-->
Forumactif

Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 

Le Deal du moment : -40%
-40% Nike Air Zoom Pegasus 39 Premium
Voir le deal
77.97 €

Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Regards sur France Culture » LES FORUMS » Web & médias » Instituts, musées, bibliothèques : les ressources en ligne

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... , 11, 12, 13  Suivant

Accueil / Web & médias

Instituts, musées, bibliothèques : les ressources en ligne    Page 12 sur 13

Bas de page ↓   

Philaunet 


Admin

111
Répondre en citant  
Pourquoi encore écouter France ''Culture'' ? - Ven 04 Juin 2021, 10:03

Elephant automaton at Waddesdon Manor, un podcast de 19 minutes du National Trust.

Instituts, musées, bibliothèques : les ressources en ligne - Page 12 Scre1785

Musical elephant automaton in the form of an elephant, 1768–72, by Hubert Martinet, Waddesdon Manor, Buckinghamshire.
A jewel in the collection at Waddesdon Manor, Buckinghamshire is an elaborate musical automaton in the shape of an elephant. When it was first completed and unveiled, it would have been met with gasps of wonder and amazement.

The Rothschild family has long been renowned for their magnificent collections and lavishly decorated houses. At the turn of the 19th century, 
the family’s influential style, focusing on 18th-century paintings and decorative arts, became known as ‘goût Rothschild’ – ‘the Rothschild taste’.

Indeed, one of the best examples is Waddesdon Manor itself, built for Baron Ferdinand de Rothschild in the 1870s and 80s to display his collection and entertain guests.

The elephant automaton was one of Baron Ferdinand de Rothschild's most admired treasures. It is sumptuously decorated with gilt-bronze and imitation jewels, including mother-of-pearl, glass and polychrome paint and paste. It’s the work of Hubert Martinet, a talented London-based French clockmaker and dates to 1768–72.  (...)

Curly 

Curly

112
Répondre en citant  
La fiction sur les radios publiques françaises des années 50 aux années 2010 - Sam 26 Juin 2021, 13:49

Pendant que la direction actuelle de France Culture nous refourgue sa came frelatée dans l'inénarrable Rendez-vous de la médiatrice (voir aussi les billets suivants) deux chaînes YouTube, Radio Madeleine & Radio Minuit, proposent une foultitude de dramatiques provenant des archives de France Inter et France Culture, remontant même au Programme Parisien.
Des fictions policières essentiellement, mais aussi quelques classiques (Balzac, Wilde, Dickens…).
Pourtant, l’INA a mis en ligne bon nombre de réalisations de Pierre Billard, Maîtres du mystère, Faits divers, Mystère mystère et autres Mystères de l'été.
Or, ces deux chaînes ont deux particularités proprement extraordinaires :
- le son est globalement de bonne qualité, surtout quand on pense que les plus anciennes émissions datent du début des années 50
- une quantité phénoménale de fictions était tout simplement disponible nulle part, ni sur le site de l’INA, ni dans les Nuits de France Culture.

Les informations données sont minimalistes et parfois incorrectes, mais ce n’est que détail finalement au regard du reste. Il existe l’Inathèque pour corriger tout cela, et l’ouvrage précieux de Jacques Baudou, « Radio Mystères – le théâtre radiophonique policier » (Ed. INA Encrage, 1997).  
Toutes les séries de Pierre Billard sont balayées, du « Jeu du mystère et de l’aventure (1952-53) aux « 1001 jours » des années 80 sur France Inter.
Mais ce n’est pas tout, il y a une bonne centaine (pour l’instant) d’« Heure du mystère », l’émission de Germaine Beaumont (1966-1974) diffusée en alternance avec « Mystère mystère » de Billard.
Et ce n’est toujours pas tout : ajoutons à cela quelques séries de France Inter, « France Inter suit l’enquête » (et non « mène l’enquête »), réalisée dans les années 70 par Claude Mourthé, un nombre important de « Tréteaux de la nuit » de Patrice Galbeau, et quelques « Nuits noires » de Patrick Liegibel (années 2011-2015).
Sans compter quelques feuilletons de France Culture des années 70/80.

Les réductions de budget ont fait disparaître complètement ce type de programmes de nos antennes, alors que le genre policier, lui, continue à se développer ailleurs (romans, séries télé).
Alors que les directions actuelles des radio publiques mettent en avant le développement du numérique et de nouvelles pratiques d’écoute comme le podcast (qui n’est si nouveau que cela mais bon), on se dit à l’écoute de ces fictions – qui ne sont pas toutes de la même eau, mais c’est la règle du jeu – que dans les années 50/90, la radio concevait des programmes qui vont aujourd’hui très bien dans nos lecteurs mp3. Au lieu de continuer ce type de séries, de les faire évoluer au fil du temps au lieu de les supprimer, les directions successives ont préféré produire de l’indigence à bas coût et proposer quelques fictions médiocres, en mettant le paquet dans le marketing et non le contenu.

Deux exemples de pièces radiophoniques proposées :

La double mort de Frédéric Belot, de Claude Aveline, adapté par l’auteur et Michel Manoll. Cette pièce de choix fait partie du cycle de pièces policières diffusées en octobre-novembre 1982 sur France Culture. Cette pièce était déjà revenue dans les Nuits de France Culture en 2012/13. Manque ici l’entretien entre Claude Aveline et Maurice Bernard Endrèbe.
Le générique :
Réalisation de Goerges Godebert
Musique de Jean Wiener
Avec entre autres Guy Tréjean (Belot), Jean Rochefort (Picard), Jean-Noël Sissia (Rivière), Daniel Ivernel (Delluc), Anne Odat (Mme Deguise), Dominique Davray (Mme Morin), Lucienne Lemarchand (Belot mère)
Diffusé en deux parties, le samedi 23 et dimanche 25 octobre.

                                                                                            

Un « Tréteaux de la nuit », Fugue à Waterloo de René de Obaldia (09-10-1976)
adaptation de Jean-François Noël, réalisation de Jean-Jacques Vierne, produit par Jean Chouquet et Patrice Galbeau.
Avec François Périer, Danièle Lebrun, Henri Virlogeux et Jacques Duby.

P.S. : Quelques heures après la publication de ce billet, la vidéo a été supprimée. Copier/coller l'adresse suivante pour télécharger l'émission :https://www.mediafire.com/file/us999gcct4dng92/Fugue_a%25CC%2580_Waterloo_-_Les_tr%25C3%25A9teaux_de_la_nuit.mp3/file

Curly 

Curly

113
Répondre en citant  
La fiction sur les radios publiques françaises - suite - Mer 30 Juin 2021, 14:14

Suite du précédent message.
L’exploration des différentes chaînes YouTube offrant (oui, c’est un cadeau) de nombreuses dramatiques radiophoniques datant d’une époque où France Culture avait les moyens de produire de véritables œuvres ambitieuses et non de la bouillie pour chaton, et encore, faut-il mépriser à ce point les chatons ?
En ce moment, la programmation fictions nous impose (ce n’est pas un cadeau) des dramatiques dramatiques sur Bob Dylan, Jim Morrison et John Lennon. Original n’est-il pas ?
Un coup d’oreille sur le pâté dylanesque pour constater le manque de goût, la vulgarité, bref, la laideur de la chose. [son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/21813-26.06.2021-ITEMA_22712717-2017C18016E0014.mp3 " debut="02:04" fin="05:07"]

Laissons les chatons et revenons à nos moutons.
Quelques grands feuilletons et dramatiques de France Culture. Laissons de côté ceux qui sont incomplets, comme le Dracula (1982) - découpé en 5 parties -  avec Daniel Emilfork dont il manque semble-t-il 6 épisodes.
Et aussi La guerre des salamandres (25 & 28-02 & 04-03-1985), coupure brutale au bout de 2h30. Il manque une demi-heure.

Le double crime de Valpinson (18-06 au 13-07-1979) - lien vers le 1er épisode, les dix-neuf autres se trouvent facilement -
Adaptation, Henri Weitzmann, d’après le roman d’Émile Gaboriau.
Réalisation de Jeanne Rollin-Weisz.
Avec Arnaud Bedouet, François Chaumette, Eric Chartier, Michel Chaume, Gérard Darrieu, Anouk Ferjac, Ginette Franck, Emmanuel Ostrovski, Philippe Moreau, Jean-Jacques Steen, Jacques Bretonnière, Didier Conti, Jean-François Delacour, Berthe Chernel, Josette Boulva, Jean Leuvrais, Claudine Pinet, Alexandre Rignault, Colette Ripert, Pierre Vaneck, Paul Rieger, Blanche Ariel, Patrick Osmond, Marc Eyraud, Yves Penau, Mario Santini, Jean-Pierre Lituac, Gaëtan Jor, Jean Berger, Gilles Guillot.

La même équipe a raconté une autre enquête de l’inspecteur Lecoq en 1984, Le crime d’Orcival, qui elle a été diffusée l’été dernier sur France Culture.

Pour compléter, un feuilleton diffusé sur Inter Variétés en 1971 (du 05-04 au 26-05, 45 épisodes d’1/4 d’heure) : Le crime de la Poivrière, toujours Gaboriau, toujours avec Lecoq.
Adaptation de Pierre Descaves & Henri Weitzmann, réalisation de Claude Dupont
Avec Mony Dalmès, Gérard Lartigau, Robert Murzeau, Sylvie, Michel Puterflam, François Périer, Lucien Raimbourg, Maria Tamar, Pierre Leproux.

Idem avec Le parfum de la dame en noir (01 au 25-10-1985), avec la même équipe que Le mystère de la chambre jaune (1983) disponible sur le site de France Culture.
Sur YouTube, l’ensemble est bien complet, mais les 20 épisodes ont été redécoupés en 11. Lien vers le 1er, la suite se trouve toute seule.

Autre belle pièce :  Les prisonniers de la planète Mars de Marguerite Cassan, d’après le roman de Gustave Le Rouge. En trois parties (07, 14 & 21-10-1978) regroupées en une seule.
Tout aussi abracabrant que Le mystérieux docteur Cornélius (1977) signé Le Rouge et diffusé il y a deux ans sur France Culture.
Réalisation de Claude Roland-Manuel
Avec Robert Murzeau, Pierre Constant, Marguerite Cassan, Yvonne Clech, Caroline Clerc, Pierre Trabaud, Monique Thierry, Henri Jouf, Pascal Mazzotti, Philippe Derrez, René Renot, Julien Thomast, François Darbon, Emmanuel Dechartre, André Charpak, Francine Bouffard, Jean-Paul Tamaris, Jean Topart, Vera Feyder, Pierre Delbon, Marc Cassot, Eric Legrand, Alex Broutard, Anicet Clément, Michèle Bertrand.

Suite du cycle policier d’octobre/novembre 1982, avec Monsieur La Souris de Simenon adapté par Eulalie et Jean-Jacques Steen.
Réalisation de Jean-Wilfrid Garrett.
Avec Maurice Biraud (le père La Souris), Jacques Fabbri, Etienne Bierry, Frédérique Cantrel, Georges Claisse, E. Cohn, Henri Djanik, Christine Fabrega, Gabriel Jabbour, Liliane Gaudet, Patrice Galbeau, Jacques Fayet, Pascal Mazzotti, Yves Peneau, Katia Tchenko, A. Gilles, M. Dodane, J-C Larrivé, D. Moranta, Jean-Jacques Steen.

Les tueurs d’Edimbourg, 10 épisodes d’environ 1/4 d’heure, avril/mars 1998, les indications de l’Inathèque ne sont pas claires, ne donnant que 6 épisodes.
« Feuilleton en 10 épisodes, créé par Alain Pozzuoli à partir de faits divers qui se sont déroulés à Edimbourg en 1827-1828 et naviguant entre le fantastique et le polar. »
Réalisation de Evelyne Frémy assistée de Marie-Rose Derouet
Bruitage Alain Platiau
avec Roger Coggio, Nicolas Vaude, Claude Brosset, Jean-Pierre Tribout, Françoise Dasque, Francine Bouffard, Hélène Jupin, Nadine Servan, Noëlle Guichard, Alain Christie, Jacques Maire, Arnaud Bedouet, Jacques Ciron, Jean-Jacques Chollet, Anne Deleuze, Michel Rule, Maurice Bourbon, Tugdual Rio, Daniel Krellenstein, Jeanne Cellard, Philppe Jourde, Frédéric Antoine, Claude Pascadel, Philippe Chauveau.

Le juif errant de Eugène Sue (27-04 au 01-06-1976), adapté par Maurice Sarfati, 25 épisodes, réunis en un seul fichier d’un peu plus de 11h.
Réalisation de Bronislaw Horowicz.
Avec entre autres, François Vibert, Michel Bouquet, Robert Murzeau, Jean Leuvrais…
La distribution est monumentale...

Les justes d’Albert Camus (19-11-1972)
Retransmission de la représentation de la mise en scène de Jean Negroni au théâtre Jean Cocteau de Créteil. Présentation de Max Joly lue par Jean-Jacques Duchamp.
Avec Maryvonne Schiltz, Jean-Claude Dauphin, Madeleine Marion, Patrick Messe, Philippe Mercier, Gilles Tamiz, Jean Bolo, Marc Dorn, Guy Saint Jean.

Colombe de Jean Anouilh (09-12-1965). Déjà disponible gratuitement sur le site de l’INA.
Réalisation de Léon Ruth
Avec Michel Bouquet, Jean-Paul Roussillon, Christian Alers, Jean-Pierre Marielle, Pascal Mazzotti, Claude Piéplu, Marcel Alba, Danièle Delorme, Robert Moncade, Jacques Destoop, Denise Gence, Sylvie.

Par ailleurs :
Caligula d’Albert Camus (Théâtre Populaire Juin 44, Paris Inter, 14-12-1951), pris dans les Nuits de France Culture, avec la présentation de Marc Floriot.
Réalisation de Roger Dathys
Avec Michel Bouquet (Caligula), Lucienne Bogaert, Jean Bolo, Hubert Prelier, Pierre Reynal, Jacques Lemarchand, Jacques Berlioz, Marcel Alba, Philippe Hersent, Louis Perdoux, Georges Paulais, Albert Gercourt, et Renée Gire (récitante)

Les temps difficiles d’après Dickens, adaptation de Roger Pillaudin (1963)
Aucune trace dans l’Inathèque.
Réalisation de Henri Soubeyran
Avec Julien Guiomar, Martine Sarcey, Jean-Roger Caussimon, Germaine Kerjean, Philippe Drancy, Madeleine Barbulée, Jacques Castelot, Raymone, Pierre Destailles, Loleh Bellon, Claude Beauthéac…

Les trois mousquetaires, version parodique, réalisée par Jean Chouquet. Musique de Gérard Calvi
46 épisodes d’environ 10mn chacun (Programme Parisien, 12-10 au 04-12-1953)
Avec beaucoup d’humoristes en vogue à cette époque : Robert Lamoureux, Jean Richard, Roger Pierre, Jean-Marc Thibault, Louis de Funès, Léo Campion, Maurice Biraud...
Comme pour Le juif errant, France Culture avait diffusé le début dans les Nuits.
Attention, trois minutes de silence avant le début du feuilleton.

Et enfin,
Les aventures d’Ulysse (Paris Inter, 15-04 au 09-07-1954) 9 épisodes de 20mn
Réalisation de Guy Delaunay
Adaptation de André Fraigneau
Musique Henri Sauguet
Avec André Roussin (Ulysse), Thérèse Marney (Athena), Nicole Vervil (Calypso), Habib Benglia (Poséïdon), Jean Ozenne, Bernard Farrel, Jacqueline Romanet, Bernadette Lange, Pierre Trabaud, Roland Bourdin, Marcelle Dornac, Antonin Baryel, Georges Frontec, Jean Péméja, Jacqueline Porel (récitante) et Jean-Paul Coquelin (récitant).
Particularité de cette version : «  les comédiens qui jouent les rôles de ses compagnons ont adopté l'accent marseillais, de façon à rendre proches les héros qu'ils incarnent, sans leur enlever leur caractère grec. »

Philaunet 

Philaunet
Admin

114
Répondre en citant  
Conférence de Gilles Cantagrel : ''Imitation et réactivité dans le processus de composition de Bach'' (2005) - Jeu 06 Jan 2022, 14:33

Pour être magistrale, elle l'est, cette conférence de Gilles Cantagrel (voir dans ce forum à son nom) : Imitation et réactivité dans le processus de composition de Bach.

Leçon magistrale enregistrée à la Cité de la musique le mardi 08 novembre 2005 (49 min 10 sec )
Présentation par l'auteur : "Assoiffé de connaissance, Bach commence par imiter et recopier. Mais le processus demeure chez lui, sous forme d'une appropriation de l'intérieur de la musique d'autrui. Réagissant sur son époque, il en reprend le propos pour le généraliser. La réactivité devient ainsi un ressort de son invention, en même temps que la nécessité de transmettre le savoir acquis par son discours musical même."

Curly 

Curly

115
Répondre en citant  
Archives radios sur la chaîne YouTube ''Vintage Music Experience'' - Sam 22 Jan 2022, 14:28

Le service public émane de plus en plus souvent d’initiatives privées.
Pour les archives de concerts,  il faut chercher dans le bazar YouTube, qui a pris le relais des services publics.

Alors que « Les légendes du jazz » sur France Musique s’essaie à la transmission d’un passé musical foisonnant à raison d’un concert par semaine découpé en deux, certaines chaînes YouTube mettent à disposition de tous les intéressés et autres curieux des archives radios du monde entier.
Signalons la chaîne Vintage Music Experience qui collecte des enregistrements radios de bonne qualité, ou amateurs (la qualité est donc moindre) de concerts de jazz.
Les archives sortent des radios allemandes, américaines, japonaises, françaises…
Mais si l’on devine que ce sont des transferts d’enregistrements de bandes magnétiques – on entend un souffle qui ne trompe pas – la qualité est honorable. L’écoute n’est pas une souffrance pour les oreilles.
Un simple exemple, mais que cela reste entre nous. « Les légendes du jazz » du 22 & 23 janvier propose le concert de Rahsaan Roland Kirk à la Maison de la Radio le 14 novembre 1976. La chaîne YouTube le propose en intégralité. Il y a semble-t-il des titres en plus, non diffusés par France Musique, cf partie I / partie II.
Et puisque Rahsaan Roland Kirk nous sert de cobaye pour la démonstration, Vintage Music Experience nous offre aussi un concert à Prague en 1967, un enregistrement radio, un autre à New York en 1972, capté par la radio américaine WKCR…
Des audios sont ajoutés avec régularité…
Une petite sélection, forcément subjective, parmi les captations radio de qualité acceptable. Parmi eux, plusieurs numéros de l’émission de la NPR « Jazz Alive » présentée par le pianiste Billy Taylor.

Chick Corea - Bob Berg Quartet - 1993-07-03, Kiel, Germany (part I / part II)
Chick Corea Akoustic Band - 1987-10-21, Fabrik, Hamburg, Germany (part I / part II)
Chick Corea Akoustic Band - 1988-07-13, Liederhalle, Stuttgart, Germany (part I / part II)
Chick Corea Akoustic Band - 1989-06-19, Hitomi Memorial Hall, Tokyo, Japan
Chick Corea Elektric Band - 1988-04-10, Nakano Sun Plaza, Tokyo, Japan
Chick Corea Elektric Band - 1990-10-05, Royal Festival Hall, London, England (set I / set II)
Chick Corea Elektric Band II - Théâtre de Boulogne-Billancourt, 1994-04-30
Chick Corea Elektric Band II - Fox Theatre, 1993-11-17 (part I/ part II)
Chick Corea Quartet - 1981-07-04, Casino Velden, Velden, Austria
Chick Corea - 1992-07-03, Estival Jazz Lugano, Lugano, Switzerland
Chick Corea, Miroslav Vitous, Roy Haynes - 1982-12-11, Village Vanguard, New York, NY
Chick Corea, Miroslav Vitous, Roy Haynes - 1983-07-25, Villa Imperiale, Genoa, Italy (part I / part II)

Don Ellis Orchestra - Festival de Jazz d'Antibes (1968)
Don Ellis with The Ohio State University Big Band - Mershon Auditorium, Ohio State University (1977)

Don Pullen Quartet feat.Chico Freeman - 1978-04-06, Safranzunft, Basle, Switzerland
Don Pullen Trio - 1990-08-26, Saalfelden, Germany

Elvin Jones - Museum Of Modern Art, New York, 1971-06-24 (part I / part II)

George Adams & Don Pullen -1980-08-XX, Jazz Festival, Molde, Norway
George Adams & Don Pullen Quartet - 1983-08-20, The Village Vanguard, New York, NY (part I / part II)

George Russell's New York Band - 1982-06-18-19, Public Theater, New York, NY

Gil Evans Orchestra - 1971-11-06, Philharmonie, Berlin, Germany
Gil Evans Orchestra - 1976-10-30, Westfalenhalle, Dortmund, Germany
Gil Evans Orchestra - 1978-10-13, Zurich Jazz Festival, Zurich, Switzerland
Gil Evans Orchestra - 1984-08-31, Chicago Jazz Festival, Chicago, IL

Max Roach Quartet - 1978-09-21, Hill Auditorium, Ann Arbor, MI
Max Roach Quartet - Live in Japan '78
World Saxophone Quartet & M'Boom - 1981-06-26, St. John The Divine Cathedral, New York (part I / part II)

McCoy Tyner - 1976-09-17, Ratso's, Chicago, IL
McCoy Tyner - 1996-06-15, Hollywood Bowl, Hollywood, CA
McCoy Tyner and Bobby Hutcherson - 1992-08-30, Kimball's East, Emeryville, CA (part I / part II)
McCoy Tyner Big Band - 1990-08-31, Chicago Jazz Festival, Chicago, IL
McCoy Tyner Big Band - 1991-09-01, Montreux-Detroit Jazz Festival, Detroit, MI (part I / part II)
McCoy Tyner Sextet  - 1976-10-24, Umea Jazz Festival, Umea, Sweden
McCoy Tyner Sextet - 1980-03-23, Auditorium Maximum der Technischen Universitat, Vienna, Austria

Randy Weston - 1978-04-22, Jazz Showcase, Chicago, IL
Randy Weston - 1984-09-02, Chicago Jazz Festival - FM
Randy Weston - 1989-10-30, Live in Las Vegas, NV
Randy Weston Septet - Spoleto Festival '81 (FM broadcast on NPR's Jazz Alive !)

Thelonious Monk Quartet - 1969-12-02, Sartory, Cologne, Germany

Weather Report - Live Fox Theater (1980) FM Broadcast
Weather Report - Live in Tokyo, 1978-06-28 FM

Philaunet 

Philaunet
Admin

116
Répondre en citant  
Mazarin (1602-1661), ''Un diplomate romain devenu ministre du roi de France'' - Jeu 24 Fév 2022, 11:58

Canal Académies Histoire, le 16 février 2022 : Mazarin, la politique de la porte ouverte Un diplomate romain devenu ministre du roi de France.

Une causerie instructive de 38 minutes d'Olivier Poncet. Une langue claire au service d'une grande érudition. La voix qui donne la parole à l'historien tente d'introduire quelques nuances dans le portrait tout uniment positif fait par Olivier Poncet, mais celui-ci a réponse à tout pour défendre la figure à laquelle il a consacré deux livres : Mazarin. L’art de gouverner Perrin 2021 et Mazarin l'Italien Tallandier 2018.
Cet homme d’État a commencé sa carrière dans la Rome des papes avant de passer les Alpes pour se mettre au service de Louis XIII. Ses ennemis ajouteraient qu’il n’a pas oublié ses intérêts au passage… En tout cas, Mazarin restera le principal ministre du royaume de France pendant une vingtaine d’années. Comment s’est-il imposé au sommet du pouvoir ? Quelle fut sa conception de l’art de gouverner ? Pourquoi incarne-t-il une forme de modernité politique ? Olivier Poncet dresse le portrait nuancé d'un cardinal souvent affublé d’une légende noire, dans le dernier volume de la Bibliothèque des illustres. Il est correspondant de l’Académie des inscriptions et belles-lettres.

Philaunet 

Philaunet
Admin

117
Répondre en citant  
Rapport et table ronde ''Quelle place pour les éoliennes dans le mix énergétique français ?'' - Jeu 28 Avr 2022, 09:26

Un entretien à trois voix, celles des rédacteurs du rapport  QUELLE PLACE POUR LES ÉOLIENNES
DANS LE MIX ÉNERGÉTIQUE FRANÇAIS ?
"Le point de vue des Académies des sciences, des beaux-arts et des sciences morales et politiques de l’Institut de France".

Le titre de l'entretien du 9 mars 2022 est une synthèse des recommandations : Éoliennes ? À développer avec modération "Trois académies unissent leurs voix dans un avis commun".
Voici les conclusions d’un travail mené en commun par l’Académie des sciences, l’Académie des beaux-arts et l’Académie des sciences morales et politiques. Nous allons en parler avec leurs trois délégués : l’écologue Yvon Le Maho, directeur de recherche émérite au CNRS, le sculpteur Jean Anguera et Michel Pébereau, inspecteur général honoraire des finances et président d’honneur de BNP Paribas. C’est cette approche plurielle qui fait la force et l’originalité de cet avis, assorti de recommandations.
En France, les éoliennes assurent 6 % de la production électrique. Cette part ne cesse d’augmenter pour étendre l’emprise des parcs aux grandes hélices sur terre mais aussi bientôt en mer. Ce développement devrait accorder beaucoup plus d’importance aux études d’impact sur la biodiversité et à la préservation des paysages pour le bien-être des populations humaines. Il ne pourra pas non plus se passer d’un compagnonnage avec les centrales nucléaires qui doivent continuer d’assurer une part importante de notre mix énergétique.
La parole est distribuée par Priscille de Lassus qui en remontrerait aux animateurs de débats sur France Culture, tel E. Laurentin coupant un invité au téléphone au cours de son développement pour lui-même signaler avoir passé des vacances dans une région concernée par les éoliennes. "Moi, moi, moi", voilà France Culture. Rien de tel ici.

Il n'y a évidemment pas de contradictoire, puisqu'il s'agit d'un avis commun. Néanmoins, Priscille de Lassus fait émerger les divergences initiales entre les participants et interroge ces derniers sur celles qui subsistent.

France Culture ne s’est pas fait l'écho de ce rapport et aux dernières nouvelles n'a invité aucun des auteurs de ce rapport. Qu'attend-elle pour le faire dans le respect d'une  parole allant à l'encontre de l'idéologie partisane de la station ?  

Extrait du chapitre : "Défiguration du paysage, autres nuisances sur les populations humaines et impact à long terme sur les territoires".
Pour obtenir le permis de construire, les entreprises responsables de l'implantation des éoliennes terrestres et littorales sur une commune sont pourtant tenues de présenter une étude paysagère. Cette dernière n'est qu'un simulacre d'intégration plastique. Par conséquent, il n'est pas étonnant que se développe, chez les populations concernées, le sentiment de vivre dans un territoire sacrifié par une politique autoritaire dont le ressort leur apparaît avant tout idéologique. L'apparition de nombreuses associations de défense du paysage et l'intensité des débats en leur sein témoignent de cette résistance grandissante à l'implantation des éoliennes.

Philaunet 

Philaunet
Admin

118
Répondre en citant  
''Côme Souchier, Standardisation horaire et ponctualité, la peur du retard'' - Lun 02 Mai 2022, 12:55

Parmi les 38 interventions filmées du colloque « Vivre vite », le XIXe siècle face à l’accélération du temps et de l’histoire les 4, 5 et 6 octobre 2021, organisé à et par la Fondation Singer-Polignac en partenariat avec la Société des Etudes romantiques et dix-neuviémistes, celle de Côme Souchier, "Standardisation horaire et ponctualité, la peur du retard" (22') :

Instituts, musées, bibliothèques : les ressources en ligne - Page 12 Scre2107

La question de la standardisation horaire et de l’industrialisation du temps à la fin du XIXe siècle est un thème qui parcourt de nombreuses expositions comme celle du Centre Pompidou remontant à 1979 La mesure du temps.

La causerie de Côme Souchier n’est pas inintéressante, mais on a parfois l'impression qu'il tourne autour du pot, son sujet étant clairement que l'imposition d'un temps national contraint va à l'encontre des spécificités des régions éloignées du temps dit national (est et ouest). Mais qu'en verbiage contemporain ceci est exprimé dans son projet de thèse (ouf ! ouf !) : Les pratiques gouvernementales du temps, du XIVe siècle à nos jours.

singer-polignac.tv  : une chaîne qui mérite d'être suivie.

Philaunet 

Philaunet
Admin

119
Répondre en citant  
Collège des Bernardins : ''Le monde va-t-il si mal ?'' - Sam 28 Mai 2022, 10:36

Le monde va-t-il si mal ?, une table ronde à cent coudées au-dessus de tout débat de France Culture. Une vidéo Vimeo que l'on aura avantage à écouter en audio seul. Le descriptif sous la vidéo ne résume, ni ne présente le débat. Les échanges ont pour point commun la recherche du recul par : la comparaison de temps et de lieux, les grands traits de la psyché, le fonctionnement économique et médiatique de la société contemporaine.

Une table ronde qui confirme que France Culture est un symptôme de cette apocalypsophilie, par pur calcul, celui de la recherche d'audience à l'instar des radios et télés en continu basées sur la recherche du sensationnalisme et la diffusion de la peur.

Instituts, musées, bibliothèques : les ressources en ligne - Page 12 Scre2136

Instituts, musées, bibliothèques : les ressources en ligne - Page 12 Scre2138

Bruno Tertrais L'Apocalypse n'est pas pour demain. Pour en finir avec le catastrophisme.

Martin Steffens, livres.

Edouard Tétreau, essayiste, conseiller de dirigeants d’entreprises Biographie Radio France.

Patrick Clervoy médecin psychiatre "Jean-François Clervoy est spécialiste du stress et des traumatismes psychiques liés à l’action militaire ; il est membre du groupe de travail OTAN (HFM) sur le stress et le soutien psychologique dans les opérations militaires modernes."  Biographie Radio France.

Philaunet 

Philaunet
Admin

120
Répondre en citant  
''La mendigote'', pièce radiophonique (13-04-1954) - Jeu 18 Aoû 2022, 11:52

Sur le site Madelen de l'INA ou sur la chaîne YouTube dédiée, une pièce qui donne un grand plaisir d'écoute. Merci pour ce signalement.
Curly(https://regardfc.1fr1.net/t940-les-maitres-du-mystere-et-autres-series-de-germaine-beaumont-pierre-billard#38103) a écrit:Trois « Faits divers »

La mendigote (13-04-1954) (second lien ici)
de Yvan Noé
avec Jean-Marie Amato (le commissaire), Guy Pierauld (Chapiro), Fernand Rauzéna, Maryse Paillet, Nelly Delmas, Assia, André Var, Jean-Pierre Lituac, Jean Bolo, André Wasley, Raymond Pélissier, Armand Vallé Valdy, Pierre Montcorbier (Justin)
bruitages Gabriel de Rivage
assistant de production Jean Garretto

A Nice, une mendiante est retrouvée morte dans son lit, habillée en robe du soir, avec un gros magot sous son matelas. L’enquête mène vers son fils, petit escroc en train de moisir en prison soudainement héritier, puis vers un mendiant en rivalité avec la défunte (Justin, alias Barbapoux), pour se terminer dans un casino.
L’interprétation, avec en tête le toujours parfait Jean-Marie Amato, s’en donne à cœur joie. La petite troupe de « Faits divers » est bien rodée. On retrouve aussi Fernand Rauzéna, qui fut complice de Pierre Dac dans les années 30.
Pierre Billard table sur ses acteurs pour planter l’atmosphère, plus que sur les bruitages, qui sont minimalistes. Quand il y a des scènes en extérieur, aucun son d’ambiance. Au moment de la découverte du cadavre au début, le commissaire a beau constater dans la pièce une grande quantité de mouches, nous ne les entendons pas, peut-être aussi pour atténuer quelque peu ce détail sordide. (...)

Philaunet 

Philaunet
Admin

121
Répondre en citant  
''Un bon tuyau pour un appartement'', pièce radiophonique (20-04-1954) - Ven 19 Aoû 2022, 15:55

Sur le site Madelen de l’INA ou sur la chaîne YouTube dédiée, une autre pièce amusante, quoique imprégnée des problèmes de l'époque évoqués dans l'annonce de la pièce et dans celle-là-même (voir plus bas).
Curly(https://regardfc.1fr1.net/t940-les-maitres-du-mystere-et-autres-series-de-germaine-beaumont-pierre-billard#38103) a écrit:Trois « Faits divers »
(...)
Un bon tuyau pour un appartement (20-04-1954) (second lien ici)
de François Timmory
avec Jacqueline Rivière (Minouche Quidam), Jean-Claude Michel (Jean Quidam), Jane Marken (Augustine Toton), Jeanne Dorival (Maryse Moisi), Becky Rosanes (Madame Plumet), Gaëtan Jot (Monsieur Plumet)
bruitages Gabriel de Rivage
assistant de production Jean Garretto

Le fait divers qui sert de point de départ à l’auteur, mais de point d’arrivée dans le récit, est une escroquerie : faire croire à des habitants d’un appartement qu’il est habité par un fantôme pour pouvoir récupérer le logement.
Un jeune couple va essayer de récupérer de cette manière l’appartement d’une de leur voisine. Dès le début, chaque élément mis en place par l’auteur, même celui qui paraît au départ le plus insignifiant, voire le plus invraisemblable (le journal intime du mari décédé retrouvé par le jeune homme dans l’appartement de la veuve) va servir ensuite le récit. Cet artifice efficace, mais classique, permet à la fiction de gagner en rythme.
L’interprétation est dominée par Jane Marken (la veuve) et Jeanne Dorival (l’occultiste). Le dialogue de cette dernière avec le fantôme est savoureux. (...)
Extrait de l''annonce de la pièce : "Après tant de siècles de marche et de progrès vers la civilisation, voilà où en est réduite l’humanité, à ne pas savoir où reposer sa tête (...) l’homme de 1950 a découvert le secret de l’atome,  mais pour ce qui est de se loger il n’est pas plus avancé que ses lointains ancêtres. (...) Comment s’appelait l’abbé Pierre à l’époque des cavernes ? Hâtons nous d’en rire de peur d’en pleurer".

Appel de l’Abbé Pierre - Prononcé le 1er février 1954 sur les antennes de Radio-Luxembourg



Passage de la pièce qui pourrait presque s'appliquer encore aujourd’hui, de 19'40 à 20'34 : "Enfin bougre de bougre, ce n’est pas un crime de vouloir un toit !". Le couple joue en imagination les rôles de personnes désespérées en quête de logement face à des agents immobiliers et des loueurs privés.  

On comprend le moyen le plus fantaisiste employé pour obtenir un appartement !

Contenu sponsorisé 


122
Répondre en citant  
Re: Instituts, musées, bibliothèques : les ressources en ligne -

Instituts, musées, bibliothèques : les ressources en ligne     Page 12 sur 13

Haut de page ↑   

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... , 11, 12, 13  Suivant

Accueil / Web & médias

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum