-->
Forumactif

Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 

Le Deal du moment : -29%
Aspirateur robot connecté iRobot Roomba 692
Voir le deal
199 €

Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Regards sur France Culture » LES FORUMS » France Culture » La vie des idées

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 26 ... 50  Suivant

Accueil / France Culture

La vie des idées    Page 2 sur 50

Bas de page ↓   

Curly 


11
Répondre en citant  
Re: La vie des idées - Mar 17 Sep 2019, 11:55

« Faut-il arrêter d’accepter l’indignation ? (...) faut-il ainsi en finir avec cette indigne indignation ? Peut-être faudrait-il tenter de penser une indignation digne ? Mais digne de quoi, de qui, à quelles conditions, qui pour décider de ce qui est digne ou pas ? »

« les listes de Prix sont de véritables ZAD de la littérature »

« Qu’est-ce qui pèse plus lourd ? Un humain, ou une fourmi ? »

«  quand on est amoureux, on ne passe pas tout le temps à l’acte »

« Vous me direz : pourquoi ? Et je vous dirai : et pourquoi pas ? Alors certes, ça n’a aucun intérêt. Mais alors ? »

«Impossible de résumer les polémiques (...) autant résumer le conflit israélo-palestinien en trois phrases, disons, en substance, que la bataille a lieu pratiquement tous les jours sur les réseaux sociaux »

« Au fond, qu'est-ce qu'un bon ministre ? Est-ce celui qui fait voter le plus de lois ? Est-ce celui qui défend le gouvernement dans les médias, celui qui se déplace le plus sur le terrain, celui qui suscite le moins de polémiques ? Pas simple de trancher. »

« qui évalue les évaluateurs ? »

« Mais ce qui est le plus stupéfiant, c’est de constater à quel point le pétrole et le gaz (...) continuent de dicter leur loi aux relations internationales. »

« notre époque cumule les facteurs de stress et de changement. C’est ma théorie. »

« Seulement 5 lignes sur les zézettes alors que les zizis avaient droit à 12 lignes ! »

« Au-delà de 5 millions d’entrées ça me semble difficile de ne pas aller voir ce qui se passe en salle »

«le film s’ouvre avec un plan rapproché sur (...) un petit gorille en porte-clés, qui se balance à un rétroviseur, et que la main de Franck Dubosc vient occulter.  (…) On découvre alors en plan large qu’il a pris trois auto-stoppeurs, et que l’un d’eux est noir. J’ai trouvé ça tellement dingue que j’ai éclaté de rire »

«il m’est arrivé l’autre jour une aventure singulière devant Raid Dingue (…) La jeune recrue du RAID, interprétée par Alice Pol, était dotée d’une conscience de soi exacerbée (…) J’ai mis un certain temps à comprendre que j’étais en mode audiodescription »

« Jamais je n’aurais fini une dissertation avec Aristote, ou Platon d’ailleurs, les rois de la nécessité et des substances unes et immuables, ça aurait été la honte, le contraire du ‘cool’. »

« Peut-on parler d’essence sans être un affreux essentialisateur, sans être soi-même fiché, essentialisé « essentialisateur » ? »

« Parfois, je me dis qu’Aristote a été mal compris : qu’il voulait juste déterminer un socle commun pour ensuite en discuter et ne pas être d’accord justement »

Curly 

Curly

12
Répondre en citant  
Re: La vie des idées - Mer 18 Sep 2019, 08:11

« Simon Stone aime travailler au corps à corps les pièces du répertoire pour les entraîner vers des territoires plus intimes. »

« Son premier roman  (...) a fait du bruit » 

« j’ai besoin de haïr pour penser l’avenir. »

« Je ne tiens pas à appartenir complètement à la case « gay », je crois qu’il faut s’en désidentifier, comme il faut se désidentifier du masculin. Être gay, ça questionne l’identité de genre. »

« mon roman se sabote lui-même »

« pourquoi débattre ? À quoi bon ? Qu’est-ce qu’on en attend ? S’agit-il de se mettre d’accord pour discuter ou se mettre d’accord en discutant ? D’échanger chacun son point de vue ou de les partager ? De trouver des solutions ou de s’en tenir à une pluralité de remèdes ? »

« un ordinateur est plus rapide, plus efficace, plus fiable en termes de mémoire et de tâches à effectuer : il est meilleur ! Mais il ne pense pas. (...) la pensée humaine pense (…) la pensée n’est qu’humaine »

«Bashung est un « grand voyageur » de l’intimité, un être singulier qui n’a cessé de parcourir et de repousser les frontières de l’espace intérieur, de faire donc le grand écart. (…) Bashung cultivait cet écart, le grand-écart donc, mais le grand-écart qui fait du sur-place, du sur-soi. »

« Qui pourrait dire en quoi consiste une philosophie du végétal ? »

« Ce que le végétal peut nous apporter (...) c’est de quoi penser un autre rapport à la nature (...) un autre rapport au travail, au partage, à la culture et à l’habitation des territoires, un autre rapport au temps aussi (...) »

« Si on peut avoir une idée, même vague, de la philosophie de Platon et de son œuvre, qui était-il, lui ? (…) comment a-t-il fait le sens de sa vie ? »

« c’est bien une autre manière de défendre le secret : refuser de répondre. On connaît le secret mais on refuse de le divulguer. »

« ne pas connaître un secret n’est pas être ignorant, mais accepter très sagement que l’on sait que l’on ne sait pas. »

« tout arrêter, est-ce aussi simple et facile ? Faites-en l’expérience ou rappelez-vous simplement votre dernier jour de congé : (…) n’avez-vous pas bougé ? »

« Fruit du travail de toute une vie, Le dernier album d’Oxmo Puccino est un disque lucide, qui frappe doucement là où ça fait mal, donc là où cela fait sens. »

«La fidélité ça peut paraître long pour certaine personne, mais pour moi, c’est un laps de temps »

« pour comprendre une situation, il faut savoir ce qui s’est passé avant »

« Je me vois un peu comme le maître des clés dans son petit atelier, entouré de gens qui ont de grandes portes à ouvrir mais qui n’en ont pas les clés. Moi, je les fabrique et je les accroche devant moi avec plaisir, parce que chaque clé est unique et ouvre une autre porte que j’ai trouvée. »

« je ne parle qu’à moitié, parce que je connais la force des mots, leurs conséquences et leur poids. L’autre n’est pas toujours apte à les recevoir. »

«On a passé du temps à traduire la musique, comme on consomme la vie aujourd’hui »

Curly 

Curly

13
Répondre en citant  
Re: La vie des idées - Mer 18 Sep 2019, 16:47

« si le siècle des Lumières fut le siècle des Lumières, c’est peut-être parce que le ciel nocturne était un vrai ciel nocturne… »

« Or, en tant que tel, un débat sur "l'immigration" ne veut pas dire grand-chose, c'est comme un débat sur "l'environnement", tout dépend des propositions que l'on soumet à l'intelligence collective. »

« les enseignants des années 70, élevés dans la piété et la chasteté, furent bien chargés de dispenser des cours d’éducation sexuelle »

«(…) ce sentiment très contemporain de répétition dans l’actualité. Un bégaiement généralisé qui touche aussi la culture. C’est ma théorie. »

« les souverains du Moyen Âge se revendiquaient du roi Arthur comme les nôtres se revendiquent du général de Gaulle »

« autobiographies, récits à la première personne, ou autofictions. Le genre est installé dans le paysage littéraire. Mais est-il pour autant accepté, ou acceptable ? »  

« il y a ce problème de responsabilité de l’écrivain. Est-il responsable de ce qu’il écrit ? Plus précisément, est-il responsable de l’histoire qu’il a vécue et qu’il décide de raconter ? »  

« L’écrivain est responsable (…) il est plus que responsable, parce qu’il fait exister les choses, et ce serait pour le coup irresponsable de n’attendre pas ça de la littérature. Tant mieux, donc, s’il y a eu des atteintes et des procès, au moins, ça veut dire que l’écriture a agi. »

« Une tour et une barre : la ville était complète, je n’avais pas besoin des vieux pavés du centre-ville et des boutiques Baccarat. »

« (Jean) Prouvé (…) quelqu’un après lequel il ne sera plus possible de bâtir exactement pareil,  ni même d’habiter le monde de la même manière. »

« En attendant la catastrophe qui nous transformera tous en réfugiés climatiques, ou en migrants spatiaux, les habitats modulaires de Prouvé attendront ainsi, comme lyophilisés, qu’on les redécouvre.»

« Tissant les fils d'un drame familial, l'écrivaine livre une intrigue non dénuée d'espoir. »

« Je suis très travaillée par la façon dont nous habitons le monde. »

«  par la multiplicité des sollicitations, on a l'impression que tout le monde sait dire les choses »

« On peut vivre sans musique, mais une vie sans musique est-elle une vie bonne ? »

« Razmig Keucheyan revient aussi sur les luttes et les solutions possibles pour pallier au régime actuel, insistant notamment (…) sur l’importance de la logistique, terrain à investir collectivement, (...) pour des résistances futures. »

« (…) années 1960 où se déploie une nouvelle manière d’être ensemble, où se forme une communauté émotionnelle, et où se dessine peu à peu la place toute particulière des femmes. »

« Comment allions nous empêcher la police de nous arrêter dans les rues nous les hippies et de nous envoyer en prison ? la police avait deux méthodes elle nous repéré dans les rues parce que nous avions des cheveux longs et que nous portions des clochettes nous étions très facile à identifier. Ou alors il s’introduisait de force dans nos maison à 1h du matin. »

« Emmanuelle Parrenin, l’une des voix singulières de l’Acid folk découvre l’épinette, le dulcimer et la vielle à roue, instrument "par essence psychédélique". »

« Habite-t-on un lieu, un pays ou le monde ? Choisit-on toujours où l’on veut habiter ? Le fait-on par raison ou par émotion ? Seul ou avec d’autres ? »

« ‘Habiter’ est une manière de penser toutes les articulations possibles que chacun peut inventer entre des ancrages et des mobilités, entre des lieux et le monde. »

« Il ne faut pas réduire l’habitant à la figure politique idéale du paysan soldat nationaliste du XIXe siècle. On habite du lieu, au monde. »

«  Shanghai, Bercy Village, ou encore la rue du Petit-Champlain à Québec, sont des lieux à la fois extrêmement locaux, et totalement mondiaux »

«  Le tourisme est une forme pacifique de « faire monde ». Et on a intérêt à partager le monde avec autrui. »

Curly 

Curly

14
Répondre en citant  
Re: La vie des idées - Jeu 19 Sep 2019, 09:44

« Je suis travaillée par le silence, par les choses qui ne sont pas dites et surtout, par les mots qui ne sont pas les bons »

« Dans mon écriture, j’ai la sensation d’utiliser énormément d’énergie pour habiller la violence de douceur et de poésie pour ne pas la jeter dans la figure du lecteur. »

« Et que dire quand on est un homme sans pour autant imposer son point de vue ? »

« il faut rappeler que la sorcière la plus connue fut quand même pendant longtemps Samantha, la ‘’Sorcière bien aimée’’ »

« Qu’est-ce que le bonheur ? Est-ce réussir sa vie, comme le chante Bernard Tapie en 1985 ? »

« n’y a-t-il pas plutôt du bon dans le mauvais, dans les échecs, le malheur et l’infortune ?»

« est-ce à la philosophie de nous conduire au bonheur, même en passant par le malheur ? »

« Pourquoi et comment célébrer la modernité anti-moderne de Baudelaire ? »

« Comment lire une poésie de Nerval sans proférer ? »

«  Qu'est-ce qui va m'assurer qu'on ne me sautera pas dessus si je dis soit que j'en ai marre de Proust, soit que je n'arrive pas à repérer ce qui dérange dans la Recherche... ? »

« On participe à la chanson française de cette manière-là, on fait très attention autant au texte qu'à la musique, et depuis 25 ans. » 

« On s'aperçoit, à force de creuser le sillon, qu'on comprend la chanson après un long moment en réalité. »

« Pour ‘’Le Déserteur’’ (…) C'est une chanson qui reste bien d'actualité. »

« C'est difficile de dire vraiment ce qu'on est, disons qu'on fait de la chanson et qu'on joue de nos instruments ensemble le plus possible. On fait de la variété, (...) puisqu'on fait de la musique très variée »

« "Je voudrais pas crever" (...) on ne pouvait pas la dire on était obligé de la chanter. »

« le con suscite mécaniquement un intérêt, depuis L’idiot de Dostoïevski, narrant les déboires du prince Mychkine »

Curly 

Curly

15
Répondre en citant  
Re: La vie des idées - Ven 20 Sep 2019, 07:37

« C’est vrai qu’on peut se demander en quoi travailler et acheter peuvent relever de la vie… »

« je mange au travail, je ris au travail, certains y font même l’amour, et je m’enchante dans un magasin . »

« Pourquoi la gare est-elle tantôt un lieu utile pour en partir tantôt un lieu de désir ? »

« s’approprier, est-ce habiter ? » 

« comment vivre sur terre ? Comment avoir accès à un logement digne ? Comment vivre ensemble ? Comment prendre part à l’espace public ? Ou être en accord avec le corps que l’on habite ? »

«’’habiter’’(...) Par définition, le terme renvoie au fait d’occuper un lieu. Mais est-ce suffisant ? (…) habiter est plus que ça, mais qu’est-ce que c’est de plus ? »

«Mais en quoi bâtir est-il la condition pour habiter un lieu ? Quel est leur lien ? »

« Habiter ne s’explique pas, mais se fait et se sent. »

«l’architecture (...) est à penser comme mise en œuvre des possibilités de vie qu’elle offre mais aussi comme protection contre ceux qui s’approprient l’ambition de savoir ce qu’est habiter à la place des habitants. »

«  Quand on s’ouvre à la possibilité de l’autre, on s’ouvre aussi à la possibilité de la trahison, et ça aide beaucoup à grandir. »

« Ce programme (…) révèle les mille facettes d’un acteur d’autant plus précieux qu’il a gardé intact ce plaisir du jeu. »  

« L’idée de savoir qui on est, qui on était et qui on devient, est devenue mon terrain de réflexion. Ma perception de l’identité se situe plus dans un mouvement continu, avec cette idée de l’identité liquide, qui ferait qu’on est juste une matière vivante en perpétuelle transformation, sans jamais un moment figé. »

« Quelle question peuvent bien poser les Monty Python et quelle réponse y apportent-ils ?
La question, c’est tout simplement : en qui ou en quoi croit-on quand on croit en Dieu ? (…) La réponse (...) est sans appel, et évidemment drôle, absurde : Dieu est humain. (…) "Dans quel monde vivons-nous ?" est la question qui se pose avec ce film (Retour vers le futur) et Robert Zemeckis y répond avec une réponse proche de celle de Leibniz et Voltaire (…) La question que pose Ridley Scott dans Thelma et Louise pourrait être « pourquoi respecter la loi ? » et la réponse : parce qu’elle est sacrée (…) chaque cinéaste répond par l’image, mais ce qui est montré ne laisse pas forcément transparaître leur réponse... »

« en entendant le mot « sauvage », vous pensez peut-être plutôt à cette publicité que l’on nous matraque depuis des années pour un parfum bien marketé qui serait pourtant de l’«Eau sauvage »… ? »

«  De quoi « sauvage » est-il donc le nom aujourd’hui ? »

« Là est l’ambivalence de ce terme « sauvage » : nous rappeler qu’un ailleurs est possible, que l’altérité n’est pas loin, mais tout en restant dans le confort de ce qui nous est familier. »

« Comment, et c’est la question, redéployer ce qui est sauvage en nous, en faire encore un horizon d’interrogation et de libération, et pas de récupération ? »

«   comment proposer une pensée de l’altérité et du monde quand on travaille seul, une pensée du temps quand on ne l’expérimente pas, ou des objets quand on ne touche à rien, quand on ne fait rien de ses mains ? »

« Et si nous lisions Aron pour lui-même ? Sans se dire qu’il avait ni tort ni raison ? »

« Spinoza est-il sociologue ? (…)Comment Spinoza peut-il nous aider à penser la société aujourd’hui ? »

« la médecine (…) est un art, parce que le médecin possède une vraie connaissance, il sait que tel remède est susceptible de guérir telle maladie, et il sait pourquoi. »

Curly 

Curly

16
Répondre en citant  
Re: La vie des idées - Ven 20 Sep 2019, 18:53

« Ça n’est pas évident d’écrire Paris Match, je ne sais pas si vous avez déjà essayé »

« L’amour est à Paris Match ce que la révolution est à l’humanité » 

« J’avais prévu de faire grève, mais ça ne s’est pas passé comme prévu. »

« si des banques australiennes le font, alors Radio France peut le faire ! »

« Le général de Gaulle se voulait au-dessus des partis. Xavier Bertrand, lui, se veut... en dessous des partis. »

« il y a posthume et posthume. »

« Hemingway la pénible première superstar de la la littérature américaine. »

« Je n’ai pas lu Moby Dick mais je recommande l'étonnant biopic que lui a consacré Ron Howard »  

« je me demande soudain si le grand roman américain n’est pas, ironiquement une oeuvre française et un récit  de voyage, celui de Tocqueville »

« Pas de positif sans négatif, et inversement (…)  D’un côté, la boue, et de l’autre, les pépites d’or. D’un côté, le noir, de l’autre, la lumière. D’un côté, le négatif, de l’autre, le positif. (...) J’ai essayé de me mettre en condition : tenté de transformer les choses négatives en choses positives ou tenté de me concentrer sur le positif pour plus de positif. Mais les deux ont eu le même effet : me ramener vers le positif (…) Pourquoi faut-il aller vers le positif ? Parce que c’est positif. Mais pourquoi c’est positif ? (…)  est-il possible de ne pas être positif sans être négatif ? »

«  Le budget 2020 portera-t-il un gilet jaune ? »

« Figure majeure de la danse plasticienne, La Ribot a développé une œuvre radicale qui prend l’art à sa racine, là où le corps et les idées se mêlent librement. »

« Avec le public, il n’est pas question de se toucher, c’est plus un partage mental et émotionnel. Pour cela, j’ai dû apprendre comment partager, diriger sans rien dire, le rendre responsable sans que ce soit un poids énorme, en somme, comment vivre ensemble. »

«Dans mes spectacles tout est assez écrit, mais rien n’est figé. »

« Pour moi le jeu du vivant est très important,  (...) mais le vivant surprend très souvent et je me laisse beaucoup aller avec ça. »

«Deux choses marquent lorsque l'on se penche sur l’œuvre de Mohamed Bourouissa, c'est l'échange, et l'époque. »

« Quand on parle opéra, on pense tout de suite à Maria Callas »

«l’art du chant, c’est l’exaltation de la gorge, cette zone de la fellation »

«l’alliance de la musique et du mot à l’opéra, c’est un mariage queer… »

« Et si le n’importe quoi était difficile à atteindre ? »

Curly 

Curly

17
Répondre en citant  
Re: La vie des idées - Sam 21 Sep 2019, 10:29

« Et si au lieu de se demander si les intellectuels peuvent se tromper, errer, s’égarer, s’illusionner, on se demandait s’ils ont le droit, eux aussi, à l’erreur ? »

«faut-il rendre sexy un livre au prix du sérieux que l’on attend de lui ou accorder le paraître sur l’être ? »

« pour donner envie de lire, que donner à voir du livre ? Faut-il des illustrations, et lesquelles ? (...) Faut-il des photos des auteurs ? S’ils sont connus, pourquoi pas... »

« Par philosophie des pornographes, il ne faut pas entendre une philosophie de la pornographie, comme l’industrie du film porno »

«Pourquoi contraindre la nature de ses penchants au nom du mal ? »

« la philosophie, pour être comprise, se doit d’être un petit peu pornographique. »

«  C’est la première caractéristique de la lune, (…) elle ne fait pas le jour sur le monde »

« Faire la lumière sur un astre qui ne se montre que la nuit n’est-il pas paradoxal ? »

« la Lune, même quand elle est l’objet d’une conquête spatiale, apparaît comme l’inconnu, le caché, l’inatteignable sur lequel on projette tous nos fantasmes »

« je ne lis pas un livre de philosophie pour penser, je n’écoute pas tel penseur pour avoir une idée ou pour réussir une réflexion, comme je me servirais d’un mixeur pour réussir ma purée. »

« À quoi ça sert de parler de philosophie quand on est philosophe ? »

« Le succès au box-office de "La Vie scolaire", (...) interroge sur ce qui marche aujourd’hui au cinéma. »

«  Elle est adaptée d’une saga romanesque et réalisée de main de maîtresse par une cinéaste dont on parle beaucoup en cette rentrée »

« Habiter, c’est s’approprier un espace, l’investir de sens par des pratiques quotidiennes. »

« Ce livre prend acte de l’état de dégénérescence du monde et des menaces qui pèsent sur l’avenir pour en faire le ferment d’une liberté nouvelle, plus tragique mais plus forte que jamais. »

« Jouer sur le glissement, identitaire, surtout, pour donner la possibilité à autre chose d’éclore : sur ce qu’on est, sur ce qu’on veut ? »

« jusqu’où cette relation de partenaire et d’affinité, et non de seule compagnie, est-elle possible avec son chien ? »

« la vérité a-t-elle encore quelque chose à nous dire ? »

« la connerie est un vrai problème, (...) C’est un problème qui entretient sûrement des liens d’opposition avec l’intelligence et des voisinages avec la bêtise »

«  la connerie, c’est avant tout des cons. »

«  Le problème de la connerie est donc qu’elle est là (…) sachant qu’en plus on est toujours le con de quelqu’un. Mais comment donc faire avec (et faire avec soi) ? »

Curly 

Curly

18
Répondre en citant  
Re: La vie des idées - Dim 22 Sep 2019, 10:07

«  A France Culture on regarde ceux qui parlent de savoirs, avec des exigences fortes, ce qui nous permet de nous adresser à des publics qui sont ceux qui nous intéressent aujourd’hui. »

« il est question du basculement vers un monde capitaliste monstrueux, de la guerre en Afghanistan, de la catastrophe de Tchernobyl.(…) Souvent dans la salle le silence est impressionnant tant l’audience est happée par ce qui se passe sur le plateau défoncé.»

« Cyprien ou Norman sont-ils des noms familiers à vos oreilles ? S’ils ne le sont pas encore, c’est que vous ne vivez pas sur la planète YouTube, voire sur votre planète tout court »

«  Pour moi c'est une évidence que YouTube est un média. »

«  La violence dans nos sociétés vient du fait que l'Etat détient le monopole de la violence légitime. »

« On conçoit la paix comme l'absence de guerre. C'est lamentable et triste. La paix doit-être quelque chose de positif. Il faut travailler à un monde juste et bon. »

« le chamane, en plus de dialoguer avec l’invisible et avec le monde des animaux ou des rivières, transforme notre rapport à l’imaginaire »

«  McKenzie Wark (...) tente de refonder le marxisme à l’ère du cyberspace  »

« Jane Austen sème le doute : (…) on lit un roman sentimental tout en recevant une réflexion morale digne d’un Aristote ou d’un Kant. (…) elle livre un manuel de bon usage du sentiment »

« nos modes de déplacements interrogent nos usages et nos envies profondes. »

« elle ouvre un champ de représentation hybride et questionne nos processus mémoriels. Elle interroge nos brouillards, notre rapport aux notions d’effondrement, d’insondable ou d’irreprésentable. »

«Qu’est ce qui se murmure encore sous les mots que l’on n’a pas pu dire, sous les actes que l’on n’a pas agi »

« chaque année de nombreux sites font des medleys des meilleurs lapsus des hommes politiques de l’année, c’est totalement addictif. »

« le consensus autour de l’interdiction de la maltraitance des enfants est total, Dieu soit loué ! (…) la fessée et la gifle sont encore perçus, par beaucoup de parents, comme une correction parfois nécessaire et qui ne témoignent en rien ni d’une maltraitance ni d’un manque d’amour. Ne dit-on pas, après tout, « qui aime bien châtie bien » ? »

« 'Les sardines', 'la Fiesta', 'Tournez les serviettes', mais aussi 'On va finir à poil', 'On voudrait des sous', les tubes se succèdent et ne se ressemblent pas.* »

« Quels que soient les mérites de grands compositeurs contemporains comme Dutilleux ou Ligeti, ce sont les Beatles qui ont créé les mélodies, les harmonies vocales, les orchestrations, les plus emblématiques, et finalement les plus belles, de la période. »

« années 1960, une des décennies les plus créatives de l’histoire humaine. »

*
La vie des idées - Page 2 Opera178

Curly 

Curly

19
Répondre en citant  
Re: La vie des idées - Lun 23 Sep 2019, 07:45

«  Céline Pham et Chloé Charles : toutes les deux sont des gourmandes libres »

«  Notre cuisine est très centré sur les produits :  moderne avec un retour aux racines »

« La contralto Marie-Nicole Lemieux voyage à travers le monde pour donner des opéras. Et pour se sentir toujours chez elle, elle prépare la tourtière aux trois viandes selon la recette de sa mère. »

« le 50 Best organisait son premier événement en France : un colloque, suivi d’un "cocktail déjeunatoire".  J’avoue, j’ai failli ne pas y aller. Je n’ai jamais été très fan de ces raouts gloutons, (…) Mais là, je me suis dit, "allons voir où en est". Et puis, on m’avait soufflé qu’il aurait les cookies de ma pâtissière préférée, et ça, je n’y résiste pas. »

«cette vague populiste que l’on disait irrésistible, (...) semble aujourd'hui subir quelques revers (…) (Le) populisme (...) submerge pratiquement toute la planète aujourd'hui. »

« ce tableau (Le radeau de la Méduse) (...) chacun s’y projette, chacun s’y reconnaît. Il est devenu une icône intemporelle. »

« L’héritage c’est un poids parce que c’est un rappel du lien de filiation. »

« C'est étonnant de se reconnecter avec son corps quand on a vécu des années avec un cerveau »

« Ils ne piquent pas, leur peau n’est pas gluante, ils peuvent même être sympathiques, finalement, ne devrions-nous pas aimer les serpents ? »

« L’âme humaine est-elle naturellement malade, et sommes-nous tous condamnés à errer dans la vie à la recherche d’un peu de paix ? »

« PNL, groupe de rap composé de deux frères originaires de la cité des Tarterêts à Corbeil-Essonnes, ont cassé toutes les pratiques habituelles du milieu. »

«En transposant et en interprétant la façon de mourir d’Anna Karénine dans le temps présent de la représentation, Tiago Rodrigues et tg STAN naviguent entre fiction et réalité, nous égarent, nous rattrapent, grâce au pouvoir hallucinant des mots de Tolstoï, répétés sur scène par deux couples dans la langue des quatre interprètes, français, portugais, néerlandais et qui disent la fin tragique d'Anna. Mais est-il possible de se fier aux traductions de l'œuvre originale ? »

Curly 

Curly

20
Répondre en citant  
Re: La vie des idées - Mar 24 Sep 2019, 07:43

« c’est un des plus fins sémiologues d’aujourd’hui (= Bret Easton Ellis), un interprète raffiné de la pop culture — ses pages sur Whitney Houston ou sur American Gigolo sont largement inoubliables. »

«Bret Easton Ellis, l’un des réinventeur du concept de diable » 

«  Il n’y a plus de débat possible (…) J’en étais arrivé, rue de Provence, à ce constat mélancolique quand j’ai brutalement sursauté au moment où un passant m’a demandé si la Gare Saint-Lazare était encore loin. Il avait l’accent russe et la chose a été comme une épiphanie dostoïevskienne »

«Ce week-end, j’ai lu de la métaphysique…Vous pouvez trouver ça ringard, bizarre, voire pédant… Mais j’ai bien lu de la métaphysique ce weekend. »

« … il sera quand même au minimum question d’Aristote, d’Alain Badiou, de René Descartes, de Gramsci, d’Heidegger, de Kant, et de Jim Morrison… (…) vouloir remettre au goût du jour la métaphysique avec un tel name-dropping est forcément attractif. »

« si d’aventure, un gouvernement américain interdisait, mettons les armes à feu, rien ne dit alors que les cigarettes électroniques ne deviendraient pas des armes par destination, on assisterait à des actes barbares à grand coup de vapoteuses. »

«Dans le cas des séries françaises, c’est toute une discipline qui entre dans une phase de « maturité ». C’est ma théorie. »

« Faut-il ressusciter les 7 d’Or ? »

« La mort est peut-être un des rares moments qui viennent déranger nos vies »

« Elle construit des œuvres qui circulent entre les arts visuels et la littérature en utilisant le langage comme médium principal. »

«   Une certaine télévision et certains réseaux sociaux produisent du clash méthodiquement. Depuis combien de temps n’y prêtons-nous plus attention ? »
« cet individu romancier (…) si j’en crois le tribunal de Twitter, devrait être interné sur le champ. »

Curly 

Curly

21
Répondre en citant  
Re: La vie des idées - Mar 24 Sep 2019, 13:02

« Polke n'est pas un pur Allemand, il déteste la pureté »

« il utilise la photographie (...) comme il fait avec la peinture, utilisant des produits toxiques ou dangereux. : Polke veut que l'art produise de l'effet. »

« la faillite de Thomas Cook (…) sera donc ‘’la plus grande opération de rapatriement depuis la Seconde guerre mondiale’’ (...) analogie un peu stupide. Attendez-vous à ce que les rédactions envoient des reporters de guerre à travers le monde pour accompagner le retour des touristes. »

« Le tourisme de masse est la traduction d’un progrès social : lutter contre le premier, c’est donc aussi remettre en cause le second. »
«Et Olivier Babeau d’inviter à ‘’voyager moins mais voyager mieux…(...)’’. Une approche très XIXe siècle du voyage. Heureuse époque, où l’on ne connaissait pas encore les congés payés »

« depuis qu’elle est entrée dans le stade ultime du simulacre, la mode est peut-être plus sincère que jamais. C’est ma théorie. »

« Un comique ce n’est pas quelqu’un qui est drôle, c’est quelqu’un qui refait une blague »

« il y a du Kierkegaard en Jean Roucas, en Coluche et en Guy Montagné »

« cette réplique (“c’est la porte ouverte à toutes les fenêtres”), Gad Elmaleh l’aurait en réalité empruntée à un humoriste corse.(…) à chaque fois qu’il l’aurait reprise, il s’en serait platement excusé. Pour recommencer encore et encore, comme s’il était moins intéressé par le rire, que par la répétition obsessionnelle de son petit méfait. Je ne connais pas de blagues plus drôles »

«Tout le monde se ressemble, s’habille pareil, mange pareil, pense pareil… et tout le monde pense que tout le monde est pareil. L’uniformisation met tout le monde d’accord : il faut la critiquer, la rejeter. »

 « Et ce qui l’est encore plus (tragique) avec la critique de l’uniformisation, c’est qu’il n’y a rien de plus uniforme. »

« l’uniformité empêche-t-elle vraiment la différence ? »

« J’aime Alexis de Tocqueville. Et je trouve sa critique de l’uniformisation des conditions vraiment géniale. »

Contenu sponsorisé 


22
Répondre en citant  
Re: La vie des idées -

La vie des idées     Page 2 sur 50

Haut de page ↑   

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 26 ... 50  Suivant

Accueil / France Culture

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum