-->
Forumactif

Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 

Le Deal du moment : -17%
Grosse promo sur PC Portable Gamer – LENOVO ...
Voir le deal
999 €

Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Regards sur France Culture » LES FORUMS » France Musique » <b>France Musique, tous thèmes</b>

Aller à la page : Précédent  1 ... 9 ... 15, 16, 17  Suivant

Accueil / France Musique

<b>France Musique, tous thèmes</b>    Page 16 sur 17

Bas de page ↓   

Philaunet 


Admin

151
Répondre en citant  
Re: <b>France Musique, tous thèmes</b> - Mer 16 Sep 2020, 20:36

<b>France Musique, tous thèmes</b> - Page 16 Scre1455

Vu au-dessous d'un article d'une jeune femme de Télérama (vingt-cinq ans avait-elle écrit l'année dernière) qui cire les pompes des jeunes femmes de FrCult et ici de FrMus.

Un langage subtil, sans aucune faute.

Sous le même article retweeté (il faut bien canarder Twitter et remercier l'employée du magazine) un usage de la langue française plus sophistiqué : « Bravo/ Hâte / Merci ».

Au final, une fort intéressante communication développée sur les comptes professionnels publics des employées de France Musique. On y sent une grande maturité. Celle remarquée par exemple dans Et moi, et moi, et moi.

munstead 


152
Répondre en citant  
Détournement - Dim 20 Sep 2020, 12:09

Musique émoi (jeu de mots, ah, ah , ah). Aujourd'hui Annick Cojean, excellente journaliste.
Le principe de cette émission est, croyais-je, de faire parler l'invité de son goût pour la musique.
Pas ce matin. Cojean venant juste de publier un livre sur Gisèle Halimi, femme plus qu'estimable, un bon tiers de l'émission porte sur un panégyrique de G. Halimi, entrecoupé d'extraits musicaux que celle-ci a aimés : un peu du Requiem de Mozart, une goutte de Mahler. Mais ce dont parle longuement une Cojean, volubile et légèrement exaltée, c'est de ses luttes politiques et féministes. Peut-on dire "Hors sujet"? Promo indécente d'un livre? L'émission a par ailleurs débuté par une sorte d'hymne féministe chanté par les Brigitte. Cojean se demande pourquoi et comment cet air connaît un tel  succès dans les réunions féministes (faut-il le préciser). Elle ne comprend pas. Elle ne comprend pas que c'est un air très simple qu'il est facile de chanter et faire chanter en groupe, par n'importe qui.
Puis on nous parle de Madame Cojean mère, ce qui nous permet d'apprendre qu'Annick, sa fille, ne s'intéresse plus à la musique depuis la mort de sa génitrice. Pourquoi? On ne le saura pas. Dommage alors de faire toute une émission sur elle..
Tous les extraits musicaux relèvent du Best of, tout est ramené aux combats des femmes.
Donc au nom de la musique, une émission militante qui aurait été parfaite pour FC, mais qui laisse froid l'auditeur de FMusique qui n'apprécie peut-être pas que l'on profite de sa mélomanie pour lui imposer des discours politiques.

Philaunet 

Philaunet
Admin

153
Répondre en citant  
Intime et conquérant... - Mar 22 Sep 2020, 08:39

munstead(https://regardfc.1fr1.net/t9p150-france-musique-tous-themes#36090) a écrit:Musique émoi (jeu de mots, ah, ah , ah). Aujourd'hui Annick Cojean, excellente journaliste.
Le principe de cette émission est, croyais-je, de faire parler l'invité de son goût pour la musique.
Pas ce matin. Cojean venant juste de publier un livre sur Gisèle Halimi, femme plus qu'estimable, un bon tiers de l'émission porte sur un panégyrique de G. Halimi, entrecoupé d'extraits musicaux que celle-ci a aimés (...).
Tous les extraits musicaux relèvent du Best of, tout est ramené aux combats des femmes.
Donc au nom de la musique, une émission militante qui aurait été parfaite pour FC, mais qui laisse froid l'auditeur de FMusique qui n'apprécie peut-être pas que l'on profite de sa mélomanie pour lui imposer des discours politiques.
Annick Cojean n'est pas une inconnue à France Culture et l'on devrait revoir son nom cette année tant elle doit plaire à la direction féministe de l'antenne :
"Portraits de combattantes
Amélie Nothomb, Christiane Taubira, Virginie Despentes, Françoise Héritier, Nina Bouraoui et Gisèle Halimi... Telles sont les femmes qui se sont entretenues avec Annick Cojean au sujet de leurs parcours individuels, hors normes, cabossés, intimes et toujours conquérants.
" L'Invité(e) culture 27-09-2020.

Voir aussi Le ''sororisme'' à France Culture.

*******************

Récapitulatif hebdomadaire : 33 contributions du lundi 14 au dimanche 20 septembre 2020 (semaine 38)

Philaunet 

Philaunet
Admin

154
Répondre en citant  
Claude Hagège, linguiste et violoniste, né en 1936 - Mar 08 Déc 2020, 09:37

Claude Hagège, linguiste et professeur au Collège de France "Musique émoi" Le dimanche 29 novembre 2020.

Commençons par évacuer très vite la prestation calamiteuse de l'intervieweuse, à peine préparée, incapable de relancer intelligemment et manquant de tact, pour ne pas dire de respect envers l'invité. L'exemple même de tout ce qu'il ne faut pas faire. Le directeur des programmes de France Musique, Stéphane Grant, s'en rend-il compte ?

L'un des symptômes de la nullité en interview, c’est de se raccrocher aux dates. Sur France Culture, Virgine Bloch-Lainé en est la spécialiste. C'était en quelle année ? Et vous aviez quel âge ? Cela n'apporte rien à l'auditeur, mais ça remplit. Plusieurs exemples de cette "astuce" émaillent ce numéro de Musique émoi.

Un extrait où l'on "admire" l'étiquette sonore de l'émission (tout une époque de mièvrerie), la question de PL et le retour de Claude Hagège (qui durant toute l'émission essaie de parler de musique contre l'intervieweuse) à la pièce entendue. Comme PL est incapable de susciter le commentaire, Hagège doit tout faire et cela peut sonner un peu hautain (lecture d'un extrait de son livre dont il précise l'éditeur), mais imaginons ce qu'aurait fait un Pierre Bouteiller ou un Arnaud Merlin face au linguiste et violoniste...  [son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/16307-29.11.2020-ITEMA_22498666-2020M26251E0062.mp3" debut="37:45" fin="39:21"]

Le malin linguiste, rompu aux compliments de façade... L'amour de l'opéra :  [son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/16307-29.11.2020-ITEMA_22498666-2020M26251E0062.mp3" debut="78:00" fin="79:43"]

La dernière remarque pleine de tact de la jeune femme, s'adressant à l'homme de 84 ans : vous avez choisi un extrait du Chant du cygne de Schubert "que vous chérissez particulièrement en ce moment.. Claude Hagège ?" (dit avec ce ton de maîtresse d'école s'adressant à un élève de maternelle, on entend en filigrane "mon pauvre, snif, snif," à 1h23'50]). Hagège évacue avec brio cette allusion personnelle en parlant de la pièce musicale.

L'équipe de l'émission ne contient pas de représentant masculin, comme c'est le cas dans nombre d'émissions à France Musique et surtout à France Culture. Pourquoi ? Cela a-t-il un effet sur la manière de penser l'entretien et de le structurer ?

L'éditeur Odile Jacob, en plus de la présentation, partiellement reprise sur la page de France Musique, met à disposition 24 doubles pages de l'ouvrage qui méritent vraiment l'attention.

La Musique ou la mort, Claude Hagège  [21,90 euros]

Philaunet 

Philaunet
Admin

155
Répondre en citant  
''Biber Requiem'' - Mer 31 Mar 2021, 14:32

<b>France Musique, tous thèmes</b> - Page 16 Scre1738

De 41'56'' à 50'18'' dans En pistes ! 31-03-2021. Minutage pour éviter d'entendre une voix sotte.

Ce disque a été exploré par Dagmar Munck, intelligence, musicologie, art de la parole radiophonique, attention à l'auditeur.

Alte Musik Neue CDs SWR2 18/03/2021.
Biber Requiem
Werke von Christoph Bernhard, Johann Michael Nicolai, Heinrich Biber und Johann Joseph Fux
Lux luminis
Freiburger Barockconsort
Leitung: Lionel Meunier
(alpha 665)


Philaunet 

Philaunet
Admin

156
Répondre en citant  
Jean Lacouture au micro de Mildred Clary : souvenirs lyriques aixois - Ven 11 Juin 2021, 09:17

Le Festival d'Aix en Provence avec Jean Lacouture (1990) Les Trésors de France Musique, mardi 8 juin 2021
Fidèle spectateur du Festival d’Aix en Provence et passionné d’opéra, l’écrivain et journaliste Jean Lacouture confiait à Mildred Clary ses grands souvenirs lyriques aixois...
Notre Mildred ! Et Jean Lacouture en grand connaisseur du répertoire lyrique qui commençait son évocation d'Aix par une confidence personnelle.  

W.A Mozart Don Giovanni : Ouverture – Introduction (Acte I)
Orchestre de la Société des Concerts du Conservatoire, dir. Hans Rosbaud  
[son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/20333-08.06.2021-ITEMA_22693301-2021M36310E0083.mp3" debut="01:00 fin="08:48"]

Philaunet 

Philaunet
Admin

157
Répondre en citant  
Dardanus de Rameau et la voix de haute-contre - Dim 04 Juil 2021, 09:07

A l'Opéra de Bordeaux. Raphaël Pichon dirige Dardanus, de Rameau L'air des lieux, par Stéphane Grant [26-04-2015]

2015 et un genre d'émission montée où la parole pédagogique à toute sa place, contrairement à ce que diffuse désormais France Musique en 2021.

La différence entre un contre-ténor et une haute-contre, par Raphaël Pichon, avec Reinoud Van Mechelen, ténor : [son mp3="https://cdn.radiofrance.fr/s3/cruiser-production/static/musique/sons/2015/17/NET_7f175a56-68c2-43a1-ac47-9cc82465584f_FM.mp3" debut="34:52 fin="41:19"]
Acte IV - "Lieux funestes"
Reinoud Van Mechelen, ténor
Ensemble Pygmalion, dir.Raphaël Pichon
CD non commercialisé (Opéra de Bordeaux, 22 avril 2015)
3 ans après les avoir suivis dans les coulisses de l'enregistrement du disque, retour auprès de l'Ensemble Pygmalion et de leur chef Raphaël Pichon pour un Dardanus mis en scène par Michel Fau à l'Opéra de Bordeaux...

Droit - et devoir ! - de suite. Il y a un peu plus de 3 ans, L'Air des lieux suivait Raphaël Pichon, les artistes de son Ensemble Pygmalion et toute l'équipe d'une version de concert de Dardanus, la tragédie-lyrique de Jean-Philippe Rameau. Coulisses des répétitions (à l'époque, à l'Opéra de Versailles), et de l'enregistrement d'un disque... Nous nous devions d'être de nouveau au rendez-vous, en ce printemps 2015, où le jeune chef et ses troupes - et avec eux une magnifique distribution de chanteurs - revenait à cet ouvrage (version originale de 1739) dans une production scénique dévoilée il y a quelques jours à l'Opéra national de Bordeaux.

Rameau - DARDANUS (Pichon, Gauvin, Fau). Bordeaux, Grand Théâtre, avril 2015


Philaunet 

Philaunet
Admin

158
Répondre en citant  
L'orgue de Saint-Eustache, à Paris - Jeu 08 Juil 2021, 09:30

L’air des lieux du 7 juin 2015, A l'orgue de Saint-Eustache , avec Thomas Ospital et Baptiste-Florian Marle-Ouvrard, est une magistrale exposition des savoirs autour de l'orgue, comme l'on n'en a sans doute jamais entendu à France Musique, même dans Organo Pleno de Benjamin François.

Stéphane Grant laisse filer les explications les plus techniques sur l'instrument et l'acoustique du lieu. Le profane ne peut qu'admirer les compétences et l'enthousiasme des deux organistes faisant faire le tour du propriétaire à l'auditeur. Un documentaire/reportage rare.

Introduction : [son mp3="https://cdn.radiofrance.fr/s3/cruiser-production/static/musique/sons/2015/23/RF_EAEDCC98-3E90-4844-8DA4-F0D606FE884C_GENE.MP3" debut="01:12 fin="04:43"]

Quand "l'orgue remplit l'église" ; démonstration avec la pièce de Jean Guillou : [son mp3="https://cdn.radiofrance.fr/s3/cruiser-production/static/musique/sons/2015/23/RF_EAEDCC98-3E90-4844-8DA4-F0D606FE884C_GENE.MP3" debut="28:42 fin="29:21"]

Jean GUILLOU Saga n°6 par Thomas OSPITAL, nouveau co-titulaire de l'orgue de Saint-Eustache [Dimanche de Pâques, 5 avril 2015].



Dans les entrailles de l'un des plus beaux orgues de France - visite guidée en compagnie de ses deux nouveaux titulaires...
En 2013, au Concours international d'orgue Xavier Darasse, à Toulouse - Thomas Ospital joue un extrait de la Suite Pelléas et Mélisande de Gabriel Fauré, transcrite par Louis Robilliard...
"C’est une curieuse rencontre que ce bout d’église encadré sous cette avenue de fonte… Une rosace de Saint-Eustache au beau milieu des Halles centrales ; il y a là tout un manifeste : c’est l’art moderne, le réalisme, le naturalisme, qui a grandi en face de l’art ancien "… Voici quelques lignes extraites du Ventre de Paris - Emile Zola y avait fait des fameux pavillons Baltard le décor, et mieux encore, le personnage principal, de son roman. Du temps a passé depuis, le quartier des Halles est aujourd’hui un chantier gigantesque ; et bientôt c’est une immense canopée, comme une vaste toiture faite d’écailles de verre et d’acier qui recouvrira ces Halles du 21ème siècle.
Tout à côté, l’Eglise Saint-Eustache nous renvoie à des temps immémoriaux. Ceux d’une première chapelle, édifiée ici au début du 13ème siècle, et d’une église, consacrée le 26 avril 1637. Jean-Philippe Rameau y fut inhumé, Mozart vint y pleurer aux funérailles de sa mère… Berlioz y dirigea son Te Deum. Son orgue compte pas loin de 8000 tuyaux, c’est l’une des tribunes les plus prestigieuses de France. Grimpons-y ensemble, deux jeunes gens nous y attendent, dans ce somptueux buffet conçu justement par un certain Victor Baltard…

Philaunet 

Philaunet
Admin

159
Répondre en citant  
Charlotte Ginot-Slacik, ''Musiques dans l'Italie fasciste (1922-1943)'' - Ven 16 Juil 2021, 09:51

Imaginons une radio culturelle de qualité en France : elle proposerait à Charlotte Ginot-Slacik, musicologue, professeur au CNSMD de Lyon, de faire un documentaire sur l'Italie, le fascisme et la culture. Au lieu de cela nous avons un entretien de 35 minutes sur France Musique avec Lionel Esparza, grand distributeur de mmhhh mmhh et de relances faibles mais toujours au bord de l'hilarité (une consigne de la direction sans doute, faut faire "bonne humeur", même si ça tombe à plat). Sur France Culture, évidemment rien, Charlotte Ginot-Slacik ne peut se voir confier une émission, c'est une trop brillante intellectuelle. L'étendue de son savoir rappelle la qualité de l'esprit d'un Michel Winock.

Sombres heures en Italie Classic Club avec Charlotte Ginot-Slacik, le 20 juin 2019.

La première intervention de Charlotte Ginot-Slacik sur Gian Francesco Malpiero [son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/14501-20.06.2019-ITEMA_22093527-0.mp3" debut="05:22 fin="07:20"]

Sur Petrassi "éviter les catégories morales", "la question du courage et des renoncements moraux en Italie" [son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/14501-20.06.2019-ITEMA_22093527-0.mp3" debut="16:02 fin="20:13"]
Charlotte Ginot-Slacik (musicologue, professeur au CNSMD de Lyon) pour le livre récemment paru chez Fayard, " Musiques dans l'Italie fasciste ", co-écrit avec Michela Niccolai (musicologue, professeur à Paris 4 et Paris 3).
Deux mois plus tôt, une émission de Philippe Venturini avait eu les deux auteurs du livre pour invitées. Elle est signalée sur la page de Classic Club. Un gâchis dû au présentateur qui semble ne plus croire à son émission depuis pas mal de temps.

Musiques dans l'Italie fasciste (1922-1943) Présentation Fayard.

Titulaire d’un doctorat en musicologie, Charlotte Ginot-Slacik est actuellement professeur au Conservatoire national supérieur de Musique et de Danse de Lyon, et collabore régulièrement avec l’Orchestre national du Capitole de Toulouse, l’Opéra de Lyon, la Philharmonie de Paris…

Après un double cursus de doctorat en Musicologie à Saint-Étienne et à Crémone, Michela Niccolai a effectué deux post-doctorats à l’Université de Pavie et à l’Université de Montréal. Elle enseigne à l’Université Paris 4 et à Paris 3 et est membre associé au laboratoire IHRIM (Lyon2) et au LaM (ULB).

Bourse d’écriture 2016 de la Fondation Francis et Mica Salabert



munstead 


160
Répondre en citant  
Respect! - Ven 23 Juil 2021, 16:45

Voici comment France-Musique se présente sur son site:
France Musique, une radio dédiée à la musique : du classique au jazz, de la musique contemporaine au rock. De plus, écoutez les actualité en direct !
Élégant et précis, non?

Édouard Niqueux présente le programme "Été classique matin"
Les morceaux (extraits généralement) sont lancés avant qu'il ait fini de parler et il reprend son commentaire sur la fin des œuvres… Exaspérant et stupide. Imaginez entendre parler sur les dernières notes du RosenKavalier…
Dans son portrait de grands interprètes, il trace cette semaine celui de Patricia Kopatchinskaja, grande violoniste. Tout est beau, tout est merveilleux, sublime, époustouflant donc chez Patkop, comme il l'appelle. L'exemple du talent exceptionnel de cette jeune femme choisi pour mercredi était une, comment dire, adaptation, tripatouillage, de la Jeune fille et la Mort de Schubert pour formation de cordes. Ce chef d'œuvre de la musique romantique devient , après cette révision, une sorte de musique de film mièvre, sans énergie, dont tout drame a été gommé. Ce n'est plus La Jeune fille et la mort, mais Massacre et mort de la Jeune fille. Et on est sommé de s'émerveiller.
Patkop, si je me puis me permettre de l'appeler ainsi, est une brillante interprète parmi d'autres, mais pourquoi donc aller choisir ce laborieux travail d'année de diplôme du conservatoire? Ce choix n'a ni queue ni tête (pardon, c'est facile, je sais)

Curly 

Curly

161
Répondre en citant  
Les radios thématiques - Dim 15 Aoû 2021, 12:06

France Musique a créé l’année dernière des radios thématiques , uniquement disponibles via internet & sur l’appli Radio France.

La playlist comme radio musicale idéale ? A écouter une grande partie des programmes de France Musique nous pourrions penser que oui : la parole est réduite au minimum, et les producteurs la plupart du temps ne font que lancer brièvement les disques qu’ils ont programmés. Or, l’existence de ces radios thématiques devrait au contraire permettre de recentrer la programmation de la chaîne sur des émissions plus consistantes. Faire de la radio, ce n’est pas ouvrir un robinet à disques. La parole a son importance.
Avec les thématiques, il y a parfois quelques présentations, mais il faut garder un œil sur le site pour avoir les références du morceau diffusé.
Le côté positif : en choisissant la (ou les) station qui correspond à ses goûts personnels, en fonction des envies du moment, la playlist amène à des découvertes. La programmation est suffisamment riche pour qu’à certains moments nous tombions sur une pièce d’un compositeur que nous ne connaissions pas, ou sur un interprète que nous avions jusqu’alors négligé. Certes, les tunnels de vide ne sont pas à exclure, mais c’est la règle du jeu. C’est aussi une histoire de goûts.
Le côté négatif, car la perfection n’est pas de ce monde, et elle est encore moins humaine : le cloisonnement en genres. Il manque une radio musicale non-thématique, qui proposerait un savant mélange de toutes les autres. L’esprit d’ouverture, pour reprendre le slogan pub martelé dans la même maison par une station qui en manque vraiment beaucoup, consiste à surprendre, et non à conforter systématiquement les auditeurs dans leurs propres choix.
Et dernier point, il reste à tenir compte de l'existence de YouTube, qui est déjà largement pourvu sur le plan musical. Les choix d'écoutes frisent y maintenant l'infini.
                                                                                                                A suivre ?

Contenu sponsorisé 


162
Répondre en citant  
Re: <b>France Musique, tous thèmes</b> -

<b>France Musique, tous thèmes</b>     Page 16 sur 17

Haut de page ↑   

Aller à la page : Précédent  1 ... 9 ... 15, 16, 17  Suivant

Accueil / France Musique

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum