-->
Forumactif

Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 

Le Deal du moment : -53%
[Lot de 6] MIXA BEBE Gel très doux 2-en-1 corps ...
Voir le deal
21 €

Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Regards sur France Culture » LES FORUMS » France Culture » Hors-champs par Laure Adler

Aller à la page : Précédent  1 ... 7 ... 10, 11, 12 ... 16 ... 21  Suivant

Accueil / France Culture

Hors-champs par Laure Adler    Page 11 sur 21

Bas de page ↓   

La reine des belges 


101
Répondre en citant  
Re: Hors-champs par Laure Adler - Ven 20 Déc 2013, 12:34

Je confirme tout ce que dit Nessie, à un détail près : je m'amusais beaucoup à brocarder les militants avec ironie. Clopine aura du mal à trouver un conflit avec quiconque d'autre qui était sur ledit forum. J'y ai conservé d'ailleurs bien des amitiés tout un groupe d'anciens de ce forum avec qui je suis encore en lien pour agapes et échanges d'émissions rares. Maintenant tous les deux calmez vous sitiplit et soyez gentils de parler radio.

Nessie 

Nessie

102
Répondre en citant  
Re: Hors-champs par Laure Adler - Ven 20 Déc 2013, 12:46

Minute, la Reine ! Je parle...

@Daissie Bell a écrit:Reproche ou hypothèse, Nessie ?
Eh bien les deux. Un reproche hypothétique, et d'une certaine façon un procès d'intention. Croyez ce que vous voulez sur le machisme et le féminisme, pour ma part les personnes qui réduisent les autres ou se réduisent elles-même à une étiquette catégorielle ne m'intéressent pas. Laure Adler est trop fortement marquée par son féminisme pour que ce ne soit pas dévenu, à force, une forme de caricature en elle. Elle est toujours meilleure au micro quand la féministe dort profondément en elle.

@Daissie Bell a écrit:Je partage votre opinion sur Pierre Assouline, qui [...] ne s'est jamais expliqué, même dans son récit le plus "personnel" (Vies de Job) de sa fascination pour les personnages pour le moins ambigus, Simenon ou Hergé.
Aïe, encore un procès fait à une personne. Et justement je ne partage pas cette façon de déposer un implicite jugement moral à l'encontre d'Assouline  via et Simenon ou Hergé, car vous sous-entendez que ces personnages ne sont pas qu'ambigüs. Je pense pour ma aprt que leur part d'ombre ne permet ni de les sataniser, ni de poser un voile d'ombre sur leur oeuvre. Le fait est qu'Assouline est fasciné par l'ambiguïté en général. Il l'a suffisamment dit, je dois avoir 3 ou 4 entretiens radio ou télé (Paris Première, Radio suisse romande, France Culture) où il le dit..
A part ça j'ai suffisamment fréquenté la République des Livres pour y avoir grandement apprécié les commentaires que vous y avez déposés, et je n'ai qu'un espoir : que votre participation à notre forum soit semblable à ce que vous faisiez chez Assouline, et aussi dissemblable que possible de ce que vous avez fait dans l'autre forum dont nous avons maintenant beaucoup trop parlé.

@Daissie Bell a écrit:[...]vous accusez la "politique du direct", mais ce n'est qu'une technique, non ? Quand j'écoute les rediffusions - et France Cul est bien la seule à s'appuyer autant sur son fonds propre, le fait que les discussions et interviews aient été prises en direct ne me gêne absolument pas.
Voila une question fondamentale. Dans un premier temps je suis bien d'accord avec vous, mais à la réflexion, je pense qu'il y a tout de même un piège dans le tout-direct. Par contre, comme il y a un fil de débats fait exprès dans ce forum pour ça je vais m'y transporter pour déposer là-bas ma réponse. Enfin si je parviens à le retrouver, car il doit être planqué quelque part dans les dernières pages. Wink

Philaunet En ligne

Philaunet
Admin

103
Répondre en citant  
Tout arrive - Ven 20 Déc 2013, 19:56

Tout arrive, même un numéro de Hors-Champs écoutable en entier.  Ce n'est pas le premier, Nessie en ayant signalé certains dans ce fil.

Pourquoi ce numéro avec Louis Mermaz peut-il s'écouter avec intérêt ? L'envergure de l'invité, bien sûr, mais aussi la connaissance que possède Laure Adler de la vie politique du Parti socialiste, elle-même membre actif de ce parti.

C'est exactement ce que tout auditeur un peu expérimenté sait : un producteur connaissant bien le milieu d'où sont issus ses invités, qui en partage les connaissances et les valeurs est le plus à même de poser les bonnes questions et de rebondir avec à-propos.  C'est ce à quoi on assiste  dans ce numéro qui démarre très professionnellement, puis baisse un peu de niveau (mais jamais beaucoup, vu l'envergure de l'invité) quand L.A. commence à se faire personnelle et à employer son vocabulaire favori (« votre bouquin »,  plusieurs fois, ça donne un style).

Archive audio bien choisie, bien annoncée et commentée.

Bémol : vu la proximité de L.A avec François Mitterrand (son ancienne conseillère à la culture),  faisant donc partie du même cercle de militants autour du président que l'invité , pouvait-elle poser une seule question objective à un homme plusieurs fois ministre sous Mitterrand ?

Un numéro unique de Hors-Champs chaque semaine consacré à l'histoire récente de la politique française présenté par Laure Adler, pourquoi pas ? Finkielkraut a bien  une seule émission, Ockrent, également.  Pourquoi pas Laure Adler ? Elle aurait davantage le temps de se préparer et de lire, voire d'écrire... Et nous pourrions écouter chaque soir un producteur spécialisé différent pour Hors-Champs. Un souhait pour 2014...

Philaunet En ligne

Philaunet
Admin

104
Répondre en citant  
André Tubeuf, le gentleman. - Sam 21 Déc 2013, 15:37

Laure Adler est formidable. Quand certaines conditions sont réunies. La première d'entre elles étant qu'elle garde le silence.

Quand elle laisse parler la pointure que le service de communication de la chaîne lui a proposé d'interviewer, en l'occurrence André Tubeuf , Hors-Champs est un moment de culture agréable. Le cauchemar commence quand elle prend la parole, sans contrôle professionnel de la voix (elle le peut, mais elle est trop impulsive). En ce cas, on est pris d'un haut-le-coeur à entendre vulgarité, agressivité (non intentionnelle ?) et langue française violentée (chez L.A., même dans une conversation policée, la négation est toujours amputée de son "ne", comme chez les enfants, et le livre est forcément un bouquin).

Mais André Tubeuf (né en 1930) est le client idéal pour n'importe quel présentateur : toujours souriant,  une présence d'esprit exceptionnelle, une bonté  et une politesse envers son interlocuteur, un savoir immense et une culture de la langue exemplaire. Il rappelle Jean d'Ormesson, sans l'histrionisme.

Alors évidemment, un des plus grands musicologues français, poète, professeur de philosophie, face à Laure Adler qui s'y connaît autant en musique qu'en point de croix... Eh bien ça donne des échanges à étudier pour le tact avec lequel l'invité répond.  Ainsi quand L.A. le lance avec insistance sur la musique contemporaine (dont elle a vu sur sa fiche qu'elle était représentée par Boulez et Dusapin - les étrangers tels Wolfgang Rihm ou Jörg Widmann n'existant évidemment pas...), puis sur la pop, le rock et la musique électronique (elle n'a pas apocopé cet adjectif, ouf) avec un ton de garde rouge faisant subir une rééducation à un intellectuel récalcitrant (on exagère un peu), André Tubeuf, très poli, très avenant, répond gentiment en remettant à sa place de manière subtile (trop subtile ?) la commissaire. Un modèle de délicatesse.

Cette émission est très bien construite avec quatre archives qui ne sont pas seulement quelques secondes volées : Maurice Clavel, E. Schwarzkopf (que Laure Adler prononce chouartskopf), la Messe en si, Hans Hotter.

Plusieurs passages mériteraient d'être signalés. Notons ceci qui a dû faire tinter quelques oreilles à France Culture (pas de nom, pas de nom - il y en a trop...) :
[son mp3="http://franceculture.fr/sites/default/files/sons/2013/12/s51/RF_927DE00A-4656-4F0C-9438-0200402BA50E_GENE.MP3" debut="11:30" fin="12:28"]

À noter que France Culture avait produit un mémorable À voix nue : André Tubeuf en février 2010, annoncé par Nessie dans le fil Movimento, lequel fil, quelques posts plus loin, contient un petit commentaire sur la manière d'interrompre ses interlocuteurs qu'avait (et peut encore avoir) l'ancienne maîtresse de cérémonie du Cercle de mInuit.

Et le numéro avec Amos Gitaï du 18 12 2013, qui s'y colle ? Deux fois L.A. dans la semaine, alors que c'est normalement ma dose bimestrielle...



Dernière édition par Philaunet le Ven 09 Sep 2016, 21:09, édité 1 fois

Nessie 

Nessie

105
Répondre en citant  
Michel Pastoureau x 5 - Ven 27 Déc 2013, 11:02

Alerte programme : toute une semaine avec Michel Pastoureau pour une série intitulée 'Des goûts et des couleurs'

Bonne nouvelle donc, car le sujet ne comportant aucune victime de la condition humaine ou de la méchanceté sauciale (ou l'inverse, je sais plus) ne donnera point lieu aux excès habituels de Laure : le pommadage de l'invité et l'accent compassionnel farci de pathos qui entraine presque toujours de la question con. En revanche ou plutôt par contre, faites atassion les amis si vous vous fiez au podcast : les émissions arrivent soit dans le désordre, soit avec des titres erronés.

On retrouvera les 5 entretiens en bon état et en bon ordre pendant quelque temps sur cette page du site

Et individuellement, pour 1000 jours ici :
Lundi : le bleu
Mardi : le rouge
Mercredi : le noir et le blanc
Jeudi : le vert
Vendredi : jaune et or



Dernière édition par Nessie le Sam 28 Déc 2013, 23:23, édité 1 fois

Philaunet En ligne

Philaunet
Admin

106
Répondre en citant  
Pastoureau, sans faute. - Sam 28 Déc 2013, 16:47

@Nessie a écrit:Alerte programme : toute une semaine avec Michel Pastoureau pour une série intitulée 'Des goûts et des couleurs'

Bonne nouvelle donc, car le sujet ne comportant aucune victime de la condition humaine ou de la méchanceté sauciale (ou l'inverse, je sais plus) ne donnera point lieu aux excès habituels de Laure : le pommadage de l'invité et l'accent compassionnel farci de pathos qui entraine presque toujours de la question con.(...)

Et non ! Laure Adler qu'on n'a pourtant pas envie d'accabler ces jours-ci, on ne sait pourquoi (la suite d'intervenants de haut de gamme devant lesquels elle garde un relatif et bienvenu silence ?) en applique plusieurs couches pour assurer Pastoureau de sa normalité quand il évoque, en pertinence avec le sujet, sa corpulence et la couleur qu'il porte le jour de l'entretien. La productrice ne va pas jusqu'à dire qu'il est svelte (voir photo de l'historien), mais bon... C'est un réflexe de communicante qu'elle a "pour faire gentil", pour donner à penser qu'elle n'est pas si agressive que ça ;  c'est tout à la fois touchant dans l'intention et pathétique dans le résultat (à 33'55, où il faut aussi se farcir « vous en parlez dans vos bouquins »,  car le « bouquin » c'est archi-cool, comme le blue-jean dont L.A. laisse entendre qu'elle est une spécialiste).

Pour qui connaît toute la thématique de Pastoureau, l'émission Des goûts et des couleurs avec Michel Pastoureau : le bleu s'écoute avec grand plaisir (voir aussi, avec Jeanneney, La licorne)

Pourquoi a-t-on parfois le sentiment que Laure Adler et Patricia Martin, c'est bonnet blanc et inversement ? Idem pour France Culture et France Inter ? Par exemple, quand la productrice, ancienne conseillère à la culture de l'Élysée  dit découvrir avec le livre de l'historien que l'indigo vient de l'arbre indigotier... (est-ce vrai ou un trick pour se mettre au niveau de l'ignorance supposée de l'auditorat de France Culture ?).

Enfin, pourquoi donc ne pas se corriger en vitesse quand on se rend compte (on voudrait supposer que c'est le cas ici) que l'on fait, par manque de concentration, une grosse erreur de sens ?  Il n'y a pas de honte à cela, ou l'ego est-il si surdimensionné ?

Le bleu dangereux en lieu et place du rouge garance des pantalons des poilus...
[son mp3="http://franceculture.fr/sites/default/files/sons/2013/12/s52/RF_926B0672-97AC-4975-9204-F40E988EBB69_GENE.MP3" debut="38:30" fin="40:45"]



Dernière édition par Philaunet le Sam 25 Juin 2016, 17:32, édité 3 fois

Philaunet En ligne

Philaunet
Admin

107
Répondre en citant  
Michel Pastoureau, suite. - Lun 30 Déc 2013, 14:47

@Nessie a écrit:Alerte programme : toute une semaine avec Michel Pastoureau pour une série intitulée 'Des goûts et des couleurs'

Bonne nouvelle donc, car le sujet ne comportant aucune victime de la condition humaine ou de la méchanceté sauciale (ou l'inverse, je sais plus) ne donnera point lieu aux excès habituels de Laure

Erreur, Nessie, la preuve ici après une minute où l'on voit que, comme Tubeuf, Pastoureau est d'une gentillesse extrême, ne souhaitant pas contredire frontalement son vis-à-vis :

[son mp3="http://franceculture.fr/sites/default/files/sons/2013/12/s52/RF_37A36C26-0AEA-4D0F-8B36-10477C698A3F_GENE.MP3" debut="40:00" fin="41:10"]

Ce deuxième numéro est de nouveau de bonne qualité, grâce au savoir éprouvé de Michel Pastoureau et à son habitude des entretiens, notamment à France Culture. L'insertion d'archives et de pièces musicales est toujours faite avec intelligence.



Dernière édition par Philaunet le Mar 31 Déc 2013, 11:48, édité 2 fois

Gomez 

Gomez

108
Répondre en citant  
Re: Hors-champs par Laure Adler - Lun 30 Déc 2013, 15:41

Je ne trouve pas M. Pastoureau particulièrement "gentil" dans l'extrait que vous nous proposez, Philaunet. Il est tout simplement d'accord avec la lecture que L. A. fait de ses propres travaux, rappelant lui-même l'inégale charge symbolique des couleurs (en l'occurrence l'inégalité rouge / bleu). J'ai quand même été amusé par sa réponse, ayant encore en tête le même Pastoureau dans l'excellent Concordance des temps du 21 décembre au sujet des animaux de Noël, à la fin duquel il annonce tranquillement à un Jeanneney un peu désarçonné, que chez les Pastoureau, c'est bobonne qui cuisine et c'est Michel qui déguste, et puis c'est comme ça... (ce dont, je vous rassure, je n'ai absolument pas été outré. J'ai été au contraire plutôt charmé par l'honnêteté bonhomme du papi).

À ce sujet, pourquoi vouloir à tout prix éviter que soient abordées les questions de domination ou d'inégalités, qu'elles soient sexuelles, sociales, économiques? Cela me semble, de votre part et de celle de quelques autres sur ce forum, une pétition de principe, ou une obsession (ou une sorte de tabou?), tout aussi réductrice que celle, inverse, consistant à ne voir les phénomènes culturels, économiques, sociaux que sous l'angle de la domination et des inégalités. Il se trouve simplement que dans le monde social, les inégalités existent, et la domination aussi. On peut le regretter, ou minimiser le phénomène, mais difficilement le nier. Il n'est en tout cas pas très surprenant de voir affleurer des manifestations plus ou moins visibles dans des domaines fort divers, tel celui de l'histoire des couleurs.  Ce qu'on attend de FC et de ses invités, c'est qu'ils en parlent quand cela est nécessaire, de manière mesurée, comme dans le cas d'espèce que vous nous proposez.

Nessie 

Nessie

109
Répondre en citant  
Triple souris sotte, noire dans le gris du soir / Triple souris sotte, grise dans le noir - Lun 30 Déc 2013, 15:47

@ Philaunet

Le rouge de la confusion me monte à la face § Me voila vert de rage après m'être fait avoir comme un bleu. Mais je n'en ferai pas une jaunisse. C'est que mon optimisme avait sous-estimé l'appétence de la dame pour l'ornière du pathos. Quel dommage qu'elle l'ait gravé dans son ethos radiophonique. La voila pleinement redevable du compliment  : "On voit partout chez vous l'ethos et le pathos".


Cela dit, bien d'accord avec vous sur le choix des extraits d'archives : ils sont souvent fort pertinents et en plus bien choisis, de là ils sont régulièrement applaudis par les invités... d'autant plus que ces derniers ne sont jamais prévenus.

Nessie 

Nessie

110
Répondre en citant  
Re: Hors-champs par Laure Adler - Lun 30 Déc 2013, 16:04

@ Gomez

A mon sens le sujet et même l'angle, n'est nullement à exclure. Mais il me semble qu'il signale trop souvent plusieurs vices intellectuels qui sont l'antagonisme de la qualité : consommation de signe, mode, affectation morale, et là le risque est que la tartufferie soit au rendez-vous. Quand l'invocation devient récurrente comme c'est le cas chez Voinchet et Laure Adler, c'est l'indice d'une vision biaisée. Or cette dernière ne fait pas bon ménage avec l'honnêteté intellectuelle, guère mieux que le biais exactement contraire qui consisterait à occulter la question. Personnellement j'y vois le recours à une double facilité. La premièrement est la moins dommageable : la facilité idéologique. La deuxième, plus perverse : le sensationnel.

Moins grave la dérive idéologique, quand l'auditeur est prévenu et sait que c'est là une ficelle de militants. La culture comme la science s'accommodent mal de l'esprit militant, mais on peut squeezer l'effet.
Plus vicelard est l'emploi du cliché si c'est du sensationnel, compassionnel, émotionnel, pathossionnel : là on manipule l'auditeur. Peut-être qu'on le recrute pour un camp politique, et là je ne sais pas si ça marche ni même si tel est bien l'objectif. Mais surtout, dans le même temps qu'on feint de travailler à son instruction, on obscurcit son jugement . Les inégalités et l'injustice sociale par Jean-François Bayart ou Yves Lacoste, très bien car ces gens-là parlent à notre intelligence. Par Clarini ou par Laure Adler : danger ! Et comme ressort permanent dans les fictions radio, alors là pitié ...

Par contre, qu'on nous remette 'Les voix du silence' et l'on verra la différence entre Antoine Spire et Laure Adler.

Nessie 

Nessie

111
Répondre en citant  
Re: Hors-champs par Laure Adler - Lun 30 Déc 2013, 16:11

Par ailleurs, je ne suis pas certain que l'historienne Laure Adler ou la littéraire Julie Clarini pourraient définir en termes acceptables la domination comme fait social objectivement considéré. Et je me demande si après une discussion avec un sceptique, il leur en resterait quelque chose d'opérationnel dans le dialogue, je veux dire cette sorte de scie tirée de la boite à outil bourdieusienne, et qu'elles ont tendance à utiliser en multiples circonstances, parfois comme un marteau, parfois comme un tournevis. Le problème avec Laure Adler n'est pas tant au fond des choses, mais dans sa manière caricaturale d'exploiter ici une notion, là un ressort émotionnel, avec une pertinence bien souvent contestable.

Contenu sponsorisé 


112
Répondre en citant  
Re: Hors-champs par Laure Adler -

Hors-champs par Laure Adler     Page 11 sur 21

Haut de page ↑   

Aller à la page : Précédent  1 ... 7 ... 10, 11, 12 ... 16 ... 21  Suivant

Accueil / France Culture

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum