-->
Forumactif

Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 

-26%
Le deal à ne pas rater :
-26% Barre de son JBL Bar 2.1 Deep Bass
199 € 269 €
Voir le deal

Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Regards sur France Culture » LES FORUMS » France Musique » « Musicopolis » d'Anne-Charlotte Rémond

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5

Accueil / France Musique

« Musicopolis » d'Anne-Charlotte Rémond    Page 5 sur 5

Bas de page ↓   

Philaunet 


Admin

41
Répondre en citant  
Guillaume Dufay (1397-1474) - Ven 23 Avr 2021, 17:29

Anne-Charlotte Rémond poursuit quotidiennement son encyclopédie musicale sans faiblir. Musicopolis restera l'émission phare de la station pour tout auditeur souhaitant écouter le portrait d'un compositeur en 25 minutes, extraits courts à l'appui.

Un numéro du 20 avril qui suscite l'envie d'en écouter ou réécouter davantage :  Guillaume Dufay, star des compositeurs du 15ème siècle.

L'émission est une petite enquête sur les voyages du musicien à travers le contenu des pièces musicales qu'il a laissées, celle-ci, par exemple, révélant un séjour à Laon :

Guillaume Du Fay (v. 1397-1474) Adieu ces bons vins de Lannoys La Maurache Arion ARN 68248 [son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/14498-20.04.2021-ITEMA_22641608-2021M23884E0065.m4a" debut="09:53 fin="11:54"]

Adieu ces bons vins de Lannoys.
Adieu dames, adieu bourgeois,
Adieu celle que tant amoye,
Adieu toute playssante joye,
Adieu tout compagnons gallois.

Je m’en vois tout arquant des nois,
Car je ne truis feve ne pois,
Dont bien souvent au cuer m’ennoye.

De moy serés par plusiers fois,
Regrets par dedans les bois,
Ou il n’y a sentier ne voye;
Puis ne scaray que faire doye
Se je ne crie a haute vois:
Adieu ces bons vins de Lannoys...

"La lune de toute musique, et la lumière des chanteurs". C'est ainsi que Loyset Compère parle de Guillaume Dufay. Des termes bien flatteurs mais qui révèlent une vérité : Dufay est sans doute le compositeur le plus célébré de son temps.
Après une éducation musicale solide dans les choeurs de Cambrai (où il reviendra souvent), Guillaume Dufay fait la famille Malatesta à Rimini. C'est là qu'il écrit ses premières oeuvres. Compositeur versatile (il écrit aussi bien des motets, des chansons que des messes) et voyageur infatigable entre Paris, Cambrai et l'Italie, il laisse un formidable catalogue dont se détachent le motet Nuper Rosarum Flores, tour de force mathématique et la Missa Ave Regina Caelorum, qui font sa célébrité hier comme aujourd'hui.

Philaunet 

Philaunet
Admin

42
Répondre en citant  
Christine de Suède (1626-1689) mécène baroque - Mar 18 Mai 2021, 17:44

Un récit en musique, comme chez Amaury Chardeau de France Culture, mais de façon superficielle, peut-être en raison de la durée de l'émission (25') et d'une ligne éditoriale. Ce numéro consacré à Christine de Suède, mécène baroque [13/04/2021] frôle aussi l'hagiographie.
Il fallait être une sacrée femme pour devenir ROI de Suède, abdiquer, se convertir au catholicisme, vivre en femme libre dans la Rome papale du 17ème siècle, et financer de grands artistes pendant que vos ennemis politiques vous harcèlent. Telle est la vie de Christine de Suède. (...) Meneuse de la vie culturelle de Rome, elle fut une actrice importante du rayonnement italien au XVIIe siècle.
Une brève biographie donne une autre image de la mécène, amoureuse des arts et de la philosophie : Christine de Suède, la reine indomptable le 17 janvier 2020.

Philaunet 

Philaunet
Admin

43
Répondre en citant  
Hildegard von Bingen, une bonne cliente - Sam 18 Déc 2021, 13:07

Il ne semble pas possible d'évoquer Hildegard von Bingen hors de l'exercice hagiographique. Anne-Charlotte Rémond conte en effet la vie de la nonne sans examen critique, citant les écrits que celle-ci a laissés. On pardonne néanmoins volontiers la musicologue, son émission étant le tableau d'une personne ou d'une œuvre brossées à grands traits et non une étude du sujet dans sa complexité.

À travers les extraits de lettres et de témoignages lus, on peut quand même s'interroger sur l'icône qu'est devenue la religieuse du XIIe siècle, notamment sur les visions de la mystique qui lui vaudraient aujourd'hui un traitement médical, et sur sa manière de diriger l'abbaye à la mort de sa supérieure, Jutta von Sponheim .

Le sujet de sa relation avec sa supérieure, de huit ans son aînée, n'est en effet pas non plus approfondi. A-C. Rémond dit que tout porte à croire que cette dernière est morte à 44 ans de ses pratiques d'ascétisme, celles qu'elle a enseignées à Hildegard qui les a pouruisivies. De nos jours certains n'hésiteraient pas à parler d'emprise sectaire. Mais, il ne faut pas égratigner la statue de "l’une des premières femmes à s’imposer dans un monde de l’esprit dominé par les hommes".

Un récit illustré qui s'écoute avec plaisir : Hildegard von Bingen, religieuse, scientifique, artiste jeudi 8 avril 2021.
Artiste aux multiples talents (musique, sciences, médecine...), Hildegard von Bingen ne passa pas sa vie de religieuse sans créativité terrestre. De nombreux chants religieux écrits et composés par elle étonnent encore aujourd'hui par leur maîtrise

La grande musicienne du Moyen-Âge

Hildegard von Bingen est surtout connue pour son Scivias, recueil où se mêlent visions et chants. Dans sa 3e partie notamment, elle compose 14 chants et l'ordo virtutum, drame religieux narratif sur la lutte entre l'âme humaine et le Diable. Croyant fermement que le chant sert à servir Dieu, elle bravera l'interdit papal lorsque le Vatican voudra interdire à son couvent la pratique du chant. Elle continue à composer de massifs manuscrits musicaux témoins de son grand talent.

Philaunet 

Philaunet
Admin

44
Répondre en citant  
Anne-Charlotte Rémond conte ''La Flûte enchantée'' et ''La Belle Hélène'' - Lun 10 Jan 2022, 16:24

Deux beaux numéros de Musicopolis, mais lesquels ne sont pas dignes d'écoute ?  Mozart La Flûte enchantée, l'opéra des amis [23/12/2021]
Dans cet épisode de Musicopolis, Anne-Charlotte Rémond revient sur l'histoire de l'opéra "culte" de Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791), "La Flûte Enchantée".

A la fin des années 1780, à Vienne, le genre féérique est à la mode. Emmanuel Schikaneder (qui dirige le théâtre auf der Wieden au sud de Vienne) a déjà monté Obéron, roi des Elfes, de Wranitzky en 89, et en 90 La Pierre Philosophale ou l'Île enchantée, d'après un recueil de contes de Wieland paru deux ans plus tôt.  (...)
**********

Offenbach, La Belle Hélène [21/12/2021]
Dans cet épisode de Musicopolis, Anne-Charlotte Rémond revient sur l'histoire de l'opéra bouffe de Jacques Offenbach (1818-1880), La Belle Hélène.

Que désire le public du Théâtre des Variétés, lorsqu'il se rend le 17 décembre 1864, à la première de la Belle Hélène, le nouvel opéra-bouffe du tandem qui a eu tant de succès voici 6 ans avec Orphée aux Enfers, à savoir Jacques Offenbach pour la musique, associé à Henri Meilhac et Ludovic Halévy pour le livret ? Écouter de la musique gaie ! En effet, c’est la saison des fêtes et Henri Rochefort dans son billet d'humeur du Figaro est bien de cet avis : "Les seules étrennes que je recevrai cette année, écrit-il, je me les suis offertes à moi-même en assistant à la première représentation de la Belle Hélène !" (...)

Philaunet 

Philaunet
Admin

45
Répondre en citant  
La musicienne et compositrice Elisabeth Jacquet de la Guerre (1665-1729) - Mer 09 Mar 2022, 21:28

Hasard de l'écoute, cinq numéros de Musicopolis, lorsque l'émission traitait encore un sujet en profondeur, soit en cinq émissions de 30 minutes : Elisabeth Jacquet de la Guerre à Paris en 1715 (1.5) le lundi 5 octobre 2015, par Anne-Charlotte Rémond, grande figure de la station.

Dans le 1er numéro, le prélude et le menuet de la Suite en sol mineur :

Elisabeth Jacquet de la Guerre
Menuet de la Suite en sol mineur (1687)
Blandine Verlet, clavecin Hans Ruckers II, 1624 (Musée d'Unterlinden, Colmar, enregt 1998)
Astrée Auvidis E 8644

Ah, la chère Blandine Verlet dans les Matins des Musiciens des années 1990 !

Ici dans la Suite 1 en ré mineur (1687) dans l'enregistrement de Colmar :



Dans le numéro Elisabeth Jacquet de la Guerre à Paris en 1715 (2/5), un hommage qui est à des années-lumière des "immense" et "formidable", seuls adjectifs apparemment connus des rédactrices de la radio publique : [son mp3="https://cdn.radiofrance.fr/s3/cruiser-production/static/musique/sons/2015/41/NET_013d37fc-eacf-46c9-a8a9-427d04e6309a_FM.mp3" debut="21:53" fin="23:35"]

« Musicopolis » d'Anne-Charlotte Rémond - Page 5 Scre2028

Le dernier numéro se conclut sur une belle évocation des destins croisés d'Elisabeth Jacquet de la Guerre (1665-1729) et d'Antonia Bembo (vers 1640 – vers 1710) comme femmes et musiciennes en leur époque.

Antonia Bembo 'Passan veloci l'hore'



Philaunet 

Philaunet
Admin

46
Répondre en citant  
''Luigi Boccherini (1743-1805) à Madrid en 1787'' - Dim 13 Mar 2022, 10:29

Culture sur France Musique quand Musicopolis explorait un sujet durant une semaine (5 x 25') : histoire, mœurs, musique, peinture dans Luigi Boccherini à Madrid en 1787 (3/5) le mercredi 14 février 2018.
Le 3 janvier 1787, on assiste à Madrid à la première de 'Clementina', une zarzuela sur un livret de Ramon de la Cruz, et une musique de Luigi Boccherini. L’évènement se déroule dans le palais de la comtesse-duchesse de Benavente, commanditaire de l’œuvre, l’une des dames les plus en vue de Madrid.
Le mariage de Don Luis, l'infant ; Palais d’Arenas de San Pedro ; Boccherini à la campagne, libre et isolé ; tableau de Goya : [son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/14498-14.02.2018-ITEMA_21587343-0.m4a" debut="07:40" fin="11:18"]

« Musicopolis » d'Anne-Charlotte Rémond - Page 5 Scre2036
La Famille de l'infant Don Louis de Bourbon.

Anne-Charlotte Rémond situe Boccherini  sur ce tableau, saurez-vous le retrouver ? Le tableau a disparu de la page de présentation de l'émission.


« Musicopolis » d'Anne-Charlotte Rémond - Page 5 Scre2037
Palais d'Arenas de San Pedro / de la Mosquera

Philaunet 

Philaunet
Admin

47
Répondre en citant  
''Carl Philipp Emanuel Bach à Hambourg en 1786'' (& ''CPE Bach (1714-1788)'') - Mar 15 Mar 2022, 11:17

Belle série d'Anne-Charlotte Rémond quand Musicopolis s'arrêtait durant 5X 25' sur le même sujet, ici "Carl Philipp Emanuel Bach à Hambourg en 1786".
En 1786, Carl Philipp Emanuel Bach est l'un des plus célèbres musiciens allemands. Sa réputation égale celle de Gluck et de Haydn, il est le fleuron musical de la bonne cité de Hambourg où il occupe le poste de Directeur de la musique depuis 19 ans. Anne-Charlotte Rémond vous invite à le suivre…
Son 2e numéro du mardi 5 juin 2018  commence avec la description d'une gravure : [son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/14498-05.06.2018-ITEMA_21701737-0.m4a" debut="00:25" fin="03:04"]  

« Musicopolis » d'Anne-Charlotte Rémond - Page 5 Scre2041
Source : Les Boréades 03 nov 2020

Le 5e numéro est l'occasion pour Anne-Charlotte Rémond de lire le vivant témoignage du musicologue Charles Burney (voir à ce nom ici) : [son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/14498-08.06.2018-ITEMA_21705401-0.m4a" debut="08:08" fin="11:00"]  & [son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/14498-08.06.2018-ITEMA_21705401-0.m4a" debut="11:00" fin="15:57"]  

Pièces musicales entendues :
Carl Philipp Emanuel Bach (1714-1788)
Symphonie en sol majeur Wq 182/1 H 657 (1773) III. Presto
Orchestre de chambre de Stuttgart, direction Wolfram Christ
Hänssler Classic CD 98.637

Carl Philipp Emanuel Bach (1714-1788)
Sonate en fa majeur Wq 48/1 H 24 (1742) II. Andante
Pieter Jan Belder, clavicorde Geert Karman d'après Friederici
Brilliant Classics 94320

Carl Philipp Emanuel Bach (1714-1788)
Sonate en fa mineur Wq 63/6 H 75 (1753) I. Allegro di molto
Jocelyne Cuiller, clavicorde Jean Tournay d'après Friederici
Ligia Digital LIDI 0101263-13

Ana-Marija Markovina Keyboard Sonata in F Major, Wq. 48/1, H. 24, "Prussian Sonata No. 1": I. Poco allegro



Voir aussi ''CPE Bach (1714-1788)''.

Philaunet 

Philaunet
Admin

48
Répondre en citant  
Michel Lambert (v.1610-1696) - Dim 17 Avr 2022, 09:30

Numéro de saison de Musicopolis Michel Lambert, Leçons de ténèbres du mardi 12 avril 2022 . Anne-Charlotte Rémond et son équipe réalisent encore une fois leur présentation succincte dans les règles de l'art.
Dans l'année liturgique catholique, il y a deux moments très forts, celui de Noël, bien sûr, tout à fait joyeux, et celui de Pâques, qui se partage en deux : la Passion, mort de Jésus, et sa résurrection, moment qui doit sceller la foi des croyants. Pendant les trois derniers jours de la Semaine Sainte, jeudi, vendredi, samedi, ont lieu à matines et à laudes, les Offices des Ténèbres... Retour en musique sur la version de "l'incomparable" Michel Lambert.

Première pièce au programme :

« Musicopolis » d'Anne-Charlotte Rémond - Page 5 Scre2080


Interprétation de concert à France Musique le 10/03/2019 Lambert : Vos Mépris chaque jour (Ensemble Artaserse / Auvity)




Et une vidéo informative de grande qualité culturelle (huit minutes) Marc Mauillon, Lambert, Leçons de Ténèbres (Album Presentation)

Philaunet 

Philaunet
Admin

49
Répondre en citant  
Anne-Charlotte Rémond s'emballe... - Mar 03 Mai 2022, 10:54

C'est une chose difficile à imaginer aujourd'hui, mais dans les années 1780 en Europe, Haydn devient culte, culte au sens où on l'emploie de nos jours pour parler d'une œuvre très très célèbre, par exemple d'un film que tout le monde connaît, et dont tout le monde pourra sinon citer de larges extraits, du moins reconnaître quelques phrases… cultes ! Dans les années 1780, Haydn atteint tout à fait ce genre de célébrité, et si tout le monde ne connaît pas sa musique, sa réputation est elle immense…
Dans les années 1780 qui avait la radio, la télé et les chaînes Youtube ?  Qui de la population générale lisait ? 90% de la population travaillait aux champs et les informations reçues, soit par les colporteurs, soit par le prêtre en chaire, ne concernaient pas les concerts de Joseph Haydn. Alors un compositeur autrichien  "culte" au sens "que tout le monde connaît, et dont tout le monde pourra sinon citer de larges extraits" ! "Tout le monde" :  il faudrait voir à ne pas faire d'anachronismes.

Un numéro instructif et très agréable à suivre, comme tous ceux que produisent Anne-Charlotte Rémond et son équipe : Les Symphonies Parisiennes de Haydn, le plus célèbre compositeur d'Europe Épisode du mercredi 12 janvier 2022.
Dans cet épisode de Musicopolis, Anne-Charlotte Rémond revient sur l'histoire des symphonies Parisiennes de Joseph Haydn (1732-1809), un des compositeurs les plus en vogue de son époque.
« Musicopolis » d'Anne-Charlotte Rémond - Page 5 Scre2108


Philaunet 

Philaunet
Admin

50
Répondre en citant  
''La création du ''Stabat Mater'' du compositeur František Tůma (1704-1774)'' - Mer 03 Aoû 2022, 10:41

Une narration enlevée et un montage serré dans ce numéro de Musicopolis qui fait le succès de la série encyclopédique : František Tůma, un Bohêmien à Vienne le mardi 24 mai 2022. Avec ce musicien, Anne-Charlotte Rémond s'éloigne des noms connus et à partir d'un seul paragraphe et à l'aide du savoir de l'époque extrapole l'enfance et la vie du compositeur tchèque.
Dans cet épisode de Musicopolis, Anne-Charlotte Rémond revient sur la création du "Stabat Mater" du compositeur František Tůma (1704-1774).

Un compositeur confidentiel
On connaît bien la musique tchèque du 19ème siècle, le réveil de la musique nationale, les figures de Smetana, Dvořak et Janaček. En revanche, pour le 18ème siècle, on est un peu dans le flou ! Pour avoir quelques informations de première main, nous devons nous tourner vers Charles Burney, le fameux musicologue britannique, qui a voyagé dans toute l'Europe dans les années 1770 pour décrire l'état de la musique dans chacun de ses pays. Parmi les compositeurs de Bohême du 18ème siècle, Musicopolis est parti à la découverte de František Tůma, et plus particulièrement de son "Stabat Mater".

Parmi les versions en ligne, dont les interprètes ne sont pas toujours référencés : František Tůma – Stabat Mater.


Philaunet 

Philaunet
Admin

51
Répondre en citant  
''Johann Kuhnau (1660-1722), un sacré compositeur de cantates !'' - Jeu 04 Aoû 2022, 09:13

Johann Kuhnau, un sacré compositeur de cantates ! du lundi 16 mai 2022.

Les récits d'Anne-Charlotte se veulent résolument po-si-tifs. Les survols biographiques qu'elle propose ont souvent des airs de vies de saints. Une fois qu'on a compris cet angle on peut après l'écoute se renseigner ailleurs. Par exemple... sur France Musique chez Gilles Cantagrel auquel la station ne consacre aucune rediffusion alors qu'il a été un passeur hors pair sur cette chaîne, notamment dans ses Contes du jeudi de 2004 à 2008 (voir entretien récent avec Philippe Venturini pour Classica : Gilles Cantagrel, le vrai du faux, Sur les traces de J.-S. Bach 10/04/2021).

Le 18/11/2004, le musicologue proposait en effet une introduction au compositeur sous le titre "Le Cantor Kuhnau, avocat ou compositeur" (aucune des 160 émissions 2004-2008 de Cantagrel n'est disponible en ligne). Trois pièces au programme en 40 minutes (contre dix en 22' chez Rémond). Point commun de programmation entre les deux émissions, la diffusion de :
Johann Kuhnau (1660-1722)
Gott, sei mir gnädig (1705) I. Choeur "Gott, sei mir gnädig"
Collegium vocale de Gand, direction Philippe Herreweghe
Harmonia Mundi HMC 901703


Version de concert (Erik van Nevel) avec texte en sous-titre : Johann Kuhnau: Gott sei mir gnädig

Version de Konrad Junghänel : Gott, sei mir gnädig nach deiner Güte



*****************

Le difficile rôle de précurseur

Johann Kuhnau est un compositeur très innovant et imaginatif dans ses formes de composition, et c'est notamment lui qui établit véritablement le genre de la cantate… Comment se fait-il qu’il n’ait pas plus été retenu par l’histoire ? La réponse se trouve peut-être chez son successeur Jean-Sébastien Bach qui trouvera le genre de la cantate à son arrivée à Leipzig en 1723. Le malheur pour Kuhnau aura été justement d'avoir eu Bach pour successeur, et de se retrouver dans la délicate position de "précurseur". Une situation aggravée par le fait que ses cantates n'ont pas été publiées de son vivant ( cela ne se faisait pas à l'époque) et que nombre d'entre elles ont été perdues… Il n’empêche qu’en fouillant on peut retracer les grandes lignes de son parcours tout en écoutant quelques-unes de ses très belles pièces qui nous plonge[nt] dans le Leipzig de la fin du 17ème siècle...

Vidéo de concert : Johann Kuhnau: Magnificat in C major (Ton Koopmann, Amsterdam Baroque Orchestra)
Bachfest Leipzig 2003 / From the Church of St. Thomas, Leipzig
Amsterdam Baroque Orchestra & Choir
Deborah York, soprano
Bogna Bartosz, alto
Jörg Dürmüller, tenor
Klaus Mertens, baritone
Ton Koopmann, conductor and organist


Musicopolis diffuse les deux derniers mouvements en conclusion de l'émission :

« Musicopolis » d'Anne-Charlotte Rémond - Page 5 Screen64

Contenu sponsorisé 


52
Répondre en citant  
Re: « Musicopolis » d'Anne-Charlotte Rémond -

« Musicopolis » d'Anne-Charlotte Rémond     Page 5 sur 5

Haut de page ↑   

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5

Accueil / France Musique

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum