-->
Forumactif

Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 

-20%
Le deal à ne pas rater :
PNY – Disque SSD Interne – CS900 – 480Go – 2,5″
39.99 € 49.99 €
Voir le deal

Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Regards sur France Culture » LES FORUMS » France Culture » Du Grain à moudre, 2<sup>e</sup> formule

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 10, 11, 12

Accueil / France Culture

Du Grain à moudre, 2<sup>e</sup> formule    Page 12 sur 12

Bas de page ↓   

Philaunet 


Admin

111
Répondre en citant  
Re: Du Grain à moudre, 2<sup>e</sup> formule - Dim 03 Fév 2019, 13:07

Smile Smile Smile la "dynamisation du capitalisme" vous permet, entre autres, d'écrire sur ce forum grâce à des ordinateurs et des réseaux conçus par des entrepreneurs, en majorité natifs des États-Unis.
Lvstvcrv(https://regardfc.1fr1.net/t412p100-du-grain-a-moudre-2e-formule#32223) a écrit: (...) Un autre contributeur de ce Forum, qui régulièrement nous fait part de ses trouvailles dans ses lectures du Figaro et des Echos, nous propose par exemple ces perles pêchées dans ce journal : "dynamiser notre capitalisme" suivi par "la mauvaise tournure anti-ISF que prend le grand débat" etc. (...).
Concernant l'auteur et critique Charles Dantzig, j'ai déjà signalé ses faiblesses en divers lieux. Mais aussi ses forces qui les compensent largement. Il n'a d'ailleurs pas tort dans les propos tenus chez Erner et nous les proposer de nouveau à l'écoute et à la lecture ne fait que confirmer la lucidité dont il fait preuve, et une saine liberté d'expression qui fait trop souvent défaut à France Culture.
une candidature de Charles Dantzig, déjà producteur à France Culture, semble malheureusement probable. Il serait le digne continuateur de B. Couturier, lui qui récemment nous a donné un échantillon de sa pensée : après avoir stigmatisé les Gilets jaunes, cette plèbe "racistes, antisémites, homophobes" il ajoute [son mp3="http://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/13983-25.01.2019-ITEMA_21961841-3.mp3" debut="24:30" fin="24:51"] "on a laissé la parole à la plèbe, il est très difficile de refermer la porte sur la plèbe quand la porte s'est ouverte, donc c'est une période dangereuse".
Voyons, L. il me semblait que tous les journalistes revendiquaient une totale indépendance vis-à-vis du propriétaire d'un journal ? Ce ne serait pas le cas ici à propos du journal les Échos ? Est-ce le cas dans les journaux monochromes, type le Monde, le Nouvel Observateur et Libération ? Je ne parle même pas de La Croix qui a pris fait et cause pour les petits milliers de porteurs de gilets de sécurité, vu qu'ils illustrent une France de souche, sans blacks ni beurs, cible à réévangéliser d'urgence.

Merci pour vos contributions, riches, élaborées, dans un français impeccable, qui montrent une appartenance à une classe sociale éduquée qui pense, ce qui est si rare. On espère que la douleur d'être parfois "traversé par des affects bourgeois » (comme Bégaudeau) n'est pas trop vive.
Pas de doute, il aurait la bénédiction de Bernard Arnault, puisque Les Echos évoquent, paraît-il, cette même population en termes des "râleurs frustrés", "éternellement égalitaristes, immobiles et aigris" qu'il faudrait "assister plus encore".
Hélas, c'est tellement juste !



Dernière édition par Philaunet le Dim 03 Fév 2019, 13:24, édité 2 fois

Yann Sancatorze 

Yann Sancatorze

112
Répondre en citant  
Re: Du Grain à moudre, 2<sup>e</sup> formule - Dim 03 Fév 2019, 13:18

Lustucru a écrit:Il y a quelques années, Brice Couturier avait démontré son incapacité à animer et conduire les débats du Grain à moudre. Ecarté de cette responsabilité, mais revenu cette fois comme « invité », il s’était déjà montré à plusieurs reprises incapable de simplement participer à un débat. Le 4 janvier, comme d’habitude, Brice Couturier n’avait une seule chose à dire (toujours avec ce ton énervé et énervant), chaque fois la même à chaque émission : on l’empêche de parler, lui le héraut persécuté de la droite, alors qu’il a préparé une déclaration sans rapport avec l’avancement du débat. Hervé Gardette essaie de le canaliser, de lui expliquer en quoi consiste une émission de débat, rien n’y fait

Je copie/colle votre contribution dans Deepl.com , le traducteur automatique. J'ai la chance d'avoir accès à la fonction "traduire + synthéthiser" (disponible seulement par abonnement premium), qui est très précieuse. Voyons ce que ça donne...

[charge charge charge]

*ding*

"Je voue une haine toute personnelle à Brice Couturier, et je ne supporte pas que l'on puisse remettre en cause mes confortables dogmes politiques. Cette inacceptable diversité d'opinions me donne la rubéole et je souhaite donc que celui-ci soit à jamais écarté de toute prise de parole publique. Je remercie donc Hervé Gardette qui me flatte dans le sens du poil en uniformisant la ligne idéologique présentée autour de sa table. Etant très fragile intellectuellement, ne supportant pas la contradiction, j'exige que France Culture évacue de sa grille ce qui lui reste de culture pour qu'elle devienne, du matin au soir, l'institut des idées politiques de Lustucru. La meilleure façon d'entretenir sa propre étroitesse intellectuelle, c'est encore de ne pas s'exposer au débat d'idées. Nul homme n'est une île dit-on ? Pas besoin d'île si on supprime toute tentative de divergence intellectuelle. Pourquoi ne pas donner un nom à ce crime de lèse-opinion?... Thoughtcrime, ça sonne bien. Il y a encore quelques cases culturelles sur cette station et je ne désespère pas un jour de voir ces tranches supprimées au profit de tables rondes confortant ma petite vision du monde, aigre, accusatrice, rance et étriquée."

Eh bien, je n'en demandais pas tant !

Philaunet 

Philaunet
Admin

113
Répondre en citant  
Gardette ou un autre, c'est du pareil au même - Mer 20 Fév 2019, 11:43

Au hasard d'une lecture du fil BBC. À la suite du constat imparable fait par Yann Sancatorze à propos de France Culture, ses programmes, son esprit, son histoire dans BBC Radio 3 & Radio 4 (c'était en 2009 et cela s'applique à la lettre aujourd'hui), une contribution :
a(https://regardfc.1fr1.net/t13-bbc-radio-3-radio-4#2600) a écrit:….« Ces divers spécialistes des apparences de discussions que l’on appelle encore, mais abusivement, culturelles ou politiques, ont nécessairement aligné leur logique et leur culture sur celles du système qui peut les employer ; non seulement parce qu’ils ont été sélectionnés par lui, mais surtout parce qu’ils n’ont jamais été instruits par rien d’autre. »……

Guy Debord
Préface à la quatrième édition italienne de « La Société du Spectacle » Guy Debord, janvier 1979.
Qui ne voit que les émissions comme celles de ce fil, mais aussi toutes les tables rondes, les entretiens "idées" sont des copiés-collés audio de débats télévisés au ras des pâquerettes ?

" (...) jamais été instruits par rien d’autre. » écrivait Debord. CQFD.

Exemple représentatif de FC 2019, dans le post Die Kunst von Maricheu, zweiter Teil ? - le Sam 09 Fév 2019. Curly y synthétisait l'entretien avec Antonio Lobo Antunes.
Curly(https://regardfc.1fr1.net/t155p150-l-art-de-l-entretien-radiophonique#32272) a écrit:In der aktuellen Zeit von Maricheux

Antonio Lobo Antunes, 04-02-2019

Serait-ce la suite de la première partie ?

L’art de Maricheux. Les réponses sont résumées dans un style parfois télégraphique, mais par contre les questions et interventions de Maricheux sont absolument authentiques. (...)

-  Il se trouve qu’il [Lobo Antunes] est écrivain. Il répète ce qu’il a déjà dit au début, l’entretien n’a pris aucune direction particulière, c’est l’errance totale. Il tape sur les écrivains français trop rationnels. Exceptions, Céline, Saint Simon, Nerval. Arrêt sur Nerval. Il demande à Maricheux si elle a lu Aurélia. Pas de réponse. Il insiste.
- Non.
A noter à cet endroit que je ne me permets aucun commentaire si ce n’est d’écrire que je n’en ferai aucun, et qu’il s’agit d’une émission de France Culture sur la littérature.
- Il lui conseille avec énergie de le lire.
Situation absurde. La culture de Richeux : Duras, Cosmo et les papiers écrits par ses copines de Télérama (sur elle avec grandes photos).

Yann Sancatorze 

Yann Sancatorze

114
Répondre en citant  
La critique du journalisme par des journalistes - Jeu 28 Fév 2019, 20:42

C'est toujours étrange d'écouter une émission consacrée à la défiance du public à l'égard de la corporation journalistique. Doit-on noter les journalistes ? Pourquoi la profession déplore-t-elle une si faible popularité ? Comme d'habitude, les intervenants font partie du milieu, donc les vrais problèmes ne sont pas évoqués. En cause, les boucs émissaires habituels : l'incapacité du public à faire la distinction entre journalistes et éditorialistes et les pressions des propriétaires de titres qui influent sur la ligne éditoriale des rédactions. Evidemment, pas un mot sur la formation des journalistes (issus du même moule des écoles de journalisme), leur manque de culture générale ou spécialisée, leur calamiteuse ignorance des langues étrangères, et, pire, tout l'éventail des techniques permettant de faire passer ses opinions pour des faits (sélection habile du vocabulaire, omission d'éléments gênants d'un sujet, construction d'une trame narrative pour flatter des instincts politiques, obsession du conflit et de la négativité etc.). C'est d'autant plus triste que les exemples de mauvais journalisme à France Culture ne sont jamais très loin : on les trouve toujours dans le bulletin d'informations le plus proche.

Et donc, journal de 18h , commentaire sur la validation du Conseil d'Etat sur la circulaire interdisant l'usage de l'écriture inclusive dans les documents officiels par Fiona Moghaddam (15:29) :

[son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/14310-28.02.2019-ITEMA_21995253-6.mp3" debut="15:29" fin="16:15"]

"Bref c'est un langage égalitaire qui redonne leur place aux femmes."

Je suis perdu : est-ce un commentaire éditorial, ou un fait ? Selon le Grain à Moudre, je ne dois pas être assez intelligent pour faire la différence. Ils pourraient nous aider à faire la distinction...

Le néo-féminisme est devenu la cause numéro 1 à France Culture, juste devant le climat et les inégalités (formant une Sainte Trinité) et lorsqu'on fait le tour du compte Twitter de la journaliste , il n'y a aucune ambiguïté sur son engagement fervent, enthousiaste et assez virulent en faveur de ces causes à la mode. N'aurait-il pas été déontologiquement prudent, correct, obligatoire, nécessaire de la part du producteur du journal de 18h de préciser aux auditeurs l'identité de la journaliste lisant son papier ? Non pas journaliste mais militante engagée dans la cause féministe ? C'est important, car on serait tenter de croire ce qu'elle dit. La langue française ne privilégie pas le masculin sur le féminin, elle utilise un neutre qui prend la forme du masculin, mais que tout le monde comprend comme étant une forme globale. C'est la langue française telle qu'elle est utilisée aujourd'hui qui est inclusive. C'est le point médian de ce langage illisible qui discrimine et réinstaure une ségrégation de genre. Mais non, la journaliste chantonne sa petite opinion. Est-elle donc ignorante en matière de langue française, ou bien façonne-t-elle la réalité pour la faire correspondre à ses croyances militantes ? Dans les deux cas, c'est une faute professionnelle. Si seulement il existait une émission qui parlait de journalisme à la station...

On finira par prendre l'avis d'Hervé Gardette en fin de Grain à Moudre : multiplier les sources. En effet, le journalisme made in FC est toujours sujet à caution, et ne peut jamais être accepté en toute sincérité. C'est un mal déjà ancien, mais personne n'a le courage de dissoudre et de refonder une rédaction digne de son nom. Pourquoi ? On ne le saura peut-être jamais.

laperche 


115
Répondre en citant  
lapsus ou profonde pensée - Ven 01 Mar 2019, 21:15

Après avoir lu le message 110,j'ai réécouté l'émission du 4 janvier.Cà  m'étonnait qu'un libéral comme BC puisse prononcer une telle phrase.Quand on écoute l'ensemble de son intervention,on comprends qu'il veut dire que la police obéit à la justice et non au gouvernement.Il s'agit donc d'un lapsus.Lustucru était peut-être distrait lors de son écoute.

Sur un plan purement radiophonique,BC a très vite tendance à s'enflammer et bafouillé lors des débats,ce qui le rend difficilement audible et désagréable pour l'auditeur.

Philaunet 

Philaunet
Admin

116
Répondre en citant  
Défense de la voiture en ville : France Culture apporte sa contribution - Mer 17 Avr 2019, 18:34

De nombreuses émissions de France Culture ont pour vocation de faire du bruit de fond avec des paroles de café du commerce afin que l'auditeur (h.f) ne se sente pas seul, dans sa voiture ou ailleurs. C'est le cas de ce Grain du soir qui est une réplique du Téléphone sonne de France Inter sans les coups de téléphone, sauf quand il y a quelqu'un en duplex, comme dans cette émission à la pauvreté remarquable (mais parfaitement assumée par la direction) sur la trottinette (électrique en libre-service, un intervenant doit recadrer le sujet mal posé par Gardette) du 02-04-2019.

Introduction parfaitement à charge envers ce moyen de transport (espèce invasive, dangereuse, etc) et aveu que le constat de "l'envahissement" (scandaleux, voir intro) des trottoirs parisiens (un phénomène local qui vaut forcément une émission nationale) pourrait être parfaitement contredit dans peu de temps (mais l'essentiel est de s'indigner pour faire réagir et occuper le chaland avec des "je suis pour" ou "je suis contre") : [son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/18722-02.04.2019-ITEMA_22025049-3.mp3" debut="08:10" fin="08:23"]

Pourquoi y a-t-il un doublon France Inter/France Culture ? Comment peut-on justifier que deux stations publiques fassent quasiment la même chose ?  Il y a un sacré gaspillage de ressources qui pourraient être investies dans des émissions élaborées sur des sujets systématiquement exclus de l'antenne de France Culture.

Mais cette antenne veut bien la révolution, mais surtout pas chez elle où rien de doit changer depuis que la station a été convertie en magazine d'actualité sociopolitique, de militantisme politico-économique (voir les émissions du tandem Bourmeau-Bourgois qui utilisent France Culture comme fournisseur de podcasts pour leur magazine d'actualité en ligne) et de promotion de valeurs et de groupes chéris, comme aujourd'hui* à 12h50, "Slameurs, militants, étudiants, chômeurs ou salariés… Que font-ils ? A quoi rêvent-ils ? Dans quel monde vivent-ils ? " ("Chaque jeune représenté porte en lui sa propre réalité, à l'image de Rose, militante charismatique rencontrée lors des mobilisations de Nuit Debout.").

Voilà l'image de la jeunesse relayée par France Culture à travers un film à promouvoir.

* Hier, il était question du "beau" (?) avec cette citation mise en valeur sur la page, car c'est du haut niveau de réflexion (et de goût) : "Le politiquement correct est beaucoup plus pornographique qu’une scène sodomite de Rocco Siffredi. (Rudy Ricciotti)"

NotI 


117
Répondre en citant  
Il va me faire sous peu une galette - Ven 26 Avr 2019, 18:55

Après avoir écouté (pas jusqu'à la fin, trop long, trop sirupeux) France-Inter hier soir, et France Culture ce soir, voici Rutebeuf qui le dit si bien :

Poèmes de l'infortune (ce titre ne s'invente pas...)

"Il me faut composer un poème sur Brichemer
qui se joue de moi au jeu de la tromperie
Il est bien normal que moi, je l'aime,
car je ne le trouve ni avare ni chiche.
Nul n'est généreux que lui, cherchât-on outre-mer :
ne m'a-t-il pas enrichi de promesses ?
C'est avec le froment à semer l'an prochain
qu'il va me faire sous peu une galette."

(traduction jean Dufournet - Poésie/ Gallimard p.107)

Philaunet 

Philaunet
Admin

118
Répondre en citant  
Coucou ! Bisous ! Lol ! - Sam 15 Juin 2019, 21:09

Un titre qui ne prend pas les auditeurs pour des demeurés : LE CLUB : Acte II : "coucou la gauche" ? du 14/06/2019

Et en plus des sciences po qui engorgent cette station quotidiennement, un coup de pub pour l'un des producteurs hebdomadaires, sous-marin idéologique de la station, dont on décline sans faiblir le titre ronflant, pour le distinguer de la masse, et ses fonctions au journal qui emploie comme rédacteur en chef un autre producteur de France Culture, Carrément Dieu de l'excellent Avis critique....

Intervenants :
• Géraldine Muhlmann, professeure [sic] en sciences politiques à Paris Panthéon Assas et journaliste
• Sylvain Bourmeau, Journaliste, professeur associé à l'Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales et directeur du journal AOC et producteur de l'émission "La Suite dans les idées" sur France Culture
• Laurent Bigorgne, directeur de l'Institut Montaigne

Curly 

Curly

119
Répondre en citant  
Délit de racolage au Granulé Club - Sam 22 Juin 2019, 12:29

Comment bien cliver ? Et avec pas grand chose !
Avec le granulé qui mouline , version sandouich club, on vous crée une mégacontroverse  bien juteuse afin de mouliner un débat de haut niveau.

Le Snu ? 
Eh bien c'est bien sur le papier, mais en réalité c'est mal fichu. "Embrigadement des jeunes" : ils vont fort dans le club granule ! Parce que cette expression elle rappelle une période de l'histoire sacrément démocratique !
Et voilà France Popo en plein délit de racolage.
 
"Mais est-ce au son de la Marseillaise que ce projet doit-il être mené ?"
C'est vrai ça, et pourquoi pas "Je te fais pouet pouet" de Bourvil ? 

"Et à quoi rime ce recours aux signaux forts du patriotisme ?"
A quoi ça rime ?
Pourquoi on chante toujours ce même tube à chaque cérémonie ? Pourquoi en janvier 2015 au moment des attentats c'est la Marseillaise qui fut chantée ? Hein ? Pourquoi ??? 

Un sacré débat. Avec de sacrés intervenants, qui méritent un bon coup de pied au snu.

Téléram' dirait que c'est un podcast à glisser dans ses oreilles, et bien moi je dis que c'est un podcast à glisser direct dans la corbeille de l'ordi. Et en chantant la Marseillaise avec s'il vous plaît.

Philaunet 

Philaunet
Admin

120
Répondre en citant  
Tout, absolument tout, est en crise, sauf France Culture (c'est la directrice qui l'affirme) - Ven 28 Juin 2019, 20:06

La fenêtre de Recherche sollicitée pour trouver ce fil m'a envoyé sur la page 6 à cette contribution du 18-09-2016 (page 6 qui ne me semble pas inintéressante, du post 51 au 61). Cette analyse mérite une relecture attentive avant de passer au numéro de ce soir (si vous nous lisez toujours, Eric Terranulla, merci pour vos pertinentes interventions sur ce forum)  
Eric Terranulla(https://regardfc.1fr1.net/t412p50-du-grain-a-moudre-2e-formule#26925) a écrit:Je crois qu'il ne faut plus espérer autre chose de France Culture. Tout dérive de la définition du mot "culture". Vous mettez dedans un savoir délimité, des œuvres, des disciplines et des champs de connaissance ou d'expression. Moi aussi. Nous espérons des émissions sur le théâtre ou la peinture, le savoir scientifique ou historique, des penseurs ou des artistes ; des émissions qui offrent un savoir, même vulgarisé, une matière, un contenu. Or, vous noterez que les émissions sont de moins en moins construites sous un angle thématique (ex : la pensée de Léo Strauss ; la peinture de Pierre Soulages ; l'œuvre de Claude Simon), et de plus en plus sous un angle (faussement) dialectique (ex : « Y a t-il un niveau nécessaire de communautarisme ? » ; « À quels maîtres à penser se vouer ? »).
Je trouve que cette méthode du faux-débat, dans lequel deux invités de chaque bord s'écharpent pendant quarante-cinq minutes, sans s'écouter, sans dialoguer, et sans convaincre aucun auditeur, n'apporte strictement rien ; mais n'est-ce pas le seul horizon de pensée des journalistes qui organisent cela ? N'est-ce pas la mode du "ça repose le débat sur" et du débat moral à la "faut-il / peut-on" ? Qu'offre la presse généraliste d'autre ? Eux se situent sur le même terrain, le pli a été pris.
Vous savez à quoi me fait penser la culture telle qu'elle s'entend sur ces ondes ? À de la culture à la mode "culture gé". La "culture gé", ce n'est pas la culture générale. C'est sa version réduite à ce qui est utile dans une procédure de sélection. C'est la "culture gé", telle qu'elle se pratiquait, avant sa complète disparition au profit des savoirs juridiques et technocratiques, à Science-Po et aux oraux des grandes écoles de fonctionnaires.
Par exemple, « Y a t-il un niveau nécessaire de communautarisme ? », c'est typiquement un sujet sur lequel un étudiant de Science Po peut être interrogé. Ou un admissible à l'École Nationale d'Administration.
Trop de gens ont pensé que la culture générale, telle que l'expression était employée dans la sphère des concours administratifs ou de Science Po, équivalait à une connaissance artistique, littéraire, scientifique "de base", soit les fondamentaux de chaque champ de l'expression ou de la connaissance humaine. Or, généralement, il s'agissait d'articuler, sur un mode oui/mais ou apparence/essence, un problème public de manière à offrir une voie de compréhension, et surtout de résolution à celui-ci.
Cette "culture gé" envahissante, qui a tout de la matière synthétisée des conférences de méthodes de la rue Saint-Guillaume, est de surcroît structurée par une lecture idéologique (même si elle s'en défend). Sur ces ondes, la lecture idéologique est connue : réduction sociologique permanente, lecture gauchisante des phénomènes économiques, politiques et sociaux. Et même dans le traitement d'une œuvre artistique, on retrouve toujours l'obsession du "d'où ça parle" et du "qu'est-ce que ça dit de notre société", qui signe la provenance universitaire et politique des producteurs, animateurs et critiques.
J'ai souvent noté qu'il importait moins à ces gens de proposer un savoir, un discours long et structuré sur un objet, bref de la matière, qu'un débat bavard et inconsistant, un thème sur lequel broder indignation morale et partis pris, soit, à mon sens, et visiblement au vôtre, de l'anti-matière.
Ce 28 juin 2019, dernier débat animé par Hervé Gardette : Est-ce que ce monde est sérieux ?

Descriptif :
(...) la dernière émission du Grain à moudre, avec une discussion presque comme les autres, bien qu’en forme de bilan global pour parler d’un monde sens dessus-dessous.

Un algorithme bien paramétré repérerait sans doute le mot ‘’crise’’ comme un des plus utilisés à cette heure-ci au cours des dernières années. Il est vrai qu’il s’applique à de nombreux domaines : la démocratie est en crise, le multilatéralisme est en crise, la planète et son écosystème sont en crise. Même la vérité est en crise : plus rien n’est vrai puisque tout peut l’être.

À suivre avec une pastille illustrative quand le fichier est disponible. La voici donc. Voilà comment on parle du droit à France Culture (et quelle question à rallonge de Gardette !) [son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/10175-28.06.2019-ITEMA_22100360-0.mp3" debut="30:31" fin="32:12"]

Et comme il y en a un qui n'écoutait pas (on le comprend), attention à la reformulation. Donc : "À propos de quelle question ?" : [son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/10175-28.06.2019-ITEMA_22100360-0.mp3" debut="33:58" fin="34:53"] dit le sociologue Gérald Bronner.

Hervé Gardette arrive aux Matins en septembre pour une séquence quotidienne de 15 minutes sur "La transition". Vaste programme...

Contenu sponsorisé 


121
Répondre en citant  
Re: Du Grain à moudre, 2<sup>e</sup> formule -

Du Grain à moudre, 2<sup>e</sup> formule     Page 12 sur 12

Haut de page ↑   

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 10, 11, 12

Accueil / France Culture

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum