-->
Forumactif

Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 

Le Deal du moment : -9%
Nintendo Switch (OLED) avec station d’accueil et ...
Voir le deal
319.99 €

Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Regards sur France Culture » LES FORUMS » Autres radios culturelles » Radio Canada

Radio Canada    Page 1 sur 1

Bas de page ↓   

Lola 

Lola

1
Répondre en citant  
Radio Canada - Jeu 21 Oct 2010, 17:58

Contrairement à Radio France, les archives de Radio Canada sont disponibles. Bien entendu, nombre d'émissions directement liées au Québec ne nous dise rien. Ceci dit, c'est une bonne occasion pour se renseigner. Et puis il y a tout le reste.
De toute façon, c'est toujours intéressant d'aller voir ailleurs comment c'est fait.
http://archives.radio-canada.ca/arts_culture/

Philaunet 

Philaunet
Admin

2
Répondre en citant  
« L'Univers symphonique » - Mer 29 Juin 2016, 15:30

À propos de Bach : « Dans ses suites [de danses]… c’est l’Europe : L’allemande qui est une danse germanique, la courante qui est une danse française, la sarabande qui est espagnole, la gigue qui est anglaise, plus quelques galanteries françaises, plus légères, comme la gavotte, le menuet, la bourrée. » Jean-Jacques van Vlassellaer, "journaliste parmi les plus connus de la scène musicale au Canada".

Grâce soit rendue à Fred de Rouen qui, en nous renvoyant vers la radio suisse, nous a mis sur la piste d'autres diffuseurs culturels via les conseils en fin de page ("les auditeurs qui ont podcasté cette émission ont aussi aimé cela").

J'ai donc pioché (relativement) au hasard dans la liste de balados de « L'Univers symphonique » du Centre national des Arts du Canada.

Ce numéro sur Bach, L'Univers symphonique : Bach  (33e de la liste Itunes) est un dépaysement, pas seulement pour l'accent de Marjolaine Fournier, musicienne de l'Orchestre du Centre National des Arts qui interviewe le journaliste (et non l'inverse) - elle se montre assez naïve, c'est amusant, surtout la première fois qu'on l'écoute... - mais aussi pour la perspective sur l'art musical de Bach. Jean-Jacques van Vlassellaer "Du regard que les hommes, les êtres humains jettent vers le ciel [à l'époque de Bach]... le regard est descendu sur terre et les hommes se sont regardés eux-mêmes, les uns les autres, et alors vous arrivez à Haydn, Mozart, Beethoven, tandis que chez Jean-Sébastien Bach, il y a une musique qui travaille dans l'absolu, dans l'absolu du temps." Et plus loin, le musicologue mentionne Ramuz, lequel cite Thomas d'Aquin à propos de Stravinsky : "La beauté est dans la splendeur de l'ordre".

Si l'on passe sur la technique rudimentaire de l'émission (extraits musicaux coupés net) et sur les remarques gnangnan de la musicienne, on passe un bon moment d'écoute. L'émission de 32' avait été diffusée le 14 12 2009 et le programme était constitué de la 1ere suite orchestrale.

Le Centre National des Arts du Canada n'est pas une radio, ce qui explique le manque de fini de l'émission et l'amateurisme de l'interview. mais depuis 2009, les choses ont peut-être évolué ? À voir avec le dernier numéro mis en ligne le 6 juin 2016 : Wilhelm Richard Wagner : Tristan und Isolde

Philaunet 

Philaunet
Admin

3
Répondre en citant  
Re: Radio Canada - Sam 02 Juil 2016, 08:27

Refermons discrètement la parenthèse « L'Univers symphonique » du Centre national des Arts du Canada. L'écoute (partielle) de la dernière émission diffusée, Wilhelm Richard Wagner : Tristan und Isolde , permet de faire quelques observations générales sur la pratique radiophonique.

En 2009 Marjolaine Fournier joue à l'intervieweuse de celui avec qui elle forme tandem pour l'émission, le journaliste musicologue Jean-Jacques van Vlassellaer. Elle cherche ses mots, énonce des banalités, affiche une ignorance assez étonnante pour une musicienne d'orchestre. Le musicologue, pour ne pas trop trancher avec son interlocutrice, émaille son discours intelligent de rires brefs, de halètements, et de fausses hésitations (phénomène bien décrit par Nessie dans ce forum). C'est irritant, mais ça passe quand on découvre le duo pour la première fois.

En 2016, le tandem est toujours là. On se dit que l'intervieweuse a dû gagner en maîtrise de la parole radiophonique après sept ans de pratique. Non, c'est même pire. Et personne n'a dit à Jean-Jacques van Vlassellaer que ses tics étaient ridicules (un émule de Proust ferait rire en les décrivant).

À France Culture et à France Musique qui a-t-on vu se bonifier au micro ces dix dernières années ? Quel producteur (h/f) a réécouté ses émissions, soumis celles-ci à des collègues ou auditeurs pour retour qualité et amélioration de sa pratique ? On peut accepter qu'un débutant soit quelque peu emprunté ou maladroit lors de ses premières émissions (et encore, la formation au métier devrait permettre d'être opérationnel immédiatement), mais après plusieurs années ?

Notons que l'expérience ne garantit pas automatiquement une amélioration, ce peut être le contraire, comme on l'a vu avec Laure Adler. La confiance peut devenir excessive et faire croire au producteur que tout lui est permis, langue débraillée, questions indécentes, propagande idéologique.

Dans l'entreprise privée, il est souvent question de formation. Qu'en est-il à la radio publique française ? Quelle est la formation professionnelle offerte aux producteurs ? Les émissions de Marie Richeux, par exemple, sont-elles décortiquées en groupe avec un formateur pour réfléchir avec elle* aux bonnes pratiques radiophoniques de la chaîne qui l'emploie ?


*Elle qui dit refuser de s'écouter car elle n'aime pas sa voix...(cf. interviews dans les Inrocks et dans Télérama, les thuriféraires le Marie Marelle).



Dernière édition par Philaunet le Jeu 11 Aoû 2016, 22:28, édité 2 fois

Philaunet 

Philaunet
Admin

4
Répondre en citant  
Entrevue avec Laurent Bigot - Lun 25 Juil 2016, 14:47

Reçu deux liens d'une honorable correspondante (merci !) : sur Radio Canada, Attentats, repenser notre rapport au monde : Entrevue avec Laurent Bigot (le claquement très audible et gênant durant l'entretien ne dure qu'une minute).

Un entretien qui fait suite à l'article du Monde du 16 juillet, Attentats : repenser notre rapport au monde par Laurent Bigot (chroniqueur Le Monde Afrique) .

Philaunet 

Philaunet
Admin

5
Répondre en citant  
Au royaume des aveugles les borgnes sont rois - Sam 31 Aoû 2019, 09:37

Ce n'est pas sur Radio Canada que l'auditeur francophone amateur de radio culturelle va trouver son salut... La page d'accueil Arts ... Sinon la page Musique ?

Si France Culture détourne l'art littéraire pour en faire l'instrument idéologique de ses aspirations sociales et politiques (cf. "Injustices, isolement, argent roi : Dickens, écrivain de notre présent"), la radio officielle du pays des "accommodements raisonnables" apprend à ses auditeurs, pris visiblement pour des enfants, qu'"Orgueil et Préjugés" (Pride and Prejudice) :

- "C’est une histoire romantique et empreinte d’humour, qui dépeint à merveille le statut des femmes anglaises au début des années 1800".

- "L’histoire s’inspire de la vie de l’autrice" ("l’aînée des Bennet porte le même prénom que l’écrivaine. Une simple coïncidence? Permettez-nous d’en douter. Peut-être aurait-elle laissé un indice quant à son identité, alors que les mœurs de l’époque l’empêchaient d’exercer le métier d’autrice…")

- "Le sous-texte du récit a des ambitions féministes" ("Maints médias aux quatre coins du monde perçoivent, dans les œuvres de Jane Austen, une position avant-gardiste et féministe. Sous les apparences d’histoires à l’eau de rose, ses écrits, dont Orgueil et préjugés, seraient une critique de son époque, menée par le système patriarcal".)

3 choses à savoir sur Orgueil et préjugés .

Encore un effort France Culture pour arriver au niveau (2e sous-sol ?) de Radio Canada, vous y êtes presque, et souvent déjà.

Philaunet 

Philaunet
Admin

6
Répondre en citant  
Re: Radio Canada - Sam 05 Déc 2020, 22:18

La suppression d'une liste de livres suggérés par François Legault sème la controverse Radio Canada [le 30 novembre 2020].

(...) "Face à certaines critiques, l’ALQ [L’Association des libraires du Québec] a (...) décidé de supprimer vendredi la liste des recommandations du premier ministre publiée sur Facebook, Instagram et Twitter, en laissant en ligne la vidéo dans laquelle M. Legault explique ses choix.
(...)
Ça nous en dit beaucoup sur une liberté d’expression à sens unique valorisée par ces nouveaux censeurs qui se présentent paradoxalement comme des défenseurs de la tolérance", poursuit Mathieu Bock-Côté, dont le livre porte d’ailleurs sur de nouvelles formes de censure.

"S’il faut censurer les thèmes qui choquent certains militants hypersensibles et hypersusceptibles, on va finir par censurer tout le monde. Ça va être moi aujourd’hui, François Legault, et dans deux trois semaines, ça va être qui? C’est une logique qui ne s’arrête pas".

Curly 

Curly

7
Répondre en citant  
Pierre Perrault, un poète sans bon sens (2009) - Dim 27 Déc 2020, 11:23

Pierre Perrault, un poète sans bon sens
1) Le cinéaste et le poète  2) L’homme de radio et l’homme engagé (2009).
Avec : Joël LeBigot (présentateur), Marie-Ève Soutière (narratrice), Jean-Philippe Pleau (collaborateur), Mathieu Beauchamp et Charles Plourde (réalisateurs)
Ce documentaire en deux parties a été signalé dans un message des nuits sur Pierre Perrault.
Un bref retour s’imposait : l’émission est faite pour être écoutée d’une oreille très distraite, le contenu frisant souvent l’indigence. Tout le monde y va dans l’hagiographie la plus plate. Tout est génial, c’est super.
La seconde partie propose un panorama rapide de l’œuvre radiophonique de Perrault. Plusieurs bouts d’archives - le plus intéressant - mais trop brefs, et coupés par des commentaires inutiles.
Un moment que l’on aimerait entendre aussi en intégralité, et dont on entend un petit extrait en fin de seconde partie : le commentaire du défilé de la fête nationale du Québec, la Saint-Jean-Baptiste, en 1969, par Perrault et Bernard Gosselin. La télévision de Radio-Canada a eu la mauvaise idée, alors que le pays était agité par un fort mouvement indépendantiste québécois, de leur laisser carte blanche pour commenter. Au lieu de se contenter de décrire le défilé, les deux cinéastes se sont livrés à des commentaires critiques, avant d’être coupés par la direction de la chaîne.

Contenu sponsorisé 


8
Répondre en citant  
Re: Radio Canada -

Radio Canada     Page 1 sur 1

Haut de page ↑   

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum