-->
Forumactif

Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 

Le deal à ne pas rater :
Codes promo Cdiscount : -30€ dès 399€, -100€ dès 999€
Voir le deal

Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Regards sur France Culture » LES FORUMS » Autres radios culturelles » BBC Radio 3 & Radio 4

Aller à la page : Précédent  1 ... 33 ... 62, 63, 64 ... 68 ... 73  Suivant

Accueil / Autres radios culturelles

BBC Radio 3 & Radio 4    Page 63 sur 73

Bas de page ↓   

Philaunet 


Admin

621
Répondre en citant  
Brûler les livres - Dim 20 Sep 2020, 09:20

Une série de cinq fois 14 minutes qui illustre à merveille la mission culturelle d'une antenne radiophonique : BBC 4, Burning the Books by Richard Ovenden (traduction du descriptif ici).

BBC Radio 3 & Radio 4 - Page 63 Scre1451

Contrairement à ce que les textes ci-dessous pourraient laisser croire, le récit ne se cantonne pas aux destructions d'archives et d'édifices  (Glastonbury, la bibliothèque du Congrès, etc), mais traite aussi aussi du devenir de correspondances détruites ou non par des proches (celles de Cromwell, de Byron et de Kafka, par exemple).

Une bien belle lecture, instructive et stimulante, qui ne cache pas son engagement et ses critiques directes. Rien de tel n'est envisageable sur France Culture alors que "Les Journées du Patrimoine" battent leur plein ce week-end et qu'aucune émission ne leur est consacrée. Honteux.

Présentation du livre :
Harvard University Press Burning the Books A History of the Deliberate Destruction of Knowledge

Recension :
The Guardian Burning the Books by Richard Ovenden review – the libraries we have lost

Philaunet 

Philaunet
Admin

622
Répondre en citant  
Une analyse de l'utilisation politique de la notion de ''lutte des classes'' - Dim 27 Sep 2020, 13:49

"There's always these visions. They don't correspond to any kind of reality, but they do have a nice combination of virtue and aspiration, a kind of moral implication (...)".  Miles Taylor, professor of history, University of York, à la minute 24 dans Cannadine on Class , un sujet inimaginable à France Culture. Et pour cause :
Professor David Cannadine argues that class and the notion of history as a continuous 'class struggle' have been overplayed by historians and politicians. He dismantles the Marxist view that events from the Civil War to the 2019 election are part of a narrative in which class consciousness is the driving force. (...)
Une émission riche où David Cannadine développe le sujet à l'aide de lectures, d'extraits d'interviews et de films, d'archives sonores. Gros collectage et admirable travail de montage.
He makes clear that other aspects of people's identity - their religious beliefs, their sense of nationality, their gender and race - cut across a loyalty to class. He also looks at some events in the 19th century - Peterloo and the Chartists - and finds these were generally reformist movements aimed at better and more representative government, rather than pre-revolutionary uprisings to overthrow the bourgeoisie.
Histoire, sociologie, politologie au service d'une analyse qui va à contre-courant de visions dogmatiques, par exemple celles incarnées par les idées simplistes quotidiennement diffusées par France Culture.
Politicians have, nevertheless, found it useful to address the electorate in class terms - from the appeal to the 'fustian coated' workers in the 19th century to the 'just about managing' of the 21st. But authors of the Great British Class Survey point out that today's population, though conscious of inequalities in society, have little appetite for describing themselves in class terms.
David is joined by scholars and commenators including Diane Purkiss, Simon Heffer, Miles Taylor, Helen McCarthy and Mike Savage.
Une émission commandée par la BBC à une maison de production, "A Just Radio production for BBC Radio 4", qui garantit une certaine indépendance d'esprit, du genre que l'on ne peut pas trouver dans les productions de la station parisienne, toutes coulées dans le même moule idéologique.

Philaunet 

Philaunet
Admin

623
Répondre en citant  
Connaissez-vous Norman E. Borlaug (1914-2009), surnommé ''Le père de la Révolution verte'' ? - Dim 27 Sep 2020, 15:39

Dans l'émission "The Food Programme", le numéro de ce jour était intitulé Wheat Revolutions , une histoire du blé des origines à nos jours.

Dan Saladino qui présente le programme organise son sujet en trois parties : l'origine du blé et son émergence comme culture principale (le gluten permet de former une pâte facile à cuire) ; la "Révolution verte" du 20e siècle avec l'agronome américain Norman Borlaug (1914-2009) ; la correction au 21e siècle des excès de la monoculture du blé modifié dépendant d'engrais chimiques et de pesticides.

Le descriptif est on ne peut plus bref :
Dan Saladino tells the story of wheat from the domestication of wild grasses in the Neolithic Revolution through to the controversial Green Revolution of the 20th century.
L'émission prend appui sur le documentaire The Man Who Tried To Feed The World ''A tale of good deeds and unintended consequences'' dont la diffusion est annoncée pour le 4 octobre. Bluffant, une transcription intégrale du film est disponible ici .

BBC Radio 3 & Radio 4 - Page 63 Scre1469

Le World Service de la  BBC a diffusé en 2019 un numéro de Witness History , The man who fed the world dont le descriptif est plus étoffé :
In 1970 the American scientist, Norman Borlaug, was awarded the Nobel Peace Prize for his pioneering work developing disease-resistant crops. At the time famine and malnutrition were claiming millions of lives across the world, particularly in South Asia. Dr Borlaug’s work meant countries like India were able to become self-sufficient. Critics said the new grain varieties were too reliant on chemical fertilizers, but it’s thought millions of lives were saved. Rebecca Kesby has been speaking to Professor Ronnie Coffman, student and friend of Norman Borlaug.
Également un résumé biographique par Tim Harford, présentateur de la fameuse série "50 Things That Made the Modern Economy", The man who helped feed the world .

Enfin, l'Encyclopaedia Britannica propose une biographie du Prix Nobel 1970 Norman Ernest Borlaug .

Voyons, que fait France Culture aujourd'hui ? Du Broué ? Hélas, à fuir sans modération. Le sujet : Saveurs africaines "A l’occasion du festival de cuisine « Food Temple Africa », qui se tient à Paris du 25 au 27 septembre, zoom sur quelques saveurs africaines (...) l'''afro-food''. ". Pourquoi pas ? Et puis, c'est une cuisine si tolérante, quasiment labellisée franceculture : "une cuisine en mouvement (...) constamment en train (...) d'écouter les autres. (...) une cuisine ouverte aux autres."

Philaunet 

Philaunet
Admin

624
Répondre en citant  
Éclatant d'intelligence et de savoir - Lun 28 Sep 2020, 20:08

Trois fois trente minutes lumineuses sur différentes formes de solitude et sur ses représentations, un documentaire exemplaire de Thomas Dixon pour BBC 4. Déplacements sur le terrain, entretiens, archives, réflexions, atmosphères sonores, le tout monté avec maestria. Sans équivalent sur France Culture, bien évidemment.

A Short History of Solitude (1.3) Retreat 2 Sep 2020.
Thomas Dixon explores the surprising history of being alone.
In this episode, he discovers some of the most extreme examples of voluntary solitude - anchorites, people who chose to be enclosed as a kind of living sacrifice to God; the hermits who sought isolation in the desert; and an artist who lived as Schrodinger's Cat for 10 days and nights in a light- and sound-proof box.
And yet, even these exceptional feats of isolation were unexpectedly social. (...)

A Short History of Solitude (2.3) Stepping Out
In the past, if people wanted to find any kind of solitude they often had to step outside. For the Romantic poets, solitude in nature was a way of connecting with the self and the imagination. Homes and workplaces could be crowded and the growth of cities meant that, for many, the walk to work itself provided a welcome interlude.
Hobbies offered the chance to find peace - anglers found solace thigh deep in lonely rivers and a growing number of private readers of books could retreat from a busy domestic setting and explore fantasies of isolation like Robinson Crusoe and Frankenstein.(...)

A Short History of Solitude (3.3) Locked Down
In this final episode, the historian Thomas Dixon explores solitary confinement, loneliness, and what happens when naturally sociable humans are forced into isolation.
Sarah Shourd was held in solitary confinement in Iran and now campaigns against it. In the US, around 80,000 people are held in solitary confinement on any one day. Some of them have been there for decades. It's a startling figure for a shocking practice that many, including Charles Dickens who encountered it on a visit to the United States in 1842, have described as torture.
The keeping of prisoners in extreme isolation began in the late 18th Century as a way to encourage repentance, hence the word "penitentiary". It was devised by reforming Quakers, who believed that all humans were capable of redemption, whatever their crimes, and were keen to see the end of cruel punishments like flogging. It was used in English prisons too including at Reading Gaol where Oscar Wilde was held in isolation for more than a year. (...)


Philaunet 

Philaunet
Admin

625
Répondre en citant  
Une voix qui résonne - Mer 30 Sep 2020, 13:05

On n'écoute pas Dara d'une oreille distraite. D'abord sa voix vous saisit, puis son éloquence, ses mots, sa force. Dara a 15 ans, il est nord-irlandais, il a confié une année de sa vie, saison après saison, à son journal.  Pour l'auditeur, l'expérience est forte.

Les cinq épisodes ont été diffusés en mai et la durée de disponibilité en ligne est de 30 jours. La série peut être fournie sur demande.

BBC Radio 3 & Radio 4 - Page 63 Scre1472

Diary of a Young Naturalist, by Dara McAnulty
Diary of a Young Naturalist chronicles the turning of 15-year-old Dara McAnulty’s world. Beginning in spring, his diary takes us through a year in his home patch in Northern Ireland.
These vivid and moving diary entries about his connection to wildlife and the way he sees the world are raw in their telling and urgent in their message. Diary of a Young Naturalist portrays Dara’s intense connection to the natural world, and his perspective as a teenager juggling exams and trying to build friendships alongside a life of campaigning.
“I was diagnosed with Asperger’s/autism aged five … By age seven I knew I was very different, I had got used to the isolation, my inability to break through into the world of talking about football or Minecraft was not tolerated. Then came the bullying. Nature became so much more than an escape; it became a life-support system.”

"Le journal intime d'un jeune naturaliste" retrace la transformation du monde de Dara McAnulty, 15 ans. À partir du printemps, son journal nous fait vivre une année dans sa région natale en Irlande du Nord.
Ces entrées vives et émouvantes de son journal sur son lien avec la faune et la flore sauvages et sur la façon dont il voit le monde sont crues dans leur récit et urgentes dans leur message. Le journal d'un jeune naturaliste décrit l'intense lien de Dara avec le monde naturel et son point de vue d'adolescent jonglant avec les examens et essayant de se faire des amis tout en menant une vie d'engagement pour la nature.
"On m'a diagnostiqué un syndrome d'Asperger/autisme à l'âge de cinq ans... A l'âge de sept ans, je savais que j'étais très différent, je m'étais habitué à l'isolement, mon incapacité à percer dans le monde de parler de football ou de Minecraft n'était pas tolérée. Puis vint le harcèlement. La nature est devenue bien plus qu'une fuite, elle est devenue un système de survie
".

Traduit avec www.DeepL.com/Translator + amendements

Philaunet 

Philaunet
Admin

626
Répondre en citant  
Like a Rolling Stone - Sam 03 Oct 2020, 13:40



Like a Rolling Stone (1965)

Once upon a time you dressed so fine
Threw the bums a dime in your prime, didn't you?
People call say 'beware doll, you're bound to fall'
You thought they were all kidding you
You used to laugh about
Everybody that was hanging out
Now you don't talk so loud
Now you don't seem so proud
About having to be scrounging your next meal
How does it feel, how does it feel?
To be without a home
Like a complete unknown, like a rolling stone
Ahh you've gone to the finest schools, alright Miss Lonely
But you know you only used to get juiced in it
Nobody's ever taught you how to live out on the street
And now you're gonna have to get used to it
You say you never compromise
With the mystery tramp, but now you realize
He's not selling any alibis
As you stare into the vacuum…


En une demi-heure, l'anatomie d'une chanson : technique musicale et vocale, son élaboration (l'idée, les diverses étapes en studio), sa réception (critique de l'emploi de la guitare électrique par le public, "Judas !"), son influence sur la jeunesse en général et sur la vie des huit intervenants en particulier.

La dernière intervention conséquente est dévolue à Bebe Miller marquée durablement par la version de Jimi Hendrix .

BBC 4 Soul Music Series 4 Like a Rolling Stone  July 2004 & Wed 23 Sep 2020.
Robbie Robertson, Al Kooper and Greil Marcus reflect on Bob Dylan's song that challenged and changed lives.

Philaunet 

Philaunet
Admin

627
Répondre en citant  
Le traitement des traumatismes hémorragiques : un documentaire exemplaire - Dim 04 Oct 2020, 13:22

Une émission médicale plus intéressante que Code Red de BBC 4 ? Pour savoir si c'est possible, il faudrait avoir des comparaisons. Excluons d'emblée France Culture qui n'a rien de ce genre. Comparons plutôt avec la radio allemande SWR2 qui, dans ses séries Wissen, Impuls (sciences) et Forum fait régulièrement des points sur les progrès en matière médicale.

Ce documentaire est passionnant et instructif de bout en bout. De quoi s'agit-il ? Des progrès de la compréhension de la physiologie humaine dans le domaine de la coagulation. Les attaques au couteau avec de multiples blessures qui ont eu lieu ces 20 dernières années en Angleterre ont mis les équipe de médecins et de chirurgiens sur la voie de nouvelles pistes d'intervention d'urgence. Voir le descriptif ci-dessous.

On entend des victimes d'agressions, des chercheurs spécialisés dans les produits sanguins, des médecins et chirurgiens. Petit bémol : le fond sonore mal choisi qui accompagne l'ensemble du documentaire, même s'il est peu audible.

Cette émission du 4 février 2020 est encore disponible à l'écoute, ce qui est exceptionnel, vu que normalement la disponibilité en ligne est d'un mois pour la plupart des émissions de la BBC.

Pour ceux qui n'écouteront pas, voir ci-dessous la présentation exhaustive dans une traduction automatique très légèrement amendée  :
With knife crime at an all time high, James Gallagher explores the innovation in trauma science - Code Red - that's saving the lives of bleeding trauma patients.
Eddie was set to become another statistic, another teenager killed by rising levels of knife crime.
But Eddie’s life was saved by the new field of trauma science. It is revolutionising the way people are treated after shootings, traffic accidents or any injury that causes catastrophic bleeding.
The doctors that pioneered the work call it Code Red. Your chances of surviving major bleeding are now higher than ever before.
So what changed? Quite simply trauma medicine has been turned on its head. Before 2007, doctors would have treated Eddie’s catastrophic bleeding by trying to replace the fluid leaking out of his stab wounds. Salty water, called saline, and just one component of our blood – the oxygen carrying red blood cells – would be put back into Eddie’s body - in what's called a massive transfusion.
It seemed like a good idea. Keep the blood pressure up, keep oxygen moving round the body and keep the patient alive. But that’s not what happened - around half of people died on the operating table. The principles were wrong. They were damaging the body’s natural way of stemming blood loss – clotting.
It was around 2003 that the ideas behind the Code Red protocol started to take shape. The poster child of the new field of trauma science was revealing the vital role of clotting. Karim Brohi, Professor of Trauma Sciences at Queen Mary, University of London, discovered that major trauma could disrupt the blood’s ability to clot within minutes of the injury, and patients affected were more likely to die. What's more, saline was diluting the blood and making the bleeding worse.
Over a decade ago, the Royal London Hospital decided to do something radical. It introduced Code Red, also known as damage control resuscitation, and shifted the focus from blood pressure to blood clotting - get blood products into patients to get on top of any abnormalities there first.
Making that happen took a huge culture shift. This is not a normal research environment. There’s no time to ponder, patients are hovering between life and death; and every second counts. But now the innovation has been accepted across the NHS, and recent research reveals a massive drop in the death rate of patients with catastrophic bleeding.

Alors que la criminalité au couteau atteint un niveau record, James Gallagher explore l'innovation en matière de traumatologie - le Code rouge - qui permet de sauver la vie de patients souffrant de traumatismes hémorragiques.
Eddie allait devenir une autre statistique, un autre adolescent tué par la hausse des crimes au couteau.
Mais la vie d'Eddie a été sauvée par le nouveau domaine de la science des traumatismes. Elle révolutionne la façon dont les gens sont traités après des fusillades, des accidents de la route ou toute blessure provoquant une hémorragie massive.
Les médecins qui ont été les pionniers de ce travail l'appellent le Code rouge. Vos chances de survivre à une hémorragie majeure sont maintenant plus élevées que jamais.
Alors qu'est-ce qui a changé ? Tout simplement la médecine des traumatismes a été bouleversée. Avant 2007, les médecins auraient traité l'hémorragie massive d'Eddie en essayant de remplacer le liquide qui s'écoulait de ses plaies. De l'eau salée, dite saline, et un seul composant de notre sang - l'oxygène transportant les globules rouges - auraient été remis dans le corps d'Eddie - dans ce qu'on appelle une transfusion massive.
Cela semblait être une bonne idée. Maintenir la pression sanguine, faire circuler l'oxygène dans le corps et maintenir le patient en vie. Mais ce n'est pas ce qui s'est passé - environ la moitié des gens sont morts sur la table d'opération. Les principes étaient erronés. Ils nuisaient à la façon naturelle dont le corps freine la perte de sang, à savoir la coagulation.
C'est vers 2003 que les idées à l'origine du protocole du Code rouge ont commencé à prendre forme. L'a vedette du nouveau domaine de la science des traumatismes a révélé le rôle vital de la coagulation. Karim Brohi, professeur de sciences des traumatismes à l'université Queen Mary de Londres, a découvert qu'un traumatisme majeur pouvait perturber la capacité du sang à coaguler dans les minutes qui suivent la blessure, et que les patients touchés risquaient davantage de mourir. De plus, la solution saline diluait le sang et aggravait l'hémorragie.
Il y a plus de dix ans, le Royal London Hospital a décidé de faire quelque chose de radical. Il a introduit le code rouge, également connu sous le nom de réanimation pour le contrôle des dommages, et a déplacé l'accent mis sur la pression sanguine vers la coagulation du sang - fournir des produits sanguins aux patients pour qu'ils puissent d'abord surmonter toute anomalie.
Pour y parvenir, il a fallu un énorme changement de culture. Ce n'est pas un environnement de recherche normal. Il n'y a pas de temps à perdre, les patients oscillent entre la vie et la mort, et chaque seconde compte. Mais maintenant, l'innovation a été acceptée dans tout le NHS, et des recherches récentes révèlent une baisse importante du taux de mortalité des patients souffrant d'hémorragies massives.

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

Philaunet 

Philaunet
Admin

628
Répondre en citant  
Réflexions de haute volée - Dim 04 Oct 2020, 15:41

Un documentaire et une interview où l'on reconnaît la patte d'un professionnalisme introuvable à France Culture : A Cure At What Cost? [BBC 4 Sun 3 May2020 ] & The Jonathan Sumption One [BBC 4 Political Thinking with Nick Robinson 29 May 2020].

Un examen de toutes les facettes du problème, des points  de vue opposés et argumentés avec conviction de part et d'autre. Une émission de la maison de production "Novel" pour la BBC :
What should the strategy be for getting out of lockdown? As Britain - and the rest of the world - braces itself for an economic crisis set to dwarf 2008, how do we emerge from the coronavirus pandemic saving as many lives as possible now without causing long-lasting damage?
The science writer, Tom Chivers, doesn’t dispute the need for drastic action against Covid-19. He’s deeply concerned. But he's also worried about his children's future, the wide-ranging economic, social and political fallout from this shock, and the question of whether our strategies to deal with the pandemic might be doing more harm than good in the long run.
The decisions being made now by our politicians, our doctors, our scientists and business leaders will affect us all for years to come. Tom meets with leading experts and asks whether the cure is always worth the cost.
Et une interview sans complaisance, mais sans agressivité, de Jonathan Sumption :
The former Supreme Court justice on why lockdown is 'despotic', being a libertarian, not being a politician, what Lord Hutton's inquiry got wrong and what Keith Joseph got right
On est loin du bavardage à l’œuvre le dimanche dans  "L'esprit public" entre amis qui se croient importants.

La petite caste parisienne de la Maison de la Radio ne pourrait-elle pas faire un stage à la BBC ou bien suivre une formation en analysant les émissions élaborées par les maisons de production sous contrat avec la BBC ?

Philaunet 

Philaunet
Admin

629
Répondre en citant  
Hans Benning, mémoire d'un siècle, luthier et ami de Jascha Heifetz - Mer 07 Oct 2020, 12:09

Un des plus émouvants et profonds numéros d'Outlook [Inspirational stories of courage, drama and skill] du World Service : The violin maker's salvation Sun 22 Mar 2020.

BBC Radio 3 & Radio 4 - Page 63 Scre1481
After surviving a torturous childhood during WW2, Hans Benning finally found true love and happiness through his work repairing the world’s most priceless stringed instruments.
Un numéro qui rappelle ce que l'émission "Mémoires du siècle" a produit de meilleur quand France Culture était encore inspirational.

Quand la station renouera-t-elle avec le documentaire radiophonique rendant hommage à des personnalités marquantes ? S'il existe encore "À voix nue" (cf. une rediffusion, sans date de l'original, de Michael Lonsdale ), la qualité y est très variable et c'est un entretien en face à face, sans montage incluant d'éventuels autres intervenants). France Culture pourrait (voeu pieux) s'inspirer d'autres radios (ah, ah, ah !) pour proposer d'autres formats.
Hans and Nancy Benning met in Germany while studying the art of lutherie-repairing stringed instruments. Their love and work gave Hans the happiness he longed for growing up homeless and malnourished in West Germany during World War 2. Now living in California, they have been making and preserving the world’s most priceless violins for four decades.

Philaunet 

Philaunet
Admin

630
Répondre en citant  
The Sony Walkman - Jeu 08 Oct 2020, 11:48

Belle évocation de The birth of the Sony Walkman "Witness History" Thu 3 Sep 2020  (BBC World Service).

Il est notamment question de la qualité sonore de l'appareil dont la commercialisation a duré de  1979 à 2010.

BBC Radio 3 & Radio 4 - Page 63 Scre1482

Philaunet 

Philaunet
Admin

631
Répondre en citant  
The sloe / Le prunellier - Jeu 08 Oct 2020, 15:08

Un documentaire dont les 14'21 contiennent plus de créativité de montage que n'importe quelle émission de France Culture durant une année.

Sloe Time BBC 3 Sunday Feature [04-10-2020]

Ce documentaire sur l’histoire naturelle et culturelle du prunellier, prend place dans le cadre de la série "New Generation Thinkers" offrant à de jeunes chercheurs la possibilité de diffuser au micro leurs domaines de savoir. C'est impossible à France Culture où la grille rigide ne permet à aucun intervenant d'être maître d'une séquence, comme ce fut le cas avec les producteurs dits tournants lors de l'âge d'or de France Culture (avant Laure Adler qui fait actuellement son cinéma et son beurre sur la vieillesse dans les médias complaisants du service public).

Donc, "New Generation Thinker Dr Lisa Mullen" évoque son intérêt pour le prunelier, en studio, avec ou sans interlocuteurs, puis en deux ou trois endroits sur le terrain. L'ensemble est ponctué de lectures, par des voix différentes, d'un journal de voyage contemporain et d'un traité du XIVe siècle, de plusieurs extraits d'une chanson a capella enregistrée pour l'occasion, de témoignages d'un bûcheron et d'autres personnes de la campagne. Il est question d'histoire, de sciences naturelles, d'écologie, d'expériences personnelles.

Qui a réalisé ce documentaire qui enfonce France Culture dans son trou de médiocrité ? Sara Jane Hall. Ce n'est pas un prénom masculin. Lisa ne l’est pas non plus. NicoMar, le vulgaire, a osé accuser ce forum de misogynie en prenant la défense des crétines de FC alors qu'il n'a jamais lu une seule des lignes de ce forum mettant en valeur les dizaines de réalisatrices, productrices, monteuses et preneuses de son à l'origine des meilleures émissions de radio culturelles, étrangères ou françaises (cf. France Musique).

Il manque aux employés de FC, en plus de la culture, l'écoute de la station qui les embauche, notamment son patrimoine, mais aussi celle des émissions de radio étrangères instructives et inventives. La perspective comparatiste est complètement absente à FC, forcément quand aucune langue étrangère n'y trouve grâce.

BBC Radio 3 & Radio 4 - Page 63 Scre1484
Lockdown encourages us to keep local, but for many this has been rewarded with a new take on the close-by, the ordinary, in the natural world (even as nature is wreaking havoc) - such as the humble blackthorn.
New Generation Thinker Dr Lisa Mullen is fascinated by the beauty, cruelty and danger inherent in the blackthorn - flowers, spikes and fruit – the sloes whose alien green flesh dries the mouth, but combines with gin to make the perfect winter drink.
Not a ‘charismatic mega – fauna’, like the Giant Redwood, blackthorns dense, strong, dark wood, rippling with veins of toffee, plays an important role in holding our countryside together; dividing fields, feeding us and delighting in being one of the first to blossom in spring.
“A dense thicket, bristling with spines - you realise why blackthorn was used defensively as a dead hedge by the Saxon’s, the true precursor of barbed wire.” Roger Deakin
Blackthorn’s physical characteristics make it a popular baddie - folk lore depicts it as dangerous as well as useful. Robert McFarlane - a passionate advocate for nature – even describes the blackthorn as “the widow maker” - for its easily infected wounds.
Blackthorn Singing par Sam Robinson
Reliving childhood adventures in the Chiltern’s, pretending to be the princess in the thorny bush, Lisa recalls dangerous, warning stabs from the blackthorns cruel spikes. She talks to Samuel Robinson, coppicer and woodsman, who knows the blackthorn better than most. For Lisa he sings a beautiful song about the blackthorn winter, the false spring, his dog’s violent encounter with a deer, and his own confrontation with death.
“Walking on Black Meadow” by The Soulless Party
Producer: Sara Jane Hall
Music by Samuel Robinson - ‘Blackthorn’ - featuring Hannah Flynn
https://samrobinson.bandcamp.com/
And “Walking on Black Meadow” by The Soulless Party

Contenu sponsorisé 


632
Répondre en citant  
Re: BBC Radio 3 & Radio 4 -

BBC Radio 3 & Radio 4     Page 63 sur 73

Haut de page ↑   

Aller à la page : Précédent  1 ... 33 ... 62, 63, 64 ... 68 ... 73  Suivant

Accueil / Autres radios culturelles

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum