-->
Forumactif

Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 

Le deal à ne pas rater :
TCL TDS-6110 – Barre de son Home Cinéma 2.1 avec caisson de basses ...
69.99 €
Voir le deal

Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Regards sur France Culture » LES FORUMS » France Culture » Les journaux et la rédaction de FC

Aller à la page : Précédent  1 ... 47 ... 90, 91, 92 ... 95 ... 100  Suivant

Accueil / France Culture

Les journaux et la rédaction de FC    Page 91 sur 100

Bas de page ↓   

munstead 


901
Répondre en citant  
Re: Les journaux et la rédaction de FC - Lun 27 Mai 2019, 13:04

Après qu'Erner nous ait incité à "podcaster Superfailed", Thomas Cluzel lit en excès de vitesse son papier et les questions qu'il pose à des correspondants, questions qui "spoil" souvent leurs réponses, pour parler comme Erner. Au passage et en accélérant, Cluzel annonce que LREM est à "moins de 2 points du RN". En réalité, c'est moins de 1% et le même nombre de sièges une fois que les Britanniques auront pris leurs cliques et leurs claques. Une erreur de 50%, ce n'est pas grave pour un des grands professionnels de la rédaction de FC.

Philaunet 

Philaunet
Admin

902
Répondre en citant  
Une certaine façon de voir les choses - Lun 27 Mai 2019, 13:07

Oui, une manière un peu spéciale de voir les choses par le journaliste de la Rédaction à 12h53  : "le choix du gouvernement de livrer ses ressortissants aux autorités irakiennes".  [son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/14310-27.05.2019-ITEMA_22072455-5.mp3" debut="23:49" fin="24:01"]
Ah bon, il les a "livrés" ?

JOURNAL DE 12H30 du lundi 27 mai 2019.

Sinon, le journaliste cite sur un ton critique (what else) le "minimum" fait par le ministère. Et lit presque mot pour mot ce communiqué de France Diplomatie en premier résultat d'une recherche sur le sujet Irak – Condamnation de ressortissants français (...). :

"Nous avons appris la condamnation à mort de trois ressortissants français inculpés pour appartenance à Daech par la justice irakienne, compétente pour juger des crimes commis par Daech.

Les terroristes de Daech doivent répondre de leurs crimes devant la justice.

La position de la France, telle que définie par le Président de la République, est que les adultes détenus en Irak doivent être jugés par la justice irakienne, dès lors qu’elle se déclare compétente. La France respecte la souveraineté des autorités irakiennes.

Ces trois Français bénéficient de la protection consulaire durant leur détention. Une telle protection vise notamment à s’assurer qu’ils bénéficient de l’assistance d’un avocat et qu’ils sont en mesure d’exercer les recours prévus par le droit irakien, qui leur donne trente jours pour faire appel de la condamnation prononcée.

La France est opposée, par principe, en tout temps et en tout lieu à la peine de mort. L’ambassade de France en Irak, dans l’exercice notamment de la protection consulaire, fait les démarches nécessaires auprès des autorités irakiennes pour leur rappeler cette position constante.
"

munstead 


903
Répondre en citant  
L'information prétexte - Mar 28 Mai 2019, 08:03

7h 40, Camille Magnard est annoncé par Erner par la musique du film Le Parrain. Pourquoi? Parce que le journaliste nous expose (très mal) le projet de fusion entre Fiat-Chrysler et Renault. On a compris: Fiat, Italie, donc mafia, Parrain etc. Très fin vraiment. Et Magnard poursuit, attribuant des rôles de mafieux aux protagonistes. ce qui l'intéresse, c'est sa petite métaphore et comment y faire rentrer Ghosn, l'héritier Fiat, l'acier dirigent de Fiat, etc. Les raisons et l'intérêt économique de l'opération? Nous n'en saurons rien. Les sommes en jeu, les modalités, l'emploi, les réactions de Nissan et Mitsubishi? Rien. Magnard continue son numéro de cirque, salué par Erner en final.
Ce traitement d'une information économique importante (création du troisième constructeur mondial) est désolante.
L'anti-macronisme en filigrane se réinstalle dans la présentation des discussions sur la nomination du futur président de la Commission européenne. Mettre fin à la domination de vingt ans du couple Socialistes- PPE qui nous a donné un Barroso, un Junker, n'est présenté que comme une façon du PR de se mettre en avant. E. Macron aurait déclaré qu'il était prêt à se rallier au PPE, nous dit le journaliste, alors qu'en réalité le PR fait tout depuis des mois pour promouvoir une nouvelle alliance dite libérale.

Auparavant Catherine Duthu nous a fait longuement pleurer sur les compagnons du devoir qui, on les comprend, auraient bien envie de monopoliser le chantier de Notre-Dame qui devrait être réservé aux ouvriers français. C'est ce que l'on comprend, même si ce n'est pas le débat. C'est surtout une occasion de plus de jeter doutes et opprobre sur l'idée d'un concours international pour la flèche. Un concours initié par qui? Devinez. D'ailleurs le Sénat, dans sa grande sagesse, est contre nous dit-on ensuite et pour FC, le Sénat a toujours raison depuis 2017 puisqu'il fait ce qu'il faut pour bloquer les lois votées par LREM à l'AN. Du coup Duthu, dépasse de 2' son temps de parole et retarde d'autant le journal de 7 h 30. Son successeur devait être ravi…

Philaunet 

Philaunet
Admin

904
Répondre en citant  
Emmanuel Macron rend France Culture fan du patrimoine... - Mar 28 Mai 2019, 11:35

munstead(https://regardfc.1fr1.net/t94p900-les-journaux-et-la-redaction-de-fc#33138) a écrit: (...) Auparavant Catherine Duthu nous a fait longuement pleurer sur les compagnons du devoir qui, on les comprend, auraient bien envie de monopoliser le chantier de Notre-Dame qui devrait être réservé aux ouvriers français. C'est ce que l'on comprend, même si ce n'est pas le débat.  C'est surtout une occasion de plus de jeter doutes et opprobre sur l'idée d'un concours international pour la flèche. Un concours initié par qui? Devinez. D'ailleurs le Sénat, dans sa grande sagesse, est contre nous dit-on ensuite et pour FC, le Sénat a toujours raison depuis 2017 puisqu'il fait ce qu'il faut pour bloquer les lois votées par LREM à l'AN. Du coup Duthu, dépasse de 2' son temps de parole et retarde d'autant le journal de 7 h 30. Son successeur devait être ravi…
Merci d'avoir attiré l'attention sur Le Reportage de la rédaction par Catherine Duthu du 28/05/2019.

Plusieurs points positifs : une rédaction opulente de la chronique de 5 minutes, avec transcription de citations et photos, c’est du travail de mise en forme qu'il faut saluer. Concernant la justesse de la langue et du style, mention passable (= moins de dix fautes).

Un sujet qui met en valeur les métiers d'art et ceux qui les exercent Les Compagnons du devoir, ce n'est pas banal sur une page de France Culture. On pourrait se demander si l'on n'a pas cliqué par mégarde sur Valeurs actuelles... Reste que l'on a compris que toute la chronique est bâtie sur l'idée que le Président de la République a tout faux, comme toujours et en toute matière. Comme si E. Macron ne se faisait pas conseiller par des spécialistes sur ce sujet comme sur tout autre...

Ceci dit, attardons-nous sur l'un des points abordés : Cette nuit, les sénateurs ont opté pour une restauration à l'identique de Notre-Dame, fidèle au "dernier état visuel connu" de la cathédrale, avant l'incendie, ce qui comprend la flèche alors que vendredi encore, Emmanuel Macron avait appelé de ses vœux une "reconstruction inventive", en s'inspirant de "ce qu'avait fait Viollet-le-Duc en son temps", avec "une alliance de la tradition et de la modernité, une audace respectueuse".

La journaliste rapporte fidèlement les propos, rien à dire. Bien, sûr, bien sûr, 80% du billet met en valeur le respect des traditions, ce qui met le terme de "reconstruction inventive", sous une lumière critique, non nuancée par un commentaire positif tel qu'il est offert sur les "Compagnons du devoir de Champs-sur-Marne (Seine-et-Marne) (...) pétris d'humilité face à Notre-Dame, chef-d'oeuvre de l'art gothique". Remarque en passant, Champs-sur-Marne a été un très beau village dont le nom fait rêver, non ?

"Notre-Dame, chef-d'oeuvre de l'art gothique, Compagnons, apprentis, devoir, champs, Marne, humilité, patrimoine, savoir-faire français, tailleurs de pierre, charpentiers", un champ sémantique que l'on n'est pas habitué à voir et entendre sur la station. Le mauvais esprit verra le champ contraire dessiné en filigrane par la journaliste, celui de qui parle de "reconstruction inventive"...

À propos de "reconstruction inventive", un certain Arthur Lochmann a été invité dans deux émissions de France Culture ce mois-ci, voir ici.

Dans l'émission "Une vie d’artiste" du 4 mai 2019, on entendait le charpentier-philosophe, ou inversement, dire : [son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/18723-04.05.2019-ITEMA_22052876-3.mp3" debut="51:05" fin="52:20"]

"Apporter notre part ou la part de notre époque à la beauté de cet édifice". Pas raccord avec le Sénat, le philosophe-charpentier qui, lui, s'est blessé les mains en découpant du bois.

Juste avant, Arthur Lochmann rendait hommage aux bâtisseurs : [son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/18723-04.05.2019-ITEMA_22052876-3.mp3" debut="49:23" fin="51:05"]

munstead 


905
Répondre en citant  
Elle est pas belle ma bonne conscience? - Mer 05 Juin 2019, 07:48

Journal de 7 H: Erner traite très longuement avec son invitée du problème de ces français, anciens soldats de la Wehrmacht; qui perçoivent encore une pension. La confusion est d'abord entretenue entre Wehrmacht et Wafen SS jusqu'à ce que l'invitée clarifie les choses. Tout dans le ton d'Erner marque ses doutes sur la volonté de dénazification allemande malgré les explications qu'il reçoit. Une mise en perspective, un retour au contexte de l'immédiat après-guerre en Allemagne, semblent loin de ses capacités de compréhension de l'Histoire. Alors qu'en France, comme on le sait, l'épuration a été impeccable, pas de préfets de Vichy devenus ministres sous de Gaulle, pas de responsable des déportations de juifs reçus régulièrement par un président de la République, pas d'écrivains collaborateurs honorés par le monde de l'édition… À un moment, il pose la question du nombre de ces soldats. Excellente question. L'invitée lui répond qu'elle ne le connaît pas mais que… elle est fermement coupée par une autre question. Or ceux de ces engagés (souvent de force) qui avaient 20 ans en 1942, ont maintenant au moins 90 ans. Il ne doit plus y en avoir beaucoup. En Belgique, les mêmes questions ont été posées sur les soldats belges pensionnés par l'Allemagne et on n'en a trouvé qu'une poignée. Erner n'a pas envie de comprendre que ces pensions ne sont pas données aux anciens de la Waffen SS, mais rappelle quand même Oradour. Il ne parle pas un instant des "Malgré nous" enrôlés de force en Alsace (comme dans les cantons belges de l'Est du pays) et éventuellement du rôle trouble de certains (mais engagés chez les SS), mais qualifie tous ces soldats de traîtres (pensionnés pour leur traîtrise). Bref un long entretien qui ne débouche sur rien, qui n'approfondit rien, ne précise rien, mais permet à FC de se poser en défenseur des grands principes moraux.

munstead 


906
Répondre en citant  
Bonne conscience, suite - Mer 05 Juin 2019, 08:17

Le Figaro, lui, donne les chiffres ce matin: 54 Français bénéficient de ces pensions dont la moitié sont des veuves, le reste surtout des blessés.On trouve 3 anciens engagés volontaires dont deux ont été naturalisés Français après la guerre (!) et un ancien engagé dans les SS qui est passé à travers les mailles des différents filets. Donc le Figaro a fait son travail, en fait a reproduit le communiqué du Ministère de la Défense, mais pas FC, resté au niveau des bons sentiments.

munstead 


907
Répondre en citant  
Re: Les journaux et la rédaction de FC - Ven 07 Juin 2019, 07:46

Dans son billet d'humeur, Erner nous fait la leçon à nous, à tous ceux qui ont encore éprouvé un peu d'émotion, de peine, de douleur et d'admiration pour tous ces soldats, si jeunes pour beaucoup, morts sur les plages de Normandie il y a 75 ans.  Pour nous. En fait nous n'avons rien compris, Plutôt que de nous attendrir sur le commando Kieffer,  nous devrions plutôt nous demander pourquoi la France a perdu la guerre en 40. Mais bien sûr, personne n'y a pensé, aucun historien n'a encore abordé ce sujet, nous sommes tous parfaitement ignares sur le sujet, sur ces hommes vieux et de droite qui dirigeaient la France à ce moment là, sur tous ces Français (nos parents) lâchement satisfaits de l'armistice…  Et Erner fait aussi remarquer que l'on avait l'impression de comprendre à travers les discours que la France avait gagné la guerre. Nous n'avons pas entendu les mêmes discours sans doute ou nos oreilles sont faites différemment. Ces discours, ces reportages sont aujourd'hui un des seuls moyens de rappeler des événements encore proches à une période  ou l'enseignement de l'histoire à la jeunesse a été malmené pendant deux décennies dans les collèges et lycées.
Cette approche ernérienne des commémorations semble par ailleurs, très vieillie, ou rajeunissante pour être positif. On l'entendait souvent il y a quarante ans, époque des jeunes années du présentateur-chroniqueur. Les temps ont changé, mais l'étudiant sociologue Erner n'a rien oublié de sa jeunesse qui inspire souvent ses interventions, ses choix (musicaux entre autres), ses enthousiasmes, ses détestations (armée, riches, etc…), ses expressions, sa vision bourdieusienne  datée de la société. Un jeune fossile.



Dernière édition par munstead le Ven 21 Juin 2019, 09:29, édité 1 fois

Philaunet 

Philaunet
Admin

908
Répondre en citant  
Sur France Culture, comment présenter au public un conflit social dont on est un acteur ? - Ven 21 Juin 2019, 09:21

En mars 2015,
Nessie(https://regardfc.1fr1.net/t94p170-les-journaux-et-la-redaction-de-fc#20701) a écrit:C'est la guerre.

Journée de grève continue sur France Culture.  (...) Le journal de FC, habitué à reporter les conflits sociaux en donnant raison de façon unilatérale aux syndicalistes, reporte à sa manière bien rodée l'assemblée générale houleuse entre le PDG et le personnel. On entend l'habituelle langue de bois syndicale, bref toute la beaufferie usuelle qui se donne libre cours dans les conflits sociaux. (...)
Hier soir au milieu du journal (de 5'40 à 8'00) une séquence sur le projet de réforme de Radio France.
Intervenants pour FC :
Stanislas Vasak,
Maxime Tellier

pour la tutelle :
Franck Riester, ministre de la culture,
Sibyle Veil, PDG de Radio France

pour Radio France :
"un salarié",
Lionel Thomson ("de la CGT, c'est la 1er syndicat à Radio France")

On appréciera la sélection et le montage des extraits conçus pour donner l'avantage à l'expression de la revendication.

Journal de 22h par Stanislas Vasak, le 20/06/2019.

Deux jours après une grève massivement suivie à Radio France, la présidente Sibyle Veil maintient en l'état son projet stratégique. Elle veut trouver 60 millions d'euros d'économies d'ici 2022, et cela passe par un plan de départs volontaires, entre 270 et 390 suppressions de postes. Le projet prévoit aussi de supprimer entre 7 et 12 jours de congés. Sibyle Veil a répondu aujourd'hui aux salariés de Radio France, elle peut compter sur le soutien sans faille du gouvernement. Un dossier suivi par Maxime Tellier.
Nessie, toujours en 2015(https://regardfc.1fr1.net/t94p170-les-journaux-et-la-redaction-de-fc#20701) a écrit:J'espère une grève très dure et durable, qui s'achèvera par une défaite totale du personnel. Mais surtout je dois dire que si ça s'achevait par la fermeture de France Culture  qui a, de toutes façons, trahi les auditeurs, je n'en aurais aucun regret. Hélas ce scénario n'est pas envisagé. (...)

Philaunet 

Philaunet
Admin

909
Répondre en citant  
Camille Magnard : la Russie et le Conseil de l'Europe (47 pays) - Mar 25 Juin 2019, 12:11

Camille Magnard n'est pas le plus mauvais journaliste de la rédaction de France Culture, loin de là. Au contraire ses interventions orales sont marquées par la clarté et la volonté d'aller en profondeur. Ce qui n'empêche pas qu'il soit obligé, comme le caméléon, de prendre régulièrement la couleur politique de ses collègues, mais de façon subtile (par les choix et le montage de séquences dans un journal, par exemple).

On ne peut que saluer sa manière de traiter le premier sujet de la Revue de presse internationale de ce mardi 25 juin 2019 : La Russie, retour en force au Conseil de l'Europe (ci-dessous en intégralité, presque zéro faute [rebellion/veleurs/eux-même/Deutche]).

Pour l'auditeur et lecteur lambda, la synthèse semble solide et fouillée, et elle l'est. Elle contient pourtant plusieurs erreurs factuelles gênantes :
Le site spécialisé sur les questions européennes, EUObserver, nous rappelle que les Russes, dont la participation au Conseil avait été suspendue, avaient ensuite menacé de quitter d'eux-même le Conseil, et donc de ne plus verser leur participation à son budget, mettant en péril l'existence-même de l'institution.
1/ La Russie, qualifiée de "grand payeur", n'a pas menacé de ne plus payer, elle ne verse déjà plus sa contribution depuis deux ans, tout en étant membre de l'organisation.
2/ Si la Russie quittait le Conseil de l'Europe, l'existence de l'institution ne serait pas en péril, cette dernière réduirait ses activités.
Ce compromis, il a été à Strasbourg défendu par la France et l'Allemagne avec cette idée, nous dit la Deutsche Welle, qu'en "revenant au Conseil de l'Europe la Russie s'expose aussi à ce que ses citoyens puissent demander à nouveau la protection de la Cour Européenne des Droits de l'Homme", dans les litiges qui les opposeront à leur Etat.
3/ La Deutsche Welle n'écrit pas cela dans le lien qui renvoie vers sa version en anglais, elle écrit "Russia's departure from the council would deny Russian citizens protection and justice provided by the court — worsening human rights in the country."

Les citoyens russes n'ont jamais été privés des droits garantis par la Convention européenne des droits de l'homme, il est donc erroné d'écrire "la Russie s'expose aussi à ce que ses citoyens puissent demander à nouveau la protection (...)".

Quand même, bravo à Camille Magnard pour le travail de collectage et de mise en forme de l'information.
(...) Le retour en grâce diplomatique de la Russie s'est joué cette nuit à Strasbourg.  
Et plus précisément dans l'hémicycle du Conseil de l'Europe, cette institution qui regroupe 47 pays du continent élargi, qui défend les veleurs démocratiques et les droits de l'Homme, et où la Russie n'était plus la bienvenue depuis son annexion de la Crimée ukrainienne en 2014.
Or donc, la nuit dernière, une majorité de pays-membres a approuvé le retour de la délégation russe dans ce Conseil et de facto la levée des sanctions diplomatiques censées la punir pour son interventionnisme belliqueux en Ukraine. Et sans surprise c'est à Kiev, que l'on accueille le plus mal cette nouvelle : le quotidien en ligne Ukrainska Pravda reconnait une défaite cuisante pour la diplomatie ukrainienne qui avait tout tenté pour ne pas que les Russes reviennent siéger au Conseil de l'Europe "comme si rien ne s'était passé en 2014 en Crimée et dans le Donbas".
Франція, Італія, Німеччина: хто голосував за повернення Росії у ПАРЄhttps://t.co/efo9kG5UU2pic.twitter.com/BCPUS9oS9n
— European Pravda (@EuropeanPravda) June 25, 2019
Mais le pire, vu d'Ukraine, c'est la manière dont s'opère ce retour, qui ne peut être vu autrement que comme un retour en force.  Le site spécialisé sur les questions européennes, EUObserver, nous rappelle que les Russes, dont la participation au Conseil avait été suspendue, avaient ensuite menacé de quitter d'eux-même le Conseil, et donc de ne plus verser leur participation à son budget, mettant en péril l'existence-même de l'institution. Pour ne pas mettre cette menace à exécution, ils ont exigé (et obtenu) que les mécanismes de vote et de sanctions au sein du Conseil soient modifiés, pour ne plus risquer à l'avenir d'être sanctionnés.  
A présent, c'est l'Ukraine qui menace de quitter le Conseil de l'Europe, indique le quotidien kiévien en langue russe Obozrevatel, qui note bie  qu'elle n'a pas le poids de son voisin et agresseur, et que "l'Europe a clairement choisi la Russie contre l'Ukraine". Pour illustrer cette nouvelle, l'allemande Süddeutsche Zeitung a choisi, forcément, une photo de Vladimir Poutine, léger sourire aux lèvres, en train d'applaudir... ou peut-être de se frotter les mains ?
Im Zuge der Annexion der #Krim hatte der#Europarat Russland das Stimmrecht aberkannt. Eine breite Mehrheit stimmte dafür. https://t.co/kvRJiLxIpC
— Süddeutsche Zeitung (@SZ) June 25, 2019
La même Süddeutsche Zeitung s'interrogeait, avant le vote, sur l'efficacité des sanctions qui depuis 2014 n'avaient pas fait bouger Moscou d'un iota en Ukraine. "A présent s'ouvre le temps du compromis avec les Russes", écrivait Stefan Ulrich.  Ce compromis, il a été à Strasbourg défendu par la France et l'Allemagne avec cette idée, nous dit la Deutsche Welle, qu'en "revenant au Conseil de l'Europe la Russie s'expose aussi à ce que ses citoyens puissent demander à nouveau la protection de la Cour Européenne des Droits de l'Homme", dans les litiges qui les opposeront à leur Etat.  
Ce à quoi les Ukrainiens vous répondront que les condamnations de la CEDH n'ont jamais empêché les autorités russes de violer allègrement les droits civiques. Par contre le message diplomatique, lui, est clair, selon le leader de la délégation ukrainienne à Strasbourg : "message très négatif", cité par la Deutche Welle, qui dit en somme à la Russie "allez-y, annexez d'autres territoires de pays voisins, tuez-y autant de monde que vous le voulez... et vous en tirerez toujours à bon compte".

munstead 


910
Répondre en citant  
Penser faux - Jeu 27 Juin 2019, 08:31

Ce matin, journal de 7h30, G. Erner reçoit Eric Fassin, le sociologue bien connu, spécialiste des études de genre. Il est interrogé sur le sens à donner aux émeutes de Stonewall à New York, il y a cinquante ans. Immédiatement, il tire la nappe à lui et en fait un événement LGBT, allant jusqu'à parler des problèmes des migrants. Or, si Stonewall était bien un bar fréquenté par des homosexuels des deux sexes, des travestis (le mot de l'époque) ces émeutes ont d'abord et massivement bénéficié à l'homosexualité masculine, essentiellement blanche qui a réussi, à partir de là, à faire modifier les législations répressives dans certains états. Mais Fassin n'en est pas à ça près. Ne tente-t-il pas ensuite de nous démontrer que l'Islam n'a rien à voir avec ce qu'il appelle l'Islam politique qui tue, lapide, bastonne, met en prison les homosexuels dans tous les pays musulmans ? Ou que la banlieue n'est pas l'enfer pour homosexuels souvent décrit puisqu'il y a même eu une Gay pride à Saint-Denis, nous dit-il ? Pour défendre l'Islam et son rigorisme assassin, il répond  aussi à un Erner un peu surpris que l'église orthodoxe et l'église catholique sont elles aussi homophobes et qu'au Brésil les évangélistes… bref,  un type de raisonnement que l'on s'étonne de trouver dans la bouche d'un universitaire. C'est du grand Fassin: se draper dans les plis du savoir universitaire pour diffuser la pensée relâchée et  militante d'une extrême-gauche qui ne réfléchit et s'exprime qu'en termes de domination, d'antiracisme, d'intersectionnalité etc.

munstead 


911
Répondre en citant  
Re: Les journaux et la rédaction de FC - Lun 01 Juil 2019, 07:56

Journal de 7 h. Peut-être un peu obnubilé par les discussions de Bruxelles, je suis néanmoins surpris que l'avenir de l'Europe pour cinq ans ne fasse même pas l'objet d'un titre du journal. Les grandes préoccupations du jour sont, pour FC : le brevet reporté et menacé par une grève, la répression au Soudan, la reprise de la chasse à la baleine au Japon. Chacun donc ses priorités.
La présentatrice d'été démarre donc sur le brevet et s'étend sur la menace de grève (honteuse) des enseignants. Une syndicaliste est interrogée, conteste les chiffres du ministère, mais est incapable de donner elle-même le nombre de grévistes pour les épreuves du bac (tellement faible que personne n'en a parlé). Puis le Soudan, Sarkozy (son retour ou pas, commentaire d'un entretien au Point datant de quatre jours) et enfin une allusion aux négociations de Bruxelles qui nous renvoie au journal de 8 heures. Bref c'est l'été à la Rédaction de FC. Et Bouscarel va, semble-t-il prendre la place d'Erner. ce qui fait penser que l'équipe de la rédaction est extrêmement réduite. On assiste, au gré des disponibilités, des vacances et des RTT, à un jeu de chaises musicales permanent sans que la qualité de l'information n'y gagne.

Contenu sponsorisé 


912
Répondre en citant  
Re: Les journaux et la rédaction de FC -

Les journaux et la rédaction de FC     Page 91 sur 100

Haut de page ↑   

Aller à la page : Précédent  1 ... 47 ... 90, 91, 92 ... 95 ... 100  Suivant

Accueil / France Culture

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum