-->
Forumactif

Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 

Le deal à ne pas rater :
Les Loups-Garous de Thiercelieux (Edition 2021) – Jeu de société
7.75 €
Voir le deal

Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Regards sur France Culture » LES FORUMS » France Culture » À voix nue

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant

Accueil / France Culture

À voix nue    Page 9 sur 10

Bas de page ↓   

Philaunet 


Admin

81
Répondre en citant  
Stanley Cavell : L’importance du cinéma (vu en proposition d'écoute) - Mar 22 Mai 2018, 13:02

Un numéro d'A voix nue dans les Nuits de France Culture (vive Garbit/Mourthé !) proposé par un passant du forum : Stanley Cavell* 4/5 : L’importance du cinéma (1ère diffusion : 24/01/2008) 01/05/2018

Écouté, car il faut suivre les propositions éclairées. Suis allé me renseigner un peu plus loin, car le descriptif reste vague. Je n'ai pas non plus saisi la nature du  travail de Stanley Cavell avec Qui est Stanley Cavell ? et dans une biographie chez Oxford, Stanley Cavell

Peut-être à cause de sa fréquentation des derniers cités ici (extrait du premier lien) ? "Stanley Cavell n’a jamais abandonné un dialogue avec la philosophie continentale depuis sa lecture des romantiques allemands (Schlegel,Goethe) et anglais (Coleridge, Wordsworth) jusqu’à celle des auteurs français les plus contemporains comme Lacan, Derrida, Maurice Blanchot."

Une couverture-écran (à 15'01) et un jet de bas dans "New York Miami" : [son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/13915-01.05.2018-ITEMA_21665098-2.mp3" debut="15:01" fin="20:20"]. Une chute très franceculturienne.

* Descriptif (extrait) : Le cinéma est-il un objet digne de philosophie ?

Parmi tous ceux qui ont tâché de penser l'art cinématographique, le philosophe américain Stanley Cavell est sans doute l'un de ceux dont l'influence a été la plus grande, pour les philosophes, pour les cinéastes, ou simplement pour tous ceux qui s'intéressent au cinéma.

Né en 1926 à Atlanta aux Etats-Unis, il se forma à la philosophie à Harvard, commença son parcours d'enseignant à Berkeley avant de retourner à Harvard où il occupa, de 1963 à 1997, le poste de professeur d'esthétique et de théorie générale de la valeur. (...)

En 2008, Stanley Cavell racontait son parcours à Philippe Petit pour une série d'A voix nue. Dans le quatrième volet de cette rencontre (diffusé le 24 janvier de cette année là), il revenait sur l'importance du cinéma, l'art qui nous permet de croire au monde.

   A voix nue - Stanley Cavell 4/5 : L’importance du cinéma (1ère diffusion : 24/01/2008)
   Par Philippe Petit
   Avec Stanley Cavell
   Réalisation Laetitia Coïa

Philaunet 

Philaunet
Admin

82
Répondre en citant  
Un entretien captivant : Christian Jambet avec Michel Cazenave - Jeu 30 Aoû 2018, 08:26

masterkey(https://regardfc.1fr1.net/t639p140-des-producteurs-de-france-culture#31121) a écrit:Oh! Non, je n'avais pas vu ce triste message !

J'écoutais cette nuit une émission de Michel Cazenave, un A voix nue de 1997 où il recevait la parole de Christian Jambet, rediffusé ces derniers jours ou plutôt ces dernières nuits à l'antenne.

C'était un plaisir que d'entendre sa voix d'érudit, capable de s'entretenir savamment de science, de religion, d'ésotérisme, de poésie ou de littérature. Son timbre, qui n'est pas sans parenté avec celui d'Etienne Klein, manquera, comme manque à l'antenne depuis longtemps le genre de finesse et d'humilité qui caractérisait ses productions. (...)
Une suggestion indirecte d'écoute comme celle-ci, on en prend et en reprend !
Quand Christian Jambet racontait son engagement maoïste Les Nuits de France Culture par Philippe Garbit (26/08/2018 et précédemment 07/01/2018)

Quel dialogue ! Quel dialogue ! Ceux qui se demandent pourquoi des auditeurs de France Culture sont montés aux barricades en 1999 quand Laure Adler a commencé le démontage de France Culture doivent écouter cet entretien de 1997 de haute qualité tant par la parole du producteur que par celle de l'invité (aussi producteur en d'autres occasions).

Oui, Masterkey, vous avez raison, la voix de Michel Cazenave est très proche de celle d'Étienne Klein. Ce dernier n'a pas encore, je crois (je ne peux le savoir, pour le peu que je l'écoute) de tics verbaux comme le premier qui dégainait toutes les trois phrases un "dans la mesure où".

Michel Cazenave élève le débat grâce à toutes les ressources de son esprit et se fait véritable éclaireur permettant à Christian Jambet d'exprimer avec une lucidité et une connaissance confondantes les enjeux politiques et intellectuels de 1968-1974 et les mécanismes de l'engagement. C'est passionnant, et fort instructif pour notre époque. D'ailleurs, au moins un membre inscrit à ce forum applaudira aux propos politiques de Christian Jambet en 1997.

Il faut aussi noter que Jambet emploie spontanément et toujours justement l'imparfait du subjonctif et le passé antérieur durant le cours de son exposé. On reste baba devant une telle maîtrise de la langue.

Qualité de l'élocution et beauté des voix seront évoquées dans un autre fil (oui, Anselme, "on y reviendra"...).

******************
1997 |Philosophe et islamologue, grand spécialiste de l'Iran et du monde chiite, Christian Jambet fut dans sa jeunesse l'un des dirigeants de la Gauche Prolétarienne, l'organisation maoïste née au lendemain de Mai 68 et auto-dissoute en 1973.

Philosophe et islamologue, grand spécialiste de l'Iran et du monde chiite, Christian Jambet fut dans sa jeunesse l'un des dirigeants de la Gauche Prolétarienne, l'organisation maoïste née au lendemain de Mai 68 et auto-dissoute en 1973.
En 1997, dans le premier des cinq entretiens qu'il accordait à Michel Cazenave pour "À voix nue", Christian Jambet revenait sur cet engagement politique. Sans manquer d'en souligner les contradictions, mais sans rien en renier, Christian Jambet livrait une analyse historique et politique de ce qui fut l'origine de cet engagement, du sens des luttes et des actions d'alors pour lui et ses camarades.Une histoire brève, d'à peine cinq années après De Gaulle, qui s'achevait selon lui sur le triomphe d'un "progressisme mou" à l'exact opposé de l'idéal auquel ils aspiraient.  

Philaunet 

Philaunet
Admin

83
Répondre en citant  
Re: À voix nue - Ven 26 Oct 2018, 20:25

Allumé poste à 19h40, Laporte, on éteint. À 20h10, une voix agressive, militante, les femmes, la cause des femmes, le combat, ah... On éteint. Qui était-ce donc ? Voyons, ah... "Féministe, homosexuelle" (What else?), "Juliette se livre totalement dans ses chansons"*. OK.

Il était une fois une station de radio culturelle qu'on avait plaisir à allumer au hasard, le soir, presque sûr qu'on était de tomber sur une curiosité : un écrivain, un voyage, un pays, une passion, une érudition, une langue savoureuse, une "échappée belle". C'était "avant", bien "avant".

Juliette (5/5)


Philaunet 

Philaunet
Admin

84
Répondre en citant  
A voix nue ''Jean Lebrun'' - Sam 08 Déc 2018, 21:07

Premier numéro d'A voix nue Jean Lebrun (1/5)*, Le pari sur l'éducation 19/11/2018

"La formule de Dostoïevski, ne pas détester les riches et aimer les pauvres". Cette "formule" ne semble pas répertoriée. Où Lebrun l'a-t-il "trouvée" ? [son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/10351-19.11.2018-ITEMA_21896842-0.mp3" debut="07:33" fin="10:04"]

Sur la sociologie bourdieusienne : [son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/10351-19.11.2018-ITEMA_21896842-0.mp3" debut="16:13" fin="16:44"]

Ce qui ne l'empêche pas de commencer l'entretien (à 2'30'') en déclarant qu'il est le fils de dominés.

Qui est Johanna Bedeau qui interroge Jean Lebrun ? Elle semble venir de l'équipe de Sur les Docks. Sa première apparition : Bénin (1/3) : « Fall, l’enfant sorcier » 22/04/2013 et tout récemment Des arbres et des hommes (4/4) 06/12/2018 .

Que faut-il penser de son "art de l'entretien" ? Bof ?  


* Journaliste, professeur agrégé d'histoire, producteur radio à France Culture et à France Inter, Jean Lebrun fait partie de ces hommes de radio charismatiques et captivants qui aiment transmettre et converser avec le passé.

Un homme pour lequel journalisme et Histoire sont synonymes de passion.
Fils du peuple, au regard intimidant, homme érudit au tempérament poétique, Jean Lebrun naît en Bretagne en 1950 à Saint Malo dans une famille ouvrière.
Comme Corto Maltese, il pourrait être un marin aventurier qui chercherait tout au long de sa vie à comprendre comment naissent les idées.
Enfant de démocrate chrétien, fils de gardienne et de jardinier municipal, Jean Lebrun grandit dans une famille ouvrière, mais étudie dans le collège catholique Notre-Dame à Enghien-les-Bains dans un environnement très différent du sien ; un véritable entre deux social.
Des lieux marquants comme le château de son enfance et des histoires familiales qui affluent.

Philaunet 

Philaunet
Admin

85
Répondre en citant  
Re: À voix nue - Dim 09 Déc 2018, 10:50

Dans ces numéros d'A voix nue consacrés à Jean Lebrun (voir ci-dessus), on retrouve la forme d'expression du présentateur qui s’est accentuée avec les années : un débit lent, une parole choisie un peu hésitante, pour un fond qui est finalement très mince. Les amis de Jean Lebrun suivront sans doute les détails de sa vie personnelle avec intérêt. Les nostalgiques de Culture Matin (mais pas de Pot-au-Feu et de la suite) passeront à autre chose.
2e épisode , le grand-père ; 3e, le sida ; 4e, faire de la radio en extérieur (le plaidoyer pour la rencontre des "vraies gens" a dû plaire à son vis-à-vis) ; 5e, "Avec une voix de radio, il poursuit toujours sa quête à travers la France, ''à travers les lieux'', bouleversé par ces visages et par ces vies."

Philaunet 

Philaunet
Admin

86
Répondre en citant  
Maxime Le Forestier né le 10 février 1949 - Sam 29 Déc 2018, 21:18

Quand on connaît la plupart des chansons de Maxime le Forestier par cœur, mais qu'on ignore tout de la vie du chanteur, cet entretien vous fait tomber de votre chaise : "A voix nue" : Maxime Le Forestier (1/5) 05/03/2018.

Il y a quelques mois, les premières minutes de cette émission m'avaient fait craindre un nouvel exemple d'amateurisme dans la conduite d'entretien. En rouvrant la parenthèse je vois qu'il n'en est rien et que Jérôme Sandlarz est préparé et à l'écoute. Sans doute lui manque-t-il la maturité nécessaire pour poser les questions essentielles ou rebondir avec finesse, mais la station ne peut cultiver le jeunisme à outrance et en même temps produire des moments d'échanges profonds.

Cela dit, ce premier numéro fait découvrir, pour le profane, un univers loin de l'image du chanteur barbu : éducation assez stricte, musique classique à haute dose (violon), connaissance de la culture gréco-latine (utile pour apprécier Brassens) et de l'allemand (fort utile lors d'un de ses voyages dans le pays comme adolescent). Par ailleurs, parents bilingues anglais, mère travaillant dans le doublage de films.

Plusieurs réponses laissent place à un silence d'une à deux secondes, chose si rare de nos jours. De la compagnie radiophonique de qualité. À confirmer avec les numéros suivants.

Philaunet 

Philaunet
Admin

87
Répondre en citant  
Maxime Le Forestier (2/5) - Mer 02 Jan 2019, 12:01

Un deuxième numéro d'A voix nue avec Maxime Le Forestier qui confirme la qualité de ces entretiens, Un frère, une sœur : le duo Cat & Maxim (1965-1969) du 06/03/2018.

Le mérite en revient particulièrement à l'intervieweur Jérôme Sandlarz que je découvre à cette occasion. Il vient apparemment de l'équipe des Pieds sur terre où son dernier numéro (de 2014) a été rediffusé tout récemment, Secrets et mensonges : "J’ai découvert l’existence de ma sœur jumelle à 22 ans" le 09/11/2018. Il a aussi produit, ce qui n'étonne pas, un numéro d' Une vie, une oeuvre, le 22 décembre 2018, Georges Moustaki, un air de liberté (1934-2013) à la page très richement fournie (à suivre).

Retour à Maxime Le Forestier : petite passe d'armes en début d'entretien    [son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/10351-06.03.2018-ITEMA_21607375-0.mp3" debut="01:57" fin="02:37"]

Au restaurant, un plongeur qui chantait du Bruant, la rencontre de Georges Moustaki     [son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/10351-06.03.2018-ITEMA_21607375-0.mp3" debut="03:50" fin="05:08"]

Les relations avec Georges Moustaki, les conseils de Georges Brassens     [son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/10351-06.03.2018-ITEMA_21607375-0.mp3" debut="06:42" fin="08:55"]

L'appel sous les drapeaux, les parachutistes [son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/10351-06.03.2018-ITEMA_21607375-0.mp3" debut="14:17" fin="16:30"]

********************

Extrait du courrier adressé aux membres par le webmestre de Regard sur France Culture le mer. 19/12/2018 :

D'ici quelques jours, l'adresse du forum http://regardfc.com ne fonctionnera plus. Vous pourrez désormais consulter le forum à : http://regardfc.fr .

Philaunet 

Philaunet
Admin

88
Répondre en citant  
Raoul Ruiz avec Thierry Jousse en 2001 - Dim 24 Fév 2019, 14:15

Curly(https://regardfc.1fr1.net/t849p100-vu-sur-le-site-et-dans-les-programmes-de-franceculture-fr#32379) a écrit: (...) il existe quelques petits villages perdus sur le site que seule une mise à jour en 2016 avec tartinage d'aphorismes a pu atteindre :
Raoul Ruiz s'entretient avec Thierry Jousse et ce pendant, tenez-vous bien 2h15 mn. Et sans musique ni publicité. Et il parle beaucoup. Et c'est un régal. Et c'est à voix nue.
Y a aussi son bon plaisir par Pascale Lismonde.
Ces pages sont là depuis 2011 (décès du cinéaste) : j'ai jeté un sort vaudou dessus, et si à Francecult' ils y touchent, c'est à leurs risques et périls.
Vous avez bien fait ! Sur votre recommandation, je viens d'écouter les deux premiers numéros de l'À voix nue et je suis resté scotché à l'écoute par la densité du propos et des voix.

C'était en 2001 et c'est comme un vestige de ce qui pouvait se faire de mieux en matière d'entretien, surtout tel que la série est proposée en réécoute : pas de générique musical avec son fatras de présentation, pas non plus de saupoudrage toutes les dix minutes de "Badaboum tsoin tsoin vous écoutez France Culture l'ouverture et c'est l'émission bidule truc avec machin qu'interroge tartempion" et pas non plus à chaque reprise par Thierry Jousse de répétition du nom de l'interviewé comme c'est obligatoire maintenant (le médiateur l'a expliqué : les enfants qui écoutent FC oublient qui parle), cf. Nom, nom et nom !

Dans la présentation du  premier volet Raoul Ruiz (1) 14-05-2001 se trouvent deux erreurs, de date (le player indique 14 05 2005) et de transcription. D'après vous que propose la page parmi ces trois formes homophones (une seule est correcte, mais FC ne l'a pas choisie) :
- pour faire quoique se soit
- pour faire couac se soit
- pour faire quoi que ce soit

Dans le second volet Raoul Ruiz (2) 15-05-2001 , le résumé signale "Puis il compare le cinéma français et américain des années 2000, le premier est ''centripède'' et le second serait plus ''centrifuge''." Raoul Ruiz prononce parfaitement, deux fois, "centripète", la transcriptrice ne connaissait sans doute pas le mot.

Et puis une réflexion à partir d'une observation du cinéma d'Orson Welles dont Mme Treiner les yeux rivés sur l'audimat ferait bien de s'inspirer et qui était autrefois au cœur de la radio culturelle :   [son mp3="https://s3-eu-west-1.amazonaws.com/cruiser-production/2016/05/b68cd391-0204-4388-b56a-54f83e75612c/avn_ruiz_2.mp3" debut="14:50" fin="15:05"]

Curly 

Curly

89
Répondre en citant  
Raoul Ruiz avec Thierry Jousse, mini complément - Dim 24 Fév 2019, 15:23

Mini complément du message précédent

Raoul Ruiz était intarissable sur à peu près tous les sujets. Il faut rajouter que Ruiz filmait constamment, près de 130 films tournés dans différents pays, et l’Association des Amis de Raoul Ruiz, présidée par Valéria Sarmiento qui était sa compagne et qui a travaillé en tant que monteuse sur bon nombre de ses films, aide à remettre la main et restaurer certains d’entre eux.

Pour compléter la citation à propos de Welles, on peut dire aussi que Ruiz ne s’est jamais préoccupé de « construire une œuvre », de faire « un chef d’œuvre », bref, de tout l’attirail publicitaire habituel de la brigade Francecult' & Cie.

Pour terminer, une petite anecdote. Lors d’une rencontre à l’issue de la projection de « Généalogies d’un crime », Ruiz avait raconté comment il avait tourné une scène de « Ce jour-là », film suisse* qu’il venait de terminer. Il avait demandé à une actrice de faire un signe d’adieu, il fallait que l’on voie son bras s’agiter au loin. Au moment de tourner, l’actrice a agité ses bras sans jamais s’arrêter, attendant vraisemblablement l’accord du réalisateur pour stopper son geste.
Dans le film, Raoul Ruiz a bien entendu gardé cette prise.


*Oui car nous savons depuis grâce à Johann Schneider-Ammann que les suisses ont le sens de l'humour.

Philaunet 

Philaunet
Admin

90
Répondre en citant  
Pourquoi ''À voix nue'' ? - Jeu 20 Juin 2019, 07:08

Tombé hier à 20h15 sur ceci [son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/10351-19.06.2019-ITEMA_22092501-0.mp3" debut="13:50" fin="15:57"]

Vérification :  A voix nue par Zoé Sfez Odile Decq (3/5) Où sont les femmes en architecture ?

Pourquoi "À voix nue" ? Pour dénoncer, encore et toujours. Pour encourager et faire entendre une énième lamentation féministe. Toute émission y est propice du petit matin à tard le soir, c'est le bruit de fond continu de la station.

En 1998, Benoit Cornette le compagnon et associé d’Odile Decq disparaît dans un accident de voiture. Elle découvre les vicissitudes de la position singulière et rare qui est la sienne : celle d’une femme seule à la tête d’un studio d’architecture. Et voit de nombreuses portes se fermer devant elle.

Au fil du temps, Odile Decq dénonce de plus en plus ouvertement les inégalités homme-femme dans son domaine et le sexisme latent de ses pairs (...).

Philaunet 

Philaunet
Admin

91
Répondre en citant  
Jean-Pierre Luminet, astrophysicien - Mar 17 Déc 2019, 22:37

Une série de cinq entretiens remarquables (n°1 le 25-11-2019) : Jean-Pierre Luminet, poétique de l’infini .

Présentation de l'astrophysicien sur le site Futura Sciences .




Contenu sponsorisé 


92
Répondre en citant  
Re: À voix nue -

À voix nue     Page 9 sur 10

Haut de page ↑   

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant

Accueil / France Culture

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum