Forumactif

Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 

Le Deal du moment :
Code Promo Nike Saint Valentin 2024 : ...
Voir le deal
Le deal à ne pas rater :
TV Led XIAOMI MI TV A2 50” 4K UHD Android TV
329.99 €
Voir le deal

Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Aller à la page : Précédent  1, 2

Accueil / Web & médias

Chaînes Youtube    Page 2 sur 2

Bas de page ↓   

Philaunet 


Admin

11
Répondre en citant  
''Les amants de gouttière'' d'Yves Jamiaque (1954) - Ven 05 Jan 2024, 11:19

Curly(https://regardfc.1fr1.net/t940-les-maitres-du-mystere-et-autres-series-de-germaine-beaumont-pierre-billard#38056) a écrit:Trois "Faits divers"
(...)
Les amants de gouttière (06-04-1954) de Yves Jamiaque (autre lien céans)
avec Nelly Delmas (Carmen Diamantina), Jean Parédès (Edouard Robinet), Maurice Biraud, (Roger Normand), Mathilde Casadesus (la concierge), Marcel Lestan (le prince Dimitri Ozgourov), et Christiane Regnault, Marguerite Jeannin
bruitages, Gabriel de Rivage

La fiction est de bout en bout un délice. Pour interpréter cette fantaisie, les acteurs semblent s'en donner à cœur joie : à cette intrigue totalement tirée par les cheveux, ils n'hésitent pas à les tirer encore plus.
Une histoire de fantôme à base de mathématiques (pour entretenir la classique opposition entre le rationnel et l'irrationnel) et de Carmen de Bizet.
Même les rôles secondaires sont caricaturaux à souhait, comme la concierge (M. Casadesus) et le prince, joué par un Marcel Lestan qui n'a rien à envier à Roger Carel dans son accent russe de pacotille.
Il s'agit de l'histoire d'un étudiant en mathématiques qui vient emménager dans un appartement voisin de celui d'une célèbre cantatrice. Il entame vite un dialogue avec un fantôme, le locataire précédent, tout aussi mathématicien que lui, qui veut avant de disparaître éclaircir le mystère de sa mort. A-t-il été empoisonné par la cantatrice avec qui il vivait une étourdissante romance depuis quinze jours, ou est-il mort d'une mauvaise grippe, ce qui serait quand même on ne peut plus surprenant ?
Afin de mener son enquête, le fantôme va entrer dans la tête de l'étudiant et lui demander de revivre ses quinze derniers jours, c'est-à-dire de vivre une folle histoire d'amour avec la fameuse Carmen Diamantina.
Le rythme est constamment enlevé : en quelques minutes seulement – et des plus drôles – le montage alterné entre les cours de chant et les cours de mathématiques montre l'évolution de la passion avec naturel et simplicité, alors que la situation est un brin invraisemblable. (...)
C'est tout l'art théâtral d'accrocher un auditeur avec une histoire abracadabrantesque. Un exemple du rythme enlevé donné à une scène qui ne comporte pourtant aucun événement : l'attente de l'étudiant en mathématique la nuit sous une horloge.

Autre passage amusant, l'étudiant qui tente vainement de résoudre une équation tandis que la cantatrice chante l'habanera de Carmen ("Si je t'aime, prends garde à toi" que je ne t'empoisonne).


Maria Callas — "L' amour est un oiseau rebelle" (Bizet: Carmen, Act I) (Habanera)

Rappel : chaîne JL Linconi Faits divers - Les Amants de gouttière

Chaînes Youtube  - Page 2 Scree956

Philaunet 

Philaunet
Admin

12
Répondre en citant  
Enquête policière : ''Carambolage'' de Fred Kassak (14-04-1959) - Mar 09 Jan 2024, 14:09

Dans le fil "''Les maîtres du mystère'' et autres séries de Germaine Beaumont & Pierre Billard ",
Curly(https://regardfc.1fr1.net/t940-les-maitres-du-mystere-et-autres-series-de-germaine-beaumont-pierre-billard#37870) a écrit:Les sept premiers billets regroupent des textes dispersés dans le fil des Nuits de France Culture.
(...) Carambolage (14-04-1959) de Fred Kassak, descendre sur la page de la nuit rêvée (...)
Ce qu'on demande à de la radio type "Light programme" d'autrefois à la BBC, écouter une enquête policière amusante. Le cas ici.

Pour la conversion en fichier mp3 et pour le volume sonore plus élevé, on se dirigera vers la chaîne JL Linconi Carambolage (1959). On ne lira pas le résumé publié par la chaîne YouTube avant d'écouter le film policier, l'intrigue est simple et l'on est vite mis dans le bain..

Les acteurs :
Chaînes Youtube  - Page 2 Scree975

Philaunet 

Philaunet
Admin

13
Répondre en citant  
''Deux hommes dans la nuit'' de Jean Cosmos (1962) - Mer 10 Jan 2024, 18:50

Curly(https://regardfc.1fr1.net/t940p10-les-maitres-du-mystere-et-autres-series-de-germaine-beaumont-pierre-billard#38439) a écrit:Les maîtres du mystère
Deux hommes dans la nuit (25-12-1962, France II Régionale) [cf aussi le site de l'INA. La version disponible sur YouTube est de médiocre qualité.]
de Jean Cosmos
avec Michel Bouquet (Maurice Viala), Jean-Pierre Lituac (l'inspecteur), Pierre Vernier et Jean Mauvais (deux policiers), Yvonne Clech (Mme Moissonnier), et les petits Gilles et Anne Amado (François et Claudine Moissonnier)
(...)
La version de la chaîne JL Linconi convertie en fichier mp3 s'écoute au casque sans impression de compression excessive.
Linconi : Les Maîtres du mystère - Deux hommes dans la nuit

Chaînes Youtube  - Page 2 Scree976
Curly a écrit:Jean Cosmos aime se donner des contraintes, comme on a pu le voir précédemment : un homme au téléphone pendant cinquante minutes, une cérémonie d'enterrement comme unité de lieu, donc de temps et d'action. Dans "Deux hommes dans la nuit", il va ralentir brutalement l'intrigue et durant quarante minutes tout va se passer entre deux hommes coincés dans une voiture sur une route de campagne enneigée.
Une autre contrainte, que l'on peut supposer imposée, vient de la date de diffusion. Il fallait sans doute que l'intrigue se dénoue en respectant les conventions d'un conte de Noël, alors que tout semblait mener vers une histoire tortueuse et macabre, ce que le dialogue dans la voiture promet au départ. Mais Jean Cosmos se refuse à ajouter des ingrédients propres à amener quelques rebondissements inattendus.
Ce n'est donc pas la meilleure fiction de son auteur. Par contre Michel Bouquet et Jean-Pierre Lituac, même si ce dernier, aussi bon soit-il, n'est pas toujours à la hauteur stratosphérique de son partenaire, sont en pleine forme.(...)
Michel Bouquet est Michel Bouquet et fait du Michel Bouquet, le plaisir de l'écoute est donc dans la reconnaissance du ton sardonique si caractéristique de ses personnages. Comme on l'a vu ailleurs, il a pu être employé à contre-emploi, en inspecteur de police. Quant à Jean-Pierre Lituac, il joue parfaitement son rôle et est parfois plus convaincant dans l'interprétation que Bouquet dans le rôle du malfrat un peu trop philosophe qui dispense ses leçons de vie.
Curly a écrit:Les deux hommes, l'un prisonnier fraichement évadé, l'autre l'inspecteur qui l'a rattrapé, sont coincés dans une voiture suite à un accident qui n'en est peut-être pas complètement un...
Pour satisfaire aux besoins du huis clos, aucun des deux protagonistes n'a de permis de conduire, ce qui est un peu tiré par les cheveux. (...)
Viala a le permis, a conduit, mais peu. De toute façon la voiture est en panne, c'est pourquoi les deux autres policiers sont partis dans la neige à pied chercher de l'aide.
Curly a écrit:La réalisation est d'un tel minimalisme qu'il faut absolument que les acteurs soient excellents. Seuls les dialogues, leur interprétation, doivent suffire à suggérer à l'auditeur le lieu où se déroule l'action. La longue scène dans la voiture ne contient aucun ajout de bruitage, rien. Pourtant, l'auditeur y croit, alors que rien n'est fait pour masquer que deux acteurs sont dans un studio. (...)
Oui, on y croit par la magie du micro et de l'art dramatique.
Curly a écrit:Pour planter l'ambiance, on notera le seul ajout d'une pièce d'Eddie Sauter, enregistrée l'année précédente, "Her", extraite de l'album "Focus". Stan Getz y est accompagné par un orchestre de cordes. Une formation qui n'a jamais donné qu'une image aseptisée du jazz. Soit c'est de la guimauve, soit cela reste fort pauvre par rapport à ce que des compositeurs de musique dite "classique" peuvent écrire. Au mieux, cela peut donner une parfaite bande-son pour une fiction policière radiophonique.
Ce sont les seize premières secondes de "Her" qui ponctuent la pièce :
Stan Getz - Her


Deux commentaires du site JL LInconi qui devraient tomber sous les yeux du chargé de programme de France Culture et de la directrice :
"Le théâtre radiophonique n’est pas un genre mineur"

Chaînes Youtube  - Page 2 Scree977

"Les nouvelles pièces de france*keeulture*  n'ont pas cette qualité"

Chaînes Youtube  - Page 2 Scree978

Philaunet 

Philaunet
Admin

14
Répondre en citant  
''Cadavre à domicile'' d'Alain Bernier & Roger Maridat (1967) - Sam 13 Jan 2024, 21:18

Une histoire comme celle ci-dessous réclame une véritable gymnastique mentale. Il faut retenir, à travers des voix qui ne sont pas forcément très distinctes les unes des autres, les biographies des personnages, leurs relations entre eux, et soumettre l'histoire à des hypothèses de coupables et d'innocents. Heureusement qu'un commissaire vient expliquer l'intrigue à la fin de l'histoire (celle-ci est particulièrement sophistiquée). La pièce est suffisamment rythmée pour qu'une deuxième écoute soit possible afin de reprendre l'intrigue depuis le début avec en mémoire les explications finales du commissaire. Curieusement, ou pas, on ne s'ennuie pas une seconde à la réécoute.

La pièce policière radiophonique complexe des années 1950 et 60 a peut-être développé la capacité de mémoire de ses auditeurs avant que la télévision ne vienne concurrencer la radio pour la fiction avec des productions réclamant forcément moins de faculté d'abstraction. Pourquoi le récit radiophonique ne serait-il pas associé à la lecture à l'école pour former les esprits des élèves ?
Curly(https://regardfc.1fr1.net/t940p10-les-maitres-du-mystere-et-autres-series-de-germaine-beaumont-pierre-billard#38894) a écrit:Mystère, mystère (...)

Cadavre à domicile (10-01-1967)
de Alain Bernier & Roger Maridat
avec André Valmy, Jean-Marie Fertey, Maria Tamar, Pierre Delbon, Lisette Lemaire, Laurence Weber

Alain Bernier et Roger Maridat ont, avant d’arriver dans les « Maîtres du mystère » (en 1964) écrit quelques récits pour l’émission d’Europe 1 « Les auditeurs mènent l’enquête » (1963). Ils seront aussi, comme Jeannine Raylambert, présents chez Billard dans ses émissions des années 80 sur Inter.
Le titre de la pièce est un peu passe-partout. Il y a bien un cadavre à domicile, comme dans bien d’autres histoires de la série.
L’histoire, une fois n’est pas coutume, met en scène un milieu bourgeois, ici un photographe dont l’exposition rencontre un certain succès. Il est entouré comme il faut par une femme qu’il aime, mais hélas mariée, et un meilleur ami. Les auteurs ne s’encombrent que du minimum, c’est ce qui rend plus efficaces les effets dramatiques. À partir de ces trois personnages, les auteurs se retrouvent avec plusieurs combinaisons possibles, la plus tordue étant toujours la meilleure, car le point de départ a été utilisé déjà des milliers de fois, au moins.
Se rajoutent : un mari violent, celui de la femme aimée, et une dame mystérieuse, que notre photographe rencontre dans la galerie d’exposition, et qui porte le même nom que celle qu’il aime, qui habite au même endroit, et qui a un mari qui en tout point correspond à la description de celui du mari violent sus-mentionné.
Le cadavre va suivre dans la foulée…
Une histoire classique, mais les auteurs ont su maintenir l’intérêt des auditeurs jusqu'au bout. Narration épurée, réduite à ce qui est juste nécessaire. Un jeu du chat et de la souris pour lequel nous ne saurons qu'à la fin qui était le chat, et qui était la souris. (...)

YT JL Linconi Mystère Mystère - Cadavre à domicile -

Chaînes Youtube  - Page 2 Scree980

Commentaire sur le site. On n'a aucune chance d'en trouver un de ce genre pour commenter les fictions actuelles de France Culture tant elles sont minables.
Chaînes Youtube  - Page 2 Scree981

Philaunet 

Philaunet
Admin

15
Répondre en citant  
''Le pigeonnier sur la montagne'' d'Yves Jamiaque (1954) - Dim 14 Jan 2024, 14:05

Curly(https://regardfc.1fr1.net/t940p10-les-maitres-du-mystere-et-autres-series-de-germaine-beaumont-pierre-billard#38866) a écrit:« Faits divers »
(...)
Le pigeonnier sur la montagne (06-07-1954)
de Yves Jamiaque
avec Georges Chamarat (Mallard), Michèle Monti (Clara Verneuil), Nelly Benedetti (Lydia de Pavie), Pierre Moncorbier (le baron), Jean-Marie Amato (l’aubergiste), Gaëtan Jor, Charlotte Clasis, Florence Brière, Jacqueline Rivière, Lisette Lemaire, Pierre Leproux, Yves Duchateau, Jean Mauvais, Georges Brassa, Jean Bolo, André Wasley
Le point de départ : « Une toute jeune fille blonde portant des chaussettes de petite fille et un foulard jaune autour de la tête a, en moins de quarante huit heures, fait trois attaques à main armée à Washington »
La fiction est réussie, en ce que ce qu’elle s’éloigne considérablement du fait divers qui l’a inspirée, qu’elle est suffisamment tarabiscotée pour envoyer l’auditeur sur de fausses pistes, et que le lieu unique où se déroule l’histoire, une auberge isolée dans la montagne est truffée de personnages louches et pittoresques, notamment le toujours parfait Jean-Marie Amato en aubergiste qui cumule les trafics de tout et de n’importe quoi. (...)
Belles interprétations. Celle de Georges Chamarat en Mallard est particulièrement savoureuse, notamment lors des repas partagés avec les autres pensionnaires. On se croirait parfois dans du Pagnol. L'histoire, telle qu'expliquée à la fin, est encore assez tarabiscotée ou alors suffisamment complexe pour que l'on suive avec attention l'intrigue à la recherche d'indices.

En passant, un des personnages est qualifié en fin d'histoire de goujon (probablement "appât"), qui ici ne recouvre pas les définitions de Goujon du site Argoji.

Chaîne JL Linconi.
Chaînes Youtube  - Page 2 Scree983

à 3'13 : dans la montagne, de nuit, un homme essoufflé arrive à son rendez-vous ; il demande du feu et reçoit une balle en retour... Pendant ce temps, un aubergiste accueille une jeune fille pressée d'obtenir une chambre pour dormir et qui lui pose une étrange question. Quelques heures plus tard, le commissaire reçoit les journalistes pour leur annoncer l'assassinat par balle d'un important trafiquant d'armes, Jo Fastoni, retrouvé mort dans la montagne au-dessus de Menton...


Curly a écrit:La présentation de Pierre Véry comprend un passage plus que douteux : « des chaussettes de petite fille, ce détail n’est-il pas particulièrement attendrissant ? Quel homme digne de ce nom ne s’imaginerait pas volontiers faisant la rencontre de cette candide jeune fille que l’on aime à se représenter (…) ayant un besoin urgent de secours. C’est fou ce que l’on se sent galant homme tout d’un coup. Songez donc, des chaussettes de petite fille... »
Mais la fiction vole nettement au-dessus de ce propos vaseux.
Très vaseux.

Curly 

Curly

16
Répondre en citant  
Cristal qui songe (France Culture, 1977) - Sam 27 Jan 2024, 13:25

Sur YouTube, une fiction de science fiction d'après Théodore Sturgeon, "Cristal qui songe" (diffusion le 29-10-1977).
Copie intégrale, et compression un peu forte, comme d'habitude sur cette chaîne.

"Cristal qui songe" fait partie d'une série d'adaptations de romans de science-fiction diffusées dans les années 70 par France Culture. Production et adaptation de Catherine Bourdet.
Générique :
réalisation Henri Soubeyran
bruitages Louis Amiel
son Didier Gervais
avec Rosine Favey (Horty enfant), Eric Legrand (Horty jeune homme), René Clermont (Armand Bluett), Maria May (la serveuse), Evelyne Dandry (Kay Hallowell), Pierre Trabaud (La Havane), Annick Korrigan (Bunny), Agathe Natanson (Zena), Julien Guimar (le Cannibale), Jacques Maire (le maître d'école), Chistine Simon (Kay Hallowell enfant)

Quatrième de couverture (édition J'ai lu) : "Renvoyé de l’école à l’âge de huit ans pour avoir mangé des fourmis en cachette, Horty fuit la demeure de ses parents adoptifs qui le martyrisent et trouve refuge au sein d’un cirque ambulant où il devient le partenaire de deux naines, Zena et Bunny. Mais les personnages les plus extraordinaires du cirque restent son féroce directeur, surnommé le Cannibale, et son étrange collection de cristaux : des pierres aux pouvoirs mystérieux et néanmoins gigantesques."

                                                                                          Chaînes Youtube  - Page 2 Oper2386

Dans la même série, donc par la même équipe, "Une porte sur l'été" (02-10-1976) d'après Robert Anson Heinlein
chef opérateur du son Marcel Grenier
avec Jean-Pierre Cassel (Daniel Boone Davis), Claude Gensac (Belle), Pierre Mondy (Miles), Agathe Natanson, René Clermont, Guy Piérauld, Hubert de Lapparent, Christine Malouvier, Jacques Maire, Jean-Paul Tamaris, Jean-Pierre Moreux et Joé Noël
Présentation (édition Livre de poche) : "Ingénieur de génie, Daniel B. Travis découvre que sa fiancée et son meilleur ami l’ont trahi ensemble et lui ont volé l’usine de robots qu’il a fondée. Ils s’en débarrassent en l’expédiant dans l’avenir à travers le Long Sommeil avec pour seul compagnon son chat Petronius. Un chat qui, l’hiver, fait le tour de toutes les portes de la maison, car il est certain que l’une d’elles s’ouvre sur l’été. Mais il y a d’autres façons de voyager dans le temps que le Long Sommeil. Et donc de se venger. Et de trouver sa porte sur l’été."

Philaunet 

Philaunet
Admin

17
Répondre en citant  
''Nocturne pour un pauvre diable'' de Jean Chatenet (1957) - Jeu 08 Fév 2024, 07:28

"Nocturne pour un pauvre diable" de Jean Chatenet (1957) : descriptif, analyse et critique ci-dessous utiles et bienvenues. Joli scénario de film criminel, l'histoire s'écoute d'une traite.

Chaînes Youtube  - Page 2 Scre2183

Curly(https://regardfc.1fr1.net/t940p20-les-maitres-du-mystere-et-autres-series-de-germaine-beaumont-pierre-billard#38921) a écrit:Faits divers
bruitages Gabriel de Rivage
prise de son Jean Godet (Nocturne) / Jean Delanduc (Contredanse)
opérateur Charles Marié


Nocturne pour un pauvre diable (09-04-1957) [le lien mène vers une version de l'émission ne contenant que la fiction]
de Jean Chatenet
avec Roger Hanin (Nathaniel), Jean-Marie Amato (Benjamin Webster), Rosy Varte (Nadia), Jean Mauvais, Roger Crouzet, Guy Piérauld, Henri Virlojeux et Yves Duchateau


Jean Chatenet présente sa troisième pièce pour « Faits divers ». Les deux autres, « Beaucoup de bruit pour rien » et « Les passagers du Fidelio », dont il ne reste aucune trace dans les archives, sont résumées en introduction par Maurice Renault. Rappel utile pour donner envie de découvrir ce nocturne.

Le fait divers qui a inspiré la fiction a posé problème. Maurice Renault ne nous dit pas lequel, mais on le devine à sa lecture :
« Londres, 18 octobre. Des flaques de sang sur le plancher de la salle commune d’une ferme et dans un camion. Une paire de lunettes et une meule de foin dans laquelle deux hommes se sont battus, tels sont les éléments dont dispose Scotland Yard pour résoudre le mystère d’un crime sans cadavre. (…) »
Le patron de la ferme avait disparu, et des traces de sang, abondantes, permettaient de comprendre que la meule de foin avait « été le lieu d’un combat féroce ».

Trop de sang, trop de violence sans doute dans la première version de la pièce de Chatenet, c’est une hypothèse en tout cas sérieuse qui pourrait expliquer que l’auteur a remis son ouvrage sur le métier pour en offrir une version plus convenable. La fin en a été changée, pour l’améliorer nous explique Maurice Renault, mais lorsque nous la découvrons, nous pouvons supposer qu’il y eut une autre raison : enlever les traces de sang. Donc, exit la meule, exit le camion. Il ne va rester que la ferme et un règlement de compte entre deux truands. Rien d’extraordinaire. Le dénouement n’exploite aucunement les éléments les plus saillants du fait divers, ceux qui pouvaient le plus exciter l’imagination d’un auteur.

La pièce se déroule dans un lieu unique, dans le salon du propriétaire de la ferme (Jean-Marie Amato), gangster repenti, qui reçoit la visite de son ancien boss qu’il a plaqué (Roger Hanin) et qui vient le relancer pour un nouveau coup. Leur affrontement, fort conventionnel, déçoit beaucoup par rapport au fait divers annoncé plus avant. Le boss tend un piège au fermier, qui le découvre, entraînant à un combat vite expédié qui clôt brutalement la pièce.
Les deux acteurs principaux ont du coffre, mais Amato, coutumier de ce genre de rôle, introduit plus de subtilité dans son jeu que Roger le Gorille, qui avance avec ses grosses patasses dans l’histoire, alors qu’il pourrait être plus inquiétant, plus diabolique. (...)


Quinze ans plus tard, l'esprit, le ton, l'atmosphère sont bien différents. L'action s'efface, les dialogues sont sans rugosité ni vivacité, l'imagination s'est envolée, l'ennui s'installe. Un certain théâtre, une certaine littérature proposent au spectateur et au lecteur de trouver géniale l'exposition de pas grand-chose. Difficile d'accrocher à cette "Rose thé".
Curly(https://regardfc.1fr1.net/t940-les-maitres-du-mystere-et-autres-series-de-germaine-beaumont-pierre-billard#37870) a écrit:Les sept premiers billets regroupent des textes dispersés dans le fil des Nuits de France Culture.(...)
11 juin 2019
« L’heure du mystère », l’émission de Germaine Beaumont, diffusée en alternance avec celle de Pierre Billard, « Mystère, Mystère », de 1965 à 1974.(...)
Deux dramatiques de Jacques Fayet, qui en plus d’être auteur et acteur, est le quasi excellent (l’excellence pure étant réservée à Avis critique) créateur des Nuits.
- Une rose thé dans un vase de cristal, du 10-07-1973 (...)

Contenu sponsorisé 


18
Répondre en citant  
Re: Chaînes Youtube -

Chaînes Youtube     Page 2 sur 2

Haut de page ↑   

Aller à la page : Précédent  1, 2

Accueil / Web & médias

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum