-->
Forumactif

Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 

Le deal à ne pas rater :
Soldes chez LACOSTE : jusqu’à 50% de réduction
Voir le deal

Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Regards sur France Culture » LES FORUMS » France Culture » La vie des idées

Aller à la page : Précédent  1 ... 15 ... 26, 27, 28 ... 39 ... 52  Suivant

Accueil / France Culture

La vie des idées    Page 27 sur 52

Bas de page ↓   

Curly 


261
Répondre en citant  
Re: La vie des idées - Mar 10 Mar 2020, 20:51

« DORIS LESSING Une oeuvre protéiforme
...le langage protéiforme de Violaine Lochu
...l'artiste protéiforme Jan Fabre
...Ramon Pipin (…) artiste protéiforme
...L’œuvre philosophique protéiforme d’Hannah Arendt
...le dramaturge protéiforme David Lescot 
...L’œuvre de Samuel Beckett est protéiforme
...Maurice Sachs laisse une œuvre protéiforme
...William Faulkner (…) œuvre complexe, protéiforme
...oeuvre protéiforme de Chris Marker
... l'œuvre de Luigi Pirandello (...) est protéiforme
...Alex Baladi (…) un auteur protéiforme
...Françoise Sagan (…) œuvre protéiforme

...la carrière de Marcel Pagnol a été multiple et son œuvre extrêmement variée (…) œuvre protéiforme
(…) nous recevons Karin Hann
...C’est un beau, un très beau, un éblouissant langage.
...les figures de style sont éblouissantes. – Karin Hann
Néanmoins, la bienveillance règne chez Pagnol
(…) il garde cette bienveillance sur les gens, sur les êtres qui l’entourent – Karin Hann »

« L'Amérique s'est constituée dans la violence (…) c'est en cela que ce pays est fascinant. C'est un pays (…) avec un rapport à la violence très présent (…) c'est une violence qui est constitutive. C'est un pays qui me fascine. (...) c'est quand même un pays assez moche » 

« Gérald Bronner, notre invité aujourd’hui (…) s'intéresse à l'épidémie comme à un"objet social total" révélateur, notamment, de nos modes de représentation
...L'épidémie est un objet social total : (…) elle aime beaucoup le tourisme, les sociétés hyper-connectées. (Gérald Bronner)
...Gérald Bronner déplore en outre une "épidémie de crédulité"…
...Sur un marché de l'information comme le nôtre, la peur et la crédulité deviennent de très bons produits à commercialiser...
...La peur est un très bon produit sur le marché dérégulé de l'information.            
(Gérald Bronner)...
...Gérald Bronner (...) Face au trop-plein d'information, il prône, enfin, de savoir raison garder. »

« on tape quelque part et ça fait un désir de livre. »

« Matières à penser
Les défis de la médecine : De nouveaux espoirs pour la mucoviscidose
En 1980, je dois dire que c'était en plein encore la période où le corps médical - pour lequel j'ai le plus grand respect - était plutôt sur le mode « je baisse les bras, je n'y comprends rien, je ne peux rien faire parce que je n'ai pas d'outils. » On entendait des choses qui n'étaient pas du tout optimistes, du genre « Bah, c'est pas la peine de chercher les maladies, il n'y en a pas. C'est pas la peine de chercher les malades atteints de mucoviscidose, il n’y en a pas.
...à l'époque, on n'avait rien. On n'a toujours rien, d'ailleurs, on a des progrès, mais on n'a pas le traitement.

... De nouveaux espoirs pour la mucoviscidose
...Extrait musical : Les moutons - Matmatah
Pour en savoir plus : 
CV de Georges Travert 
Test de Guthrie » (fiche Wikipédia)

Curly 

Curly

262
Répondre en citant  
Re: La vie des idées - Mer 11 Mar 2020, 08:12

« Troubles des apprentissages : la table des dys : c’est le programme désordonné qui est le nôtre pour l’heure qui vient. »

« Catherine Mavrikakis (…) Elle nous parle de l'importance de la littérature et du récit pour ce construire.  
...(Elle) nous livre un vibrant hommage à la puissance invaincue de la littérature.
...Pour vivre, il faut arriver à décrypter plein de choses. On est tout le temps en train de travailler avec des mots ou des signes qu'on ne connaît pas, et on les réagence dans la phrase qu'est la vie….
...J'aime les livres qui parlent de la mort ou des morts parce que je ne trouve pas ça facile d'être humain, de mourir, et de voir que d'autres meurent...
...En fait, j'écris pour que les lecteurs puissent porter les morts avec moi, parce que j'ai l'impression que l'espace littéraire est un espace de partage, dans lequel le lecteur peut porter les peines de celui ou celle qui écrit, et inversement : on crée des chambres d'écho où on se tend la main. 
»

« Arthur Rimbaud à la croisée de la bibliothèque »

« La poésie, arme de réenchantement massive  : Jeune poète propose voix engagée
A quoi bon écrire de la poésie aujourd'hui ?
(…) Désertée des médias, absente de l'espace public, la poésie ne s'articule plus à un grand projet idéologique qui prendrait en compte les aspirations de la société.
L'une des tâches de la poésie contemporaine et des poètes contemporains est aussi de réapprendre à s'adresser à tous (…) alors il faut aussi retrouver un certain sens de la simplicité, ne pas aller trop loin dans l'expérimentation. Adeline Baldacchino »

« le cinéma, c’est avant tout… du cinéma. Et pas celui où l’on fait du cinéma, du spectacle qui cache les failles, où l’on "fait son cinéma", pour reprendre l’expression, mais celui où l’on montre, où l’on dialogue, où l’on se dispute, où l’on scénographie les tensions. »

« Les tyrans aussi lisent les poètes »

« Le réchauffement climatique, vu d’un ancien pays tempéré, c’est le triomphe de la mi-saison.
Alors quand j’ai vu un énorme Will Smith en doudoune Moncler sur une affiche, place de l’Opéra, j’ai eu pitié du géant italien de la doudoune…

« Mais qui veut donc la peau du Taj Mahal ? »

« Rimbaud c'est la liberté libre. »

...J’ai toujours eu beaucoup trop pitié du capitalisme. (…) Comme j’ai eu envie de la prendre dans mes bras l’autre jour, cette valise Rimowa par Dior accrochée à une merveille de petit hélicoptère par lequel on rêverait d’être jeté en haut d’une piste noire. »

Curly 

Curly

263
Répondre en citant  
Re: La vie des idées - Jeu 12 Mar 2020, 07:50

« Et c’est bien France Culture que vous écoutez à six heures cinquante ssssssept bon réveil à tous et bonjour Guillaume Erner…
- Eeeeet bonjouuuur et salut les covids !
- Saluupfffff… vous allez m’dire ça tous les jours on disait les Minikeums quand j’étais p’tite moi »

« J’ai rencontré un médecin et j’en ai profité pour lui poser plein de questions sur le coronavirus.
(…) Et je me suis demandé : comment combattre ça ? Comment affronter l’invisible ? 
(…) Comment affronter quelque chose que l’on ne voit pas ? (…) quelque chose résiste, se propage, alors comment le saisir ? 
(…) Quand ce médecin m’a parlé de cette circulation du coronavirus entre nous, j’ai tout de suite pensé à ces publicités qui imaginent les microbes comme de petits bonhommes verts qui disparaissent sous des jets d’eau savonneuse….
(…) Qu’est-ce qu’on nous cache ? 
(…) certaines choses nous restent inaccessibles (…) Et pourtant, elles sont là, elles nous touchent. Ça va du virus microscopique aux concepts immatériels, ça va de l’air du temps, insaisissable, à l’être des choses.
(…) qu’est-ce qu’on nous cache ? Pourquoi on nous le cache et comment le découvrir ?
(…) Mais pourquoi donc vouloir le voir ?
(…) j’en fais l’expérience chaque jour : tenter de me figurer cet invisible qui est là sans être là. »

« C'est un concert et non pas un spectacle chorégraphique. (…) mon problème a été de ne pas voir la grammaire chorégraphique (…) Marie Sorbier »

« La langue de Handke est incroyable, même si parfois je ne la comprends pas (…) Marie Sorbier »

« Il faut rappeler que les policiers et les gendarmes qui font le maintien de l'ordre, ce sont les mêmes (…) Arnaud Houte (professeur des universités à Sorbonne-Université.) »

«  A priori il y a peu de liens entre les films d’Ingmar Bergman et la série Game of Thrones, sauf peut-être celui tendu par une légende du 7ème art : Max von Sydow.
...von Sydow était un point de passage entre les mondes. Voilà ma théorie.
...von Sydow s’impose comme une icône transversale.
...l’essence de son jeu et de ses rôles. Permettre la traversée d’un univers à un autre.
...l’acteur de la traversée du miroir. 
...la clef de passage entre le réel, et le continent gris des angoisses et des cauchemars de la psyché.
...l’acteur du truchement entre les mondes.
...Acteur du passage et de la traversée
...ma conviction était faite. (…) le visage de Max von Sydow était la voie express vers nos hantises. »

« Le Billet politique
Votez pour (m)ouaf !
Pourquoi les animaux sont-ils devenus à ce point des arguments électoraux ?  
(…) Les animaux, c'est 30 millions d'amis, mais encore plus d'électeurs. (…) Frédéric Says »

Curly 

Curly

264
Répondre en citant  
Re: La vie des idées - Jeu 12 Mar 2020, 13:05

« Classe moyenne, qui es-tu ? »

« Quel est le rapport entre le coronavirus et un grille-pain (…) posez-vous la question suivante : serait-il possible pour vous de fabriquer à partir de rien, un toaster ? Vous prenez vos petits bras musclés et vous fabriquez un grille-pain. 
C’est l’étrange projet dans lequel s’était lancé en 2010 le designer Thomas Twaites, dans un projet tout simplement intitulé le toaster project (…) qu’est-ce que ça serait de faire un thermomix Project – je dis le mot thermomix parce que, je ne sais pas pourquoi, mais cela suscite immédiatement l’intérêt. 
(…) J’imagine que vous ne voyez pas le lien avec le coronavirus. Eh bien c’est notre absolue dépendance aux autres dans la mondialisation économique...

« Marcel Pagnol et Jean Giono (...) deux écrivains qui aiment les gens et qui les observent attentivement. »

«L’immortalité biologique est quelque chose qui préoccupe l'homme depuis l'éternité »

« Christophe Chassol revient avec son nouveau projet (...) dans lequel il porte plus loin encore son grand dessein d’harmonisation du réel
...Avec ce projet, je voulais faire une sorte de boîte, ou une maison : je compare tout le temps ce que je fais à une maison, et à son architecture. Mais là, je voulais faire une boîte dans laquelle il y a des règles invisibles qui changent au fur et à mesure. Dans cet album, je me suis fixé pas mal de règles, et j'ai aussi essayé pas mal de choses…

...En général, dans mon processus de création je me pose toujours cette question : que veux-je dire ?
(…) j'aime la virtuosité, je considère que c'est du partage

je passe des milliers d'heures et de nuits blanches à le fabriquer pour que les gens se régalent, et moi aussi. Ensuite, je me prépare à un truc que j'ai envie de jouer, avec des accords qui me plaisent. En fait, les accords sont le fil à coudre de toutes ces images et de tous ces concepts, et pour cela il faut qu'ils restent chauds, accessibles et généreux. Le pouvoir de la musique, cette chose invisible, est incroyable : c'est quand même fou qu'elle arrive à donner autant de cohérence aux choses…

« L’immortalité biologique (…) est une lutte contre le vieillissement. »

... j'ai pris l'habitude de solfier. Je solfie, c'est mon langage, (…) ça permet d'aller vite, et de communiquer avec beaucoup de monde sur la planète. »

...(((( D’ailleurs pourquoi avoir choisi un grille-pain ? Eh bien en raison d’une phrase d’un roman ddans l'ouvrage Globalement inoffensive (...) …)))) »

Curly 

Curly

265
Répondre en citant  
Re: La vie des idées - Ven 13 Mar 2020, 11:19

« La vérité sur la maladie de Lyme
Maladie de Lyme : exagération ou sous-estimation ?
Nous découvrirons avec notre invité, Christian Perronne, l’étendue du dilemme.
...On voit que ça explose de partout. »

« Je dis souvent aux danseurs qu'il faut être sur une surface jouissive, où on peut se dire qu'il y a une fête, où on peut danser et célébrer quelque chose, mais que par contre, au sous-sol, il y a trop d'angoisses: il faut être joyeux tout en sachant que  dans l'entourage, il y a plein de menaces qui interdisent l'accomplissement de cette joie. C'est dans les tensions, qu'il peut y avoir entre ces forces contradictoires, et que demeure cette disponibilité au corps à se faire trottoir. Le trottoir c'est comme une sensation d'être à la fois autonome (...) et en même temps de savoir qu'on peut s'y faire tuer, violer ou voler…

« l’avion est le seul endroit où l’on ose boire du jus de tomate et regarder des films débiles sans trop culpabiliser. »

« Qu'est-ce qui nous différencie des plantes ? 
...Pour Florence Burgat, la distinction est claire : une plante ne souffre pas comme un animal ou un être humain, pas plus qu'elle ne bouge, fait des choix ou même ne meurt puisqu'elle se renouvelle sans cesse par le biais de la pollinisation et des graines.
...Est ce que c'est le sujet lui même qui est l'auteur de ses actes, qui a donc des intentions, des croyances, des désirs ? Ou bien est ce que nous avons affaire chez les végétaux à des êtres dont les mouvements sont commandés par leur environnement extérieur ?
(Florence Burgat)
...Je crois que la cause animale et la cause végétale sont deux causes très différentes. Je crois que la cause animale, elle, s'apparente beaucoup plus à la cause humaine, précisément parce que ce sont des vivants mortels...
(Florence Burgat) »

« je suis un scientifique, je suis cartésien, j'aime bien que les choses soient claires. »

...En fait, j'ai envie d'interroger le rire, de quoi rit-on aujourd'hui ? (...) et interroger cette complexité du rire m'intéresse beaucoup

« Y aura-t-il un vote sanction contre le pouvoir national ? 
...Il faudra bien sûr observer le score d’Édouard Philippe (...) Et celui de de ses ministres
…Sans oublier Paris
…il conviendra de s'intéresser aux villes moyennes
...les sortants seront-ils reconduits ?
...il sera intéressant d'observer si les maires échappent à la vague de "dégagisme".
...les municipales ne sont pas les européennes.
...il est certain que le coronavirus ne va pas augmenter la participation
...Frédéric Says »

... je suis toujours en train d'observer comment j'observe »

Curly 

Curly

266
Répondre en citant  
Re: La vie des idées - Ven 13 Mar 2020, 18:34

« Rester chez soi, c'est faire un pas vers l'autre.» 

« Et si le crime payait ?
Et si l'agroécologie était notre avenir ?
Terrorisme: et si on parlait argent?
et si on sauvait le capitalisme?
Et si l’innovation était un mythe ?
Et si vous vendiez vos amis ?
Et si l’Afrique montrait le chemin ?
Et si l’élection présidentielle devenait inégalitaire ?
Et si les "millennials" n’existaient pas ?
Et si les patrons, aussi, devenaient flexibles ?
Et si le capital était un jeu ?
Et si Facebook avait fait l'élection américaine ?

Et si tu devenais une abeille ?…
Et si toutes les abeilles mourraient...

...Et si Emmanuel Macron venait (presque) de prononcer le meilleur discours de mobilisation face à l'urgence climatique ?
(…) Le voilà le grand discours sur le climat ! 
(…) Est-il nécessaire de le préciser ? (…) il va de soi que les propos d’Emmanuel Macron concernaient la crise de l’épidémie de coronavirus, pas la crise climatique. »

« la forêt de Fontainebleau (…) Cette forêt est géniale. (…) ces amateurs d’escalade qui se promenaient partout, en ce jour inaugural du printemps, avec leur gigantesques tapis de sol qui leur faisaient des carrures colossales, de quel monde de fantaisie sortaient-ils ? 
...ils venaient de cette merveille de clip qui rassemble Kanye West, Lil Pump et Adele Givens, pour illustrer cette chanson dont je suis gêné - un peu, à peine - que mes enfants en connaissent aussi bien les paroles, You're such a fuckin' ho, I love it, I love it
Mais le clip, avec ces deux rappeurs qui dansent dans des costumes aux épaulettes si inimaginablement carrées qu’elles feraient passer les personnages de Minecraft pour d'opulents Rubens, est, artistiquement, un chef-d’œuvre qui justifie tout, un chef-d’œuvre équivalent à la forêt de Fontainebleau, autre triomphe de l’arbitraire, du caprice et de la fantaisie. 
par Aurélien Bellanger »

« Pierre Vidal-Naquet est un intellectuel total »

« Paul Reclus, un médecin humaniste
nous sommes ce soir en compagnie de Gérard Fauconnier, mémorialiste et généalogiste, qui nous parlera avec passion des frères Reclus, et plus particulièrement de Paul Reclus, grand médecin humaniste de la fin du XXe siècle.
...l'humanisme des Reclus est devenu multiforme, soit par action directe […], soit par action indirecte […].
...Il pratiquait aussi bien une médecine populaire, qu’une médecine de riches. C'était pour ainsi dire un " ascenseur médical ".
 
...Pour en savoir plus :
Publications de Gérard Fauconnier »

« C’est passionnant...
un sujet passionnant...

...moi, je ne suis jamais rentré dedans.
 »

Curly 

Curly

267
Répondre en citant  
Re: La vie des idées - Sam 14 Mar 2020, 10:54

« 14 mars, le fameux Jour de Pi – 3,14 »

« ... D'Alger à Rio de Janeiro : comment changer le logiciel démocratique ?
…Comment l'Europe peut-elle rester unie ? Ne doit-elle pas changer de logiciel ?
...les conflits prennent de nouveaux visages...Il faut changer le logiciel qui permet de comprendre cette situation

…Ma théorie c’est que le COVID-19 pourrait amener le marché culturel, comme le marché économique, à réfléchir. (...) le virus (...) pourrait pousser l’industrie culturelle à "changer son logiciel". »

« j’ai été frappée ces derniers temps, touchée même, par tous ces objets que j’ai vus dans la rue. Vous savez tous ces objets laissés à l’abandon (...) un canapé qui attend le service des encombrants de la ville de Paris, une commode à laquelle il manque un tiroir ou pied, des WC dont il ne reste que la cuvette, des livres écornés et tachés… que font-ils là dans la rue ? Qui les a laissés là ? Que leur est-il arrivé ?…

...les objets sont une part essentielle de nos vies. J’en veux pour preuve l’attachement de ma fille à sa tétine, mon amour infaillible pour ce pull mauve, la passion de certains pour les voitures, les livres ou je ne sais quoi (…) les objets sont là, nécessaires, évidents, utiles, aimés ou détestés…

...On en a besoin, envie, on les achète, on les use, on les jette. Voilà à quoi ressemble la vie d’un objet. Mais est-ce suffisant de dire ça ? C’est ce que je me suis demandé en croisant, à plusieurs reprises, cette chaussure abandonnée en bas de chez moi. Comment avait-elle atterri là ? Seule, sur le trottoir ? (…) Pas de pied droit pour l’accompagner, personne pour la porter ni la jeter…

« J’ai ainsi besoin du véhicule monstrueux des blockbusters pour vraiment ressentir les choses (…) je constate, à mesure que l’épidémie de coronavirus progresse, qu’il m’arrive d’éprouver, timidement et pas à pas, des émotions dans le monde réel.  (…) je suis allé voir en famille mon premier blockbuster émotionnellement neutre, l'inoffensif Sonic.
Cela m’a fait tout bizarre de ne pas pleurer au cinéma. »

...qu’avait fait cette personne avec cette chaussure à son pied gauche : avait-elle fait la fête, dansé, passé des entretiens d’embauche, couru après un bus ou rencontré l’amour de sa vie ? Et surtout qu’avait-elle fait pour la perdre ici ou la jeter ? …

...mais elle, cette chaussure… qui est-elle ? quelle a été sa vie, à elle ?
(…) A quel moment peut-on dire qu’un objet est mort ?
(…) à quoi peut bien ressembler leur vie au-delà de l’utilité ou de l’amour qu’on a pour eux ? 

...Le problème n’a pas échappé aux philosophes : Heidegger ... Simondon... Baudrillard …
Voilà (…) les objets (…) Ils résistent, ils prouvent qu’ils existent. »

Curly 

Curly

268
Répondre en citant  
Re: La vie des idées - Dim 15 Mar 2020, 09:47

« Coronavirus : quand les bourses plongent, est-ce grave docteur ?
...Vous trouverez sans doute cette chronique déprimante, mais certaines prévisions de l’avenir sont encore pires »

«La Conversation scientifique
Existe-t-il une science de la ville ?
...une expérience de pensée...Supposons qu’il n’y ait encore aucune ville sur terre, et que dans quelques décennies notre planète doive accueillir 12 milliards de personnes en tenant compte du changement climatique, de la montée des eaux, de la fonte des glaciers, des problèmes d’énergie, de matières premières, etc. Comment les concevrions-nous si nous avions à notre disposition toutes les sciences contemporaines et de bons logiciels d’optimisation ?
...L’exercice est intéressant, mais, dans son principe même, il fait fi de la réalité »

« C'est un livre sérieux qui a même des moments assez drôles quand Maboula Soumahoro raconte que pendant tout un moment, elle était comparée à Rama Yade. Puis, dix ans après, elle est devenue Sibeth Ndiaye. C'est un livre qui ne s'interdit pas l'ironie et la légèreté. On est sur des questions très personnelles, très dures parfois, et des questions très politiques. Mais il y a un ton qui parfois tombe très juste. (Joseph Confavreux) »

« Ville végétale, ville animale
Comment la ville est-elle devenue un accélérateur du vivant ?
...un monde-villes ...laisser la nature investir ses espaces... villes en mutation, avec des surprises, des situations insolites, et des exemples d’adaptation extraordinaires...paysage urbain en plein développement... La biodiversité s’invite...changer nos regards...notre façon de partager cet espace...Coronavirus.»

«  le rapport à l'autre. Que dit l'autre du je que je suis ? Et est-ce que je ne suis qu'un je ?...(Géraldine Mosna-Savoye)»

«Iris Brey, spécialiste du genre, a théorisé la notion de “male gaze”, quand un personnage féminin est défini par un regard masculin, dans le cinéma et surtout dans les séries…
“Fleabag“ de Phoebe Waller-Bridge
...ce qu’il se passe dans sa tête c’est toujours très drôle mais c’est toujours une manière de nous ramener à sa subjectivité.
“La Servante écarlate“ de Bruce Miller
“La Servante écarlate” montre que le viol est un crime
“I Love Dick“ de Jill Soloway et Sarah Gubbins
...a permis de réfléchir à la manière dont on désire les corps et surtout quels corps est-ce qu’on désire »

« Je suis assez étonnée de l'étonnement (…) c'est un étonnement auquel on est maintenant habitué....(Géraldine Mosna-Savoye)»

« Le geste écolo de nos invités :
Caroline Mollie : "Arrêtez le massacre, stop à la tronçonneuse !" »

Curly 

Curly

269
Répondre en citant  
Re: La vie des idées - Dim 15 Mar 2020, 18:48

« Et bien cette semaine Caroline, je voulais vous parler d’un projet qui ne devrait pas déplaire à nos invités...
L’histoire commence (...) à Saint-Fraimbault (...) où officie Alain Delangle, un éleveur en bio depuis 1996, et qui a pris la sale habitude en se levant chaque matin de vouloir innover…

«  Coronavirus : le messager du futur ?
...par le biais du coronavirus, l’Europe se fait chinoise...

…notre agriculteur startuper permanent se trouve un jour fort dépourvu quand les élections municipales furent venues en constatant (...) que (...) le village se désertifie et que ses commerces foutent le camp…

...que dit cette pandémie d'un avenir dans lequel nous sommes peut-être déjà entrés ?…

... Alain Delangle voit tout de suite un peu plus loin que le bout de son village en capilotade. Le voilà qui trouve ses entrées à la Mairie de Paris (…) Notre paysan ne va en effet rien de moins que réinventer un concept un peu passé de mode et de pertinence : celui des villes jumelées. 
Oui, oui, les villes jumelées, les mêmes qui vous sont fièrement annoncées sur les panneaux rectangulaires d'entrée ou de sortie d'agglomération et vous annoncent des liens avec des villes souvent inconnues, à l’autre bout de l’Europe, quand ce n’est pas au-delà…

...ce n’est peut-être pas un hasard si celui-ci, de virus, est né dans l’un des pays où, justement, l’information circule le moins…

...Le Myrha, par exemple, fromage affiné (...) pourra ainsi être vendu à Saint-Fraimbault et profiter du camion qui ramènera les fromages de chèvres de là-bas, à la Capitale.
Ainsi, (…) la campagne retrouvera un nom et des visages et la ville ne sera pas qu’un empilement de monuments touristiques et de bars branchés. Vive les villes jumelées ! »

... le président Xi Jinping continue de se réclamer de Marx, un Marx 2.0* »
*  Les extraits susmentionnés ne figurent plus sur le site.

« Coronavirus : faire l'école sans l'école ?
Avec :
Rachid Zerrouki (par téléphone), professeur des écoles en SEGPA à Marseille.
Claude Lelièvre (pré-enregistré), historien de l’école.
(...)
Ghislaine Umhauher (par téléphone), professeure des écoles (SNUIpp) dans le département 68….

...C'est quand on est confronté à une difficulté qu'on apprend à la contourner...

...Je pense que le mot d'ordre doit être la simplicité, de revoir les basiques…

... Il va falloir apprendre les uns des autres, il va y avoir plein de petits défis dans ces grands défis…

...Les relations habituelles entre les élèves, les professeurs et les parents vont se transformer…

...On est obligé d'innover pour faire face à ce défi…

...Enseigner c'est un métier, apprendre tout le monde y participe…

...J'ai une très grande confiance dans les parents…

...La première chose à faire c'est d'empêcher les enfants d'entendre les informations et de faire des choses en famille…

...Il n y a pas que la continuité des apprentissages il y a aussi la continuité humaine  (…)

...Le grand défi c'est comment on va réussir à apprendre autrement et ensemble…

...Le développement des plateformes numériques répond à la fois à une demande et à une nécessité…

Pour aller plus loin : 





                                                                                                                                                                                                                                                     »

Curly 

Curly

270
Répondre en citant  
Re: La vie des idées - Lun 16 Mar 2020, 10:02

« Le travail d'écriture de Liliane Giraudon, situé entre prose et poème, est une traversée des genres.(...) elle travaille en poésie et en prose, la langue et la mémoire. (…)
chaque forme qui s’articule au corps du livre se voudrait le prolongement de nos attitudes fondamentales au monde extérieur.
...j'ai un rapport à la poésie un peu compliqué. (...) Je sais quand je vois du poème, que c'est du poème, comme quand on voit de la viande que c'est de la viande : elle est blanche ou elle est rouge…

« Cette semaine dans Le Temps des écrivains, une rencontre au sommet entre Julia Kristeva et Fiodor Dostoïevski…
Ch. Ono-dit-Biot
@C_Ono_dit_Biot
En ces temps de confinement, 1 h avec #Dostoievski est une option enrichissante. Surtout vu par #JuliaKristeva et incarné par la Nastassia Filippovna de « L’Idiot », "une féministe en herbe qui s’ignore" dans un "pressentiment de #metoo " #letempsdesecrivains 17h @franceculture »...

...Dans le poème il y a du vivant, et pourtant, c'est du vivant qui travaille avec une mémoire, et donc, avec la mort. Sans mémoire, il n'y a pas de vivant, pas de langue, et je pense même qu'il n'y a pas d'art. Ce travail de la mémoire fait que le vivant peut circuler, se partager et rendre le monde habitable…

...Julia Kristeva évoque la formidable actualité de Dostoïevski et de ses héros et héroïnes, dont la Nastassia Filippovna de « L’Idiot ». « Elle se dresse d’abord comme une féministe en herbe qui s’ignore »…

...J'ai lu beaucoup de textes sans savoir ce que je lisais. (…) quand on lit de la poésie, il s'agit de quelque chose de plus archaïque, de plus naïve. Ce que j'aime, c'est (...) ne plus savoir où on est, ni qui on est. (...) Il y a des mots que tout le monde emploient qui nous sont donnés d'une certaine manière, et qui nous permettent de ressentir…

...une rencontre au sommet entre Julia Kristeva et Fiodor Dostoïevski…une vraie rencontre entre eux auteurs qui auraient pu ne jamais se rencontrer…
Ch. Ono-dit-Biot
@C_Ono_dit_Biot
 · 14 mars 2020
En ces temps de confinement, 1 h avec #Dostoievski est une option enrichissante. Surtout vu par #JuliaKristeva et incarné par la Nastassia Filippovna de « L’Idiot », "une féministe en herbe qui s’ignore" dans un "pressentiment de #metoo " #letempsdesecrivains 17h @franceculture

@C_Ono_dit_Biot
"La lecture de Dostoïevski permet d'entrer dans les plis de la société qui viole" #juliakristeva #letempsdesecrivains cet après-midi à 17h @franceculture #dostoievski @buchetchastel

Voir les autres Tweets de Ch. Ono-dit-Biot »

...il y a un truc qui me gonfle beaucoup dans l'idée de l'inspiration, c'est que je ne peux pas ne pas évoquer, en tant que femme, ces histoires de muses. J'ai toujours pensé que l'inspiration c'était une invention totale, qui servait à quelque chose de répressif, et qui masquait quelque chose qu'il ne fallait pas voir. Je n'ai jamais supporté cette idée d'inspiration. Par contre, si on se dit qu'on n'est pas seule à signer ce qu'on écrit, qu'on est travaillée par une expérience du vivre qui est aussi une expérience de l'écrire ou du parler, alors, je pense qu'on écrit avec tout ce qui nous traverse…

« Personnages en personne par Charles Dantzig
Charles Dantzig note :
Quelle bonne idée que cette fête en costumes d'adolescents dans une maison délabrée où tout se passe sans une explication.
...Charles Dantzig place Augustin et Frantz face à face et souligne :
Le Grand Meaulnes est presque un antihéros. Il est gauche, inapte, emporté", quand Frantz de Galais est captivant :
C'est un garçon fougueux, franc, susceptible, destructeur, lyrique. 

...Pour Charles Dantzig,
Meaulnes est une absence.
...Qui est Le Grand Meaulnes? Pour en parler, Charles Dantzig reçoit »

...Je me suis demandé ce que les poètes avaient fait des femmes dans le monde de la poésie, qui on garde, qui on efface. Le travail de la viande c'est aussi le travail de l'effacement : qui a droit à être vendu au prix du gigot, et qui se retrouve dans les bas morceaux.
 »

Curly 

Curly

271
Répondre en citant  
Numéro double : Spécial ''Propagation des grandes idées pendant confinement'' - Lun 16 Mar 2020, 18:54

« Le monde se divise en deux camps : ceux qui choisissent la bonne file aux caisses du supermarché, et les autres. J’appartiens à la deuxième catégorie.
(...) faire ses courses est devenu, qu’on soit chanceux ou non, un sport de patience. Bison futé voit rouge ces jours-ci dans les linéaires…

« Municipales : la politique en temps de crise
...Dans quelle proportion l’élection à-t-elle été tronquée par le contexte sanitaire actuel ? Va-t-on vers un report du second tour ? Éléments de réponse avec Martial Foucault et Cynthia Fleury ce lundi.
...Signaux contradictoires 
On a tous vu des images contradictoires. Certaines personnes ont pris en considération les recommandations faites. D'autres au contraire, ne l'ont pas fait et ce n'est plus possible pendant un certain temps Cynthia Fleury...

...mon cerveau scanne automatiquement sur le tapis roulant tous les produits suremballés des clients qui me devancent (…) Je profite du fait qu’ils me tournent le dos pour les envelopper de mon mépris…

...Il nous faut tous ensemble avoir beaucoup de discernement et essayer d'adopter une sorte de sang froid et d'écouter et comprendre ce qu'il est dit et demandé Cynthia Fleury...

...Mais voilà que les mesures de confinement viennent perturber ma façon d’envisager les courses du samedi. Je me suis surpris à faire le décompte des commissions dans les autres caddies. Le type là, devant moi, avait-il vraiment besoin de tout acheter en double : son Perrier, ses biscottes, son café, son sopalin ? Seuls le thon en boîte et les mouchoirs en papier faisaient exception : il les a pris en triple !...

...Avec une grande discipline, il est possible de traverser cette pandémie et d'en tirer des conclusions Cynthia Fleury...

...Les survivalistes avaient-ils prévu qu’en cas d’effondrement, la ligne de front se situerait au rayon hygiène des supermarchés ? Le point Godwyn semble en tout cas avoir été atteint à proximité du papier toilette (…)  J’ai pour ma part livré une bataille intérieure pour me limiter à un seul paquet. Pour compenser : une douzaine d’œufs (sachant que je n’en prends que six d’habitude)…

...Dans cette période de crise sanitaire, le politique a besoin de légitimer un discours politique par le discours scientifique. Martial Foucault...

...retour au rayon surgelés, non pas pour faire des stocks, mais parce que : 1/c’est quand même très bon, même si c’est mauvais, hashtag #résilience ; 2/il va falloir faire à manger midi et soir pendant un moment, alors (provisoirement, promis), redonnons sa chance à la bouffe industrielle…

...Chacun fait l'expérience de la difficulté des leçons à apprendre. C'est l'ordinaire de nos vies qui se retrouve touché devant cette épidémie Cynthia Fleury
Vous pouvez (ré)écouter l'interview en intégralité en cliquant sur le player en haut à gauche de cette page. »

... cette période de confinement va aussi être l’occasion de vider les placards à la maison. Y végètent depuis des mois des produits bizarres, de la polenta, du blé, de l’épeautre, des pois chiches, des pois cassés, toute une gamme de féculents achetés au retour des grandes vacances parce que c’était décidé, on allait la prendre à bras le corps cette transition. Oui mais ça se cuisine comment, la polenta ?…

« Le monde culturel se trouve aujourd’hui dans une situation un peu comparable à celle d’un insuffisant respiratoire infecté par le coronavirus : les choses n’allaient déjà pas très bien jusqu’alors, elles prennent un tour assez désespéré...

...Ma fille prend un malin plaisir à me vieillir prématurément. Lorsque l’expression ‘’ok boomer’’ est apparue sur les réseaux sociaux (…) elle s’en est emparée immédiatement, oubliant que JE NE SUIS PAS un baby-boomer !…

...Vous pouvez bien sûr vous laver les mains en rythme en chantant sur I Will Survive comme l’a fait sa célèbre interprète, Gloria Gaynor, dans une vidéo "tuto" partagée des centaines de milliers de fois et baptisée #Iwillsurvivechallenge. »

...C’est énervant mais c’est assez amusant de constater ce renversement générationnel (…) j’ai (...) entendu des mamans se retenir de répondre à leur grand garçon : ok boomer ! »

Contenu sponsorisé 


272
Répondre en citant  
Re: La vie des idées -

La vie des idées     Page 27 sur 52

Haut de page ↑   

Aller à la page : Précédent  1 ... 15 ... 26, 27, 28 ... 39 ... 52  Suivant

Accueil / France Culture

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum