-->
Forumactif

Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 

Le deal à ne pas rater :
ASOS Soldes : -20% en plus sur les Soldes avec ce code promo
Voir le deal

Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Regards sur France Culture » LES FORUMS » France Musique » <b>France Musique, tous thèmes</b>

Aller à la page : Précédent  1 ... 8 ... 12, 13, 14, 15, 16, 17  Suivant

Accueil / France Musique

<b>France Musique, tous thèmes</b>    Page 13 sur 17

Bas de page ↓   

Philaunet 


Admin

121
Répondre en citant  
Bravo Lang Lang ! - Sam 30 Mar 2019, 18:14

Un article de Suzana Kubik datant de  2017 est de nouveau mis en ligne par France Musique et mérite l'attention La méthode de piano Lang Lang : faire aimer la musique classique aux enfants avant tout .

Début : « Le piano, c'est d'abord du travail. Un travail régulier et continu. Il faut de la sensibilité, c'est certain, mais ce qu'il faut avant tout, c'est se faire confiance et être patient. Et travailler sans relâche. Si la technologie a pu modifier notre perception de la musique ou influencer nos habitudes d'apprentissage, elle ne peut en aucun cas réduire le temps nécessaire pour franchir différentes étapes. Il faut en avoir conscience ».Lang Lang, le pianiste super-star de 34 ans, tient à remettre les pendules à l’heure.

Les intertitres :

Susciter la curiosité de l'enfant en l'impliquant

Ouvrir ses horizons musicaux aux musiques extra-européennes

Sensibiliser l'oreille à l'interprétation

Jouer avec les nouvelles technologies

Poser les bases pour une technique progressive et équilibrée


Comme mélomane, on aime ou non ce pianiste. Comme on apprécie ou non, le théâtre de Glenn Gould en mitaines et son jeu analytique. Peu importe quand il est question de populariser le piano. Gould, le pianiste qui très vite quitte la scène, est aimé des "intellectuels" , Lang Lang, l'ultra-populaire, non. Pourtant ce dernier pianiste transformé en icône (personne n'est obligé de le porter au pinacle ou d'acheter ses disques et produits) a un effet locomotive essentiel sur l'appréciation par le public de la musique dite classique.

Les trois pointures qui ont lancé la carrière du pianiste chinois peuvent être fiers : "Lang Lang ou le parcours éclair d'un enfant prodige du piano chinois devenu en quelques années à peine l'un des musiciens classiques les plus courus de la planète. Repéré très tôt par le pianiste allemand Christoph Eschenbach, adoubé par le chef d'orchestre Daniel Barenboim avec lequel il enregistre son premier disque à résonnance internationale, sa consécration est le fait du chef Nikolaus Harnoncourt avec lequel il imagine un disque Mozart en 2014."

Interview du pianiste Lang Lang : "Toute interprétation est une recréation"

Curly En ligne

Curly

122
Répondre en citant  
Piano piano... - Sam 30 Mar 2019, 19:11

Le message précédent permet de revenir à tête plus reposée, mais rapidement, sur ces propos vaseux autour de la journée spéciale Lang Lang sur France Musique.
Lang Lang interprète de Liszt ou Chopin (voir ses deux albums consacrés à ces compositeurs) : cela faisait longtemps que l'on n'avait pas entendu une telle virtuosité.
Certes Horowitz ou Cziffra sont au dessus, mais là n'est pas le sujet.
Jouer avec virtuosité des pièces qui en nécessitent, c'est la moindre des choses.
Le côté commercial de certains de ses disques et le répertoire parfois choisi (souvenir d'un concert avec beaucoup de pièces de Tchaïkovsky, mais après chacun ses goûts) ne doivent pas masquer les immenses qualités de ce pianiste.
Pour ce qui concerne l'opposition Glenn Gould/Lang Lang, cela me paraît facile et un peu gratuit : opposer "l'intelligentsia" au "grand public"...

Philaunet 

Philaunet
Admin

123
Répondre en citant  
Rafał Blechacz - Sam 30 Mar 2019, 19:58

Curly(https://regardfc.1fr1.net/t9p120-france-musique-tous-themes#32679) a écrit:Le message précédent permet de revenir à tête plus reposée, mais rapidement, sur ces propos vaseux autour de la journée spéciale Lang Lang sur France Musique.
À propos de journée spéciale, j'espère que France Musique va en consacrer une à Olivier Latry "Bach to the future" : l'organiste Olivier Latry offre Bach à Notre-Dame de Paris .
Lang Lang interprète de Liszt ou Chopin (voir ses deux albums consacrés à ces compositeurs) : cela faisait longtemps que l'on n'avait pas entendu une telle virtuosité.
Certes Horowitz ou Cziffra sont au dessus, mais là n'est pas le sujet.
On écoutera avec intérêt ce que font Jorge Bolet et Boris Berezovsky dans ce répertoire.
Jouer avec virtuosité des pièces qui en nécessitent, c'est la moindre des choses.
Le côté commercial de certains de ses disques et le répertoire parfois choisi (souvenir d'un concert avec beaucoup de pièces de Tchaïkovsky, mais après chacun ses goûts) ne doivent pas masquer les immenses qualités de ce pianiste
Alfred Brendel s'est spécialisé dans l'interprétation de Mozart, Beethoven et Schubert. Certains le lui reprochent. Un artiste est libre de ses choix. Glenn Gould s'est concentré sur Bach
Pour ce qui concerne l'opposition Glenn Gould/Lang Lang, cela me paraît facile et un peu gratuit : opposer "l'intelligentsia" au "grand public"...
Glenn Gould et Lang lang sont deux icônes, le premier a été (est) adulé par le public dit cultivé (voir Monsaingeon), le second par ledit "grand public". Le second fait davantage pour le développement de l’appréciation du répertoire pour piano que le premier et il est bon de le mettre en avant. Après on aura le choix d'écouter Rafał Blechacz ou Ivan Ilic .

Philaunet 

Philaunet
Admin

124
Répondre en citant  
Pas joli, joli, le français sur France Musique... - Sam 06 Avr 2019, 11:39


  • "Des musées dédiés à la photographie, à l’éthographie" [il faut sans doute lire "ethnographie"...]
  • "les jeunes hongrois" [Hongrois]
  • "une exposition consacrée à Frida Khalo, accusé de promouvoir le communisme"
  • "Andras Schiff qui boycott "
  • "la communauté roms épinglé par la politique du Fidesz" [la communauté rom épinglée - "épinglée" est-il le bon terme ?]
  • "d’autres artistes ou directeurs de structures (...) risque de perdre"

La chronique d'Antoine Pecqueur Samedi 6 avril 2019 Hongrie : Viktor Orbán et la culture

Philaunet 

Philaunet
Admin

125
Répondre en citant  
Sale coup porté à la musique de création et aux musiques du monde - Sam 18 Mai 2019, 18:17

Comment s'étonner ? Qui défend les émissions de haute culture qui vont disparaître à la rentrée de septembre ainsi que l'annonce Télérama dans France Musique coupe dans ses émissions de fin de soirée malgré une audience en hausse le 14/05/2019 ?

Chacune des émissions qui passe à la trappe a un fil dans ce forum, encore faudrait-il que d'autres auditeurs qu'un certain philaunet les nourrissent de temps en temps.

Les lamentations de rigueur commencent, des producteurs en premier, puis des musiciens, mais encourager ces émissions, en faire la promotion, ça ne leur serait pas venu à l'esprit ? Il n'est pas possible de ne pas connaître ce forum si l'on s'intéresse à ces émissions, tous les posts étant référencés par Google. On se fout "des" gens qui ici donnent de leur énergie pour défendre qui Carbone 14 sur FrCul, qui Musicopolis sur FrMus. Mais quand "l'accident" arrive, c'est "Tous aux barricades  ! Scandale ! Etc".

Et Télérama qui répète les éléments de langage que Voinchet lui a fournis (en gros c'est la faute au gouvernement), alors que c'est une décision du directeur d'aligner encore plus FrMus sur la concurrence, résultat d'une probable jalousie envers FrCult, bientôt jumelle de Radio Nova.

Tapage nocturne”, “A l’improviste”, “Le cri du patchwork”, “Ocora couleurs du monde” et “Le portrait contemporain” ne reviendront pas en septembre. La chaîne fait des économies – à la demande de l’Etat –, en supprimant ses émissions de fin de soirée.

La mue de France Musique n’a pas fini de se faire. Après d’importants changements apportés à la grille ces dernières années, cinq émissions, toutes programmées en soirée (à 22 heures ou 23 heures), se sont vu notifier leur arrêt : Tapage nocturne, de Bruno Letort, A l’improviste, d’Anne Montaron, Le cri du patchwork, de Clément Lebrun, Ocora couleurs du monde, de Françoise Degeorges, et Le portrait contemporain, d’Arnaud Merlin — L’expérimentale, de François Bonnet, bénéficie d’un contrat spécifique liant Radio France au GRM, et devrait être reconduite à un autre horaire.

Le point commun entre ces programmes ? L’exploration musicale, celle de partitions contemporaines, de morceaux du bout du monde, de notes expérimentales ou improvisées. Ces coupes claires interviennent alors que l’audience de la radio est en hausse (1,8 point, contre 1,6 l’année dernière, selon les derniers chiffres de Médiamétrie). Mais l’heure est aux économies, exigées par le gouvernement auprès de Radio France
. (...)


Ben tiens !

Trois commentaires d'abonnés à l'hebdo autrefois culturel, dont le dernier très juste : "La direction de France Musique voudrait que des clones de Frédéric Lodéon assurent la totalité de la programmation."

Dans ce forum, les quatre grandes émissions non reconduites en septembre, sauf une peut-être seulement déplacée. Les autres sont des formats très courts (5', par exemple) :

La contemporaine

« L'Expérimentale » par François Bonnet

Ocora Musiques du monde

« Tapage nocturne » de Bruno Letort

Philaunet 

Philaunet
Admin

126
Répondre en citant  
''Sonate pour viole de gambe et clavecin de Bach'' (Jean-Sébastien) + réflexions sur le médium radio - Mar 28 Mai 2019, 15:00

Un petit passage par une émission qui a une longue histoire sur France Musique et qui a eu de nombreux noms. Actuellement elle s'appelle tout simplement La tribune des critiques de disques .

Le dernier numéro était consacré à la Sonate pour viole de gambe et clavecin de Bach le dimanche 26 mai 2019.

La première partie de l'émission de 2h dure 47'. Un mouvement, l'adagio, est diffusé 6 fois, le nombre de versions soumises au jugement des critiques.

En parlant de critique, je retrouve le même défaut majeur de cette émission pour l'auditeur profane, à savoir le trop grand nombre de versions mises au programme et, plus grave, l'arrogance de certains critiques, leur autosatisfaction et leurs jugements définitifs. C'est ici le cas avec Jean-Charles Hoffelé. Tout en disant que les interprètes sont de grands maîtres, on entend lamentation sur lamentation et on lit en début de page de descriptif "Est-il possible d’être plus lent, plus morne et plus mécanique ? Gustav Leonhadt et Wieland Kuijken sont désespérants de raideur dans ce Bach funèbre et donneur de leçon. A fuir."

"À fuir" ? Tiens, pourtant c'est la version choisie par un grand connaisseur, s'il en est,  de la musique baroque, Gilles Cantagrel, pour illustrer le thème "Si mineur" dans un Conte du jeudi du 22 juin 2006 sur France Musique.

Jamais les critiques ne se demandent si leur goût n’est pas façonné par une mode rythmique et acoustique contemporaine. Les critiques portent en effet systématiquement sur la durée (trop longue), sur le manque d'"allant" et de "discours".

Jérémie Rousseau, quant à lui, autrefois auteur de beaux feuilletons biographiques de musiciens, sort des vannes débiles et se complaît dans des grognements pour abonder dans le sens d'une critique négative.

Le "problème" ne vient-il pas du fait que l'émission se déroule en public ?  Public que l'on veut épater, choquer, séduire en faisant de la surenchère ? Mais une émission de radio n'est pas faite en premier lieu pour le public présent, mais pour chacun des auditeurs de France Musique, éloigné ou non de Paris. Un auditeur n’est pas un collectif devant lequel on se pavane.

France Culture qui diffuse des lectures-spectacles ratés et France Musique qui propose des "critiques-spectacles" ne comprennent pas que la radio est un médium particulier qui ne s'adapte pas ou difficilement à la diffusion de conférences et spectacles donnés devant des audiences. Le souhait de créer une ambiance festive,  le "tous ensemble" obligatoire et la tendance lourde (et démagogique) à l'émission participative (cf. France Musique est à vous ! C'est vous qui faites la programmation musicale de l'émission !) vont à l'encontre du respect de l'auditeur et de son droit à être traité avec égalité et non comme un sous-produit d'une manifestation publique.

Curly En ligne

Curly

127
Répondre en citant  
La musique n'est pas un sport de compétition - Mar 28 Mai 2019, 23:19

Le problème évoqué dans le message précédent n'est pas nouveau.
Concernant la tribune des critiques de disques, voici ce qu'en pensait Pierre Schaeffer, lors d'une joute oratoire où le but était pour lui de faire un maximum de croche-pattes à Pierre Henry 
[son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/13915-18.11.2018-ITEMA_21891368-1.mp3" debut="57:07" fin="59:32"]
De la mauvaise foi toujours (c'est un festival), de l'excès (on écrit encore pour grand orchestre...), mais un moment intéressant, la comparaison avec les sportifs et la recherche de la performance. 

Extrait de Il y a trente ans de musique concrète  (25-09-1979)

Philaunet 

Philaunet
Admin

128
Répondre en citant  
Tendez l'oreille ! - Dim 09 Juin 2019, 23:09

Amusante et instructive séquence de Christophe Dilys le samedi 8 juin dans son émission Tendez l'oreille ! Salles obscures et enchaînements d’accords .

Amusante, parce que le producteur se dédouble et se donne la parole dans un studio où il s'est enregistré au piano. La séquence dure 10 minutes et non les cinq annoncées sur la page. Pas de références sur la page des extraits de pièces diffusées, par exemple, d'un certain  Johannes Franchois de Gemblaco :  [son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/19719-08.06.2019-ITEMA_22083175-0.mp3" debut="08:19" fin="10:31"]

Christophe Dilys se met au piano pour expliquer quelques enchaînements d’accords et ainsi trouver des points communs entre Debussy et John Williams, Ravel et Harry Gregson-Williams, Offenbach et David Arnold, etc. Tendez l'oreille !

Comment faire de la musique pour un film quand les bruitages et les dialogues brouillent le discours ? quand le temps n'est plus conduit par la musique mais par les images qu'elle accompagne ?

Si une partie de l'intérêt de la musique en général se situe dans la façon dont elle se déploie sur la longueur, il faut admettre que le cinéma ne permet pas toujours à l'oreille de l'entendre se développer. Il faut alors trouver des solutions pour donner de l'intérêt à cette musique dans un temps très court, et quelques fois dans un simple enchaînement d'accord
[sic].

Repérage et histoire de quelques enchaînements d'accord [Re-sic] qui "marchent bien"...

Philaunet 

Philaunet
Admin

129
Répondre en citant  
La diversité sur les radios culturelles françaises ? Gravement atteinte - Sam 29 Juin 2019, 11:08

Imaginons le communiqué de France Musique suivant : "Pour la saison prochaine, la station de toutes les musiques développe encore davantage sa mission d'ouvrir des territoires inconnus aux auditeurs : musiques nouvelles et d'avant-garde de France et du monde entier (l'émission Tapage nocturne confirmée) ; musicologie avec de grands pédagogues (Le Matin des Musiciens réinventé) ; musiques savantes et populaires du monde entier (Ocora Musiques du monde, temps doublé avec des producteurs tournants venant d'autres régions du globe) ; zoom quotidien de 30 minutes sur un instrument. France Musique, écoutez la différence".

Mais.... toutes les émissions ci-dessus (et d'autres*) sont supprimées pour 2019-2020 et leurs créneaux seront occupés par des rediffusions d'émissions robinets à CD.

À l'heure où l'on parle de "biodiversité" (en danger) et même de "diversité" (à promouvoir), à quoi assiste-t-on sur les deux radios culturelles ? À une affreuse uniformisation des sujets et des perspectives. Non par souci d'économie, ce mauvais prétexte, mais pour concurrencer, qui les généralistes privées dédiées à l'information, qui les robinets à disques parisiens.

Tenir compte des réflexions d'Olivier Babeau sur l'audience forte inversement proportionnelle à la qualité n'entre pas dans le programme de réflexion des directeurs des chaines françaises dites culturelles :
Philaunet(https://regardfc.1fr1.net/t412p50-du-grain-a-moudre-2e-formule#27108) a écrit:La redevance doit-elle financer les émissions de divertissement ?  (...)

À propos de "pour tous" et de sacro-sainte "non-discrimination" : [son mp3="http://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/10175-28.09.2016-ITEMA_21088730-0.mp3" debut="16:19" fin="17:18"]

Et puis on est épuisé pour Olivier Babeau de voir qu'il doit répéter une vérité que s'acharnent à nier les derniers directeurs de France Culture, à savoir que plus la qualité augmente, plus l'audience baisse (pourquoi s'en indigner ?) et plus les programmes sont médiocres plus l'audience augmente (là aussi pourquoi s'en indigner, à moins de vouloir changer la nature humaine, ce qui est effectivement l'idée de certains) :  [son mp3="http://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/10175-28.09.2016-ITEMA_21088730-0.mp3" debut="30:48" fin="31:35"]

Un commentaire publié courageusement sur la page de l'émission, pour compléter ce qui a été écrit plus haut par Y114 en post 54 et masterkey dans le post 55 ci-dessus :

Eric Dobler : Emission intéressante, avec cet étrange paradoxe qu'elle soit diffusée sur France Culture. La direction a fait le pari des émissions d'actualité, de politique, de militantisme (contenus périssables) en supprimant les rendez-vous culturels patrimoniaux (précisément ce qui a le vent en poupe parmi le public connecté). Elle va donc à rebours des usages culturels dans un calcul cynique de taux d'audience (faire de l'actu pour surfer sur la popularité des sujets sociétaux clivants), au lieu de se consacrer à ses missions culturelles. Paradoxalement, les archives nocturnes sur France Culture sont plus actuelles que le programme du jour, qu'on oublie sitôt l'avoir écouté, tant il est "pourri" par ces producteurs un peu vaniteux qui prétendent nous décrypter l'actualité (avec une à deux semaines de retard avec le reste du monde, et avec l'objectivité propre aux militants de gauche).
* Pour ce tout dernier Classic Club avant le baisser de rideau définitif (...).



Dernière édition par Philaunet le Jeu 31 Oct 2019, 20:33, édité 2 fois

Philaunet 

Philaunet
Admin

130
Répondre en citant  
Dégringolade - Lun 08 Juil 2019, 21:04

C'est l'été sur France Musique : la seule et unique chose que trouve à dire Aurélie Moreau pour présenter le Quintette en Mi bémol Majeur Op.16 de Ludwig Van Beethoven (Avant-concert 08 07 2019), c'est que c'est un quasi plagiat de Mozart. Rien d'autre. C'est beau le commentaire de concert sur France Musique, continuez !

Petit complément , donc :

"Douze années plus tard, en 1796, cette œuvre [le Qiuntette en mi bémol majeur KV 452 de Wolfgang Amadeus Mozart] semble être un modèle — ou un objet à dépasser — pour le quintette opus 16 de Beethoven, qui est créé avec un grand succès le 6 avril 1797 à Vienne. Au-delà des comparaisons que permettent les similitudes entre les deux œuvres, dont la tonalité générale de mi bémol majeur, mais aussi la réunion dans ce qu'on appelle le style viennois, c'est la différence qui rend l'audition successive des deux œuvres passionnante. Dans la dramaturgie, l'épaisseur sonore, l'expression contrastée et appuyée, les effets orchestraux, le lyrisme mélodique exacerbé, mais surtout un piano roi, car Beethoven a composé ce quintette — dédié au prince Joseph zu Schwarzenberg — à l'usage de ses propres concerts".

On est en 1796, pas après la création de la SACEM ! Les emprunts musicaux sont nombreux. Bientôt il faudra mettre Bach en prison de manière posthume pour avoir copié Vivaldi et Pergolèse (entre autres).

Très important : "Aurélie est née à Montluçon" ... Soit dit en passant, elle a l'air de fort s'ennuyer dans cet avant-concert. De la radio pas engageante du tout.

Philaunet 

Philaunet
Admin

131
Répondre en citant  
Marc Voinchet plus présentable que Sandrine Treiner, et de loin - Dim 21 Juil 2019, 19:08

Voir et entendre le directeur de France Musique, ex-matinalier de France Culture (tout est dans tout à Radio France...), parler de radio : Marc Voinchet, directeur de France Musique s’adresse aux auditeurs le 16 juillet 2019.

Les questions qui lui sont posées : "Etes-vous attentif aux messages des auditeurs ?* Le message d’auditeur qui vous a le plus marqué ? Quel auditeur êtes-vous ? Quelle voix de radio a compté pour vous ?"

* Sa réponse ne semble pas hypocrite ; contrairement à Sandrine Treiner chez qui perce un authentique autoritarisme, Marc Voinchet écoute et est entouré de gens intelligents et tentant de faire passer de bons conseils.

Contenu sponsorisé 


132
Répondre en citant  
Re: <b>France Musique, tous thèmes</b> -

<b>France Musique, tous thèmes</b>     Page 13 sur 17

Haut de page ↑   

Aller à la page : Précédent  1 ... 8 ... 12, 13, 14, 15, 16, 17  Suivant

Accueil / France Musique

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum