gué (voir le titre).


Comme indicateur de qualité, notons que la seule photo qui illustre cet article potache sent à peine le culte de la personnalité. C’est normal, vous allez sur les programmes de France Culture, et c’est une enfilade d’artistes à qui on gonfle le melon et à qui on demande leur ressenti platounet sur plein de sujets qui incitent les auditeurs à remercier le Ciel d’avoir envoyé sur Terre de telles créatures d’essence divine.

Voici la photo illustrant le festival international des idées de demain. Agenouillez-vous, et priez, manants !

La Direction de France Culture et son projet culturel - Page 42 2136

Curly 

Curly

421
Répondre en citant  
A la rentrée, rien de nouveau - Mer 07 Juil 2021, 18:09

Dans ce communiqué, rien de nouveau :

La Direction de France Culture et son projet culturel - Page 42 Opera870

1- Ce n’est pas le contenu qui est mis en avant mais les noms des arrivants. Le premier d’entre eux revient par la petite porte à Radio France, dans l’attente qu’une place se libère sur France Inter. Bref, de la cuisine interne.

2- Pourquoi ces trois noms viennent faire un tour sur France Culture ? Pour faire des émissions d’actu, des émissions de généralistes ou de chaînes actu.
« > 12h – 12h30 : Nora Hamadi met à jour un sujet ignoré du débat politique et pourtant au cœur de préoccupations citoyennes. Une émission composée d’un plateau adossé à un reportage de la rédaction de France Culture.
>  12h30 – 12h45 : le journal
> 12h45 – 13h30 : Grégory Philipps interroge avec le temps de l’approfondissement un acteur de la vie politique sur une ou plusieurs thématiques de fond au cœur de l'actualité de cette année électorale.
 »

La mention du journal de 12h30 est tout à fait significative : actu first. Et puis, le journal de 12h30, quelle nouveauté ! Extra ! Ordinaire !
Donc débat d’actu, once again, et ensuite après le fameux journal, l’émission politique produite jusqu’à présent par Hervé Gardette, qui a laissé les clés à son remplaçant pour faire la même chose, avec peut-être un titre différent pour faire illusion.

« LE DIMANCHE À 11H DÈS LE 29 AOÛT : PATRICK COHEN »
Oui, le nom arrive en preums en lettres majuscules, c’est le nom qui va drainer encore plus d’auditeurs en rade sur les généralistes.
Mais l’essentiel est que « L’esprit public » continue. Encore un débat d’actu. Le problème n’est pas la nature du nouveau producteur (ça ne peut être pire que le précédent, bien au contraire) mais la présence même de ce type d’émission sur une radio culturelle. Les débats d’actu qui font le point sur la semaine écoulée débordent déjà partout sur les autres chaînes, que ce soit radio ou tévé, pour dire en gros et en détail la même chose.

Donc, à partir de septembre, aucun changement notable, France Culture sera toujours aussi peu « Culture », bouffant toujours autant les plates-bandes de France Inter ou France Info.

Contenu sponsorisé 


422
Répondre en citant  
Re: La Direction de France Culture et son projet culturel -

La Direction de France Culture et son projet culturel     Page 42 sur 46

Haut de page ↑   

Aller à la page : Précédent  1 ... 22 ... 41, 42, 43, 44, 45, 46  Suivant

Accueil / France Culture

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum