-->
Forumactif

Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Regards sur France Culture » LES FORUMS » Web & médias » Les podcasts (hors stations de radio)

Aller à la page : 1, 2  Suivant

Accueil / Regards sur France Culture

Les podcasts (hors stations de radio)    Page 1 sur 2

Bas de page ↓   

Philaunet En ligne

Philaunet
Admin

1
Répondre en citant  
Les podcasts (hors stations de radio) - le Sam 30 Juin 2018, 15:08

Chacun connaît ici Le Nouvel Esprit public de Philippe Meyer, production audio diffusée comme podcast indépendant. J'ai mentionné diverses diffusions sonores adossées à des journaux ou des organismes culturels : le journal suisse Le Temps par exemple, mais Libération fait de même, ainsi que l'hebdomadaire allemand Der Spiegel, quant à Télérama, le journal relaie toutes sortes de podcasts, issus de radios ou indépendants.

Le point commun de la plupart de ces podcasts, point commun partagé par France Culture via ses productrices de plus ou moins trente ans : le sexe, le sexe, le sexe.

Intéressant de voir la préoccupation majeure de certaines femmes, préoccupation d'une certaine frange urbaine qui prend une importance démesurée dans les médias via les faciles moyens de communication.

On a assez vu la nature de la page d'accueil quotidienne de France Culture, exemple France Culture, radio obsédée sexuelle et aujourd'hui : "Peut-on aimer pour toute une vie ?" ; "Il me fait un bisou sur un sein" : maltraitance gynécologique, vos témoignages ; "Tous à poil" Revue de presse culturelle d'Antoine Guillot qui écrit, on ne le lui fait pas dire, "la fesse, toujours vendeuse" (à France Culture).

Bref, on ne s'étonnera donc pas que Le Parisien Week-End du 30 juin 2018 fasse un article assez développé et promotionnel intitulé : Podcasts : les femmes sont sur de bonnes ondes .

Podacst 1 :
politiciennes, chanteuses et actrices confessent leur rapport au sexisme ordinaire, au corps, à la création...
Podcast 2 :
Les Couilles sur la table, discussions alertes sur les hommes, leurs fantasmes, leurs doutes, et même leurs chaussettes !
Podcast 3 :
Si vous aimez la sensualité non censurée, le caustique Sex & Sounds de Maïa Mazaurette vous réjouira. Cette production Arte Radio nous prouve, depuis octobre 2017, que les mots, la musique et les bruits du corps émoustillent plus qu’un film érotique.
Podcast 4 :
Les investigations d’Anouk Perry nous baladent entre anecdotes impudiques et pratiques encore taboues, comme le gang bang, ou « sexe en réunion ».
Podcast 5 :
Dans Les Fesses à l’air, produit par Radio Campus Paris, Dania Kaddur et Lorène Lavocat accompagnent vos nuits en parlant d’amour à la plage, de plaisir féminin et d’acrobaties. Sans complexe.
Podcasts suivants : mode, management, méditation.

Pour l'instant France Culture, en radio magazine féminin type Cosmo qu'elle est devenue, s'en tient au sexe et un petit peu à la méditation. Attendons la rentrée pour une émission mode et start-ups de femmes.



Dernière édition par Philaunet le Jeu 14 Fév 2019, 17:01, édité 2 fois

Philaunet En ligne

Philaunet
Admin

2
Répondre en citant  
France Culture va finir ringardisée - le Mer 17 Oct 2018, 11:41

Histoire, faits divers, culture, actu, fictions... Des podcasts à la carte

LE PARISIEN WEEK-END 17 10 2018. Les contenus sonores diffusés sur Internet cartonnent. Conçus hors des formats traditionnels, ils offrent des moments savoureux, souvent décalés. Voici notre sélection, à écouter sans modération.

Pour mémoire : Le nouvel Esprit Public (en peau de caste)

Philaunet En ligne

Philaunet
Admin

3
Répondre en citant  
PODCAST - Les éditos de la rédaction des Échos - le Jeu 14 Fév 2019, 17:25

Le terme podcast recouvre de nombreux formats. Au journal La Croix et au Temps (suisse), les productions sonores sont de réelles émissions en studio, soit monologues, soit entretiens. Je reviendrai sur le dernier podcast de la Croix qui tranche avec les premiers par sa qualité.

Le journal français Les Échos a aussi ses podcasts. Bizarrement Télérama ne les cite jamais... Pourtant ils sont nettement plus instructifs que les Conclusions d'un certain Bad Langueur ou Bennalagher, on ne sait plus (à cause de Curly) que Téléram' cite comme podcasts de référence (voir ici la dernière mention sur ce forum d'une série qui a commencé ).

Aussi, il nous faut réparer cette absence et ce manque de partenariat (FC préfère Grazia et Les Inrocks, plus sérieux, comme chacun sait) en évoquant la lecture d'un édito que la rédaction du journal appelle "podcast". La lecture n'en est pas très bonne, mais elle est quand même cent fois supérieure à celle du sumerophobe payé par la redevance audiovisuelle.

La lourde facture des « gilets jaunes » Daniel Fortin / Rédacteur en chef / Le 14/02/2019.

Comme teaser, le premier paragraphe : "Comme une mauvaise série de télé-réalité, le quatorzième épisode des « gilets jaunes » s'annonce ce week-end, assuré d'être suivi en direct par les caméras plus qu'indulgentes des chaînes d'information en continu. Pour être franc, plus personne ne sait vraiment à quelles revendications profondes répond encore ce non-mouvement social qui n'a débouché sur aucune négociation. Incapables de faire émerger autre chose qu'un discours nihiliste, voire haineux, ses pâles leaders ont eu raison d'une contestation qui,  à l'origine, avait trouvé sa source dans l'inquiétude légitime d'une partie de la population pour son pouvoir d'achat."

Si l'on veut entendre une présentatrice à la voix identique à celles des clones vocaux féminins de FC on peut tester Business et courage, les entrepreneurs sont-ils des héros contemporains ? * 01-02-2019. Ce n'est pas une recommandation mais le signalement que France Culture est déjà concurrencée par des podcasts privés qui iront certainement en se professionnalisant.

Les podcasts des Echos

* Phil'Up, le podcast qui allie business et philo

Philaunet En ligne

Philaunet
Admin

4
Répondre en citant  
Le monde change et FC fait toujours la même chose - le Mar 05 Mar 2019, 22:39

On l'a vu plus haut et ailleurs, le développement des fichiers sonores ("podcasts") par les journaux et les institutions culturelles va croissant et concurrence de plus en plus les radios. Quels sont les sujets de ces podcasts ? Ceux que laboure France Culture avec Kronlund, La Série documentaire et les discussions sur l'actualité ou les "enjeux de société" (que reprennent les podcasts du journal suisse "Le Temps").

C'est donc une erreur stratégique de la part de la station culturelle de faire ce que tout le monde est capable de faire (vu que c’est du recueil de témoignages au ras des bouses et du bavardage autour) et qui est fait de plus en plus.

Afin de se placer dans le créneau des podcasts d'exception, FC pourrait employer les moyens matériels du service public à se distinguer des médias privés (qui la concurrence sur son terrain) en réalisant des émissions élaborées sur des sujets culturels.

Ceci pour dire que le nouveau podcast du "Spiegel" allemand tape en plein dans le domaine de France Culture et qu'il ne faudra pas attendre longtemps pour que des journaux français fassent de même : Drei Väter - ein Podcast # 1 - Die Geburt: Mittendrin und nur Statist [Trois pères - La naissance : au beau milieu et pourtant simple figurant].

Philaunet En ligne

Philaunet
Admin

5
Répondre en citant  
Un ''podcast quotidien d’actualité'' - le Dim 05 Mai 2019, 12:41

« Ces podcasts originaux et novateurs dans l’univers des marques de presse en France traduisent notre conviction dans l’attractivité des formats longs à un moment où le besoin de donner du sens à l’information n’a jamais été aussi essentiel, dit Pierre Louette, président du groupe les Echos - le Parisien. Leurs vertus narratives et immersives nourrissent les expériences proposées par nos marques premium. »

Le Parisien lance «Code source», son podcast quotidien d’actualité  05 mai 2019.

Est-ce que cela va inciter France Culture à revenir à sa mission  (et à la raison) ? À laisser le reportage "sociétal" et le commentaire de l'actualité sociopolitique aux journaux dont c'est l'activité principale ? France Culture ne pourra pas rivaliser, et ne rivalise déjà pas, sur ce terrain avec les journalistes chevronnés de médias privés.

« Avec ce podcast, l’idée est de proposer des sujets avec une promesse éditoriale forte, sur un temps long, qui nous permettra notamment de valoriser l’expertise de notre rédaction, précise Pierre Chausse, directeur adjoint des rédactions en charge du numérique du Parisien. Il s’agit d’aller chercher un public qui ne fait pas forcément partie du lectorat traditionnel du journal. » Et de citer l’exemple du New York Times dont l’émission sonore « The Daily » initiée en janvier 2017 est écoutée chaque jour par 2 millions de personnes !

Il faudra bien que France Culture comprenne de nouveau que sa mission est la transmission de savoirs pointus pour tous, la création d'art radiophonique et la mise en valeur des productions culturelles contemporaines de qualité. À défaut, elle sera noyée dans la concurrence et inaudible, ce qui est déjà le cas.

Voir aussi dans ce fil France Culture va finir ringardisée & Le monde change et FC fait toujours la même chose.

Philaunet En ligne

Philaunet
Admin

6
Répondre en citant  
Un ancien pédégé de Radio France contre l'actuelle pédégère - le Dim 09 Juin 2019, 09:58

Les commentaires de quelques lecteurs de Télérama n'ont pas été tendres envers Laurence Le Saux qui publiait le 04/06/2019  Majelan, la plateforme de podcasts de Mathieu Gallet, prend son envol
Je me demande bien pourquoi Telerama en fait autant sur un entrepreneur privé, déchu de ses fonctions publiques et condamné en justice pour délit de favoritisme à de la prison avec sursis. D'autres startups toutes aussi intéressantes ne mériteraient-elle pas, elles aussi, des articles avec une telle visibilité ?
Il connait du monde le sieur Mathieu Gallet, Télérama, Quotidien, j'en passe et des meilleures Il truste les plateaux et les colonnes des journaux. PUB gratuite, merci les amis. Mais je dis pas bravo à Télérama, qui accumule en ce moment !!!
"Replays, podcasts, playlists en accès libre… C’est ce que propose la plate-forme Majelan, “grande bilbiothèque audio gratuite”, mise en ligne le 4 juin par Mathieu Gallet et Arthur Perticoz. La version payante promet de son côté des podcasts originaux, avec quelques grands noms du petit écran".

Dans cet article informatif, on lit encore :

« Une grosse partie de notre travail consiste à faire découvrir les contenus existants, dont il y a profusion, poursuit Mathieu Gallet. Nous avons investi pour proposer une curation humaine ainsi qu’un choix fait par des algorithmes, qui s’adapte à l’usage de chacun. » Dotée d’un design fluide et efficace, l’application permet de filtrer les podcasts selon la langue, la durée d’écoute, ou encore une soixantaine de catégories thématiques. Et de reprendre plus tard la lecture d’une émission, après l’avoir arrêtée.

"Pour 4,99 euros par mois, l’auditeur gourmand pourra s’abonner à Majelan +, et obtenir ainsi des contenus originaux. Des sons « serviciels, éducatifs, de l’entertainment, des récits documentaires, de l’audio narratif ». Par exemple une série sur des gens qui entendent des voix, par le psychanalyste Gérard Miller ; une autre sur l’enfance de grands personnages historiques ; Wesh Coast, des portraits des quartiers de Los Angeles à travers leurs habitants ; des nouvelles de Maupassant lues par Michel Drucker, Claire Chazal ou Jean-Luc Reichmann ; une série visant à expliquer aux enfants « pourquoi je dois me laver les dents » ou « trier mes déchets »... « Nous n’achetons pas à des producteurs tiers, indique Mathieu Gallet. Nous créons notre propre catalogue, dans nos propres studios. » Grâce à un partenariat avec l’INA, Majelan + proposera aussi des archives — d’anciennes émissions de Radio France, les feuilletons Sherlock Holmes ou Arsène Lupin…"

Voilà qui est fort intéressant. L'ancien PDG de l'INA reconverti entrepreneur réussit à nouer un partenariat avec son ancienne maison (où il a eu quelques problèmes). L'ancien PDG de Radio France reconverti entrepreneur cherche à monnayer le patrimoine radiophonique conservé par l'INA, celui qu est diffusé dans les Nuits de France Culture, par exemple.

Sachant que France Culture achète à l'INA les droits de diffusion de ses propres productions, va-t-on assister à une concurrence entre le public et le privé pour acquérir des droits et au final l'auditeur du service public ne va-t-il pas pâtir de la captation du patrimoine radiophonique national par le privé ?

Oh, oh ! En cherchant les condamnations pénales de M. Gallet (oublions-les pour le moment), je tombe sur Majelan : Sibyle Veil répond à Mathieu Gallet sur l'utilisation des podcasts de Radio France :
Dans sa toute nouvelle bibliothèque de contenus, Mathieu Gallet agrège, sans autorisation, des contenus du groupe radiophonique public.  (...) Vers un bras de fer entre Majelan et Radio France ? (...) "Le service public n'a pas vocation à servir de produit d'appel pour des acteurs privés, qui commercialisent ensuite leurs propres contenus concurrents des nôtres", répond la patronne de Radio France"
Clap, clap, clap (applaudissements dans la salle)
En d'autres termes, Sibyle Veil indique donc qu'elle est prête à monétiser les contenus de Radio France mais pas à les céder gratuitement aux agrégateurs comme Majelan. Selon franceinfo, Radio France a demandé à Majelan de retirer ses contenus de son application. Comme le soulignent nos confrères, ce retrait n'est toujours pas effectif. Il faut dire que, sur ce point, Mathieu Gallet ne semble pas du tout sur la même longueur d'onde que sa successeur. (...)
Un papier de Télérama approfondi sur le sujet prochainement ? Quand les poules auront des dents...

Philaunet En ligne

Philaunet
Admin

7
Répondre en citant  
Ouest-France a essayé - le Dim 25 Aoû 2019, 10:32

Tiens, un podcast de Ouest-France à teneur historique ! Voyons voir : Grands explorateurs : René-Robert Cavelier de la Salle * 9 minutes.

En peu de mots : gros ratage dans le choix du lecteur qui découpe ses phrases n'importe comment et qui appuie sur la syllabe initiale d'un mot sur trois. Après deux minutes, on n'en peut plus ! Et pourtant des efforts ont été faits pour soigner les effets sonores (voir crédit ci-dessous).

Un jour viendra pourtant (il est d'ailleurs déjà venu en certains endroits) où des médias produiront des documentaires et des fictions audio qui concurrenceront les productions de la radio publique.

Les podcasts (hors stations de radio) Medium

Leur nom vous dit peut-être quelque chose, mais les connaissez-vous vraiment ? Cet été, Ouest-France revient en quatre épisodes sur le destin exceptionnel de quelques explorateurs français...

Dans cet épisode, découvrez l’histoire de René-Robert Cavelier de la Salle aux Amériques. Depuis son exploration des grands lacs jusqu’à sa découverte de la Louisiane, en passant par la descente du Mississippi... et jusqu’à sa fin tragique, assassiné par ses propres hommes après une mutinerie au cours d’un voyage d’exploration au Texas.

Une série d’été de Ouest-France, écrite et racontée par Jean-Christophe Piot.
Montage : Damien Le Délézir
Crédits musiques : Kevin MacLeod - Hero down / Crossing the chasm / Virtutes instrumenti / Lost time / Dark times / Sneaky adventure
Animé par : Damien Le Délézir
Invité(s) : Jean-Christophe Piot

Philaunet En ligne

Philaunet
Admin

8
Répondre en citant  
La concurrence entre collapsologues chics bat son plein - le Sam 07 Sep 2019, 09:43

France Culture, face à la concurrence, va-t-elle mettre les bouchées doubles ? Avec son podcast sur l’effondrement, Alexia Soyeux veut « éveiller les consciences » (Par Cécile Bouanchaud, béate, le 04 septembre 2019).

"Après avoir donné la parole à des penseurs convaincus que la fin de la civilisation thermo-industrielle approche, la trentenaire est passée de la tristesse à l’action.".

Les "trentenaires" (femmes et à Paris) disposent apparemment de beaucoup de temps pour alerter le monde entier sur la fin... du monde.

Plutôt que de concurrence à France Culture avec un podcast à "40 000 auditeurs par mois", peut-être faut-il parler de complémentarité vu le langage identique et les invités passe-partout (surtout passe-par-France Culture, dont le Servigne multi-invité sur FC) ?

"Tous les mois, elle interroge durant environ une heure une personne sur l’état de notre monde et les façons de se préparer à vivre différemment. « On baigne dans une odeur de gaz, on ne sait pas d’où viendra l’étincelle », y avertit ainsi Pablo Servigne, coauteur du livre Comment tout peut s’effondrer (Seuil, 2015), devenu une référence incontournable dans le milieu de la collapsologie. Dans une démonstration implacable, Gaël Giraud, chef économiste à l’Agence française de développement et prêtre jésuite, soulève, lui, l’impasse de notre système économique. « Il faut désobéir aux lois et s’inventer ses propres normes », suggère, pour sa part, l’éditrice Sandrine Roudaut. (...)"

Que signifie "être bien né" dans "Il y a encore deux ans, rien ne prédestinait cette Parisienne bien née, passionnée de gastronomie, à se pencher sur les questions de fin de monde. « Je viens d’une famille favorisée, j’ai toujours bien mangé. Je suis passée de la guimauve à l’effondrement », ironise celle qui, après une classe préparatoire littéraire et un mémoire sur la pâtisserie de luxe* au Celsa, a enchaîné avec un BEP en 2009 dans cette spécialité."

France Culture, de son côté, cultive tout à la fois la guimauve ET l'effondrement.

***********

* "Les yeux des pauvres" : "(...) les nymphes et les déesses portant sur leur tête des fruits, des pâtés et du gibier, les Hébés et les Ganymèdes présentant à bras tendu la petite amphore à bavaroises ou l’obélisque bicolore des glaces panachées ; toute l’histoire et toute la mythologie mises au service de la goinfrerie."  

Lecture par Jean-Louis Barrault : Les Yeux Des Pauvres de Charles Baudelaire (texte ici ).

Curly 

Curly

9
Répondre en citant  
Le podcast Nattes & Tifs d'Arte Radio : le must de l'inaudible, garanti 100% sans imagination - le Ven 25 Oct 2019, 12:48

Suivons les conseils d’experts de Téléramoche et défonçons-nous à coups de podcasts Nattes & Tifs.
« Podcast de choix-Podcast : “Tordu déçu”, la petite fiction qui croustille sur Arte Radio »

De choix, non, vous ne rêvez pas. Le temps du téléchargement serait presque aussi long que celui de l’écoute, alors allonzi, risque de perte de temps minimal.
La fiction, de trois minutes, a reçu un prix, alors on ferme sa boîte à calendos, c’est gage de qualité suprême, et on tend bien les oreilles.
L’histoire : «Brisco s’amourache d’un beau gosse dans la salle d’attente de son psy… avant de fouiller dans les notes du thérapeute. Oups ! »
Quelle aventure madoué !
Les ingrédients donc : un bôgosse, un psy, une péripétie aventureuse qui trépidera dans tous les cœurs et les esprits. Mais que va-t-il se passer ? Notre héroïne va-t-elle se faire gauler par son psy ? Va-t-elle coucher avec le bôgosse après avoir découvert dans les papiers secrets que c’était un gros pervers polymorphe ?
Quelle inspiration ! On a l’imagination que l’on mérite, celle qui va de son nombril à son nombril.
Enfin, continuons l’article, avant un compte rendu circonstancié de l’œuvre : « D’habitude, je suis un petit agneau, mais cet été j’ai fait un truc un peu tordu. Enfin bon, vous verrez. » Brisco mâchouille des tartines dans son micro, et ça croustille. Elle raconte d’un ton délicieusement désabusé une histoire d’amour et de psy. Ça semble vu et revu mais Tordu déçu, de Billy Pantalon, réjouissante fiction de trois minutes pleine d’inattendus et de malices sonores, a reçu le premier prix du concours de podcasts estival d’Arte Radio. »
Ahahahahah, le coup de bouffer des tartines en racontant son aventure démente ! Trop drôle ! Que de fantaisie ! Arrêtez ! Pensez à la faim dans le monde quoi ! On s’amuse pas avec la nourriture !
Vu et revu ? Mais non les gars, pas possible ! C’est de la radio !  Ahahahah !
Fin de l’articulet : « ses mots ont une modernité jubilatoire, et son flegme face à la désillusion est très drôle. Ça fait quel bruit un cœur qui se brise ? Et un ego qui s’effondre ? La jeune femme retrouve dignité et réconfort en mangeant des tartines, dont le son emplit les oreilles. « Les tartines, elles, ne me déçoivent jamais. »
Repli sur soi ? Effondrement du récit vers le néant nombriliste d’auteurs qui n’ont rien à raconter parce que l’imagination s’est barrée vers des cieux plus cléments ? Merci de trouver la réponse dans la question.

Passons à l’écoute, car il faut toujours mettre à l’épreuve du réel les moulinades théoriques.
La dame joue bien, à la mode de chez nous : on lui donnerait à lire l’annuaire 1987 de la Meuse, l’expression délicieusement désabusée y serait tout aussi forte. En plus elle mâche vachement bien la tartine, et elle a du mérite car elle n’est pas aidée par sa partenaire.
Il faut donc signaler, sans cela ce serait une malhonnêteté intellectuelle, que la tartine joue mal. Eh banane ! Y a des écoles de théâtre pour tartines ! T’attends quoi feignasse ?  
Le gars du Nattes & Tifs, il aurait pu en engager une qui joue bien, y en a plein sur le marché. J’en ai croisé une pas plus tard que ce matin dans mon assiette, et franchement, je regrette de l’avoir mangée parce qu’elle aurait mérité un Oscar de la Meilleure Tartine 2019, avec mention spéciale pour la confiture de banane cavendish de la Réunion.
Revenons à notre saga.

La dadame elle est dans la salle d’attente, et imaginez que le fameux beau gosse y entre à son tour.
Je cite « ...et puis il est entré » suivi d’une cascade langoureuse de cordes romantiques.
Putain que c’est inattendu. Heureusement que l’article de Téléramoche nous avait prévenus, sans ça c’était la crise cardiaque et adieu la vie, adieu tartines, et macache bezef pour la fin du podcast Nattes & Tifs.

Le bôgosse entre dans le cabinet.
Mais ce n’est qu’une subtile astuce pour que l’héroïne puisse héroïner en toute quiétude. Elle va fouiller dans les papelards du doc pour savoir qui est cette beauté arrachée à la salle d’attente.
Ellipse because il reste qu’une minute trente. La dadame se retrouve à boire un verre avec le beau mec.
Et il se trouve que ce mec est absolument parfait : « c’était le pied » fin de citation.
Alala ! Il reste une minute, et le pied est entièrement partagé par l’auditeur, qui récupère deux/trois orteils non utilisés par l’héroïne de la saga.
Vous pensez bien que c’est gros comme un camion que va y avoir une chute parce que c’est une histoire et qu’il faut au moins une péripétie afin d’arriver à un dénouement.

C’est à ce moment, alors qu’elle nage dans le bonheur comme dans une piscine tiède (ça se passe l’été = canicule = en trois mn on aborde aussi le réchauffement climatique = génial) qu’elle lit les notes de la psy concernant le bellâtre. Elle découvre, attention c’est le climax de créativité en mode Nattes & Tifs, qu’elle servait juste de palliatif suite à une rupture amoureuse du bel Apollon.
Attention à nouveau, il reste trente secondes, le moment du bouquet final. On fait appel à toutes les ressources de la radio.
Un bruit de torchon qui tombe par terre, « ça c’est mon cœur qui tombe sur le plancher et qui s’barre »
Le cœur dit : « Allez tchao tu m’as saoulé »
Fin du bouquet final.

Retour à la tartine qui joue mal, donc ça sent la conclusion. La dame bouffe des tartinoches parce qu’au moins elles, « elles ne déçoivent jamais, et c’est pas trop immoral. »
D’accord, mais un dîner aux chandelles et une nuit d’amour torride avec une tartine, on va pas non plus dire que c’est le pied. En plus avec la confiture de banane cavendish de la Réunion, ça va coller partout.

Et vous savez quoi ? C’était tout.
Maintenant vous me glissez tout ça dans votre mp3 et vous m’écoutez bien ce truc au casque.
Mieux qu'une séance de sophrologie.

Philaunet En ligne

Philaunet
Admin

10
Répondre en citant  
Briscorama - le Ven 25 Oct 2019, 13:16

Curly(http://regardfc.1fr1.net/t859-les-podcasts-hors-stations-de-radio#34060) a écrit:Suivons les conseils d’experts de Téléramoche et défonçons nous à coups de podcasts Nattes & Tifs.
« Podcast de choix-Podcast : “Tordu déçu”, la petite fiction qui croustille sur Arte Radio »

De choix, non, vous ne rêvez pas. Le temps du téléchargement serait presque aussi long que celui de l’écoute, alors allonzi, risque de perte de temps minimal.
La fiction, de trois minutes, a reçu un prix, alors on ferme sa boîte à calendos, c’est gage de qualité suprême, et on tend bien les oreilles.
L’histoire : «Brisco s’amourache d’un beau gosse dans la salle d’attente de son psy… avant de fouiller dans les notes du thérapeute. Oups ! »
Quelle aventure madoué ! (...)
Merci pour cette recension ! Pour connaître le niveau de la billettiste parisienne Julia (Vergely, no comment lacanien svp), voir ses interventions dans l'hebdo ex-culturel ici . Le féminisme et la brosse à reluire sont les deux ressorts de ses lignes d'enfant.

Un truc précédent par exemple :
Qu’est-ce que le « female gaze » ? Pour Céline Sciamma, ce n’est ni un regard ni un imaginaire féminin. Mais une multiplicité d’imaginations féminines. (...) Céline Sciamma évoque avec finesse et intelligence (...) ce qui la rend heureuse, (...) l’égalité dans le septième art, la déconstruction de la masculinité…

Contenu sponsorisé 


11
Répondre en citant  
Re: Les podcasts (hors stations de radio) -

Les podcasts (hors stations de radio)     Page 1 sur 2

Haut de page ↑   

Aller à la page : 1, 2  Suivant

Accueil / Regards sur France Culture

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum