-->
Forumactif

Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 

Le Deal du moment : -53%
[Lot de 6] MIXA BEBE Gel très doux 2-en-1 corps ...
Voir le deal
21 €

Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Regards sur France Culture » LES FORUMS » France Culture » Les chroniques belles et ambitieuses de la matinale

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4

Accueil / France Culture

Les chroniques belles et ambitieuses de la matinale    Page 4 sur 4

Bas de page ↓   

Curly 


31
Répondre en citant  
La popolitique pour les nuls. Si vous n'êtes pas cons, apprenez à l'être grâce au billet popolitique. - Mer 20 Oct 2021, 14:29

Vous êtes cons ? Vous vivez en hibernation sur une autre planète alors que c’est pas possible mais vous l’avez fait quand même ?
Vous êtes cons et vous n’avez pas peur qu’on vous le répète parce que vous avez déjà oublié ?
Si vous pensez que oui, sachez que ce moment de lucidité est un signe d’intelligence. Si vous pensez que vous êtes intelligents et que cette question ne vous concerne en aucun cas, c’est peut-être un signe de connerie.
Nous allons admettre que vous êtes cons, comme moi d’ailleurs, sans ça aurais-je seulement écrit le début du commencement de cette bafouille ?

Amis cons, amis hibernés, veuillez découvrir avec moi le billet popolitique de Fabrice Says à Waterloo & de son remplaçant Bérézina Man, le meilleur remplaçant du monde, puisque, faute de lumière, il ne peut jamais faire d’ombre au titulaire du poposte.
Vous êtes cons ? Vous vivez en hibernation ? Vous êtes les deux et vous avez oublié que je vous ai déjà posé la question ?  Vous êtes - et même nous sommes - prêts pour découvrir les biens belles que nous apprîmes dans les billets depuis une semaine.

Mercredi 13 :

Xavier Bertrand considère donc qu’il ne peut pas faire sans la formation politique dont il s’était affranchi quelques années plus tôt. Et il y a plusieurs raisons à cela.
Ouaille ? A pas pognon et grosse plantade. Et Bérézina Man déconne pas, il est pas comme nous, il s’appuie de toute sa force sur des études CEVIPOPOF qui le disent alors que nous les cons, on avait fait absolument gaffe à que dalle. Ne parlons pas des hibernés.

il est aujourd’hui concurrencé, d’un côté par Eric Zemmour qui semble séduire une partie de l’électorat de la droite républicaine , de l’autre côté par Edouard Philippe
Vous ne saviez pas ? Moi non plus, con que je suis.
Concernant le second, nous avons même une exclu :
son principal conseiller, Gilles Boyer, confirme que c’est bel et bien un parti (au micro de Rosalie Lafarge)
La parenthèse qui fait mousser le melon (comme si c’était possible !) fait croire que le conseiller exceptionnel s’est intimement confié au micro intime de la journaliste de France Cucututure. Or, il se trouve que non. Le conseiller, assailli de journalistes de tous horizons, sort sa petite phrase que recueillent tous les micros, dont celui de Rosalie Lafarge. D’autre part, Gilles Boyer a fait le tour des popotes pour répéter ces propos à tout vent.
Mais nous sommes cons !
Le reste relève du breaking news :
Edouard Philippe (qui n’est pas candidat à la présidentielle, en tous cas pas celle de 2022) a annoncé la création d’un nouveau parti politique qu’il a baptisé “Horizons”.
les partis politiques. Ils sont le lieu de l’élaboration de projets, de programmes, pour l'organisation de la vie collective.
Si vous avez l’impression qu’on vous prend pour des cons, vous me dites, et j’arrête. Mais comme vous ne me faites pas signe, je con tinue.
certes, ils (les partis popolitiques) sont aujourd'hui démonétisés.
les militants sont appelés à désigner leur candidat, ils ont tendance à choisir le mieux placé dans les enquêtes d'opinion et donc celui qui offre le plus chance de l'emporter.
Admirez l’admirable « donc », admirable car ce qui le suit est d’une lucidité rare, d’une pertinence indiscutable, d’une intelligence à couper le souffle à nous les cons.
C'est donc sans doute sur cette influence que peuvent avoir les sondages sur les militants que compte aujourd'hui Xavier Bertrand pour être investi
Encore un « donc », qui annonce une conclusion imparable à ce raisonnement qui ne peut avoir de faille, car donc où, quand bien même, or, donc, certes.

Jeudi 14
 :
Pour 2022, qui sera le candidat de "la raison" ?
Fab’ prend le relai, il est frais, dispo, il s’est reposé sur les plateaux des chaînes info où il tente une incruste remarquée, surtout par nous les cons qui ne les regardons pas.
Fab’ remarque que Emmanuel Macron, mine de rien,  tout ce qu’il fait, chacun de ses faits & gestes, sont des « petits cailloux » qu’il sème en vue d’une prochaine élection, présidentielle qui sait ?
Fab’ passe un discours qui a tourné depuis la veille dans les infos, pour nous signaler que le champ lexical de la raison se fait singulièrement remarquer. Mais merci Fab’ de nous expliquer un discours qui n’avait pas besoin de l’être puisque donc car alors parce que sans ça, le PR n’aurait jamais osé planter son champ d’autant de lexique raisonnable.
La suite du raisonnement se tient parfaitement droit, à mon sens en tout cas, pisque donc cela signifierait, et je garde le conditionnel, que Emmanuel Macron veut être le candidat de la raison et pas des dingos.
Après ensuite alors, pour et afin d’étoffer son grand bidule, Fab’ a tapé « raison » dans le moteur de recherche et il nous a ressorti des précédents, car donc oui, ce n’est pas inédit qu’un popolitique ou un courant prône la raison quand tout part en sucette.
Et même, dans la boîboîte à archives, Fab’ a retrouvé une archive où le Prez de 2011 dit pile la même chose. Parce que donc alors, dire que ce que propose l’adversaire est pure folie est follement censé, un argument de poids, qui mérite effectivement un éclaircissement de Fab’ en plein Waterloo.
Trop fastoche de conclure là-dessus. Faut une antithèse. Donc donc donc, la raison, c’est raisonnable, mais pas tant que ça, parce qu’ainsi conséquemment, nous avons une antithèse. Traiter les autres de dingos, sachant qu’ils sont aussi candidats, ça peut se retourner comme une crêpe contre vous.
D’où ce mot d’esprit qui me fait encore rire au moment où je tape ces mots : « Vouloir incarner la raison, est-ce bien raisonnable ? »

Vendredi 15 : Un nouveau marronnier, mais pas pour nous les cons.
A tant de mois, de semaines, de jours, d’heures des élections (au fait, lesquelles ? Merde j’ai oublié) nous ne savons toujours pas pour qui les électeurs vont voter. Les électeurs, il s’informent, et plus ils s’informent, moins ils sont sûrs.
Fab’ remonte en 2017 où une étude disait déjà tout pareil. Moi je dis : la classe, CQFD, eurêka.
Les sondages ? Des « signaux » à un moment T, une heure M, un jour H. Pour le reste on ne sait rien, parce qu’on ne sait rien, donc alors par conséquent, nous ne savons rien.
Fab’ con state, et il est bien le seul, que le sondage est crédible pour le candidat uniquement lorsque icelui lui est favorable. Dingue, mais dingue, pourquoi ne l’avions-nous pas con staté plutôt, cons que nous sommes !
Pour finir sa thèse, Fab’ sort des chiffres, le % des votants aux élections de 2017. Eh bien c’est pas joli joli, pas cohérent pour un sou. Alors donc par conséquent, que dire à part se mettre dans la tête de l’électorat dans son ensemble pour dire que l’électorat est volatile, comme l’attention de l’auditeur du billet popolitique de Fab’ à Waterloo.

Lundi 18
 : Un cavalier qui surgit hors de la nuit
court vers l’aventure au galop
son nom il le signe à la pointe de l’immigré,
d’un Z qui veut dire Zemmour
Zemmour, Zemmour, renard rusé qui fait sa loi,
Zemmour Zemmour, vendeur tu l’es pour les médias,
Zemmour Zemmour Zemmour Zemmour Zemmour Zemmour…
Fab’ sait ce qui se vend, sait qu’on en a jamais marre, que nous sommes tous à l’affût, con en redemande, con est jamais lassé, oh la non, encore oui c’est bon !
Allez, une bonne louche, c’est reparti. Et comme Fab’  nous connaît, il sait qu’il faut nous rappeler les faits, même si nous venions de les réentendre dans le journal de 8h. Et vous savez pourquoi ? D’après vous ?
Donc alors ainsi :
dans cette longue et fouillée enquête du Monde, l'on découvre qui est la cheville ouvrière de la longue marche d'Eric Zemmour : Sarah Knafo. Cette énarque, « compagne » du polémiste selon le journal, dirige sa campagne.  
Le grand public a découvert Sarah Knafo avec la une de « Paris Match », il y a un mois. Elle y apparaît en train de se baigner avec le polémiste, dans le sud de la France. L'hebdomadaire titre, dans un sous-entendu transparent, sur cette « très proche conseillère ».
Médiapart avait révélé les témoignages de plusieurs jeunes femmes, accusant Eric Zemmour de « violences sexistes et sexuelles ».
Vous en voulez encore ? Oh non, stop ! Encore ! Non ! Continue !
Libération a récemment publié une enquête sur les finances du quasi-candidat. On y apprend que la publication de livres a permis à Eric Zemmour de se constituer un patrimoine important.
Mais pourquoi la presse a soudainement mis le nez dans le cambouis ? Pourquoi ? D’après vous ?
Fab’ a élaboré spécialement pour nous les cons une série de deux hypothèses.
Hypothèse 1, les médias contre-attaquent pour empêcher la cata.
Hypothèse 2, vu le phénomène médiatique, ce serait con de passer à côté.
Mais Fab’ a trouvé sa chute en allant voir du côté de chez Trump d'où il a tiré cet adage définitif :  plus on salit les ordures, plus elles resplendissent.

Mardi 19 : Après l’extrême droite, le gauche.
A six mois de l’élection présidentielle, Jean-Luc Mélenchon a tenu ce week-end, à Reims, son premier grand meeting de campagne. Et il a mis sur pied une nouvelle formation politique destinée à porter sa troisième candidature, formation qu’il a baptisée l’Union Populaire.
Ah bon ? Vous étiez au courant, vous ?
Pour chaque élection présidentielle à laquelle il compte se présenter, il crée une formation politique.
Puis Bérézina Man ne craint pas d’user de la métaphore, celle de l’ardoise magique de notre enfance.
Jean-Luc Mélenchon donne l'impression de s'adonner au jeu de l'ardoise magique. Le dessin sur l’ardoise ne lui plaît pas, il n’est pas comme il l’avait imaginé alors il l’efface et le recommence.
Bérézina Man, il aime bien cette métaphore, il l’a déjà utilisée, elle est comme une ardoise magique : on efface et on recommence.
Pourquoi J-L Mélenchon fait-il ce qu’il fait ?
L’objectif est d’élargir sa base électorale
Le contraire eût été étonnant.
Qu’apprenons-nous de beau ?
Quand quelque chose ne lui  convient pas, il (J-L M.) le contourne, il enjambe la difficulté.
Il a créé « Le Média ».
Europe Ecologie les Verts est également un parti politique au sens littéral avec des militants qui adhèrent et qui cotisent.
L’Union populaire qu’il vient de créer ressemble beaucoup (…) à un rassemblement autour d’un leader charismatique.
S’ensuit un catalogue de partis de droite assaisonnés de leurs « leaders charismatiques ».
Et comme c’est un leader, Bérézina Man constate qu’il est seul, et la solitude, c’est pas bon du tout. Le mur n’est pas loin, le crash est proche. Fin.

Mercredi 20 :
L’humoriste Philippe Chevallier, du célèbre duo comique Chevallier et Laspalès, annonce qu’il votera Marine Le Pen à la prochaine élection présidentielle. Il fait cette déclaration dans une interview au magazine Télé Star tout en affirmant qu’il n’est "pas d’extrême droite".
Philippe Chevallier n’est pas le premier humoriste à déclarer sa flamme à Marine Le Pen. Deux autres comiques avant lui avaient rejoint ce qui s’appelait encore à l’époque le “Front National”. Franck De Lapersonne, en 2017, ancien de l’émission Palace et d’une émission humoristique baptisée “sexy zap”. Et quelques années plus tôt, Jean Roucas, figure du “Bébête show” dans les années 1980.  
A gauche, il y eut bien sûr Guy Bedos et il y a Jamel Debbouze, tous deux proches du Parti Socialiste.
d’autres aspirent à s’engager, à faire eux-mêmes de la politique. Jean-Marie Bigard en est l’un des exemples les plus récents.
le plus célèbre d’entre eux reste évidemment Coluche qui, le 30 octobre 1980
[S’ensuit un catalogue raisonnable et raisonné de type catalogue des Trois Suisses, mais sans les images ni les prix]
le risque pour les humoristes, quand ils franchissent le pas, c’est que, confrontés à la concrétude de l’action publique, ils ne fassent plus rire
En revanche, Les responsables politiques, eux, ne rechignent pas à jouer du ressort comique (...)
C'est par exemple Mitterrand, lors du débat télévisé face à Chirac en 1988, lorsque celui-ci affirme qu'il n'y a pas de président et pas de premier ministre mais seulement deux candidats face à face, lui répond : "mais vous avez tout à fait raison, monsieur le Premier ministre". La gifle est d'autant plus cinglante qu'elle est assénée avec un trait d'esprit.

Ces meilleurs moments ne méritent pas d’être commentés. Pour se le permettre, il faudrait avoir des bagages intellectuels que nous n’avons pas.
Toutefois cependant néanmoins pourtant, le 46 milliardième rappel de la saillie mitterrandienne est bienvenu : car il était temps de préciser enfin qu’il s’agissait, je cite avec des guillemets d'« un trait d’esprit ».
Quand je pense qu’on a attendu 33 ans pour avoir la clé de l’énigme ! 33 ans !

Curly 

Curly

32
Répondre en citant  
Didine nous écrit en exclusivité inédite - Lun 08 Nov 2021, 15:49

Le carnet de filo à Didine


                                                                                            Mon grand remplacement


Mais en mon absence, qui pour tenir à jour mon carnet à filo ? se demande moi Didine dans mon carnet à filo.

                Les chroniques belles et ambitieuses de la matinale - Page 4 Opera974
                       Ne vous fiez pas aux apparences, ces carottes sont bien victimes du grand non-remplacement (Crédit : GetUpLikeASexMachine Images)

Je ne sais pas si vous avez remarqué, mais en ce moment, personne ne me remplace alors que je ne suis pas présente. Mais est-ce que cela signifie pour autant que je suis absente ? Mais remarquer l’absence, n’est-ce pas imaginer qu’une présence manque ?
Pas plus tard qu’hier, soit la veille d’aujourd’hui, j’étais avec une amie, une amie et un ami en train de discuter de l’étanchéité des joints de culasse dans la filozofie de Emmanuel Lévinas-qui-rime-avec-culasse, lorsque tout à coup mon amie, la deuxième, me disa que j’avais l’air absente.

JE PENSE DONC JE BRILLE

Or, l’absence est plus qu’une absence de présence, qu’une non-présence, mais un oubli de soi dans un ailleurs qui n’est pas ici.
Il semblait donc que je n’étais pas là. Mais alors, comment puis-je me souvenir de cet instant où ma présence a brillé par son absence ?

JE COMPRENIT
C’est là que mon ami m’a dit que je pouvais tout aussi bien me faire remplacer. Mais pouvais-je me remplacer moi-même ? Et si quelqu’un d’autre me remplaçait, était-ce acceptable que ce fût par une autre que moi ? Ne pouvais-je pas m’auto-remplacer ?
J’en étais là de ma réflexion, lorsque je comprenit qu’en fait nous étions déjà peut-être tous remplacés par nous-même et que mon absence passait inaperçue.

QUELLE TABLE ?
Étais-je dans un état de non-être depuis le début ? Comme l’a écrit Platon dans son « Dictionnairedescitationscélèbres.com », « L’Être est, le Non-Être n’est pas ». Mais Platon n’a-t-il pas simplifié un peu la réalité ? Et si nous étions pile entre l’Être et le Non-Être, me didi-je, dans cet entre-deux indéfinissable et confortable. Mais confortable, ok, mais confortable de jardin ? De multiplication ?
Là est la question, qui a été tranchée net par Héraclès, ou Héraclite - peu importe finalement - dans son trente-sixième fragment dans lequel on peut lire :

« Démarrez le moteur et faites le tourner jusqu'à température. Une fois que le moteur est à température, laissez le tourner pendant 30 minutes. Puis éteignez le moteur et laissez le se refroidir complètement. Remplissez le radiateur avec de l'antigel ou de l'eau (si nécessaire) et refermez le bien fermement. »

Comment donner tort à Héraclette ?

MON MOTEUR À MOI C'EST MOI
En quittant mon amie, mon amie et mon ami, je me disa que si j’avais été présente au lieu d’être coincée entre Être et Non-Être, je n’aurais eu aucun carburant à mettre dans le moteur de mon carnet à filo à moi que je n’ai pas écrite puisque je suis absente.

Les chroniques belles et ambitieuses de la matinale     Page 4 sur 4

Haut de page ↑   

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4

Accueil / France Culture

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum