-->
Forumactif

Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 

Le Deal du moment : -44%
PHILIPS HD6563/64 – Machine à café ...
Voir le deal
49.99 €

Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Regards sur France Culture » LES FORUMS » Autres radios culturelles » Radio Prague International

Radio Prague International    Page 1 sur 1

Bas de page ↓   

Philaunet 

Philaunet
Admin

1
Répondre en citant  
Radio Prague International - Dim 22 Nov 2020, 17:10

Pourquoi Radio Prague International est plus intéressante que RFI ? On le verra dans ce fil.

La station tchèque a offert un bel entretien avec Denisa Kerschová qui présente Allegretto sur France Musique : La radio, un vent de liberté (22/08/2020). Extraits :

(...) "La radio, une chose de l’ordre de l’intime"

Denisa Kerschová, bonjour, j’imagine que vous n’êtes pas totalement dépaysée d’être ici, à la Radio tchèque, puisque vous êtes une collègue de radio. Vous travaillez en effet depuis une dizaine d’années à France musique. Vous animez une émission intitulée Allegretto et vous avez officié avant cela sur Radio classique. Que représente ce média, la radio, dans votre vie ? Et quel est votre rapport au son ?
« La radio c’était important quand on était adolescents. Mon premier contact avec la radio c’était La voix de l’Amérique qu’on écoutait avec mon frère sous la couette. On avait entre 14 et 16 ans. »
C’était interdit…
« Oui bien sûr, c’était interdit. La radio, dès l’adolescence, était quelque chose d’intime, un symbole de liberté. C’était une voix qui me parlait au-delà des frontières. »
(...)

« La radio m’a rattrapée »

Pour revenir à votre travail d’animation en radio, comment êtes-vous tombée dans la marmite ?
« Il y avait des prémices puisque j’avais été employée d’Europe 2 à Prague. Donc mon amour de la radio et du son viennent de là. On peut sentir à quel point la radio se faufile partout. L’image c’est plus difficile, et puis l’image on peut la trafiquer, et il faut parler en face d’une caméra. Alors que la radio se faufile partout. Et à l’époque, quand Europe 2 a débarqué à Prague, c’était fantastique. Europe 2 était dans les taxis, dans les bars, les restaurants, elle était partout. Même si je ne touchais pas au micro, j’organisais des rencontres pour la radio, avec Michel Fleischmann qui était alors directeur (aujourd’hui, Michel Fleischmann est ambassadeur de la République tchèque en France, ndlr). Puis j’ai rencontré mon mari qui faisait des émissions de radio. Mais j’avais mis de côté la radio, voulant traduire des livres, des pièces de théâtre… »
Mais la radio vous a rattrapée finalement ?
« La radio m’a rattrapée. Un jour, on m’a demandé d’être interprète pour une radio parisienne. J’ai accompagné un pasteur tchèque venu raconter son parcours. Et au moment de l’interview, je me suis dit ‘C’est ça que je veux faire. Je ne veux plus traduire, je veux faire de la radio’. J’ai envoyé mon CV à FIP à l’époque mais la directrice m’a dit que le CV était terrible. C’étaient des essais de voix. Puis plus tard, j’ai commencé à travailler à Radio classique à Paris. »
(...)

"La voix ne ment pas"

Puisqu’on parlait de voix tout à l’heure, votre signature est aussi, et évidemment, votre voix. Vous avez une voix posée et enjouée. Et pour ma part, je trouve que votre pointe d’accent fait le charme de votre émission…
« Je pense que vous devez aimer la même chose. La voix ne ment pas, on ne peut pas la maquiller. Après on a tous ce que l’on appelle une voix de micro. Toutes les deux, quand on va sortir, on va avoir une voix légèrement différente. Après oui, j’ai une voix douce et posée, mais je suis assez émotive et je suis bourrée de doutes. Mais la radio m’a appris à me poser, à profiter du moment, à écouter la musique. Je me dis toujours que ma voix est importante, mais le plus important est la musique. J’essaie de me cacher derrière la musique. »
Vous être l’accompagnatrice discrète…
« Dans la vie, on se pose toujours des questions sur notre place, est-ce qu’on est légitime ? Je pense que personne n’est à l’abri d’un sentiment d’imposture. Mais pendant ces deux heures à l’antenne, je me sens vraiment à ma place. Je me sens heureuse. Je parle aux gens, et on écoute la musique ensemble. Et la musique que j’ai programmée, que j’ai choisie ! Incroyable ! »

Philaunet 

Philaunet
Admin

2
Répondre en citant  
Au musée ethnographique de Jesenicko, une épée de l’Age du bronze - Mer 25 Nov 2020, 14:21

Radio Prague International écrit régulièrement en français (RFI écrit-elle en tchèque ?) et annonce : "une épée de l’Age de bronze découverte par un cueilleur de champignons en Moravie" [09-11-2020]

On ne trouve aucune faute dans le texte de présentation de RPI (sauf "âge de bronze" pour "âge du bronze"), ce qui change de France Culture...

Quant au podcast de 3'35, il est annoncé par un Français, puis le texte fourni est lu par une jeune voix française, tandis que la traduction des propos en tchèque est assurée par un jeune homme également de langue maternelle française.  

Radio Prague International Scre1573

Philaunet 

Philaunet
Admin

3
Répondre en citant  
Franci Rabinek Epstein : ''La guerre de Franci'' - Lun 28 Déc 2020, 14:59

Exceptionnel entretien dans un podcast de 15'20, en transcription partielle sur la page, prolongé d'un extrait d'interview télévisée : Helen Epstein: One real skill and one fake one helped my mother survive the Holocaust [29-06-2020].

Un extrait du livre est lu (et très bien) sur le site de l'éditeur Penguin Franci's War - A Woman's Story of Survival : "The engrossing memoir of a spirited and glamorous young fashion designer who survived World War ll, with an afterword by her daughter, Helen Epstein.".

La version française est prévue pour février 2021.

Où l'on découvre que l'entretien en français (en deux parties et deux podcasts de respectivement 14' et 13') publié par Radio Prague International est différent de celui donné en anglais et qu'il est encore plus instructif. Un développement mis sur le français probablement dû au fait que Franci est allée au lycée français et que sa fille Helen a épousé un Français. La guerre de Franci : 75 ans après sa libération, le récit d’une jeune Pragoise déportée (I) [09-06-2020]et II [16-06-2020].

Radio Prague International Scre1622
"La guerre de Franci" est le récit captivant et éclairant d'une jeune femme pragoise qui a traversé plusieurs camps de concentration mais qui a réussi à survivre à l'Holocauste. La famille de Franci Rabinek Epstein avait vécu dans la rue Spálená, où elle tenait une entreprise florissante de confection de vêtements jusqu'à ce que - après avoir été désignés comme Juifs par les lois raciales nazies - ils soient envoyés en été 1942 dans le camp de concentration et le ghetto de Terezín, au nord de Prague. J'ai discuté de l'histoire de Franci avec sa fille Helen Epstein, une écrivaine américaine qui a réussi à faire publier la Guerre de Franci dans plusieurs pays.
Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

Franci’s War is the gripping and illuminating memoir of a young Prague woman who passed through several concentration camps but somehow managed to survive the Holocaust. Franci Rabinek Epstein’s family had lived on Spálená St., where they ran a thriving dress making business until – after being designated Jews by Nazi racial laws – they were sent in summer 1942 to the Terezín concentration camp and ghetto north of Prague. I discussed Franci’s story with her daughter Helen Epstein, a US writer who has succeeded in having Franci’s War published in several countries.

Radio Prague International Scre1621

Contenu sponsorisé 


4
Répondre en citant  
Re: Radio Prague International -

Radio Prague International     Page 1 sur 1

Haut de page ↑   

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum