Forumactif

Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 

Le Deal du moment :
Smartphone Xiaomi POCO M4 5G – 6.43″ -FHD ...
Voir le deal
127.92 €

Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Regards sur France Culture » LES FORUMS » France Musique » « Musicopolis » d'Anne-Charlotte Rémond

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6

Accueil / France Musique

« Musicopolis » d'Anne-Charlotte Rémond    Page 6 sur 6

Bas de page ↓   

Philaunet 


Admin

51
Répondre en citant  
''Johann Kuhnau (1660-1722), un sacré compositeur de cantates !'' - Jeu 04 Aoû 2022, 09:13

Johann Kuhnau, un sacré compositeur de cantates ! du lundi 16 mai 2022.

Les récits d'Anne-Charlotte se veulent résolument po-si-tifs. Les survols biographiques qu'elle propose ont souvent des airs de vies de saints. Une fois qu'on a compris cet angle on peut après l'écoute se renseigner ailleurs. Par exemple... sur France Musique chez Gilles Cantagrel auquel la station ne consacre aucune rediffusion alors qu'il a été un passeur hors pair sur cette chaîne, notamment dans ses Contes du jeudi de 2004 à 2008 (voir entretien récent avec Philippe Venturini pour Classica : Gilles Cantagrel, le vrai du faux, Sur les traces de J.-S. Bach 10/04/2021).

Le 18/11/2004, le musicologue proposait en effet une introduction au compositeur sous le titre "Le Cantor Kuhnau, avocat ou compositeur" (aucune des 160 émissions 2004-2008 de Cantagrel n'est disponible en ligne). Trois pièces au programme en 40 minutes (contre dix en 22' chez Rémond). Point commun de programmation entre les deux émissions, la diffusion de :
Johann Kuhnau (1660-1722)
Gott, sei mir gnädig (1705) I. Choeur "Gott, sei mir gnädig"
Collegium vocale de Gand, direction Philippe Herreweghe
Harmonia Mundi HMC 901703


Version de concert (Erik van Nevel) avec texte en sous-titre : Johann Kuhnau: Gott sei mir gnädig

Version de Konrad Junghänel : Gott, sei mir gnädig nach deiner Güte



*****************

Le difficile rôle de précurseur

Johann Kuhnau est un compositeur très innovant et imaginatif dans ses formes de composition, et c'est notamment lui qui établit véritablement le genre de la cantate… Comment se fait-il qu’il n’ait pas plus été retenu par l’histoire ? La réponse se trouve peut-être chez son successeur Jean-Sébastien Bach qui trouvera le genre de la cantate à son arrivée à Leipzig en 1723. Le malheur pour Kuhnau aura été justement d'avoir eu Bach pour successeur, et de se retrouver dans la délicate position de "précurseur". Une situation aggravée par le fait que ses cantates n'ont pas été publiées de son vivant ( cela ne se faisait pas à l'époque) et que nombre d'entre elles ont été perdues… Il n’empêche qu’en fouillant on peut retracer les grandes lignes de son parcours tout en écoutant quelques-unes de ses très belles pièces qui nous plonge[nt] dans le Leipzig de la fin du 17ème siècle...

Vidéo de concert : Johann Kuhnau: Magnificat in C major (Ton Koopmann, Amsterdam Baroque Orchestra)
Bachfest Leipzig 2003 / From the Church of St. Thomas, Leipzig
Amsterdam Baroque Orchestra & Choir
Deborah York, soprano
Bogna Bartosz, alto
Jörg Dürmüller, tenor
Klaus Mertens, baritone
Ton Koopmann, conductor and organist


Musicopolis diffuse les deux derniers mouvements en conclusion de l'émission :

« Musicopolis » d'Anne-Charlotte Rémond - Page 6 Screen64

Philaunet 

Philaunet
Admin

52
Répondre en citant  
Jean Sébastien Bach, Le clavier bien tempéré - Mer 16 Nov 2022, 16:19

Comment Anne-Charlotte fait-elle ? Des années qu'elle anime Musicopolis et aucun signe de lassitude, au contraire ! Sans doute une bonne entente avec l'équipe de réalisation et de recherche, en plus de son goût évident pour la transmission.

Cela s'entend dans le numéro Jean Sébastien Bach, Le clavier bien tempéré du lundi 14 novembre 2022.

L'occasion ? Le beau partenariat de France Musique pour l'opération "Musée en musique", ici Bach au clavecin le 17 novembre à l'Auditorium du musée de Grenoble.
“L’Ancien Testament de la musique”, c’est ainsi que l’on surnomme souvent cette œuvre que d’illustres musiciens tels Mozart, Chopin ou Schumann ont adopté[e] comme référence suprême. Francesco Corti, musicien multi-récompensé et figure montante du clavecin sur la scène internationale, sera notre meilleur guide pour la célébration de cette œuvre culte.
Et justement l'émission est centrée sur les deux instruments utilisés pour les œuvres diffusées, le clavicorde et le clavecin.

Anne-Charlotte Rémond : une mine de plaisirs (...) sensuels, intellectuels, spirituels ; le clavicorde [son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/14498-14.11.2022-ITEMA_23195602-2022M23884E0123-25.m4a" debut="01:10" fin="03:14"]
Interpréter l'intégralité du "Clavier bien tempéré" ; une "monstrueuse démonstration de pédanterie" (R. Kirkpatrick) [son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/14498-14.11.2022-ITEMA_23195602-2022M23884E0123-25.m4a" debut="22:10" fin="24:33"]
« Clavier bien tempéré, ou préludes et fugues dans tous les tons et demi-tons, tous deux avec la tierce majeure ou ut, ré, mi et avec la tierce mineure ou ré, mi, fa. Pour la pratique et le profit des jeunes musiciens désireux de s'instruire et pour la jouissance de ceux qui sont déjà rompus à cet art. » Jean-Sébastien Bach. Le Clavier bien tempéré - BWV 846-893 correspond à deux cycles de 24 préludes et fugues composés par Jean-Sébastien Bach. Chacun des deux livres se compose d’un prélude et d’une fugue dans chacun des 12 demi-tons de la gamme chromatique. Le manuscrit du premier livre – BWV 846 à BWV 869- est achevé en 1722, et sera revu et retravaillé jusqu’à la mort du compositeur allemand en 1750. Retour sur la vie et l’œuvre de Jean-Sébastien Bach !

Philaunet 

Philaunet
Admin

53
Répondre en citant  
Joachim du Bellay, 500 ans de musique - Jeu 17 Nov 2022, 10:59

Dans cet épisode de Musicopolis, Anne-Charlotte Rémond revient sur la vie et l'œuvre du poète Joachim du Bellay (1522-1560) et plus particulièrement de sa mise en musique... Une petite histoire lyrique et poétique
Joachim du Bellay, 500 ans de musique déposée sur ses vers Mercredi 14 septembre 2022.

L'occasion de cette présentation ? Concert HEUREUX QUI COMME ULYSSE - JOACHIM DU BELLAY Par DOULCE MEMOIRE / KWAL le 22 sept 2022. Très belle vidéo de répétition/promotion (9'00) dont la fin ("Heureux qui comme Ulysse - Kwam, slam") a été reprise au début de l'émission. Comme toujours, Anne-Charlotte Rémond retrace la vie et l'oeuvre de son sujet en le replaçant dans son époque culturelle, ici le groupe de la Pléiade et, entre autres, Clément Jannequin.
Doulce Mémoire aime surprendre, et c’est dans cet esprit de créativité que la rencontre entre la musique Renaissance et le slameur Kwal s’est imposée comme une évidence pour célébrer le 500e anniversaire de la naissance de Joachim Du Bellay.



Denis Raisin Dadre, fondateur et directeur de l’ensemble Doulce Mémoire, est très touché par Joachim Du Bellay, poète originaire de Liré, ancienne commune rurale d’Anjou, dans son attachement à sa terre et à son enfance, son authenticité mais aussi son obsession de la musicalité. Le programme du concert s’articule autour de musiques composées sur des poésies de cette figure de la Pléiade, dont la parole reste universelle et très contemporaine. Dans une grande diversité de styles ancrés dans le XVIe siècle, la tradition de la chanson polyphonique côtoie des formes populaires, où l’on découvre également les prémices des airs de cours. La modernité de ces poèmes se révèle aussi à travers l’intervention de KWAL, qui partage avec Du Bellay une même sincérité et qui slame dans une sorte d’innocence allant droit au cœur. Il interprète ces sonnets, à l’origine récités à la lyre et conçus avant tout pour émouvoir, accompagné d’instruments de la Renaissance.  (...)

Joachim DU BELLAY
1522 - 1560
Heureux qui, comme Ulysse, a fait un beau voyage
Heureux qui, comme Ulysse, a fait un beau voyage,
Ou comme cestuy-là qui conquit la toison,
Et puis est retourné, plein d'usage et raison,
Vivre entre ses parents le reste de son âge !

Quand reverrai-je, hélas, de mon petit village
Fumer la cheminée, et en quelle saison
Reverrai-je le clos de ma pauvre maison,
Qui m'est une province, et beaucoup davantage ?

Plus me plaît le séjour qu'ont bâti mes aïeux,
Que des palais Romains le front audacieux,
Plus que le marbre dur me plaît l'ardoise fine :

Plus mon Loir gaulois, que le Tibre latin,
Plus mon petit Liré, que le mont Palatin,
Et plus que l'air marin la doulceur angevine.

***********

Lassus: La nuict froide et sombre - Ens. Clément Janequin



La nuict froide et sombre,
Couvrant d'obscure ombre
La terre et les cieux,
Aussi doux que miel,
Fait couler du ciel
Le sommeil aux yeux.
 
Puis le jour luisant,
Au labeur duisant,
Sa lueur expose,
Et d'un tein divers,
Ce grand univers
Tapisse et compose.

Contenu sponsorisé 


54
Répondre en citant  
Re: « Musicopolis » d'Anne-Charlotte Rémond -

« Musicopolis » d'Anne-Charlotte Rémond     Page 6 sur 6

Haut de page ↑   

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6

Accueil / France Musique

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum