-->
Forumactif

Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 

Le deal à ne pas rater :
Codes promo Cdiscount : -30€ dès 399€, -100€ dès 999€
Voir le deal

Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Regards sur France Culture » LES FORUMS » France Culture » Les chroniques belles et ambitieuses de la matinale

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Accueil / France Culture

Les chroniques belles et ambitieuses de la matinale    Page 3 sur 4

Bas de page ↓   

Philaunet 


Admin

21
Répondre en citant  
''Myriam Mihindou exprime au micro de Marie Sorbier son ressenti face aux oeuvres africaines exposées dans l'institution muséale''. - Mar 23 Fév 2021, 22:07

Dans le numéro d'Affaires culturelles, Marcel Cohen du 17/02/2021, moins de 18 minutes après son commencement, et moins de 12 minutes après la première prise de parole de l'invité, voici la chronique Affaire en cours d'une certaine Marie Sorbier où l'on notera à la voix le niveau de maturité de l'intervieweuse et la réflexion tout à fait originale (il paraît qu'il faut désormais utiliser des clignotants pour l'ironie) de l'artiste plasticienne invitée à exprimer "son ressenti face aux œuvres africaines exposées dans l'institution muséale".

Cela donne cet échange durant les 4 premières minutes sur dix, seulement, car écouter l'intégralité serait une souffrance.
Avant de découvrir l'exposition "Ex Africa" du musée du quai Branly le 21 février à 21h sur Culturebox, la plasticienne Myriam Mihindou exprime au micro de Marie Sorbier son ressenti face aux oeuvres africaines exposées dans l'institution muséale. [son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/21583-17.02.2021-ITEMA_22577056-2021C41226S0048.mp3" debut="17:50" fin="22:13"]
Voir aussi Un traitement par-dessus la jambe de Marcel Cohen, ce gêneur.

*******************

Récapitulatif hebdomadaire : 32 contributions du lundi 15 au dimanche 21 février 2021 (8e semaine)

Curly 

Curly

22
Répondre en citant  
Plus beau que le plafond de la Chapelle Sixtine : le vrai carnet filo à Didine - Mar 06 Avr 2021, 16:54

Le carnet filo du jour est parti trop tôt à l'impression. Malheur à ceux qui ont osé publier la pensée filo à Didine sans la touche finale magique à Didine. Malheur à tous ces gens pressés qui saccagent le travail bien fait.
Voici le bon, le vrai carnet filo à Didine.

Les chroniques belles et ambitieuses de la matinale - Page 3 Doc_110 Les chroniques belles et ambitieuses de la matinale - Page 3 Doc_210 Les chroniques belles et ambitieuses de la matinale - Page 3 Doc_310

Curly 

Curly

23
Répondre en citant  
''Mes paradoxes à moi : pourquoi j'en ai marre'', par Didine - Ven 23 Avr 2021, 12:32

En exclusivité mondiale voici la première version, la vraie, non censurée, du carnet à filo à Didine frais du jour .

                                                            Carnet à filo > Épisode : Mes paradoxes : pourquoi j’en ai marre

Peut-on être indifférent et même fatigué par le spectacle de la vie quotidienne du carnet à filo (et de sa responsable Didine) ?

Si quelqu’un était passé à côté, je le rappelle : Moi Didine, filosofe françoise, déchire la pensée humaine tous les matins à 8h51, heure françouaize. Direction le néant, dans les tunnels de la pensée con & temporaine.
J’avais bien senti qu’il se tramait quelque chose contre moi depuis des jours, si ce n’est des semaines. On veut que je parle d’autre chose que moi.
Et c’est vrai qu’en ces temps moroses, parler d’autre chose que de mes vrais/faux petits problèmes persos pour toucher à l’universel des hyper sexistes et fatalement genrés magazines féminins, s’envoler vers l’espace infini de l’intelligence, ça fait rêver. Bon, de toute façon, ça a toujours fait rêver.
On est toujours un peu ému quand on part aussi haut dans la réflexion, toujours émerveillé quand on imagine ce que ça pourrait être mon carnet à filo s’il partait au fin fond de l’espace intersidéral.
Tous les jours, je m’émerveille sur quand je dis bonjour à ma voisine, sur quand je vais laver mon linge, sur quand je regarde des séries Netflix, sur quand j’arrive pas à lire un livre. J’aurais même raconté la fois où j’ai regardé une émission sur les bébézanimaux (trop mignon).
Difficile de ne pas être impressionnée, surtout quand je passe 190% de mon temps au même endroit à faire les mêmes choses.
Et pourtant, je me demande : peut-on en avoir ras la casquette ? Et même être un peu fatigué à force de s’entendre dire que y’a des paradoxes partout, que c’est vraiment trop étonnant et dingue ? 

VOIR AUTRE CHOSE QUE MOI

Il n’y a aucun doute là-dessus : j’en ai marre. Regarder des séries avachie dans le canapé, aller faire mes courses, faire le ménage (bonjour le sexisme), avoir une vie aussi minuscule. Je ne nie pas du tout la dimension à la fois dingue et nécessaire de tout ça.
Mais voilà, ça ne me fait plus grand-chose. Au bout de huit mois de chroniks et six cent mille paradoxes, je me dis que j’ai compris. En fait, je sais bien que je n’ai rien compris puisque je n’ai pas cherché à comprendre pourquoi j’ai compris, ce qui nous amène droit vers un nouveau paradoxe zut de zut.
Mais ce que j’ai compris, c’est que le spectacle de ma vie à moi s’arrête là pour moi et que je bute sur ce sentiment : je ne ressens pas ce besoin de voir “autre chose” pour voir autrement, je ne suis pas convaincue qu’il faille sortir de moi, juste le temps de voir ailleurs, pour élargir mon horizon. 
Vous me direz : problème de curiosité, problème de logique, car, c’est évident, pour apprendre, savoir, penser, il faut sortir, aller sur le terrain, voir autre chose. Mais est-ce vraiment sûr ? Et si, paradoxalement, lever les yeux au-delà de moi n’élargissait rien du tout ? 

LA PRISON DE MOI


Et si lever les yeux au-delà de moi n’élargissait rien, mais même pire, me rétrécissait ? M’empêchait de voir en moi et autour de moi, et de me demander pourquoi je veux tant regarder ailleurs ? 
C’est comme s’il suffisait de voir juste des clichés d’ailleurs que chez moi pour avoir l’impression qu’on est pas tout seul et qu’il y a d’autres gens qui vivent ailleurs que chez moi, qui n’ont rien à voir avec moi, et qui sont plus nombreux que moi, plus grands, plus biens, plus beaux, pour les yeux et l’esprit, et donc de forcément inquestionnables. Et alors du coup je le mets où, moi, mon paradoxe si je peux plus rien questionner ? Et si au dedans de moi c’était finalement mieux que au dedans de les autres ?
Dans lescitationscélébres.com, Hannah Arendt dit à ce propos et à ce sujet :
                                                                                « Pour être confirmé dans mon identité, je dépends entièrement des autres. » 
Et Arendt de s’inquiéter de ce lieu commun (c’est elle qui le dit) selon lequel “l’Humanité (donc moi) ne sera pas toujours rivée à la Terre (donc les autres)”.
Contrairement à Arendt, je ne suis pas inquiète, j’ai pris mon Xanax, tutto va bene. Je ne pense pas que ce monde plein d’autres que moi me coupe de moi, mais je crois que le problème est plutôt là : pourquoi n’être rivé qu’à moi m’est-il si insupportable que ça ? 

                                                                            CE CONTENU FAIT PARTIE DE LA SÉLECTION
                                                                                                        LE FIL CULTURE

Curly 

Curly

24
Répondre en citant  
Poézie filozofique avec Didine - Lun 03 Mai 2021, 17:50

The Filo's Corner

Aïe aïe aïe...un plaisantin s’est amusé au dernier moment à farcir le carnet à filo à Didine frais pondu du jour en y ajoutant des éléments d’actu qui en enlèvent toute la substantifique bidule chose, créant une foule de contresens qu’il convient de rectifier.
Notre cellule d’investigation a récupéré le texte original à Didine. Y’a pas à dire, il a vraiment d’la gueule.

Poézie filozofique
                                                                                                                                           Je veux
                                                                                                                                                                                                                        par Didine

                                                                                                                                     J'ai une obsession
                                                                                                                                     Moi, je prends tout.
                                                                                                En témoignent ces sites pour décrocher un rendez-vous

                                                                                                                                                     Vite

                                                                                                                                il y a une forte demande
                                                                                                                                          Et comment ?
                                                                                                              Et surtout à quoi est-on prêt pour le faire ?
                                                                                                                                quelles sont mes limites ?
                                                                                    Suis-je prête à potentiellement prendre la place de quelqu’un d’autre ?
                                                                                                 suis-je prête à guetter des rendez-vous, à attendre des heures
                                                                                          à me faire jeter et réprimander sur le moment pour avoir fait tout ça ? 
                                                                                                                             pourquoi être en manque,
                                                                                                                                                 obsédé ?
                                                                                                         une obsession justement, un désir incontrôlable

                                                                                                                                il y a plus dans ce désir
                                                                                                                                       l’envie d’en finir
                                                                                                                         l’envie d’en finir par soi-même
                                                                                                                                  choisir quand en finir
                                                                                                                    ce désir, on peut en faire un choix     

                                                                                                                                        c’est plus facile

Curly 

Curly

25
Répondre en citant  
La semaine de Fabrice - Ven 07 Mai 2021, 19:26

Nous sommes arrivés au week-of-the-end, et il est temps de faire le bilan de la semaine popolitique.  
Cette semaine fut décisive, plus que la précédente, moins que la prochaine, moins que la précédente et plus que la prochaine.
Une seule bitte à laquelle s’accrocher pour mieux comprendre les enjeux, les tenants et les aboutissants de cette semaine cruciale, à un an de la présidentielle, et à cent ans du tricentenaire du bicentenaire de la naissance de Jean de La Fontaine de Trevi, et cette bitte se nomme Fabrice à Waterloo .
Grâce à son journal intime popolitique, nous pouvons retracer dans ses moindres détails les grandes lignes des évènements qui auront fait de cette semaine une semaine décisive.

                                                                                La semaine de Fabrice à Waterloo

Lundi  :
Fabrice a constaté, alors que nous non - pauvres de nous – qu’en raison d’une crise sanitaire indépendante de notre volonté place est faite dans les médias et dans les décisions gouvernementales aux scientifiques et médecins de tous poils, même les plus poilants.
C’est vachement important la science, et Fab’ se demande si finalement on devrait pas tenir compte aussi de ce qu’ils disent, parce que ce sont des savants. Ils en savent des trucs et des machins, et en cas de fin du monde, c’est pas un popolitique qui va inventer un vaccin anti-apocalypse.

Lundi  :
Panique en PACA, trahison à Marseille. Le traître a jeté un glaçon dans le pastis, ça a éclaboussé partout.
Mais mais mais...si le président s’allie avec un candidat de droite, ne serait-ce-t-y pas pour gratter des voix à droite ?
C’est ce que Fab’ se demande. Et il a raison de se demander, car la réponse est complexe. Pas la place ici de développer, mais tout ce micmac ne serait qu’une stratégie pour gagner des élections, et mettre le pastis chez les opposants.
Une analyse d’une grande lucidité. Fab’ a écrit ici une grande page d’Histoire de France. Reste plus qu’à la mettre en boule pour faire un panier.

Lundi  :
Suite de la veille, c’était un diptyque.
La popoliltique est un grand théâââtre. Une comparaison drôlatique et néanmoins hilarante (c’est le jour des enfants ne l’oubliez pas).
Extraordinaire, la vie est un théââââtre. Fab’ fait dans l’expérimental.
L’analyse est pointue, il convient donc de l’arrondir : pour gagner dans des élections, les candidats sont prêts à s’allier à tout ce qui traîne - et surtout à tout ce qui possède un réservoir de voix - pour pouvoir gagner. Car ils veulent tous gagner, et à chaque fois y’a qu’un poste à pourvoir. Pas de liste d’attente, rien. Foutu jusqu’à la prochaine.

Lundi  :
Nous sommes sortis lessivés de ce diptyque, donc Fab’ pense à nous essorer les méninges.
Attention attention, après les régionales, les présidentielles. C’est dans un an. Boudiou le temps passe vite !
Eh bien le président, il veut repasser une deuxième fois, car il a constaté qu’il restait des plis au niveau du col lors du premier passage. Alors il a sorti le fer, il a fait chauffer la macchina, et il va tous les écraser.
Le secret pour gagner des élections, Fab’ nous le donne. Si le Président écoute, il ne lui reste plus qu’à suivre le tutos. Et si ses opposants écoutent, pareil, à part qu’ils vont perdre parce que le tutos n’est valable que pour le sortant qui veut rerentrer avant de sortir.
Comment qu’il va faire ? Il va siphonner les voix en les leur piquant. Extra. Et pour les leur piquer, rien de plus simple que de leur piquer ce qu’ils disent en faisant croire que c’est plus d’eux.

Lundi :
Le monde a changé en un an. Pas seulement parce que douze mois se sont écoulés, non, mais il s’est produit un évènement majeur qui a abouti à des orientations inimaginables il y a un an parce que cet évènement s’est produit.
S’il n’y avait pas eu le Coronabidule, il n’y aurait pas eu de vaccins contre le Coronamachin, et par conséquent, personne n’aurait pensé à vacciner un max de peuple pour faire repartir le business.
C’est fou, les gouvernements sont prêts à tout pour pas atomiser l’économie de leur pays. Dingue dingue.

Maintenant, si vous ne pensez pas que cette semaine a été décisive et cruciale c’est que vous n’avez rien compris. Tout ce qui va se passer la semaine prochaine risque d’être en grande partie la suite logique de ce qui s’est passé cette semaine. Alors faites pas les rebelles, suivez Fab’ pas à pas. Fastoche : vous ne pouvez pas vous perdre avec quelqu’un qui fait du surplace.

Curly 

Curly

26
Répondre en citant  
Drame à la Maison Ronde : France Culture a perdu un auditeur. - Mar 11 Mai 2021, 18:58

Parmi les billets de vide du jour, nous aurions pu nous arrêter sur :
le billet popolitique de Fabrice à Waterloo qui découvre qu’en temps de campagne présidentielle ça manipule à tout va pour avoir la win attitude, et nous sommes contents pour Fab’, c’est bien qu’il découvre des trucs tous les jours, mais il pourrait les garder pour son journal intime.

Le billet transitionnel du Granule (celui qui facilite le transit écolo) qui a lu le dernier pensum de Joëlle Zask, qui non contente d’être invitée sur toute la grille de France Tutute à chaque fois qu’elle pond une pensée, est citationnée dans les grandes largeurs par le Granule, qui remplit ainsi sa chronique à peu de frais. Non seulement il joue au copié/collé, mais en plus il fait la promo pour Z comme Zask, la repenseuse du vivant.

Le carnet à filo à Didine. Que dire de Didine… Que dire… Elle nous raconte sa life familiale perso, parce que ça parle à chacun dans l’au dedans de nous. Ses histoires de bambins à la crèche qui se chopent le Covid, on pourrait s’en tamponner, mais on aime bien Didine, et puis ça lui sert pour sa démonstration filozofik, qui porte sur le fait d’avoir le choix entre foutre son gamin au parc ou ne pas l’y foutre, et que quand on fait un choix, ça veut dire qu’on a laissé un autre choix de côté, mais comme on a choisi déjà, ben c’est fait quoi on peut pas retourner en arrière. C’était la filo.

Si je vous dis : «Jouer c'est rester le plus possible fidèle à ses pensées », que répondez-vous ? Que c’est forcément la pensée du jour de la gélule du Grand Mamamouchi , « A quoi pensez-vous ? ». Des pensées d’une grande profondeur, tellement profondes qu’il ne reste plus qu’à les enterrer une bonne fois pour toutes et poser un panneau attention danger dessus pour que plus jamais un tel fléau submerge les zondes de France Rurutre.

Le billet de 10h50 avec Machin mérite-t-il l’attention ? Non, donc nous allons en parler. Machin revient sur sa passion pour le vélocipède. Une fois qu’il l’a comparé à un Dieu que l’on révère, il file sa métaphore, et pis voilà, Machin a rempli sa minute jusqu’à demain où il devra à nouveau creuser dans les mines de rien pour y trouver un nouveau filon.

Nous aurions pu effectivement nous arrêter sur ces billets, et ce conditionnel me paraît légèrement survendu, car ce que nous aurions pu faire nous le fîmes. Logique.

Et l’humeur de Diloulilouli-les Matins-Gullaume Erner-talalilalou  ? C’était lui dont au sujet duquel j’aurais dû faire un arrêt obligatoire et prolongé. Il ne sera pas notre vedette mais notre terminus.
Il revient sur un de ses sujets de prédilection, Michel Fourniret, et c’est là que c’est assez rigolus. Le sujet de sa bafouille matutinale est que justement il serait peut-être temps de plus en parler. Mais bon Dieu de foutre Dieu ! C’est lui qui nous en cause ! Et c’est pas la première fois ! Alors pour nous dire, lui, qu’il faudrait qu’on en parle plus tout en en parlant, avouez que même Didine n’arriverait pas à se défoncer avec un tel paradoxe, et pourtant, Didine, elle est sacrément balaise en paradoxes.
Que les monstres fascinent, c’est pas une première, ni une dernière, et c’est pas parce que Guillaume-tagadigadu des Matins veut changer les choses, que ça va changer !
Alors non seulement il veut plus en causer tout en en causant, mais en plus il en cause sur une chaîne tuturelle qui en a causé un peu beaucoup.
Nous nous quitterons donc sur du Fourniret made in Guillaume-tagadigaploum des Matins-tagadigadoum de France Cultrure-tapimtougoudou l’esprit d’ouverture :
« Dans la trouble fascination exercée par les faits divers, il faudrait faire en sorte que les meurtriers sombrent dans l’oubli de leur vivant. »
D’où un billet entièrement consacré à Fourniret, qui fut précédé par :

                                        Les chroniques belles et ambitieuses de la matinale - Page 3 Opera855

Curly 

Curly

27
Répondre en citant  
Du rien au kilo - Lun 17 Mai 2021, 18:59

L’inconvénient avec les chroniques de rien, c’est que quand on a rien à dire et qu’il faut tirer à la ligne tous les jours pour satisfaire les amateurs de rien – et y’en a, parce qu’avec rien on est jamais déçu, tout roule comme sur des roulettes, rien ne vient rien perturber, c’est sécurisant – à un moment donné fatalement on se met à débloquer un peu dans tous les sens. Oh ce n’est pas bien grave, on ne peut en vouloir aux faiseurs de rien, parce qu’à leur place, on débloquerait aussi. Tiens, essayez d’avoir un avis un peu sur tout, sûr qu’à un moment crac vous allez dérailler. Surtout à chaud comme ça, à l’arrache. Alors de votre avis sur tout il risque d’en sortir du rien.

On commence mollo mollo avec l'humeur de Guillaume-à-la-sept-à-la-huit-à-la-neuf-il-est-neuf-heures : hommage à l’inventeur du post-it, qui est dorénavant passé sur votre ordi. Voilà. Les-Matins-tiloulilouli-Guillaume-Erner vous prend deux minutes et ne vous en fait rien. Surtout, il fait une allusion aux auditeurs qui, au moment où il cause seraient éventuellement dans la douche. Vous écoutez Guillaume-sept-neuf-tagadagatsoin dans votre douche ? Veinards !

Le billet popo & litique de Fabrice à Waterloo. Des ministres partent en campagne pour les régionales. Résultat, l’opposition oppositionne, la majorité tente de s’imposer comme majorité du pire ou du mieux qu’elle peut suivant le point de vue. Fabrice rappelle les faits, pour en tirer du rien, sa spécialité. Apparemment il y aurait en plus des présidentielles en 2022, paraît-il. Fabrice n’en est pas trop sûr, alors il nous le répète tous les jours, ça lui sert de pense-bête à défaut de post-it.

Le transit et son post-it transitoire  : les giga méga concerts dégazent à mort, et surtout à effet de serre. Nooooooon ? Sans déc’ ?
Transit Man a besoin d’un think tank dont il cire les pompes et pompe le rapport pour nous en persuader. Et en donnant comme exemple une artiste d’exception comme Céline Dion, sûr que ça va ratisser large  et pis ça permet d’ajouter une note d’humour pour dépressifs.

The Great Mamamouchi pose toujours la même question à un artiste en prélude au tapis rouge qu’il va dérouler mollement en fin d’après-midi. La réponse : l’artiste, eh bien il crée, et quand il a créé il réfléchit.
Le rien, c’est comme l’éternité, ça peut être vertigineux.

Il reste Didine et son carnet à filo .
Didine a déraillé. Oh c’est rien, on ne lui en tiendra pas rigueur. Quelle importance.
Didine a collé son cerveau à la super glu sur le fait divers de ce week-end, le patron d'une scierie assassiné par un de ses employés.
Une rude réflexion sur les faits divers s’ensuit. Didine envoie un peu tout bouler parce qu’elle a envie de sortir une pensée neuve, elle veut se distinguer. C’est lundi, elle va pas sécher direct en début de semaine sur son sujet du jour.
Une chose est sûre : elle n’en pense rien, car le rien étant le thème de sa gélule quotidienne, elle veut à tout prix éviter le hors-sujet.
Il convient juste de mettre en rapport les faits d’une part, et le résultat de son moulinage de la pensarde de l’autre. Vos commentaires, vous vous les gardez. On ne commente pas la pensée de Didine, on l’admire, c’est ce que j’ai toujours fait :

Les faits. « Mardi matin, vers 8 heures, (un) jeune homme est arrivé à la scierie du village spécialisée dans le bois de châtaigniers où il était employé depuis un an environ. Il y était visiblement en conflit pour des problèmes d’horaires de travail. Il ne dit pas bonjour à son patron qui le lui fait remarquer (…) Il a alors tiré dans la tête de son patron, mort sur le coup, puis dans la tête d’un collègue qui s’était interposé. » Source Libé .
La pensée à Didine : « Mais pourquoi ne pas (…) essayer (...) de (...) saisir leur essence (aux faits divers) (...) anodine, inactuelle, terriblement banale ? »

Étrange coïncidence, Machin une heure après a balancé une nouvelle mouture de son essentielle "métaphysique du flan". Le flan, plutôt que métaphysique, nous le verrions comme métaphore.

Curly 

Curly

28
Répondre en citant  
La méquanel Mernik - Jeu 15 Juil 2021, 11:46

Pour fêter le départ de la Chancelière allemande, France Culture a sorti le grand jeu pour nous concocter une série de chroniquettes en forme de bilan de santé.

Attention, c’est du sérieux, aux manettes nous avons  le spécialiste des questions/réponses internationales de Radio France – un cerveau – et ce n’est pas tout, ah ah non, deux cerveaux valent mieux qu’un, donc voici pour compléter le duo le correspondant de Radio France assigné à résidence en Allemagne.
Le résultat ne peut être que du lourd et du pointu. Pour résumer, ça va déchirer. Plus spécialistes, vous pouvez pas, les gars, ils baignent dans l’huile, plus au courant y’a pas, ils sont au top niveau, à la pointe de leur épée.
Ils méritent amplement nos félicitations les plus bruyantes. A la une à la deux à la trois, tous ensemble tous ensemble applaudissons durant 5 mn, faisons la ola en même temps, soyons synchrones, hurlons notre joie. RDV dans 5mn.

…………………………………………………………………………………………………………………….............................................................................................................................................

Ouf ! Crevant mais ça valait le coup vous allez voir. Ah parce que vous n’avez pas lu ou écouté l’œuvre ? Vous avez donc fait tout ce ramdam avec moi comme ça, juste parce que je vous l’ai dit ? Non, ce n’est pas possible, vous n’avez rien fait, comme moi, vous avez juste lu et regardé la ligne avec le petits points en vous disant « ah la la, quelle catastrophe allons-nous avoir encore... »
Oui, vous n’avez pas été dupes de ma mise en scène pétaradante, vous sentez bien que nous nous acheminons vers une série d’articulets écrits avec la fiche Wiki d’Angela Merkel sous la main, « La psychologie pour les nuls » sur la main, et avec des reportages époustouflants sur les lieux, car, don’t forget les loulous, un des coupables est assigné à résidence in Germany par la volonté de la radio nationale et néanmoins publique.
Des six volets nous avons à l’heure où je tape les trois premiers, soit, si mes calculs sont bons, la moitié. Nous nous passerons à l’aise Blaise des trois autres, nous en devinerons à l’aise Raoul la teneur.
Le résultat est poignant, un grand sons et lumières (version vidéo en option) entre un publi-reportage de Paris-Match et un article de fond de Cosmo. Du lourd. Avant d’en parcourir la surface, à défaut du fond qui pointe aux abonnés absents, applaudissons en hurlant de toutes nos forces la Ligne Éditoriale de la chaîne tuturelle. A la une à la deux à la trois,

…………………………………………………………………………………………………………………….............................................................................................................................................

Le titre, « La mékanique Merkel ». Zavez saisi l’humour ? Le « k » dans mékanique, c’est pour rigoler avec le « k » dans « Merkel ».
Nous avons échappé à « La Mercanik Merquel » et à « La Merkanelle Menique ». Personne aurait compris, pourtant parfois nous avons à y gagner à ne rien comprendre.

Troisième volet (je les fais dans le désordre) : « Angela ou la plasticité ».
Afin de nous la rendre familière, les journalistes ont choisi de l’appeler par son prénom. N’allez pas croire que c’est du sexisme, c’est juste pour nous la rendre proche de nous les gueux.
Plasticité car pragmatisme.
Plasticité. On imagine tout de suite la Chancelière en train de faire de la gymnastique artistique, c’est bien plus mieux que pragmatruc.
La synthèse a été piquée au poivrot du Bar des Amis de Pétaouchnok-les-Oies : « C'est une scientifique. Elle réfléchit toujours avant d'agir. »
Au cas où le poivrot en question se souvienne d’avoir prononcé cette forte pensée, nous l’invitons à se manifester au plus vite auprès de France Culculre pour les droits d’auteur. Attendez attendez deux secondes (en fait n'attendez pas, j'ai juste reçu un coup de fil que vous n'entendez pas), le Bar des Amis a fait valoir ses droits, nous sommes dans les clous.

A partir de cette constatation scientifique, la conclusion s’impose :
« Angela Merkel est donc capable de changer d'avis. »

Après le théorème, la démonstration.
« Il y a ces moments où Merkel a été poussée par ses propres valeurs de charité, d'hospitalité (…)
C'est cet accueil qu'elle avait résumé en une phrase choc, "Wir shaffen das", restée très célèbre (...) C'était un peu comme si elle disait au peuple allemand : "Soyez plastiques, vous aussi, adaptez vous. On va y arriver."
 »
Mais hélas, la fin tombe comme un couperet :
« en laissant un nouvel espace et un boulevard à l'extrême droite.
(…) cette plasticité aura peut-être pour le pays de lourdes conséquences.
 »
Aïe aïe aïe le claquage.

Premier volet : « Angela ou la stabilité »
« La stabilité, chez Angela Merkel, est une obsession. Normal, pour une conservatrice. » Bar des Amis Ltd (Tous droits réservés)

« "Stabilität." C'est ainsi qu'on dit "stabilité" en allemand. C'est assez simple. Vous pouvez fouiller les discours d'Angela Merkel, elle en parle presque à chaque fois. »

« On lui prête même un symbole pour exprimer cette stabilité.  (…) En allemand, on dit un "Raute" (avec même sa page Wikipedia !). »

« Cette stabilité s'exprime aussi au travers de son corps. Cette même coupe de cheveux, sauf depuis quelques années, avec un peu plus de volume pour, dit-on, lui donner un côté un peu plus chancelière. Cette même veste, qu'elle a trouvée un jour dans un magasin de Hambourg et dans lequel elle retourne très souvent pour racheter toujours le même modèle, mais dans des couleurs différentes. Et puis, ce collier ras du cou qu'on appelle le "collier Merkel" »

Retour de bio, avec interprétation psykolojik :
« Angela va grandir dans la morale et l'austérité.
(…) Cette obsession pour la stabilité (...) elle a compris que cela pouvait être payant.
 » bien qu'en légère contradiction avec la plasticité, mais ne compliquons pas les choses, simplifions les, c'est plus simple.
Donc,


Deuxième persienne : « Angela ou la simplicité »

« Le luxe, l'ostentatoire, ce n'est pas son truc. » Bar des Amis Ltd (Tous droits réservés)
« Angela Merkel s'apprête à quitter le pouvoir. Elle aura été chancelière pendant seize ans. Comment a-t-elle fait pour rester aussi longtemps la femme la plus puissante du monde ? » Par sa simplicité, sa plasticité, sa stabilité, son empathie… et une boîte d’épinards au petit déjeuner.
« Angela Merkel cultive la simplicité, ce côté madame Tout le monde. Elle adore par exemple révéler sa recette de cuisine préférée, une simple soupe de pommes de terre. »
« Souvent, on peut voir la chancelière déambuler dans son quartier, dans les rayons des supermarchés. Les habitants l'appellent "la petite dame", ne l'importunent pas. »
« De temps en temps, la chancelière "normale" s'octroie quand même quelques petits plaisirs, comme les vins et les fromages français, qu'elle adore par dessus tout et qu'elle trouve aux Galeries Lafayette de Berlin Friedrichstrasse. »
« Merkel apparaît de façon générale assez peu dans les médias.
(...) l'épisode des tremblements à l'été 2019, plusieurs crises successives en public. Les médias en ont parlé, mais ça n'a pas duré très longtemps. Ils ont accepté la version officielle
Et l'histoire s'est arrêtée comme cela, de façon totalement simple et normale. 
»

Touchant n’est-ce pas ? Tenez, je vous laisse cinq minutes pour vous remettre de vos émotions.

…………………………………………………………………………………………………………………….............................................................................................................................................

Il fallait bien s’arrêter, mais c’était sans compter la quatrième partie « Angela ou l’empathie » :
« Imaginez, vous êtes en face d'Angela Merkel, vous avez quelque chose à défendre. Vous ne savez pas ce qu'elle pense, vous êtes embêté et en même temps, vous n'allez pas vous dire elle est contre moi. Et c'est ainsi qu'elle récolte les lauriers avec le jeu des coalitions.
Cette analyse tient pour le mariage homosexuel.
 » Bar des Amis Ltd (Tous droits réservés)

Curly 

Curly

29
Répondre en citant  
La leçon de piano - Jeu 19 Aoû 2021, 11:35

J’avions prévu un petit billet pour le fil des Nuits, lorsque je tombions sur ceci.
Une chronique, encore, toujours. Le summum de l’innovation radiophonique. Du délire.

Celle-ci n’est qu’une vaste opération promotionnelle pour le livre dirigé par le chroniqueur, et dans lequel il pioche sans vergogne pour se donner l’occasion de citer les références. Donc bourrage de crâne, et effort mimimal du chroniqueur qui n’a presque rien à faire.
Le livre étant sur la mondialisation, effectivement tous les objets sont étudiés exclusivement sous cet angle. D’où le côté répétitif.
Mais la lecture de la chronique sur le piano ne manque pas de surprendre – moyennement, c’est vrai.
Concernant l’histoire du piano, nous avons cent fois moins d’informations dans la chronique que dans l’article Wikipédia qui lui est consacré. Parce que nous ne parlons QUE de la mondialisation, et que nous découvrons que Tout n'est que le résultat à un moment donné de l'exploitation de l'Homme par l'Homme, de l'exploitation de la Nature par l'Homme, ou de l'Exploitation des femmes par la Patriarcat Capitaliste. Je simplifie ? Pas assez il me semble, ce qui se nomme la Mondialisation.

Pourquoi le piano ? « On en joue aujourd'hui aux quatre coins du monde. » Et ça tombe bien, puisque la mondialisation, c’est le sujet de la chronique.
L’histoire se résume à « S’affirmant contre l’aristocratique clavecin, le triomphe du piano fut en effet au XIXe siècle celui des bourgeoisies occidentales... »
Et je vous offre la fin de la phrase, en forme de promo : « ...tel que nous le raconte l’historien Sylvain Venayre dans Le Magasin du monde, ouvrage qui nous sert de référence pour ces chroniques. » Et ouvrage dirigé par le monsieur qui parle là présentement dans le micro.

Piano = bourgeoisie. C’est vrai. Et d’ailleurs pour le prouver, le chroniqueur sort une référence : Flaubert.
« Flaubert n’écrit-il pas dans son Dictionnaire des idées reçues : "Piano : indispensable dans un salon" ? »
Du sérieux, mais l’illustre chroniqueur-recopieur pense-t-il une seconde qu’il vient de citer le dico des idées reçues ? Il prend les âneries recueillies par Flaubert en son temps au premier degré ? Il ne sent aucune moquerie de la part de Flau’ ? Non. Il ne faut pas creuser plus loin. Une idée reçue, c’est la vérité nue, cela vaut une étude complète du CEVIPOPOF.
Alors oui, dans le milieu popu, à l'époque, un piano, c’est pas évident d’en avoir dans son salon, parce que d’abord il faut avoir un salon, et pis il faut avoir les moyens financiers de se le payer et avoir aussi le temps d’en jouer. Vous la voyez bien la pensée plate que je viens de timidement développer ? Eh bien dans cette platitude nous avons matière pour au moins cent chroniques de matinales franceculturistes.
Vous savez pourquoi au fil du temps le piano « se démocratise » ? Parce qu’il va coûter moins cher ! Extra ! Extra plat !

Et la musique européenne dite « classique » ? Chiante, chiante mais chiante !  Et dure à jouer en plus, mais dure !
Alors « Pour les nouveaux adeptes du piano, on crée de nouvelles œuvres plus accessibles popularisées par les music halls et les cafés-concerts, avant que le ragtime et le jazz états-uniens renouvellent les manières d’en jouer.  »
Résultat, au XXème siècle, la musique dite « classique », hop, on s’en tamponne, elle passe à la trappe ! Existe plus !
La musique de piano, de piano aqueux ou à bretelle devient enfin populaire ! Miracle ! Un accomplissement total, une libération !

Et le mieux du mieux, c’est que – et c’est la conclusion en forme d’apothéose de la chronique : « Depuis les années 1980, ce sont les pianos numériques, avec leurs touches en matière synthétique, qui ont pris le relais, continuant à témoigner de la révolution mondiale opérée par le piano dans l’histoire de la musique. »
Les pianos numériques sont le fin du fin ! A plus les touches en ivoire qui salopent les éléphants africains. Eh gars, l’usage de l’ivoire étant interdit, y’a pas que les pianos numériques qui ont des touches en PVC.
Le piano numérique ? L’aboutissement de l’évolution du piano. La preuve, dans les concerts, tous les pianistes jouent sur des pianos numériques, c’est bien connu !

La seule évolution notable de l’instrument ces dernières années est donc l’arrivée de ces touches synthétiques. Forcément, puisque le seul angle d’attaque du chroniqueur-copiste est la mondialisation.

Enfin peu importe, tout n’est que pub par Pierre Singaravélou pour le booketain chapeauté par Pierre Singaravélou. Sa spécialité, c’est la mondialisation (si vous n’aviez pas compris) et l’histoire coloniale (idem), alors faut pas demander plus d’ouverture que ces deux champs d’action, l’un étant imbriqué dans l’autre pour ne faire finalement qu’une seule spécialité. D’où les œillères et la fermeture d’esprit inhérentes à ce type d’approche.

Tout voir selon un seul angle, c’est aboutir, même si les faits rapportés sont indiscutables, à une simplification du môôônde – qui est complexe, pour citer la direction actuelle de la francecultuerie qui nous le bassine à tout va pour pouvoir faire l’inverse en toute tranquillité-.
Un monde sans relief, orienté par une même et unique idée, celle de la spécialité du spécialiste.

                                                                        

Philaunet 

Philaunet
Admin

30
Répondre en citant  
Re: Les chroniques belles et ambitieuses de la matinale - Lun 13 Sep 2021, 09:25

Le niveau de France Culture le 13 septembre 2021 :

Les chroniques belles et ambitieuses de la matinale - Page 3 Scre1828

Curly 

Curly

31
Répondre en citant  
La popolitique pour les nuls. Si vous n'êtes pas cons, apprenez à l'être grâce au billet popolitique. - Mer 20 Oct 2021, 14:29

Vous êtes cons ? Vous vivez en hibernation sur une autre planète alors que c’est pas possible mais vous l’avez fait quand même ?
Vous êtes cons et vous n’avez pas peur qu’on vous le répète parce que vous avez déjà oublié ?
Si vous pensez que oui, sachez que ce moment de lucidité est un signe d’intelligence. Si vous pensez que vous êtes intelligents et que cette question ne vous concerne en aucun cas, c’est peut-être un signe de connerie.
Nous allons admettre que vous êtes cons, comme moi d’ailleurs, sans ça aurais-je seulement écrit le début du commencement de cette bafouille ?

Amis cons, amis hibernés, veuillez découvrir avec moi le billet popolitique de Fabrice Says à Waterloo & de son remplaçant Bérézina Man, le meilleur remplaçant du monde, puisque, faute de lumière, il ne peut jamais faire d’ombre au titulaire du poposte.
Vous êtes cons ? Vous vivez en hibernation ? Vous êtes les deux et vous avez oublié que je vous ai déjà posé la question ?  Vous êtes - et même nous sommes - prêts pour découvrir les biens belles que nous apprîmes dans les billets depuis une semaine.

Mercredi 13 :

Xavier Bertrand considère donc qu’il ne peut pas faire sans la formation politique dont il s’était affranchi quelques années plus tôt. Et il y a plusieurs raisons à cela.
Ouaille ? A pas pognon et grosse plantade. Et Bérézina Man déconne pas, il est pas comme nous, il s’appuie de toute sa force sur des études CEVIPOPOF qui le disent alors que nous les cons, on avait fait absolument gaffe à que dalle. Ne parlons pas des hibernés.

il est aujourd’hui concurrencé, d’un côté par Eric Zemmour qui semble séduire une partie de l’électorat de la droite républicaine , de l’autre côté par Edouard Philippe
Vous ne saviez pas ? Moi non plus, con que je suis.
Concernant le second, nous avons même une exclu :
son principal conseiller, Gilles Boyer, confirme que c’est bel et bien un parti (au micro de Rosalie Lafarge)
La parenthèse qui fait mousser le melon (comme si c’était possible !) fait croire que le conseiller exceptionnel s’est intimement confié au micro intime de la journaliste de France Cucututure. Or, il se trouve que non. Le conseiller, assailli de journalistes de tous horizons, sort sa petite phrase que recueillent tous les micros, dont celui de Rosalie Lafarge. D’autre part, Gilles Boyer a fait le tour des popotes pour répéter ces propos à tout vent.
Mais nous sommes cons !
Le reste relève du breaking news :
Edouard Philippe (qui n’est pas candidat à la présidentielle, en tous cas pas celle de 2022) a annoncé la création d’un nouveau parti politique qu’il a baptisé “Horizons”.
les partis politiques. Ils sont le lieu de l’élaboration de projets, de programmes, pour l'organisation de la vie collective.
Si vous avez l’impression qu’on vous prend pour des cons, vous me dites, et j’arrête. Mais comme vous ne me faites pas signe, je con tinue.
certes, ils (les partis popolitiques) sont aujourd'hui démonétisés.
les militants sont appelés à désigner leur candidat, ils ont tendance à choisir le mieux placé dans les enquêtes d'opinion et donc celui qui offre le plus chance de l'emporter.
Admirez l’admirable « donc », admirable car ce qui le suit est d’une lucidité rare, d’une pertinence indiscutable, d’une intelligence à couper le souffle à nous les cons.
C'est donc sans doute sur cette influence que peuvent avoir les sondages sur les militants que compte aujourd'hui Xavier Bertrand pour être investi
Encore un « donc », qui annonce une conclusion imparable à ce raisonnement qui ne peut avoir de faille, car donc où, quand bien même, or, donc, certes.

Jeudi 14
 :
Pour 2022, qui sera le candidat de "la raison" ?
Fab’ prend le relai, il est frais, dispo, il s’est reposé sur les plateaux des chaînes info où il tente une incruste remarquée, surtout par nous les cons qui ne les regardons pas.
Fab’ remarque que Emmanuel Macron, mine de rien,  tout ce qu’il fait, chacun de ses faits & gestes, sont des « petits cailloux » qu’il sème en vue d’une prochaine élection, présidentielle qui sait ?
Fab’ passe un discours qui a tourné depuis la veille dans les infos, pour nous signaler que le champ lexical de la raison se fait singulièrement remarquer. Mais merci Fab’ de nous expliquer un discours qui n’avait pas besoin de l’être puisque donc car alors parce que sans ça, le PR n’aurait jamais osé planter son champ d’autant de lexique raisonnable.
La suite du raisonnement se tient parfaitement droit, à mon sens en tout cas, pisque donc cela signifierait, et je garde le conditionnel, que Emmanuel Macron veut être le candidat de la raison et pas des dingos.
Après ensuite alors, pour et afin d’étoffer son grand bidule, Fab’ a tapé « raison » dans le moteur de recherche et il nous a ressorti des précédents, car donc oui, ce n’est pas inédit qu’un popolitique ou un courant prône la raison quand tout part en sucette.
Et même, dans la boîboîte à archives, Fab’ a retrouvé une archive où le Prez de 2011 dit pile la même chose. Parce que donc alors, dire que ce que propose l’adversaire est pure folie est follement censé, un argument de poids, qui mérite effectivement un éclaircissement de Fab’ en plein Waterloo.
Trop fastoche de conclure là-dessus. Faut une antithèse. Donc donc donc, la raison, c’est raisonnable, mais pas tant que ça, parce qu’ainsi conséquemment, nous avons une antithèse. Traiter les autres de dingos, sachant qu’ils sont aussi candidats, ça peut se retourner comme une crêpe contre vous.
D’où ce mot d’esprit qui me fait encore rire au moment où je tape ces mots : « Vouloir incarner la raison, est-ce bien raisonnable ? »

Vendredi 15 : Un nouveau marronnier, mais pas pour nous les cons.
A tant de mois, de semaines, de jours, d’heures des élections (au fait, lesquelles ? Merde j’ai oublié) nous ne savons toujours pas pour qui les électeurs vont voter. Les électeurs, il s’informent, et plus ils s’informent, moins ils sont sûrs.
Fab’ remonte en 2017 où une étude disait déjà tout pareil. Moi je dis : la classe, CQFD, eurêka.
Les sondages ? Des « signaux » à un moment T, une heure M, un jour H. Pour le reste on ne sait rien, parce qu’on ne sait rien, donc alors par conséquent, nous ne savons rien.
Fab’ con state, et il est bien le seul, que le sondage est crédible pour le candidat uniquement lorsque icelui lui est favorable. Dingue, mais dingue, pourquoi ne l’avions-nous pas con staté plutôt, cons que nous sommes !
Pour finir sa thèse, Fab’ sort des chiffres, le % des votants aux élections de 2017. Eh bien c’est pas joli joli, pas cohérent pour un sou. Alors donc par conséquent, que dire à part se mettre dans la tête de l’électorat dans son ensemble pour dire que l’électorat est volatile, comme l’attention de l’auditeur du billet popolitique de Fab’ à Waterloo.

Lundi 18
 : Un cavalier qui surgit hors de la nuit
court vers l’aventure au galop
son nom il le signe à la pointe de l’immigré,
d’un Z qui veut dire Zemmour
Zemmour, Zemmour, renard rusé qui fait sa loi,
Zemmour Zemmour, vendeur tu l’es pour les médias,
Zemmour Zemmour Zemmour Zemmour Zemmour Zemmour…
Fab’ sait ce qui se vend, sait qu’on en a jamais marre, que nous sommes tous à l’affût, con en redemande, con est jamais lassé, oh la non, encore oui c’est bon !
Allez, une bonne louche, c’est reparti. Et comme Fab’  nous connaît, il sait qu’il faut nous rappeler les faits, même si nous venions de les réentendre dans le journal de 8h. Et vous savez pourquoi ? D’après vous ?
Donc alors ainsi :
dans cette longue et fouillée enquête du Monde, l'on découvre qui est la cheville ouvrière de la longue marche d'Eric Zemmour : Sarah Knafo. Cette énarque, « compagne » du polémiste selon le journal, dirige sa campagne.  
Le grand public a découvert Sarah Knafo avec la une de « Paris Match », il y a un mois. Elle y apparaît en train de se baigner avec le polémiste, dans le sud de la France. L'hebdomadaire titre, dans un sous-entendu transparent, sur cette « très proche conseillère ».
Médiapart avait révélé les témoignages de plusieurs jeunes femmes, accusant Eric Zemmour de « violences sexistes et sexuelles ».
Vous en voulez encore ? Oh non, stop ! Encore ! Non ! Continue !
Libération a récemment publié une enquête sur les finances du quasi-candidat. On y apprend que la publication de livres a permis à Eric Zemmour de se constituer un patrimoine important.
Mais pourquoi la presse a soudainement mis le nez dans le cambouis ? Pourquoi ? D’après vous ?
Fab’ a élaboré spécialement pour nous les cons une série de deux hypothèses.
Hypothèse 1, les médias contre-attaquent pour empêcher la cata.
Hypothèse 2, vu le phénomène médiatique, ce serait con de passer à côté.
Mais Fab’ a trouvé sa chute en allant voir du côté de chez Trump d'où il a tiré cet adage définitif :  plus on salit les ordures, plus elles resplendissent.

Mardi 19 : Après l’extrême droite, le gauche.
A six mois de l’élection présidentielle, Jean-Luc Mélenchon a tenu ce week-end, à Reims, son premier grand meeting de campagne. Et il a mis sur pied une nouvelle formation politique destinée à porter sa troisième candidature, formation qu’il a baptisée l’Union Populaire.
Ah bon ? Vous étiez au courant, vous ?
Pour chaque élection présidentielle à laquelle il compte se présenter, il crée une formation politique.
Puis Bérézina Man ne craint pas d’user de la métaphore, celle de l’ardoise magique de notre enfance.
Jean-Luc Mélenchon donne l'impression de s'adonner au jeu de l'ardoise magique. Le dessin sur l’ardoise ne lui plaît pas, il n’est pas comme il l’avait imaginé alors il l’efface et le recommence.
Bérézina Man, il aime bien cette métaphore, il l’a déjà utilisée, elle est comme une ardoise magique : on efface et on recommence.
Pourquoi J-L Mélenchon fait-il ce qu’il fait ?
L’objectif est d’élargir sa base électorale
Le contraire eût été étonnant.
Qu’apprenons-nous de beau ?
Quand quelque chose ne lui  convient pas, il (J-L M.) le contourne, il enjambe la difficulté.
Il a créé « Le Média ».
Europe Ecologie les Verts est également un parti politique au sens littéral avec des militants qui adhèrent et qui cotisent.
L’Union populaire qu’il vient de créer ressemble beaucoup (…) à un rassemblement autour d’un leader charismatique.
S’ensuit un catalogue de partis de droite assaisonnés de leurs « leaders charismatiques ».
Et comme c’est un leader, Bérézina Man constate qu’il est seul, et la solitude, c’est pas bon du tout. Le mur n’est pas loin, le crash est proche. Fin.

Mercredi 20 :
L’humoriste Philippe Chevallier, du célèbre duo comique Chevallier et Laspalès, annonce qu’il votera Marine Le Pen à la prochaine élection présidentielle. Il fait cette déclaration dans une interview au magazine Télé Star tout en affirmant qu’il n’est "pas d’extrême droite".
Philippe Chevallier n’est pas le premier humoriste à déclarer sa flamme à Marine Le Pen. Deux autres comiques avant lui avaient rejoint ce qui s’appelait encore à l’époque le “Front National”. Franck De Lapersonne, en 2017, ancien de l’émission Palace et d’une émission humoristique baptisée “sexy zap”. Et quelques années plus tôt, Jean Roucas, figure du “Bébête show” dans les années 1980.  
A gauche, il y eut bien sûr Guy Bedos et il y a Jamel Debbouze, tous deux proches du Parti Socialiste.
d’autres aspirent à s’engager, à faire eux-mêmes de la politique. Jean-Marie Bigard en est l’un des exemples les plus récents.
le plus célèbre d’entre eux reste évidemment Coluche qui, le 30 octobre 1980
[S’ensuit un catalogue raisonnable et raisonné de type catalogue des Trois Suisses, mais sans les images ni les prix]
le risque pour les humoristes, quand ils franchissent le pas, c’est que, confrontés à la concrétude de l’action publique, ils ne fassent plus rire
En revanche, Les responsables politiques, eux, ne rechignent pas à jouer du ressort comique (...)
C'est par exemple Mitterrand, lors du débat télévisé face à Chirac en 1988, lorsque celui-ci affirme qu'il n'y a pas de président et pas de premier ministre mais seulement deux candidats face à face, lui répond : "mais vous avez tout à fait raison, monsieur le Premier ministre". La gifle est d'autant plus cinglante qu'elle est assénée avec un trait d'esprit.

Ces meilleurs moments ne méritent pas d’être commentés. Pour se le permettre, il faudrait avoir des bagages intellectuels que nous n’avons pas.
Toutefois cependant néanmoins pourtant, le 46 milliardième rappel de la saillie mitterrandienne est bienvenu : car il était temps de préciser enfin qu’il s’agissait, je cite avec des guillemets d'« un trait d’esprit ».
Quand je pense qu’on a attendu 33 ans pour avoir la clé de l’énigme ! 33 ans !

Contenu sponsorisé 


32
Répondre en citant  
Re: Les chroniques belles et ambitieuses de la matinale -

Les chroniques belles et ambitieuses de la matinale     Page 3 sur 4

Haut de page ↑   

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Accueil / France Culture

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum