-->
Forumactif

Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 

Le deal à ne pas rater :
TCL TDS-6110 – Barre de son Home Cinéma 2.1 avec caisson de basses ...
69.99 €
Voir le deal

Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Regards sur France Culture » LES FORUMS » France Culture » Les Matins de France Culture

Aller à la page : Précédent  1 ... 53 ... 102, 103, 104, 105, 106  Suivant

Accueil / France Culture

Les Matins de France Culture    Page 103 sur 106

Bas de page ↓   

Curly En ligne


1021
Répondre en citant  
La liberté, c'est bien 2/2 - Dim 13 Juin 2021, 09:44

[suite de La liberté, c'est bien 1/2]

seule seconde à le couper pour passer à autre chose parce que l’invité génial a l’idée de génie de basculer en Afghanistan, qu’il maîtrise un chouilla mieux. Yessssssss de yesssssss doit penser Guillaume-le-roi-de-l’Afrique, c’est bon quand même.
- Autre sujet d’actu, la nasse pendant les manif’, condamnée par le Conseil d’État. Alors l’invité, il est pour ou contre ? Pour ceux qui sont contre ? Contre ceux qui sont pour ? Devinez !
- Après 10mn d’actu politique, Guillaume-le-cultureux se souvient qu’il devait se coltiner un machin sur Apollinaire. Il serait temps, l’entretien tire plus vers sa fin que vers son début. Il nous avait promis une archive exceptionnelle, la voice of Apollinaire, la vraie, alors la voici ! Tadadam !
Les Matins de France Cucure sont allés chercher loin, très loin, comme un bohémien, par la Nature… Ils sont allés chercher cette archive loin (très) sur YouTube. « Le pont Mirabeau » de et par l’auteur, vous le trouvez partout on the net, mais maintenant vous l’avez aussi dans les Matins de la Tuture.
Retour en studio, Guillaume-il-est-bientôt-neuf-heures a sorti la question pointue de son chapeau de même qualité : « Votre réaction, François Sureau ? »
Eh bien deux choses : la lecture est atroce & c’est quand même Apollinaire, alors on projette toute sa bio dans cette lecture, et c’est émouvant quoi merde.
- Au bout de 2mn de rappel de bio, on arrive à un autre point crucial, parce que la bio c’est bien joli, mais là ça commence à bien faire, revenons à l’aujourd’hui : le féminisme. Apo était féministe avant l’heure. C’est dingue le nombre de féministes avant l’heure qu’il y a eu dans l’Histoire !
Il y a « un côté féministe hard » chez Apo. C’est visible à l’œil nu dans son œuvre.
- Bon passons à la partie « love story », sa relation avec Lou. Un petit commentaire littéraire, « ça a donné lieu à l’un des plus beaux poèmes écrits par un soldat ». Nouvelle citation. Ah... « C’est indépassable ». Récitée à deux cents à l'heure juste pour briller devant le micro, c'est sûr que cette poésie est indépassable, nous sommes tous prêts à l'admettre.
C’est le syndrome de Luchini, qui consiste à jouer au kéké en nous jetant des citations dans la gueule pour ajouter juste après que c’est beau mais que c'est beau ! Si vous compreniez vous les manants qui m'écoutez, vous comprendriez comme c'est beau !
- Alors autre passage tarte à la crème : la modernité, avec la poésie sans ponctuation. Comme pour l’archive de tout à l’heure, la nette impression d’être dans une pastille d’Apollinaire pour les nuls, où l’on nous débite des infos ultra rabâchées partout en nous faisant croire que c’est de l’exceptionnel. Parce que pour dire ce qui est dit, pas besoin d'inviter François Sureau, suffit de lire un digest de wikibidule et pis voilà.
Mais pas de soucis, y'en a juste pour deux/trois mn, et encore.
- Guillaume-la-boussole-des-Matins ne perd pas le nord, il sent qu’il faut relancer la macchina avec un leitmotiv martelé à coups de pilon sur la chaîne de la tuture obsédée par les chiffres : la poésie, ça s’vend pas trop.
Ajoutons-y donc un peu de cul et de « rapport au monde », formule passe-partout en vide de sens, puisque nous sommes tous en rapport avec le monde, nous vivons tous dans notre époque.
Ça nous fait une belle gambette.
C’est vrai !
Sachez que le monde de la Belle Époque était un monde complexe. Mais nous croyions que la complexitude était l’apanage de notre présent de l’aujourd’hui ! On nous aurait menti ? Le monde du passé nous aurait donc copié ?
Nous avons presque parcouru toute la Ligne Générale : féminisme, modernité, complexité, Gallimard.
- Il reste 5mn. Au programme, l’évocation express de Lytton Stratchey, et la conclusion : l’invité est un homme libre ! Libre de partir en roue libre.
Un homme libre qui nous livre des considérations générales sur notre société actuelle : la fièvre des commémorations.
La liberté s’exprime librement : ras le bol des commémorations, débaptisons les places, déboulonnons les statues !
Il en a « par dessus la tête comme tout le monde ». Allez ! Tournée générale !
Il veut déboulonner, mais attention, il n’est pas comme la basse plèbe, « pas pour les mêmes raisons », lui c’est pour des raisons esthétiques et idéologiques. L’idéologie envahit notre espace de vie et ça commence à bien faire. Ça suffit la propagande et la politique !
Il n’en peut plus qu’on nous dise quoi dire quoi faire. Quoi !
« La République nous sermonne » commence-t-il à sermonner, et chantonner aussi, dans un élan de colère. Et France Cucure, elle nous sermonne pas à longueur de journée ? Il sait où qu’il cause l’académicien ? Sur la chaîne des sermons, des « il faut » et du « repensage de sociétés dans le bon sens, le mien ».
Ouais ! Arrêtons de commémorer !
Aïe aïe aïe, l’invité s’emballe un peu. Qu'est-ce qu'ils ont mis dans son café ?
Il faut multi-conclure, car dans les Matins, il y a de la place pour plein de conclusions. Donc il faut, c'est évident, remplacer ces commémorations par d’autres : « nous avons oublié ce qu’il y a à commémorer dans notre Histoire, c’est que les institutions sont là pour nous aider »
- Il faut encore conclure, alors l'invité va tartiner quelques vagues machins sur la liberté, de type que la liberté s’accompagne de l’égalité. Comme il manque cinq minutes, pas le temps de caser la fraternité.
Là-dessus, transition magistrale de Guillaume-le-transitoire qui nous amène vers une autre conclusion : « Juste en conclusion, Apollinaire aimait beaucoup son époque, c’était pas la même que la nôtre aussi, c’est peut-être c’qui explique cet amour immodéré qu’il avait d’sa modernité à lui ».
La réponse est tout aussi grandiose : oui Apo aimait la modernité de son aujourd’hui à lui, il allait voir voler les petits avions, c’était super choupinette. Et malgré le passage de la Grande Guerre, il est resté cubiste dans l’âme, « et ça c’est une leçon exceptionnelle. » Il reste à voir comment il l'a passée, la Grande Guerre, mais c'est une autre histoire qu'il n'est pas souhaitable d'aborder là tout de suite, ça ferait bousculade de conclusions en fin de matinale et y'a plus de place.
Sur ce tournoiement d’idées, Guillaume-il-est-bientôt-neuf-heures rappelle le titre et l’éditeur de l’œuvre avant de jeter dans l’arène ses chroniqueurs de l’extrême qui vont nous parler de foot et de solitude en solitaire.

Le titre des Matins, indigne d’un stagiaire - même en boucherie charcuterie - était « Du droit à la poésie : la liberté, une passion fleuve. » Un titre à la coule.
L’après-midi du même jour, poésie avec Shakespeare – promo Gallimard again -
« Eloge du renversement et trouble dans le genre : aujourd'hui, Shakespeare en poète subversif. »
...genre...subversif…
...l’art de matraquer les mêmes mots à longueur de temps sur tous les sujets pour les vider de leur sens.

munstead 


1022
Répondre en citant  
Faire peur, c'est l'essentiel - Mer 16 Juin 2021, 07:51

Du grand Erner ce matin vers 7 h 15. Il reçoit la déléguée générale de la Société française de l'énergie nucléaire (?) pour parler de l'incident survenu dans une centrale nucléaire EPR chinoise construite sous brevets français.
Très vite, Erner montre ses cartes et son invitée met un peu de temps à comprendre qu'elle n'est pas face à un journaliste, mais à un militant antinucléaire.  
Selon lui, il y a eu un grave incident que l'on a essayé de nous cacher parce que EDF est l'exploitant de cette centrale chinoise.
Tout d'abord, EDF n'est pas l'exploitant, mais actionnaire à 34%. Rien n'a été caché puisque l'incident ne fait pas partie de ceux que l'on doit signaler à l'autorité internationale de sûreté nucléaire. Il s'agit d'un incident banal qui n'a jamais mis en mal la sûreté des installations ni la santé des personnels ou des habitants de la région.
Tout cela n'est que détail pour Erner qui découvre et s'étonne qu'il puisse y avoir six incidents par an dans les centrales nucléaires française et qu'on ne le sache pas. En fait, ces incidents sont tous répertoriés et bien évidemment pris en charge, soit immédiatement soit lors de l'arrêt pour maintenance tous les deux ou trois ans. Il a du mal à le comprendre et reste bloqué sur sa confortable position du "on nous cache tout". L'invitée a du mal à contrer cet étalage de culture militante, finit même par répondre une fois "mais c'est faux".
Erner accuse  donc ouvertement EDF de nous cacher la vérité et regrette qu'une autorité indépendante ne puisse intervenir. Erner ne connaît donc pas le sujet: l'Autorité de sûreté nucléaire ne dépend pas d'EDF, EDF n'est pas l'exploitant etc.
Bref, une nouvelle sans  grand intérêt permet d'enfoncer le clou de la dangerosité du nucléaire alors que la cote de celui-ci remonte dans l'opinion et que des écologistes assez nombreux commencent à reconnaître que cette source d'énergie ne peut être interdite si l'on veut lutter dès aujourd'hui contre le réchauffement climatique. Erner participe ouvertement à cette campagne de réaction qui consiste à réveiller la peur du nucléaire. Est-ce son rôle?

Amusant: un peu avant cet accès de nucléarophobie nous est présentée une rétrospective des réunions de niveau présidentiel entre les USA et l'URSS/Russie. On ne comprend pas très bien l'intérêt de ce montage pour la réunion banale prévue entre Poutine et Biden, mais passons. En revanche, pour illustrer des conversations qui eurent lieu à Vienne dans les années 50, nous avons droit en illustration sonore à… devinez… une valse de Vienne. On n'est pas sur une chaîne culturelle pour rien.

Curly En ligne

Curly

1023
Répondre en citant  
Foisonnement et diversité des éléments de langage - Mer 16 Juin 2021, 15:10

Les Matins de France Culture - Page 103 Opera864


Merveilleuse citation !
La direction de Radio France a peur. Peur de quoi ? Du grand remplacement de la variétoche françouaise par de l’étrangère ?
Dans vingt ans, qui c’est qui remerciera Radio France de pouvoir entendre des spetacles en françouais, hein ? Qui ?
Dans vingt ans, les jeunes se lèveront à chaque fois qu’ils entendront chanter le françouais dans la langue, et la larme à l’œil, ils salueront d’un geste auguste et fier la Maison de la Rondeur en se disant que si y’avait pas eu l’appel du 16 juin 2021, on serait en train de causer le pas françouais au dedans du poste.

Du calme - 'calmos' en grec ancien -, revenons au début.
Premier invité, un ancien ministre qui passe partout tout le temps à la télé, à la radio, dans les journaux, qu’on se demande si c’est pas lui qui fait des piges au Carrefour Market de Juvisy-sur-Orge pour animer le rayon fruits et légumes le samedi après-midi.
Pendant toute la première partie, 20mn, rien sur le sujet annoncé, mais tout sur le livre qu’il vient de sortir et dont il assure la promo.
Seconde partie, la meilleure, celle avec la direction de Radio France.
La directrice de Radio France, c’est pas celle de France Culture toute en bafouillis et en françouais approximatif (un concept), non, c’est plutôt du Robocop qui nous bombarde d’éléments de langage repris en chœur par le premier invité qui, lui, est en pilotage automatique depuis lulure, et dont on ne sait plus trop s’il sait ce qu’il dit depuis le temps qu’il répète tout le temps que c'est formidable, même au rayon fruits et légumes du Carrefour Market de Juvisy.

Alors toi le jeune, tu veux apprendre à gérer une start-up quand tu seras plus grand ?
Utilise les éléments de langage livrés clés en main par la direction de Radio France, et c’est le succès assuré. A condition cependant au préalable de virer toute voix susceptible d’être discordante et de couper le sifflet aux clients, qui n’ont qu’à fermer leur gueule et boire dans l’extase votre discours ronflant et trébuchant.
Le sens des mots n’a aucune importance, ce qui compte, c’est que ça en jette, que ça baigne dans les bons sentiments.

            Votre valise à éléments prêts à l’emploi :

nous sommes un formidable groupe

couvrir la diversité

foisonnement culturel

promouvoir la trace de la qualité plutôt que simplement l’accumulation de nouveautés (à dire après avoir balancé les chiffres des nouveautés annuelles en pleine poire)

cette maison s’est mobilisée comme jamais

soutenir une exception culturelle et musicale française (ne pas rappeler les suppressions d’emplois de cette exception et le rabotage des orchestres maison)

aujourd’hui nous vivons une révolution qui permet de créer de nouveaux liens (rappeler ici l'existence du podcast, qui existe déjà depuis 15 ans)

on va vivre une vraie période de développement et d’expansion

continuons à écrire l’avenir en étant en phase avec l’évolution des modes (refaire le coup du podcast)

moi en tant que présidente de Radio France je souhaite que le média radio se porte bien (le contraire serait étonnant, mais il est important d'être po-si-tif)

inspirer confiance aux français

ce média a un grand avenir aujourd’hui

les français aspirent à revivre, à écouter de la musique, à des sorties culturelles

couvrir la diversité, le foisonnement (à répéter le plus possible, le message doit passer à coups de matraque)

nous vivons un moment où nos vies sont de plus en plus numériques

nous avons pour mission de soutenir la diversité culturelle

nos antennes sont un antidote à l’uniformité culturelle (exemples donnés de la diversité : Clara Luciani, Benjamin Biolay, Alain Souchon)

les choix musicaux sont des choix faits par des passionnés de culture

on a un rôle à jouer pour guider les auditeurs, pour accompagner les artistes. Ce rôle-là, cette maison l’a toujours pris à bras le corps. C’est un engagement que nous renouvelons.

le soutien de la création, toutes nos antennes le font

c’est toute la magie de cette maison qui sait sur ces différents supports faire vivre les artistes et les rendre accessibles

Et en cadeau, voici l’antidote à l’uniformité que France Culture a choisi de jeter en pâture à nos oreilles ébaubies [son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/13983-16.06.2021-ITEMA_22701482-2021C16450S0167.mp3" debut="35:19" fin="36:37"]

munstead 


1024
Répondre en citant  
Se réjouir est indécent - Mar 29 Juin 2021, 12:59

12 H 35 Thomas Cluzel annonce que le PR va assister à l'inauguration du nouveau siège de la banque J. P. Morgan. 450 emplois créés. Bonne nouvelle en principe. Que nenni! Sachez d'abord que cette bonne nouvelle est surtout due aux conséquences du Brexit. Euh, oui, tout le monde est au courant depuis plusieurs années. Des banques quittent Londres et s'installent en Europe pour continuer à travailler en UE. Celle-ci aurait pu s'installer, comme d'autres, à Francfort, elle a choisi Paris.

Mais ne vous réjouissez pas pour autant: Cluzel a invité Pervenche Berès, ancienne député européenne, une des responsables de la fondation François Mitterrand,  de la Fondation Danielle Mitterrand et du programme économique de Benoît Hamon, une référence donc, pour nous inciter à bien réfléchir. Cette arrivée de banques étrangères va ralentir les progrès de la réglementation financière en Europe nous dit-elle. En effet, ce serait tellement mieux pour les réglementeurs s'il y avait moins de banques… Leur travail serait quand même plus facile. On ne comprend pas très bien ce que l'on doit tirer de cette intervention un peu confuse sur une implantation décidée il y a plus d'un an, mais le message est qu'il n'y a jamais de bonne nouvelle dans notre beau pays, qu'il y a toujours du bon et du mauvais, surtout du mauvais. Soyons vigilants. FC veille.



Dernière édition par munstead le Mer 14 Juil 2021, 16:48, édité 3 fois

munstead 


1025
Répondre en citant  
40 objets d'obsession - Mer 14 Juil 2021, 08:29

Cette rubrique estivale sur les "40 objets de la mondialisation" est juste un biais original pour mettre en valeur les obsessions de la rédaction et sa position globalement, aveuglément, anti-mondialisation.
Hier, le coton. Bien entendu, nous avons eu droit aux effets de l'importation du coton anglais en Inde abordés sous l'angle de la pure colonisation – facteur majeur d'explication – mais dans lequel le poids de la révolution industrielle que connaissait le RU était juste mentionné en vitesse. Or c'est l'autre facteur majeur.

Ce matin, c'est le tour du drapeau dont l'origine est attribuée au XVIIIe siècle, ce qui est évidemment  faux. Le présentateur-lecteur à la belle voix de radio (enfin!) semble oublier que les États-nations n'existent pas avant le XIXe siècle et que depuis les Romains, et sans doute bien avant, le drapeau, sous une forme ou une autre existait (étendards, bannières, oriflammes, etc). Les termes de colonisation et d'esclavage seront cités, bien sûr. Ce qui frappe le plus cependant c'est le manque d'intérêt total de cette rubrique ce matin. On se contente de nous rappeler la force de symbole du drapeau ce que peu d'entre nous ignorent sans doute. Impression curieuse d'entendre la lecture d'une copie moyenne de SciencesPo de première année, avant que l'étudiant ne devienne mieux informé, plus subtil.

Philaunet 

Philaunet
Admin

1026
Répondre en citant  
Re: Les Matins de France Culture - Mer 14 Juil 2021, 08:59

munstead(https://regardfc.1fr1.net/t19p1020-les-matins-de-france-culture#37170) a écrit:Cette rubrique estivale sur les "40 objets de la mondialisation" est juste une  biais original pour mettre en valeur les obsessions de la rédaction et sa position globalement, aveuglément, anti-mondialisation.
Hier, le coton. Bien entendu, nous avons eu droit aux effets de l'importation du coton anglais en Inde abordés sous l'angle de la pure colonisation – facteur majeur d'explication – mais dans lequel le poids de la révolution industrielle que connaissait le RU était juste mentionné en vitesse. Or c'est l'autre facteur majeur. (...)
Hier un tweet de France Culture annonçait cette chronique en reformulant de manière plus radicale ce sous-titre : "L’histoire du fil de coton révèle l’histoire de la domination occidentale à l’époque contemporaine. " Il a été supprimé.
Ce matin, c'est le tour du drapeau dont l'origine est attribuée au XVIIIe siècle, ce qui est évidemment  faux. Le présentateur-lecteur à la belle voix de radio (enfin!) semble oublier que les États-nations n'existent pas avant le XIXe siècle et que depuis les Romains, et sans doute bien avant, le drapeau, sous une forme ou une autre existait (étendards, bannières, oriflammes, etc). Les termes de colonisation et d'esclavage seront cités, bien sûr. Ce qui frappe le plus cependant c'est le manque d'intérêt total de cette rubrique ce matin. On se contente de nous rappeler la force de symbole du drapeau ce que peu d'entre nous ignorent sans doute. Impression curieuse d'entendre la lecture d'une copie moyenne de SciencesPo de première année, avant que l'étudiant ne devienne mieux informé, plus subtil.
Extraits de cette chronique : "les drapeaux symbolisent bien souvent la période des explorations et de la colonisation" ; "dès la fin du XIXe siècle, le drapeau tricolore flotte sur les capitales conquises" ; "Certains drapeaux provoquent encore des controverses. C’est le cas du drapeau confédéré (Dixie flag), symbole esclavagiste ou ségrégationniste. Idem pour le drapeau tibétain, interdit depuis 1959 en République populaire de Chine, qui représente la résistance du gouvernement tibétain en exil." ; "Car au-delà des emblèmes nationaux, certains drapeaux sont les symboles d’un projet ou d’un combat universel. Le drapeau rouge, intimement associé au mouvement socialiste, a été repris par des régimes issus des révolutions communistes, de l’URSS à la République populaire de Chine. Quant au drapeau arc-en-ciel, il illustre aujourd’hui toutes les fiertés de la communauté LGBTQIA ."

Pour sortir de l'endoctrinement quotidien de France Culture (fil Twitter : intersectionnalité à tous les étages), on lira ou l'on écoutera Michel Pastoureau (même pas mentionné dans cette évocation) : Au long des âges, des emblèmes pour la France .

munstead 


1027
Répondre en citant  
Cuba et le surréalisme politique latino-américain - Jeu 15 Juil 2021, 08:19

Ce matin à 7 h 20, interview de Janette Habel autour de la situation à Cuba .

Cette dame très âgée est présentée comme une chercheuse , maître de conférence à l'Institut de Hautes études sur l'Amérique latine (pas de mise à la retraite dans cet Institut?). Sa carrière de militante communiste révolutionnaire, de passionaria de  la "cause" cubaine, de militante de la LCR et autres groupuscules, de soutien de Mélenchon ne sera pas mentionnée. Non, c'est une universitaire donc on peut, on doit lui faire confiance. FC s'en porte garant.
D'emblée Janette Habel nous affirme que la crise actuelle est due à la pandémie qui ravage l'île pourtant censée briller par son système de santé (ça, c'était il y a longtemps, mais ce ne sera pas dit). Mais il y a aussi des problèmes économiques, avoue la chercheuse, la première cause de la crise étant les sanctions prises par Trump.
C'est grossièrement faux, tout le monde le sait. Voir ce lien, Le commerce extérieur de Cuba en 2019 , sur les échanges internationaux de Cuba. Tout le monde le sait mais pas FC et la première question de Chloé Cambreling sera sur Biden qui n'aurait pas tenu ses promesses de campagne (comme on le sait Biden a quelques autres problèmes à régler peut-être avant de s'intéresser aux transferts de fond entre les Américano-cubains et les Cubains).
Suit toute une explication de l'insatisfaction de la population sortie tout droit des officines de La Havane. Seules des difficultés administratives, des pesanteurs bureaucratiques expliqueraient la situation dramatique de l'île. Par exemple, et qu'elle en soit remerciée, la chercheuse trouve très bien que l'on assouplisse le système du passeport intérieur qui existe encore à Cuba comme dans l'URSS de la grande époque.

Jamais les mots d'idéologie, d'organisation marxiste de l'économie, de répression, de corruption et surtout d'échec total et cruel,  de respect de la démocratie ne seront prononcés.

Nous avons eu droit en direct, sur les antennes du service public, à une opération de propagande cubaine.

Curly En ligne

Curly

1028
Répondre en citant  
Extrait des Matins du 1er juillet - Lun 19 Juil 2021, 11:02

Les Matins du premier juillet.
Un petit extrait pris au hasard.
C'est la presque fin des Matins de ce matin-là, et il est temps de laisser une dernière fois la parole à ceux qui quittent la chaîne.
La direction essaie de récupérer la balle pour caser la Bonne Parole, tentant de parasiter et désamorcer les critiques que ne vont pas manquer de faire les sortants avant de sortir.
Par ordre d’entrée en scène dans la pastille, Dominique Rousset, qui après une couche de cirage bon enfant (glissons sur l’allusion aux carnets à filo à Didine…) aborde de front la chute libre du budget de la station et la disparition des reportages de fond. La direction tente de reprendre le volant, mais confond sciemment documentaires et correspondants du service actu.
Jacques Munier enfonce le clou, et Brice Couturier envoie le coup fatal : le montage remplacé par de l’impro, et « un niveau de discours amoindri » allié à « moins de moyens ».

Pour balayer tout ce bouzin, la direction passe derrière pour retracer une bonne fois pour toute la Ligne Générale tout actu. Le direct c’est être en phase avec le mônde et blablabla, et aujourd’hui les programmes sont plus reliés aux affaires du môônde, alors qu’avant non. Parce que faire deux heures et demie sur le Carnaval de Venise ou une heure sur la mante religieuse, c’était complètement déconnecté de la réalité, qui se résume aujourd'hui à des promos livres, des promos spectacles, des récap de l’affaire Benalla et Fillon et tutti quantoche qui clashe et buzze.
« On est pas ( = plus) en dehors du môôônde » conclut la direction, répondant à côté de la plaque car celle-ci est trop brûlante.
Or, c’est évidemment l’inverse : mettre constamment l’accent sur les scandales, les buzz, les controverses du moment, n’est-ce point passer à côté de la réalité ?

Mais tout est bon pour justifier la fonte du budget et la course à l’audimat. Nous pourrons admirer au passage ce raisonnement offert par la direction : les auditeurs écoutent moins longtemps en flux parce que l'offre s'est diversifiée...
Et les podcasts ? On en parle on en parle, mais ce sont en gros les programmes de flux. Les quelques podcasts nattes et tifs, découpés en tranches d'une dizaine de minutes parce que les auditeurs sont considérés comme des poissons rouges, baignent dans l'actu, et les fictions sont souvent au ras des pâquerettes sur le plan de l'inspiration.

                                                                                                                    [son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/13983-01.07.2021-ITEMA_22716774-2021C16450S0182.mp3" debut="43:03" fin="47:24"]


La photo choisie avec soin pour illustrer la page des Matins :

                                            Les Matins de France Culture - Page 103 Opera877

Cet homme prend son panard en écoutant les aventures de Mumussolini le dictateur, ce qui explique sa mine radieuse et sa coupe congruente.
A mon avis, vu sa tête, il en est au massacre d'Addis-Abeba.
Encore un choix iconographique des plus pertinents, et qui plus est en phase avec la rachitique programmation estivale.

munstead 


1029
Répondre en citant  
Chronique perpétuelle - Jeu 29 Juil 2021, 07:53

Journal de 7 H. Enfin, on le suppose puisque ce journal n'est annoncé que par un long blanc à l'antenne. Les stagiaires ont repris le pouvoir. Heureusement la voix maternelle (école maternelle) de Chloé Cambreling prend vite le relais.
Reportage sur la situation en Tunisie, c'est-à-dire micro-trottoir à La Goulette avec, pour faire plus vrai, plus couleur locale, musique dite arabe qui, shit!, se poursuit quelques secondes sur le sujet suivant. Encore un coup du stagiaire.

Evocation rapide de l'abandon du projet de scindement d'EDF. On ne saura rien des raisons de cette proposition, mais tout de l'opposition des syndicats. Comme d'habitude.

Puis CC veut attirer notre attention sur le problème de la vaccination des adolescents. Pour cela, elle a trouvé une nouvelle interlocutrice. Foin des médecins, épidémiologistes et autres que l'on a déjà trop entendus, place à la co-coordinatrice du pôle santé de Terra Nova.
On en déduit que Terra Nova n'est plus vraiment un think tank réfléchissant à notre avenir (avec le succès que l'on sait pour le PS avec l'abandon en rase campagne de la classe ouvrière ) mais une association intervenant à chaud. La co-coordinatrice (arrive-t-elle à se coordonner avec l'autre co-coordinatrice?) au débit rapide, trop rapide, donne quelques conseils que l'on trouve partout et insiste sur la nécessité de continuer à appliquer les autres mesures de protection. Passionnant.
Aujourd'hui l'objet de la mondialisation était le shampooing. Comment l'aimable présentateur allait-il s'en tirer? Il l'a fait avec brio. Il a réussi à parler trois fois de colonisés, de "l'image de la femme blanche", de produits destinés aux cheveux des noirs grâce au Black Power Movement et conclut en disant que le shampooing était un produit dont les Occidentaux avaient réussi à faire oublier l'origine non européenne. Encore bravo.
Au fait pourquoi dans cette rubrique ne parle-t-on jamais des asiatiques, des indiens, des latinos? Tout est blanc ou noir.

munstead 


1030
Répondre en citant  
Chronique perpétuelle, suite - Ven 30 Juil 2021, 13:02

Timour Ozturk est le nouveau présentateur remplaçant du journal de la mi-journée. Bonne voix, bon débit, il a instantanément pris le pli de la station.

Ainsi qualifie-t-il les pays occidentaux de "pays qui monopolisent les vaccins". Sympathique, non? Que la Chine et l'Inde (entre autres) vendent des centaines de millions de vaccins dans le monde entier, que nous en envoyons des millions en Afrique et gratuitement, n'a pas d'importance, nous sommes les vilains monopolisateurs.

Plus loin, les chiffres plutôt bons de l'activité économique et du chômage sont présentés. Plutôt bons? Vous plaisantez, j'espère, vite FC nous trouve un économiste, un certain Paulin, qui démonte cette petite bonne nouvelle: nous avons seulement rattrapé le niveau d'activité d'avant la pandémie,il nous manque 3%, nous devons nous attendre à de mauvaises surprises, ce n'est pas si simple, ouh la la, etc. Ce monsieur ne donne aucun chiffre, mais tient à nous faire part de ces craintes et à entretenir les nôtres. Encore merci FC.

munstead 


1031
Répondre en citant  
Le sens des mots - Mer 18 Aoû 2021, 14:42

Sur l'Afghanistan, Emmanuel Laurentin nous avait déjà donné, hier, dans son débat de l'été sur "L'Afghanistan a-t-il été abandonné par l'Occident" un excellent exemple d'impréparation de ces dits "débats". Pour lui, un débat consiste à poser quelques questions bâclées, très générales et d'attendre puis de couper la réponse du spécialiste. L'affaire est entendue. Au lieu de reprendre les questions posées dans tous les médias grand public depuis une semaine, peut-être une discussion sur l'acceptation de la situation ou la passivité du peuple afghan aurait-il été plus intéressant? On peut rêver. J'oubliais, l'échange était précédé d'une mise en onde ou en scène sonore de l'actualité afghane avec bruitages,musiques, inutile et assez insultante pour l'intelligence des auditeurs..
Dans le journal de 12 h 30 de ce jour, la présentatrice nous parle du "coup d'État" des Talibans prouvant ainsi qu'elle ne sait pas de quoi elle parle,mais le meilleur est venu d'un correspondant à Kaboul. Il couvre le rapatriement des Français et a cette formule merveilleuse: "l'avion ramène à Abu Dhabi 22 Français, mais surtout 160 Afghans" . Ce "surtout" traduirait-il cette inversion des priorités et des facteurs que l'on constate souvent autour de nous depuis quelques années dans de multiples domaines d'actualité? Les 22 Français et le Ministère des Affaires étrangères ont dû apprécier…



Dernière édition par munstead le Jeu 19 Aoû 2021, 07:40, édité 1 fois

Contenu sponsorisé 


1032
Répondre en citant  
Re: Les Matins de France Culture -

Les Matins de France Culture     Page 103 sur 106

Haut de page ↑   

Aller à la page : Précédent  1 ... 53 ... 102, 103, 104, 105, 106  Suivant

Accueil / France Culture

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum