-->
Forumactif

Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 

Le Deal du moment : -20%
PNY – Disque SSD Interne – CS900 – ...
Voir le deal
29.99 €

Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Regards sur France Culture » LES FORUMS » France Musique » Les coups de coeur

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4

Accueil / France Musique

Les coups de coeur    Page 4 sur 4

Bas de page ↓   

Curly 


31
Répondre en citant  
Sofia Gubaïdulina - Dim 19 Déc 2021, 11:29

Sofia Gubaïdulina (ou Goubaïdulina), compositrice russe, célèbre cette année ses 90 ans. France Musique lui a offert pour l’occasion une mini-chronique et une mini-promo pour un disque de chez DG. C’est tout.
Pourtant, il est désolant qu’il n’y ait pas eu plus d’émissions sur elle consacrées.

                                                                                                

Deux perles toutefois :
1- Deux archives (07-02-2021) avec deux pièces de choix, sorties des archives de Radio France.

Detto II (1972)
Daniel Raclot, violoncelle
Ensemble instrumental du Nouvel Orchestre Philharmonique de Radio France
Xavier Darasse, direction
Enr. 29 mars 1980

&

Offertorium (1980)
Gidon Kremer, violon
Orchestre National de France
Michiyoshi Inoue, direction
Enr. 23 novembre 1987 (Radio France, studio 104)

2- Un numéro de Musicopolis par Anne-Charlotte Rémond (20-11-2018) sur la Chaconne (1962) pour piano.

Attention, sur la page de l’émission, un bonus de taille : « Les imaginaires » de Jean-Michel Damian (28-01-1995). Un grand entretien avec la compositrice suivi d’un concert.
Re-attention, deux fichiers à lire de 1h15 chacun, ce qui donne l’émission dans son intégralité.

A noter aussi, sur la BBC Radio 3, une  série de Composer of the Week proposée fin octobre, pour cadrer pile avec la date anniversaire.

Alors au lieu de dépoussiérer des compositrices de troisième ordre sous prétexte que ce sont des femmes, pourquoi ne pas plus mettre en valeur des compositrices d’importance, et surtout toujours vivantes ?
Ceci dit, et pour en terminer avec ce chapitre, il est plus facile de mettre en avant du sous-Honegger (déjà que l’original...) ou du sous-Debussy (dans le meilleur des cas), car cela ne heurte pas les oreilles du « grand public de la musique classique », qui a une tendance au conservatisme, et qui ne tolère pas trop toute la musique post-Debussy/Ravel.

Sofia Gubaïdulina, qui a été assistante de Chostakovitch dans les années 50, a écrit pour le tiroir durant les années 60 et 70, car en URSS, pas facile de s’exprimer librement, c'est le moins que l'on puisse dire. La compositrice a toujours refusé les compromis avec l’esthétique imposée, et quand on écoute ses pièces des années 60, nous sommes à mille lieues des musiques officielles. Elle accède à un certain statut au début des années 80 lorsque Gidon Kremer joue son concerto pour violon Offertorium.
Vivant en Allemagne depuis 1992, elle a écrit des pièces importantes d’inspiration religieuse (Une Passion selon Saint-Jean notamment).
Elle intègre dans son écriture tout aussi bien l’électronique que le synthétiseur (Vivente-Non Vivente, 1970), et met en valeur de manière fort originale un instrument comme l’accordéon.

                                                                                                    

Fin octobre, elle méritait mieux qu’une chronique de 2mn (deux mn partagées avec Marina Tsvetaïeva, triste) et une page de pub pour un disque.

                                                                                                    

Curly 

Curly

32
Répondre en citant  
Les imaginaires de Sofia Gubaïdulina (Jean-Michel Damian, 28-01-1995) - Mar 21 Déc 2021, 11:40

Suite du message précédent.

Les imaginaires de Sofia Gubaïdulina (28-01-1995), par Jean-Michel Damian, réalisation Michel Gache – cf le Bonus web présent sur la page de Musicopolis du 20-11-2018
Les interprètes du concert :
l’Ensemble Erwartung dirigé par Bernard Desgraupes
Elena Vassilieva, soprano
Lionel Peintre, baryton

L’émission, en direct et en public, durait 2h30, tous les samedis de 15h30 à 18h.
La compositrice était alors l’invitée du festival Présences, organisé par Radio France.
Elle venait présenter plusieurs de ses œuvres, souvent en création française, ainsi que quelques nouveautés, commandes du festival. Le programme est déroulé dans la dernière partie de l'émission.
Jean-Michel Damian s’avoue ému d’avoir une telle invité, mais aussi gêné par la barrière de la langue. Il faudra passer par l’intermédiaire d’une interprète, ce qui alourdit la conversation.
Pendant l’entretien, outre le producteur, la compositrice et son interprète, nous pouvons entendre parfois Jean-Pierre Armengaud, qui dirigeait alors le festival.
Première heure : Jean-Michel Damian tente de retracer le parcours de Sofia Gubaïdulina, sans grand succès. La compositrice se confie avec plus de précision sur ses compositions, voire ses interprètes, que sur sa vie en URSS durant les années 50/60. Donc, quelques propos un peu flous et convenus, notamment sur Chostakovitch. Finalement, Jean-Michel Damian pallie à ce manque en donnant aux auditeurs plus d'informations.
Quelques extraits d’œuvres ponctuent l’entretien.

A la 57ème mn précise l’émission décolle vers les cimes, avec un concert contenant une seule pièce d’environ 50mn (à cheval sur les deux fichiers, mais la coupure ne dénature pas la pièce) :
Perception (1981-83/1986), pour soprano, baryton, sept instruments à cordes et bande magnétique, sur des poèmes de Francisco Tanzer, ainsi que sur des psaumes.
Comme Bach ou Bartok, Sofia Goubaïdulina, dans Perception, utilise les mathématiques dans sa technique de composition. Dans le dernier mouvement, elle se sert de la série de Fibonacci dans la structure rythmique.
Comme le dira après le concert Jean-Michel Damian, cette musique est spirituellement élevée, sorte de messe après laquelle il est difficile d’enchaîner. Et pourtant, il restera 40mn d’entretien, dont une bonne partie tout à fait passionnante.
Après une pièce plus légère – un arrangement d’une valse de Strauss – Sofia Gubaïdulina parle de la symbolique musicale dans son œuvre, exemple à l’appui – Seven Words pour violoncelle, accordéon et cordes (1982) dont l’extrait correspondant est diffusé dans la foulée, en lieu et place d’une relance du producteur.

Après être revenue sur l’une de ses pièces les plus connues, l’Offertorium, Sofia Gubaïdulina tient à nous faire écouter pour terminer le début d’une de ses dernières pièces, Jetzt immer SchneeMaintenant toujours la neige, sur des poèmes de Gennadi Aigi.

                                                                                        

Philaunet En ligne

Philaunet
Admin

33
Répondre en citant  
Bonus Sofia Gubaïdulina - Dim 26 Déc 2021, 13:09

Curly(https://regardfc.1fr1.net/t844p30-les-coups-de-coeur#37503) a écrit:Sofia Gubaïdulina (ou Goubaïdulina), compositrice russe, célèbre cette année ses 90 ans. France Musique lui a offert pour l’occasion une mini-chronique et une mini-promo pour un disque de chez DG. C’est tout.
Pourtant, il est désolant qu’il n’y ait pas eu plus d’émissions sur elle consacrées. (...)
&
Curly(https://regardfc.1fr1.net/t844p30-les-coups-de-coeur#37510) a écrit:Suite du message précédent.

Les imaginaires de Sofia Gubaïdulina (28-01-1995), par Jean-Michel Damian, réalisation Michel Gache – cf le Bonus web présent sur la page de Musicopolis du 20-11-2018 (...)
Dans l'émission Geniale Freundinnen (3) Hildegard von Bingen und Jutta von Sponheim SWR 2 Musikstunde  03-03-2021, Fanny Opitz conclut son programme avec ces mots rapides : "Hildegard von Bingen est aujourd'hui un modèle pour de nombreuses personnes, notamment pour les compositrices. Par exemple pour Sofia Gubaidulina." avant de diffuser ''Sofia Gubaidulina: "Aus den Visionen der Hildegard von Bingen'' Stephanie Haas (Stimme)".

Interprétation incarnée, en public :


Autre :

Gott, der alles durch seinen Willen ins Dasein rief,
hat es erschaffen damit sein Name erkannt und verehrt werde.
Nicht nur das Sichtbare und Vergängliche tut er damit kund.
Sondern offenbart darin auch das Unsichtbare und Ewige.
Darauf weist das Gesicht hin, das du schaust.

Dieu, qui a donné l'existence à toute chose par sa volonté,
l'a créé pour que son nom soit connu et vénéré.
Il ne fait pas seulement connaître ce qui est visible et éphémère.
Mais il y révèle aussi l'invisible et l'éternel.
C'est ce qu'indique le visage que tu regardes
.

Philaunet En ligne

Philaunet
Admin

34
Répondre en citant  
''Sofia Goubaidoulina Serenade - pour guitare acoustique'' - Sam 30 Avr 2022, 12:35

Curly(https://regardfc.1fr1.net/t844p30-les-coups-de-coeur#37503) a écrit:Sofia Gubaïdulina (ou Goubaïdulina), compositrice russe, célèbre cette année ses 90 ans. France Musique lui a offert pour l’occasion une mini-chronique et une mini-promo pour un disque de chez DG. C’est tout.
Pourtant, il est désolant qu’il n’y ait pas eu plus d’émissions sur elle consacrées.

                                                                                                

Deux perles toutefois :
1- Deux archives (07-02-2021) avec deux pièces de choix, sorties des archives de Radio France.
(...)
2- Un numéro de Musicopolis par Anne-Charlotte Rémond (20-11-2018) sur la Chaconne (1962) pour piano. (...)
Dans le numéro de Guitare, guitares du samedi 12 mars 2022 par Sébastien Llinares, ici à son meilleur, "Musique de séduction, musique du soir, musique d’extérieur ... La sérénade de Joaquim Malats", est diffusée une pièce de la compositrice :

Les coups de coeur - Page 4 Scre2099

Film qui se veut un tableau à la Vermeer, une réussite : Sofia Gubaidulina "Serenade"(1969), Nataly Makovskaya-guitar



Contenu sponsorisé 


35
Répondre en citant  
Re: Les coups de coeur -

Les coups de coeur     Page 4 sur 4

Haut de page ↑   

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4

Accueil / France Musique

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum