-->
Forumactif

Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Regards sur France Culture » LES FORUMS » Autres radios culturelles » National Public Radio (États-Unis)

Aller à la page : 1, 2  Suivant

Accueil / Autres radios culturelles

National Public Radio (États-Unis)    Page 1 sur 2

Bas de page ↓   

1
Répondre en citant  
National Public Radio (États-Unis) - le Jeu 28 Mai 2015, 09:09

De la National Public Radio (États-Unis), prenons par exemple la rubrique Arts and life divisée en sous-rubriques : Books / Movies / Pop Culture / Food / Art & Design / Performing Arts / Photography.

Choisissons Art & Design et par exemple intéressons-nous à l'émission du 12 mai 2015 Making Art Out Of Bodies: Sally Mann Reflects On Life And Photography

Qu'y trouve-t-on ?

L'émission téléchargeable, un descriptif de l'émission, des extraits (Highlights) une transcription intégrale de l'entretien de 44 minutes, 48 commentaires d'auditeurs, un renvoi à une émission de 2011 sur la photographe (téléchargeable), un lien vers le site de Sally Mann.

On est "overwhelmed"...

Faut-il faire la comparaison avec l'émission appelée Hors-Champs d'une station culturelle du nom de France Culture ?

En l'occurrence oui, pour ce numéro, en ce qui concerne l'art de l'entretien (pour le reste, on a déjà compris que France Culture faisait pâle figure...). Il se trouve que l'intervieweuse, Terry Gross, n'a pas une voix de garde-chiourme, mais une voix douce qu'elle met malheureusement au service d'un questionnement inquisitorial durant les vingt premières minutes. Agaçant, pour dire le moins. L'entretien tourne autour de 3 sujets : les photos dénudées des enfants de la photographe, les photos de son mari atteint de maladie et les photos de corps en décomposition dans le cadre de son travail avec un service d'analyse médico-légale.

Le dernier commentaire en ligne* (suivi d'autres approbateurs) suffit pour décrire ce qui a gêné dans la première partie de l'entretien. Les deux autres sujets sont très bien abordés, notamment le dernier, dont une partie du contenu rappelle certains propos entendus dans un numéro de Sur les Docks consacré aux corps légués à la science, à savoir le grand respect des chercheurs pour ces corps ("Ayant fait don de mon corps" Champ libre du vendredi 17 octobre 2008).

* Victoria Ferreira • 15 days ago

As a rule, I think Terry Gross is the most brilliant questioner ever. This time, she failed. Mann's youngest child, as she mentioned, is now age 30. The hammering and hammering about Mann's "using" and "manipulating" her kids became embarrassing. The woman is an artist -- some artists aren't very articulate about the why/wherefore. As a person who was REALLY abused (wringing pinches
where they could not be seen, fore-arm twisting, head-slaps), Mann get's my vote.

Voir le profil de l'utilisateur

2
Répondre en citant  
Re: National Public Radio (États-Unis) - le Jeu 28 Mai 2015, 20:08

Il manquait en effet à ce forum la comparaison avec NPR, radio certes publique, mais financée aussi en grande partie par voie caritative (fondations, donations, mécénat etc.). Elle est très connotée "middle-class liberal", et ses auditeurs se situent souvent dans une tranche d'âge au delà de la quarantaine. Les formats sont très cadrés et millimétrés (même école que la BBC).
Concernant l'art de l'entretien, oui, c'est cinglant... Peut-être est-ce parce que ces producteurs sont formés à l'école de la "talk radio", où l'on apprend à parler pendant des heures sans se répéter, à rester clairs et éloquents, à poser sa voix, à éliminer les scories, bref, de la parole au micro comme un sportif de fond s'entraîne en éliminant tout ce qui fait défaut dans son style. Laure Adler, mais aussi les Laurentin Girls n'auraient aucune chance, cela va sans dire. Un style débraillé avec trois bouts de phrases non terminées, corrigées par une proposition, puis une question, puis une affirmation, puis un silence... (avec une façon vulgaire d'étaler ses hésitations, comme si quelqu'un mangeait ostensiblement la bouche ouverte devant vous). Non, ça ne passerait pas. Terry Gross est le meilleur exemple de cette langue mûrie, articulée et éloquente (c'est l'intervieweuse vedette historique de la station). Et à l'inverse des formats de FC, c'est d'abord vers l'auditeur que la productrice se tourne, avant de s'adresser à l'invité, et le souci de l'écoute par les auditeurs est permanent. Vocalement, il y a une "curiosité" sur NPR, le "Diane Rehm Show" (format de table ronde sur les questions du jour), avec une productrice historique qui a contracté en 1998 une maladie neurologique (spasmodie dysphonique) qui rend son débit très très hâché et lent :
http://www.npr.org/people/2101067/diane-rehm
Mais elle continue à produire ses émissions, et son statut de broadcasteuse historique fait que ses invités oublient cette particularité et les émissions se déroulent tout à fait normalement.

Au sujet des commentaires d'auditeurs, là encore, distance infranchissable avec FC. FC ferme petit à petit ses espaces de commentaires sur le site, et il n'y a plus que sur FB et Twitter que ceux-ci (ceux qui n'ont pas été bloqués) peuvent s'exprimer. Et c'est pas bien beau. C'est d'un niveau atterrant. Pourquoi un tel niveau sur FC alors que la Radio 4, NPR ou This American Life semblent réunir autour d'eux une communauté d'auditeurs doués de raison et langage? A croire que le remplacement des programmes à France Culture a conduit à un profond remplacement d'auditeurs : une meute d'approbateurs à peine alphabétisés... On n'y trouve aucun commentaire sensé d'émission, aucun raisonnement, aucun prolongement, aucun débat. Etrange...

Voir le profil de l'utilisateur

3
Répondre en citant  
Re: National Public Radio (États-Unis) - le Mer 27 Jan 2016, 08:06

@YS 114 : Dans le fil Le nouveau site de France Culture, le 25 janvier 2016 post 17, Jean-Luuc mentionne l'émission Soft power de Frédéric Martel dont le descriptif contient le lien suivant qui développe la partie institutionnelle de votre contribution précédente  : NPR ou National Public Radio, une radio qui n’est ni publique, ni nationale. C'est informatif.

Pour ce qui concerne le contenu et la qualité, quasiment rien, au rebours des intéressantes considérations sur l'art de l'entretien que vous faites plus haut. Il faudra y revenir, car nous sommes actuellement accablés d'informations sur la présentation, la transmission, l'acquisition, la disponibilité (« à vie » !) des produits, sans jamais que soient évoquées la qualité et la variété des contenus.

Voir le profil de l'utilisateur

4
Répondre en citant  
Re: National Public Radio (États-Unis) - le Mar 10 Mai 2016, 17:38

Un long article/interview du Guardian au sujet de This American Life : Ira Glass y est interviewé au sujet du spectacle qu'il a tiré de son émission, et on y lit quantité d'observations sur le processus de production de son émission, l'explosion d'offres de podcasts, la difficulté de traiter de sujets politiques au cours d'une année électorale etc.

On songe bien sûr à nos misérables Pieds sur Terre (qui citent TAL comme modèle), qui rêveraient d'une telle notoriété, et on ne peut pas s'empêcher de mesurer toutes les différences de démarche et de professionnalisme. On imagine mal les équipes des PST s'encombrer de questions d'équilibre de parole, de neutralité, de respect de l'auditeur, de qualité de montage et de production. Nous ne profitons pas, en effet, d'une production faite pour nous, il s'agit d'abord d'une petite équipe qui profite d'une antenne nationale pour ressasser ses obsessions, pour taper sur ses inoffensives têtes de turcs, et se gonfler d'une sentiment de supériorité morale. Rien à voir, donc, avec la démarche d'humilité et de prise de risque vécue à l'écoute de This American Life.

Voir le profil de l'utilisateur

5
Répondre en citant  
Doo Doo - le Lun 18 Juil 2016, 00:48

Une ultime conférence pour David Cameron quittant le 10 Downing Street, un micro resté accroché à la chemise capturant un fredonnement lorsque celui s'éloigne, et les quelques notes ont attiré l'attention de musiciens, comme le raconte cette page du site de NPR.

La Fantasy du milieu de page est très forte, mais elle ne vaut pas la fugue improvisée par Gabriela Montero. Ce genre de page est difficilement envisageable sur le site de France Culture, pour deux raisons :

- la musique classique est la marque discriminante d'une élite qui se reproduit (pas de proposition singulière réinventant notre rapport au futur de notre avenir).

- Gabriela Montero est une Vénézuelienne anti-chaviste, et rien que pour ça à France Culture on vous révoque votre passe d'accès aux couloirs de la station.

Voir le profil de l'utilisateur

6
Répondre en citant  
De la culture en barre (in -music- bars) - le Mar 19 Juil 2016, 14:43

Yann Sancatorze(http://regardfc.1fr1.net/t706-national-public-radio-etats-unis#26343) a écrit:Une ultime conférence pour David Cameron quittant le 10 Downing Street, un micro resté accroché à la chemise capturant un fredonnement lorsque celui s'éloigne, et les quelques notes ont attiré l'attention de musiciens, comme le raconte cette page du site de NPR.

La Fantasy du milieu de page est très forte, mais elle ne vaut pas la fugue improvisée par Gabriela Montero. Ce genre de page est difficilement envisageable sur le site de France Culture, pour deux raisons :

- la musique classique est la marque discriminante d'une élite qui se reproduit (pas de proposition singulière réinventant notre rapport au futur de notre avenir).

- Gabriela Montero est une Vénézuelienne anti-chaviste, et rien que pour ça à France Culture on vous révoque votre passe d'accès aux couloirs de la station.
Complètement jubilatoire cette série d'improvisations sur les notes fredonnées par David Cameron en entrant au 10, Downing Street, David Cameron, Musical Muse? 13 07 2016.

L'interprétation décoiffante de Gabriela Montero est aussi ici. Mais vraiment le pot-pourri donné sur le site de Classic FM vaut le déplacement : Variations on 'Cameron's Lament'.

Comment ne pas adorer la culture britannique, ici le goût profond pour la musique, la fantaisie débridée associée à une grande culture !

L'article de la NPR signale que dans l'interprétation des quatre notes se trouve  "At the top of the list: Elgar's Cello Concerto" ici en extrait avec Jacqueline Du Pré en vidéo (dirigée par son mari Daniel Barenboïm), très, très émouvant, toujours, de la retrouver. Jacqueline Du Pré, qui soit dit en passant, n'aura pas eu cette chance de profiter des extraordinaires et tout récents progrès de la médecine pour stopper sa sclérose en plaque, hélas.

Le concerto d'Elgar vient d'être donné aux Proms dans une magnifique interprétation de Sol Gabetta* : à 48' Prom 01: First Night of the Proms 2016 (attention fichier instable, possible surcharge d'écoute en ligne ?)

Merci encore Yann Sancatorze pour le relais de cette information, une occasion de découvrir  la station Classic FM.

* Argentine cellist Sol Gabetta makes her Proms debut in Elgar's hauntingly lyrical Cello Concerto, the first in a series of works this season throwing a spotlight on the instrument.

Voir le profil de l'utilisateur

7
Répondre en citant  
Re: National Public Radio (États-Unis) - le Mar 11 Oct 2016, 20:00

Encore plus fort que notre système révolutionnaire de pastille d'écoute : Shortcut, l'outil de sélection de passage pour This American Life.  Je recommande le visionnage de la vidéo, c'est très clair : cet outil permet de sélectionner un morceau de texte à partir de la transcription de l'émission, et de créer à partir de là une pastille que l'on peut poster où l'on veut (réseaux sociaux, mails etc.). Une façon redoutable de partager des passages d'émissions auprès de ses amis.

Voir le profil de l'utilisateur

8
Répondre en citant  
Merci ''American Public Media'' ! - le Lun 11 Mar 2019, 13:34

Au détour d'une référence, Sara Mohr-Pietsch, dans le dernier numéro de ''Choir and Organ'', mentionne l'émission ''Pipedreams'', partenaire aux États-Unis. Voilà qui ne tombe pas dans l'oreille d'un sourd, filons donc à la découverte de ''Pipedreams'. Oh, oh, mais voici qui est fort intéressant : Preludes and Fugues Week of February 25, 2019.

Un présentateur à la voix chaleureuse guide l'auditeur dans la musique pour orgue, ici hors des pièces sacrées, depuis Bach jusqu'à nos jours.

Il est possible d'écouter les deux heures de suite sur le site ou de choisir l'écoute en deux fois une heure.

Pour mémoire le programme ci-dessous et suggestion : écouter le dernier compositeur au programme de la première heure, le suédois Fredrik Sixten qui a composé sa pièce l'année de la mort de Maurice Duruflé, en s'inspirant de lui, nous dit Michael Barone.

Pas d'émission sur l'orgue à France Musique ? Direction le Royaume-Uni et les États-Unis !

Question : quelle différence y a-t-il entre ''American Public Media'' et ''National Public Radio'' ?

Music played in the program
Hour 1
HENRY MARTIN: Prelude & Fugue No. 9 in B –Stephen Tharp (1997 Fisk-Rosales/Edythe Bates Old Recital Hall, Rice University, Houston, TX) Pipedreams 1004
GEORG ANDREAS SORGE: Praeludium No. 4 in e. FRIEDRICH WILHELM MARPURG: Fugue No. 7 in E –Martin Haselböck (1753 Silbermann/Parish Church, Frankenstein, Germany) Querstand 0220
FRANZ LACHNER: Prelude & Fugue in E/e –Rudolf Innig (1911 Walcker/St. Jacob’s Church, Ilmenau, Germany)
CHARLES VILLIERS STANFORD: Prelude & Fugue in e –Tom Winpenny (1892 Binns/Queen’s College Chapel, Oxford, England) Resonus 10104
FERUCCIO BUSONI: Prelude & Fugue, Op. 5 –Paolo Bottini (1968 Bevilacqua/St. Andrea Church. Empoli, Italy) Bongiovanni 5191
FREDRIK SIXTEN: Prelude & Fugue (1986) –James D. Hicks (1929 Setterquist/Linköping Cathedral,Linköping, Sweden) Pro Organo 7239

Hour 2
ABRAHAM van den KERCKHOVEN: Prelude & Fugue in G –François Houtart (1995 Westenfelder/Notre Dame Cathedral, Luxembourg) Pavane 7381
JOSEF SEGER: Prelude & Fugue in D –Michal Novenko (1673 Mundt/Tyn Church, Prague, Czech Republic) Priory 880
OTTO OLSSON: Prelude & Fugue in f-sharp, Op. 52 (1918) –Hans Fagius (1976 Åkerman & Lund/Katarina Church, Stockholm, Sweden)
PAULI RIIHIVAARA: Prelude and Fugue (1937) –James D. Hicks (1980 Virtanen/Turku Cathedral, Finland) Pro Organo 7279

CAMILLE SAINT-SAËNS: Prelude & Fugue in G, Op. 109, no. 2 –Margaret Phillips (1891 Willis -1936 Harrison/Exeter Cathedral, England) York 110
FELIX MENDELSSOHN (trans. Bossert): Prelude & Fugue in B-flat, Op. 35, no. 6 –Christoph Bossert (1850 Schönach/St. Peter & Paul Church, Kastelruth, Germany) Saphir 830.860

Rappel du message précédent, fonction signalée toujours opérante ?
Yann Sancatorze(http://regardfc.1fr1.net/t706-national-public-radio-etats-unis#27173) a écrit:Encore plus fort que notre système révolutionnaire de pastille d'écoute : Shortcut, l'outil de sélection de passage pour This American Life.  Je recommande le visionnage de la vidéo, c'est très clair : cet outil permet de sélectionner un morceau de texte à partir de la transcription de l'émission, et de créer à partir de là une pastille que l'on peut poster où l'on veut (réseaux sociaux, mails etc.). Une façon redoutable de partager des passages d'émissions auprès de ses amis.

Voir le profil de l'utilisateur

9
Répondre en citant  
Corne d'abondance - le Mer 13 Mar 2019, 11:12



''Great stuff'' ajoute Michael Barone après l'écoute de JOSEF SEGER: Prelude & Fugue in D –Michal Novenko (1673 Mundt/Tyn Church, Prague, Czech Republic) Priory 880

''He deserves a medal'' dit-il de James D. Hicks qui a déjà enregistré 7 CD de "Nordic music" pour Pro Organo, ajoutant un intéressant commentaire sur le compositeur et organiste finlandais PAULI RIIHIVAARA pour son Prelude and Fugue (1937).

Programme détaillé de la deuxième heure de ’’Pipedreams’.  Preludes and Fugues à voir dans le post précédent.

Montez le son ! L'on comprend que des jeunes s'enthousiasment pour le répertoire de l'orgue, notamment contemporain, le son produit est une expérience totale, surtout, comme le dit le fort sympathique Michael Barone, quand l'espace qui l'accueille est adapté (voir les questions d'acoustique discutées par Antoine Pecqueur sur France Musique).

Superbe conclusion de l'émission avec FELIX MENDELSSOHN (trans. Bossert): Prelude & Fugue in B-flat, Op. 35, no. 6 –Christoph Bossert (1850 Schönach/St. Peter & Paul Church, Kastelruth, Germany) Saphir 830.860.

Voir le profil de l'utilisateur

10
Répondre en citant  
'The Seven Last Words'' - le Mar 16 Avr 2019, 10:29

Famous Last Words Week of April 8, 2019

…in anticipation of Holy Week, selections from various compositions that enshrine Jesus’s final earthly utterances.

National Public Radio (États-Unis) 1914newsletter

1915-1996 Casavant/St. John the Baptist Church, Montreal, Quebec, Canada

Programme éblouissant pour cette émission précédant Pâques sur le thème des Sept dernières paroles du Christ. Michael Barone, tout attaché qu'il est à défendre la musique pour orgue (c'est le sens de son émission) ne rechigne pas à faire un écart de temps en temps, par exemple en choisissant une interprétation  à l'accordéon de F. J. HAYDN (trans. Rantanen): Father, into Thy hands (vii.), fr The Seven Last Words –Matti Rantanen, accordion.

Un numéro qui fait également entendre les compositions de THEODORE DUBOIS (voir post 61) et de TOURNEMIRE: Consummatum est (vii.), fr Sept Paroles du Christ, Op. 67 –Stefan Kagl (1961 Förster & Nikolaus/Herford Münster, Germany) Motette 13041

Une découverte, parmi tant d'autres, l'interprète et improvisateur SIETZE de VRIES qui joue  Aus tiefer Not –Noordelijk Vocaal Ensemble/Leendert Runia; Sietze de Vries (1962 Ahrend & Brunzema/St. Martini Church, Bremen, Germany) JSB Records 151017

Très belle captation vidéo  d'un concert dans Saint-Savin organ, Sietze de Vries improvises on "une jeune fillette" (July 2017)

La grande découverte que l'on peut faire, c'est la compositrice PAMELA DECKER dont The Seven Last Words and Triumph of Christ (premiere) est diffusée par parties tout au long de l'émission qui se conclut d'ailleurs sur :

DECKER: Woman, behold thy son (iii.), My God, my God, why have you forsaken me? (iv.), I thirst (v.), and It is finished (vi.), fr The Seven Last Words and Triumph of Christ (premiere) –Douglas Cleveland (2017 Richards-Fowkes/Village Presbyterian Church, Prairie Village, KS) PD Archive (r. 7/3/18)
DECKER: Father, into Thy hands I commend my spirit (iv.), Passacaglia, Procession to the Tomb, and Toccata, The Resurrection (viii.), fr The Seven Last Words and Triumph of Christ –Jacob Benda (1949 Wicks/Basilica of St. Mary, Minneapolis, MN) PD Archive (r. 8/5/18).

On remarquera la précision scrupuleuse des informations concernant les œuvres diffusées. France Musique, pourtant remarquable dans ses descriptifs, ne va jamais jusque-là.

Quelle chance que Sara Mohr-Pietsch de Choir & Organ sur la BBC, ait mentionné Michael Barone et son émission Pipedreams ! Michael Barone, septuagénaire, est un des plus compétents et radiogéniques producteurs/présentateurs que l'on puisse entendre. On est loin de certains Zébulon de France Musique...

PS.  À propos d'orgue, je m'étais demandé si, après Lang Lang, une journée serait consacrée à Olivier Latry et son enregistrement tout récent à Notre-Dame de Paris. Il a eu le droit à une petite matinée qui est sous ce lien Olivier Latry, organiste, est l'invité du jour, le jeudi 11 avril 2019.

Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé 


11
Répondre en citant  
Re: National Public Radio (États-Unis) -

National Public Radio (États-Unis)     Page 1 sur 2

Haut de page ↑   

Aller à la page : 1, 2  Suivant

Accueil / Autres radios culturelles

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum