-->
Forumactif

Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 

Le Deal du moment : -25%
-25% Nike Air Max Genome – Chaussure pour Homme
Voir le deal
127.47 €

Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Regards sur France Culture » LES FORUMS » France Culture » Le programme de nuit, îlot de culture (II)

Aller à la page : Précédent  1 ... 23 ... 41, 42, 43

Accueil / France Culture

Le programme de nuit, îlot de culture (II)    Page 43 sur 43

Bas de page ↓   

Curly 


421
Répondre en citant  
Atelier de création radiophonique - Chili (1976) par Andrew Orr et Carlos Teles - Ven 09 Sep 2022, 19:31

Atelier de création radiophonique - Chili (1976) par Andrew Orr et Carlos Teles
- Les yeux de cuivre et de salpêtre, Chili 1 (21-11-1976)
- La chasse aux frères est ouverte, Chili 2 (28-11-1976)
Groupe de réalisation : Janine Antoine, Gérard Brodin, Monique Burguière, Claude Giovannetti, Tricou Maciel, Sylvie Marion, Yann Paranthoën, Viviane Van Den Broeck, et Huguette Faget (partie 2 seulement)

Cet ACR en deux volets est à mi-chemin du documentaire, et de la création purement artistique. L'entrelacement des lectures, des entretiens et des archives, virtuose, peut s'admirer en tant que tel, indépendamment de l'aspect documentaire de l'émission.
Le centre de l'émission est la mise en place de la dictature au Chili en septembre 1973, tout converge vers cet évènement tragique.
Dans la première partie, on remonte plus de cent ans en arrière, avec notamment l'histoire du syndicalisme, racontée par un de ses représentants. Dans ce long entretien, l'équipe de réalisation résout le problème du surtitrage. Car en effet, il est difficile souvent de rendre vivante une voix qui non seulement parle une autre langue, mais aussi qui passe en fond sonore, couverte par la voix du traducteur. L'enregistrement de l'entretien passe alternativement en avant ou en arrière plan, et les propos ne sont pas traduits par une voix neutre (ce n'est pas en direct, il est possible d'aller plus loin) mais joués par Pierre Santini qui par moments reste seul, la voix espagnole ayant totalement été coupée. Le procédé ne fonctionne qu'à condition que l'acteur n'en fasse pas trop.
Certaines voix se retrouvent dans les deux parties, notamment un ancien diplomate chilien, sans doute réfugié en France, comme plusieurs autres voix entendues dans l'émission, ou Julio Cortázar, qui lit les violations des droits humains du régime dictatorial.
La première partie revient aussi longuement sur le rôle du gouvernement américain dans la mise en place d'un régime autoritaire : archive d'une conférence de presse de Gérald Ford (la phrase clé répétée comme un leitmotiv), lecture de rapports confidentiels de la CIA.
L'entretien avec un militant d'extrême droite est particulièrement glaçant. Il nie dans un premier temps vouloir tuer Salvador Allende. Il explique ensuite qu'il souhaite vivement organiser son assassinat.
Dans le début de la seconde partie, nous arrivons au coup d’État, la prise de la Moneda. L'émission utilise des enregistrements effectués sur place, notamment les funérailles de Pablo Neruda (on peut entendre le poète dans la première partie), mais aussi des émissions de la radio chilienne, et un enregistrement pirate effectué dans un camp de prisonniers.
Moments très forts, d'anciens prisonniers racontent les tortures qu'ils ont subies.
A la fin, tirade du diplomate entendu déjà dans la première partie, qui revient sur la stratégie de répression de la junte, et nous livre une conclusion teintée d'optimisme : "ils ne se trompent pas quand ils répriment, mais ils se trompent quand ils croient que la répression est perpétuelle".
Elle ne fut pas perpétuelle, mais, en 1976, il lui restait encore une dizaine d'années devant elle.

Cet ACR est un même temps une création radiophonique riche et un document historique précieux.

Curly 

Curly

422
Répondre en citant  
Bonjour Monsieur Rousseau (1950) / Bonjour Monsieur Gogol (1952) - Le doublage au cinéma (1986) - Mar 20 Sep 2022, 19:43

Les deux émissions suivantes retracent la vie et l’œuvre du Douanier Rousseau et de Nicolas Gogol.
Rien que de très classique en apparence. Or, Alain Trutat et Georges Charbonnier ont élaboré leurs émissions de manière originale : mélange d'éléments forts différents pour arriver à un tout homogène, et richement élaboré, malgré la simplicité de leur construction (la naissance à la mort).
Nous pouvons entendre : récit interprété par un ou plusieurs acteurs, commentaires du producteur, reconstitution de moments de la vie de l'artiste, extraits de pièces de théâtre, lectures d'extraits, chansons (Rousseau s'est illustré dans le genre, et ce ne fut pas une grande réussite, l'émission en parle avec humour), brefs extraits de films, commentaires de spécialistes (commentaires la plupart du temps écrits, comme souvent dans les années 50).
Le tout assemblé avec art.
Ces émissions sont marquées par le temps, et c'est tout à fait normal, mais formellement, elle sont toujours aussi novatrices, parce que soixante dix ans plus tard la radio a, au lieu de continuer à innover, choisit de régresser.
En une heure trois quarts environ, l'auditeur a un aperçu consistant d'une œuvre, d'un artiste. Les acteurs sont excellents, le montage, qui mêle les différents éléments cités plus haut, donne une grande densité à l'ensemble.

Pour le Douanier Rousseau, nous pouvons entendre des témoignages de personnalités l'ayant connu, comme, en guise de long final, le récit d'un certain René Rousseau (pas la même famille attention) qui raconte la fin de vie et le pillage de l'atelier, abordé aussi par Blaise Cendrars plus tôt.
Le Douanier n'a pas donné que dans la peinture. Nous pouvons entendre un extrait d'une de ses pièces de théâtre, dont le titre dit déjà tout de son inspiration : « La vengeance d'une orpheline russe ».
Il écrivit une autre pièce, « Une Visite à l'Exposition de 1889 », que Jean-Christophe Averty réalisa pour la tévé en 1983.

A chaque fois, l'artiste prend la voix d'un acteur : Pierre Larquey pour Rousseau, et Alain Cuny pour Gogol.

Il existe une troisième émission, elle aussi diffusée dans les Nuits, mais en 2007, donc indisponible :  « Bonjour Alfred Jarry » (15-12-1951). Elle a été éditée en un coffret de deux CD par André Dimanche en 1999, accompagnée d'un livre proposant le découpage de l'émission.

Bonjour Monsieur Rousseau (02/09/1950 Chaîne Nationale)
par Georges Charbonnier et Alain Trutat
réalisation Alain Trutat
Générique
Pierre Larquey : Le Douanier Rousseau
avec Denise Bonnal, Georges Charbonnier, Henri Crémieux, Ginette Franck, Jacqueline Harpet, Pierre Leproux, Claire Maffei, Jean Topart, Colette Mars.
Sur les chanteurs amateurs : Aimé Doniat
Accompagnement de piano, violon et mandoline sous la direction de Nicole Geissweiller
Avec les témoignages de Marie Laurencin, Blaise Cendrars, André Dunoyer de Segonzac et Luc Durtain
Précisions historiques : Lo Duca
Analyse graphologique : Alfred Nahon
Lectures musicales : Albert Cabi
Souvenirs intimes de René Rousseau père (sans lien avec le Douanier)


Bonjour Monsieur Gogol (05/04/1952 Chaîne Nationale)
par Georges Charbonnier
réalisation Gérard Herzog
Alain Cuny : Nicolas Gogol
Extr. des « Âmes mortes » avec Jean Marchat, du « Revizor » avec Louis Seigner, François Chaumette, de « Ménage d'autrefois » avec Raymone, Pierre Larquey, de « La brouille des deux Ivan » avec Jean Temerson, Jacques Hilling, du « Journal d'un fou » avec Michel Vitold
avec aussi Ulrich Guttinguer, Jacques Dufilho, Arlette Thomas, Rita Reciot, Albert Gercourt, Hubert Prelier, Pierre Olivier, Nelly Benedetti, Lily Siou, Pierre Reynal, Yves Penaud, André Lorière, Denise Bonal, Jacqueline Harpet, Jeanne Lion, Juliette Jérôme, Gilberte Géniat,
et la participation de Véra Volmane

Marguerite Moreno et Charles Dullin dans l'adaptation par Pierre Brive des « Âmes mortes », extrait du feuilleton radiophonique réalisé par Maurice Cazeneuve en mai/juin 1947

Extr. du film « Tarass Boulba » de Alexis Granowsky avec Jean-Pierre Aumont et Harry Baur (1936)

Témoignages de Elsa Triolet, André Barsacq, Marc Chagall, Jean Maquet, Henri Troyat

Chants ukrainiens par Grigori Shoumara [?]
Prise de son : Jean Jusforg
Assistante de réalisation : Nicole Geissweiller




Mardis du cinéma - Je n'ai jamais rencontré de cow-boy américain : Le doublage au cinéma (02/12/1986)
par Catherine Ardent
groupe de réalisation : Michel Creis, Claude Giovannetti


Dire que c'est un très bon « Mardis du cinéma » ne serait pas exagéré. Au début, Kirk Douglas, alias Roger Rudel, dans « El Perdido » de R. Aldrich, puis deux témoignages courts : ceux de Michel Chion, qui a beaucoup travaillé sur le son au cinéma, en plus d'être un compositeur de musique dite concrète (membre du GRM dans les années 70), et de Roger Rudel, star du doublage mais qui finalement a peu à dire à son sujet.
On peut entendre aussi Jean Topart à la fin, qui cabotine autour de son doublage de F. Murray Abraham dans « Amadeus »  de Forman,  Anouk Ferjac et Nathalie Nerval qui parlent de leur travail sur un film de Bergman, et Linette Lemercier, spécialisée dans les voix d'enfants, au cinéma, à la télévision (Rintintin) et à la radio.
Le meilleur, et ce sera la partie la plus développée de l'émission, nous l'aurons avec Jacqueline Porel, qui a non seulement eu une grande carrière de doubleuse, mais a aussi dirigé un nombre incalculable de doublages. Elle explique le travail des acteurs, et l'aspect virtuose d'un doublage bien fait.
Il est question aussi du sous-titrage. Bien sûr, l'avantage d'entendre les vraies voix des acteurs n'est pas négligeable. Encore que pour le cinéma italien, qui n'utilisait jamais le son direct, ce soit en grande partie faux.
Mais le sous-titrage mange une partie de l'image, ce qui pour certains films peut-être un vrai gâchis. Sans compter, Anouk Ferjac et Nathalie Nerval le soulignent, que la richesse de certains dialogues disparait dans le sous-titre, qui doit ne pas être trop long afin de pouvoir être lu le plus rapidement possible par le spectateur. Il est en ce cas préférable d'avoir des dialogues traduits et doublés, plutôt que des bouts de phrases qui font passer à la trappe une partie des intentions de l'auteur.

Curly 

Curly

423
Répondre en citant  
Saint François d'Assise (1982) - Le double (1964) - Dim 25 Sep 2022, 17:01

Les samedis de France Culture - Saint François d'Assise ou la pauvreté créatrice (06/11/1982)
par Christine Goémé
avec André Vauchez, Henri-Jacques Sticker, Père Eloi Leclerc, Jacqueline Risset, Jacques Paul, Marc Devade, Jacques Henric, Jean Colet, Carl de Nys et Olivier Messiaen
réalisation Jacques Taroni

Christine Goémé, qui apparaît sur France Culture au milieu des années 70, qui devint par la suite une prolifique productrice sur la chaîne avant d’arriver à la présentation des Nuits dans l’équipe de Philippe Garbit, avant de disparaître des écrans radars au milieu des années 2010, montre dans cette émission exactement ce qui fait (volontairement) défaut à la chaîne aujourd’hui : maîtrise de son sujet, précision de ses questions. Ce qui a pour effet de mettre en valeur et les intervenants, et le sujet même de l’émission.
En plus des intervenants, quelques lectures (il y en a peu), quelques commentaires de la productrice sur Saint François. La structure de l’émission est toute simple : contexte historique, l’Église au XIIème siècle, le rôle de Saint François, sa philosophie, le personnage de Saint François dans la littérature (Dante), la peinture (Giotto), le cinéma (Rossellini évidemment, mais aussi Pasolini, Fellini, et Renoir), et enfin la musique.
La dernière partie se termine par un entretien avec Olivier Messiaen, qui présente son opéra sur Saint François, qu’il mit huit ans à écrire, de 1974 à 1982 (création 1983). Saint François, en tant que sujet d’opéra, était pour Messiaen une évidence. Pourtant, il affirme avoir hésité entre plusieurs sujets avant de se lancer dans Saint François. Il précise par ailleurs les éléments de l’histoire du saint qu’il a supprimés dans son opéra, pour des raisons avant tout dramaturgiques.

Anthologie insolite - Le double (24/04/1964)
par Georges Neveux
réalisation Arlette Dave

Georges Neveux présente plusieurs textes fantastiques qui proposent des variations autour du thème du double. Les textes sont parfois très courts, parfois juste de courtes citations. Quelques textes plus longs, que le producteur a découpés, résumant les parties qui ne sont pas jouées par les acteurs. Les lectures sont toutes réussies, et l’ensemble ressemble à un long travelling balayant le thème tel qu’il fut exploité au XIXème siècle.
L’émission est centrée autour de quatre histoires :
« L’ombre » de Hans Christian Andersen, avec Bernadette Lange
« William Wilson » d’Edgar Allan Poe, avec Jean Mercure
« Le double » de Fédor Dostoïevski, avec Michel Bouquet
« La sœur Custode » de Charles Nodier, avec Catherine Le Couey

Une précision. Ces deux émissions ont été sélectionnées par l'équipe des Nuits période Philippe Garbit. La nouvelle équipe navigue maintenant à fond dans l'ultra maigre ligne éditoriale des programmes de jour : outre les icônes vénérées dans la journée, on retrouvera en abondance sociologie, politique, et bien sûr psychanalyse.
De quoi faire oublier que France Culture fut bien plus que tout cela.

L'image qui orne les programmes du mois d'octobre :

                                                                                Le programme de nuit, îlot de culture (II) - Page 43 Oper1477

Ce n’est plus un îlot de culture, mais un banc de sable.

Philaunet En ligne

Philaunet
Admin

424
Répondre en citant  
Bonjour Monsieur Gogol (1952) - Dim 25 Sep 2022, 22:01

Curly(https://regardfc.1fr1.net/t852p420-le-programme-de-nuit-ilot-de-culture-ii#38193) a écrit:Les deux émissions suivantes retracent la vie et l’œuvre du Douanier Rousseau et de Nicolas Gogol.
(...)
Ces émissions sont marquées par le temps, et c'est tout à fait normal, mais formellement, elle sont toujours aussi novatrices, parce que soixante dix ans plus tard la radio a, au lieu de continuer à innover, choisit de régresser.
En une heure trois quarts environ, l'auditeur a un aperçu consistant d'une œuvre, d'un artiste. Les acteurs sont excellents, le montage, qui mêle les différents éléments cités plus haut, donne une grande densité à l'ensemble.
(...)
A chaque fois, l'artiste prend la voix d'un acteur : Pierre Larquey pour Rousseau, et Alain Cuny pour Gogol.
(...)
Un plaisir d'écoute sans réserve que cette création théâtrale radiophonique d'une heure quarante-cinq mêlant biographie, oeuvres et témoignages (la partie "interprétation des œuvres" est la plus étendue et hautement savoureuse). Et elle date de 70 ans ? La comparaison avec la médiocrité et la vulgarité que produit France Culture aujourd'hui avec tous les moyens à sa disposition est terrible. Le pire étant la quasi disparition sur cette station à la fois de la création dramatique littéraire contemporaine de qualité et de la mise à disposition des œuvres produites entre 1950 et 2000, sauf exceptions, comme ici, en multi-rediffusion, la dernière datant du 23 septembre 2022.
Bonjour Monsieur Gogol (05/04/1952 Chaîne Nationale)
par Georges Charbonnier
réalisation Gérard Herzog
Alain Cuny : Nicolas Gogol
Extr. des « Âmes mortes » avec Jean Marchat, du « Revizor » avec Louis Seigner, François Chaumette, de « Ménage d'autrefois » avec Raymone, Pierre Larquey, de « La brouille des deux Ivan » avec Jean Temerson, Jacques Hilling, du « Journal d'un fou » avec Michel Vitold
avec aussi Ulrich Guttinguer, Jacques Dufilho, Arlette Thomas, Rita Reciot, Albert Gercourt, Hubert Prelier, Pierre Olivier, Nelly Benedetti, Lily Siou, Pierre Reynal, Yves Penaud, André Lorière, Denise Bonal, Jacqueline Harpet, Jeanne Lion, Juliette Jérôme, Gilberte Géniat,
et la participation de Véra Volmane

Marguerite Moreno et Charles Dullin dans l'adaptation par Pierre Brive des « Âmes mortes », extrait du feuilleton radiophonique réalisé par Maurice Cazeneuve en mai/juin 1947

Extr. du film « Tarass Boulba » de Alexis Granowsky avec Jean-Pierre Aumont et Harry Baur (1936)

Témoignages de Elsa Triolet, André Barsacq, Marc Chagall, Jean Maquet, Henri Troyat

Chants ukrainiens par Grigori Shoumara [?]
Prise de son : Jean Jusforg
Assistante de réalisation : Nicole Geissweiller

(...)

Contenu sponsorisé 


425
Répondre en citant  
Re: Le programme de nuit, îlot de culture (II) -

Le programme de nuit, îlot de culture (II)     Page 43 sur 43

Haut de page ↑   

Aller à la page : Précédent  1 ... 23 ... 41, 42, 43

Accueil / France Culture

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum