-->
Forumactif

Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Regards sur France Culture » LES FORUMS » France Culture » Les sujets obsessionnels de France Culture (et ses icônes)

Aller à la page : Précédent  1 ... 10 ... 17, 18, 19  Suivant

Accueil / France Culture

Les sujets obsessionnels de France Culture (et ses icônes)    Page 18 sur 19

Bas de page ↓   

171
Répondre en citant  
France Culture, station effondrée - le Lun 24 Déc 2018, 07:53

Depuis que quelqu'un a inventé le mot "collapsologie", France Culture se croit encore plus légitime de faire plusieurs fois par semaine des émissions sur le thème de la fin du monde*. Dominique Rousset y a d'ailleurs pris goût qui transforme chacune de ses séries hebdomadaires en tribunes militantes. Celle de cette semaine a le mérite d'être explicite : Mauvais départ pour le siècle, avec un terme qui fait se pâmer ceux qui le prononcent, "anthropocène".

Pour le jour de Noël, France Culture nous présente tout un symbole (de la station, sans doute) et nous enjoint de vivre joyeusement : "Tout n’est pas perdu, vivons l’effondrement !"




Maison détruite par un ouragan au Texas, Etats-Unis.• Crédits : Crédits  switas - Getty

* Fin d’année et fin du monde Avis critique par Raphaël Bourgois, 22 12 2018.

*************

Rappel → RUBRIQUES récapitulatives des contributions récentes (2018) Semaine 51

Voir le profil de l'utilisateur

172
Répondre en citant  
Larmes de crocodile - le Lun 31 Déc 2018, 09:04

Oui, je sais, c'est lassant, mais en plus d'être, entre autres, une source de conseils d'écoute, ce forum est également un enregistreur des obsessions de la station, laquelle est en grand manque de renouvellement thématique, c’est le moins qu'on puisse dire. Donc, comment passer à côté de la matinale du 31 décembre 2018  intitulée "Effondrement : 2019 ou la fin temps ?".

Un "psychanalyste et philosophe" vient donc dire que l'angoisse n'est pas suffisante, il faut lui substituer "l'effroi". On est prié de ne pas rire... "L'angoisse paralyse et les effets de résignation qui en découlent son [sic] répandus. Comme on a beaucoup essayé l'angoisse, j'ai proposé d'essayer l'effroi. On va finir par avoir tellement peur que l'on va se réveiller".

On peut donc entendre ou lire une banalité que l'on entend depuis au moins 50 ans chez les prophètes de malheur à succès (éditorial) : "Cette destruction de la nature est liée aux injustices de notre système contemporain et à la production de choses qui ont des valeurs pour nous : notre civilisation porte sa fin".  

Honnêtement, je préfère entendre le volcanologue Clive Oppenheimer parler en scientifique des phénomènes naturels et de l'adaptation de l'homme au monde qui change plutôt qu'un psychanalyste français récitant le mantra collapsiste...

En tous les cas on peut compter sur Erner pour adopter la seule attitude qui vaille à France Culture, la feinte désolation et la joyeuse attente de l'apocalyspe (cela permet de gagner sa vie et de renouveler son contrat de travail) : "Finalement, être proche de la fin du monde, est-ce vraiment grave, et après tout, comment finir en beauté ?", s'enquiert l'hédoniste matinalier.

Finir l'année en beauté, ce serait apprendre que France Culture en 2019 ne sera plus lestée par ses histrions et ses prédicateurs (h et particulièrement f). On peut toujours espérer. Comme me le répétait Mme D., grande auditrice de France Culture, décédée cette année à l'âge de 98 ans, "No hay mal que dure cien años".

*************

RAPPEL : RUBRIQUES récapitulatives des contributions passées (2018) : la semaine 52.

Voir le profil de l'utilisateur

173
Répondre en citant  
Erratum - le Lun 31 Déc 2018, 11:55

Philaunet(http://regardfc.1fr1.net/t735p170-les-sujets-obsessionnels-de-france-culture-et-ses-icones#32023) a écrit:(...) Un "psychanalyste et philosophe" vient donc dire que l'angoisse n'est pas suffisante, il faut lui substituer "l'effroi". On est prié de ne pas rire... "L'angoisse paralyse et les effets de résignation qui en découlent son [sic] répandus. Comme on a beaucoup essayé l'angoisse, j'ai proposé d'essayer l'effroi. On va finir par avoir tellement peur que l'on va se réveiller"(...).
Il suffit d'avoir écouté l'émission pour savoir qu'au contraire l'invité explique que cette pédagogie de l'angoisse est contre-productive, car elle ne peut que générer des comportements égoïstes des classes dominantes mondialisées qui se mettent à l'abri, ou des nations prédatrices (par exemple des minerais de terres rares). Malheureusement, G. Erner ne rebondit pas sur cette thèse.
L'invité évoque alors un scénario dans lequel, pour pousser à l'absurde la pédagogie écologiste actuelle, l'effroi remplacerait l'angoisse inefficace.
Malheureusement, la question centrale, fondamentale, de la démographie n'est comme d'habitude pas abordée, alors qu'un psychanalyste aurait pu avoir une réflexion sur cette question qui, au delà des motivations économiques, est surtout un tabou religieux.

Voir le profil de l'utilisateur

174
Répondre en citant  
Re: Les sujets obsessionnels de France Culture (et ses icônes) - le Lun 31 Déc 2018, 12:10

À propos du post précédent : "Erratum" concernant ? et "au contraire" de ?

La thèse du psychanalyste (le genre de personne très apprécié à FC avec les sociologues) est bien connue. Il l'a développée dans nombre d'émissions, car ce monsieur est forcément très populaire à France Culture, cf. "Dernières publications sur Pierre-Henri Castel" ("publications" = "émissions", mais France Culture ne s'embarrasse pas du sens des mots).  Voir notamment celle du 21.10.2018, caricature du France Culture années 2010 avec Mister Apocalyspe himself, Marc Weitzmann, en prophète auto-déclaré.

Le micro-microcosme parisien de FC est vraiment risible. Il faut écouter d'autres radios culturelles où l'on pense et où l'on prend du recul pour voir combien l'enfermement, et non l'ouverture, est la caractéristique des émissions envahissantes d'"actu sociopo" de FC.


*************

RAPPEL : RUBRIQUES récapitulatives des contributions passées (2018) : la semaine 52.

Voir le profil de l'utilisateur

175
Répondre en citant  
France Culture trace ''La Route'' - le Lun 07 Jan 2019, 07:56

Patrick Boucheron, un des membres de l'Apocalypse Band de France Culture propose ce soir une émission intitulée "1er titre de la semaine" (c'est reposant et finalement très bien comme titre) dans une série de cinq : "Le présent des archives (1/5)".

On appréciera le nom de l'invité : "Cinq émissions pour regarder vers le futur. Ce soir avec Machin, économiste." et plus loin dans le descriptif : "Nous en parlons avec machin, économiste." On a échappé à Trucmuche.

Sinon du grand classique pour vous mettre dans une ambiance du tonnerre : "la gravité et l’étendue des problèmes s’accroissent et accélèrent, déjouant les prévisions. On a donné un nom au phénomène, l’Anthropocène. Il pointe clairement la mainmise de l’humain sur la nature et sa capacité à la détruire. "

Si vous en voulez davantage, une deuxième heure est prévue juste après Boucheron : la rediffusion d'une Série documentaire déjà diffusée à 17h : "Bienvenue dans l’anthropocène ! (1/4) ", premier numéro,  Le vivant s’effondre.

Sous-titre engageant : "Un champ. Pour certains c’est la campagne. Pour d’autres un paysage d’apocalypse".

La suite, on est effondré, forcément :

"Bouleversement climatique mais aussi bouleversement biologique puisqu’on parle de la 6e extinction de masse. Depuis 1970, plus de la moitié des animaux sauvages de la planète a disparu, 90 % des poissons pélagiques ont été péchés et la FAO promet une mer sans poissons en 2048. (...) la singularité du moment n’est-elle pas cet anéantissement biologique et ce vaste mouvement de minéralisation ? En quoi cet effondrement est-il peut-être plus grave encore que le réchauffement climatique ?  "

Bonne journée !

Observation sur le français : "A mille lieux des rêves transhumanistes" [un lieu/une lieue]

*************

RAPPEL : RUBRIQUES récapitulatives des contributions récentes (2018-2019) - 2019/Semaine 1.




Dernière édition par Philaunet le Lun 07 Jan 2019, 14:47, édité 1 fois

Voir le profil de l'utilisateur

176
Répondre en citant  
Et sinon, bonne année ! - le Lun 07 Jan 2019, 14:30

Dans la droite ligne de ce catastrophisme obsessionnel et chic, il ne faut surtout pas rater le petit bobino de promotion de l'émission LSD, consacrée aussi à "l'anthropocène". Perrine Kervran, d'un ton enjoué, nous présente cette notion émergente (enfin, émergente dans la mesure où le terme est déjà largement popularisé, défini, analysé partout depuis un certain nombre d'années, mais bon, comme dirait Guillaume Erner : "attendez, là il va falloir ex-pli-quer le terme aux auditeurs, lentement et avec des mots simples surtout"), puis termine en disant ceci :

"Et le constat est simple, c'est l'écologie ou la mort. Sinon, bonne année !"

C'est ça, le France Culture version Treiner, l'apocalyptique mondain et obsessionnel. Vous reprendrez bien une tasse de thé vert avant de mourir dans d'atroces souffrances ?

Encore une fois, le programme de jour ne fait rien pour se faire aimer. Parmi mes tentatives récentes : Pierre Rosanvallon pontifiant chez Caroline Broué, l'annonce que l'inévitable Boucheron sera présent toute la semaine, la caverne de Platon chez AvR (gagne-t-elle un sandwich à la cafétéria chaque fois qu'elle aborde plus de dix fois un sujet éculé ?).

Au fil des années, France Culture est devenue une forteresse : on érige des murs, on réduit les espaces, on s'enferme dans des cercles de plus en plus étroits. Et L'ironie suprême est que la direction appelle cela l'esprit d'ouverture.

Voir le profil de l'utilisateur

177
Répondre en citant  
''Hâter la transformation de soi''... - le Mar 05 Fév 2019, 09:21

Yann Sancatorze(http://regardfc.1fr1.net/t735p170-les-sujets-obsessionnels-de-france-culture-et-ses-icones#32071) a écrit:Dans la droite ligne de ce catastrophisme obsessionnel et chic, il ne faut surtout pas rater le petit bobino de promotion de l'émission LSD, consacrée aussi à "l'anthropocène". Perrine Kervran, d'un ton enjoué, nous présente cette notion émergente (enfin, émergente dans la mesure où le terme est déjà largement popularisé, défini, analysé partout depuis un certain nombre d'années, mais bon, comme dirait Guillaume Erner : "attendez, là il va falloir ex-pli-quer le terme aux auditeurs, lentement et avec des mots simples surtout"), puis termine en disant ceci :

"Et le constat est simple, c'est l'écologie ou la mort. Sinon, bonne année !"

C'est ça, le France Culture version Treiner, l'apocalyptique mondain et obsessionnel. Vous reprendrez bien une tasse de thé vert avant de mourir dans d'atroces souffrances ? (...)
Avant, il FAUT se dépêcher et "hâter la transformation de soi et de la société", comme l'ordonne Mme Rousset : L’animal est l’avenir de l’homme (2/5) Matières à penser par une Dominique Rousset militante que Nessie ne reconnaîtrait pas.

Mantra de France Culture, numéro de "matières à penser" du 04 02 2019 : "Aujourd’hui encore, en dépit des connaissances acquises, il semble que nous ayons du mal à renoncer à notre domination" ; "Une attitude à l’origine des dégâts infligés à la planète" : "Reconnaître enfin l’animal pour ce qu’il est, c’est  nous sauver."

"Domination", "planète",  "sauver"...

Les citations de l'invitée (ne) valent (pas) le déplacement : "Les animaux ''non-humains'' ont exactement les mêmes problèmes que nous car ils vivent dans le même monde que nous", etc.

Le bon français des transcriptions : "il est possible que les animaux d'élevages ou domestiques aient perdus (...)"
Encore une fois, le programme de jour ne fait rien pour se faire aimer. Parmi mes tentatives récentes : Pierre Rosanvallon pontifiant chez Caroline Broué, l'annonce que l'inévitable Boucheron sera présent toute la semaine, la caverne de Platon chez AvR (gagne-t-elle un sandwich à la cafétéria chaque fois qu'elle aborde plus de dix fois un sujet éculé ?)
Vous reprendrez bien un peu de Van Reeth : "Comment faire face, Levinas ? (2/4) : Comment rencontrer autrui ?" (depuis quelque temps "l'Autre" a disparu), hier elle avait invité son collègue de France Culture (ça circule dans les étages) Frédéric Worms. Les entre-invitatons, une tendance forte à FC.
Au fil des années, France Culture est devenue une forteresse : on érige des murs, on réduit les espaces, on s'enferme dans des cercles de plus en plus étroits. Et L'ironie suprême est que la direction appelle cela l'esprit d'ouverture.
"L'esprit d'ouverture", illustré par de passionnants ques-tion-ne-ments  : "Peut-on se réconcilier avec la démocratie ?" ; "Comment faire face au présent ?" ; "Quel peuple pour quelle démocratie ?" ; "La post-vérité va-t-elle profiter à la démocratie ?" ; "Gagner en vitesse, est-ce perdre du temps ?", etc.

Voir le profil de l'utilisateur

178
Répondre en citant  
L'empoisonnement, une des passions de France Culture - le Sam 23 Fév 2019, 14:41

Ne nous étonnons pas. Ce ne sont pas des émissions à vocation scientifique (zoologie, botanique, volcanologie, géologie, etc), littéraire et artistique dans lesquelles France Culture met des moyens pour la production de nouvelles émissions. Non, mais dans le récit de faits divers  et dans les débats dits "d'idées" qui ne sont rien d'autre que des injonctions morales à changer la société et à se repentir.

Aussi faut-il voir le sujet de ce week-end dans "Une histoire particulière, un récit documentaire" comme suivant la ligne éditoriale de Mme Treiner qui est d'attirer des clients avec des sujets d'actualité sensationnels :  Quand espion rime avec poison (1/2) L'affaire Skripal.

On se souvient du diptyque consacré aux Radium girls dans la même série, cf. Marie Chartron, ''Radium Girls'' - le Jeu 07 Fév. 2019. Dans le second volet, on y entendait décrire les symptômes de l'empoisonnement au radium des femmes employées à peindre des montres, on y entendait surtout que ces femmes n'avaient pas été prises au sérieux et qu'il avait fallu qu'un homme soit malade pour que des précautions soient prises. Une émission sur la discrimination femmes/hommes.

Pour cette "saison", nous en sommes au troisième empoisonnement, les 6 et 7 octobre derniers ayant été consacrés à "Violette Nozière, empoisonneuse et parricide".

On rappellera brièvement le choix de consacrer des numéros le week-end aux sœurs Papin, bonnes ayant tué leur maîtresse (1933) ou tout récemment le 9 février à Jack L'éventreur (1888).

France Culture ou le goût prononcé pour le macabre, le malheur et la fin des temps.

Voir le profil de l'utilisateur

179
Répondre en citant  
Le corrrrrrps mis en jeu se déploie à sa guise... - le Lun 25 Fév 2019, 23:16

Téléram', service de com' de FC (il ne faut pas s'attendre, et ce depuis longtemps, à une critique radiophonique indépendante...) : Bals, clubs, rave-party… France Culture met la danse en boîte et c'est Coralie qui s'y colle (on remarque que non seulement les garçons ne font pas de radio mais ils n'écrivent pas non plus dans les journaux dits culturels, restons entre nous, quoi...).

Coralie a donc remarqué (ou recopié le service de presse fourni, ça va plus vite pour les deux petits paragraphes) ceci dans la série LSD, la bien nommée :

"Bals publics, clubs de nuit… ces lieux préservés, dépolitisés, offrent au corps un espace de liberté."


" La productrice Perrine Kervran y explore en profondeur les enjeux sociétaux des boîtes de nuit. Des endroits « dépolitisés, autonomes et préservés », qui « permettent à des communautés parfois minoritaires ou objets d’exactions comme les LGBT ou les Noirs de se retrouver dans un espace où, tout à coup, toutes les distinctions sont absentes », explique Audrey Teichmann, commissaire de l’exposition « La boîte de nuit », organisée en 2017 à la Villa Noailles."

"A défaut d’impliquer des idées, ces endroits engagent le corps : « Il y est mis en jeu en permanence, on lui permet de s’y déployer à sa guise », continue Audrey Teichmann."

[une phrase pareille devrait faire se pâmer Marie Richeux...]

Conclusion des quelques lignes à destination des lecteurs de Télérama : « Je crois qu’il y a autant de plaisir dans la danse que dans le sexe : le même épuisement, la même proximité avec les gens », raconte l’un d’eux [des usagers]. Aidant ainsi à capter l’essence de ces lieux nocturnes.

À comparer avec un opus des Nuits magnétiques des années 1970-1980 pour juger l'époque.

Voir le profil de l'utilisateur

180
Répondre en citant  
Ouverture sur (la fin de) le monde - le Dim 10 Mar 2019, 10:54

Le dimanche 10/03 à 18h14 (quelle précision), une question se pose : Dimanche, et après ?
Ils ne s’écoutent pas entre eux à Franceculture. Après il n'y aura rien, on va tous mourir, ne le saviez-vous pas ?
La réponse était à 12h45 dans Signes (de la fin) des temps : « Le monde est-il aujourd’hui moins dangereux qu’autrefois ou vit-on au contraire plus près de l’apocalypse ? »
D’après vous ? A lire le texte de présentation c’est clair : construisez au plus vite votre abri anti-atomique. Savez-vous qu’il est possible de le customiser ? Ce sera le sujet de prochains Chemins de la connaissance.
Vivement 12h45… Et puis achetez le livre de l’invité sur le sujet, il vient pile de sortir figurez-vous.
De plus la photo grand format proposée sur la page fait franchement baver d’envie. Je veux la même dans ma chambre juste en face de mon lit.
Vous comptez rater l’émission de 12h45 car c’est l’heure de l’apéro ?
Podcast bien sûr, mais aussi possibilité d’approfondir le sujet avec :
La fin de le monde (21/10/2018) par les mêmes auteurs inspirés.
D’autres excellentes questions, « Que faire après la fin du monde ? » (02/01/2017), « Sommes-nous prêts pour la fin de le monde ? » (18/01/19), une belle conférence (10/02/2017) « Pourquoi cet éternel retour de la fin du monde (sur Franceculture) ? » et « Juste la fin du monde ? » (01/01/2018), une série de quatre Culture (fin du) monde.
Il en manque bien sûr, et puis je passe les billets sur le sujet qui se sont multipliés comme des petits pains (Erner, Bellanger…).
Le saviez-vous ? A Tchernobyl la nature croît et se multiplie, et c’est de toute beauté, et ceci trente-trois ans (le bel âge) après la fin de le monde là-bas. Et pas un humain pour pourrir ce merveilleux écosystème.
A quand une série d’émissions, si possible documentaire, sur Francepopo ?

Voir le profil de l'utilisateur

181
Répondre en citant  
Re: Les sujets obsessionnels de France Culture (et ses icônes) - le Dim 10 Mar 2019, 13:00

Tchernobyl?
Rien d'étonnant à ce que la nature soit magnifique à Tchernobyl : la nature sans arrêt crée,  transforme.La Nature ne se soucie pas  de nous, Hommes, nous ne sommes qu'une infime partie d'elle-même.
Le petit problème pour Tchernobyl, ce sont les gens irradiés ,la flambée des cancers.Pour cette région devenue un no-man's land, c'est une bonne ou une mauvaise chose, selon le point de vue mais pour l'homme, c'est quand même très embêtant.(euphémisme)

Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé 


182
Répondre en citant  
Re: Les sujets obsessionnels de France Culture (et ses icônes) -

Les sujets obsessionnels de France Culture (et ses icônes)     Page 18 sur 19

Haut de page ↑   

Aller à la page : Précédent  1 ... 10 ... 17, 18, 19  Suivant

Accueil / France Culture

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum