-->
Forumactif

Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Regards sur France Culture » LES FORUMS » France Culture » Au fil de l'écoute

Aller à la page : Précédent  1 ... 39 ... 74, 75, 76, 77  Suivant

Accueil / France Culture

Au fil de l'écoute    Page 75 sur 77

Bas de page ↓   

741
Répondre en citant  
Re: Au fil de l'écoute - le Mar 18 Déc 2018, 11:28

Lvstvcrv(http://regardfc.1fr1.net/t163p730-au-fil-de-l-ecoute#31935) a écrit: (...) Actuellement sur France Culture, on peut espérer mieux comprendre l'actualité sociale et économique française grâce à des émissions documentaires (telles que Les Pieds sur Terre et Sur les docks), sous la forme de témoignages permettant de donner la parole également à "ceux qui ne sont rien" mais que l'on rencontre depuis quelques semaines sur les ronds-points. (...)
Les Pieds sur Terre et La série documentaire sont, comme il l'a été démontré maintes fois, des reportages montés par des équipes politiquement motivées afin de répandre un point de vue (cf notre rubrique Le paradigme idéologique de France Culture) et de donner à France Culture cette coloration de misérabilisme si appréciée des jeunes et moins jeunes "productrices". Il est loisible d'apprécier ça, mais France Culture s'honorerait de remplacer ces créneaux par des émissions de savoir au lieu de ces micro-trottoirs qui mettent en valeur le populisme.

Voir le profil de l'utilisateur

742
Répondre en citant  
Re: Au fil de l'écoute - le Mar 18 Déc 2018, 11:47

Lvstvcrv(http://regardfc.1fr1.net/t163p740-au-fil-de-l-ecoute#31935) a écrit:Dans ce numéro très intéressant de "Dimanche et après ?" du 16/12 les intellectuels ont-ils entendu les gilets jaune ?, cette remarque d'une journaliste invitée à propos des intellectuels experts [son mp3="http://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/11186-16.12.2018-ITEMA_21922742-0.mp3" debut="24:16" fin="24:43"] est l'occasion de réfléchir au profil des experts et intellectuels à réunir, pour parler de l'actualité socio-politique et économique.

Dans l'Esprit public, surtout dans l'ancienne formule de Ph. Meyer (mais la nouvelle ne s'en éloigne guère, malheureusement), quelques vieilles badernes étaient rassemblées pour discuter laborieusement de l'actualité, tout en se congratulant d'être tellement cultivés, et tellement spirituels. On s'endormait déjà avant le gigot du dimanche et la sieste, satisfait d'avoir finalement entendu ce qu'on attendait de la part d'un tel aréopage. Les auditeurs n'apprenaient rien, mais étaient flattés d'être tellement cultivés puisque des gens si considérables disaient ce qu'eux-mêmes pensaient.

Un Esprit public rassemblant de jeunes chercheurs des différentes disciplines concernées (économie, sociologie, politiques française et internationale...) serait beaucoup plus intéressant, animé, instructif, exposant peut-être des remarques, propositions, points de vue innovants et inattendus sur ces questions. C'est ainsi que l'on se cultive.

Actuellement sur France Culture, on peut espérer mieux comprendre l'actualité sociale et économique française grâce à des émissions documentaires (telles que Les Pieds sur Terre et Sur les docks), sous la forme de témoignages permettant de donner la parole également à "ceux qui ne sont rien" mais que l'on rencontre depuis quelques semaines sur les ronds-points.

Une rénovation complète de l'Esprit public compléterait cette approche documentaire par des analyses et idées, et permettrait ainsi à France Culture de participer et contribuer à la réflexion nationale que l'on nous annonce, par des débats plus stimulants que ceux qui nous sont proposés actuellement dans cette émission.
On reconnaît bien là Lustucru et son envie de placer ses petits camarades qui, ô surprise, seraient tous du même bord politique, genre économistes atterrés, Lordoniens pleins d'espoir de grand soir, Bourdieusiens en deuil éternel, OSCistes militants déguisés en observateurs, etc. Qu'il faille faire intervenir de jeunes chercheurs, oui, absolument (tous ne sont pas en galère comme semble le dire la journaliste, mais le misérabilisme culturel existe aussi), ce qui ne veut pas dire écarter tous les experts qui ont l'avantage d'une longue… expertise et expérience de leur sujet, ce qui peut aider. J'écarterais juste volontiers Badiou, qu'en pensez-vous l'homme aux pâtes?

Au fait Elizabeth Quin reçoit très volontiers dans 28' ces jeunes doctorants, avec catogan, petits gilets ou Tshirts à dessins, moustaches, lunettes à la mode, sneakers Nike rutilants. Généralement, ils sont tellement agressifs, fixés sur la dégurgitation de leur discours codé, tellement prévisibles, que leur participation n'offre pas grand intérêt.

Voir le profil de l'utilisateur

743
Répondre en citant  
Re: Au fil de l'écoute - le Mar 18 Déc 2018, 20:55

de Gilles et John
Madame Quin a reçu Cassandro le formidable catcheur homosexuel mexicain que vous pouvez retrouver dans Cassandro the exotico un film de Marie Losier, formidable non pas parce qu’il est catcheur et homo mais parce qu’il est un type devenu très généreux. Cela nous change de tout ces gugusses décrits par Munstead. Lvstvcrv a un peu raison quant aux pieds dans la gadoue, la gadoue mais il faut avouer qu'il faut parfois se tartiner des nombrilistes imbuvables imbus de leur sexualité : à la radio comme à la télé il faut zapper ou écouter/regarder en rigolant d'un œil critique .

Voir le profil de l'utilisateur

744
Répondre en citant  
Re: Au fil de l'écoute - le Mar 18 Déc 2018, 21:00

PS: j'ai oublié le titre de mon poste : la p'tite Quin Quin ^pas du tout Bruno Dumont  ma Loute
NB: impossible désormais de poster en  "anonymus" ? Au fil de l'écoute - Page 75 0056

Voir le profil de l'utilisateur

745
Répondre en citant  
La vie de l'esprit - le Sam 29 Déc 2018, 18:49

Philaunet souligne l'absurdité de l'opinion d'un sociologue qui s'exprime ainsi :
Philaunet(http://regardfc.1fr1.net/t19p680-les-matins-de-france-culture#31999) a écrit:(...) Le macronisme est vidé de sa substance, c’est fini. » de Luc Rouban, Sociologue, spécialiste de la fonction publique, directeur de recherches à Sciences Po - Cevipof. (...)
Effectivement, on ne peut qu'être d'accord avec Philaunet, ce sociologue n'est pas très sérieux, en tout cas il n'écoute pas France Culture. La macronie persiste et dure, il suffit d'écouter les bulletins d'information de FC pour le comprendre : à chaque fois nous avons un nouvel épisode de la saison II de Benalla ("le retour").

Et pour rester sur cette note consensuelle en cette fin d'année, je signale cette rediffusion le 26/12 d'une Concordance des temps : La presse populaire et la vie privée sous l'Ancien Régime (première diffusion en 2000) au cours de laquelle J.N. Jeanneney diffuse une intervention de Georges Duhamel des années 1950 qui, j'en suis certain, ravira Philaunet, puisque Duhamel déplore l'envahissement des médias par les faits divers aux dépens de la vie de l'esprit : [son mp3="http://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/13915-26.12.2018-ITEMA_21931930-0.mp3?track=false" debut="19:06" fin="19:36"]

La vie de l'esprit, c'est malheureusement encore sur France Inter qu'il faut la chercher, dans la tradition des Chansonniers que cette station diffusait il y a 60 ans, avec ce morceau d'anthologie, un montage radiophonique très savoureux (Entre deux réveillons, chronique d'une année agitée, extrait d'Un bruit qui court du 29/12). Pour vous donner l'envie d'écouter les 17mn de cette chronique irrévérencieuse, en voici quelques morceaux choisis (sur la concorde [son mp3="http://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/13947-29.12.2018-ITEMA_21935664-0.mp3" debut="07:15" fin="07:28"], l'intelligence [son mp3="http://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/13947-29.12.2018-ITEMA_21935664-0.mp3" debut="08:44" fin="08:54"], les gaulois [son mp3="http://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/13947-29.12.2018-ITEMA_21935664-0.mp3" debut="14:35" fin="15:09"])

C'est en quelque sorte l'esprit qui ruisselle ainsi de l'Élysée sur Radio France.

Formons ensemble le vœu qu'en 2019 une nouvelle version des Papous renoue sur France Culture avec cet humour malicieux.

Voir le profil de l'utilisateur

746
Répondre en citant  
Bien vu, Jean-Noël Jeanneney ! - le Dim 30 Déc 2018, 13:08

Dans le post précédent
(...) J.N. Jeanneney diffuse une intervention de Georges Duhamel des années 1950 qui, j'en suis certain, ravira Philaunet, puisque Duhamel déplore l'envahissement des médias par les faits divers aux dépens de la vie de l'esprit : [son mp3="http://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/13915-26.12.2018-ITEMA_21931930-0.mp3?track=false" debut="19:06" fin="19:36"]
Jean-Noël Jeanneney est un homme subtil. Il n'a pas été Secrétaire d'Etat à la Communication par hasard, ni non plus Président de la Bibliothèque nationale de France (2002-2007) sans les qualités de communication requises à ce poste, lequel était à cette époque très sensible. Il sait faire passer des messages auprès de l'actuelle direction de la chaîne.
Formons ensemble le vœu qu'en 2019 une nouvelle version des Papous renoue sur France Culture avec cet humour malicieux.
Pour rappel, Les Papous dans la tête était une émission de jeux littéraires.

Voir le profil de l'utilisateur

747
Répondre en citant  
Les hérauts du conformisme radiophonique en sortie à Strasbourg - le Mer 30 Jan 2019, 22:24

Une journée de la station dans la capitale alsacienne, tous aux abris (des Nuits de FC). France Culture réduite à la vacuité de ses émissions d'actualité.

Pas le courage de faire une pastille des Matins tournant autour d'un projet de contournement routier (le GCO, pour les intimes). On y entend le vieillissant Roland Ries (né en 1945) maire depuis dix ans, et dix ans sénateur auparavant (fins de mois ok, because Sénat a un régime de retraite spécial, mais chut) dire qu'il ne sait pas à 14 mois de l'échéance ce qui va se passer aux élections municipales. Incroyable, ça !

J'ai pensé que vous préféreriez écouter Hervé Gardette qui lance son sujet selon la même formule que Nicolas Martin (et d'autres, peut-être, est-ce une consigne ?) et qui propose de réfléchir à la question : de bonnes routes sont-elles bonnes pour le déplacement (= "la mobilité"...)? [son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/18722-29.01.2019-ITEMA_21965299-3.mp3 " debut="01:17" fin="05:56"]
Services publics : peut mieux faire ? 29/01/2019.

Le midi, Olivia dite Gesbert a déniché ze unique philosophe de la ville, celui qu'on convoque dans n'importe quelle discussion, j'ai nommé Jean-Luc Nancy (né en 1940). Il n'a rien à dire, mais c'est une gloire (voir sa bio). On applaudit donc le "philosophe du 'être avec'" dixit OG, dans ce débat qui promet, Quel peuple pour quelle démocratie ? 29/01/2019. Faut-il en rire ? À chacun d'apprécier : [son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/18722-29.01.2019-ITEMA_21965299-1.mp3" debut="00:26" fin="05:56"]

*******************
Recommandation du jour : les contributions 1 à 5 A noix vue avec Amiens Blanger [j'ai vérifié par des copiés-collés, toutes les réponses, pour invraisemblable que ce soit, sont effectivement sorties des chroniques dudit, comme précisé dans les posts].

Voir le profil de l'utilisateur

748
Répondre en citant  
Marie Chartron, ''Radium Girls'' - le Jeu 07 Fév 2019, 22:29

Lecture en diagonale du programme de FC, l’œil s'arrête sur le nom de l'auteur de l'émission, dont une mention louangeuse avait été faite ici : Marie Chartron, productrice de documentaires - le Mar 27 Sep 2016.

Donc podcast de Radium Girls (1/2) Des femmes lumineuses 02/02/2019, dans la série du week-end "Une histoire particulière". Un documentaire de Marie Chartron, réalisé par Laurent Paulré.

Eh bien, ce n'est pas mal du tout. Bon rythme, bon montage. Pour le contenu, tout est dit dans le descriptif*.  Riche page avec des photos, des archives radiophoniques, une page de publicité d'époque, des détails, des liens, des références. Un modèle du genre.

Aussi, tentons le deuxième numéro, Radium Girls (2/2) : Le radium au tribunal.

*Qui se souvient, enfant, avoir scruté longuement dans le noir les chiffres lumineux d’un cadran de montre ou de réveil, dont l’effet magique faisait oublier l’heure donnée ?
En 1917, de jeunes ouvrières sont embauchées à Newark, New Jersey, par l’US Radium Corporation pour leurs qualités alors jugées féminines : la précision, le soin et la dextérité.
1er épisode : Radium Girls, des femmes lumineuses

Munies d’un pinceau extrêmement fin, les jeunes femmes devront peindre sur des cadrans de montre ou d’instruments de mesure aéronautique des chiffres avec de la peinture luminescente au radium.
Sur fond de Première Guerre mondiale, cette industrie explose littéralement pour répondre aux besoins de l’armée américaine.
Révolutionnant l’histoire des sciences, Marie et Pierre Curie avaient découvert le radium en 1898, élément bientôt paré de toutes les vertus - cosmétiques, curatives, aphrodisiaques.
Undark, tel est le nom de la peinture merveilleuse utilisée par les ouvrières de Newark.
Elles rivalisent de vitesse pour avoir le meilleur rendement. Elles affinent continuellement le pinceau en le portant à la bouche. Et lorsque quittant l’atelier, elles marchent dans la rue à la nuit tombée, un stupéfiant halo lumineux les entoure : leurs vêtements, leurs cheveux, leur peau luisent.
Ce soudain basculement dans le surnaturel les amuse.
Dans le même temps, les scientifiques travaillant à l’élaboration du radium prennent toutes les précautions pour le manipuler, davantage conscients des maux qu’une exposition aux rayonnements ionisants peut engendrer.

Voir le profil de l'utilisateur

749
Répondre en citant  
António Lobo Antunes Marie Richeux - le Ven 08 Fév 2019, 00:00


Peut-être à classer dans une rubrique "écoute comparée":
António Lobo Antunes chez Marie Richeux (par les temps qui courent), António Lobo Antunes chez Alain Veinstein (du jour au lendemain).
Certes le temps s'est écoulé... António Lobo Antunes est peut-être un peu fatigué par les temps qui courent mais le contraste est intéressant. António Lobo Antunes est un personnage quelque peu singulier, mais la teneur elle-même des silences (silences fréquents dans les 2 émissions) n'a comme qui dirait pas le même goût. On ressent comme une gêne, un embarras, une exaspération d'un côté, et de la réflexion de l'autre... J'ai pensé un instant que je me faisais des idées, puis j'ai entendu António Lobo Antunes demander carrément si il ne serait pas temps d'en rester là et d'écourter. Il y aurait beaucoup de choses à dire sur ce pénible entretien, je manque de courage pour formuler mon ressenti. Mais j'invite les courageux à écouter, c'est pénible mais étrangement captivant, comme un accident en bord de route, à classer dans l'art de l'entretien radiophonique, choses à faire et à ne pas faire. J'ai pensé au fil consacré à Hors-Champ et Laure Adler, ajoutez Marie Richeux...

Voir le profil de l'utilisateur

750
Répondre en citant  
Re: Au fil de l'écoute - le Ven 08 Fév 2019, 20:31

Disalvo(http://regardfc.1fr1.net/t163p740-au-fil-de-l-ecoute#32262) a écrit:
Peut-être à classer dans une rubrique "écoute comparée":
António Lobo Antunes chez Marie Richeux (par les temps qui courent), António Lobo Antunes chez Alain Veinstein (du jour au lendemain).
Certes le temps s'est écoulé... António Lobo Antunes est peut-être un peu fatigué par les temps qui courent mais le contraste est intéressant. António Lobo Antunes est un personnage quelque peu singulier, mais la teneur elle-même des silences (silences fréquents dans les 2 émissions) n'a comme qui dirait pas le même goût. On ressent comme une gêne, un embarras, une exaspération d'un côté, et de la réflexion de l'autre... J'ai pensé un instant que je me faisais des idées, puis j'ai entendu António Lobo Antunes demander carrément si il ne serait pas temps d'en rester là et d'écourter.  Il y aurait beaucoup de choses à dire sur ce pénible entretien, je manque de courage pour formuler mon ressenti. Mais j'invite les courageux à écouter, c'est pénible mais étrangement captivant, comme un accident en bord de route, à classer dans l'art de l'entretien radiophonique, choses à faire et à ne pas faire. J'ai pensé au fil consacré à Hors-Champ et Laure Adler, ajoutez Marie Richeux...
À propos du souvenir de voix : Jacques Brel dans Au suivant
"cette voix depuis je l'entends tout le temps
Au suivant, au suivant
Cette voix qui sentait l'ail et le mauvais alcool
C'est la voix des nations et c'est la voix du sang
"

La voix de Mme Richeux : c'est la voix de l'indigence intellectuelle, de la minauderie, la voix de la sottise pure,  la voix de la vacuité.

Quand je tombe sur quelques secondes de l'émission de 21h, ce qui domine, c'est le dégoût et surtout la colère d'observer que des êtres d'exception (certains des conviés à FC le sont) se font peut-être entendre pour la dernière fois sur l'antenne culturelle, et ce, dans des conditions lamentables. C'est du gâchis humain, de l'enterrement définitif.

Il n'est pas question de courage ici mais de résistance à la connerie. La comparaison avec Veinstein pourrait être intéressante, mais le constat n'est plus à faire quand on connaît les intervieweurs en question. Notons qu'Alain Veinstein n'était pas à son meilleur niveau en 2012. Il ne semble pas avoir pris la mesure de la parole essentielle en face de lui, certaines de ses pseudo-questions sont à côté de la plaque. Lobo Antunes ne lui en veut pas.

Donc, non, pas d'écoute d'Antunes en 2019, à cause de la cruche, je préfère réécouter le numéro de 2012 où il est question du cancer de l'écrivain et de la mort. J'y reviendrai dans le fil dédié.

Curly qui sait transformer la bêtise crasse en spectacle humoristique a été le courageux de service. Merci à lui : L'art de Maricheux, première partie ?

Le descriptif d'un récent numéro de Par les temps qu'écoeurent vaut son pesant de cacahuètes. À suivre dans le fil idoine pour référencer le désastre.

Voir le profil de l'utilisateur

751
Répondre en citant  
Progressisme - le Jeu 14 Fév 2019, 18:34

Le néo-libéralisme, c'est ringard. Ce qui est tendance, c'est le progressisme. Ce concept est mis au goût du jour par un autre homme de confiance de Macron, qui se dévoue même jusqu'à démissionner pour écrire un bouquin sur cette idée. Changement de vocable, mais les idées essentielles restent les mêmes : une élite, ou un Lieder, donne le cap, il ne reste plus qu'à faire la pédagogie pour que les masses s'adaptent.

Simple changement de vocabulaire. Mais sans attendre, Brice Couturier s'en fait encore une fois l'apôtre. Sa dernière (ultime ?) intervention sur France Culture (le Tour du monde des idées (!!!)), était consacrée hier mercredi 13/02 au progressisme.

Résumons sa "pensée" (en fait, sa lecture, il l'a juste lu sur Internet) :

- le progrès, universel, n'est pas un mythe, d'ailleurs les chiffres le prouvent, qui ne sauraient mentir [son mp3="http://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/12014-13.02.2019-ITEMA_21981073-0.mp3" debut="2:42" fin="2:52"] Ah ! les statistiques, qui "ne trompent pas". Surtout dans les sciences humaines et économiques.

- Le progrès vers quel but ? quels critères ? on ne le saura jamais, BC ne s'est jamais posé la question. De toutes façons, ce n'est qu'une idéologie religieuse, il faudrait donc écouter FC le dimanche matin pour savoir vers quels jours radieux s'achemine l'humanité.

- à quoi devons-nous ce progrès ? là, BC fait lire par Florian Delorme son texte (parler 5 mn, c'est déjà un effort immense pour BC. Et déjà lassant pour l'auditeur) : [son mp3="http://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/12014-13.02.2019-ITEMA_21981073-0.mp3" debut="03:00" fin="03:06"]. Aucune réflexion, aucun recul, de BC pour s'interroger sur l'universalité d'une telle philosophie téléologique.

- Pour nous donner le sentiment d'évidence de ce progrès, il suffit d'ailleurs de nous comparer avec le moyen-âge, qu'il connaît bien et nous décrit : [son mp3="http://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/12014-13.02.2019-ITEMA_21981073-0.mp3" debut="03:09" fin="03:27"]. Ah ! les chevaliers en maraude...

Aucune réflexion, aucun regard critique : BC considère que puisque c'est écrit sur Internet, c'est vrai.

Pour donner une idée du néant absolu que représentent les interventions de BC, il suffit de consulter la page internet, vide, de son émission, vide : Les idées de Brice Couturier. BC voulait-il hier postuler au poste maintenant vacant à l'Elysée ? Peut-être. D'ailleurs, il est déjà absent aujourd'hui jeudi 14/02, probablement recruté par l'Elysée : ouf.

On peut par contre lire cette remarque de Georges Duby en conclusion du "Dimanche de Bouvines", mettant en perspective le moyen-âge et le 20°s. Ce texte est cité par P. Boucheron dans l'un de ses cours au Collège de France, probablement repris sur FC. Le moyen-âge dans les ténèbres et l'époque moderne éclairée par les Lumières :
Dieu. Celui des holocaustes et des défilés militaires. Le dieu de l'ordre rétabli. Ce grand cheval blême qui planait sur le champ des morts, un soir, à Brunete, avait autrefois plané sur Bouvines. Il plane aussi sur Guernica, sur Auschwitz, sur Hiroshima, sur Hanoi et sur tous les hôpitaux après toutes les émeutes. Ce dieu-là non plus n'est pas près de mourir. Il reconnaît toujours les siens.

Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé 


752
Répondre en citant  
Re: Au fil de l'écoute -

Au fil de l'écoute     Page 75 sur 77

Haut de page ↑   

Aller à la page : Précédent  1 ... 39 ... 74, 75, 76, 77  Suivant

Accueil / France Culture

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum