-->
Forumactif

Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 

Le Deal du moment : -40%
-40% sur la Souris Gaming sans fil Wifi Logitech Pro X ...
Voir le deal
89.99 €

Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Regards sur France Culture » LES FORUMS » France Culture » La vie des idées

Aller à la page : Précédent  1 ... 14 ... 24, 25, 26 ... 38 ... 52  Suivant

Accueil / France Culture

La vie des idées    Page 25 sur 52

Bas de page ↓   

Curly 


241
Répondre en citant  
Re: La vie des idées - Ven 28 Fév 2020, 12:29

« Le féminisme comme argument de vente à l'industrie de la mode peut-il se faire sans enjamber une série de contradictions ? Mathilde Serrell vous éclaire sur la question...
...Le combo écologie + féminisme, quoi de plus vendeur ?...


CONFÉRENCES
ÉCOLOGIE ET FÉMINISME
LE 25/09/2014

Érotisme et féminisme
AVOIR RAISON AVEC LOU ANDREAS-SALOMÉ
LE 08/08/2018
Comment incarner le féminisme ?

LA GRANDE TABLE IDÉES
LE 03/10/2018
Le féminisme : état des lieux

Grande traversée: « Les nouveaux féminismes »
LE DEUXIÈME INVITÉ
LE 22/08/2016

RÉPLIQUES
LE 23/04/2016
Le féminisme, une "perversion" occidentale ?

LA CHRONIQUE DE JEAN BIRNBAUM
LE 21/03/2019
Le féminisme, quelle histoire ?!

LA GRANDE TABLE IDÉES
LE 08/03/2019
Manifeste pour un "Food Féminisme"

LA CERISE SUR LE GÂTEAU
LE 30/09/2018
Les nouveaux combats du féminisme

L'INVITÉ DES MATINS
LE 28/09/2016
Astérix et le "féminisme washing"

LA THÉORIE
LE 25/10/2019
Le féminisme décolonial selon Françoise Vergès

...Le combo écologie + féminisme, quoi de plus vendeur ?...


LE 21/03/2019
L’écologie au féminin
DE CAUSE À EFFETS, LE MAGAZINE DE L'ENVIRONNEMENT

LE 30/04/2017
PHILOSOPHIE DE L’ÉCOLOGIE
Épisode 1 : Aux origines de l'écologie

Ecologie : la nouvelle religion ?
LIVRES & VOUS, LE PODCAST
LE 24/02/2020

Hayao Miyazaki, génie de l'animation
3 févr. 2020
... avant-gardiste du féminisme et de l'écologie

Comment en finir avec le féminisme des élites ?
LA GRANDE TABLE IDÉES
LE 04/06/2019

CONFÉRENCES
Écopsychologie et écoféminisme
08/07/2019

Quelle différence y a-t-il entre un écologiste et un écologiste ?
DU GRAIN À MOUDRE
LE 26/10/2016

Du scientifique au citoyen : la fabrique du mot "écologiste"
LE 17/09/2018

...Le combo écologie + féminisme, quoi de plus vendeur ?...


Peut-on faire une chronique sur l'écologie sans se transformer en écologiste ?
LA TRANSITION
LE 27/08/2019

Sorcières, nature et féminismes
LSD, LA SÉRIE DOCUMENTAIRE
LE 19/04/2018

Féminismes : un débat français ?
L'ESPRIT PUBLIC
LE 21/01/2018

Féminisme, écologie et science-fiction, des récits pour l'avenir
MATIÈRES À PENSER AVEC DOMINIQUE ROUSSET
LE 20/12/2017

La yaourtière et le patriarcat
LA TRANSITION
LE 05/11/2019

Homme et féministe
LE JOURNAL DE LA PHILO
LE 30/01/2018

...Le combo écologie + féminisme, quoi de plus vendeur ?...

Curly 

Curly

242
Répondre en citant  
Re: La vie des idées - Sam 29 Fév 2020, 08:32

« Depuis ce samedi et durant une semaine, comme chaque année, des milliers d’animaux ont investi Paris, plus précisément les halls d’exposition de la Porte de Versailles, à la faveur du Salon de l’agriculture. Des vaches bien entendu mais aussi des poules, des veaux, des chevaux et des cochons, des moutons et des brebis mais pas de loups. Des milliers d’autres animaux aurais-je du prendre soin de dire puisque des milliers de visiteurs, humains ceux-là, sont également attendus…

« Jean-Marie Durand s'émeut des difficultés rencontrées dans leur quotidien par les chercheurs dans les universités aujourd'hui.  Il faut entendre la voix de ces chercheurs qui publient beaucoup en ce moment de textes, les lire (...) car ces chercheurs se mobilisent collectivement en produisant beaucoup de textes.»

« Nous recevons les réalisateurs à l'occasion de la sortie de leur film-documentaire (...) il nous parlent de (...) d'une humanité qui se révèle dans le désir de se laisser voir. »

« L'histoire de la chaussure nous emmène dans les tortures volontaires que ces objets nous infligent. (…) le soulier donc est toujours le reflet de notre imaginaire. Chacun est prêt à souffrir pour le porter ou à faire souffrir pour désirer plus... »

« la politique aujourd’hui, où le pouvoir s’exerce sur les corps »

...Un Salon qui se tient en pleine campagne, si j’ose dire, pour les élections municipales. Une campagne dans laquelle nombre de candidates et candidats se rejoignent sur un point : faire advenir la nature en ville. Le moment semble donc doublement opportun pour donner l’occasion au philosophe Baptiste Morizot de le clamer haut et fort, et cette fois sans point d’interrogation : il faut en finir avec la nature ! »

« J'ai voulu m'autoriser à réfléchir face à mon objet d'étude puisque je suis mon sujet d'étude.
(Maboula Soumahoro) »

«J'espère que notre travail peut servir à donner un instrument pour réfléchir à la société dans laquelle on vit…
...Ce film est l'occasion de (…) nous mettre dans une situation d'inconfort et d'émotions : toutes ces choses qui sont importantes pour réfléchir à la société dans laquelle on est.
 »

« le film en lui-même c'est du cinéma. »

Curly 

Curly

243
Répondre en citant  
Re: La vie des idées - Dim 01 Mar 2020, 09:59

« Un écrivain, c'est quelqu'un qui ne termine pas ses phrases. (…) Moi je suis plutôt (…) de ceux qui terminent leur phrase ...
Christophe Paviot
Ecrivain, auteur de plusieurs romans »

«  Samedi dernier, à ce même micro, le philosophe Baptiste Morizot soulignait l’analogie entre les best sellers de la collapsologie, qu’il préfère d’ailleurs appeler effondrisme, et les block busters hollywoodiens à catastrophe. Il précisait aussi qu’à côté de ces superproductions, et toujours en comparaison, son travail de recherche s’apparentait plutôt à un documentaire de création pour arte…

« Maylis de Kerangal explore la question de la représentation du monde et cherche à penser le geste pictural
(…) la littérature (...) fait effraction dans le réel »

...Il y a quelques mois Jean-Paul Engélibert était aussi venu dans cette émission pour évoquer les récentes fictions de l’apocalypse…

« Dieu a dû inventer la carotte râpée pour faire vendre des mandolines, qui comme tous les gadgets en cuisine, vous rapportent surtout de la vaisselle supplémentaire. Et puis franchement, vous n’en avez pas marre d’atteindre à l’intégrité de la carotte en la râpant. »

...Un peu plus tôt encore c’est Pierre-Henri Castel qui était venu parler (…) de ces temps de la fin qui précèdent la fin des temps…
C’est cette veine, qui décidément occupe un nombre croissant de chercheurs, que nous explorerons aujourd’hui encore »

« Aurélie Ferruel et Florentine Guédon partagent un travail de sculpture lié au vivant. (…)  Dans cette exposition, entre célébration joyeuse et chasse aux faux-semblants, les deux artistes s’appliquent, avec beaucoup d’humour, à rendre une forme vivante aux traditions (…) Une idiotie qui permet de tout recommencer pour mieux aller voir ailleurs, une idiotie insaisissable et fluctuante (...)
...Travailler cette matière, arriver à ces sculptures et pouvoir y réfléchir l'une et l'autre, se demander comment avoir ce moment toujours ancré dans le vivant avec elles, c'est ce qui amène ce travail de performances : avoir avec ces sculptures quelque chose qui se crée une fois qu'elles sont réalisées. »

«  On vous propose le mariage du siècle de la carotte avec l’olive. Depuis qu’on y a goûté, le duo nous semble aussi inséparable que Dupond et Dupont, Bonnie and Clyde, Staline et Beria. Pourtant ce n’était pas gagné au départ, l’orange et le noir nous faisant penser au frichti d’Halloween. »

Curly 

Curly

244
Répondre en citant  
Re: La vie des idées - Dim 01 Mar 2020, 14:38

« Le coronavirus
La pandémie comme esthétique
Je regrette l’époque où l’on donnait des virus de jolies descriptions simplifiées : le sida de mon enfance ressemblait au mieux à une châtaigne, au pire à un oursin. Il fallait considérer ses pointes comme le kit d’outils d’un cambrioleur, par lequel le virus, en une série d’opération simple, parvenait à forcer la serrure de la cellule...

« Linda Lê : "Je me demande si on se répare jamais"
Nous recevons l'autrice pour la sortie de son dernier roman "Je ne répondrai plus jamais de rien" (...) L'occasion l'évoquer la folie, la réparation impossible, les non-dits et les secrets qu'il faut reconstituer, pour comprendre une réalité qui nous échappe.
Pour moi, la fiction, c'est une manière de procéder avec la réalité (…) elle vous propose un tas de nuances, et c'est ce qui est intéressant.
(…) dans mon roman, l'héroïne ne cherche pas à réparer, elle cherche à dire quelque chose
 »

« Si l’on produisait encore des allégories d’actualités, comme c’était le cas au XIXème siècle, je verrai bien l’ange de l'Histoire tirant la jeune vérité dénudée des bras d’un bras d’un  satyre en déambulateur. »

… Coronavirus...Son nom de bière mexicaine ou d’émission comique incite plutôt à rire (...) COVID-19, son nouveau nom, sonne un peu mieux, mais cela aurait tout aussi bien pu être le nom d’un produit financier ou celui d’une porn star…

« Tewfik Hakem s'entretient avec le comédien, Vincent Lacoste (…)
A la lecture du scénario, l'histoire me semblait intéressante (…) Si un réalisateur ne projette rien en vous, on n'a pas de rôle, on ne tourne pas. (…) Pour préparer un rôle aujourd'hui, ça dépend. (…) Tout dépend de l'univers.(…)J'aime avoir un avis.(…) Mon travail se finit à la fin du tournage »

...Coronavirus...déjà on apprend que Venise est touché, et que le virus, esthète, a muté pour prendre la forme d’un masque de carnaval — signe certain de son agonie prochaine : on ne se compromet pas, en tout cas pas dans le monde humain, aussi lourdement avec le kitsch sans en payer les conséquences. »

«  Le 18 septembre, rue de l’avenir, à Armentières, plusieurs habitants croient voir un gros chat noir se balader tranquillement le long des chéneaux sur un toit, avant de comprendre qu'il s'agit d'une panthère ! 
(…) Au départ je pensais que c’était une blague !
(…) le docteur Leroy est appelé en renfort : 
(…) j’ai pris ma sarbacane et des anesthésiques et j’y suis allé. 
Anesthésiée, elle est emmenée rapidement au zoo de Maubeuge. (...)
Une semaine plus tard, la panthère a été volée au zoo de Maubeuge.
(…) Mohamed Amimer, alias "Momo l'élégant" aussi avait récemment recueilli un félin. Ancienne figure du grand banditisme, reconverti dans la réinsertion des détenus, des dealers lui avaient confié un bébé tigre (...)
Après dix-huit ans de prison et cinq ans d’isolement... plus grand-chose ne peut m’impressionner. Au refuge, il était triste mais maintenant il a eu des petits, donc je suis très heureux !»

Curly 

Curly

245
Répondre en citant  
Re: La vie des idées - Dim 01 Mar 2020, 19:09

« C’est probablement dans un exemplaire de l’Almanach Vermot que j’ai découvert pour la première fois ce classique de la blague anthropophage : ‘’tu l’aimes bien ta mère ?’’, ‘’oui !’’, ‘’alors reprends-en un morceau…’’ Je raconte très mal les blagues, mais celle-ci n’est pas non plus très drôle...

« les élections municipales (…) Le Macronisme va passer, avec ce vote, un examen de maturité, un test d'implantation locale. (…) Et pour l'instant, ce défi est loin d'être relevé. (…) Néanmoins, le parti d'Emmanuel Macron peut s'accrocher à quelques espoirs.  (…) le résultat marquera un progrès quoi qu'il arrive (…)  puisque le mouvement part quasiment de zéro (…) 16 nouvelles municipalités conquises sur toute la France, cela ferait déjà 100% de progression. Frédéric Says »

« Le Louvre est, le seul endroit, avec Netflix, où on peut laisser longtemps ses enfants sans surveillance : libérer mes enfants c’était le sens de ma dernière visite.
J’ai ainsi pu assister aux premiers pas de mon fils entre les deux originaux des chevaux de Marly, sans craindre, comme à la Concorde, qu’il se fasse écraser. »

« ils interrogent le vivant et le mouvement dans ses multiples résonances
...on compose avec des bugs qu'on n'arrive jamais à contourner, et ces accidents-là, on les prend comme des petites miettes de la vie. 
...La seule chose qu'on peut essayer de faire en tant qu'artistes, c'est de prendre soin de l'humanité et du vivant (…) même si ce sont des enjeux qui nous dépassent et qui sont extrêmement compliqués.
...on est à la fois du côté de la technologie, et du côté du vivant (...) et tout ce qu'on fait, c'est travailler sur le seuil, là où les choses se rencontrent.
 »

...Sur une planète à plus 4 degrés, la chair humaine aurait ses chances dans les meilleures brasseries.
(…) que dire de la technique du compost humain (…) qui pourrait avoir pour effet de moderniser les vieilles blagues de l’Almanach Vermot : ‘’tu l’aimais bien ta mère ?’’, ‘’oui’’ ; ‘’et ben reprends des pommes de terre !’’»

« Près de 60 ans de carrière, oscarisée par quatre fois (et encore jamais égalée jusque là), Katharine Hepburn est une actrice iconique…
... Djamila Bouhired, l'icône des révoltes algériennes...
...Mort de l'icône hollywoodienne Doris Day...
… Australopithecus Anamensis, nouvelle icône de l'évolution ?...
... Bouddha, icône d'art et d'esprit...
... La sorcière, icône féministe...
... Jack Kerouac, une icône calcinée...
...L’Australie, icône de l’anthropocène...
... Icône de la musique populaire, Madonna continue de faire sensation...
...l e cœur est devenu le motif du transport amoureux, l'icône signifiant l'action d'aimer...
...Tif et Tondu sont des icônes de la bande dessinée franco-belge...
... Kirk Douglas, icône du cinéma classique hollywoodien...
...Paolo Sorrentino, poète de nos icônes pop...
...Albert Camus (…) l'écrivain devenu icône...
...Jacques Chirac est une vraie icone française...
... Hitchcock (...) Icône du mystère...
...Alain Badiou (...) véritable icône de la gauche radicale...
... Rosa Luxemburg appartient à la galerie des icônes politiques du XXe siècle...

Curly 

Curly

246
Répondre en citant  
Re: La vie des idées - Lun 02 Mar 2020, 11:18

« Les Pompéiens et les Pompéiennes avaient-ils du pain le dimanche ? (…)
C’est la question que je me suis posé récemment (…) La question est anachronique. Mais bon. Elle m’a semblé d’autant plus brûlante que, récemment, il m’a été impossible de trouver du pain, des croissants, et même n’importe quelle viennoiserie, un dimanche matin.
Je ne vous parle pas d’un pays lointain, en prise aux pénuries alimentaires ou dont le gouvernement aurait déclaré une allergie nationale au gluten. Non, Caroline. Je vous parle de Paris…

« Ces dernier mois, la campagne pour les Municipales semblait n’avoir été qu’une simple toile de fond, la réforme des retraites, les grèves ayant focalisé l’attention, avant que l’affaire Griveaux et le coronavirus n’envahissent à leur tour le débat public. (…) Incertitude des Français, à l’image de cette période politique incertaine, flottante, que nous vivons. (…)
Avant le monde d’après, il y a un peu de flottement. »

… Aujourd’hui, les boulangers sont à la mode. Pas partout, on le sait bien. Ceci dit, il existe des as du levain, des stars de la baguette et des virtuoses de de la miche dont chaque vidéo est un carton sur les réseaux sociaux. Leurs images sont hautement addictives…

« La famille nucléaire (…) est une construction.
Le parent aussi se construit par rapport à son enfant, Gérard Neyrand...

...Je me suis mis en quête de ces boulangers d’un nouveau genre.  J’étais heureux. Ils s’appellent Mamiche, Panifica, Liberté ou même plus intellectuellement du Pain et des Idées. Trouver de la philo dans les trous d’une mie bio : ça avait l’air génial. Mangez du pain, et vous deviendrez Spinoza, Hegel, ou Descartes : dans le genre expérience ultime, il y avait de quoi céder. Hélas…

...Ce que j'ai essayé de faire aussi c'est de documenter cette génération des enfants nés dans les années 70 qui n'a pas eu de place pour raconter comment c'était, coincée entre le récit héroïque de 68 et l'attentat du World Trade Center en 2001, qui marquait la fin d'un monde.  Virginie Linhart…

...J’ai la chance d’avoir un travail.  Ca se passe en général du lundi au vendredi. Le samedi, je fais mes trucs : la lessive, le ménage, le récurage, rien de sexy.
Mais le dimanche, c’est une autre histoire. (...) J’ai alors essayé d’aller dans ces boulangeries d’un nouveau genre. Et là : surprise. Elles sont toutes fermées…

...L'idée (...) c'était de s'affranchir des normes et des injonctions à la maternité pour découvrir toutes les mères qu'il peut y avoir et les rapports qu'on peut entretenir avec elles, Tiphaine Samson. »

...Le dimanche, donc, pas droit au pain branché.
Alors, quoi faire ? il existe, encore, quelques vraies boulangeries. Ce ne sont pas des stars d’Instagram. Leur décor n’est pas photogénique. Le vendeur n’est pas mannequin à mi-temps, la vendeuse porte haut ses soixante ans, la déco n’est pas signée d’un architecte branché. En fait, c’est exactement là où on a envie d’aller. A Lyon, Lille, Bordeaux, dans des villages du Perche ou du Cantal, ces artisans qui ne la ramènent pas sont les conservateurs d’un savoir-faire qui a nourri l’humanité. Même le dimanche, tout le monde a droit à sa madeleine de Proust. C’est ça, d’où qu’on vienne, qui nous fait un peu Français.
Il me semble ici bienvenu de les remercier.
Les Pompéiennes et les Pompéiens, pour qui le dimanche n’existait pas, et qui comme nous aimaient le pain et les jeux - auraient certainement apprécié. »

« Nous avons rencontré Elsa Dreisig, qui a publié en janvier Morgen chez Warner classique, un disque où elle chante les mélodies lyriques de Strauss, de Duparc et de Rachmaninov.
Pour la soprano, ces lieds sont autant de voyages initiatiques où on évoque la perte, la mélancolie ou le vent glacial de l’hiver mais dans lesquels on pressent le plaisir du printemps. Et bien la madeleine d'Elsa Dreisig se mange aussi en hiver, et la soprano nous emmène en voyage jusqu'à ses racines danoises... 
Le drømmecake me renvoie à la maison de ma grand-mère, dans laquelle il y avait tout le temps de la musique classique. 
Les prochaines dates d'Elsa Dreisig :
Les 5, 8 et 11 avril 2020 au Staatsoper Berlin : Cosi fan Tutte (Fiordiligi), dirigé par Daniel Barenboim, nouvelle production par Vincent Huguet  
17, 19 et 22 avril au Staatsoper Berlin : La Flûte Enchantée (Pamina)
Le 27 avril au Théâtre du Capitole de Toulouse : récital avec Jonathan Ware
Le 29 avril à Lugano : récital avec Jonathan Ware
Les 2, 5, 9, 12, 15, 18, 21, 24, 27, 30 juin, 3, 6, 9, 12 juillet à l’Opéra de Paris : Rigoletto (Gilda), reprise de la prod de Claus GuthNous »

Curly 

Curly

247
Répondre en citant  
Re: La vie des idées - Lun 02 Mar 2020, 15:34

« L'utilisation du 49.3 par l'exécutif, les motions de censure déposées par l'opposition...
...Tout semble déjà réglé comme du papier à musique.
...cousu du fil blanc depuis la première page (…) ou plutôt de ficelle parlementaire...
...tout semble là aussi "réglé comme du papier à musique"...
...la partition de la semaine qui s'ouvre est déjà composée...
...il suffit d'actionner la boîte à musique et de tourner la manivelle...
...Tout est donc déjà écrit... 
...tout semble inamovible et froid ...

« En gros, si on regarde que le réchauffement climatique, on a trois grands postes d'émission à la fois les transports, l'agriculture et le chauffage, c'est assez simple. À vrai dire, que nos politiques ont besoin d'agir sur ces trois grands pôles. Pour moi, dans trois grandes catégories ceux qui sont arrêtés, le réchauffement et arrêter la destruction des écosystèmes
(…) Cyril Dion »

...scénario écrit d'avance...
...océan de certitudes...
...une pièce de théâtre, où les rôles sont joués sans imagination...
...pièce de théâtre au texte sans créativité ni éclat...
...machinerie...

« Paris (...) est une ville d'une densité considérable. (…) C'est une densité énorme.  Cyril Dion »

...caractère mécanique et prévisible...
...un système dont plus une tête ne semble devoir dépasser...
...la machine...
...l'engrenage...
...décisions myopes et appliquées à l'aveugle, que par confort de langage on appelle "technocratiques."...
...Frédéric Says  »

« Une alerte du journal Le Monde : ‘’l’édition 2020 de Livre Paris est annulée pour des raisons de santé publique’’. Je n’avais jamais vu le coronavirus d’aussi près.
(…) le virus s’attaque aux livres, donc à la connaissance, comme un gigantesque autodafé (quand bien même le salon ne serait qu’une vaste foire commerciale). Je n’ai pas souvenir d’un tel précédent. (...)
j’ai l’impression de vivre moi aussi comme dans un livre (…) Le Covid19 est une expérience immersive d’effondrement à grande échelle. (...) le coronavirus ouvre une période tout aussi inquiétante qu’excitante...

« ce qui est très problématique, c'est de ne pas représenter de milieux. Les personnages vivent dans des intérieurs et des extérieurs qui n'indiquent jamais la classe à laquelle ils appartiennent. Lucile Commeaux »

... en prenant ce matin la ligne 6 du métro parisien. Dans la rame, face à moi, un type toussote, et pas qu’un peu (...) 11 arrêts au total, c’est long face à quelqu’un qui est peut-être contaminé, et qui s’abstient de mettre sa main devant sa bouche. Immédiate suspicion. Je lui ai adressé le plus sombre de mes regards noirs : aucun effet.
(...) les émissions de carbone vont baisser
(...) c’est bon pour la transition écologique et pour la lutte contre le réchauffement climatique. »

Curly 

Curly

248
Répondre en citant  
Re: La vie des idées - Lun 02 Mar 2020, 22:30

«DES FORÊTS QUI BRÛLENT
Épisode 2 : Faire face à la catastrophe qui vient
MATIÈRES À PENSER
LE 18/02/2020
Plongeon au coeur du quotidien de deux tribus presque coupées du monde, les Gwich'in du Nord de l'Alaska et les Evènes de Sibérie, avec Nastassja Martin (...)
J'ai travaillé avec des gens qui font le choix (...) de vivre en forêt, qui continuent de « prendre leur tente sur leur dos », comme dit mon vieil ami Clarence, pour partir « rêver plus loin ». Parce qu'être en forêt, ce n'est pas seulement chasser, pêcher, mais c'est aussi se donner les moyens de dialoguer avec ces êtres (...) en partant là où il est encore possible de les entendre. Parce que […] les canaux du rêve sont brouillés lorsque l'on est trop près de là où ça grésille »

« AVOIR RAISON AVEC CLAUDE LEVI-STRAUSS par Elise Gruau
Anthropologie et crise de la modernité
17/08/2018
INTERVENANTS
Nastassja Martin
Anthropologue diplômée de l’EHESS et spécialiste des populations arctiques. »

« Ethnologie : Que reste-t-il à explorer ?
LA GRANDE TABLE IDÉES
LE 21/03/2019
Que peut encore nous apprendre l'ethnologie? Nastassja Martin, anthropologue, et Jean Talon, écrivain, sont les invités de cette Grande table »

« AVIS CRITIQUE par Raphaël Bourgois
19/10/2019
Joseph Confavreux nous entraîne dans les montagnes du Kamtchatka avec l'anthropologue, Nastassja Martin, qui raconte comment elle a été attaquée par un ours dans Croire aux fauves (Verticales), un récit saisissant. »

«  Nastassja Martin: "Il faut repenser le vivant qui est lui-même en train de se repenser"
PAR LES TEMPS QUI COURENT
LE 18/11/2019 »

«  Nastassja Martin : "J'ai vu l'ours en moi"
L'INVITÉ(E) CULTURE
LE 01/02/2020
Nastassja Martin a fait paraître à l'automne "Croire aux fauves". »

...Si on se met en capacité de dialogue avec l'autre, on va dans cette zone où l'on n’est plus vraiment soi. Et toute la question, en fait, c'est vraiment la grande question qui, pour moi, est au centre des mondes animistes, c'est comment revenir? Comment revenir de cette zone liminaire où on a mis « soi » en retrait quelques heures pour attirer l'autre dans son monde à soi? »

Curly 

Curly

249
Répondre en citant  
Re: La vie des idées - Mar 03 Mar 2020, 07:51

«  Peter Handke, l’écriture cette inconnue...

« Puisque les Français se désintéressent de la politique, une bonne façon de les ramener vers la chose publique est peut-être de leur tenir un discours médical, la maladie c’est quand même beaucoup plus concernant que la cuisine politique. »

...Neptune, cette lointaine inconnue...

« Vivre en paix, vivre heureux, vivre serein... peu importe la formulation (...) vous l’avez forcément croisée ou même utilisée. J’ai le souvenir d’y avoir eu recours il y a quelques années sur Facebook pour promouvoir une émission sur Spinoza diffusée sur cette même radio, une personne avait alors laissé un commentaire moquant et pointant cette instrumentalisation du grand philosophe façon coaching.
J’avais été très vexée. Moi, tombant dans cette dérive du développement personnel ?... Puis, j’avais riposté (intérieurement) : et après tout, pourquoi pas ?...

...Marivaux, cet inconnu...

« Ce curieux phénomène, qu’on appelle la « non-séparabilité », existe bel et bien : il fut démontré expérimentalement au début des années 1980. 
Si Einstein, qui était mort bien avant, en 1955, avait pu prendre connaissance de cette découverte, il serait sans doute tombé de sa chaise (à supposer qu’il fût assis à ce moment-là). »

...qu’est-ce que ça veut dire « bien vivre ? »  Je ne m’étais jamais posé la question, car ça semble évident : bien vivre… c’est bien vivre.
(…) vous ne trouverez jamais des conseils comme ça, en l’air, pour bien vivre, mais toujours des préconisations plus précises : bien vivre le changement, comme on l’a entendu, bien vivre son célibat, bien vivre dans un petit espace, sa ménopause ou avec Spinoza, et parfois le tout en même temps. (…)
Mais la question reste entière : qu’est-ce que bien vivre ?…

« j’ai un doute quant à l’existence des platistes (ce qui est assez cocasse quand on y songe, douter de l’existence de gens qui mettent le doute au cœur de la leur, bref) »

...« vivre », qu’est-ce que ça signifie ? Manger ? Dormir ? Aimer ? Penser ? (…) Certains diront que cette idée plaît car ce n’est que du vent (…) Mais c’est trop facile. (…) cette idée de « bien vivre », qui nous parle, qui sonne bien… « Bien »…, encore ce « bien » qu’on ne sait pas définir ou qui nous impressionne
(…) l’idée même de bien vivre est la promesse de me sentir à l’aise. »

...Emile Durkheim, illustre sociologue inconnu…

« Rien ne prédestinait Joëlle Zask, philosophe des relations sociales et de la démocratie, à s’intéresser aux « méga-feux » (…) Le feu a changé de nature et change notre rapport à la nature.
(…) Et surtout, l'après incendie : il n'y a plus rien. (...) c'est l'ensemble d'un vécu qui disparaît, qui s'efface. Et du coup, c'est aussi l'ensemble des possibilités d'extrapoler à partir du passé, c'est-à-dire l'avenir, qui s'efface aussi.
(…) Quand on rentre vraiment en contact avec le vécu des gens, on se rend compte que le feu n'atteint pas seulement les arbres et les biens. Ça atteint rarement le centre vital de la personne et ça c'est effarant.
 »

...Patrick Buisson cet inconnu »

Curly 

Curly

250
Répondre en citant  
Re: La vie des idées - Mar 03 Mar 2020, 15:34

« Le journal du jour est consacré au kairos. (…) Que veut-il dire ? A quel moment l’employer ? Et en parler, n’est-ce pas déjà le manquer ?  Qu’est-ce que le kairos ?
(…) C’est vrai qu’habituellement, on parle plutôt de bon moment, d’instant T ou d’opportunité à saisir. Des paraphrases qui font penser à des pub pour des marques de sport ou à des slogans pour faire des placements financiers ou des avancements de carrière…

« Après deux romans (…) Leïla Slimani revient avec un troisième roman très différent (…)
Leïla Slimani signe ainsi (…) surtout un roman du métissage (…) Pour l'exprimer, la romancière s'en remet aux mots »

« Si nous avons créé un monde nouveau, qui cause en particulier des problèmes de santé  et de santé mentale, nous n’avons pas l'expérience passée pour trouver les mots nécessaires aujourd’hui. […] Nous sommes face à un monde que nous n’arrivons pas à décrire dans nos langues, et que nous puissions partager. Les mots que nous utilisons ne sont plus à leur place...(Glenn Albrecht)
Ainsi entame-t-il l’ouvrage par une "sumbiographie" (…)
Selon lui, "nous devons créer ces nouveaux mots pour décrire des sentiments que nous n’avions jamais ressentis dans l’histoire de notre espèce." A commencer par le fameux terme de solastalgie (...) Prônant une entrée dans le "symbiocène" (…) le philosophe exhorte une génération qui en émanera complètement, la "Génération Symbiocène" »

...Pour moi, le kairos, c’est d’ailleurs plutôt ça : la source de toutes ces ruminations coupables qu’on a dans son lit, ou qu’Emmanuel Macron a peut-être lui aussi dans son lit…

« Zou bisou bisou et coronavirus
L'Humeur du matin par Guillaume Erner par Guillaume Erner
 Le coronavirus nous débarrasse d’un certain fardeau… Oui, le bisou...

L'avis des critiques : ♥♥♡♡

...- embrassons-nous foldingues -…

L'avis des critiques : ♥♥♡♡

...De la même façon que l’amour au temps du choléra, mais sur un mode mineur, le bisou au temps du coronavirus est proscrit, fini le bisou…

L'avis des critiques : ♥♥♡♡

...Il y aurait deux bises à Paris parce que la capitale possède deux rives, parce que là-bas tout y clive, droite et gauche, bourgeois contre bobos. Les régions préféreraient le chiffre trois, parce que le trois incarne la synthèse radicale socialiste, ou bien pour indiquer une permanence de la trinité chrétienne. » 

...les choses singulières étant singulières, on ne peut les prévoir (…) alors comment faire ? »

L'avis des critiques : ♥♥♥

Curly 

Curly

251
Répondre en citant  
Re: La vie des idées - Mer 04 Mar 2020, 08:34

« Des forêts qui brûlent
Le grand incendie de la forêt de Notre-Dame de Paris
...Où il apparaît que l’immense forêt n’est pas plus grande qu’un bois… »

« Il y a quelque chose de très fort dans cette musique, on sent qu'elle a été faite dans une pièce par une personne…
…ça (...) me donne envie d'aller vers lui.
 Clémentine Goldszal »

« Diogène (...) Quels sont, à notre époque, les échos de l'oeuvre du philosophe grec ? (…) « Diogène citoyen du monde », c’est le titre que j’ai souhaité donner à cette émission (...)
Avec lui, nous allons rencontrer un homme qui se refusa à la domination de l’argent (…) qui appela à libérer les corps et les mœurs de contraintes hypocrites, qui dénonça les excès des compétitions sportives (…) qui combattit les tyrannies aussi fermement que les démagogues, (...) qui, fondamentalement, se voulut cosmopolite, en se donnant « le monde comme cité ». A nous de vous démontrer que nous ne forçons pas le trait et que ces rebonds entre l’Antiquité et notre temps méritent qu’on s’y arrête. Vous regimberez peut-être. Mais écoutez d’abord. »

« A écouter et à voir les dernières créations de la chanteuse Grimes on peut diagnostiquer l’état du capitalisme contemporain, et son espace de projection…

« ...très nourrissant et très intéressant… moi j'aime... »

« J’avais (...) l’idée de (...) traverser les « barricades mystérieuses » entre les hommes et les femmes.
(Minh Tran Huy) »

... « Grimes » (…) En gros c’est Madonna branchée sur la 5G !…

« Le film (...) interroge (...) C'est un film qui interroge (…)
Ca nous met nous, spectateurs dans une position inconfortable : (…) puisque regarder des gens en prison, ce n'est pas y être.
 »

« ...Les disques de Stephen Malkmus (...) racontent beaucoup de choses.  Olivier Lamm »

...Grimes (…) forme d’incarnation culturelle des théories « accélérationnistes » (...)  fait rimer  « violence » avec « finance » de sa voix éthérée avant de disparaître à l'intérieur d'un ordinateur (…)
On pourrait voir l’accélrationnisme comme un futurisme. Mais avec Grimes il prend plutôt la forme d’un lanceur d’alerte. Donner à voir ce qu’il se passe si l’on met le pied sur l’accélérateur, c’est dépasser une vision fantasmée de la fin du monde, pour se confronter à l’avenir. »

« ...pour moi d'un désintérêt relativement total. » Olivier Lamm
La vie des idées - Page 25 Opera341

Contenu sponsorisé 


252
Répondre en citant  
Re: La vie des idées -

La vie des idées     Page 25 sur 52

Haut de page ↑   

Aller à la page : Précédent  1 ... 14 ... 24, 25, 26 ... 38 ... 52  Suivant

Accueil / France Culture

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum