Forumactif

Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 

Le Deal du moment :
Pokébox Pokémon ETB12.5 Zénith ...
Voir le deal
24.50 €

Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 11, 12, 13

Accueil / Web & médias

Instituts, musées, bibliothèques : les ressources en ligne    Page 13 sur 13

Bas de page ↓   

Philaunet 


Admin

121
Répondre en citant  
''Un bon tuyau pour un appartement'', pièce radiophonique (20-04-1954) - Ven 19 Aoû 2022, 15:55

Sur le site Madelen de l’INA ou sur la chaîne YouTube dédiée, une autre pièce amusante, quoique imprégnée des problèmes de l'époque évoqués dans l'annonce de la pièce et dans celle-là-même (voir plus bas).
Curly(https://regardfc.1fr1.net/t940-les-maitres-du-mystere-et-autres-series-de-germaine-beaumont-pierre-billard#38103) a écrit:Trois « Faits divers »
(...)
Un bon tuyau pour un appartement (20-04-1954) (second lien ici)
de François Timmory
avec Jacqueline Rivière (Minouche Quidam), Jean-Claude Michel (Jean Quidam), Jane Marken (Augustine Toton), Jeanne Dorival (Maryse Moisi), Becky Rosanes (Madame Plumet), Gaëtan Jot (Monsieur Plumet)
bruitages Gabriel de Rivage
assistant de production Jean Garretto

Le fait divers qui sert de point de départ à l’auteur, mais de point d’arrivée dans le récit, est une escroquerie : faire croire à des habitants d’un appartement qu’il est habité par un fantôme pour pouvoir récupérer le logement.
Un jeune couple va essayer de récupérer de cette manière l’appartement d’une de leur voisine. Dès le début, chaque élément mis en place par l’auteur, même celui qui paraît au départ le plus insignifiant, voire le plus invraisemblable (le journal intime du mari décédé retrouvé par le jeune homme dans l’appartement de la veuve) va servir ensuite le récit. Cet artifice efficace, mais classique, permet à la fiction de gagner en rythme.
L’interprétation est dominée par Jane Marken (la veuve) et Jeanne Dorival (l’occultiste). Le dialogue de cette dernière avec le fantôme est savoureux. (...)
Extrait de l''annonce de la pièce : "Après tant de siècles de marche et de progrès vers la civilisation, voilà où en est réduite l’humanité, à ne pas savoir où reposer sa tête (...) l’homme de 1950 a découvert le secret de l’atome,  mais pour ce qui est de se loger il n’est pas plus avancé que ses lointains ancêtres. (...) Comment s’appelait l’abbé Pierre à l’époque des cavernes ? Hâtons nous d’en rire de peur d’en pleurer".

Appel de l’Abbé Pierre - Prononcé le 1er février 1954 sur les antennes de Radio-Luxembourg



Passage de la pièce qui pourrait presque s'appliquer encore aujourd’hui, de 19'40 à 20'34 : "Enfin bougre de bougre, ce n’est pas un crime de vouloir un toit !". Le couple joue en imagination les rôles de personnes désespérées en quête de logement face à des agents immobiliers et des loueurs privés.  

On comprend le moyen le plus fantaisiste employé pour obtenir un appartement !

Philaunet 

Philaunet
Admin

122
Répondre en citant  
''Une jeune fille blonde en robe de bal'', pièce radiophonique (11-05-1954) - Sam 20 Aoû 2022, 09:18

Troisième pièce présentée par Curly dans le billet ci-dessous, disponible à l'écoute sur le site Madelen de l’INA ou sur la chaîne YouTube dédiée. Du très haut niveau d'interprétation et une réalisation sans faille.
Curly(https://regardfc.1fr1.net/t940-les-maitres-du-mystere-et-autres-series-de-germaine-beaumont-pierre-billard#38103) a écrit:Trois « Faits divers »
(...)
Une jeune fille blonde en robe de bal (11-05-1954) (second lien ici)
de Jean Marcillac
avec Germaine Kerjean (Mme Le Hallec), Julien Bertheau (Olivier), Jacqueline Rivière (Pascaline), Roger Coggio (Michel), Albert Gercourt, Raymond Pélissier, Jean Bolo, Yves Duchateau, Armand Vallé Valdy, Marcel Lestan, Marie-France
prise de son Noël Barbet
opérateur Charles Marié
bruitages Gabriel de Rivage
assistant de production Jean Garretto

A l’ouverture d’un caveau de famille, on trouve un cercueil supplémentaire. Le fait divers qui sert de point de départ, Jean Marcillac s’en débarrasse dès les premières minutes. Il va axer sa fiction autour d’une histoire d’amour (Pierre Billard a sorti le prélude de « Tristan et Iseult » de Wagner) contrariée par une parente acariâtre, grande industrielle qui ne souhaite pas que son petit-fils se marie avec une fille sans fortune. L’intrigue amoureuse va mal se dénouer pendant l’Occupation allemande.
La fiction est entièrement construite autour d’un seul dialogue, ponctué de retours en arrière, entre le meilleur ami du petit-fils qui va expliquer la présence du corps de cette jeune fille en robe de bal dans le caveau, et la grand-mère teigneuse. L’interprétation de Germaine Kerjean et de Julien Bertheau est parfaite.
La chute de l’histoire, incohérente, mais heureuse, est là pour rassurer les auditeurs, effaçant un peu les atrocités commises par Mme Le Hallec, personnage sorti tout droit de l’univers de Dickens. On pense effectivement à Dickens dans l’opposition simpliste qui est faite entre la pureté, l’innocence du couple d’amoureux et la méchanceté, l’inhumanité de la grande industrielle. (....)
Très convaincante création romanesque, nous sommes à neuf ans de la fin de la guerre et l'on sent un engagement profond des acteurs dans leurs rôles. Un moment où l'on peut sourire : la jeune télégraphiste identifie le prélude de « Tristan et Iseult » après quelques secondes de sa diffusion à la radio. Plaisir de l'invention peu crédible pour obtenir un effet qui saisit. On imagine mal la même scène dans une fiction contemporaine diffusée par France Culture...

Germaine Kerjean en Mme Le Hallec crée un personnage terrifiant avec un immense talent. Inoubliable.

Curly 

Curly

123
Répondre en citant  
Neuf métamorphoses d'Ovide adaptées par Gilbert Lely (France Culture, 1967) - Dim 27 Nov 2022, 18:46

Beaucoup d'émissions de France Culture sur la chaîne YouTube ÉCLAIR BRUT. De quoi remplacer avantageusement les actuelles Nuits de France Culture, qui se vident progressivement de tout contenu un tant soit peu littéraire.

Parmi la multitude d'émissions proposées, soulignons la présence de

Neuf métamorphoses d'après Ovide (09-04-1967)
adaptation en vers libre, avec prologue, interludes & épilogue par Gilbert Lely
musique originale Jacques Boisgallais, orchestre dirigé par Jean Lamy
avec Alain Cuny, Michel Bouquet, Jean Topart, Jean-Louis Jemma, René Farabet, Pierre Constant, Jean Gastaut, Nelly Borgeaud, Nathalie Nerval, Nita Klein, Jacqueline Morane
chef opérateur du son Jean Pantaloni, collaboration technique Jean-Louis Guérin, assistante Lucette Aléo
réalisation Alain Barroux

Entre chaque histoire, Gilbert Lely a inséré des textes poétiques de son cru. Peu de dialogues dans cette fiction. Les acteurs se passent le relais pour assurer la narration. Pas de bruitages non plus. A la place, une musique originale de Jacques Boisgallais, plus proche de styles musicaux de la première moitié du XXème (Stravinsky, Bartok, voire l 'école de Vienne) que de la musique contemporaine des années 60.
Ce compositeur fut de 1957 à 1989 musicien-metteur en onde à la radiodiffusion française, puis, suite logique, à Radio France.

Voici les neuf métamorphoses choisies par Gilbert Lely : Apollon & Hyacinthe, Écho & Narcisse, Daphné & Apollon, Phaéton, Orphée & Eurydice, Orphée & les Bacchantes, Hermaphrodite & Salmacis, Persée et le dragon, Actéon.

                           

Contenu sponsorisé 


124
Répondre en citant  
Re: Instituts, musées, bibliothèques : les ressources en ligne -

Instituts, musées, bibliothèques : les ressources en ligne     Page 13 sur 13

Haut de page ↑   

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 11, 12, 13

Accueil / Web & médias

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum